J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 2 – Histoire secondaire 2

***

Histoire secondaire : Comment ça, de la LAVE sur le PREMIER ETAGE !?

***

Histoire secondaire : Comment ça, de la LAVE sur le PREMIER ETAGE !?

Partie 1

[Point de vue de Nanya]

« Nyahahah ! Un donjon ! Un donjon après si longtemps ! C’est comme au bon vieux temps, n’est-ce pas !? » J’avais ri tout en donnant une tape dans le dos à Tuberculus.

J’étais tellement excitée de pouvoir enfin explorer un donjon inconnu après tant d’années que je me fichais de savoir s’il s’agissait d’un donjon de 400 étages ou seulement deux ! Illsy avait dit qu’il n’en avait que deux, donc nous nous attendions à le terminer en deux heures ou plus, peut-être trois si nous devions regarder un peu plus dans la zone et faire une carte complète de l’endroit.

« Tu as toujours été la première à être excitée par les petites choses, » commenta Rufus avec sa voix monotone habituelle.

Je le jure, cet homme n’avait montré de l’excitation que lorsqu’il avait trouvé un nouveau livre ! Lui et Zertan auraient fait un mariage parfait, l’autre n’était heureux que lorsque ses plantes avaient finalement fleuri.

Je n’avais pas laissé ses propos m’empêcher de m’amuser. J’étais assez curieuse de savoir quel genre de boss nous allions rencontrer et à quel point il avait compliqué les choses. Jusqu’à présent, nous ne faisions que descendre de très longs escaliers. C’était tout à fait inhabituel. Dans la plupart des cas, le premier donjon était un bâtiment ou une grotte à la surface. Je n’avais jamais entendu parler d’un souterrain si profond, mais encore une fois, Illsy était un Seigneur du Donjon Divin. Il y avait beaucoup de choses à attendre de lui.

« Quand ces escaliers prendront-ils fin ? » grogna Angius.

« Le centre du monde ? » avais-je plaisanté.

« Argh..., » il avait gémi.

Lorsque nous avions finalement atteint les dernières marches, nous étions arrivés à une grande pièce vide en granit. C’était la première, donc nous ne nous attendions pas à y faire face. Aucun d’entre nous n’était sur ses gardes.

« Des signes de vie ? » avais-je demandé.

« Est-ce juste une pièce vide ? » demanda Angius alors qu’il scrutait la pièce.

« Soupir... Première pièce et pas de piège ? Peut-être que donner deux heures pour achever ça était un peu trop long ? Que diriez-vous d’une demi-heure ? » commenta Rufus dans son ton monotone habituel.

Apparemment, il s’ennuyait, car il avait sorti son livre de son sac pour continuer à lire. J’avais simplement haussé les épaules et j’étais passée à autre chose. Il n’était là avec nous qu’en tant qu’extra, juste au cas où il y avait un mécanisme qui exigeait que plusieurs déclencheurs soient activés en même temps. En général, ces types de pièges pouvaient être trouvés à partir du troisième étage dans certains donjons. Les donjons normaux n’avaient généralement rien au premier étage, à peine une ou deux créatures invoquées et placées au repos. Ils créaient de petits habitats pour des animaux sauvages aléatoires. Même les villageois normaux pourraient s’y aventurer jusqu’aux deux ou trois premières pièces sans trop s’en soucier.

« Un couloir..., » déclara Tuberculus quand nous étions sortis de la pièce.

Nous avions prêté une attention particulière à l’endroit où nous avions marché, mais la zone était dégagée. Pourtant, ça devenait un peu plus excitant.

Quelques instants plus tard, nous étions arrivés devant un grand mur vide avec deux passages menant respectivement à notre gauche et à notre droite.

« Tirez à pile ou face et choisissons un côté ? » demanda Angius.

« Gauche. Toujours à gauche, » avais-je dit. J’avais suivi ce chemin sans me donner la peine d’écouter le résultat du tirage au sort.

En suivant le chemin, nous avions rencontré notre premier piège. Trois pièges à pointes avaient été posés devant nous avec une impasse claire de l’autre côté.

« Et maintenant ? » demanda Angius.

« Portes-tu ton armure magique ? » avais-je demandé.

« Oui, pourquoi ? » répondit-il et il me jeta un regard interrogatif juste avant que je lui donne un coup de pied dans le derrière et l’envoie voler de l’autre côté des pièges.

Il s’était cogné contre le mur et était tombé par terre avec un gémissement.

« Vois-tu quelque chose ? » avais-je demandé.

« Des étoiles... » répondit-il en montrant du doigt le plafond.

De retour à la raison, il regarda autour de lui et vit un levier sur le mur. Il n’était pas si sûr de vouloir le tirer comme ça, alors après avoir vérifié s’il y avait des pièges, il avait utilisé sa botte et l’avait jeté sur lui. Le levier s’était abaissé et aucun autre piège n’avait été activé. Mais rien ne s’était passé, et les pièges à crampons étaient toujours actifs.

« Ça doit être un faux, » nous avait-il dit.

« Garde-le comme ça, » lui avais-je dit.

Mon instinct me disait qu’il devrait y avoir un autre levier au bout de l’autre couloir. Angius était revenu en faisant un grand bond en avant par-dessus les pièges. Il avait assez de force pour atteindre le rang divin moyen, mais seulement en force. À cause de cela, son mana ne pouvait pas atteindre le point où il pourrait essayer d’apprendre des compétences divines, mais s’il devait entraîner sa tête assez longtemps, il avait de bonnes chances de pouvoir le faire.

De l’autre côté, il y avait un chemin similaire, mais cette fois, Angius n’avait pas eu besoin de mon aide pour traverser. Il avait tiré le levier de la même façon, et nous avions entendu le portail s’ouvrir derrière nous.

« Ça devait être une porte cachée, » déclara Rufus.

« Mais elles n’apparaissent qu’après le 30e étage, » nota Tuberculus.

Je devais être d’accord avec lui, les premières pièces du donjon étaient tout à fait inattendues, mais elles étaient amusantes !

En marchant vers la porte ouverte, nous nous étions arrêtés et nous avions regardé la vision devant nous.

« Est-ce bien de la lave ? » avais-je demandé.

« Oui, de la lave, » répondit Angius.

« Ce sont des plates-formes cadencées au-dessus de la lave, n’est-ce pas ? » avais-je demandé.

« Oui, des plates-formes cadencées, » répondit Angius.

« Fascinant, » déclara Rufus, qui avait finalement rangé son livre.

La lave, sous quelque forme que ce soit, n’apparaissait qu’après le 50e étage, et c’était aussi assez rare. Peu de donjons l’utilisaient, mais juste devant nous, au tout premier étage du donjon, nous regardions une fosse de lave de plus de 6 m de long. La seule façon de traverser semblait être en sautant sur les plates-formes cadencées, mais la porte de l’autre côté était également cachée, et il n’y avait pas de levier en vue.

Nous avions inspecté la zone pendant plus d’un quart d’heure, essayant de trouver comment traverser. Angius était retourné dans la première pièce pour voir si nous avions raté quelque chose, mais il n’avait rien trouvé.

« C’est peut-être une illusion d’optique, et l’autre côté ne semble être bloqué que par un mur ? » demanda Tuberculus.

« Ça te trompe peut-être, mais pas moi..., » répondis-je.

Bien joué, Illsy. C’est assez difficile, pensais-je, mais j’étais sûre de le gronder dès notre retour. Ce n’était pas un donjon pour les étudiants qui avaient du mal à gérer les sorts de débutant. En fait, même les aventuriers de Rang Maître auraient eu un problème avec lui.

« Peut être un levier caché ? » demanda Rufus.

« Peut-être. Je vais essayer. Mon armure magique peut mieux résister à la chaleur de la lave que la tienne, » avais-je proposé.

« S’il te plaît, mais fais attention à ce qui apparaît, » Tuberculus me l’avait dit ainsi.

J’avais hoché la tête et je m’étais préparée pour le premier saut. Quand la plate-forme était apparue, j’avais foncé. Elles s’étaient rapidement retirées, mais j’étais plus rapide. En gardant les yeux ouverts, j’avais cherché le bouton, mais je n’avais rien vu. Quand j’avais atteint la dernière plate-forme, j’avais sauté jusqu’au bout. Je ne pouvais pas m’accrocher au mur, alors j’avais sauté d’un mur à l’autre. J’avais sauté une fois de plus et j’avais atterri sur la deuxième plate-forme. À partir de là, j’avais fait un saut puissant et j’avais atteint le point de départ.

« Eh bien ? » demanda Tuberculus.

« Rien..., » lui avais-je dit.

C’était frustrant, mais je n’avais pas abandonné. J’avais essayé trois fois de plus, mais le résultat n’avait pas changé.

« Ce Seigneur du Donjon a construit un niveau étonnamment difficile. Ce n’est pas quelque chose que nos étudiants peuvent gérer, » avait dit Rufus.

« Je doute qu’ils puissent passer ces pièges, » déclara Angius en soupirant.

En regardant la fosse de lave, je m’étais mise en colère et j’avais frappé le mur. En raison de la force que j’avais mise dans le coup, la fissure s’était beaucoup étendue, et la zone où mon poing avait touché la pierre de granit s’était brisée. Quelque part de l’autre côté de la fosse, une petite pierre était tombée sur la plate-forme. J’avais cligné des yeux et je l’avais regardé avec surprise.

Cela pourrait-il être le cas ? m’étais-je demandé.

Avec un sourire sur les lèvres, j’avais décidé d’essayer. J’avais bien chronométré mes sauts et j’avais atteint la troisième plate-forme. Il y avait un trou dans le mur et juste derrière, un bouton. J’avais souri.

« Je l’ai trouvé ! » avais-je crié. Puis j’avais tout de suite appuyé dessus.

Je pensais que j’étais en sécurité, mais la plate-forme avait glissé sous mes pieds et j’étais tombée dans la lave chaude.

« KYA! » avais-je crié.

Mon armure magique s’estompa rapidement. Quand quelqu’un tombait dans la lave, il se retrouvait généralement coincé comme dans la mélasse mouvante. S’il n’en sortait pas rapidement, ça leur collerait à la peau et dévorerait son armure. Même pour les Suprêmes, la lave était un problème, mais rien qu’ils ne puissent pas supporter. Au moins, elle n’était pas enchantée avec la capacité d’absorption du mana.

J’avais poussé fort et j’avais sauté vers le haut, j’avais lutté pour atteindre l’autre côté. Cela atteignait mes bottes et il devenait difficile de bouger, mais je l’avais repoussée autour de moi. En utilisant ma force, j’avais sauté et j’avais atterri sur l’une des plates-formes. J’étais en sécurité, mais mon armure magique avait considérablement diminué.

« Ouff ! Ouff ! La lave ? La lave au premier étage ? Franchement ? » m’étais-je plainte en respirant avec force.

« Nanya... tu as perdu une botte, » déclara Tuberculus pendant qu’il désignait quelque chose qui brûlait dans la fosse.

« Mais euh ! » J’avais gonflé mes joues en boudant.

« Hahahaha ! C’est génial ! Nanya, la Divine, a perdu une botte au premier étage ! » s’exclama Angius en riant.

« Grrr ! » avais-je grogné. Mais je l’avais laissé faire et j’avais soupiré. « Angius ? » avais-je dit en le regardant avec le sourire.

« Hm ? » m’avait-il regardée.

« Tu pues ! Prends un bain ! » Je l’avais attrapé par une botte et je l’avais jeté dans la lave.

« Ah ! » il avait crié. « Chaud ! Très chaud ! » Il avait nagé jusqu’à nous aussi vite qu’il avait pu et était sorti de la lave avec l’aide des deux autres. Il n’avait plus qu’une seule botte maintenant, et sa robe était un peu brûlée sur les bords.

J’avais souri.

« J’ai cru que j’allais mourir..., » il m’avait regardée et avait commencé à nettoyer la lave de ses vêtements.

« Ça aurait pu être pire, » avais-je dit en haussant les épaules.

« Comment ça ? » demanda-t-il en plissant les sourcils.

Je lui avais affiché un grand sourire et m’étais tournée vers la porte ouverte.

« En avant vers la gloire et la fortune ! » avais-je dit en la pointant du doigt.

Ils avaient soupiré et m’avaient suivie sur les plates-formes chronométrées.

Le donjon d’Illsy était vraiment amusant, mais certainement très dangereux. J’étais curieuse de savoir ce que nous trouverions dans la section suivante.

Dix minutes plus tard...

« Des harpies... des pièges à flammes... des pièges à pointes... des pièges à flèches... des pièges à vent... un gouffre mortel avec des pointes au fond... ES-TU en train de te moquer de MOI !? CE N’EST QUE LE PREMIER ÉTAGE ! » avais-je crié à pleins poumons.

Nous ne nous étions pas éloignés de la plate-forme à l’entrée. Nous étions en train de chronométrer les pièges et d’essayer de trouver le chemin que nous devions prendre. Il y avait trois pièces, mais probablement une seule était réelle. Malheureusement, nous n’avions pas pu déterminer lequel était la bonne. Elles étaient toutes identiques. Pendant ce temps, Angius et moi combattions les harpies.

« En effet. C’est quelque chose pour le 100e étage et au-delà, » avait dit Tuberculus.

« Je plains les pauvres salauds qui oseraient entrer dans ce donjon... Et en plus, il a dit que c’était trop facile..., » déclara Angius en parant une harpie et en frappant avec force avec son poing. Le monstre avait été jeté dans le plafond avant de tomber dans un gouffre en dessous. « Avez-vous compris ? » demanda-t-il.

« Oui, juste un instant... là ! » déclara Rufus en lui montrant un petit parchemin avec la carte du labyrinthe et la plate-forme devant lui.

« Bien. C’est lequel ? » demanda-t-il.

« Ouais ! C’est toujours à gauche ! » avais-je souri en disant ça.

Cela n’avait pas été si facile que ça...

C’était finalement un chemin qui menait à une salle de mini boss. J’avais frappé la brute une fois et je l’avais envoyée directement au plafond. C’était très faible par rapport à moi, mais contre un Rang Maître, c’était un monstre. Il y avait aussi une bande de diablotins et de harpies qui avaient frayé et m’avaient attaquée. J’avais utilisé une [Boule de feu] pour détruire leurs cercles d’invocation. Une fois la pièce dégagée, il était temps de partir, mais j’avais remarqué une salle au trésor. J’avais souri à l’idée et je m’étais précipitée pour être accueillie par un tas de pièges à flèches. Il n’y avait rien là-dedans.

Après être sortis de cette pièce, on avait pris le côté droit. Nous n’y avions pas trouvé de trésor, mais nous avions trouvé un tas de diablotins et de pièges à gaz. Notre armure magique était assez haute, donc nous n’étions pas dérangés par la puanteur. Nous avions détruit les cercles de convocation des diablotins et étions sortis de là. Nous avions atteint une pente. Après avoir atteint le coin, nous avions entendu un déclic.

« Qu’est-ce que c’était ? » avais-je demandé.

En regardant en arrière, j’avais vu un gros rocher et j’avais dégluti. J’avais été la première à courir jusqu’au bout. Rufus et Angius suivaient, seul Tuberculus avait été lent à agir.

« Euh ? ARGG ! » il avait crié quand le rocher était passé au-dessus de lui et qu’il s’était fait roulé dessus. « Arrêtez... ce... truc ! » Il avait réussi à marmonner quelque chose quand il avait roulé après nous alors qu’il y était resté figé dedans. S’il n’avait pas eu d’armure magique, il aurait fini comme une pâte de viande molle.

« La sortie ! » déclara Angius et sauta « Euh ? AAAH ! » il avait crié et puis je l’entendis frapper tous les murs jusqu’à ce qu’il atteigne une zone avec de l’eau.

Quant à Tuberculus, je l’avais bien entendu arrêté. Je m’étais arrêtée contre le mur, je m’étais retournée et j’avais frappé le rocher qui roulait vers nous aussi fort que j’avais pu. Il n’était pas enchanté, donc il avait été brisé par mon coup de poing. Le vieil homme avait été jeté dans le plafond, puis il avait rebondi et s’était retrouvé derrière moi.

« Argh... le monde tourne... Beurk ! » il avait vomi.

« Euh ! » avais-je grimacé. Puis j’étais passée devant lui.

« Je crois qu’Angius est en train de se noyer, » dit Rufus en regardant dans le trou menant au prochain étage.

« Rejoins-le, » avais-je dit en le poussant.

« Euh ? AH ! » il avait crié.

J’avais attrapé Tuberculus par la jambe gauche et j’avais sauté après eux. L’eau était froide comme de la glace et j’avais vite nagé. Après avoir jeté le vieil homme sur la terre ferme, j’avais poursuivi Angius. Rufus s’était plutôt bien comporté et avait nagé jusqu’au rivage.

« Ouf ! J’ai cru que j’allais mourir, » déclara le guerrier après avoir craché de l’eau.

« Piège à blocs ? C’était inattendu... Ses pièges sont un mélange de pièges compliqués et mortels avec des pièges simples. Je ne sais même pas à quoi m’attendre..., » avais-je dit avec un soupir.

Pour faire une comparaison avec d’autres donjons, celui d’Illsy était tout simplement fou. Par exemple, le donjon Ancestral dans l’Empire du Paramanium avait une plante simple et un insecte au premier étage. Il y avait environ quatorze pièces au total et cela avait continué jusqu’au deuxième étage, où l’on pouvait trouver des rats et des serpents. La difficulté augmentait dans les monstres et le nombre de pièces, mais habituellement, les pièges étaient après les dix premiers étages. Le premier piège utilisé par Ancestral était un simple piège à pointes. Le premier mini boss était au 20e étage, mais à ce moment-là, on avait aussi des pièges à flèches. Les choses ajoutées par Illsy n’avaient même pas été rencontrées à partir du 50e niveau, mais en raison de leur complexité, je parierais mon argent sur le fait qu’il pourrait rivaliser avec le 120e étage avec seulement son premier étage. Cela m’avait fait frissonner de pensée à ce que je trouverais au deuxième étage.

« Quoi... ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Rufus, surpris.

Nous étions actuellement assis devant des murs métalliques de trois m de haut avec un motif ondulant comme des vagues sur un lac. C’était beau à regarder, mais c’était cette beauté qui les rendait dangereux. Si c’était un labyrinthe, alors sûrement... ça allait être difficile à finir. La réflexion sur les côtés l’avait rendu très difficile à vivre pour les aventuriers réguliers. L’étage du donjon avait déjà surpassé les aventuriers du rang de Maître, cela passait régulièrement par le Rang Empereur et s’enfonçait dans le Rang Divin. Au moins, il n’y avait pas de murs enchantés ou de pièges magiques. Ça aurait pu être plus dangereux que n’importe quoi d’autre là-dedans.

« De quoi ça a l’air ? Un labyrinthe, » lui avais-je demandé.

« Techniquement parlant, ça pourrait être un labyrinthe, » commenta le vieil homme.

J’avais haussé les épaules.

« Nous devrions continuer, » leur avais-je dit. On avait passé les cinq heures maintenant.

« Reposons-nous ici un peu, Nanya, » déclara Angius.

« Ah ! Mes livres ! » cria Rufus.

« Quoi ? » avais-je demandé en étant surprise.

« Mes livres sont plus là ! J’ai dû laisser tomber mon sac là-haut ! » déclara l’homme en regardant vers le haut du puits menant au premier niveau.

« Ne t’inquiète pas trop, nous demanderons à Illsy de te les récupéré à notre retour, » lui avais-je dit avec un sourire.

« Soupir... très bien..., » il avait pris place sur le sol. Puis il fut décidé qu’on allait prendre un moment pour se reposer.

Quel donjon ridicule..., m’étais-je dit en regardant les murs réfléchissants.

C’était assez étonnant, mais aussi très dangereux. Aucun de nos élèves n’aurait pu terminer même le premier niveau. S’ils osaient l’essayer, ils ne deviendraient que des cadavres. Ce donjon était tellement dangereux.

***

Partie 2

Angius et Tuberculus avaient dormi pendant trois heures, réapprovisionnant leur mana et guérissant leurs blessures s’ils en avaient. Moi et Rufus avions surveillé pendant ce temps, mais c’était surtout moi, vu que l’homme était plus préoccupé par ses propres livres que par n’importe quoi d’autre. Bien que j’avais entendu des loups hurler à un moment donné, seuls trois diablotins avaient osé m’attaquer. Contrairement à ceux que j’avais dû combattre pendant le moment de folie de l’Illsy, ceux-là voulaient vraiment me tuer. Ils étaient faciles à vaincre, mais ils étaient certainement plus durs que ceux avec lesquels nous nous étions battus jusqu’alors.

Les monstres dans les donjons augmentaient généralement en puissance en fonction du nombre d’étages et du niveau du donjon. L’autre facteur était l’expérience du donjon avec les aventuriers. En y pensant de ce point de vue, ce donjon n’avait que deux étages. J’avais vérifié et Illsy était à peine au niveau 53, et pas encore 100. Au premier étage, nous n’étions censés ne rencontrer aucun monstre, peut-être quelques rats dans les dernières pièces, mais c’était à peu près tout. Au deuxième étage, nous devions rencontrer des animaux sauvages : des rats, des panthères, des sangliers et peut-être des loups. Il n’y avait pas de pièges ou de fosses de lave. Les harpies et les diablotins étaient pour les étages après cinq heures d’exploration. En fait, les harpies n’avaient été trouvées en général qu’après le quinzième étage, mais ce qui était plus troublant, c’était un boss au premier étage. Le Minotaure était fort et certainement pas quelque chose que n’importe qui entrant à peine dans le donjon s’attendrait à voir.

En gros, le donjon d’Illsy était anormalement dangereux, complexe et puissant. Aucune des règles que nous connaissions sur les donjons ne s’appliquait à lui. Je commençais à croire que c’était une caractéristique d’un Seigneur de Donjon Divin, mais ce n’était pas ça... Je me souvenais m’être aventurée dans l’un d’eux avec ma mère quand j’étais petite. Les premiers niveaux étaient identiques aux niveaux réguliers. La différence commençait au 15e étage. À ce moment-là, la complexité et le facteur de danger étaient semblables à ceux d’Ancestral au niveau 50, puis cela devenait encore plus difficile.

Se pourrait-il que je me trompe ? Mère est au-delà de tous les Suprêmes sur les troisièmes continents, mais quand même... Soupir... C’était peut-être aussi facile parce que j’étais avec elle ? avais-je pensé en attendant patiemment que les autres se réveillent. J’avais tiré mes jambes jusqu’à ma poitrine et j’avais essayé de repousser les pensées sombres qui m’avaient murmuré qu’Illsy essayait vraiment de nous tuer.

Angius avait été le premier à se réveiller, puis Tuberculus. Après un petit déjeuner rapide, nous nous étions préparés à pénétrer plus profondément dans le donjon.

« C’est juste le deuxième étage, n’est-ce pas ? Comment pourrait-il être difficile d’avancer dans ce donjon ? » demanda Rufus en souriant.

« C’est probablement assez petit. Les donjons ne s’appuient jamais sur de longs dédales compliqués, » déclara Tuberculus, presque certain à ce sujet.

« Je n’aime pas ces murs..., » grogna Angius.

J’avais signalé mon accord avec un signe de tête. Il y avait quelque chose d’étrange chez eux. Ces reflets et ces motifs de vagues n’avaient pas été placés là uniquement pour la décoration. Ils étaient certainement destinés à nous embrouiller.

« On y va ? » demanda Tuberculus alors qu’il prenait la tête.

Nous l’avions tous suivi et nous nous étions aventurés plus profondément dans le donjon. Comme d’habitude, nous avions pris le chemin de gauche et même quand nous avions entendu des loups et des diablotins de l’autre côté, nous avions continué. Le dédale, cependant, n’avait pas été facile du tout. Rufus avait eu mal à la tête après la première demi-heure. Tuberculus avait essayé de le cartographier, mais cela s’était avéré plutôt difficile. J’étais la seule à ne pas regarder les similitudes et les différences dans les murs. Ils étaient destinés à vous faire prendre en considération, à vous embrouiller.

« Si l’un de nos étudiants avait atteint cet endroit, ils se seraient perdus ici jusqu’à ce qu’il soit retrouvé..., » une puissante flamme avait arrosé le haut de la tête d’Angius avant qu’il n’ait pu terminer ses paroles. « Puha ! » il avait, après ça, soufflé de la fumée.

« Des pièges de feu ? Du plafond ? » avais-je demandé, surprise.

« Tout le monde ! Faites attention ! Il y a peut-être d’autres pièges cachés, » cria Tuberculus juste avant qu’un diablotin lui saute dessus.

Il l’avait frappé avec force, et nous avions augmenté notre vigilance, mais rien ne nous avait attaqués à nouveau.

Était-ce le seul ? m’étais-je demandé.

« Ce donjon n’est pas pour les Maîtres... Comment un donjon Héroïque pourrait-il construire quelque chose comme ça ? C’est impossible..., » déclara Rufus en secouant la tête.

C’est simple... il n’est pas un Héroïque, mais un Divin, pensais-je.

Si Rufus décidait de m’interroger plus tard sur la vérité, je craignais de ne pas pouvoir la lui cacher. Parmi nous tous, il était le seul à pouvoir deviner l’identité d’Illsy rien qu’en regardant ses actions et ce donjon.

Nous avions continué à avancer, mais nous étions sur nos gardes vis-à-vis des pièges. J’avais détruit tout ce que j’avais pu trouver, mais après une heure de marche, nous avions finalement atteint la sortie.

C’était du moins ce que nous pensions...

En suivant le couloir, nous étions arrivés devant une plaque gravée placée devant une énorme salle. Il y avait écrit l’énigme suivante :

Il était une fois une forêt,

Et c’est alors qu’un test impitoyable a été fait dans cette forêt.

Il a été fait pour tous ceux qui prétendent être les meilleurs !

Mais aussi impitoyable que cela puisse être,

Trois bêtes se sont offertes pour vous guider :

Le Lion est le plus fort.

Le Loup le suit de peu.

Le Canard est le plus faible,

Pourtant, il a toujours fait de son mieux.

Le Lion est le plus intelligent.

Le Loup est le plus affamé.

Le Canard est le plus chanceux.

Ils vont tous avec vous, mais un seul peut vous guider.

Choisissez le bon, et selon votre faveur, le destin l’emportera.

Choisissez le mauvais, et vous ne verrez pas le lendemain.

« Haha ! Le Seigneur Donjon sait faire des rimes ! » déclara Angius, mais ce n’était pas la chose la plus importante que nous aurions dû remarquer.

C’était une salle de puzzle, quelque chose qui n’apparaissait qu’à partir du 150e étage dans CHAQUE donjon, mais ici il y en avait un au deuxième étage. C’était aussi un type que je n’avais jamais vu auparavant. Le sol était pavé de carreaux carrés mélangés. Chaque tuile avait le visage d’un animal mentionné dans l’énigme : un lion, un loup et un canard. De l’autre côté de la pièce se trouvait une porte. Au premier coup d’œil, il semblait que nous pouvions l’ignorer.

« C’est quoi un canard ? » demanda Rufus.

« Attention..., » je les avais prévenus.

Il nous avait fallu environ trois heures pour résoudre l’énigme parce que nous n’avions aucune idée de ce qu’était un canard. Au début, nous pensions qu’il s’agissait peut-être d’une bête, mais je n’avais jamais entendu parler d’une bête du genre canard, même si les loups étaient assez nombreux. En fin de compte, nous étions arrivés à la sortie. Nous ne pouvions pas l’éviter non plus, la porte n’avait pas bougé quand j’avais sauté de l’autre côté. Nous ne pouvions pas non plus marcher sur les choses au hasard. Lorsque nous avions sauté sur la mauvaise tuile, cela avait déclenché un piège ou s’était avéré être instable, et nous étions tombés sur un piège à pointes. C’était Tuberculus qui en avait fait les frais.

En fait, nous avions passé plus de temps là-bas parce que nous voulions analyser la façon dont la salle de puzzle avait été conçue et ce qu’elle signifiait par « vous ne verrez pas le lendemain ».

Après être sortis de là, nous avions été confrontés à une autre section de donjon. Cela devenait assez frustrant et ennuyeux, surtout après que des diablotins chevauchant des loups nous avaient attaqués de nulle part. Même Tuberculus avait abandonné sa carte, ce donjon était trop confus. Au moins, il avait réussi à trouver l’entrée de cet étage trois fois et la première salle de puzzle deux fois. C’était alors qu’Angius, dans sa frustration, avait pris sa carte et la mangea. L’homme avait littéralement mangé la carte que le pauvre Tuberculus essayait de dessiner depuis des heures.

Un peu plus tard, en passant devant la pièce où nous avions détruit les cercles d’invocation des rats, des diablotins et des loups, Rufus avait attaqué un mur avec une puissante [Boule de feu], le faisant fondre. Nous avions tous sursauté lorsque nous avions entendu l’explosion, mais nous avions vite réalisé qu’il s’agissait d’une fausse alerte.

« J’ai cru entendre quelqu’un..., » nous avait-il dit.

C’était le premier signe. Il avait entendu, mais il n’avait pas vu.

À la fin de la journée, lorsque nous étions trop fatigués et frustrés pour continuer, nous nous étions arrêtés devant l’entrée de la salle de puzzle suivante et nous avions installé le campement. Nous n’avions pas pris beaucoup d’équipement, donc notre nourriture était plutôt rare. Aucun d’entre nous ne soupçonnait le donjon d’Illsy d’être si dur. Je commençais à croire qu’il avait l’intention de nous tuer. Tous ces pièges, les ennemis qui nous pourchassaient à travers les murs réfléchissants, les illusions optiques qui nous rendaient fous, ils émiettaient notre patience et augmentaient encore plus notre niveau de frustration.

Je n’avais dormi que quatre heures, mais quand je m’étais réveillée, ils discutaient tous de ce que je craignais le plus : le fait qu’Illsyore avait l’intention de nous tuer.

« Je ne vois pas les choses autrement... Ce donjon est trop dangereux, même pour les rangs Maîtres, » avait dit Tuberculus.

« Je vous l’ai dit, vous ne pouvez pas apprivoiser un Seigneur du Donjon ! Nous devons le détruire une fois que nous atteignons la surface, » déclara Angius en frappant le sol d’un poing.

« Je suis d’accord..., » répliqua Rufus.

« Je ne sais pas, » avais-je dit en m’approchant d’eux.

Bien sûr, toutes les preuves indiquaient qu’Illsyore était un vil manipulateur qui voulait nous tuer d’une manière cruelle en nous torturant avec ses pièges comme n’importe quel autre donjon, mais quand j’avais imaginé le détruire, je m’étais souvenue comment il se comportait lorsqu’il était sous les effets de ce stupide parchemin de sorts. Il y avait un peu de doute dans mon cœur, quelque chose qui m’avait dit qu’il était innocent et peut-être que tout cela n’était qu’un malentendu.

Et si c’est le seul type de donjon qu’il sait construire ? Il était convaincu que c’était un donjon Facile... Je me demande ce qu’il entend par Dur ou Cauchemardesque, pensais-je en regardant les trois professeurs qui doutaient de moi.

« Pourquoi ? Tu l’as vu aussi, n’est-ce pas ? La lave ? Des harpies ? Des pièges ? Ce labyrinthe ? Tout est fait de manière à nous torturer mentalement, à drainer notre armure magique et à nous tuer, » avait commenté Angius.

« En effet... ce n’est pas normal, » déclara Rufus.

« Soupir... S’il voulait nous tuer, il serait venu et nous aurait tirés dessus avec ses sorts pendant que nous dormions ou nous aurait piégés dans ce donjon en bloquant la sortie. Cela aurait été un exploit facile pour lui, » avais-je expliqué, mais il y avait quelque chose d’autre qui avait créé un doute dans mon cœur concernant ses intentions maléfiques. Cette chose ou plutôt elle était Shanteya. Pourquoi sauver l’El’Doraw et la guérir s’il était maléfique ? m’étais-je demandé.

Le procès d’Illsyore n’était pas encore terminé. Une fois que nous serions sortis de là, nous étions déterminés à mener une enquête approfondie. Ils étaient déterminés à le détruire s’ils le trouvaient coupable de conspiration contre nous.

Avec un nouveau poids sur nos poitrines, nous étions entrés dans la deuxième salle de puzzle. Celui-ci était un peu plus simple. Tout ce que nous avions à faire était de tirer quelques leviers dans la bonne combinaison. Le problème était que si nous nous trompions, les pièges étaient activés tout autour de nous. Rufus était chargé de trouver la combinaison, tandis que nous le défendions contre les attaques des pièges. Nous nous étions permis de nous placer devant eux parce qu’ils n’étaient pas enchantés. Illsyore n’avait pas été capable d’enchanter les pièges à en juger par ce que nous avions affronté jusqu’à présent.

Heureusement, Rufus savait ce qu’il faisait et avait trouvé la combinaison en seulement quatre essais. Le sourire aux lèvres, nous avions quitté la pièce. Le donjon enrageant avait continué, et nous avions poussé vers l’avant.

Quatre heures plus tard, nous avions trouvé l’entrée de la pièce suivante. Illsyore avait fait cette section d’étage d’une manière qui nous obligeait à finir les deux salles de puzzle si nous voulions trouver et progresser plus loin dans le donjon. C’était stressant, ennuyeux, et les malédictions sur le Seigneur du Donjon avaient continué à sortir l’une après l’autre.

Cette pièce avait l’air vide au début, mais lorsque nous avions atteint le centre, d’innombrables diablotins avaient frayé tout autour de nous. Nous avions été prompts à agir et avions vaincu la première vague. Je m’étais précipitée en avant et j’avais détruit les cercles d’invocation l’un après l’autre. Aucun piège n’avait été activé dans cette pièce, et nous avions pu avancer après avoir tué le dernier diablotin.

Le donjon sans fin avait continué...

Pendant des heures et des heures, nous avions parcouru les chemins sans fin, déroutants et exaspérants de l’étage de torture d’Illsyore. Les pièges, les diablotins et les rats occasionnels nous harcelaient constamment, abaissant nos armures magiques et poussant nos humeurs jusqu’au bord. Angius avait même commencé à frapper les murs de métal pour se soulager du stress.

À un moment donné, nous avions atteint ce qui ressemblait à l’entrée d’une autre pièce. Nous avions d’abord hésité, mais c’était Rufus qui avait marché devant nous et nous avait ouvert les portes. Ce que nous avions trouvé là était un autre piège, mais lui, il était caché sous une autre forme. D’innombrables rats géants étaient sortis et avaient sauté sur Rufus.

« Rats ? » avais-je demandé en sautant en arrière.

« Rats ! RATS ! Lâchez-moi ! » cria Rufus pendant qu’il luttait avec eux.

« Tuez-les ! » cria Angius.

Rufus avait chanté le sort [Boule de feu] et l’avait dirigé vers les rats, mais juste au moment où il était sur le point de le relâcher, deux rats avaient sauté sur lui et lui avaient mordu le nez. Le sort avait échoué et il avait tiré sur Angius au lieu de la pièce remplie de rats.

« Arg ! » avait gémi le guerrier.

Son armure s’était brisée pendant un moment, et le feu lui avait brûlé les sourcils. Il l’avait éteint avant qu’il ne s’étende, mais les dégâts avaient été faits. Au moins, il n’avait pas regardé dans la flamme quand elle l’avait frappé, sinon, il serait devenu aveugle.

« Argh ! Ça brûle ! » se plaignait-il en écrasant un rat tout en se frottant le front fumant.

« Dégagez-les de là ! » cria Rufus alors qu’il s’enfuyait loin de nous.

« Stop ! » avais-je crié.

Les rats poursuivaient leur proie, mais je savais que je ne pouvais pas m’enfuir après lui.

« Poursuivez-le, je détruirai les cercles d’invocations ! » avais-je crié sur les deux autres.

Tuberculus avait lancé quelques [Lances de glace], tuant quelques rats, puis s’en était pris à Rufus. Angius me suivait derrière lui, tandis que je sautais dans la pièce.

« Bande de rats stupides ! » avais-je crié en attaquant le sol avec mon poing, brisant le granit et craquant les cercles. Trois rats étaient sortis en un seul coup, mais quatre autres m’avaient sautée dessus. J’avais roulé sur le côté et j’avais écrasé le quatrième. J’avais encore sauté et j’en avais écrasé deux autres, il en restait cinq. Les rats n’avaient pas hésité et avaient continué à m’attaquer, ils avaient arrêté de courir après les autres et avaient fait de moi leur cible principale. Peu importe, j’allais tous les tuer !

Une fois que je m’étais débarrassée du dernier cercle, j’avais attaqué les rats, et ce n’était qu’ensuite que j’avais rattrapé mes amis. J’avais trouvé Tuberculus gémissant en raison d’une terrible brûlure au visage. Apparemment, Rufus l’avait frappé à bout portant avec une boule de feu et avait brûlé sa barbe, sa moustache et ses sourcils. Le pauvre bâtard avait même réussi à rentrer dans un piège à feu et à se faire brûler le dessus de la tête. C’était un peu drôle de le regarder, mais il n’y avait pas de quoi rire. Je l’avais ramassé et j’avais suivi la piste des rats morts.

Rufus était dans l’une des petites salles d’invocation des diablotins que nous avions nettoyées plus tôt. Il frappait quelques rats à mains nues, mais son armure magique avait disparu. S’il était tombé dans un piège, il serait foutu. Angius le soutenait, combattant dix autres rats.

« Nanya ? Tu as de douces... ARGGG ! » déclara Tuberculus, mais il n’avait pas eu le temps de finir ses mots. Pour avoir massé mes fesses avec sa main, j’avais calmé son visage en l’écrasant contre le mur d’acier froid.

En laissant le pervers, j’avais rejoint le combat. Leurs mains et leurs vêtements avaient été tachés par le sang qu’ils avaient versé. Contrairement à eux, j’étais propre parce que j’avais concentré plus d’énergie magique dans mon armure magique au fur et à mesure que nous traversions le donjon. Peut-être qu’ils avaient oublié les leurs ?

« C’est impossible ! C’est de la folie ! » cria Angius en regardant autour de lui.

« Non ! C’est le donjon d’Illsyore ! Mais en effet, ce n’est pas quelque chose que vous verriez au deuxième étage d’une école normale... Si les étudiants entraient à notre place..., » avais-je secoué la tête et refusée de penser à ce qui se serait passé. « Nous devrions aller de l’avant ! La sortie ne doit pas être loin. » Avais-je dit.

« Je m’en fous, Nanya, je détruirai ce Seigneur du Donjon ! Il l’a fait exprès ! J’en suis sûr, » avait-il dit en pointant son épée tachée de sang sur moi. Il était furieux.

« Doucement... nous sommes toujours..., » je m’étais arrêtée et j’avais cligné des yeux en raison de la surprise.

Il me manquait quelque chose. Ce sentiment était un sentiment que je connaissais bien... Illsyore avait à nouveau utilisé Colly Tos. Ma colère monta en flèche. Même si c’était accidentel, même si c’était un malentendu, même s’il ne le pensait pas, de me laisser sans culotte dans ce donjon... Une fois que nous serons sortis, c’était décidé : Illsyore sera mort !

***

Partie 3

[Quelques minutes avant que Nanya perde sa culotte.]

[Point de vue de Shanteya]

« Shanteya ? Avons-nous fini avec l’aile droite ? » demanda mon Maître en regardant la liste que j’avais faite avec toutes les choses brisées par les étudiants.

« Oui, Maître ! » avais-je répondu avec un sourire.

« C’est à peu près tout ! Hm, je me demande ce que je dois faire maintenant ? » se demandait-il.

« Ce que souhaite le Maître, » avais-je répondu.

« Ça me ferait mourir..., » déclara-t-il, et j’avais incliné ma tête vers la gauche.

Encore une fois, je ne comprenais pas ce que le Maître voulait dire. Il y avait aussi eu de nombreuses fois où les paroles du Maître étaient un peu confuses, surtout lorsqu’il utilisait des mots bizarres.

« Je pense que je vais améliorer Colly Tos ! » déclara-t-il, puis quelque chose était apparu au-dessus de lui. « Ah, merde... Nanya va me tuer ! »

Quand j’avais regardé vers le haut de sa tête, j’avais vu qu’il y avait une culotte rose avec de petits volants autour des bords. J’avais sauté et je l’avais attrapée. En effet, elles appartenaient à la maîtresse Nanya, mais j’avais quand même eu un peu de mal à croire qu’un sort à effet aléatoire puisse avoir une telle précision en la visant toujours.

« Ne vous inquiétez pas, Maître, je vais m’en occuper et laver votre honneur, » lui avais-je dit avec un salut respectueux.

Plusieurs personnes dans l’académie m’avaient demandé ces derniers jours la raison qui faisait que j’étais si servile et respectueuse envers un Seigneur du Donjon. C’était surtout les professeurs qui me l’avaient demandé. Mais de mon côté, je voulais savoir comment quelqu’un ne pouvait pas l’être quand il avait été soigné, guéri et sauvé toute à la fois sans même demander une seule pièce de cuivre en retour. Le Maître avait même voulu me libérer dès que j’avais été guérie, mais c’est moi qui n’avais pas voulu être libérée de lui. Avec un maître gentil et doux comme lui, comment pourrais-je penser à quitter ses côtés ? Bien sûr, le fait que je dormais avec Maître était toujours notre petit secret.

« Vraiment ? Ce sera génial ! » déclara-t-il d’une voix joyeuse.

J’avais doucement souri et j’étais retournée balayer le sol. Pendant ce temps, le Maître s’était mis à mettre à jour son sort au niveau suivant. Il était tout à fait étonnant qu’il puisse faire cela avec n’importe laquelle de ses compétences sans être formé par un maître de cette compétence respective. Pour tous les autres, c’était la voie habituelle qu’ils devaient suivre.

C’est peut-être quelque chose de spécifique à son espèce en tant que Seigneur de Donjon ? me demandais-je.

« C’est fait ! Maintenant, j’ai [invoquer une pièce d’équipement actuellement porté par l’aventurier sélectionné] », avait-il annoncé.

« Félicitations, Maître ! » lui avais-je dit.

« Je vais essayer, » annonça-t-il.

« Maître, s’il vous plaît, n’invoquez pas les vêtements de maîtresse Nanya. Elle est au milieu d’un donjon en ce moment, » l’avais-je prévenu.

Il aurait été mauvais s’il avait accidentellement invoqué son armure, d’autant plus qu’elle n’avait rien à utiliser pour couvrir ses fesses.

« Non ! Je te cible ! » annonça-t-il.

J’avais rougi.

« Moi, Maître ? Si vous le souhaitez, » avais-je dit. J’étais restée immobile devant lui.

Il s’était concentré un moment et avait crié « Colly Tos ! »

Ce qui avait disparu n’était pas ma culotte ou mes vêtements, mais la culotte de Nanya que j’avais dans ma poche. Le morceau de tissu rose était apparu entre nous et était tombé doucement sur le sol.

« Maître ? » avais-je demandé en plissant les sourcils. J’étais un peu contrariée qu’il n’ait pas pris quelque chose qui m’appartenait.

« Je jure que je visais ton tablier ! Ce stupide sort doit être brisé... vilain sort, » grogna-t-il.

« C’est certainement en dehors de ce que j’appellerais le bon sens, » lui avais-je dit en ramassant la culotte rose sur le sol.

« Eh bien, ça aurait pu être pire, » avait-il dit.

« Comment ça ? » avais-je demandé.

« J’aurais pu invoquer les sous-vêtements de Tuberculus... Arg, ce serait tout simplement méchant ! »

« En vous connaissant, Maître, vous déshabilleriez probablement toutes les jolies filles de votre Territoire de Donjon avant même que votre sort ne touche un homme, ou il refusera de fonctionner, » lui avais-je dit.

« En effet ! Ce sort est plus pervers que moi, » avait-il déclaré.

J’avais soupiré et j’étais retournée balayer le sol.

« En parlant de ça, tu sais ce que c’est ? Je l’ai trouvé l’autre jour par terre. Je pense que l’un des élèves l’a peut-être laissé tomber », m’avait-il dit.

« Quoi, Maître ? » lui avais-je demandé en me retournant et j’avais regardé de quoi il parlait.

Avec l’aide de sa [Télékinésie], il tenait une petite bouteille avec un peu de liquide brun au fond. Je l’avais immédiatement reconnu comme étant celui que Nanya avait utilisé cette nuit-là.

« C’est... c’est une potion, Maître, » avais-je dit en déglutissant.

Normalement, je lui aurais dit toute la vérité, mais à moins qu’il ne me demande des détails, il n’y avait pas besoin de s’inquiéter du tatouage d’esclave autour de mon cou travaillant contre moi.

« Hm, une potion, hein ? Ça doit venir de la classe de Zertan. Comment puis-je savoir ce qu’elle fait ? » demanda-t-il.

« Vous pouvez le découvrir en demandant à Zertan, mais à moins d’êtres un alchimiste ou un herboriste, il est tout à fait douteux que vous puissiez le découvrir sans le tester sur vous-même ou sur quelqu’un d’autre, » lui avais-je dit, ce qui était vrai.

« Je me demande..., » déclara-t-il, puis j’avais vu le maître déplacer la bouteille vers son corps de cristal.

« Maître ? » avais-je demandé.

« Une goutte ne devrait pas faire mal, n’est-ce pas ? » déclara-t-il, puis je l’avais vue tomber sur lui.

J’avais cligné des yeux en raison de la surprise et, pendant un instant, il ne s’était rien passé.

« M-Maître ? » avais-je demandé.

« Hein ? Shanteya ? Quand es-tu arrivée ici ? » me demanda-t-il. « Qu’est-ce que c’est ? Peut-être l’une des potions de Zertan ? » Il avait dit et jeté la bouteille avec les gouttes restantes à l’intérieur du panier que j’utilisais habituellement pour ramasser la poussière et la saleté.

C’était probablement parce qu’il n’avait utilisé qu’une goutte de potion, mais le Maître ne pouvait se souvenir de ce qui s’était passé au cours des trois dernières heures et ne m’avait pas non plus posé de questions à ce sujet. J’avais décidé de me taire à ce sujet, mais j’avais mentionné au hasard ce qu’il ne devrait pas faire s’il lui arrivait de trouver une potion inconnue. Il avait eu de la chance que ce n’était pas un poison...

 

***

[Retour dans le donjon d’Illsyore]

[Point de vue de Nanya]

Nous nous étions éloignés de la scène du massacre et nous avions installé un campement dans l’une des impasses du dédale. Les pièces étaient toutes remplies de sang et de restes de monstres.

Je n’avais pas dormi, et Angius était dans le même cas.

Rufus marmonnait quelque chose dans son sommeil de temps en temps, et j’appliquais des onguents sur les brûlures de Tuberculus. Une fois réveillé, il pouvait se guérir lui-même. Je croyais que Zertan avait une sorte de potion de restauration capillaire.

« Le Seigneur du Donjon est un monstre..., » déclara Angius à un moment donné.

« Un pervers peut-être. Mais on ne le sait pas encore pour le reste. Il a dit que c’était facile. Réfléchis un instant, Angius, et s’il ne comprenait pas ce qu’un Donjon Facile veut dire ? » lui avais-je demandé, bien que je n’avais aucune idée de la raison pour laquelle j’étais de son côté, surtout après qu’il m’ait lancé Colly Tos sur moi. J’aurais dû laisser ce stupide Seigneur du Donjon pourrir dans un fossé quelque part !

J’avais poussé un soupir et j’avais essayé de penser à autre chose. Notre situation actuelle était un peu déprimante, mais nous avions connu pires. Ce donjon nous avait pris un peu par surprise. Nous nous étions habitués à la vie paisible en tant qu’enseignants et nous avions oublié notre temps en tant qu’aventuriers, même si cela n’était que pendant un petit moment. Par conséquent, nous avions reçu un bon coup de pied aux fesses. Je n’osais penser à ce qui se serait passé si l’un des pièges auxquels nous avions été confrontés jusqu’à présent avait été enchanté.

Après le réveil de Rufus et Tuberculus, nous avions pris un petit déjeuner et nous étions partis en espérant atteindre la fin dans les heures qui allaient suivre. Nous ne voulions pas penser à la possibilité que nous n’étions actuellement que dans le premier quart du donjon. Ça aurait été un cauchemar si c’était vrai.

À la fin, nous étions arrivés dans la chambre d’un mini boss. C’était un autre Minotaure, mais à notre grande surprise, il était encore plus fort que celui que nous avions rencontré un étage au-dessus de nous. En fait, la différence était plutôt ridicule. Ces boss ne devraient pas être au deuxième étage, mais au 30e ou à un étage inférieur. Nous l’avions facilement vaincu, mais je ne comprenais pas comment il était possible de voir une telle diversité en difficulté en seulement deux étages. Cela m’avait fait me demander quel genre de donjon Illsyore pourrait construire si nous le laissions atteindre 100 étages ou plus. Un groupe d’aventuriers classés Suprême pourrait-il même passer le 20e ou le 50e étage ?

C’était une question difficile, mais il y avait quelque chose d’autre que nous avions trouvé dans cette mini salle des boss qui avait poussé Angius à frapper les murs et Rufus à parler avec son ombre. Derrière le Minotaure inconscient se trouvait un levier.

« Me fais-tu marcher !? » cria Angius. « Il veut qu’on trouve un autre levier dans ce labyrinthe !? » avait-il crié.

« Doucement, on ne sait pas si c’est vrai ou non. Peut-être que le mur de sortie s’est ouvert ailleurs, » avais-je dit, mais j’avais peur qu’il dise la vérité.

À en juger par la structure de cet étage, Illsyore semblait vouloir torturer mentalement ses victimes. Il commençait déjà à montrer ses effets sur les trois humains, mais avec moi, c’était une autre histoire. J’étais restée sur le bord et je n’avais pas baissé la garde depuis que j’étais entrée dans ce donjon. Maman m’avait dit un jour que seul un idiot se serait aventuré dans un donjon non préparé.

Soupir... Peut-être que j’aurais dû l’écouter... avais-je pensé en marchant et en tirant sur le levier. Aucun piège n’avait été activé et nous n’avions entendu aucun mur coulissant.

J’avais regardé encore quelques secondes et je leur avais dit : « Allons-y. »

Nous avions quitté la pièce et avions continué à chercher les autres leviers. Comme nous n’avions plus de patience, nous avions accéléré un peu notre rythme. Nous courions dans le donjon et ignorions la plupart des pièges les plus faibles. Nous n’avions qu’à faire attention aux pièges à pointes.

Deux heures plus tard, nous avions fait une pause pour récupérer notre souffle et notre mana. C’est alors que quelque chose d’étrange s’était produit. Tuberculus avait aperçu un petit diablotin, et il était sur le point de l’attaquer, mais Angius l’arrêta.

« Voyons si je peux l’apprivoiser, » déclara l’homme avec un sourire.

J’avais froncé les sourcils et regardé l’homme alors qu’il commençait à chanter. Dans mon esprit, l’équation suivante était en cours de traitement : Illsyore*Perverticus stupidicus+Diablotin+Le sort d’Angius= ?

J’ai un mauvais pressentiment à ce sujet..., avais-je pensé et regardé la scène.

Quand le guerrier avait fini de lancer le sort, il l’avait dirigé vers le diablotin et l’avait touché. Pendant quelques secondes, il semblait que ça ne marchait pas, mais soudain, le diablotin s’était précipité vers Angius.

« Agugagaga ! » criait le diablotin à plein poumon avec la langue sortie.

« Je t’ordonne d’arrêter ! » cria Angius.

Il s’attendait à ce que le petit diablotin s’arrête et s’incline devant lui, mais au lieu de cela... eh bien...

« Angius ? À ce propos, un diablotin ne serait-il pas en train de baiser ta botte avec entrain ? » avais-je demandé.

L’homme avait été tout simplement choqué par le comportement étrange de la petite chose. Il ne voulait pas admettre qu’il avait échoué si misérablement.

« Je ne comprends pas... ! Que lui arrive-t-il ? » demanda-t-il en essayant de se débarrasser de cette petite chose qui était accrochée avec force à son pied.

« Je ne sais pas, mais vous avez l’air d’un joli couple. C’est pour quand le mariage ? » avais-je souri, et il m’avait regardée fixement.

« Ce n’est pas une blague ! » avait-il déclaré.

J’avais haussé les épaules. C’était assez drôle pour moi. Mais les autres n’y prêtaient pas attention.

« Dégage ! » il avait crié. Puis il avait donné un coup de pied au diablotin. Cependant, le diablotin avait recommencé à faire un va et viens contre la botte.

Écœuré, il enleva sa botte et la jeta de l’autre côté du couloir.

« À moi ! À moi ! Mon précieux ! » cria le lutin en courant après la botte.

La créature l’avait attrapée et s’était enfuie hors de notre vue. Je n’avais pas pu m’en empêcher et j’avais éclaté de rire.

« Ma... Ma botte..., » déclara Angius quand il réalisa ce qu’il venait de faire.

« Ne t’inquiète pas, la puanteur à elle seule tuera probablement le diablotin en un rien de temps ! » avais-je dit avec un sourire en lui tapotant l’épaule.

« Arg..., » il avait regardé ses orteils. Il était pieds nus maintenant.

Nous avions poursuivi notre voyage dans le labyrinthe d’Illsyore. Cependant, nous n’avions aucune idée que ce n’était que le premier des trois mini boss que nous devions combattre avant d’atteindre le dernier boss.

Le labyrinthe était sans fin, les reflets ondulants sur les murs nous avaient trompés un nombre incalculable de fois. Rufus avait commencé à voir des ennemis à chaque pas que nous faisions. Il avait même tiré quelques boules de feu sur moi et Angius, mais nous les avions magnifiquement esquivés. Tuberculus était resté silencieux la plupart du temps. Il était encore sain d’esprit, mais il souffrait un peu. Il s’était lui-même guéri, donc il n’était pas en danger immédiat.

Malheureusement, Illsyore perdait des faveurs à chaque pas que nous faisions dans ce donjon infernal. Ils croyaient vraiment qu’il essayait de nous tuer. Leur preuve principale était le fait qu’il avait dit que c’était un Donjon Facile. En effet, je ne pouvais pas le nier... il aurait dû nous dire la vérité, mais que se passerait-il s’il ne connaissait pas la différence entre Facile et Horrible ?

Quelques heures plus tard, nous avions terminé le dernier mini boss. J’avais tiré le levier derrière lui, mais rien ne s’était passé.

« Quoi ? » dit Angius.

« C’est impossible... il y en a plus ? » demanda Tuberculus alors qu’il tombait à genoux.

« ARGH ! » cria Angius en levant son épée et en utilisant ses capacités pour taillader les murs de la pièce.

Le sol tremblait face à ses attaques. Il était furieux.

« Je vais le tuer ! Je vais le DÉTRUIRE ! » cria Angius.

« Attends..., » avais-je dit, mais je n’avais pas pu l’arrêter.

L’homme s’était précipité dans le labyrinthe, abattant les murs avec son épée, ne se souciant pas de savoir s’il l’avait cassée ou non. J’étais certaine qu’une fois son mana épuisé, l’arme se briserait en un milliard de morceaux. Si à ce moment-là, il marchait sur un piège, il pourrait finir mort.

« Tch ! » en cliquant sur ma langue, je m’étais précipitée après lui.

Il était rapide, mais pas autant que moi.

« STOP ! » lui avais-je crié dessus.

« AARGH ! » il avait crié en frappant les murs.

L’un des diablotins perdus était apparu devant lui, mais il n’avait pas eu la chance d’attaquer. Dès qu’Angius l’avait repéré, il l’avait écrasé comme un insecte. Le sang rouge du diablotin touchait son armure et sa peau, montrant que son armure magique s’estompait rapidement. Je devais me dépêcher.

« ARRÊTE-TOI ! » avais-je crié. Puis je l’avais frappé à l’arrière de son cou.

C’était un coup instantané.

Il était tombé au sol.

« Espèce d’idiot..., » avais-je dit en retenant mon souffle.

En le jetant par-dessus mon épaule, j’étais retournée chercher les deux autres. L’entrée nouvellement ouverte était probablement plus loin de là. J’avais juste prié pour que ce ne soit pas une serrure à combinaison, ce qui voudrait dire que je devrais courir entre les trois salles des boss pour savoir quel levier devait être levé et lequel devait être abaissé. Ça aurait été un vrai cauchemar de se promener entre eux comme ça. La plupart des monstres avaient été tués par nous, mais ces murs rendaient les choses extrêmement confuses. Le dédale était si grand et avec tant de rebondissements, c’était un cauchemar.

***

Partie 4

Tuberculus et Rufus n’étaient pas d’humeur à continuer, mais je les avais traînés avec moi. On ne pouvait plus faire de pauses maintenant. Grâce au déchaînement d’Angius, il y avait beaucoup de murs qui avaient été démolis. J’avais décidé de les utiliser et de rester du côté Nord du labyrinthe. Si je fouillais chaque section comme ça, il y avait une chance pour moi de trouver cette porte cachée. C’est ainsi que nous avions trouvé les autres pièces.

Moins d’une heure plus tard, j’étais tombée dessus. J’avais vu une paire d’escaliers menant à l’étage.

« Enfin ! » avais-je dit pour moi-même.

Avec le sourire aux lèvres, je m’étais précipitée là-bas avec Tuberculus et Rufus. Nous étions heureux d’avoir enfin trouvé la sortie. J’espérais voir le ciel, l’herbe, les arbres, mais ce que j’avais trouvé était quelque chose d’horrible...

« Qu’est-ce que c’est ? Illsyore... tu ne l’as pas fait, n’est-ce pas ? » avais-je dit en voyant le nouveau dédale devant nous.

Je n’arrivais pas à y croire. Nous avions un AUTRE dédale de salles devant nous. C’était terrifiant.

N’y a-t-il pas de fin à cet endroit ? Comment a-t-il pu construire quelque chose comme ça ? Comment pouvait-il penser que les élèves pouvaient survivre à ce cauchemar ? avais-je pensé qu’en tombant à genoux.

« C’est ça... il veut vraiment nous tuer, » déclara Tuberculus.

Il n’y avait aucune chance de dire que ce n’était pas ainsi. Tout pointait dans cette direction.

« Hisss ! »

« Qu’est-ce que c’était ? » avais-je demandé.

En regardant vers le chemin, d’innombrables serpents se précipitaient sur nous. J’avais dégluti et je m’étais levée. Même moi, j'étais en colère.

Si je descellais mon pouvoir... Si je le fais... avais-je pensé en regardant le ruban sale sur ma queue.

« Je vais le tuer... Je vais le détruire... » murmurai-je en me précipitant vers les serpents et en les enfonçant dans le sol.

Mes amis étaient actuellement en danger avec leur armure magique si basse. Je ne pouvais même pas laisser un seul de ces serpents les atteindre. Je les avais rapidement frappés et les avais attirés vers moi jusqu’à ce que chacun d’entre eux soit mort. Je doutais qu’Illsyore ait commencé à utiliser des animaux sauvages pour ce labyrinthe, alors j’avais cherché leurs cercles d’invocation. Après les avoir détruits, j’étais retournée à l’entrée.

Les murs ici n’étaient pas tout droit, mais c’était plutôt des choses avec des coins pointus. C’était un nouveau type de donjons que je n’avais jamais vu auparavant, ondulant et laissant les murs glisser comme un serpent sur le sol. Heureusement, il était beaucoup plus petit, et je n’avais rencontré aucun boss, juste des diablotins et des serpents.

Une fois que nous avions atteint la fin, nous avions sauté par dessus un autre trou et étions tombés dans un petit étang. Angius était allé directement au fond, mais l’eau froide les avait tous réveillés, et nous avions nagé jusqu’à la surface.

« Où... Où sommes-nous ? » demanda Tuberculus en toussant après s’être traîné hors de l’eau.

« La dernière salle du boss... » avais-je dit en voyant la grande salle et l’immense Minotaure devant nous.

Il mesurait trois mètres de haut, couvert de fourrure noire, avec des yeux rouges et une hache géante. Ce n’était pas un boss pour un deuxième étage, c’en était un pour le 30e étage et au-delà. J’en étais certaine parce que je m’étais déjà battue contre l’un d’entre eux.

Illsyore vient de briser le sens commun des donjons... encore une fois ! pensais-je en regardant la monstruosité.

« GRAARGH ! » la bête grogna et frappa le sol avec son sabot.

Le sol tremblait, annonçant le début de la bataille finale.

« Déployez-vous ! » avais-je crié.

Rufus, Angius et Tuberculus l’avaient fait. Bien qu’ils soient encore en train de se sortir de leur transe, ils n’en étaient pas encore à leur pleine puissance. La bataille avait commencé, et j’étais l’avant-garde. Quelque chose comme ce boss n’était pas vraiment un problème pour moi. Dès qu’il avait touché le sol avec son arme, je l’avais giflé une fois et je l’avais envoyé dans un mur voisin. Les autres n’avaient rien fait et ils s’étaient concentrés sur le réapprovisionnement de leur armure magique.

Après que la bête se soit levée, elle était retournée au centre, nous ignorant, mais elle affichait certainement un sourire alors qu’elle faisait ça.

« C’est un piège ! » avais-je crié.

Nous avions tous activé notre armure magique et nous nous étions préparés pour l’attaque. Quelques écoutilles s’ouvrirent d’en haut, et nous étions prêts à nous défendre contre une attaque de flèches, mais au lieu de cela, neuf faisceaux de lumière étaient sortis et avaient traversé la pièce. J’avais roulé sur le côté et j’avais sauté par-dessus l’un d’eux. Je ne voulais pas qu’il me touche, mais Tuberculus avait été touché par l’un d’eux. Cela avait abaissé son armure magique à une vitesse incroyable et l’avait forcé à esquiver. Quand elle avait été brisée, cela avait brûlé sa robe, mais heureusement pas sa chair. La même chose était arrivée à Angius, et seul Rufus avait esquivé avant d’être frappé par eux.

J’avais fait claquer ma langue et avait frappé le sol avec mon poing. Une tuile avait été délogée. Je l’avais ramassée et je l’avais jetée sur l’un des faisceaux de lumière. Quelque chose avait craqué ou s’était écrasé à en juger par le bruit, mais il n’y avait plus de faisceaux qui sortaient de là.

« Nanya ! Derrière toi ! » cria Tuberculus.

Il était trop tard. Le Minotaure avait profité de cette occasion et il s’était précipité vers moi. J’avais été frappée par sa hache et envoyée dans le mur. Une partie de mon armure magique avait été affectée, et j’étais tombée sur deux faisceaux de lumière. Ils avaient encore plus abaissé mon armure, mais j’avais roulé avant qu’elle n’ait complètement disparu. Mes vêtements fumaient un peu à un ou deux endroits, mais rien de dangereux pour l’instant.

« Quelle pièce... ! » déclara Angius en esquivant un autre rayon de lumière.

Je m’étais levée et j’avais commencé à jeter les morceaux de plancher sur les écoutilles. Le Minotaure me remarqua et me chargea de nouveau. J’avais arrêté son déchaînement d’une seule main et je lui avais donné un coup de pied dans les côtes. Je l’avais attrapée par une de ses cornes, je l’avais jetée par-dessus mon épaule avant de l’envoyer voler dans le mur. Deux de ces rayons avaient réussi à me frapper par-derrière à ce moment-là, et j’avais senti le tissu qui brûlait. J’avais esquivé et j’avais de nouveau fait craquer le plancher. En utilisant les morceaux, je les avais jetés sur les écoutilles et j’avais cassé ce qui nous tirait dessus. Le boss avait été assommé par mon dernier coup, donc tout ce que j’avais à faire était de détruire ces choses.

Quand ce fut enfin terminé, nous avions poussé un soupir de soulagement. Je n’arrivais pas à croire qu’on s’était tant battu au deuxième étage d’un donjon. Si j’en parlais à quelqu’un à la guilde, ils se seraient moqués de moi et m’auraient dit que j’inventais des choses. Personne ne nous croirait si nous leur parlions des dangers de ce donjon.

À ce moment-là, une seule pensée m’avait traversé l’esprit. Si nous avions pris son donjon au sérieux et nous étions préparés comme il faut, ou du moins si nous étions entrés avec lui, nous n’aurions pas eu autant de problèmes... Hein ? N’a-t-il pas proposé de nous guider ? S’il voulait nous tuer, alors... alors, pourquoi offrir d’être notre guide ? La révélation m’avait frappée durement. L’idiot ne sait pas ce qu’est un Donjon Facile, hein ? J’avais commencé à rire.

C’était un peu honteux de ma part de penser que ces deux derniers jours, même moi, je commençais à penser à détruire Illsy. Il venait de naître, et donc, bien sûr, il n’avait aucune idée de ce qui était quoi. Avec tant de mana à dépenser, même moi, je n’aurais pas perdu mon temps avec des petits étages remplis d’animaux sauvages.

« Une sortie ! Regardez ! » cria Tuberculus.

« Enfin ! On est dehors ! Vite ! Vite ! Nous devons aller détruire son noyau avant qu’il n’attaque l’école ou qu’il n’essaie de prendre notre vie ! » s’écria Angius.

Quoi ? Attends une minute..., avais-je pensé quand j’avais vu les idiots courir vers les escaliers.

Je leur avais couru après. Les escaliers étaient d’abord descendus, mais ils étaient ensuite remontés très loin.

Juste là, à la sortie de la salle du boss, à côté d’un mur, il y avait un message écrit sur une plaque de granit.

Merci d’avoir testé mon donjon. Je suis désolé si c’était trop facile pour vous tous, je ferai de mon mieux avec les étages suivants ! Et si ce n’est pas bon, faites-moi savoir comment en faire un pour que ce ne soit pas un danger pour les élèves. Illsyore.

Après l’avoir lu, j’avais cligné des yeux en raison de la surprise. Pendant tout ce temps, le Seigneur du Donjon avait pensé que c’était trop facile et que nous pourrions être déçus ? Et maintenant, ces idiots essayaient de le tuer ?

J’avais fait claquer ma langue et je m’étais précipitée après eux. Je n’allais pas les laisser toucher Illsy.

Mais attends un peu ! S’il voulait vraiment nous tuer, où était le brouillard noir ? Où étaient les mauvaises intentions !? avais-je crié dans mon esprit en réalisant qu’il manquait la preuve la plus importante.

Chaque fois qu’un donjon était enragé, en colère ou qu’il désirait tuer quelqu’un, un brouillard noir s’élevait sur son Territoire de Donjon pour limiter la vue des aventuriers. Plus il était fort, plus les pièges et les monstres étaient puissants. Nous l’avions vu d’innombrables fois dans d’autres donjons, mais il manquait complètement chez Illsy. C’était un miracle qu’aucun de nous ne l’ait remarqué jusqu’alors. Peut-être nous étions-nous trop habitués à l’idée que nous vivions à l’intérieur d’un territoire d’un Seigneur du Donjon non agressif ?

« Idiots ! J’ai dit : ARRÊTEZ-VOUS ! » avais-je crié et j’avais frappé Angius à l’arrière de sa tête, l’envoyant s’écraser dans les escaliers. J’avais frappé Tuberculus dans l’estomac et giflé Rufus dans le mur. Ils avaient tous été assommés.

« Ouff ! Ouff ! Ouff ! » je respirais fortement. Je les avais ramassés et j’avais continué à marcher dans les escaliers.

J’allais tout leur expliquer après qu’ils aient reçu leur traitement médical et qu’ils se soient réveillés. Une fois que le trio d’idiots se serait calmé et détendu, j’étais sûre qu’ils allaient m’écouter. Au cas où ils ne l’auraient pas fait, ils pourraient toujours être mes sacs de sable jusqu’à ce qu’ils le fassent.

Lumière... nous sommes enfin dehors..., pensais-je.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire