J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 2 – Histoire secondaire 2 – Partie 1

***

Histoire secondaire : Comment ça, de la LAVE sur le PREMIER ETAGE !?

Partie 1

[Point de vue de Nanya]

« Nyahahah ! Un donjon ! Un donjon après si longtemps ! C’est comme au bon vieux temps, n’est-ce pas !? » J’avais ri tout en donnant une tape dans le dos à Tuberculus.

J’étais tellement excitée de pouvoir enfin explorer un donjon inconnu après tant d’années que je me fichais de savoir s’il s’agissait d’un donjon de 400 étages ou seulement deux ! Illsy avait dit qu’il n’en avait que deux, donc nous nous attendions à le terminer en deux heures ou plus, peut-être trois si nous devions regarder un peu plus dans la zone et faire une carte complète de l’endroit.

« Tu as toujours été la première à être excitée par les petites choses, » commenta Rufus avec sa voix monotone habituelle.

Je le jure, cet homme n’avait montré de l’excitation que lorsqu’il avait trouvé un nouveau livre ! Lui et Zertan auraient fait un mariage parfait, l’autre n’était heureux que lorsque ses plantes avaient finalement fleuri.

Je n’avais pas laissé ses propos m’empêcher de m’amuser. J’étais assez curieuse de savoir quel genre de boss nous allions rencontrer et à quel point il avait compliqué les choses. Jusqu’à présent, nous ne faisions que descendre de très longs escaliers. C’était tout à fait inhabituel. Dans la plupart des cas, le premier donjon était un bâtiment ou une grotte à la surface. Je n’avais jamais entendu parler d’un souterrain si profond, mais encore une fois, Illsy était un Seigneur du Donjon Divin. Il y avait beaucoup de choses à attendre de lui.

« Quand ces escaliers prendront-ils fin ? » grogna Angius.

« Le centre du monde ? » avais-je plaisanté.

« Argh..., » il avait gémi.

Lorsque nous avions finalement atteint les dernières marches, nous étions arrivés à une grande pièce vide en granit. C’était la première, donc nous ne nous attendions pas à y faire face. Aucun d’entre nous n’était sur ses gardes.

« Des signes de vie ? » avais-je demandé.

« Est-ce juste une pièce vide ? » demanda Angius alors qu’il scrutait la pièce.

« Soupir... Première pièce et pas de piège ? Peut-être que donner deux heures pour achever ça était un peu trop long ? Que diriez-vous d’une demi-heure ? » commenta Rufus dans son ton monotone habituel.

Apparemment, il s’ennuyait, car il avait sorti son livre de son sac pour continuer à lire. J’avais simplement haussé les épaules et j’étais passée à autre chose. Il n’était là avec nous qu’en tant qu’extra, juste au cas où il y avait un mécanisme qui exigeait que plusieurs déclencheurs soient activés en même temps. En général, ces types de pièges pouvaient être trouvés à partir du troisième étage dans certains donjons. Les donjons normaux n’avaient généralement rien au premier étage, à peine une ou deux créatures invoquées et placées au repos. Ils créaient de petits habitats pour des animaux sauvages aléatoires. Même les villageois normaux pourraient s’y aventurer jusqu’aux deux ou trois premières pièces sans trop s’en soucier.

« Un couloir..., » déclara Tuberculus quand nous étions sortis de la pièce.

Nous avions prêté une attention particulière à l’endroit où nous avions marché, mais la zone était dégagée. Pourtant, ça devenait un peu plus excitant.

Quelques instants plus tard, nous étions arrivés devant un grand mur vide avec deux passages menant respectivement à notre gauche et à notre droite.

« Tirez à pile ou face et choisissons un côté ? » demanda Angius.

« Gauche. Toujours à gauche, » avais-je dit. J’avais suivi ce chemin sans me donner la peine d’écouter le résultat du tirage au sort.

En suivant le chemin, nous avions rencontré notre premier piège. Trois pièges à pointes avaient été posés devant nous avec une impasse claire de l’autre côté.

« Et maintenant ? » demanda Angius.

« Portes-tu ton armure magique ? » avais-je demandé.

« Oui, pourquoi ? » répondit-il et il me jeta un regard interrogatif juste avant que je lui donne un coup de pied dans le derrière et l’envoie voler de l’autre côté des pièges.

Il s’était cogné contre le mur et était tombé par terre avec un gémissement.

« Vois-tu quelque chose ? » avais-je demandé.

« Des étoiles... » répondit-il en montrant du doigt le plafond.

De retour à la raison, il regarda autour de lui et vit un levier sur le mur. Il n’était pas si sûr de vouloir le tirer comme ça, alors après avoir vérifié s’il y avait des pièges, il avait utilisé sa botte et l’avait jeté sur lui. Le levier s’était abaissé et aucun autre piège n’avait été activé. Mais rien ne s’était passé, et les pièges à crampons étaient toujours actifs.

« Ça doit être un faux, » nous avait-il dit.

« Garde-le comme ça, » lui avais-je dit.

Mon instinct me disait qu’il devrait y avoir un autre levier au bout de l’autre couloir. Angius était revenu en faisant un grand bond en avant par-dessus les pièges. Il avait assez de force pour atteindre le rang divin moyen, mais seulement en force. À cause de cela, son mana ne pouvait pas atteindre le point où il pourrait essayer d’apprendre des compétences divines, mais s’il devait entraîner sa tête assez longtemps, il avait de bonnes chances de pouvoir le faire.

De l’autre côté, il y avait un chemin similaire, mais cette fois, Angius n’avait pas eu besoin de mon aide pour traverser. Il avait tiré le levier de la même façon, et nous avions entendu le portail s’ouvrir derrière nous.

« Ça devait être une porte cachée, » déclara Rufus.

« Mais elles n’apparaissent qu’après le 30e étage, » nota Tuberculus.

Je devais être d’accord avec lui, les premières pièces du donjon étaient tout à fait inattendues, mais elles étaient amusantes !

En marchant vers la porte ouverte, nous nous étions arrêtés et nous avions regardé la vision devant nous.

« Est-ce bien de la lave ? » avais-je demandé.

« Oui, de la lave, » répondit Angius.

« Ce sont des plates-formes cadencées au-dessus de la lave, n’est-ce pas ? » avais-je demandé.

« Oui, des plates-formes cadencées, » répondit Angius.

« Fascinant, » déclara Rufus, qui avait finalement rangé son livre.

La lave, sous quelque forme que ce soit, n’apparaissait qu’après le 50e étage, et c’était aussi assez rare. Peu de donjons l’utilisaient, mais juste devant nous, au tout premier étage du donjon, nous regardions une fosse de lave de plus de 6 m de long. La seule façon de traverser semblait être en sautant sur les plates-formes cadencées, mais la porte de l’autre côté était également cachée, et il n’y avait pas de levier en vue.

Nous avions inspecté la zone pendant plus d’un quart d’heure, essayant de trouver comment traverser. Angius était retourné dans la première pièce pour voir si nous avions raté quelque chose, mais il n’avait rien trouvé.

« C’est peut-être une illusion d’optique, et l’autre côté ne semble être bloqué que par un mur ? » demanda Tuberculus.

« Ça te trompe peut-être, mais pas moi..., » répondis-je.

Bien joué, Illsy. C’est assez difficile, pensais-je, mais j’étais sûre de le gronder dès notre retour. Ce n’était pas un donjon pour les étudiants qui avaient du mal à gérer les sorts de débutant. En fait, même les aventuriers de Rang Maître auraient eu un problème avec lui.

« Peut être un levier caché ? » demanda Rufus.

« Peut-être. Je vais essayer. Mon armure magique peut mieux résister à la chaleur de la lave que la tienne, » avais-je proposé.

« S’il te plaît, mais fais attention à ce qui apparaît, » Tuberculus me l’avait dit ainsi.

J’avais hoché la tête et je m’étais préparée pour le premier saut. Quand la plate-forme était apparue, j’avais foncé. Elles s’étaient rapidement retirées, mais j’étais plus rapide. En gardant les yeux ouverts, j’avais cherché le bouton, mais je n’avais rien vu. Quand j’avais atteint la dernière plate-forme, j’avais sauté jusqu’au bout. Je ne pouvais pas m’accrocher au mur, alors j’avais sauté d’un mur à l’autre. J’avais sauté une fois de plus et j’avais atterri sur la deuxième plate-forme. À partir de là, j’avais fait un saut puissant et j’avais atteint le point de départ.

« Eh bien ? » demanda Tuberculus.

« Rien..., » lui avais-je dit.

C’était frustrant, mais je n’avais pas abandonné. J’avais essayé trois fois de plus, mais le résultat n’avait pas changé.

« Ce Seigneur du Donjon a construit un niveau étonnamment difficile. Ce n’est pas quelque chose que nos étudiants peuvent gérer, » avait dit Rufus.

« Je doute qu’ils puissent passer ces pièges, » déclara Angius en soupirant.

En regardant la fosse de lave, je m’étais mise en colère et j’avais frappé le mur. En raison de la force que j’avais mise dans le coup, la fissure s’était beaucoup étendue, et la zone où mon poing avait touché la pierre de granit s’était brisée. Quelque part de l’autre côté de la fosse, une petite pierre était tombée sur la plate-forme. J’avais cligné des yeux et je l’avais regardé avec surprise.

Cela pourrait-il être le cas ? m’étais-je demandé.

Avec un sourire sur les lèvres, j’avais décidé d’essayer. J’avais bien chronométré mes sauts et j’avais atteint la troisième plate-forme. Il y avait un trou dans le mur et juste derrière, un bouton. J’avais souri.

« Je l’ai trouvé ! » avais-je crié. Puis j’avais tout de suite appuyé dessus.

Je pensais que j’étais en sécurité, mais la plate-forme avait glissé sous mes pieds et j’étais tombée dans la lave chaude.

« KYA! » avais-je crié.

Mon armure magique s’estompa rapidement. Quand quelqu’un tombait dans la lave, il se retrouvait généralement coincé comme dans la mélasse mouvante. S’il n’en sortait pas rapidement, ça leur collerait à la peau et dévorerait son armure. Même pour les Suprêmes, la lave était un problème, mais rien qu’ils ne puissent pas supporter. Au moins, elle n’était pas enchantée avec la capacité d’absorption du mana.

J’avais poussé fort et j’avais sauté vers le haut, j’avais lutté pour atteindre l’autre côté. Cela atteignait mes bottes et il devenait difficile de bouger, mais je l’avais repoussée autour de moi. En utilisant ma force, j’avais sauté et j’avais atterri sur l’une des plates-formes. J’étais en sécurité, mais mon armure magique avait considérablement diminué.

« Ouff ! Ouff ! La lave ? La lave au premier étage ? Franchement ? » m’étais-je plainte en respirant avec force.

« Nanya... tu as perdu une botte, » déclara Tuberculus pendant qu’il désignait quelque chose qui brûlait dans la fosse.

« Mais euh ! » J’avais gonflé mes joues en boudant.

« Hahahaha ! C’est génial ! Nanya, la Divine, a perdu une botte au premier étage ! » s’exclama Angius en riant.

« Grrr ! » avais-je grogné. Mais je l’avais laissé faire et j’avais soupiré. « Angius ? » avais-je dit en le regardant avec le sourire.

« Hm ? » m’avait-il regardée.

« Tu pues ! Prends un bain ! » Je l’avais attrapé par une botte et je l’avais jeté dans la lave.

« Ah ! » il avait crié. « Chaud ! Très chaud ! » Il avait nagé jusqu’à nous aussi vite qu’il avait pu et était sorti de la lave avec l’aide des deux autres. Il n’avait plus qu’une seule botte maintenant, et sa robe était un peu brûlée sur les bords.

J’avais souri.

« J’ai cru que j’allais mourir..., » il m’avait regardée et avait commencé à nettoyer la lave de ses vêtements.

« Ça aurait pu être pire, » avais-je dit en haussant les épaules.

« Comment ça ? » demanda-t-il en plissant les sourcils.

Je lui avais affiché un grand sourire et m’étais tournée vers la porte ouverte.

« En avant vers la gloire et la fortune ! » avais-je dit en la pointant du doigt.

Ils avaient soupiré et m’avaient suivie sur les plates-formes chronométrées.

Le donjon d’Illsy était vraiment amusant, mais certainement très dangereux. J’étais curieuse de savoir ce que nous trouverions dans la section suivante.

Dix minutes plus tard...

« Des harpies... des pièges à flammes... des pièges à pointes... des pièges à flèches... des pièges à vent... un gouffre mortel avec des pointes au fond... ES-TU en train de te moquer de MOI !? CE N’EST QUE LE PREMIER ÉTAGE ! » avais-je crié à pleins poumons.

Nous ne nous étions pas éloignés de la plate-forme à l’entrée. Nous étions en train de chronométrer les pièges et d’essayer de trouver le chemin que nous devions prendre. Il y avait trois pièces, mais probablement une seule était réelle. Malheureusement, nous n’avions pas pu déterminer lequel était la bonne. Elles étaient toutes identiques. Pendant ce temps, Angius et moi combattions les harpies.

« En effet. C’est quelque chose pour le 100e étage et au-delà, » avait dit Tuberculus.

« Je plains les pauvres salauds qui oseraient entrer dans ce donjon... Et en plus, il a dit que c’était trop facile..., » déclara Angius en parant une harpie et en frappant avec force avec son poing. Le monstre avait été jeté dans le plafond avant de tomber dans un gouffre en dessous. « Avez-vous compris ? » demanda-t-il.

« Oui, juste un instant... là ! » déclara Rufus en lui montrant un petit parchemin avec la carte du labyrinthe et la plate-forme devant lui.

« Bien. C’est lequel ? » demanda-t-il.

« Ouais ! C’est toujours à gauche ! » avais-je souri en disant ça.

Cela n’avait pas été si facile que ça...

C’était finalement un chemin qui menait à une salle de mini boss. J’avais frappé la brute une fois et je l’avais envoyée directement au plafond. C’était très faible par rapport à moi, mais contre un Rang Maître, c’était un monstre. Il y avait aussi une bande de diablotins et de harpies qui avaient frayé et m’avaient attaquée. J’avais utilisé une [Boule de feu] pour détruire leurs cercles d’invocation. Une fois la pièce dégagée, il était temps de partir, mais j’avais remarqué une salle au trésor. J’avais souri à l’idée et je m’étais précipitée pour être accueillie par un tas de pièges à flèches. Il n’y avait rien là-dedans.

Après être sortis de cette pièce, on avait pris le côté droit. Nous n’y avions pas trouvé de trésor, mais nous avions trouvé un tas de diablotins et de pièges à gaz. Notre armure magique était assez haute, donc nous n’étions pas dérangés par la puanteur. Nous avions détruit les cercles de convocation des diablotins et étions sortis de là. Nous avions atteint une pente. Après avoir atteint le coin, nous avions entendu un déclic.

« Qu’est-ce que c’était ? » avais-je demandé.

En regardant en arrière, j’avais vu un gros rocher et j’avais dégluti. J’avais été la première à courir jusqu’au bout. Rufus et Angius suivaient, seul Tuberculus avait été lent à agir.

« Euh ? ARGG ! » il avait crié quand le rocher était passé au-dessus de lui et qu’il s’était fait roulé dessus. « Arrêtez... ce... truc ! » Il avait réussi à marmonner quelque chose quand il avait roulé après nous alors qu’il y était resté figé dedans. S’il n’avait pas eu d’armure magique, il aurait fini comme une pâte de viande molle.

« La sortie ! » déclara Angius et sauta « Euh ? AAAH ! » il avait crié et puis je l’entendis frapper tous les murs jusqu’à ce qu’il atteigne une zone avec de l’eau.

Quant à Tuberculus, je l’avais bien entendu arrêté. Je m’étais arrêtée contre le mur, je m’étais retournée et j’avais frappé le rocher qui roulait vers nous aussi fort que j’avais pu. Il n’était pas enchanté, donc il avait été brisé par mon coup de poing. Le vieil homme avait été jeté dans le plafond, puis il avait rebondi et s’était retrouvé derrière moi.

« Argh... le monde tourne... Beurk ! » il avait vomi.

« Euh ! » avais-je grimacé. Puis j’étais passée devant lui.

« Je crois qu’Angius est en train de se noyer, » dit Rufus en regardant dans le trou menant au prochain étage.

« Rejoins-le, » avais-je dit en le poussant.

« Euh ? AH ! » il avait crié.

J’avais attrapé Tuberculus par la jambe gauche et j’avais sauté après eux. L’eau était froide comme de la glace et j’avais vite nagé. Après avoir jeté le vieil homme sur la terre ferme, j’avais poursuivi Angius. Rufus s’était plutôt bien comporté et avait nagé jusqu’au rivage.

« Ouf ! J’ai cru que j’allais mourir, » déclara le guerrier après avoir craché de l’eau.

« Piège à blocs ? C’était inattendu... Ses pièges sont un mélange de pièges compliqués et mortels avec des pièges simples. Je ne sais même pas à quoi m’attendre..., » avais-je dit avec un soupir.

Pour faire une comparaison avec d’autres donjons, celui d’Illsy était tout simplement fou. Par exemple, le donjon Ancestral dans l’Empire du Paramanium avait une plante simple et un insecte au premier étage. Il y avait environ quatorze pièces au total et cela avait continué jusqu’au deuxième étage, où l’on pouvait trouver des rats et des serpents. La difficulté augmentait dans les monstres et le nombre de pièces, mais habituellement, les pièges étaient après les dix premiers étages. Le premier piège utilisé par Ancestral était un simple piège à pointes. Le premier mini boss était au 20e étage, mais à ce moment-là, on avait aussi des pièges à flèches. Les choses ajoutées par Illsy n’avaient même pas été rencontrées à partir du 50e niveau, mais en raison de leur complexité, je parierais mon argent sur le fait qu’il pourrait rivaliser avec le 120e étage avec seulement son premier étage. Cela m’avait fait frissonner de pensée à ce que je trouverais au deuxième étage.

« Quoi... ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Rufus, surpris.

Nous étions actuellement assis devant des murs métalliques de trois m de haut avec un motif ondulant comme des vagues sur un lac. C’était beau à regarder, mais c’était cette beauté qui les rendait dangereux. Si c’était un labyrinthe, alors sûrement... ça allait être difficile à finir. La réflexion sur les côtés l’avait rendu très difficile à vivre pour les aventuriers réguliers. L’étage du donjon avait déjà surpassé les aventuriers du rang de Maître, cela passait régulièrement par le Rang Empereur et s’enfonçait dans le Rang Divin. Au moins, il n’y avait pas de murs enchantés ou de pièges magiques. Ça aurait pu être plus dangereux que n’importe quoi d’autre là-dedans.

« De quoi ça a l’air ? Un labyrinthe, » lui avais-je demandé.

« Techniquement parlant, ça pourrait être un labyrinthe, » commenta le vieil homme.

J’avais haussé les épaules.

« Nous devrions continuer, » leur avais-je dit. On avait passé les cinq heures maintenant.

« Reposons-nous ici un peu, Nanya, » déclara Angius.

« Ah ! Mes livres ! » cria Rufus.

« Quoi ? » avais-je demandé en étant surprise.

« Mes livres sont plus là ! J’ai dû laisser tomber mon sac là-haut ! » déclara l’homme en regardant vers le haut du puits menant au premier niveau.

« Ne t’inquiète pas trop, nous demanderons à Illsy de te les récupérer à notre retour, » lui avais-je dit avec un sourire.

« Soupir... très bien..., » il avait pris place sur le sol. Puis il fut décidé qu’on allait prendre un moment pour se reposer.

Quel donjon ridicule..., m’étais-je dit en regardant les murs réfléchissants.

C’était assez étonnant, mais aussi très dangereux. Aucun de nos élèves n’aurait pu terminer même le premier niveau. S’ils osaient l’essayer, ils ne deviendraient que des cadavres. Ce donjon était tellement dangereux.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

9 commentaires

  1. Merci pour cette dose de rigolade 😀

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre.
    PS : Nanya "TU APPELLE ÇA FACILE !?"
    PPS : Je n'ai pas pu m'arrêter de rire de tout le chapitre !

  4. Merci pour le chapitre ??

  5. Merci pour le chapitre.
    Qu'est-ce que je l'attendais ce chapitre ^^
    Et mince alors, il me déçois pas du tout. De la rigolade tout le long du chapitre ^^

  6. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire