Infinite Stratos – Tome 4 – Chapitre 4 – Partie 2

***

Chapitre 4 : Quintette en désaccord

Partie 2

Charlotte avait coupé le bout de sa tranche avec sa fourchette et en avait pris une bouchée. Une délicieuse, mais non écrasante douceur s’était répandue dans sa bouche alors que la crème fondait doucement. Le gâteau éponge lui-même était aéré, mais tendre, et avec un soupçon de liqueur perceptible.

« C’est vraiment bien ! Où l’as-tu eu ? » demanda Ichika.

« Lip Trick, dans le centre commercial souterrain près de la gare. J’ai eu la chance d’arriver tôt aujourd’hui, c’est normalement si bondé, » répondit Cécilia.

En écoutant, Charlotte se sentit encore plus coupable. En pensant à la façon dont Cécilia s’attendait probablement à le partager juste avec Ichika, elle s’était presque excusée.

« Ouais. Ce truc est génial. Il n’y a aucune chance que je puisse le faire à la maison, » déclara Ichika.

« Tu es un bon cuisinier, mais je ne peux pas qu’être d’accord. Le pâtissier est un maître. Il a été récompensé lors d’un concours international, » se réjouit Cécilia en se vantant.

Ichika avait laissé échapper un « ooh » avant de réfléchir un peu et de reparler. « Hé, pourquoi ne pas partager ? Vous ne voulez pas essayer un peu de chaque ? »

« Hein ? Eh bien, euh…, » balbutia Charlotte.

« Comme quand on se nourrit l’un et l’autre ? » demanda Cécilia.

Deux fourchettes se figèrent et deux regards se fixèrent sur Ichika, qui fit un signe de tête sans hésitation.

« Bien sûr, » répondit Ichika.

« … ! »

Chacun de leurs visages remplis de joie, brillants comme baignés dans la lumière céleste.

« Oubliez ça ! Je sais que c’est sûrement dégoûtant de manger un truc qu’un garçon a mangé, » déclara Ichika.

« Ah, non ! Je pensais juste que j’aimerais essayer le cheesecake ! » déclara Cécilia.

« Bien sûr que non ! Tiens, essaie le mien ! » déclara Charlotte.

Avec un contact visuel aussi ferme que la poignée de main d’un diplomate, les deux femmes s’étaient débarrassées de leur rivalité pas si ancienne et étaient entrées dans une entente cordiale. On aurait pu tout aussi bien écrire « Félicitations ! » en lettres lumineuses derrière elles.

« Essayons d’abord celui d’Ichika, » déclara Cécilia.

« En effet. Si tu pouvais m’en couper un morceau ? » demanda Charlotte.

Charlotte et Cécilia avaient ouvert la bouche comme des petits oiseaux qui attendent d’être nourris. Un peu timide. Un peu hésitant. Avec les doigts serrés pour retenir le battement de leur propre cœur. Comme une princesse qui attendait un baiser de son prince.

« Très bien. Alors, Cécilia d’abord. Dis ahh, » déclara Ichika.

 

 

Ichika, l’imbécile des imbéciles, ne l’avait pas remarqué. Coupant un morceau de gâteau avec sa fourchette, il l’avait porté à la bouche de Cécilia.

« Hmm. »

Le temps qu’elle morde dans son morceau, Cécilia ne pouvait plus le goûter. Son cœur battait si fort qu’elle pouvait à peine reprendre son souffle.

« Comment est-ce ? » demanda Ichika.

« Il… C’est merveilleux, » dit-elle en riant joyeusement. Son visage s’était transformé en un sourire joyeux, non pas tant pour le gâteau que pour sa propre joie.

« Et moi, alors ? » demanda Charlotte.

« Oh, désolé. Dis ahh ! » déclara Ichika.

« Hm… »

Charlotte ferma les yeux et laissa la sensation l’envahir tandis que le gâteau au fromage fondait sur sa langue. Ce qu’elle avait le plus apprécié, cependant, c’était les sentiments dans son cœur. C’était la deuxième fois qu’elle était nourrie par Ichika, mais cette fois-ci, c’était beaucoup plus intense. Peut-être à cause de ses propres changements émotionnels plus que tout.

« C’est bon. J’adore ça, » déclara Charlotte.

Ce n’était pas nécessairement ce qu’elle s’attendait à dire qu’elle aimait ce matin.

« Très bien, maintenant c’est mon tour, » déclara Ichika.

La fourchette d’Ichika s’était immédiatement arrêtée, et leur voix s’était transformée en cris.

« Attends un peu ! » déclara Cécilia.

« Ce serait impoli de te faire couper les tiens après nous avoir nourris, » déclara Charlotte.

« Vraiment ? Je suis d’accord avec ça, » déclara Ichika.

« En effet, on le ferait, » déclara Cécilia.

« C’est trop délicieux pour ne pas le faire, » déclara Charlotte.

Chacune ricanait et soulevait une fourchette chargée d’une bouchée de leur gâteau pour l’amener à la bouche d’Ichika.

« Dis “ahh!” »

Incapable de prendre les deux en même temps, il avait continué dans le même ordre qu’avant, en commençant par Cécilia. La saveur sucrée et piquante de la poire dans la croûte croustillante de la tarte aurait suffi à elle seule, mais l’enrobage de gelée avait ajouté quelque chose d’encore plus en goût et en bouche. Après avoir nettoyé son palais avec du thé glacé, il avait pris une bouchée du gâteau de Charlotte.

« Ils sont vraiment, vraiment bons, » déclara Ichika.

« Oui. Je vais devoir y aller moi-même un jour, » déclara Charlotte.

La joie était évidente dans leurs voix, même lorsqu’elles levèrent leurs verres de thé glacé pour empêcher Ichika de voir leurs sourires.

« Vous savez, vous êtes là très tôt. Il est à peine dix heures, » déclara Ichika.

« Ouais. Tu avais dit que tu étais du genre à te réveiller tôt, alors j’ai pensé que c’était peut-être bien, » déclara Charlotte.

« Ouais, c’est bon. Et toi ? C’est les vacances d’été, ne devrais-tu pas traîner avec des amis ? »

« Non, non, c’est bon. Les horaires de personne ne correspondaient aujourd’hui, alors j’aurais juste été assise. »

« Quelle coïncidence! C’était la même chose pour moi. Je n’avais certainement pas prévu ça. »

« Oh, vraiment. »

Chacune avait annulé tous ses plans pour aujourd’hui en faveur de cela, mais aucune n’était prête à l’admettre. Ni l’une ni l’autre ne voulait être le genre de fille qui était si excitée d’aller chez un garçon.

Je… Je ne veux juste pas avoir l’air d’en faire une affaire d’État…

Ichika ne devrait pas me considérer comme une femme de mauvaise vie.

Les deux filles avaient donc simplement fait passer cela pour un rare coup de chance.

« Bon, et maintenant ? Il n’y a rien à faire ici. Voulez-vous aller quelque part ? » demanda Ichika.

« Non, c’est bon ! Il fait trop chaud dehors de toute façon, restons à l’intérieur, » déclara Cécilia.

« D’accord ! On peut peut-être voir ta chambre ? » proposa Charlotte.

« Ma chambre ? Pourquoi veux-tu voir ça ? » demanda Ichika.

C’était difficile de répondre à cette question, mais en plus de pouvoir piloter l’IS, Cécilia et Charlotte étaient des filles normales. Bien sûr, elles voudraient voir où leur béguin avait grandi.

« Ah bon, peu importe. Tu vas cependant être déçue, » déclara Ichika.

« Bien sûr que non ! » déclara Charlotte.

« Ouais ! » déclara Cécilia.

« OK…, » déclara Ichika.

Ichika avait fait marche arrière face à leur insistance commune.

« Alors, allons faire ça. C’est en haut, » déclara Ichika.

Les deux femmes hochèrent la tête encore plus intensément qu’elles ne l’avaient fait avant, et suivirent Ichika, à son rythme. Comme une maison japonaise normale, l’escalier avait fait un virage de 90 degrés à mi-chemin. C’était la première fois que Cécilia montait un tel escalier, et son intérêt s’accompagnait d’une comparaison de son exiguïté avec sa propre maison.

Intelligent, mais il faudrait beaucoup de temps pour monter le service à thé.

Charlotte, par contre, se sentait comme chez elle. Avant que son père ne l’ait recueillie, la maison qu’elle partageait avec sa mère était aussi semblable dans l’esprit que différente dans le style. Je préfère vivre dans un endroit comme ça que dans un manoir. On se sent comme à la maison, pas seulement comme une maison.

« Nous y voilà. Oh, et c’est la chambre de Chifuyu. Si vous y allez sans y être invité, elle vous tuera probablement, » déclara Ichika.

« Ahh… Donc c’est… »

« Je vois… Je suppose qu’il est naturel que Mme Orimura vive ici. »

Charlotte et Cécilia avaient toutes deux ri nerveusement. Depuis le voyage de classe du mois précédent, les deux femmes avaient l’impression d’être sur de la glace encore plus mince que la normale avec elle.

« Je vais être clair tout de suite, je ne vous laisserai pas l’avoir. »

C’était des mots durs, et ils avaient fait peur à toutes celles qui les avaient entendus.

Elle est simplement une grande sœur surprotectrice… n’est-ce pas ?

Hmm… Si nous sommes en compétition avec Mlle Orimura, nous n’avons aucune chance…

Ichika avait plissé les sourcils devant leurs halètements involontaires.

« Quoi ? Avez-vous changé d’avis ? » demanda Ichika.

« Bien sûr que non. Quel était le dicton, pas de tripes, pas de gloire ? » déclara Charlotte.

« Oui. Pour un penny, pour une livre, » déclara Cécilia.

« Hein ? » Ichika avait de nouveau froncé les sourcils devant ces réponses inattendues en ouvrant la porte de sa chambre. « C’est assez étroit, mais entrez. »

« Bien sûr. »

« J’espère que nous ne te dérangeons pas. »

Cécilia et Charlotte étaient entrées dans sa chambre. En plissant leurs yeux devant la lumière vive de la fenêtre sur le mur du fond, la première chose qu’elles avaient vraiment remarquée était l’odeur de la chambre d’un garçon. Pas vraiment de la sueur, plutôt du musc.

« Je n’ai qu’une seule chaise ici, alors n’hésitez pas à vous asseoir sur le lit, » déclara Ichika.

— Sur son lit ?

Une soudaine sonnerie électronique avait interrompu leur concentration. Ding-dong.

« Hein, quelqu’un d’autre est à la porte. Attendez, laissez-moi aller répondre, » déclara Ichika.

Ichika avait redescendu les escaliers.

« … »

« … »

Charlotte et Cécilia, laissées seules dans la chambre, regardaient le lit sans bouger.

Alors c’est le lit d’Ichika.

Hm, c’est différent d’être dans son dortoir.

Quelques instants plus tard, elles avaient entendu des bruits de pas qui résonnaient de bas en haut.

« Cécilia, Charl, descendez. »

« Ehh ? »

La déception de ne même pas avoir dix minutes était audible dans chacune de leurs voix.

« Pourquoi ? »

« Nous voulions rester ici un peu plus longtemps… »

« Eh bien, euh… » Le bruit des marches de l’escalier l’avait coupé.

« Ichika, qu’est-ce que tu… »

Ling avait ouvert la porte derrière elles. Elle avait visité Ichika à la maison à plusieurs reprises à l’école primaire et au collège, et n’avait pas hésité à se montrer. Mais elle ne s’attendait pas du tout à les voir, et elle s’était figée sur place.

« Qu’est-ce que vous faites toutes les deux ? » demanda Ling.

Le sang de Ling lui monta à la tête en criant assez fort pour qu’on l’entende d’en bas, et des cris s’élevèrent en réponse depuis le premier étage.

« Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Des infiltrateurs ? »

Houki et Laura étaient également arrivées. C’est alors que Cécilia et Charlotte avaient toutes deux abandonné leurs espoirs de voir se réaliser quelque chose de plus.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire