J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 2 – Histoire secondaire 2 – Partie 2

***

Histoire secondaire : Comment ça, de la LAVE sur le PREMIER ETAGE !?

Partie 2

Angius et Tuberculus avaient dormi pendant trois heures, réapprovisionnant leur mana et guérissant leurs blessures s’ils en avaient. Moi et Rufus avions surveillé pendant ce temps, mais c’était surtout moi, vu que l’homme était plus préoccupé par ses propres livres que par n’importe quoi d’autre. Bien que j’avais entendu des loups hurler à un moment donné, seuls trois diablotins avaient osé m’attaquer. Contrairement à ceux que j’avais dû combattre pendant le moment de folie de l’Illsy, ceux-là voulaient vraiment me tuer. Ils étaient faciles à vaincre, mais ils étaient certainement plus durs que ceux avec lesquels nous nous étions battus jusqu’alors.

Les monstres dans les donjons augmentaient généralement en puissance en fonction du nombre d’étages et du niveau du donjon. L’autre facteur était l’expérience du donjon avec les aventuriers. En y pensant de ce point de vue, ce donjon n’avait que deux étages. J’avais vérifié et Illsy était à peine au niveau 53, et pas encore 100. Au premier étage, nous n’étions censés ne rencontrer aucun monstre, peut-être quelques rats dans les dernières pièces, mais c’était à peu près tout. Au deuxième étage, nous devions rencontrer des animaux sauvages : des rats, des panthères, des sangliers et peut-être des loups. Il n’y avait pas de pièges ou de fosses de lave. Les harpies et les diablotins étaient pour les étages après cinq heures d’exploration. En fait, les harpies n’avaient été trouvées en général qu’après le quinzième étage, mais ce qui était plus troublant, c’était un boss au premier étage. Le Minotaure était fort et certainement pas quelque chose que n’importe qui entrant à peine dans le donjon s’attendrait à voir.

En gros, le donjon d’Illsy était anormalement dangereux, complexe et puissant. Aucune des règles que nous connaissions sur les donjons ne s’appliquait à lui. Je commençais à croire que c’était une caractéristique d’un Seigneur de Donjon Divin, mais ce n’était pas ça... Je me souvenais m’être aventurée dans l’un d’eux avec ma mère quand j’étais petite. Les premiers niveaux étaient identiques aux niveaux réguliers. La différence commençait au 15e étage. À ce moment-là, la complexité et le facteur de danger étaient semblables à ceux d’Ancestral au niveau 50, puis cela devenait encore plus difficile.

Se pourrait-il que je me trompe ? Mère est au-delà de tous les Suprêmes sur les troisièmes continents, mais quand même... Soupir... C’était peut-être aussi facile parce que j’étais avec elle ? avais-je pensé en attendant patiemment que les autres se réveillent. J’avais tiré mes jambes jusqu’à ma poitrine et j’avais essayé de repousser les pensées sombres qui m’avaient murmuré qu’Illsy essayait vraiment de nous tuer.

Angius avait été le premier à se réveiller, puis Tuberculus. Après un petit déjeuner rapide, nous nous étions préparés à pénétrer plus profondément dans le donjon.

« C’est juste le deuxième étage, n’est-ce pas ? Comment pourrait-il être difficile d’avancer dans ce donjon ? » demanda Rufus en souriant.

« C’est probablement assez petit. Les donjons ne s’appuient jamais sur de longs dédales compliqués, » déclara Tuberculus, presque certain à ce sujet.

« Je n’aime pas ces murs..., » grogna Angius.

J’avais signalé mon accord avec un signe de tête. Il y avait quelque chose d’étrange chez eux. Ces reflets et ces motifs de vagues n’avaient pas été placés là uniquement pour la décoration. Ils étaient certainement destinés à nous embrouiller.

« On y va ? » demanda Tuberculus alors qu’il prenait la tête.

Nous l’avions tous suivi et nous nous étions aventurés plus profondément dans le donjon. Comme d’habitude, nous avions pris le chemin de gauche et même quand nous avions entendu des loups et des diablotins de l’autre côté, nous avions continué. Le dédale, cependant, n’avait pas été facile du tout. Rufus avait eu mal à la tête après la première demi-heure. Tuberculus avait essayé de le cartographier, mais cela s’était avéré plutôt difficile. J’étais la seule à ne pas regarder les similitudes et les différences dans les murs. Ils étaient destinés à vous faire prendre en considération, à vous embrouiller.

« Si l’un de nos étudiants avait atteint cet endroit, ils se seraient perdus ici jusqu’à ce qu’il soit retrouvé..., » une puissante flamme avait arrosé le haut de la tête d’Angius avant qu’il n’ait pu terminer ses paroles. « Puha ! » il avait, après ça, soufflé de la fumée.

« Des pièges de feu ? Du plafond ? » avais-je demandé, surprise.

« Tout le monde ! Faites attention ! Il y a peut-être d’autres pièges cachés, » cria Tuberculus juste avant qu’un diablotin lui saute dessus.

Il l’avait frappé avec force, et nous avions augmenté notre vigilance, mais rien ne nous avait attaqués à nouveau.

Était-ce le seul ? m’étais-je demandé.

« Ce donjon n’est pas pour les Maîtres... Comment un donjon Héroïque pourrait-il construire quelque chose comme ça ? C’est impossible..., » déclara Rufus en secouant la tête.

C’est simple... il n’est pas un Héroïque, mais un Divin, pensais-je.

Si Rufus décidait de m’interroger plus tard sur la vérité, je craignais de ne pas pouvoir la lui cacher. Parmi nous tous, il était le seul à pouvoir deviner l’identité d’Illsy rien qu’en regardant ses actions et ce donjon.

Nous avions continué à avancer, mais nous étions sur nos gardes vis-à-vis des pièges. J’avais détruit tout ce que j’avais pu trouver, mais après une heure de marche, nous avions finalement atteint la sortie.

C’était du moins ce que nous pensions...

En suivant le couloir, nous étions arrivés devant une plaque gravée placée devant une énorme salle. Il y avait écrit l’énigme suivante :

Il était une fois une forêt,

Et c’est alors qu’un test impitoyable a été fait dans cette forêt.

Il a été fait pour tous ceux qui prétendent être les meilleurs !

Mais aussi impitoyable que cela puisse être,

Trois bêtes se sont offertes pour vous guider :

Le Lion est le plus fort.

Le Loup le suit de peu.

Le Canard est le plus faible,

Pourtant, il a toujours fait de son mieux.

Le Lion est le plus intelligent.

Le Loup est le plus affamé.

Le Canard est le plus chanceux.

Ils vont tous avec vous, mais un seul peut vous guider.

Choisissez le bon, et selon votre faveur, le destin l’emportera.

Choisissez le mauvais, et vous ne verrez pas le lendemain.

« Haha ! Le Seigneur Donjon sait faire des rimes ! » déclara Angius, mais ce n’était pas la chose la plus importante que nous aurions dû remarquer.

C’était une salle de puzzle, quelque chose qui n’apparaissait qu’à partir du 150e étage dans CHAQUE donjon, mais ici il y en avait un au deuxième étage. C’était aussi un type que je n’avais jamais vu auparavant. Le sol était pavé de carreaux carrés mélangés. Chaque tuile avait le visage d’un animal mentionné dans l’énigme : un lion, un loup et un canard. De l’autre côté de la pièce se trouvait une porte. Au premier coup d’œil, il semblait que nous pouvions l’ignorer.

« C’est quoi un canard ? » demanda Rufus.

« Attention..., » je les avais prévenus.

Il nous avait fallu environ trois heures pour résoudre l’énigme parce que nous n’avions aucune idée de ce qu’était un canard. Au début, nous pensions qu’il s’agissait peut-être d’une bête, mais je n’avais jamais entendu parler d’une bête du genre canard, même si les loups étaient assez nombreux. En fin de compte, nous étions arrivés à la sortie. Nous ne pouvions pas l’éviter non plus, la porte n’avait pas bougé quand j’avais sauté de l’autre côté. Nous ne pouvions pas non plus marcher sur les choses au hasard. Lorsque nous avions sauté sur la mauvaise tuile, cela avait déclenché un piège ou s’était avéré être instable, et nous étions tombés sur un piège à pointes. C’était Tuberculus qui en avait fait les frais.

En fait, nous avions passé plus de temps là-bas parce que nous voulions analyser la façon dont la salle de puzzle avait été conçue et ce qu’elle signifiait par « vous ne verrez pas le lendemain ».

Après être sortis de là, nous avions été confrontés à une autre section de donjon. Cela devenait assez frustrant et ennuyeux, surtout après que des diablotins chevauchant des loups nous avaient attaqués de nulle part. Même Tuberculus avait abandonné sa carte, ce donjon était trop confus. Au moins, il avait réussi à trouver l’entrée de cet étage trois fois et la première salle de puzzle deux fois. C’était alors qu’Angius, dans sa frustration, avait pris sa carte et la mangea. L’homme avait littéralement mangé la carte que le pauvre Tuberculus essayait de dessiner depuis des heures.

Un peu plus tard, en passant devant la pièce où nous avions détruit les cercles d’invocation des rats, des diablotins et des loups, Rufus avait attaqué un mur avec une puissante [Boule de feu], le faisant fondre. Nous avions tous sursauté lorsque nous avions entendu l’explosion, mais nous avions vite réalisé qu’il s’agissait d’une fausse alerte.

« J’ai cru entendre quelqu’un..., » nous avait-il dit.

C’était le premier signe. Il avait entendu, mais il n’avait pas vu.

À la fin de la journée, lorsque nous étions trop fatigués et frustrés pour continuer, nous nous étions arrêtés devant l’entrée de la salle de puzzle suivante et nous avions installé le campement. Nous n’avions pas pris beaucoup d’équipement, donc notre nourriture était plutôt rare. Aucun d’entre nous ne soupçonnait le donjon d’Illsy d’être si dur. Je commençais à croire qu’il avait l’intention de nous tuer. Tous ces pièges, les ennemis qui nous pourchassaient à travers les murs réfléchissants, les illusions optiques qui nous rendaient fous, ils émiettaient notre patience et augmentaient encore plus notre niveau de frustration.

Je n’avais dormi que quatre heures, mais quand je m’étais réveillée, ils discutaient tous de ce que je craignais le plus : le fait qu’Illsyore avait l’intention de nous tuer.

« Je ne vois pas les choses autrement... Ce donjon est trop dangereux, même pour les rangs Maîtres, » avait dit Tuberculus.

« Je vous l’ai dit, vous ne pouvez pas apprivoiser un Seigneur du Donjon ! Nous devons le détruire une fois que nous atteignons la surface, » déclara Angius en frappant le sol d’un poing.

« Je suis d’accord..., » répliqua Rufus.

« Je ne sais pas, » avais-je dit en m’approchant d’eux.

Bien sûr, toutes les preuves indiquaient qu’Illsyore était un vil manipulateur qui voulait nous tuer d’une manière cruelle en nous torturant avec ses pièges comme n’importe quel autre donjon, mais quand j’avais imaginé le détruire, je m’étais souvenue comment il se comportait lorsqu’il était sous les effets de ce stupide parchemin de sorts. Il y avait un peu de doute dans mon cœur, quelque chose qui m’avait dit qu’il était innocent et peut-être que tout cela n’était qu’un malentendu.

Et si c’est le seul type de donjon qu’il sait construire ? Il était convaincu que c’était un donjon Facile... Je me demande ce qu’il entend par Dur ou Cauchemardesque, pensais-je en regardant les trois professeurs qui doutaient de moi.

« Pourquoi ? Tu l’as vu aussi, n’est-ce pas ? La lave ? Des harpies ? Des pièges ? Ce labyrinthe ? Tout est fait de manière à nous torturer mentalement, à drainer notre armure magique et à nous tuer, » avait commenté Angius.

« En effet... ce n’est pas normal, » déclara Rufus.

« Soupir... S’il voulait nous tuer, il serait venu et nous aurait tirés dessus avec ses sorts pendant que nous dormions ou nous aurait piégés dans ce donjon en bloquant la sortie. Cela aurait été un exploit facile pour lui, » avais-je expliqué, mais il y avait quelque chose d’autre qui avait créé un doute dans mon cœur concernant ses intentions maléfiques. Cette chose ou plutôt elle était Shanteya. Pourquoi sauver l’El’Doraw et la guérir s’il était maléfique ? m’étais-je demandé.

Le procès d’Illsyore n’était pas encore terminé. Une fois que nous serions sortis de là, nous étions déterminés à mener une enquête approfondie. Ils étaient déterminés à le détruire s’ils le trouvaient coupable de conspiration contre nous.

Avec un nouveau poids sur nos poitrines, nous étions entrés dans la deuxième salle de puzzle. Celui-ci était un peu plus simple. Tout ce que nous avions à faire était de tirer quelques leviers dans la bonne combinaison. Le problème était que si nous nous trompions, les pièges étaient activés tout autour de nous. Rufus était chargé de trouver la combinaison, tandis que nous le défendions contre les attaques des pièges. Nous nous étions permis de nous placer devant eux parce qu’ils n’étaient pas enchantés. Illsyore n’avait pas été capable d’enchanter les pièges à en juger par ce que nous avions affronté jusqu’à présent.

Heureusement, Rufus savait ce qu’il faisait et avait trouvé la combinaison en seulement quatre essais. Le sourire aux lèvres, nous avions quitté la pièce. Le donjon enrageant avait continué, et nous avions poussé vers l’avant.

Quatre heures plus tard, nous avions trouvé l’entrée de la pièce suivante. Illsyore avait fait cette section d’étage d’une manière qui nous obligeait à finir les deux salles de puzzle si nous voulions trouver et progresser plus loin dans le donjon. C’était stressant, ennuyeux, et les malédictions sur le Seigneur du Donjon avaient continué à sortir l’une après l’autre.

Cette pièce avait l’air vide au début, mais lorsque nous avions atteint le centre, d’innombrables diablotins avaient frayé tout autour de nous. Nous avions été prompts à agir et avions vaincu la première vague. Je m’étais précipitée en avant et j’avais détruit les cercles d’invocation l’un après l’autre. Aucun piège n’avait été activé dans cette pièce, et nous avions pu avancer après avoir tué le dernier diablotin.

Le donjon sans fin avait continué...

Pendant des heures et des heures, nous avions parcouru les chemins sans fin, déroutants et exaspérants de l’étage de torture d’Illsyore. Les pièges, les diablotins et les rats occasionnels nous harcelaient constamment, abaissant nos armures magiques et poussant nos humeurs jusqu’au bord. Angius avait même commencé à frapper les murs de métal pour se soulager du stress.

À un moment donné, nous avions atteint ce qui ressemblait à l’entrée d’une autre pièce. Nous avions d’abord hésité, mais c’était Rufus qui avait marché devant nous et nous avait ouvert les portes. Ce que nous avions trouvé là était un autre piège, mais lui, il était caché sous une autre forme. D’innombrables rats géants étaient sortis et avaient sauté sur Rufus.

« Rats ? » avais-je demandé en sautant en arrière.

« Rats ! RATS ! Lâchez-moi ! » cria Rufus pendant qu’il luttait avec eux.

« Tuez-les ! » cria Angius.

Rufus avait chanté le sort [Boule de feu] et l’avait dirigé vers les rats, mais juste au moment où il était sur le point de le relâcher, deux rats avaient sauté sur lui et lui avaient mordu le nez. Le sort avait échoué et il avait tiré sur Angius au lieu de la pièce remplie de rats.

« Arg ! » avait gémi le guerrier.

Son armure s’était brisée pendant un moment, et le feu lui avait brûlé les sourcils. Il l’avait éteint avant qu’il ne s’étende, mais les dégâts avaient été faits. Au moins, il n’avait pas regardé dans la flamme quand elle l’avait frappé, sinon, il serait devenu aveugle.

« Argh ! Ça brûle ! » se plaignait-il en écrasant un rat tout en se frottant le front fumant.

« Dégagez-les de là ! » cria Rufus alors qu’il s’enfuyait loin de nous.

« Stop ! » avais-je crié.

Les rats poursuivaient leur proie, mais je savais que je ne pouvais pas m’enfuir après lui.

« Poursuivez-le, je détruirai les cercles d’invocations ! » avais-je crié sur les deux autres.

Tuberculus avait lancé quelques [Lances de glace], tuant quelques rats, puis s’en était pris à Rufus. Angius me suivait derrière lui, tandis que je sautais dans la pièce.

« Bande de rats stupides ! » avais-je crié en attaquant le sol avec mon poing, brisant le granit et craquant les cercles. Trois rats étaient sortis en un seul coup, mais quatre autres m’avaient sautée dessus. J’avais roulé sur le côté et j’avais écrasé le quatrième. J’avais encore sauté et j’en avais écrasé deux autres, il en restait cinq. Les rats n’avaient pas hésité et avaient continué à m’attaquer, ils avaient arrêté de courir après les autres et avaient fait de moi leur cible principale. Peu importe, j’allais tous les tuer !

Une fois que je m’étais débarrassée du dernier cercle, j’avais attaqué les rats, et ce n’était qu’ensuite que j’avais rattrapé mes amis. J’avais trouvé Tuberculus gémissant en raison d’une terrible brûlure au visage. Apparemment, Rufus l’avait frappé à bout portant avec une boule de feu et avait brûlé sa barbe, sa moustache et ses sourcils. Le pauvre bâtard avait même réussi à rentrer dans un piège à feu et à se faire brûler le dessus de la tête. C’était un peu drôle de le regarder, mais il n’y avait pas de quoi rire. Je l’avais ramassé et j’avais suivi la piste des rats morts.

Rufus était dans l’une des petites salles d’invocation des diablotins que nous avions nettoyées plus tôt. Il frappait quelques rats à mains nues, mais son armure magique avait disparu. S’il était tombé dans un piège, il serait foutu. Angius le soutenait, combattant dix autres rats.

« Nanya ? Tu as de douces... ARGGG ! » déclara Tuberculus, mais il n’avait pas eu le temps de finir ses mots. Pour avoir massé mes fesses avec sa main, j’avais calmé son visage en l’écrasant contre le mur d’acier froid.

En laissant le pervers, j’avais rejoint le combat. Leurs mains et leurs vêtements avaient été tachés par le sang qu’ils avaient versé. Contrairement à eux, j’étais propre parce que j’avais concentré plus d’énergie magique dans mon armure magique au fur et à mesure que nous traversions le donjon. Peut-être qu’ils avaient oublié les leurs ?

« C’est impossible ! C’est de la folie ! » cria Angius en regardant autour de lui.

« Non ! C’est le donjon d’Illsyore ! Mais en effet, ce n’est pas quelque chose que vous verriez au deuxième étage d’une école normale... Si les étudiants entraient à notre place..., » avais-je secoué la tête et refusée de penser à ce qui se serait passé. « Nous devrions aller de l’avant ! La sortie ne doit pas être loin. » Avais-je dit.

« Je m’en fous, Nanya, je détruirai ce Seigneur du Donjon ! Il l’a fait exprès ! J’en suis sûr, » avait-il dit en pointant son épée tachée de sang sur moi. Il était furieux.

« Doucement... nous sommes toujours..., » je m’étais arrêtée et j’avais cligné des yeux en raison de la surprise.

Il me manquait quelque chose. Ce sentiment était un sentiment que je connaissais bien... Illsyore avait à nouveau utilisé Colly Tos. Ma colère monta en flèche. Même si c’était accidentel, même si c’était un malentendu, même s’il ne le pensait pas, de me laisser sans culotte dans ce donjon... Une fois que nous serons sortis, c’était décidé : Illsyore sera mort !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    PS : C'est moi ou les chapitres sont de plus en plus drôle ?!

  2. Merci pour le chapitre😂😂😂😂

  3. Merci pour le chapitre.
    J'adore c'est trop marrant ^^

Laisser un commentaire