J’ai été réincarné en une Académie de Magie ! – Tome 2 – Chapitre 18 – Partie 2

***

Chapitre 18 : Des monstres et des culottes de Nanya.

Partie 2

Nous étions arrivés à destination après environ dix minutes de vol en ligne droite. En regardant derrière moi, j’avais vu que nous étions assez loin de l’Académie et à l’extérieur de la zone que j’avais l’habitude d’explorer et de garder en sécurité pour les étudiants. Nous étions littéralement au milieu de la nature, à plus de 10 km. Comme c’était devenu ainsi, le fait de laisser Shanteya derrière moi pour garder mon corps de cristal était la bonne décision à prendre, même si je n’avais jamais vu la raison de toute cette protection supplémentaire. Je doutais fort que quelqu’un ose attaquer l’académie pendant notre absence.

« Je pense qu’ici cela serait très bien, » Nanya avait pointé du doigt un endroit au hasard au milieu de la forêt.

Je m’étais approché du sol et je leur avais jeté mon sort [Télékinésie] sur eux pour les déposer. Mon mana n’avait pas baissé du tout, le coût de l’utilisation constante du sort était inférieur au taux de régénération de mon mana. Pendant une minute, le sort avait consommé 15 points parce que je portais plusieurs objets, et ma régénération était en ce moment à 30 points par seconde.

« Illsyore, peux-tu détecter des monstres ? » demanda Rufus en me regardant.

« Euh, laisse-moi voir... Il y en a environ 14 autour de nous, dont l’un semble plus fort que les autres, » avais-je dit.

Au début, je pensais que cette perception qui était la mienne ne se résumait qu’à ce que je ressentais autour de mon corps réel, mais j’en étais venu à comprendre qu’elle était, en fait, concentrée autour de l’endroit où se trouvait mon esprit. Cela signifiait que je devais être très prudent lorsque je partais pour de longues randonnées, car je ne pouvais détecter aucun danger autour de mon corps réel. Dernièrement, j’avais pensé à le cacher quelque part, mais quand j’y avais pensé, le garder visible pourrait être perçu comme une forme de confiance envers les élèves et les enseignants. C’était quelque chose comme la façon dont un animal de compagnie montrait son ventre à ceux en qui il avait confiance et qu’il ne les voyait pas comme des ennemis prêts à lui faire du mal. C’est juste que je n’étais pas un animal de compagnie, j’étais un Seigneur du Donjon Divin qui ne voulait pas finir mort ou seul parce que je me comportais comme un méchant avec mes seuls amis dans ce monde.

« Nous devrions aller vers le plus proche et les affronter les uns après les autres. J’enverrai l’un de mes singes invoqués pour espionner le grand. S’il est digne d’une chasse, je vous le ferai savoir, » avait-il dit, puis il avait commencé à chanter un long sort d’invocation. C’était un peu différent de celui qu’il avait utilisé à la soirée de beuverie.

« UKI ! » cria le petit bonhomme.

Le singe mesurait à peine un demi-mètre de haut, avec un mohawk rouge et une fourrure de couleur changeante. Il était parti dès qu’il avait reçu ses ordres de son maître.

« Je croyais que tu étais un guerrier ? » avais-je demandé.

« Un guerrier ne peut-il pas utiliser des sorts pour avoir des singes ? » demanda-t-il en plissant ses sourcils.

« Bien sûr qu’ils peuvent..., » avais-je dit, puis j’avais détourné le regard.

Son expression me tuait.

Je dois me rappeler d’aller voir Tuberculus après ça ! Je veux voir à quoi ressemble le mage avec des cheveux, une barbe et des sourcils roses ! avais-je pensé avec un sourire.

« Illsy ! Par ici ! J’ai repéré notre première cible, » avait crié Nanya de loin.

Quand est-elle arrivée là-bas ? m’étais-je demandé et j’avais été vers elle en volant.

« Celui-là ? » avais-je demandé après l’avoir approchée.

C’était un loup de la taille d’une vache, avec une crinière blanche et bleue. Une corne en spirale ornait le front du loup, mais il semblait être seul.

« C’est un Dayuk, un loup à cornes, » expliqua Nanya.

« D’accord... Euh, comment devrais-je le tuer ? Dois-je utiliser une boule de feu de la même taille que celle que j’ai utilisée pour les assassins ? » avais-je demandé.

Nanya m’avait regardé en réaction et avait plissé ses sourcils.

« Veux-tu le vaporiser ou quoi ? » demanda-t-elle.

« Euh, non…, » avais-je répondu d’une voix basse et timide.

« Une seule lance de glace suffit pour le tuer, mais vise le bien, » m’avait-elle prévenu.

Viser n’était pas un problème, alors j’avais balancé une simple lance de glace. Cela avait fonctionné mieux que ce à quoi je m’attendais. Le loup avait gémi une fois et était tombé par terre. C’était un coup critique droit au cœur.

« C’était facile..., » avais-je dit.

« À quoi t’attendais-tu ? » demanda Nanya en faisant un signe à Angius et Rufus.

« Qu’il aurait pu le dévier ou quelque chose dans le genre…, » avais-je répondu.

« Ce n’est pas un Rang Empereur, c’est un simple Rang Avancé, » m’avait-elle répondu.

Pendant ce temps, les deux autres enseignants s’étaient joints à nous, et nous nous étions approchés du loup. Rufus avait examiné sa corne tandis qu’Angius avait sorti un grand couteau et un petit cristal rose.

« Qu’est-ce que vous faites tous les deux ? » leur avais demandé.

« Angius écorche le loup, et Rufus prend la corne, les griffes et les dents. En attendant, nous irons chasser un peu plus loin. » Nanya avait répondu à leur place. « Hm, en parlant de ça. Peux-tu absorber les carcasses ? » demanda-t-elle.

« Oui, mais je dois retourner à mon corps de cristal à l’académie pour les sortir de là, » avais-je répondu.

« Je vois... Hm. Si l’absorption n’est pas bonne, tu devrais utiliser la [Télékinésie] pour les amener ici. Pendant qu’ils travaillent, nous chasserons d’autres monstres, et tu ramèneras les corps ici, » déclara-t-elle en souriant.

« Et les restes après ça ? » avais-je demandé.

« Oh ? Les os et la viande ? Nous prendrons ce dont nous avons besoin comme matériel de base, mais le reste sera laissé ici, » avait-elle expliqué.

« Les restes ne vont-ils pas se transformer en zombie ou en squelettes ? » avais-je demandé en pensant à la vision classique de ce qui était arrivé au monstre et aux restes humains dans la plupart des histoires fantastiques sur Terre.

« Seulement si tu ne les purifies pas. Si c’est le cas, ils deviennent un festin pour les insectes et les animaux de la forêt, » expliqua-t-elle.

« Même dans ce cas, il faut une zone à forte concentration en mana. Si c’est quelque chose comme un cimetière, alors les chances pour que les restes se transforment en un zombie augmentent de façon exponentielle, » expliqua Rufus.

« C’est pourquoi nous enterrons toujours nos morts dans des zones dépourvues de mana, mais de temps en temps, une créature magique puissante ou un donjon apparaîtra et infusera le sol avec suffisamment d’énergie pour créer un point de naissance de zombies, » ajouta Nanya.

« Je comprends... Merci, » répondis-je.

Après cela, nous avions chassé quelques Dayuks supplémentaires, puis nous étions aussi tombés sur une meute de Gobelins. J’avais été très surpris quand j’avais vu les créatures, elles étaient aussi grandes qu’un homme, avec des oreilles plus longues que celles de Shanteya, et un visage qui ressemblait à une infestation de tumeurs recouvertes d’acide sulfurique. Ils portaient des vêtements faits de fourrures d’animaux et leurs armes étaient de longs bâtons épais en bois ou en os.

Nanya était celle qui s’occupait des Gobelins. Elle avait sauté au milieu d’eux et avait montré sa force implacable et impitoyable. Au début, ils avaient été surpris et avaient essayé de se défendre, mais après qu’elle avait tué trois d’entre eux en moins de trois secondes, la peur avait commencé à prendre le contrôle d’eux. Ils avaient essayé de fuir, mais Nanya ne les avait pas laissés partir. Elle avait fait preuve d’une vitesse inhumaine en les pourchassant et en leur lançant des coups de poing puissants. Au moment où ses gantelets d’acier se reliaient à leur corps ou à leurs armes, sa force monstrueuse avait été démontrée pour tout le monde. Leur chair avait été réduite en bouillie, et leurs os avaient été brisés en un million de morceaux. La zone d’impact avait simplement explosé à cause de son coup de poing, alors que toutes les armes qui se trouvaient sur son chemin avaient été complètement détruites. L’un des gobelins avait reçu un coup à la tête et avait été décapité. Grâce à son armure magique, le sang versé sur elle coulait tout simplement sans laisser de trace sur son corps d’adolescente.

Pendant que tout cela se passait, j’avais simplement regardé de loin et j’avais réalisé à quel point j’étais stupide d’essayer d’imaginer des stratégies compliquées comme je l’avais fait dans mes jeux. En fait, je me sentais complètement inutile quand j’avais vu le pouvoir destructeur de Nanya. On aurait dit que les Gobelins étaient ridiculement faibles, mais j’avais vu les effets de l’une de leurs attaques sur l’écorce d’un arbre. La massue l’avait frappée avec une telle puissance qu’elle avait brisé sa surface et avait laissé quelques fissures dans le tronc.

D’autre part, c’était moi qui avais fait mordre la poussière aux Dayuks et à un autre monstre appelé Orkarin, un serpent de dix mètres de long avec des pointes de cristal sur la tête. En utilisant [Télékinésie], j’avais ramassé tous les corps et je les avais ramenés là où se trouvaient Rufus et Angius. Les gobelins avaient été dépouillés de leur armure et de leurs armes, mais nous n’avions pas besoin de leur corps. Après que Nanya ait jeté [Purification] sur eux, nous les avions laissés pourrir ou devenir la nourriture d’un autre monstre.

À 18 heures, si je ne me trompe pas sur la position du soleil, nous avions réussi à traquer la plupart des monstres de la région. Grâce aux corps qui s’entassaient trop vite, j’avais dû en déplacer certains pour les disperser uniformément sur une grande surface. Cela devait empêcher la région de devenir un cimetière de monstres et risquer de créer un point de production de morts-vivants.

« Ça se passe bien, tu as pris 4 niveaux de plus. Tu es maintenant au niveau 57, » déclara Nanya en vérifiant le dé noir.

« C’est bien, n’est-ce pas ? » avais-je demandé.

« Oui ! » déclara-t-elle en ouvrant la voie vers le monstre le plus puissant de la région.

« Mais je me demandais... Si tu peux utiliser ce truc noir, alors ne peuvent-ils pas aussi l’utiliser ? » avais-je demandé.

« Oui, » répondit-elle.

« Alors, pourquoi prétendre que je suis un donjon Héros de niveau 250 ? » avais-je demandé.

« Ah ! Tu parles de ça, n’est-ce pas ? C’était juste quelque chose de temporaire que j’ai trouvé sur le moment. Techniquement parlant, seuls moi, Rufus, Tuberculus et Shanteya savons que tu es de rang Divin. Les autres supposaient que tu es au moins un Ancestral, et les étudiants te voient comme un puissant Démoniaque ou Héroïque. Aucun d’entre eux ne connaît encore ton donjon. En ce qui concerne la pierre de détection de niveau de donjon, seuls moi, Rufus et Tuberculus en avons une. Quant aux étudiants, dès que j’ai découvert que tu étais Divin, j’ai vérifié leurs sacs et confisqué toutes les pierres que j’ai pu trouver, » expliqua-t-elle.

« Je suppose qu’un merci s’impose, mais comment Tuberculus et Rufus l’ont-ils découvert ? » avais-je demandé.

« Un jour, Tuberculus a reçu une vilaine coupure de papier et il se rendait à l’infirmerie pour s’en plaindre, mais quand il est passé près de ta pièce, son doigt s’est immédiatement guéri. Il a compris qu’il s’agissait d’une aura de guérison, mais n’y voyait pas quelque chose de spécial. Ils sont assez communs parmi les donjons qui asservissent les aventuriers. La preuve finale est venue de ton incroyable labyrinthe de donjons et de la capacité de faire de la magie sans chanter à un niveau aussi bas. Rufus m’a simplement demandé après avoir vu le donjon, et je le lui ai dit. Les autres n’ont jamais demandé », répondit-elle honnêtement.

« Euh... S’ils demandent, vas-tu simplement leur dire ? » avais-je demandé un peu surpris, car je pouvais me rappeler clairement comment, les premiers jours, elle m’avait averti de ne pas leur dire quelque chose comme ça.

« Oui. Il est déjà clair que tu es un Seigneur du Donjon amical, un cas sans précédent jusqu’à présent. S’ils découvrent que tu es de rang Divin, cela ne signifiera pas grand-chose pour eux, cela ne fera que répondre à un tas de questions qu’ils avaient auparavant. Paladinus va être contrarié que Tuberculus l’ait découvert avant lui, mais ce sera à peu près tout. Bien que je ne parlerais de toi à aucun des élèves et s’ils le découvrent, j’utiliserais tous les moyens nécessaires pour les faire taire, surtout s’ils ne sont pas de bonne personne, » avait-elle haussé les épaules et ensuite levé la main.

Nous avions atteint le monstre. Il était situé dans une petite clairière à environ un kilomètre de l’endroit où se trouvaient Angius et Rufus.

« C’est énorme... Un Urkin ? » déclara-t-elle en regardant la chose.

Il était très haut, peut-être au moins six mètres de haut, avec une crinière faite de pointes longues et tranchantes. Il y en avait encore plus qui couvrait tout son dos. Une paire de longues défenses courbées jaillit de sa mâchoire inférieure, et elle avait des griffes aiguisées capables de trancher facilement à travers un humain moyen. Sa paire de grands yeux noirs balayait les environs à la recherche de nourriture ou de quelque chose à combattre. C’était une bête terrible. Heureusement, le vent soufflait vers nous et non vers l’Urkin, sinon il aurait capté l’odeur fraîche chargée de morts venant de la direction d’Angius et de Rufus.

« Illsy, attention. Cette chose est à un niveau supérieur à ce que nous avons combattu jusqu’à présent, » m’avait-elle dit en chuchotant.

« Quel rang ? » avais-je demandé.

« Grand Maître ou peut-être de rang Empereur, » m’avait-elle répondu.

« Quels étaient les autres que nous avons combattus ? » lui avais-je demandé.

« Entre Avancé et Maître, mais ce n’est pas le rang qui pose problème, c’est le fait que cela fait partie de la mégafaune des monstres, autrement dit, c’est un boss, » expliqua-t-elle.

« Un boss ? » avais-je demandé, surpris.

« Oui, » répondit-elle.

« Euh, nous avons un petit problème…, » lui avais-je dit une fois que j’avais remarqué quelque chose au loin.

« Quoi ? » me demanda-t-elle en me regardant avec un front plissé.

« Je ne m’y suis pas concentré jusqu’à présent, mais de l’autre côté, il y a quelques étudiants... Ils sont amicaux. Comme je cherchais constamment des monstres, je ne les ai pas détectés plus tôt... » lui avais-je dit rapidement.

C’est mauvais... vraiment mauvais. Avais-je pensé en me souvenant qu’on m’avait dit que la plupart des étudiants se classaient à peine jusqu’à l’Intermédiaire.

« Quoi ? Merde ! Vite ! Fais un peu de magie de diversion sur la bête, après, je vais l’attaquer et l’achever rapidement... Je voulais te laisser faire, mais il semble que nous n’avons pas le choix. La sécurité des élèves est notre priorité, bien que, au nom de tout ce qui est sacré, pourquoi sont-ils ici ? » grogna-t-elle puis elle avait été prête à sauter pour attaquer l’Urkin.

« D’accord ! » avais-je dit et je m’étais rapidement placé devant l’Urkin.

La magie de diversion... Diversion, argh... Lequel est le meilleur ? avais-je pensé en choisissant le monstre comme cible. « Euh... Euh... COLLY TOS ! » avais-je crié.

La créature avait bondi en arrière, mais au lieu d’une attaque mortelle, une culotte blanche pure était apparue au-dessus de l’Urkin et avait lentement flotté sur l’énorme nez de la bête. Il cligna des yeux, surpris et regarda avec curiosité le tissu soyeux. Il avait même effectué quelques reniflements et avait agité sa queue en pointes en raison d’un plaisir évident.

« Entre toutes les choses... ARRÊTE DE RENIFLER MA CULOTTE ! » cria Nanya avec un fort rougissement présent sur ses joues.

La bête fit redresser les oreilles puis elle reçut une attaque à pleine puissance de l’adolescente qui, malheureusement pour moi, portait un pantalon ce jour-là.

« Gyao ? » la bête n’avait même pas été capable d’esquiver et avait été envoyée voler dans une paire d’arbres à proximité.

Si ce monde avait quelque chose comme des Points de Vie, je pense qu’ils seraient passés de 100 % à 25 % avec un seul coup de poing, mais il n’était pas encore mort. Sans perdre une seconde, j’avais ciblé le monstre et j’avais tiré cinq lances de glace. Elles avaient percé le corps du monstre et l’avaient instantanément tuée.

La bonne partie était que nous avons vaincu le boss, la mauvaise partie était que la culotte de Nanya était une victime malheureuse de notre bataille.

« Illsy, espèce d’idiot…, » déclara-t-elle d’une voix grave, les lèvres plissées et les yeux levés vers le ciel avant d’aller ramasser les restes en lambeaux de sa culotte.

« Désolé ? » avais-je dit avec un sentiment de confusion.

Je suis en quelque sorte heureux que cela se soit produit, mais je me sens aussi mal à propos de cela..., avais-je pensé en regardant les fesses de Nanya. Il n’y avait pas d’objet sacré qui couvrait son joli derrière maintenant.

« Professeur Nanya. » Nous avions soudain entendu une voix masculine derrière les arbres de l’autre côté de la petite clairière où nous avions combattu le monstre.

Nous avions tous les deux tourné la tête et regardé celui qui parlait. C’était un garçon el’doraw avec des cheveux noirs qui étaient coupés court, des yeux noirs comme Shanteya, mais une peau violacée avec des tons de rouge foncé. Cela changeait vers une couleur plus foncée, presque comme si elle pouvait refléter ses émotions.

« Qui êtes-vous ? », demanda-t-elle brusquement.

« Je suis Keltaru Dowesyl, l’un des dix gardes de la princesse Ayuseya Pleyades, » avait-il déclaré fièrement.

Attends, quoi ? Dowesyl ? avais-je réfléchi après l’avoir entendu.

« Alors ? Qu’est-ce que vous faites ici ? Les cours ne sont pas finis, » Nanya lui avait dit ça et avait croisé les bras au niveau de sa poitrine.

« Vous m’avez volé ma proie, professeur Nanya ! Cet Urkin était censé être le mien ! »

« Boff, ne connaissez-vous pas la règle ? Premier arrivé, premier servi ? » haussa-t-elle avec indifférence ses épaules.

« C’est une règle insensée créée par des aventuriers insensés ! Je suis de sang noble et un garde d’un membre de la royauté ! Il est clair que je devrais abattre la meilleure proie, » avait-il déclaré en frappant sa poitrine avec son poing.

« Excusez-moi ? » Nanya avait demandé ça en plissant les sourcils, et je croyais que j’avais même vu une veine apparaître.

« Pour cette offense inexcusable, je vous défie en duel officiel ! Nous croiserons les épées demain à midi », criait-il, puis il s’était retourné et avait quitté la scène comme ça.

Nanya et moi étions tout simplement trop abasourdis par ses paroles pour dire quoi que ce soit avant qu’il ne parte.

« Est-ce qu’il vient de le faire ? » avais-je demandé juste pour être sûr.

« Oui. Soupir ! Un autre imbécile... » elle secoua la tête. « Où que j’aille, il y a toujours un gros idiot qui pense pouvoir défier un aventurier comme moi ! Au moins, celui-ci ne m’a pas demandé d’être sa femme... J’ai perdu le compte chez les idiots qui ont essayé de me traîner dans leur lit ! » répondit Nanya en se frottant le front, essayant de calmer sa migraine installée.

Quoi ? Quelqu’un a essayé de la forcer à entrer dans son lit ? Qui oserait... hm pour forcer Nanya dans mon lit, peut-être... Non ? Non ! Vilain cerveau ! Mauvais ! avais-je secoué la tête pour me débarrasser des pensées perverses.

« Je peux peut-être en parler à la princesse Ayuseya ? » avais-je demandé au bout d’un moment.

« Pourquoi penses-tu qu’elle t’écouterait ? » m’avait-elle demandé.

« Oh, je l’ai réduite en esclavage plus tôt ce matin et l’ai guérie de ses deux malédictions, » avais-je dit avec un sourire sur mes lèvres et puis ce petit neurone solitaire dans ma tête avait crié : TU ES UN IDIOT !

J’avais dégluti quand j’avais réalisé mon erreur.

« Tu as fait... QUOI ? » son cri avait probablement été entendu dans toute cette immense forêt parce qu’elle avait même effrayé un couple de monstres.

« Euh... C’était parce qu’elle avait de gros seins, » avais-je essayé de trouver une excuse pour avoir fait ça.

C’est probablement la pire chose que j’aurais pu dire pour ma propre défense..., avais-je pensé pendant que mon visage se transformait en quelque chose de grotesque

Nanya avait regardé sa propre poitrine et m’avait regardé après ça. Trois veines avaient éclaté, et elle était rouge de fureur. J’avais encore dégluti.

« Seigneur du Donjon Illsyore, en ce qui concerne ce que nous allons faire. Nous allons prendre cet Urkin, RAMASSER ses pointes, ainsi que sa PEAU, RÉCUPÉRER ses défenses et ses dents, puis nous allons retourner à l’académie et si d’ici là, je ne me suis toujours pas calmée, alors je vais avoir une TRÈS longue discussion avec toi à propos de POURQUOI tu ne devrais pas enlever des malédictions normalement IMPOSSIBLES à retirer sur des membres de la royauté étrangère. » Elle m’avait demandé ça avec un sourire forcé tout en me montrant une petite pierre qu’elle avait ramassée. D’un seul geste de la main, la pierre s’était transformée en poussière.

J’avais dégluti.

« Oui... » avais-je dit d’une voix faible.

Je suis mort…, pensais-je.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    PS : Même moi je suis largement meilleur en explication improvisé que ça ! (Mort de rire)

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire