J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 28 – Partie 2

***

Chapitre 28 : Les farces de Nanya

Partie 2

Je crois que cela s’est passé comme ça : Nous parlons d’intelligence artificielle sensible et de vie extraterrestre sensible en dehors de la Terre comme s’il s’agissait d’ennemis que nous devrions détester du simple fait qu’ils ne sont pas humains. Mais qu’est-ce qui fait de nous des humains ? Est-ce les os et la chair de notre corps ou est-ce notre esprit et notre âme ? Je crois que c’est cette dernière, car une fois que nous parlons de chair, il y a beaucoup de différences au sein même de notre espèce pour nous faire nous haïr les uns les autres jusqu’à la fin. De cela, nous voyons des preuves dans le racisme et le comportement xénophobe que beaucoup manifestent sans autre raison que le simple fait que d’autres personnes a l’air différent. Par conséquent, je crois que pour percevoir sans préjugés ceux qui sont différents de nous quant à leur forme physique de base, nous devons nous rappeler que si nous avons la même âme, les mêmes émotions et les mêmes schémas de pensée, alors nous sommes à peu près les mêmes, pensais-je, mais j’avais l’impression que ce n’étaient pas ses paroles exactes.

De toute façon, il avait raison.

Mon expérience dans ce monde pourrait facilement confirmer ces mots. Malgré le fait que Shanteya, Ayuseya, Nanya, Tuberculus, moi et les nombreuses autres personnes dans cette académie étant différents du point de vue de notre espèce jusqu’au lieu de nos naissances, nous pouvions encore vivre ensemble sur la même parcelle de terre sans nous sauter à la gorge. Pour le dire franchement, je n’avais pas encore été témoin de bagarres entre étudiants, où l’un d’entre eux crachait des remarques désobligeantes sur un autre. En dehors d’eux, j’étais un cas plutôt curieux parce que, pour autant que je le sache, les donjons étaient des horreurs en général.

Je sais avec certitude que la façon dont tu es né n’a pas d’importance. J’étais un être humain avant, donc détester ou discriminer quelqu’un simplement parce qu’il n’a pas un corps comme le mien est mal. Nos âmes sont plus ou moins les mêmes... Ce n’est certainement pas juste... Le point de vue de Dankyun est faux, j’en suis certain ! avais-je pensé en secouant la tête.

S’il considérait les draconiens comme supérieurs aux humains ou à d’autres espèces, c’était une erreur. Peut-être que c’était biologiquement correct, mais moralement, ce n’était pas le cas. Malheureusement, je n’avais rien pu faire à ce moment-là. C’étaient des choses qui étaient fortement ancrées dans la société. Pour pouvoir changer n’importe lequel d’entre eux, je devais devenir un être très puissant, quelqu’un face à qui personne n’aurait les moyens de contester.

Est-ce que cela signifie que je veux enseigner ?

 

Cette soudaine pensée m’était venue à l’esprit, et j’avais cligné des yeux en raison de la surprise. L’idée ne me dérangeait pas, mais y avait-il un moyen de faire quelque chose comme ça ? Je pouvais leur parler des choses que je savais de mon monde précédent, mais je n’étais un expert dans aucun de ces domaines, et je n’avais aucune idée s’il y avait des exemples similaires dans ce monde auxquels les élèves pouvaient s’identifier.

J’avais laissé aller mes pensées et je m’étais envolé à la recherche de Nanya. L’enseignante qui avait l’air d’une adolescente s’occupait de ses propres affaires en protégeant les élèves des soldats. Je n’avais aucune idée de ce qui était arrivé à ceux que j’avais punis auparavant, mais elle l’avait probablement traité avec soin, puisqu’il n’y avait pas eu d’histoires à ce sujet par la suite.

« Nanya, t’ennuies-tu encore ? » demandais-je en m’approchant d’elle.

Grâce au petit avantage d’être ma femme, elle m’avait tout de suite repéré et avait haussé les sourcils en réponse.

« Est-ce si mal, hein ? » demandai-je.

« Les choses sont un peu trop calmes à mon goût. Dankyun se comporte aussi..., » avait-elle exprimé son inquiétude à ce sujet en regardant vers le campement temporaire mis en place par les soldats.

« Tuberculus discutait avec lui il y a un instant. C’était quelque chose à propos de lui qui attire les étudiants draconiens de son côté ? » l’avais-je informée.

« Hm..., » elle avait regardé vers le bas et s’était frotté le menton.

« Crois-tu qu’il prépare quelque chose de mal ? » demandai-je

« C’est un peu difficile à dire, » répondit-elle. « Le Dankyun que je connais était un faux qu’il avait créé juste pour voler mon épée. Le vrai est toujours un mystère, mais une chose dont je suis certaine, c’est qu’il considère les draconiens comme la meilleure espèce parmi toutes. Il serait beaucoup plus enclin à écouter l’un des siens qu’un humain ou un elfe. Après cela, je sais qu’il n’aime pas ceux qui sont plus faibles que lui et montre un peu de respect envers ceux qui sont plus puissants que lui. »

« Fondamentalement, si tu es humain et plus faible que lui, tu es complètement ignoré. Si tu es plus faible et draconien, tu as une chance d’être écouté, mais plus tu es faible, plus il est probable qu’il te regardera de haut ? » avais-je demandé.

« En quelque sorte, mais pour ajouter à tes mots, si tu es plus faible que lui, tu es méprisé, peu importe l’espèce, » elle secoua la tête et soupira : « Je ne peux pas croire qu’un homme comme lui soit un Suprême ».

« Les autres ne sont-ils pas pires que lui ? » avais-je demandé.

« Oui, les Suprêmes Draconiens de Paramanium sont les pires, mais ils ne bougeront pas sans ordre. Mais ce ne sont peut-être que des rumeurs. Je n’ai encore rencontré aucun d’entre eux. Les seuls Suprêmes que je connais sont ceux de Shoraya, Dreziurne et Pendaros, qui sont des Suprêmes inférieurs. Ils sont très gentils envers les autres. Je sais aussi que le troisième continent a beaucoup plus de Suprêmes, mais je n’en ai jamais rencontré personnellement », dit-elle en poussant un autre soupir et en levant les yeux vers moi. Avec un sourire sur les lèvres, elle m’avait dit : « Faisons des plaisanteries aux soldats de Dankyun !! »

« Hein ? Es-tu sûre de ça ? Ne vont-ils pas s’énerver ? » avais-je demandé.

« Qu’ils le fassent, mais tant qu’ils ne sauront pas qui a fait les farces, tout ira bien ! », dit-elle en levant le pouce.

« Très bien, » déclarai-je.

Entre nous deux, elle devait être celle qui devait devenir plus furtive. J’étais déjà invisible et presque indétectable tant que je n’ouvrais pas la bouche. Nanya s’était faufilée à l’intérieur de leur camp et s’était cachée dans l’un des buissons. Les soldats occupaient la plus grande partie du jardin arrière, faisant un gâchis de tous les buissons et de toutes les parcelles de fleurs. 17 tentes avaient été dressées un peu partout, et des tâches avaient été assignées à chacun d’eux. Pendant qu’une partie d’eux dormait, les autres surveillaient. De cette façon, ils n’avaient pas à s’inquiéter des attaques-surprises. Ils avaient un cuisinier, quelques-uns qui nettoyaient les armures sales, d’autres qui manipulaient les armes et les aiguisaient, tandis que les trois commandants sous Dankyun s’occupaient de l’entraînement des plus faibles des leurs. Si je ne savais pas la situation, je dirais que je regardais un camp militaire au milieu d’une zone de guerre. Ils étaient sur le terrain d’une Académie de Magie, ils n’auraient pas dû agir avec autant de rigueur et de prudence. L’air autour du camp était vraiment tendu. Même moi, je pouvais sentir la pression à laquelle ces soldats devaient faire face, mais ils pouvaient tous être des ennemis potentiels, donc il était hors de question de ressentir de la pitié pour les farces que nous allions leurs jouer.

La première que Nanya avait prévu de faire était ce que j’appellerais un classique. La cible était le cuisinier, qui était en train de préparer une grande quantité de soupe.

« Le poivre super-mega-extraépicé de la Langue Boursouflée, » déclara-t-elle avec un sourire en le sortant de sa poche.

J’avais plissé les yeux sur les petits grains de poivre noir. Ça n’avait pas l’air si dangereux, mais connaissant Nanya, il y avait de fortes chances que j’eus tort.

« Qu’est-ce que tu veux en faire ? » avais-je demandé.

« Pas moi, toi ! » elle avait souri et m’avait offert la chose.

« Hein ? » J’ai cligné des yeux.

« Mets-le dans le pot et écrase les graines. C’est très fort ! Puis, laisse tomber le reste dans le baril d’eau là-bas, » elle m’avait indiqué le pot, puis un gros baril non loin de là.

En parlant de ça, où avaient-ils trouvé tout ça ? Je ne me souvenais pas qu’ils transportaient d’énormes barils et des pots de cette taille.

« D’accord, » avais-je dit. Puis, en utilisant la [Télékinésie], j’avais pris le poivre noir et je l’avais placé dans les différents endroits.

La mission avait été accomplie rapidement et ensuite j’étais retourné à Nanya. Elle riait sur ce que je venais de faire.

« Combien de temps devrons-nous attendre ? » avais-je demandé.

« Nous allons entendre parler des résultats assez rapidement, » elle avait souri et s’était éloignée de là.

La cible suivante était un garde qui n’arrêtait pas de se vanter de la beauté de sa femme se trouvant encore à la maison. Même moi, je commençais à m’intéresser à elle quand je l’avais entendu.

« Elle est douce comme un rayon de lune, belle comme un lys et souple comme une noble jeune fille ! Ah ! Ma bien-aimée m’attend, et j’ai hâte de me blottir dans ses bras ! T’en ai-je déjà parlé tout à l’heure..., » déclara-t-il. Face à ça, l’autre garde avait plissé ses yeux.

« OUI ! Plus de cent fois déjà ! Même les rochers s’ennuient ! Et je jure devant le Dieu de la guerre, si tu oses raconter comment tu l’as rencontrée pour la première fois, je vais t’attraper par la queue et te jeter dans la première meute de Dayuk que je vois ! » répliqua l’autre garde, tout en essayant de son mieux de ne pas dégainer son épée et de frapper le cou de l’autre garde.

« Ah, je pensais que tu aimais ça ! » déclara le premier en regardant un peu vers le bas.

Le draconien lui avait jeté un coup d’œil et avait détourné le regard, essayant de se concentrer sur son travail.

Pendant ce temps, pas si loin de l’endroit où se trouvaient ces deux-là, Nanya et moi écoutions le tout en nous couchant derrière un buisson dense.

« Alors... qu’est-ce qu’on va leur faire exactement ? » lui avais-je chuchoté.

« Chut ! Je réfléchis..., » dit-elle en plissant des yeux et en fronçant son front.

Nanya essayait de se concentrer. D’un autre côté, je ne pouvais penser qu’aux pelures de bananes et à certaines choses que j’avais vues à la télévision ou sur le NET. En pensant à eux, j’avais réalisé qu’ils n’étaient pas si drôles. Certains étaient plutôt effrayants et méchants, tandis que d’autres auraient été assez horribles si ceux qui faisaient l’objet de la farce avaient une sorte d’arme sur eux.

« Dois-je essayer d’enlever les pantalons avec Colly Tos ? » avais-je demandé en m’ennuyant un peu.

« Illsssssssy... » Nanya m’avait regardé d’un regard glacial, tandis qu’une culotte rose flottait d’en haut.

« Oups, désolé, » avais-je dit. Puis elle l’avait attrapée dans les airs.

« Hm, » elle avait plissé les yeux vers moi. « Cible le maigrichon et essaie d’utiliser ce sort sur lui, mais cette fois-ci, CONCENTRE-TOI ! » Elle m’avait fixé du regard et avait croisé les mains sur sa poitrine.

« D’accord..., » avais-je dit en regardant ma nouvelle cible.

Je m’étais concentré sur le vol de son pantalon et de rien d’autre. S’il n’avait pas un enchantement de [Pas de Vol] sur lui, alors ça marcherait.

« Colly Tos ! » avais-je dit qu’après m’être concentré très fortement sur ça.

Quelque chose était apparu devant moi et était tombé par terre. C’était blanc et ce n’était certainement pas un pantalon. En regardant Nanya, j’avais vu qu’elle était encore habillée et que sa culotte était dans sa main droite, donc ce n’était certainement pas la sienne. Je savais ce que Shanteya portait, alors elle n’était plus sur la liste.

« Qu’est-ce que c’est ? » avais-je demandé alors que j’avais utilisé [Télékinésie] afin de ramasser le morceau de tissu et le soulever dans les airs.

C’était énorme, et c’était même encore plus grand que Nanya elle-même. Je me demandais si c’était une couverture ou quelque chose du genre.

« Qu’est-ce que c’est que cette chose ? » demanda la jeune fille tout aussi surprise.

« Un drapeau ? Un couvre-lit ? » avais-je demandé alors que j’avais soulevé la chose par l’autre extrémité.

Cela avait en effet plus de 2,5 mètres de long, mais ce n’était pas possible... cela se pourrait-il ?

« AH ! La culotte de ma femme a disparu ! C’était mon porte-bonheur ! L’ai-je fait tomber ? » J’avais entendu le draconien maigre dire en cherchant dans toutes ses poches le morceau de tissu géant que je tenais dans mes mains télékinétiques.

« Oh pour l’amour de... Je vais là-bas, et ne t’approche pas de moi ! » déclara l’autre garde agacé au-delà de ses limites.

Nanya essayait de ne pas rire.

« Hehe ! Je sais que les femmes draconiennes sont énormes, mais c’est ridicule ! » m’exclamai-je.

Je ne riais pas. J’étais paralysé à la fois par la terreur et le choc. Je tenais dans mes mains une culotte géante. Elle n’était même pas du genre mignon, c’était simple, vraiment basique.

En prenant une grande respiration, j’avais replié la culotte en boule et je l’avais ensuite jetée au garde tout maigre. Elle avait été frappée directement au niveau de la tête, ce qui avait fait que Nanya avait eu du mal à contenir son rire.

« Mon porte-bonheur ! Hein ? D’où vient-il ? C’est un dieu qui me l’a envoyée ? Oh, que le ciel soit béni ! » déclara l’homme draconien en étreignant le sous-vêtement géant.

Le soldat n’avait pas pris la peine d’essayer de savoir d’où elle venait, alors dès qu’il était hors de notre vue, Nanya avait éclaté de rire.

« Ce n’est pas drôle ! » avais-je gémi.

« HahahHHaha ! Mais Illsy ! Je ne peux pas m’arrêter ! BUHAHAHAHHHaha ! C’est un sort cassé ! Même lorsque tu te concentrais sur un seul objet, tu réussissais à obtenir la seule chose qui a un lien avec une femme, une culotte géante ! BUHAHAHAHHHaha ! Je suppose que la taille n’a pas d’importance ! » déclara-t-elle en riant sur le sol.

« Je n’y peux rien ! Le sort est brisé ! En outre, j’ai une limite de poids..., » m’étais-je plaint.

« Hooo ? Et si Ayuseya atteint cette taille ? » demanda-t-elle avec un grand sourire.

« J’inventerai le tapis roulant, » avais-je rapidement répondu.

« Tap... Lant ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda-t-elle en clignant des yeux, surprise et en inclinant la tête vers la gauche.

« Un appareil magique qui t’aide à perdre du poids, » j’avais plissé les yeux vers elle.

« Hahahaha ! Qu’est-ce que c’est que ça ? Il suffit d’acheter une potion amaigrissante ! Et aussi, tu ne sais pas ?  Être gros, c’est être riche. Certains nobles font même des compétitions pour voir qui a le plus gros ventre ! J’ai vu un noble un jour qui était plus gros que sa femme enceinte, qui était au 9e mois ! Buhahahaha ! » continua-t-elle à dire en riant.

Potion amaigrissante ? Je ferais mieux d’apprendre à les faire avant qu’ils n’inventent la restauration rapide. Je vais faire un massacre ! Je vendrais de la nourriture à une extrémité du donjon et la potion amaigrissante à l’autre extrémité. Parfait ! Et vraiment... des compétitions de taille de ventre ? avais-je pensé en regardant l’enseignante adolescente qui gloussait de rire.

« D’accord, épouse, quelle est la prochaine farce qu’on va faire ? » avais-je demandé en essayant de changer de sujet.

« Oh, c’est vrai ! Nous allons mettre de l’huile sur les poignées de leurs épées ! », avait-elle dit en souriant.

« N’est-ce pas dangereux ? » avais-je demandé.

« Qui s’en soucie ? » elle avait haussé les épaules et était partie à sa prochaine destination. « Pfft, une culotte géante... »

Avec un soupir, je l’avais suivie jusqu’à l’autre côté du camp de soldats. Nous nous étions cachés derrière l’une des tentes et en utilisant mon sort [Télékinésie], j’avais réussi à verser l’huile visqueuse et glissante sur les pointes des épées placées dans un tonneau. Mais je pouvais encore les attraper sans problème. La dernière chose que nous avions faite avant de partir avait été de verser de la poudre qui démangeait sur les terrains d’entraînement et de la mélanger avec la boue qui s’y trouvait. Chaque chute que les soldats feraient finirait par les envoyer dans une frénésie de démangeaisons.

Une fois que nous avions terminé, nous nous étions assis et nous avions apprécié le spectacle...

« AARGH ! Trop piquant ! » cria la première victime qui osa goûter l’effet du poivre.

Nanya riait déjà en voyant ça, la victime s’était alors dirigée droit vers le baril d’eau.

« C’EST FORT ! » cria-t-il en courant à gauche et à droite, essayant d’éteindre les flammes dans sa gorge.

Sa seule solution avait été d’utiliser la magie. En utilisant un sort qui avait invoqué une boule d’eau, il l’avait tirée en l’air et s’était tenu juste en dessous quand elle était tombée. Cela n’éteindrait pas les flammes dans sa gorge, mais c’était bon pour un soulagement temporaire.

« Attention ! » avait crié l’un des soldats qui avaient utilisé l’épée avec la poignée glissante.

La lame avait volé dans les airs et avait poignardé le sol entre les pieds de l’un d’eux. L’homme était à deux doigts de se retrouver incapable d’engendrer des enfants. En voyant cela, il s’était évanoui un instant plus tard, provoquant une grande explosion de rires chez Nanya. Les autres soldats riaient aussi, tant du malheureux que de ceux qui essayaient de saisir les poignées des épées.

Sur les terrains d’entraînement, deux draconiens à l’air sérieux essayaient de mesurer leurs forces l’un par rapport à l’autre. Il s’agissait d’une compétition de lutte, la chose parfaite pour les salir et les couvrir de boue qui démangeait. Même moi, j’attendais de voir un résultat amusant.

Après quelques chutes, les hommes avaient commencé à se gratter comme des fous. Ils étaient sortis du ring et avaient sauté directement dans l’étang devant le belvédère. La poussière qui démangeait était assez forte, mais l’eau avait affaibli l’effet.

Bien sûr, personne ne nous soupçonnait tous les deux d’être les vrais farceurs, et au lieu de cela, les soldats draconiens se blâmaient les uns les autres. Cela s’était même terminé par une bataille entre quelques soldats, que leurs commandants avaient interrompue peu de temps après. Ce n’étaient pas les seules victimes de nos farces, mais le résultat final était plus ou moins le même, les draconiens se grattant partout, criant « FORT », et les mâles adultes étaient à peine capables de tenir une épée dans leurs mains.

« Eh bien, c’était amusant ! Nihihihi ! » déclara Nanya en souriant.

« Je suppose, » avais-je répondu.

Nous marchions dans la forêt, faisant le tour du camp pour retourner à l’académie.

« Et toi, avec cette culotte géante ! C’était vraiment drôle », déclara-t-elle en riant.

« Ne me rappelle pas ça, sinon j’aurai des cauchemars... En parlant de ça, qui a de toute façon inventé la culotte ? » avais-je demandé.

« Qui sait ? » elle haussa les épaules « Peut-être le Dieu de la culotte ? » elle ricana.

C’était une blague, je le savais, mais il y avait quelque chose comme le Dieu des gros seins, alors peut-être...

Non ! C’est impossible ! J’avais secoué la tête et nié fermement l’existence d’un tel dieu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre ??

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire