J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 2 – Chapitre 19

***

Chapitre 19 : Les conséquences de mes actes…

L’Urkin avait été dépouillé de tous les matériaux dignes d’intérêt, y compris les yeux ainsi que le cerveau qui n’était pas plus gros que le poing d’un bébé. Angius et Rufus avaient reçu de ma part le rapport sur la bataille, tandis que Nanya surveillait de loin. Je m’étais assuré d’oublier le petit détail de sa culotte manquante et ce qui s’était passé entre Ayuseya et moi ce matin-là.

Le soleil s’était couché au moment où nous étions sur le chemin du retour à l’académie. Bien que je les portais tous les trois avec ma capacité de [Télékinésie], seule Nanya semblait être de mauvaise humeur. Angius et Rufus parlaient de la récolte abondante ainsi que de la façon dont ils pouvaient utiliser les nombreux matériaux pour leurs cours. D’après ce que j’avais entendu, Zertan serait très heureux de mettre la main sur les organes de l’Urkin, mais pour quelle raison, même eux ne le savaient pas.

Après leur arrivée à l’académie, Rufus et Angius retournèrent dans leurs chambres, tandis que Nanya restait en arrière et attendait jusqu’à ce qu’ils soient partis. Je savais que je devais recevoir un long sermon de sa part, mais au lieu d’entendre à quel point elle était furieux, il y avait un silence mortel entre nous.

L’enseignante, qui avait l’air d’une adolescente, fixait le sol avec les mains croisées sur sa poitrine. Elle arborait une expression complexe sur son visage comme si quelque chose de grave la troublait. J’étais juste là, devant elle.

Quelques minutes s’étaient écoulées avant qu’elle ne dise quoi que ce soit, mais ses paroles n’étaient pas une réprimande, mais une simple question.

« Illsy... la princesse Teslov t’a-t-elle demandé de la débarrasser de ses malédictions ? » demanda-t-elle.

Il ne servait à rien de mentir à Nanya, et je ne voulais plus la contrarier, alors j’ai parlé honnêtement.

« Non... Elle jouait du violon dans les jardins, et je l’ai écoutée deux ou trois fois, » répondis-je. « Quand je me suis enfin présenté, elle n’en a rien dit. Ce n’est que lorsque je lui ai demandé pourquoi elle utilisait le tableau noir pour parler que je l’ai découvert. Comme j’aimais vraiment écouter sa musique, je ne pouvais pas supporter de savoir qu’un joueur aussi talentueux était privé de sa voix à cause d’une malédiction si stupide, alors j’ai proposé d’essayer de l’enlever pour elle. Elle ne m’a pas cru au début et elle était très sceptique. En fait, elle ne s’attendait même pas à ce que j’essaie de le faire avec celui de sa famille. En fin de compte, je les ai guéris, mais je ne vois pas où est le problème. J’ai aussi guéri Shanteya, » avais-je haussé les épaules.

Ils étaient juste un peu coûteux. Franchement, je me demande pourquoi les prêtres du royaume n’ont pas pu le faire. S’ils avaient travaillé ensemble, peut-être qu’ils auraient pu rassembler le mana nécessaire ? pensais-je calmement, mais je n’avais aucune idée de la gravité et de l’importance de l’élimination de toute forme de malédiction.

« Illsy, je ne plaisantais pas quand j’ai dit que ce genre de choses sont impossibles à enlever, » m’avait-elle dit avec une expression très sérieuse.

J’avais avalé ma salive.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? Je sais qu’ils sont coûteux, mais..., » avais-je répondu.

« Coûteux ? Illsy, même si un millier de prêtres se réunissaient pour défaire une telle malédiction, cela ne fonctionnerait toujours pas. Les rois précédents de l’empire Teslov ont essayé diverses choses pour s’en libérer eux-mêmes ou leurs enfants, » répliqua-t-elle.

« Mais... qu’en est-il des sorts de dissipation ou de purification ? » avais-je demandé en étant un peu confus par ses paroles.

Si ce qu’elle disait était la vérité, alors il leur était impossible de ne pas avoir essayé de telles méthodes.

« Ils ont essayé... mais il n’y a pas de sort capable d’enlever quelque chose comme ça. On dit que le 78e roi a en fait essayé la magie noire pour l’enlever, mais tout ce qu’il a fini par faire, c’est de massacrer la moitié de la population de mage du pays et de réduire la durée de la malédiction de 200 générations. À cause de ça, le Royaume du Paramanium a pu lancer une attaque préventive et s’emparer de la plus grande partie de leur territoire. À cette époque, on l’appelait le Grand Empire Draconique Teslov, mais après l’acte fou du roi et la guerre qui s’ensuivit, il devint le Royaume Teslov, vassal de l’Empire Paramanium, » expliqua-t-elle.

Alors que j’écoutais son histoire, un frisson avait parcouru le long de ma colonne vertébrale. J’avais enfin pu comprendre un peu ce que je venais de faire. En libérant Ayuseya, je venais peut-être de donner au Royaume Teslov l’occasion parfaite de rassembler ses forces et de reforger sa force passée.

« Mais ce n’est qu’une famille, l’armée ne devrait-elle pas avoir des généraux et des guerriers plus forts ? » avais-je demandé.

« C’est vrai, mais aucun général draconien n’écouterait un roi faible. C’est instinctif pour eux, contrairement aux humains. C’est pourquoi la plupart de leurs généraux et guerriers puissants ont quitté le royaume à la recherche d’autres endroits où ils pourraient obtenir de la gloire. Pour cette raison, seuls les paysans, les artisans et les marchands forment aujourd’hui la majeure partie de la population. Il reste très peu de guerriers. Il n’y a pas non plus de donjon, ce qui fait que la valeur du pays est assez faible. En fait, la seule raison pour laquelle Paramanium a permis son existence jusqu’à présent était parce que beaucoup de ses plus grands aventuriers et généraux sont arrivés de là. Même si la population de Paramanium est principalement composée d’humains et d’elfes, les draconiens représentent la troisième race. Teslov obéit à tous les ordres donnés par Paramanium et tant qu’aucun roi ou reine puissants n’a le trône, ils n’ont rien à craindre », expliqua Nanya, lui montrant un regard sérieux dans ses yeux.

« Alors, parce que j’ai libéré Ayuseya de sa malédiction..., » avais-je doucement déclaré.

« Tu as peut-être déclenché une guerre. Parce que tu es sur les terres de Shoraya, Paramanium pourrait nous attaquer ainsi que Teslov. Les draconiens pourraient même se rebeller contre Paramanium et chercher à rejoindre leur nouveau leader. Si cela se produit... les continents Allasn et Tohrya deviendront rouges de sang à cause de la guerre », expliqua-t-elle avec sérieux.

« Attends ! Ça ne peut pas être... Je veux dire, c’est juste une personne..., » avais-je dit en étant un peu secoué quand j’avais entendu le mot « guerre ».

« C’est une seule personne, mais c’est aussi une future reine possible, non... parce que tu as enlevé sa malédiction, elle va devenir à coup sûr la reine. Ses enfants ne subiront pas la malédiction, et la lignée de la famille Pleyades redeviendra forte. Les guerriers draconiens reviendront et chercheront à la rejoindre. Elle n’est pas qu’une simple draconienne, Illsy, c’est une membre de la famille royale », expliqua-t-elle.

J’avais à nouveau dégluti.

« Malgré ça... je ne le regrette pas. Peut-être que cette malédiction familiale n’aurait pas dû être retirée, mais la [Malédiction du silence absolu] était quelque chose que je devais enlever..., » avais-je dit en secouant la tête, mais au fond de moi, j’avais réalisé que si l’information concernant la guérison d’Ayuseya se répandait, la paix de l’académie s’effondrerait en poussière.

Il y avait la possibilité de l’enfermer dans mon donjon et de la garder secrète, mais je n’étais pas ce genre de monstre. Gommer le doux sourire d’une fille juste parce que je craignais les dangers que ce sourire m’apporterait n’était pas quelque chose que je pouvais accepter. D’ailleurs, c’était peut-être pour cette raison exacte que j’avais eue l’opportunité de devenir un Donjon Divin. Si je ne l’avais pas accepté à l’époque, le groupe d’assassinats de Shanteya aurait réussi à atteindre leurs objectifs, et j’aurais évolué différemment. Mais encore une fois, je n’aurais pas sauvé Shanteya de la torture au sein de son ancienne guilde, et Ayuseya aurait été tuée sous mes yeux.

En pensant à ces possibilités, mon estomac s’était serré. Sans mes capacités divines, cette Académie de Magie aurait traversé des moments terribles. J’avais fait beaucoup de choses parce que je pensais qu’elles étaient simples ou faciles, mais c’était peut-être exactement ce qui avait permis aux étudiants de vivre en paix ici. Sans un Territoire de Donjon aussi grand que le mien, Nanya et les autres pourraient avoir eu du mal à éloigner les bandits et les monstres.

Pendant que je pensais à ces choses, Nanya m’avait demandé « Une [Malédiction du silence absolu] ? C’est terrible... Mais l’élimination d’une telle chose n’est pas aussi gênante politiquement que l’élimination de l’autre. Un grand prêtre ou un mage classé empereur avec au moins le rang de Maître en Guérison peut l’enlever avec un peu d’aide. La pauvre fille a probablement souffert pendant des semaines après avoir été forcée de boire quelque chose comme ça. De quel type était-il ? Un millier de vers mangeurs de chair ? Mille parasites ? Des poissons ou des oiseaux mangeurs d’hommes ? »

J’avais cligné des yeux et l’avais regardée en étant un peu surpris.

Ce sont des variantes méchantes en effet..., m’étais-je suis dit et j’avais répondu : « Des vers mangeurs de chair. »

« C’est le pire... Pauvre fille. Je ne peux pas imaginer la douleur qu’elle a dû endurer lorsqu’on lui a donné cette concoction..., » déclara Nanya en secouant la tête.

« Penses-tu que c’est son fiancé qui l’a forcée à boire ? » lui avais-je demandé par rapport à ce qu’Ayuseya m’avait dit de lui.

« Fiancé ? » demanda-t-elle en levant les sourcils.

« Oui ! Quelqu’un du nom de Dankyun Alttoros ? » avais-je répondu.

À ce moment-là, quelque chose avait changé chez Nanya. L’air autour d’elle était devenu froid, et je sentais qu’une intention meurtrière émanait d’elle. J’avais un peu reculé, bien que je n’avais aucune raison de le faire. Elle avait serré les poings et son expression s’était transformée en colère.

« Ce salaud l’a vraiment fait..., » avait-elle juré.

« Quelqu’un que tu connais ? » avais-je demandé.

« Malheureusement, je le connais... C’est un traître qui m’a volé un parchemin de sort suprême lorsque nous explorions un donjon sur le continent Sorone. Nous étions tous les deux au rang Empereur à l’époque, et je n’avais aucune idée de ce qu’il était réellement. Au début, il semblait gentil, j’avais même commencé à l’aimer un peu, mais quand nous avons atteint la dernière pièce, il a intentionnellement déclenché un piège dans le donjon. Il a tué la moitié de notre groupe et blessé gravement les autres, à l’exception de lui. J’ai réussi à survivre d’une manière ou d’une autre, mais mes camarades n’ont pas... Bref, il m’a laissé mourir dans ce donjon et s’est enfui avec tout le trésor, y compris l’ancien parchemin que nous recherchions au départ, un très rare parchemin de sort suprême, » m’avait-elle dit en me grinçant les dents.

« Parchemin du sort suprême ? » avais-je demandé.

« Pour acquérir une compétence suprême, tu peux le faire de deux façons : soit tu tombes sur l’une d’entre elles sous la forme d’un parchemin, soit tu en découvres une par le biais d’un entraînement intense. Un aventurier suprême peut faire un parchemin avec cette compétence s’il sait comment. Malheureusement, il faut être au moins un rang Divin supérieur pour avoir assez de puissance pour essayer d’apprendre ce qui y est écrit, » expliqua-t-elle, puis elle avait fermé les yeux, essayant de se calmer un peu.

« Mais comment cet homme est-il devenu le fiancé d’Ayuseya ? » avais-je demandé.

« La famille royale des Pleyades ne marie ses enfants qu’à des Suprêmes draconiens. En échange de leur pouvoir de protéger le trône, ils ont accès au trésor national et peuvent agir comme de grands nobles. De nos jours, beaucoup considèrent que leurs paroles sont égales ou supérieures à celles du roi actuel, » expliqua-t-elle.

« C’est un peu foireux..., » avais-je dit.

Mais attends... si ce type est le fiancé d’Ayuseya, alors c’est un Suprême ? m’étais-je demandé.

« Quand je pense qu’il est devenu un Suprême... Ce bâtard ! Je me demande quand il l’a appris. Non, même s’il est classé comme tel, il pourrait être un Suprême inférieur, » Nanya se marmonnait ça à elle-même.

« Alors c’est vraiment mauvais... Est-ce que je viens de... est-ce que je viens de condamner ce pays à la guerre et de faire d’Ayuseya une cible de l’Empire Paramanium ? Je voulais juste la remercier pour sa belle chanson. Je n’ai jamais eu l’intention que cela arrive..., » avais-je dit alors que l’inquiétude commençait à s’enfoncer ses vrilles sombres dans mon cœur.

« Ce ne sont que les pires scénarios, Illsy. Mais, ne t’inquiète pas. Maintenant que je le sais, je ne vais pas laisser ce salaud faire ce qu’il veut ! Une fois le duel terminé, nous aurons une petite discussion avec la princesse Ayuseya. Ce qui est important pour l’instant, c’est de la mettre hors de la portée de Dankyun et de s’assurer que ton secret quant à ton rang Divin ne quitte pas cette académie, » déclara-t-elle en se rongeant les ongles et en regardant le sol.

Elle pensait sérieusement aux conséquences désastreuses que mon acte de gentillesse avait pu avoir sur les étudiants de cette académie et peut-être même sur tout le continent. La guerre n’était pas un sujet de plaisanterie, peu importe le monde. La douleur, la souffrance et la destruction étaient les moyens parfaits pour la décrire.

« Je comprends... en attendant, je vais essayer de devenir plus fort. Je vais réparer mon donjon demain et commencer à construire le troisième niveau. Je le rendrai encore plus difficile, au cas où nous aurions besoin de l’utiliser comme refuge..., » avais-je dit.

« Tu devrais aussi commencer à penser à défendre ton cœur, » suggéra-t-elle.

« Une pièce enfermée dans le sous-sol ? » avais-je demandé.

« Tu seras une cible facile là-bas. Tout comme il y a des objets magiques qui peuvent indiquer ton niveau, il y a aussi des objets qui peuvent détecter ton noyau. Ils sont très rares, mais pas impossibles à trouver », expliqua-t-elle.

« Je vois... »

« Pour l’instant, va te reposer. Nous continuerons demain et ne sois pas en retard pour mon duel ! Tu dois apprendre la différence entre un aventurier de rang Divin et un aventurier moins bien classé, comme ce gamin ! Bonne nuit, Illsy, » m’avait-elle dit.

« Bonne nuit, Nanya..., » avais-je répondu en la regardant retourner au dortoir.

Après cela, j’étais retourné dans ma chambre, où Shanteya m’attendait, assise sur une chaise et lisant un livre.

« Je suis de retour..., » avais-je dit.

« Bienvenue, Maître, » répondit-elle en souriant, puis elle déposa son livre.

Cette nuit-là, c’était un peu difficile de s’endormir. Mon esprit était rempli de toutes sortes de soucis, mais la poitrine de Shanteya avait réussi à me libérer de certains d’entre eux. Une chose était claire cependant : un donjon Divin et peut-être même des Demi-dieux pouvaient enlever les malédictions impossibles ou enlever les diverses afflictions jetées sur le corps d’un mortel. Mais je n’étais qu’un idiot de ne pas avoir remarqué une telle chose lors des conversations que j’avais eues avec Nanya.

Le lendemain, je m’étais réveillé tôt, mais Shanteya ne m’en voulait pas. Pendant qu’elle surveillait mon corps de cristal, j’étais allé vérifier mon donjon. Juste au cas où, j’avais augmenté les points qu’elle avait reçus par le biais de [Lien de Confiance] de 10 % à 20 % de mes statistiques totales.

Mon pauvre donjon était un vrai désordre. La plupart des pièges du premier étage avaient été complètement détruits. Mon mana s’était vidé assez rapidement avec les compétences de réparation que j’utilisais sans cesse. Le deuxième étage était encore plus dévasté. J’avais trouvé des murs à moitié fondus, des murs courbés, le visage de Tuberculus imprimé sur l’un d’entre eux, probablement parce qu’il avait fait quelque chose à une certaine adolescente, et la plupart des cercles d’invocation avaient été complètement détruits. Les salles de puzzle avaient été achevées normalement, alors j’avais dû réinitialiser les puzzles. Une des choses les plus étranges que j’avais trouvée était un diablotin qui s’était entiché de la botte d’Angius et lui avait fait toutes sortes de vilaines choses, ce que je préférerais ne pas décrire ici. J’avais calmé le diablotin avec une [Boule de feu] de 200 points de mana. La réparation de la zone avait été faite par la suite.

Au moins, mes boss étaient encore en vie, mais le premier Minotaure avait la tête enfouie dans le plafond. Les autres avaient été sévèrement blessés, et le dernier boss s’était recroquevillé dans un coin. Les lasers avaient été détruits par des morceaux du sol qui leur avaient été jetés dessus. Il y avait beaucoup à réparer, mais j’avais fini avant midi, et j’avais même gagné un autre niveau.

Avant de partir, j’avais créé l’entrée du troisième étage et j’avais utilisé la moitié de mon mana pour agrandir la pièce autant que possible. Pour celui-ci, je voulais faire un plancher de lave avec de nombreuses plates-formes remplies de pièges. Les aventuriers normaux n’auraient aucune chance, mais les aventuriers puissants avec une bonne capacité de saut pouvaient sauter d’une plate-forme à l’autre. Les pièges de souffles et les harpies étaient censés être les principaux désagréments. Après cette chambre, j’allais commencer à construire quelque chose de plus compliqué et utiliser autant de pièges que possible. J’avais même prévu de créer une salle de monstres remplie de cercles magiques, mais en temps voulu. Pour l’instant, je devais aller au duel de Nanya.

À midi, l’adolescente se tenait debout au milieu du terrain d’entraînement, les mains croisées sur sa poitrine et affichant une expression grincheuse. Il y avait beaucoup d’étudiants qui s’y étaient rassemblés pour regarder le spectacle, y compris les autres enseignants. La princesse Ayuseya et quelques autres draconiens étaient également présents. Ils s’étaient rassemblés autour d’elle, mais je ne savais pas s’ils l’avaient fait parce qu’elle était de la royauté ou parce qu’ils avaient découvert sa malédiction. Quant au demandeur du duel, le jeune el’Doraw attendait patiemment le moment où il devait déclarer le début du duel. D’après ce que j’avais pu deviner, ils attendaient le bon moment pour le faire.

« Ai-je raté quelque chose ? » avais-je demandé pendant que j’approchais Nanya.

« Non. Nous t’attendions, » répondit-elle.

« Désolé, j’étais occupé à réparer mon donjon, » lui avais-je dit.

« Oui, pas de soucis. C’est moi qui ai insisté pour t’attendre de toute façon parce qu’au cours des dernières semaines, j’ai réalisé que tu ne comprends pas la différence entre un Divin et un autre rang en dessous de lui. Cette bataille le montrera clairement. Je suis un rang Divin supérieur, et il est un rang Maître inférieur, » m’avait-elle dit avec un regard calme.

Je ne peux pas discuter avec ça. Elle a raison…, m’étais-je dit.

« On commence maintenant ? » demanda l’homme.

« Oui, » répondit Nanya.

En regardant autour de moi, j’avais vu que Shanteya n’était pas là. Elle était restée à côté de mon vrai corps, le protégeant de tout idiot qui pensait qu’une belle femme de ménage à forte poitrine ne pouvait pas se défendre. J’avais oublié de vérifier, mais j’étais presque sûr que toutes ses statistiques à ce moment-là étaient supérieures à 300 et presque à 400.

« Au nom de Keltaru Dowesyl, je défie Nanya, enseignante, à un duel officiel de force ! Si je gagne, je recevrai les restes de l’Ukiran et des excuses officielles de sa part ! Si elle gagne, c’est moi qui m’excuserai », avait-il déclaré, mais les récompenses étaient un peu en sa faveur plutôt qu’en faveur de Nanya.

« J’accepte. Finissons-en, » déclara Nanya en agitant la main comme si elle s’ennuyait vraiment avec tous ces détails.

« Très bien, mais je vous préviens ! Contrairement aux autres, je suis aventurier de rang Maître ! »

« Est-il sérieux ? » avais-je accidentellement demandé en levant un sourcil.

« Malheureusement, oui, » répondit Tuberculus, qui regardait aussi le duel officiel.

« Ne devrions-nous pas faire quelque chose pour l’arrêter ? » avais-je demandé par curiosité de voir s’il y avait quelque chose que nous pouvions faire, mais il n’y avait aucune chance que Nanya perde ou blesse gravement le pauvre homme.

« Et rater ce plaisir ? En outre, Illsyore, tu ne le sais peut-être pas, mais parfois les jeunes nobles ont besoin d’être sensibilisés aux limites de leurs propres pouvoirs pour qu’ils sachent quand s’enfuir et pour les empêcher de faire quelque chose d’incroyablement stupide, » avait dit Tuberculus en soupirant.

« Comme le fait de s’aventurer dans un donjon mortel ou défier un aventurier prêt à porter le coup fatal ? » avais-je demandé.

« Ou pire. S’ils sont chevaliers ou gardes, ils pourraient mettre en danger leur maître en choisissant de se battre alors qu’ils pourraient tout aussi bien fuir la bataille, » ses derniers mots avaient été prononcés sur un ton plus lourd comme s’il se souvenait de quelque chose de semblable de son propre passé.

Si le pire devait arriver... puis-je même fuir cette académie ? m’étais-je demandé quand j’avais vu le jeune El’Doraw prendre une position de combat, alors que Nanya ne bougeait même pas de sa place.

Ainsi, le duel entre les deux individus avait commencé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre

  4. Merci pour les explications sur les implications de cette malédiction.

Laisser un commentaire