J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 3 – Chapitre 28 – Partie 1

***

Chapitre 28 : Les farces de Nanya

Partie 1

Cette nuit-là, j’avais fait un rêve vraiment bizarre.

J’étais de retour dans mon ancien monde, dans l’appartement de mes parents en Roumanie. Alina était là aussi, mais je ne voyais pas très bien son visage. Je la voyais comme ceux de maman ou de papa, qui étaient tous flous, mais j’avais quand même reconnu l’endroit. Les photos de l’ancien moi étaient là-haut sur l’étagère, commémorant les différents moments de ma vie.

Suzi, leur chat bâillait sur le sol, l’air aussi ennuyeux que d’habitude. Il avait une fourrure blanche avec une petite tache noire sur le dos. Pour une raison bizarre, il n’arrêtait pas de me fixer avec ses yeux marron fendus.

Mes parents discutaient avec moi, et Alina essayait aussi de dire quelque chose, mais aucun mot ne sortait de leur bouche. C’était comme si j’étais sourd. Dans ma main, je tenais un vieux téléphone, mais il y avait une photo de moi avec Nanya, Ayuseya et Shanteya sur la plage. J’étais en plein milieu d’elles, souriant avec bonheur, et elles étaient plutôt alléchantes et belles dans ces maillots de bain.

« Tu m’as abandonnée..., » c’était ce qu’Alina avait dit à un moment donné et m’avait montré une photo d’elle en robe de mariée.

Elle se tenait devant un autel orthodoxe typique, laissant le voile blanc couvrir son visage. Je ne pouvais pas le voir, mais d’une façon ou d’une autre, je savais qu’elle versait des larmes de tristesse. Au début, je n’avais rien remarqué de choquant avec l’image, et je pensais que c’était une image de cosplay, mais ce n’était pas le cas. Elle se tenait debout dans une vraie église, et le détail le plus troublant à ce sujet était la croix de marbre blanc placée juste à côté d’elle. Dessus était écrit un nom flou, mon nom. C’était ma croix.

« Comme tu m’as quitté, tu vas aussi les quitter..., » dit-elle, puis elle m’avait montré la photo de moi et des filles sur la plage.

Un frisson avait coulé le long de ma colonne vertébrale, et c’était à ce moment-là qu’une étrange obscurité s’était emparée de moi et m’avait entièrement englouti. J’avais été laissé flottant à l’intérieur de mon esprit intérieur, criant et essayant de m’en libérer. J’avais paniqué et j’avais essayé de repousser l’obscurité, mais elle n’avait pas bougé... Je n’étais pas assez fort.

« Je vais te tuer toi et elles aussi..., » j’avais alors entendu la voix de Dankyun.

« Je ne te laisserai pas faire ! » Je lui avais crié dessus, mais je ne pouvais pas l’atteindre.

J’avais été laissé en train de flotter dans l’obscurité, écoutant les rires de Dankyun et entendant les cris de Shanteya, Nanya et Ayuseya. Tout mon corps frissonnait, et je craignais vis-à-vis de leur terrible destin. En plus d’elles, j’avais aussi entendu les cris des professeurs de l’académie et les cris des élèves comme s’ils étaient dans une guerre. En parlant de ça, je n’avais pas beaucoup interagi avec eux, n’est-ce pas ? Je ne pourrais même pas en nommer un ou deux...

Quand je m’étais réveillé, je frissonnais et je respirais difficilement. Le fait de me voir entouré par l’obscurité de mon esprit intérieur m’avait rendu confus, et pendant un moment, j’avais cru que j’étais encore dans ce terrible cauchemar.

Finalement, il s’agissait de l’étreinte chaleureuse de Shanteya qui m’avait calmé.

En soupirant, je l’avais regardée. Elle dormait encore, m’affichant une expression douce et paisible. J’avais l’impression que rien ne pourrait jamais lui faire du mal, mais je m’étais souvenu des terribles cris de mon rêve, et la peur de la perdre avait refait surface. Je l’avais serrée dans mes bras et j’avais poussé mon visage dans sa poitrine, prenant sa chaleur et écoutant les doux battements de son cœur.

« Je ne veux perdre aucune de vous deux..., » avais-je dit en chuchotant.

Bien que je sentais le besoin de fermer les yeux et de me rendormir, j’avais résisté à la tentation parce que je ne voulais pas risquer de retourner dans ce terrible cauchemar.

[Point de vue d’Ayuseya]

Ces deux derniers jours, j’étais restée loin d’Illsyore. Il ne m’avait jamais appelée pour dormir avec lui non plus. La seule compagnie que j’avais à cette époque était mes larmes et mes livres.

Après avoir lâché la lettre de ma mère, je n’avais pas essayé de la relire. Je n’en ressentais pas le besoin, je ne pouvais pas non plus me résoudre à le faire.

D’une certaine manière, j’attendais tout ce temps qu’Illsyore revienne et me jette dans les griffes de Dankyun. C’était tout ce qu’il fallait faire pour se débarrasser de moi. Quant à ce mariage... C’était étrange, mais dans ce monde, l’anneau noir n’existait pas.

Pendant un certain temps, je me demandais si ce n’était pas simplement une illusion affectant mon esprit, un simple sort destiné à m’asservir à sa volonté. Mais si c’était le cas, pourquoi n’avait-il pas agi comme tel ?

Je n’avais pas envie de retourner vers lui, mais m’enfuir me semblait encore plus difficile. Mon avenir était incertain ou plutôt prédisposé à la douleur et à l’obscurité.

La seule chose à laquelle je n’avais jamais pensé était le suicide... Même si la vie me traitait si mal, le suicide était quelque chose que je n’avais jamais considéré comme une possibilité ou un moyen d’échapper à ce tourment. Quel en aurait été l’usage de toute façon ?

En poussant un soupir, j’étendis les bras et levai les yeux vers le haut, ou là où je pensais être le haut.

« C’est la faute d’Illsy..., » avais-je dit.

Je voulais vraiment faire confiance à ce Seigneur du Donjon. Je voulais vraiment penser que ce mariage pourrait être la chose dont j’avais toujours rêvé, mais je n’avais pas de preuve irréfutable qu’il en était ainsi.

Comment puis-je le tester ? J’avais réfléchi et j’avais regardé ma collection de livres.

Il y avait beaucoup d’histoires dans lesquelles je pouvais trouver une source d’inspiration, mais beaucoup d’entre elles exigeaient que je sois à l’extérieur de cet endroit. Ce n’était pas comme s’il n’y avait pas de moyen, mais la seule question qui me traversait l’esprit était : Quelle est la première étape à franchir ?

[Point de vue de Dankyun]

Le petit déjeuner, comme toujours, était comestible, mais plutôt pathétique pour une personne de mon rang. L’idée de tuer le cuisinier m’avait traversé l’esprit, mais hélas, il était difficile d’en trouver un bon par ici. Du bon côté des choses, le thé avait été fait par moi, et c’était délicieux même si les assortiments étaient plutôt limités.

Il n’y avait aucun doute sur le fait que cette académie était l’endroit le plus ennuyeux où je pouvais passer mon temps. L’académie n’était remplie que de pathétiques faibles de toutes sortes et de toutes les espèces. Il ne manquait que les hommes-bêtes d’ici, mais il leur était interdit de quitter leur continent. Nanya était la seule que je pouvais voir comme une menace possible, le reste pouvait être annihilé avec un seul coup de poing.

Pourtant, alors que j’avais l’air de ne rien faire, j’étais en train de charger ma compétence Suprême. Une fois que j’aurais quitté ce dépotoir, un petit « accident » allait se produire, et tout d’un coup, l’académie allait disparaître. Les bêtises bureaucratiques et politiques gênantes allaient être traitées par la suite. J’avais beaucoup de pions à utiliser comme bouc émissaire si le blâme pour toute cette affaire laissait entendre que cela allait dans ma direction.

Pendant ce temps, mes deux assassins El’doraws me tenaient au courant de ce qui s’était passé à l’extérieur du territoire du donjon. Jusqu’à présent, il n’y avait aucune preuve réelle à l’appui de l’une ou l’autre théorie. En d’autres termes, Ayuseya avait quitté cet endroit, mais en même temps elle ne l’avait pas quitté. Les donjons étaient trop petits et trop faibles pour offrir un abri possible, mais jusqu’à ce que ces deux-là aient fini de fouiller chaque petit recoin de ce territoire, je n’avais pas l’intention de faire le premier pas. Mes soldats avaient déjà reçu des instructions sur ce qu’il fallait faire. Quant aux étudiants draconiens inscrits ici, j’avais prévu de les attirer à mes côtés. Ils n’avaient pas besoin d’étudier dans un tel endroit. Cela ne ferait que faire honte au nom de notre espèce. Bien sûr, s’ils refusaient, la punition viendrait plus tard.

Quand j’étais jeune, un aventurier draconien me l’avait dit un jour : « Nous sommes l’espèce la plus puissante et la plus parfaite de toutes ! Nous sommes les descendants de dieux et de demi-dieux ! Nous sommes les premiers à conquérir un donjon ! Nous sommes les plus vieux et les plus sages ! Voir une espèce comme les humains ou toute autre espèce détenir plus de pouvoir que nous est une honte qu’un vrai draconien doit essayer de rectifier à tout prix ! »

J’avais gardé ces paroles fidèlement dans mon cœur depuis lors, et on m’avait constamment montré, preuve après preuve, que mon espèce était plus forte que toute autre. En même temps, j’avais remarqué que j’étais meilleur que mes compagnons draconiens, j’étais plus fort, plus rapide et plus intelligent ! Obtenir le rang de Suprême n’était qu’une formalité qu’il me fallait accomplir pour obtenir un plus grand pouvoir. Mais maintenant, je méritais mieux !

Ayuseya allait être un bon tremplin pour moi pour y parvenir. Par la suite, il serait assez facile de se débarrasser de cette famille royale pathétiquement faible qui ne cessait de compter sur les autres pour être sa force. Ils ne méritent pas le sang royal qui coulait dans leurs veines, et j’avais l’intention d’en retirer jusqu’à la dernière goutte ! Quant à ma future épouse, avec ou sans elle, il y a plusieurs façons d’obtenir le trône.

En y pensant logiquement, je n’avais pas besoin d’épuiser autant d’énergie uniquement sur celle-ci. Si j’attendais encore 10 ou 20 ans, j’étais sûr qu’une autre femme allait naître dans la famille royale, et je pouvais la prendre. Cependant, cette fois, j’allais m’assurer qu’elle n’essayait rien de stupide.

Même moi, j’avais dû admettre que le tour qu’elle avait utilisé pour se débarrasser de nos fiançailles était complètement inattendu, mais même ainsi, c’était simplement un petit contretemps pour une personne comme moi. On ne m’appelait pas Suprême pour rien.

Les seuls qui pouvaient réellement essayer d’arrêter mes plans étaient les autres Suprêmes dans ce pays, mais aucun d’entre eux n’avait la force ou la volonté de le faire. Ensemble, disons qu’ils le pourraient, mais à la fin, je sortirais certainement victorieux. En plus de mon épée, j’avais aussi mon armure. C’était... un objet très utile pour toutes sortes de situations. Ensuite, j’avais mes bagues, mon amulette et des cristaux de sorts comme celui que j’utilisais maintenant pour charger ma compétence suprême. Quand le moment serait venu, je pourrais les activer et les utiliser sans dépenser une seule goutte de mon propre mana.

Ces cristaux de sorts étaient des artefacts plutôt intéressants. Bien qu’utilisables une seule fois avant que le mana à l’intérieur d’eux ne soit épuisé, ils pourraient devenir un véritable facteur modifiant le résultat d’un combat, en fonction de la compétence qui y était infusée. Ils avaient leurs propres limites de capacité, et ils étaient plutôt difficiles à charger. Peu d’entre eux avaient eu la patience de passer par le processus laborieux de l’approvisionnement en mana. Pour une compétence suprême, cela peut même prendre jusqu’à quelques jours pour la charger, ce qui faisait qu’attendre qu’Ayuseya sorte de son trou de refuge n’était pas une perte de temps. Je me demandais de temps en temps si Nanya en avait, mais c’était plutôt douteux. Ces choses étaient chères à la fois à faire et à acheter. Il y avait aussi une autre raison pour laquelle elle n’en avait pas. Cette femme refuserait sûrement d’utiliser quelque chose qui faisait autrefois partie du noyau d’un donjon.

Ainsi, pendant que personne ne regardait, je rechargeais mon cristal de sort. J’en avais d’autres de prêt, dont un avec [Vol] et un autre avec [Invisibilité]. Bien que je n’avais pas ces compétences personnellement, payer un aventurier du rang Divin ou Empereur pour les charger n’était pas du tout considéré comme un gaspillage. Bien sûr, j’avais payé pour ça, surtout lorsqu’ils avaient fait du bon travail. La seule condition que j’avais était qu’ils soient draconiens.

En fin de compte, mon emploi du temps à cette Académie de Magie de Fellyore était assez simple : Je me réveillais le matin, je prenais mon petit déjeuner, puis je chargeais mon cristal jusqu’à midi. Après cela, j’écoutais les rapports de mes hommes et ceux des assassins. Je déjeunais, puis je continuais avec une autre séance de charge de mon cristal. Pendant ce temps, je convoquais des étudiants draconiens et je les persuadais de se joindre à ma cause et de quitter cet endroit pathétique.

« Hm, je suppose que je pourrai finir ça d’ici demain soir ? » avais-je dit en prenant une gorgée de mon thé. Ce n’était pas mal, mais la prochaine fois je pensais ajouter une feuille de Ratgrey.

[Point de vue d’Illsyore]

Le cauchemar m’avait empêché de dormir pendant quelques heures avant que Shanteya ne se réveille. J’avais essayé de me rendormir, mais je n’y arrivais tout simplement pas. J’avais gardé les yeux fermés et j’avais écouté le battement de cœur de mon El’Doraw. Les battements doux étaient comme une tendre mélodie, et son souffle calme me rappelait que j’étais en sécurité, dans ses bras, et que je n’affrontais pas Dankyun dans une bataille de vie et de mort.

En toute honnêteté, j’espérais qu’il partirait calmement, mais quelque chose m’avait dit que ce ne serait pas le cas. Si les clichés de mon monde fonctionnaient ici aussi, alors sans aucun doute, on s’attendait à ce qu’il fasse quelque chose pour semer le trouble. D’une façon ou d’une autre, il allait nous faire nous battre.

Peut-être que c’est dans ma tête..., avais-je parfois pensé pendant que je réfléchissais aux nombreuses possibilités.

Au moins, j’avais réussi à me calmer suffisamment pour saluer Shanteya le matin avec le sourire.

Après notre baiser du matin, je l’avais libérée de mon esprit intérieur et lui avais permis de se faufiler dans la forêt, où elle reprenait son massacre de la faune locale pour obtenir l’amélioration constante de mon niveau. Je n’avais aucune idée de la façon dont cela affecterait Nanya et Shanteya, mais jusqu’à ce qu’elles me permettent de vérifier leurs statuts, je ne pouvais rien y faire. Techniquement parlant, je n’avais pas besoin d’approbation, mais je voulais être poli.

Je m’étais un peu forcé, mais j’avais réussi à terminer le tunnel de fuite pour les étudiants. Personne n’avait la moindre idée de l’endroit et de la durée pour faire une telle chose. Les murs enchantés le gardaient éclairé et à l’abri de tout ce qui allait se passer au-dessus. Bref, les préparatifs de guerre se déroulaient sans heurt.

Cela avait pris environ cinq heures et demie, plus ou moins dix minutes. J’avais travaillé sans arrêt et je l’avais fait aussi vite que possible, en veillant toujours à ne jamais exagérer avec ma consommation de mana et en même temps utiliser autant que possible.

De retour à l’académie, il était déjà midi. Avec un bâillement sur mes lèvres et en attendant que mon mana se renouvelle, j’avais cherché autour de moi tout ce que je devais réparer. Le fait de trouver Nanya ou Tuberculus était un bonus supplémentaire.

« Rien ne semble déplacé... et aucun soldat ne se conduit mal, » avais-je dit alors j’étais en train de flotter.

Quand j’avais vu Dankyun, je m’étais arrêté et je l’avais lentement approché. Tuberculus était là aussi. D’après ce que j’avais pu voir, ils discutaient calmement de quelque chose. Ce n’était pas poli d’écouter, mais j’étais invisible, donc ça n’avait pas d’importance.

« Absolument pas ! » déclara le vieux directeur.

« Ce n’est pas une question qui doit être débattue, les étudiants draconiens eux-mêmes sont d’accord avec cela après que j’ai eu une belle conversation avec eux hier. » Dankyun expliqua sans même regarder le vieil homme.

Avec sa poitrine gonflée comme ça et ses mains derrière son dos, j’avais l’impression de regarder un noble avec une attitude prétentieuse, mais peut-être que je n’étais pas si loin de la vérité. Il ne voulait même pas montrer le moindre signe de respect envers ceux qui l’entouraient.

« Même ainsi, j’ai la responsabilité de respecter les décisions de leurs parents ! Même s’ils sont draconiens, les enrôler soudainement dans vos troupes, c’est... c’est..., » déclara Tuberculus.

« C’est un honneur. Pour quelqu’un qui est inférieur à Rang Maître de participer à des séances de combat et d’entraînement avec ceux de Rang Maître et plus haut est un véritable honneur ! Aussi, souviens-toi que je suis un draconien Suprême qui est fiancé à leur princesse. Je ne crois pas qu’ils trébucheraient sur une telle opportunité trop tôt ou pas du tout », expliquait-il, mais comme avant, il n’avait pas regardé Tuberculus.

« Ces étudiants ne sont pas prêts ! Ils sont trop faibles et trop jeunes », le vieil homme essayait encore de le faire changer d’avis, mais Dankyun ne voulait même pas en entendre parler.

Je les avais écoutés un peu plus longtemps, mais le draconien était déterminé à ne pas changer sa décision, ou plutôt il ne voyait aucune raison d’écouter l’opinion de Tuberculus. Il ne s’agissait pas tant d’avoir raison que de ne pas être de la même espèce que lui.

Si on regarde en Roumanie, un tel regard chez un homme était peu de choses. En général, les Roumains ne se souciaient tout simplement pas de la couleur de peau et du pays, mais il y avait aussi des exceptions. J’avais vu ces yeux dans les gens souvent étiquetés comme xénophobes ou racistes dans les films ou aux actualités. Ces gens voyaient les autres comme des « choses » en dessous d’eux ou de simples ennemis pour le simple fait qu’ils existaient.

Si j’y réfléchissais attentivement, il y avait de fortes chances que le racisme soit plus courant et considéré comme normal dans ce monde qui ressemble à l’époque médiévale de la Terre. Les droits de l’homme, les droits des Draconiens, les droits des Elfes, les droits des El’Doraws, et ceux de toute autre espèce sensible donnaient l’impression qu’il y avait un côté manquant. Cela n’aurait pas été étrange si j’avais été le seul à héberger une telle morale sur l’égalité.

Devrais-je simplement ignorer ce genre de comportement ? m’étais-je demandé en m’envolant loin de Dankyun.

Quand j’avais regardé autour de moi, j’avais vu des élèves de différentes espèces qui riaient ensemble.

Il était intéressant de constater que le rire était une chose commune à toutes les espèces, de même que les pleurs, la douleur, l’amour et toute autre émotion. Cela m’avait fait me souvenir de quelque chose que quelqu’un m’avait dit un jour.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre.
    Même si c'est un Suprème, on est d'accord qu'il a beaucoup moins de mana que Illsy?

    • Le rang de Suprême et la quantité de mana sont deux choses différentes.

      Mais oui, même s'il est un Suprême, il a bien moins de mana d'Illsy, mais dans beaucoup de domaine, il est largement supérieur à Illsy.

      • Tu défends Dankyun, je suis choqué^^
        Merci d'avoir pris le temps de répondre.

        • Je le défends pas, mais vu que j'ai lu et trad bien plus loin que ça, je donnais juste une information mineure, pour ne pas que le monde s'imagine que le combat entre les deux va être facile...

          C'est une grosse ord...., mais malheureusement, c'est loin d'être le pire, vu que c'est quasi la norme dans ce monde.

  4. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire