Infinite Stratos – Tome 1 – Chapitre 3

***

Chapitre 3 : L’étudiante transférée est une deuxième amie d’enfance

***

Chapitre 3 : L’étudiante transférée est une deuxième amie d’enfance

Partie 1

« Eh bien. Orimura, Alcott, effectuez un peu de vol. Montrez-moi quelques manœuvres de base du vol en IS, » déclara Yamada.

Nous étions maintenant dans la dernière semaine d’avril. Les dernières fleurs de cerisier étaient tombées. Ma sœur Chifuyu était encore un démon en classe, mais je faisais de mon mieux.

« Dépêchez-vous. Un pilote IS entraîné n’a besoin que d’une seconde pour générer son unité, » déclara Chifuyu.

J’avais concentré mon esprit alors qu’elle m’avait encouragé à sa manière. Une fois l’IS installé sur le pilote, il le transportait sur lui comme un accessoire. Dans le cas de Cécilia, il s’agissait de sa boucle d’oreille gauche. Dans mon cas, il s’agissait d’un gant pour ma main droite. Normalement, c’était censé être une sorte d’objet simple, donc je ne savais pas pourquoi le mien était un gant blindé entre toutes les autres possibilités.

« Concentration. »

Mon destin imminent — une autre frappe de Chifuyu — était vraiment imminent. J’avais tendu mon bras droit et j’avais saisi le gant avec ma gauche. J’avais testé avec un tas de méthodes différentes, et c’était celle qui me permettait de mieux concentrer mon esprit. La vision de mon IS en expansion avait rempli mes pensées.

Viens à moi, Byakushiki !

Immédiatement après ça, je pouvais sentir un film s’étaler sur moi depuis mon poignet droit. Il avait fallu 0,7 seconde pour m’entourer. Des particules lumineuses avaient inondé mon corps, puis elles avaient semblé se durcir autour de moi afin de produire l’unité IS.

Mon corps avait grandi. Les capteurs IS s’étaient reliés à ma conscience, et ma perception du monde était devenue beaucoup plus nette. Byakushiki s’était matérialisé en un clin d’œil, et maintenant nous étions en train de flotter à dix centimètres du sol. Cécilia et les Larmes Bleues lévitaient également. Les larmes que j’avais détruites dans notre bataille avaient repoussé.

« D’accord. Maintenant, volez ! » déclara Yamada.

Cécilia avait immédiatement agi. Elle avait tourné dans le ciel et s’était arrêtée, presque hors de vue, au-dessus de nous. J’avais suivi, mais mon taux de montée était significativement plus lent que le sien.

« Qu’est-ce que vous faites ? Byakushiki devrait être beaucoup plus rapide d’après les spécifications, » déclara Cécilia.

On me faisait des remontrances sur le système de communication. La veille, nous avions appris à monter et à descendre à haute vitesse. « Imaginez un triangle pointant vers le haut » était ce qu’ils nous avaient dit, mais c’était difficile à mettre en pratique.

« Ichika, avoir une bonne image mentale solide est un long chemin à parcourir. Cela pourrait être plus constructif de penser à une méthode qui fonctionne mieux pour toi, » déclara Cécilia.

« Peut-être... Mais je suis loin d’être habitué à voler encore maintenant. De toute façon, comment l’unité parvient-elle à léviter ? » demandai-je.

Byakushiki avait deux excroissances profilées en forme d’aile sur le dos, mais peu importe comment je les regardais, elles ne semblaient pas capables de faire voler la tenue. En outre, peu importe, où elles étaient pointées, l’unité pouvait voler n’importe comment, donc tout était assez mystérieux.

« Cela ne me dérange pas de te l’expliquer, mais ce n’est pas une courte explication. Il utilise des ailes anti-gravité et des interférences d’ondes de flux, » déclara Cécilia.

« Flux... Quoi ? Bien, ne me l’explique pas, » dis-je.

J’avais immédiatement annulé ma demande. De toute façon, je n’allais pas le comprendre.

« Je vois. Dommage. Hehe, » répondit Cécilia.

Cécilia souriait avec une joie visible. C’était un sourire honnête et simple, et non ironique ou de dérision.

Après notre bataille, Cécilia m’avait enseigné et donné des conseils quand elle le pouvait. Bien sûr, j’étais vraiment reconnaissant pour cela, et Cécilia était vraiment compétente — comme on peut s’y attendre d’une Cadette nationale. Mais je m’étais demandé une chose. Qu’est-ce qui avait provoqué ce changement d’attitude ? Je ne pouvais pas croire en voyant à quel point elle avait été différente au début.

« Ichika, je te donnerais des cours après l’école si tu veux. Alors nous pourrons être seuls et —, » déclara Cécilia.

« Ichika ! Combien de temps vas-tu rester là !? Calme-toi ! » un hurlement était arrivé via le système de communication.

J’avais regardé au sol et j’avais vu que Houki avait pris la radio d’une Yamada choquée. Les hypersenseurs de l’IS incorporaient des viseurs télescopiques longue distance et d’autres améliorations de la vision, je pouvais distinguer les cils de Houki à environ 200 mètres.

Il serait certainement possible d’utiliser cela pour toutes sortes de buts maléfiques...

« Je dois ajouter que la vision est, techniquement parlant, limitée à une certaine distance. Mais l’IS a été conçu pour une utilisation dans l’espace, où il est nécessaire de déterminer ta position basée sur des étoiles à des centaines de milliers de kilomètres, donc ces distances si courtes sont négligeables, » déclara Cécilia.

Merci à l’étudiante modèle. Elle savait vraiment beaucoup de choses.

Contrairement à cela, les explications de Houki étaient plutôt comme : « Ça va, euh... Ça va dadum, et puis bazoom ! »

Pas très utile. Je n’étais même pas sûr que Houki puisse piloter un IS. Nous n’avions encore eu aucune formation pratique en tant que groupe, donc je n’avais aucune idée de la façon dont Houki pouvait voler. Cécilia avait toujours fait irruption pendant les explications étranges de Houki, et les deux filles avaient fini par beaucoup se disputer. Alors que Cécilia était devenue plus amicale avec moi, elle était devenue moins amicale avec Houki. C’était plutôt étrange de voir comment cela s’était déroulé.

« Orimura, Alcott, effectuez une descente rapide, puis désactivez vos unités. L’altitude cible est de dix centimètres, » déclara Yamada.

« Roger. À bientôt, Ichika, » déclara Cécilia.

Cécilia avait chuté du ciel telle une pierre. J’avais regardé son unité en train de disparaître et j’avais été légèrement impressionné.

« Elle est bonne..., » murmurai-je.

Elle avait déjà désactivé son unité sans aucun problème.

D’accord, il est temps de la suivre.

J’avais alors concentré mon esprit et imaginai une flamme rugissante éjectée par les objets en forme d’ailes se trouvant sur mon dos, suivie par les flammes qui me projetaient vers le sol.

*Vrrooom !*

J’étais ainsi arrivé au sol — ou plutôt, je m’étais écrasé dedans. L’unité m’avait protégé des forces g et de l’impact initial, mais les rires de mes camarades de classe m’avaient fait encore mal.

Pourquoi l’IS n’a-t-il pas aussi protégé mon âme ?

« Imbécile. Est-ce que je vous ai dit de vous enterrer dans le sol ? Essayez-vous de creuser un terrier de renard ? » s’écria Chifuyu.

« Je suis désolé, » dis-je.

J’avais utilisé le système de contrôle d’altitude pour léviter hors du sol. En raison de la barrière produite par le bouclier de l’IS, il n’y avait pas un grain de poussière sur Byakushiki.

« Ichika, pathétique. Ne te l’ai-je pas appris l’autre jour ? » demanda Houki, les bras croisés et les yeux plissés.

Me l’a enseigné ? Si tu pouvais appeler cela tous ces effets sonores étranges que tu avais faits lors de ce soi-disant cours, alors c’était bien le cas.

Houki était maintenant capable de faire des blagues. Comme les temps avaient changé !

« Ne penses-tu pas à quelque chose de grossier en ce moment ? » demanda Houki.

Est-ce que mes pensées s’échappent d’une manière inconnue hors de ma tête ?

« D’ailleurs, Ichika. Tu es le genre de gars qui a toujours —, » Houki commençait à parler de mes échecs, mais elle avait été interrompue.

« Ichika, est-ce que tu vas bien ? Es-tu blessé ? » demanda Cécilia.

« N-Non... je vais bien, » répondis-je.

« Super. C’est vraiment super, » répondit Cécilia en souriant.

Quel était le poète qui avait dit que les caprices des filles étaient comme le ciel d’automne ? Je voulais le frapper. Pour moi, les filles étaient beaucoup plus difficiles à prévoir que le temps.

« Il est impossible qu’il se blesse quand il utilise l’IS, » protesta Houki.

« Oh, Shinonono. S’inquiéter les uns des autres est la chose la plus naturelle au monde. Cela vaut aussi pour les pilotes d’IS. C’est ce qu’on appelle de la “simple politesse”, » déclara Cécilia.

« Que dites-vous ? Vous essayez vraiment durement d’avoir l’air gentille et innocente, » répliqua Houki.

« C’est mieux que d’essayer de ressembler à un monstre, » répliqua Cécilia.

*BzZzzZz.*

Je pouvais voir les étincelles qui volaient entre elles. Bien sûr, je ne parlais pas d’étincelles physiques. Mais cela ressemblait un peu à ça... Peut-être que les hypersenseurs de l’IS étaient capables de voir aussi ça ? C’était plutôt génial, mais également inutile. Quoi qu’il en soit, ces deux filles devenaient de plus en plus hostiles entre elles plus la journée s’écoulait.

« Hey, idiotes. Vous êtes dans le chemin. Faites ceci dans un coin plus loin d’ici, » Chifuyu était venue vers moi, repoussant Houki et Cécilia dans le même mouvement.

« Orimura, faites uniquement sortir votre arme. Vous pouvez le faire par vous-même, n’est-ce pas ? » demanda Chifuyu.

« O-Ouais..., » répondis-je.

« La bonne réponse à cela est “oui”, » répliqua-t-elle.

« O-Oui, » répondis-je alors.

« Bien. Faites-le, » ordonna-t-elle.

Je m’étais placé sur le côté. Je devais m’assurer que personne ne se tenait devant moi, puis je tendis de nouveau ma main droite et la saisis avec ma main gauche.

J’avais imaginé une lame. Une lame tranchant et solide. Une arme puissante...

Viens à moi !

Ma main gauche avait resserré son emprise sur mon poignet droit. Quand ma concentration avait atteint son apogée, la lumière s’était rassemblée dans ma paume, s’était figée, puis avait pris forme. Quand la lumière s’était éteinte, ma main droite tenait le Yukihira Nigata.

Bien ! Je peux maintenant la faire sortir quand je veux.

Au début, c’était assez difficile de le faire à coup sûr. Ce n’était pas comme s’ils t’avaient appris comment matérialiser une épée dans ta main à l’école.

« Trop lent ! Vous devez le faire en moins de 500 millisecondes, » déclara Chifuyu.

Argh. Elle trouvait des fautes dans tout ce que je faisais. Je n’avais jamais eu d’éloges. J’avais travaillé pendant une semaine d’affilée pour obtenir ce résultat et j’en étais plutôt fier.

« Cécilia, faites sortir votre arme, » ordonna Chifuyu.

« Roger, » répondit Cécilia.

Cécilia leva la main au niveau des épaules et la tint sur le côté. Il y avait alors eu un éclair de lumière, beaucoup plus rapide que le tourbillon que j’avais produit. Et après ça, elle tenait son fusil à la main : le Starlight Mk. III. J’étais loin d’être aussi rapide qu’elle. De plus, il y avait déjà un chargeur dans le fusil, et Cécilia pouvait retirer la sécurité en y jetant juste un coup d’œil dessus. Il lui aurait peut-être fallu une seconde pour sortir l’arme et être prêt à faire feu.

« Bon travail, Cadette nationale, mais arrêtez d’utiliser cette pose. Votre fusil est positionné latéralement lorsque vous le faites sortir alors vous pourriez frapper quelqu’un avec. Apprenez à le faire ressortir devant vous, » déclara Chifuyu.

« M-Mais pour mon image, j’ai besoin de —, » commença Cécilia.

« Changez ça ! Compris ? » demanda Chifuyu.

« Oui..., » répondit Cécilia.

Cécilia avait l’air de vouloir lui répondre, mais Chifuyu lui lança un regard furieux et la discussion fut ainsi terminée. Elle ferait un bon soldat dans le futur.

« Cécilia, faites sortir votre arme de combat au corps à corps, » ordonna Chifuyu.

« Euh... Oh, R-Roger ! » répondit-elle.

Cécilia avait probablement grogné dans son esprit, et cela devait l’avoir effrayée que la conversation puisse continuer. Son arme s’était à nouveau dissoute dans une lumière, et à la place, elle avait sorti son arme de combat rapproché. Ou plutôt, elle était censée le faire. La lumière tourbillonnait un peu, puis stagnait dans l’air.

« Ngh... »

« Encore combien de temps ? » grogna Chifuyu.

« B-Bientôt. Bonté divine ! “Intercepteur !”, » elle avait crié le nom avec une certaine frustration.

Et enfin, la lumière avait pris forme comme une arme. Cependant, nous étions censés sortir nos armes sans utiliser cette méthode de débutant. Le fait d’avoir échoué avait été très humiliant pour Cécilia, la Cadette nationale.

« Cela a pris plusieurs secondes. Votre ennemi au combat va-t-il attendre aussi longtemps ? » demanda Chifuyu.

« Je ne les laisserais pas se rapprocher dans une véritable bataille ! » répliqua Cécilia. « Alors, ce n’est pas un problème. »

« Vraiment ? Vous dites ça alors même qu’Orimura a réussi à se rapprocher de vous, alors qu’il est un débutant total, » déclara Chifuyu.

« C-C’est parce que..., » commença Cécilia.

Cécilia n’avait plus rien à ajouter. Elle était clairement frustrée. J’avais regardé tout cela sans aucune mauvaise volonté quand soudainement, elle m’avait fixé du regard. Soudain, je l’avais entendue sur un canal de communication privée et cryptée. « C’est de ta faute ! »

Pourquoi ? Qu’est-ce que j’ai fait ?

« T-Tu as volé jusqu’à être au corps à corps ! » envoya-t-elle toujours par ce canal.

Ouais, eh bien, j’ai un IS pouvant uniquement faire du combat au corps à corps.

« T-Tu vas devoir prendre tes responsabilités quant à cela ! » elle continua.

Quel genre de responsabilité... ?

Je n’avais jamais vraiment répondu à ce qu’elle me disait. C’était une communication purement unidirectionnelle. De toute façon, je n’avais pas vraiment compris comment produire la bonne image mentale pour le canal de communication privée. On nous avait dit qu’il fallait imaginer comme si on parlait avec le côté droit de notre cerveau, ce qui n’avait aucun sens pour moi.

« Le temps est écoulé. C’est la fin de la leçon pour aujourd’hui. Orimura, nettoyez le terrain, » déclara Chifuyu.

Elle voulait probablement que je remplisse le trou que j’avais causé avant ça. Comment dois-je faire ça pour remettre la terre ?

J’avais alors regardé dans la direction d’Houki. Elle avait détourné les yeux et avait fait la moue, elle n’allait pas m’aider. Et Cécilia était... déjà partie.

Bien. De toute façon, je ne voulais pas d’aide.

D’ailleurs, c’était le genre de choses que les hommes devaient faire. Faire travailler les filles aurait été plutôt honteux de ma part. De plus, pour commencer, le trou était de ma faute. La maîtrise de l’IS allait clairement prendre un peu plus de temps de prévu.

***

Partie 2

« Hmph. On dirait que c’est cet endroit. »

C’était la nuit. Une fille au corps mince se tenait devant la porte de l’Académie IS, portant un sac de voyage presque drôle. Ses cheveux étaient attachés en deux queues de cheval, gauche et droite, qui voltigeaient dans la douce brise d’avril. Les queues de cheval étaient d’un noir brillant. Elles étaient attachées avec de beaux fermoirs en or, et tombaient jusqu’à ses épaules.

« Alors, où est la réception ? »

Elle avait sorti un morceau de papier de sa poche. Le papier était complètement froissé, il correspondait parfaitement sa personnalité apparemment désordonnée et joyeuse.

« Bâtiment scolaire, premier étage, réception générale... Alors, où diable est-ce ? »

Le morceau de papier n’avait malheureusement pas répondu à ses plaintes. La fille grimaça et enfouit de nouveau le papier dans sa veste. Il avait fait un craquement audible, car il était froissé à l’intérieur.

« Bien, je vais chercher par moi-même. Apparemment, je ne peux compter sur personne ! » Grommelant, elle s’éloigna, il valait mieux agir que penser. Elle était ce genre de fille. Un observateur bien intentionné l’aurait appelée pratique. Un observateur dérisoire l’aurait appelée irréfléchi.

Franchement ? Pas même une seule personne à dire bonjour ? Je ne peux pas croire qu’ils ne me balancent ici avec rien d’autre que ça !

La fille avait l’air un peu japonaise, mais à y regarder de plus près, elle n’était clairement pas. Ses yeux étaient aussi inclinés que les leurs, mais en quelque sorte plus élégants et majestueux. La fille était évidemment chinoise. Le Japon était comme une deuxième maison pour elle. Elle avait vécu longtemps dans le pays et y avait beaucoup d’amis. Comme ils disent : l’histoire concerne les personnes, pas les lieux.

Il n’y a vraiment personne ici, hein ? Pas d’étudiants, pas d’enseignants, ou personne pour me guider...

Elle avait erré autour des bâtiments, à la recherche d’une silhouette. Il était huit heures passées et tous les bâtiments des cours et de l’administration étaient sombres. Tous les étudiants étaient dans leurs dortoirs.

Oh, mon dieu, ça me fait chier... Peut-être que je devrais voler et regarder la zone depuis là ?

« À la réflexion... Peut-être que ce n’est pas une bonne idée... La dernière chose dont j’ai besoin est un groupe de personnes en costume qui se fâchent à nouveau contre moi. Les personnes chez moi pensaient aussi beaucoup comme ça, les imbéciles pathétiques. »

— Hmph. Eh bien, je suis trop importante, n’est-ce pas ? Je dois faire attention.

Elle avait beaucoup aimé quand des personnes ayant plusieurs fois de son âge étaient venues l’implorer de faire quelque chose. Elle avait toujours détesté les personnes âgées qui pensaient mériter le respect juste parce qu’elles étaient plus âgées. Pour autant qu’elle le voyait, le monde était en pleine forme.

« Les mâles musclés ne sont plus pertinents ! L’IS d’une fille est la justice ! »

Elle se sentait bien. Quand elle était une petite fille, elle détestait les garçons qui pensaient avoir le droit de décider juste parce qu’ils étaient des garçons. Il y avait juste un gars qui avait été différent, elle se souvenait plutôt bien de lui. Ses souvenirs de ce garçon étaient la principale raison pour laquelle elle voulait retourner au Japon.

Je me demande comment il va maintenant... Probablement assez bien, haha.

« C’est... dit..., » était venue d’une voix mystérieuse.

Elle avait regardé autour d’elle. La voix semblait provenir d’un bâtiment d’entraînement pour les IS. Dans tous les pays, les bâtiments liés aux IS étaient similaires, et elle l’avait immédiatement reconnu.

Parfait, je peux leur demander où je suis censée aller !

Elle avait couru vers l’entrée de l’arène.

« Comme je l’ai dit, je ne sais pas comment l’imaginer, » déclara une voix masculine.

La voix masculine l’avait pris par surprise et elle s’arrêta net, effrayée.

Est-ce que c’est lui ? Non, ça ne peut pas être... Est-ce vraiment lui ? Que fait-il ici !?

Les yeux de la jeune fille s’élargirent avec curiosité et anticipation.

Et s’il ne me reconnaît pas ? N-Non, attends. Je suis sûre qu’il le fera. Il doit le faire ! S-Si ce n’est pas le cas, c’est seulement parce que je suis devenue si magnifique !

Après une courte pause, la fille avait continué à marcher vers le bâtiment.

« Ichi—, » chuchota-t-elle.

Oh, non ! Qu’est-ce qui se passe avec ma voix ? Allez, dis-le normalement !

« Ichika, quand vas-tu réussir à maîtriser la technique de l’image mentale ? Nous avons été coincés sur le même problème pendant une semaine, » déclara la voix féminine.

« Franchement, tes explications sont vraiment très confuses. Qu’est-ce que c’est que “djoom ?”, » demanda Ichika.

« C’est... Djoom, » répondit la fille.

« Je ne sais même pas ce que ça veut dire ! Attends ! Où vas-tu, Houki !? » demanda Ichika.

L’homme avait couru après la fille inconnue, qui avait ensuite accéléré son pas.

Qui donc est cette personne ? Et pourquoi ont-ils l’air si copains-copains ?

◇◇◇

Son excitation avait disparu, emportée par le vent. Elle sentit une colère cuisante qui soufflait sur son âme comme une tempête de neige.

Peu de temps après, elle avait trouvé la réception générale. Ce bâtiment de l’école était juste derrière l’arène. Certaines lumières étaient toujours allumées.

« Je pense que cela devrait être toute la paperasserie. Bienvenue à l’Académie IS, Huang Lingyin. »

La réceptionniste était amicale, mais ses paroles avaient à peine atteint la fille. La fille — c’est-à-dire Lingyin — était visiblement de mauvaise humeur quand elle parlait.

« Dans quelle classe est Ichika Orimura ? » demanda Lingyin.

« Oh, le garçon dont tout le monde parle ? Classe A. Huang, vous êtes en classe B, mais vos chambres sont juste à côté de l’autre. À ce propos, j’ai entendu dire qu’elles ont même fait de lui le représentant de leur classe. Je suppose qu’il tient bien de sa sœur. »

Toutes les femmes aimaient les potins. Lingyin considéra froidement la réceptionniste, qui était la preuve vivante de ces ragots, et continua. « La classe B a-t-elle déjà une représentante ? »

« Oui, elle en a déjà une, » répondit la femme.

« Quel est son nom ? » demanda Lingyin.

« Euh... Hmm... Pourquoi avez-vous besoin de ça ? » demanda-t-elle.

Peut-être que le réceptionniste avait senti que quelque chose dans le comportement de Lingyin était étrange, et elle hésitait à répondre.

« Je voulais leur demander gentiment de me donner le poste, » répondit Lingyin.

Lingyin avait souri de la manière la plus menaçante possible.

***

Partie 3

« Alors ! Toutes mes félicitations à Orimura pour être devenu le représentant de classe ! »

« Félicitions »

Clap, clap, clap.

Quelqu’un avait même activé des feux d’artifice portatifs, et les fils de papier brillant étaient tombés sur ma tête. Leur poids était léger sur ma tête, mais il pesait lourdement sur mon âme.

Au fait, cela se passait après l’école. Nous avions eu un peu de temps libre. Tous les élèves de la classe A étaient rassemblés dans la cafétéria du dortoir. Nous buvions tous quelque chose. C’était vraiment tout un spectacle.

« ... »

Franchement, tout est parti de travers. Pourquoi avons-nous besoin de faire une fête ?

J’avais alors regardé le mur. Il y avait un ruban de tissu gigantesque collé contre le mur avec inscrit dessus. « Fête inaugurale pour le Représentant de Classe Ichika Orimura. »

Une fête inaugurale ? Vraiment ?

« Cela rendra les batailles de la ligue des classes vraiment géniales, » déclara l’une des participantes.

« Totalement. »

« Nous sommes tellement chanceuses que nous avons fini dans la même classe que lui ! »

« Oui, je pense la même chose. »

J’aurais pu jurer que la fille donnant des réponses sans enthousiasme était de la classe B. En outre, il y avait clairement plus de 30 filles autour de moi. Il s’agissait d’une réunion de classe, et pourtant il y avait plus de filles que notre classe en avait.

« Ichika, tu es populaire, » Houki renifla.

« Le penses-tu vraiment ? » demandai-je.

« Pfff. » Houki était retournée boire son thé. Pourquoi était-elle de si mauvaise humeur ?

« Bonjour ! Nous sommes du journal de l’école ! Nous sommes venues pour avoir une interview spéciale avec le nouvel élève dont tout le monde parle, Ichika Orimura ! »

Il y avait des murmures montrant que les filles ici étaient impressionnées. Les filles agissaient vraiment comme des poulets impressionnables.

Poussins. Teehee.

« Oh, bonjour, je m’appelle Mayuzumi Kaoruko, deuxième année. Je suis la vice-présidente du journal de l’école. Voici ma carte de visite. »

J’avais pris la carte et regardé le nom, les caractères utilisés pour écrire son nom étaient d’une étrange complexité. Je ne pouvais pas imaginer qu’elle aimait l’écrire à la main.

« Eh bien... eh bien, Orimura ! Comment vous sentez-vous d’être un représentant de classe ? » demanda Mayuzumi.

Elle avait placé un microphone sous mon nez afin d’enregistrer ma réponse et m’avait regardé avec des yeux de chiot.

« Hmm... »

Je ne me sentais pas vraiment envieux de répondre à ça, mais je ne voulais pas non plus les laisser tomber. Je suppose que c’est ainsi que vous devez agir quand vous êtes japonais.

« Eh bien, je vais faire de mon mieux à ce poste, » répondis-je.

« Oh... Avez-vous quelque chose à ajouter à cela ? Comme, “touchez-moi, et vous brûlerez en enfer”, ou une autre phrase du genre ? » demanda Mayuzumi.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Est-ce que les personnes disent vraiment ce genre de chose ?

« L’équipe mérite tous les éloges, » déclarai-je.

« Wôw, c’est tellement démodé ! » s’exclama Kaoruko.

Était-elle en train d’insulter les athlètes célèbres du Japon qui parlaient ainsi ?

« D’accord, c’est bon. Je vais juste modifier l’audio pour quelque chose de mieux plus tard, » déclara Mayuzumi.

Ce n’était vraiment pas bien. C’était ainsi que les médias modernes avaient pu forcer leurs opinions biaisées sur nous. Vraiment horrible.

« Oh, Cécilia. S’il vous plaît, offrez-nous également un commentaire bien pensé, » demanda Kaoruko.

« D’ordinaire, je n’aime pas donner des commentaires à la presse, mais bon, » répondit Cécilia.

Elle n’avait pas agi comme si elle n’aimait pas ça. En vérité, elle traînait près de moi et des journalistes depuis un moment déjà. Je pourrais jurer que la coupe de ses cheveux semblait encore plus élaborée que d’habitude. Peut-être attendait-elle qu’on la prenne en photo ?

« Eh bien, permettez-moi de commencer par expliquer les raisons de mon retrait de la course pour le représentant de la classe et —, » commença Cécilia.

« Oh, cela semble trop long. Nous allons juste prendre votre photo, » protesta Mayuzumi.

« Écoutez-moi jusqu’à la fin ! » s’écria Cécilia.

« Ne vous inquiétez pas, je vais juste faire quelque chose de cool. Okay, écrivons que vous êtes tombée amoureuse d’Orimura, » déclara Mayuzumi.

« Qu-Qu-Quoi... !? » s’écria Cécilia.

Cécilia avait rougi en un instant. Elle semblait vraiment très fâchée. J’avais alors décidé de fournir un soutien à Cécilia.

« Ne soyez pas ridicule ! » dis-je.

« Vraiment ? Êtes-vous sûr de vous ? » demanda Mayuzumi.

« E-Exactement ! Essayez-vous de vous moquer de moi !? » m’écriai-je.

Quoi ? Pourquoi Cécilia est-elle maintenant en colère contre moi ? Je voulais juste que tout cela soit fini.

« D’ailleurs, vous —, » commença Cécilia.

« Okay, okay. Tenez-vous l’un à côté de l’autre maintenant. Je vais prendre une photo, » dit Mayuzumi, coupant encore la parole à Cécilia.

« Qu..., » commença Cécilia.

Cécilia semblait surprise. Cependant, quand j’avais attentivement analysé ça, elle semblait aussi un peu heureuse et excitée.

« Vous deux, vous avez ces célèbres IS personnels. J’ai besoin d’une photo de vous deux ensemble. Oh ! Je pense que ce serait mieux si vous vous serrez la main, » déclara Mayuzumi.

« V-Vraiment... ? D’accord..., » déclara Cécilia.

Cécilia était devenue nerveuse et m’avait jeté un coup d’œil. Elle ressemblait à quelqu’un qui pensait que sa grande chance était venue, mais qui ne voulait pas donner l’impression que c’était facile.

« Hmm, pouvons-nous avoir des copies des photos que vous prenez ? » demanda Cécilia.

« Eh bien, bien sûr, » répondit Mayuzumi.

« Alors, je voudrais changer en —, » commença Cécilia.

« En aucune façon. Cela prendrait trop de temps. Placez-vous maintenant l’un à côté de l’autre, » déclara Mayuzumi.

Mayuzumi avait pris ma main et celle de Cécilia et nous avions serré la main. Elle était une jolie fille-arriviste.

« ... »

« Quelque chose ne va pas ? » demandai-je.

« N-Non. Tout est bon, » répondit Cécilia.

Cécilia me regardait très attentivement. Je ne savais pas si elle voulait me parler de quelque chose. Ce n’était apparemment pas le cas, mais c’était si difficile de comprendre ses signaux.

« ... »

« Qu’est-ce qu’il y a, Houki ? » demandai-je.

« Rien, » répondit-elle.

Elle aussi me regardait avec beaucoup d’attention. Il était également difficile de comprendre ses signes — vous savez comment ça se passe.

« Je vais maintenant prendre la photo ! Combien font 35 fois 51 divisés par 24 ? » demanda Mayuzumi.

« Hm... euh... deux ? » répondis-je.

« Non, c’est 74 375 ! » répondit Cécilia.

Qu’est-ce que c’est ?

J’avais entendu le claquement de l’obturateur d’un appareil photo numérique. Et... attendez !!

« Pourquoi êtes-vous tous sur la photo ? » demanda Mayuzumi.

Avec un effrayant empressement, l’intégralité de la classe A avait réussi à se faufiler pour être sur l’image de Cécilia et moi. Même Houki était là. Qu’est-ce qu’elles essayaient de faire ?

« V-Vous, les filles ! » cria Cécilia.

« Voyons ! »

« Nous ne pouvons pas vous laisser nous le voler, Cécilia ! »

« Cela va être un bon souvenir. »

« N’est-ce pas ? »

Toutes les filles essayaient de calmer Cécilia. Je ne comprenais vraiment pas la situation.

« Argh..., » Cécilia regardait autour d’elle en étant assez amère, tandis que ses camarades de classe rayonnaient de bonheur.

Je ne pouvais pas comprendre : que se passait-il ?

Quoi qu’il en soit, toute la « Soirée d’inauguration du représentant de classe, Ichika Orimura » s’était déroulé jusqu’à après 22 h. J’avais honnêtement sous-estimé l’énergie des filles. Au moment où j’avais constaté à quel point il était tard, la nuit était déjà venue, et j’étais allé dans ma chambre en étant très fatigué. Je m’étais rapidement effondré sur mon lit.

« Ça devait être amusant pour toi aujourd’hui. Que c’est agréable ! » déclara Houki.

Qu’est-ce qu’il y a avec ce ton sarcastique, Houki ? Est-ce que tu essayes de me provoquer pour que je me batte contre toi ?

« Quoi... !? Je suis tout simplement super fatigué. Où est l’amusement dans ça ? Aimerais-tu cela si tu étais à ma place ? » demandai-je.

« Hm... Je suppose..., oui, peut-être, » répondit-elle.

Elle et moi savions que ce n’était pas vrai, mais Houki préférerait faire exploser une bombe rhétorique que d’admettre qu’elle avait un peu tord. Je pensais qu’il était préférable de mettre fin à la discussion à ce moment-là. En débattre ne ferait qu’empirer les choses.

« Bon. Je vais aller dormir, » annonçai-je.

« Qu-Quoi !? Il est seulement dix heures et demie, » déclara Houki.

« Je suis fatigué. Et quand je suis fatigué, je dors, » déclarai-je.

J’étais en train de me faufiler dans les draps quand un oreiller me frappait.

« Argh... Que se passe-t-il !? » m’écriai-je.

« C-C’est ma phrase là ! Je dois maintenant me changer afin de mettre mes vêtements de nuit, alors tu dois faire face à l’autre côté ! » déclara Houki.

Nous avions vécu ensemble pendant une semaine et elle s’était toujours changée dans ses vêtements de nuit quand j’étais dans la pièce. Elle pourrait tout simplement le faire quand je me brossais les dents, mais non. C’est ce que j’avais fait de mon côté.

« Hé, Houki. Je te l’ai déjà demandée, mais pourquoi ne te changes-tu pas quand je ne suis pas — ? » commençai-je à demander.

*Bam !*

« C’est bon. Je vais regarder de l’autre côté, » déclarai-je, vaincu.

Les filles étaient tout simplement un mystère. Dans tous les cas, je m’étais retourné et j’avais fait face à l’autre côté de la pièce.

« ... »

« ... »

J’avais toujours détesté ce genre de silence embarrassant. Le temps semblait s’étendre pour toujours, et même les plus petits bruits étaient étrangement proéminents. J’étais quand même un garçon en bonne santé de 15 ans. Cela m’avait rendu quelque peu agité. En ce moment, je l’entendais enlever sa chemise. Je m’étais soudainement souvenu de la manière dont elle m’avait regardé quand elle était sortie de la douche. Cela m’avait rendu encore plus agité. Après un moment de bruissement suggestif de vêtements, j’étais complètement réveillé et je n’avais plus envie de dormir.

« T-Tu peux te tourner, » annonça Houki.

Je m’étais alors tourné pour lui faire face. Je n’avais pas vraiment besoin de me retourner, mais je l’avais quand même fait avant que le fait de ne pas le faire ne mette Houki en colère.

« Oh... As-tu une nouvelle ceinture ? » m’exclamai-je.

Houki portait la nuit un yukata, donc une tenue japonaise également utilisée avant ça pour le bain, mais souvent portée pour dormir.

J’avais toujours aimé cela. Mais aujourd’hui, la ceinture qu’elle portait était différente. Je lui avais donc fait la remarque.

« T-Tu l’as remarqué..., » murmura-t-elle.

Euh... hein... Son attitude agressive avait complètement disparu. En fait, elle avait l’air plutôt heureuse, non ? C’était tellement bizarre.

« Eh bien, il a une couleur différente et un modèle différent, donc bien sûr que je le remarquerais. Je te regarde tous les jours, Houki, » répondis-je.

« C-C’est vrai... Tu me regardes tous les jours... C’est vrai..., » déclara Houki.

Elle avait l’air vraiment très heureuse et hocha la tête à plusieurs reprises.

« D’accord ! Il est temps d’aller dormir ! » déclara-t-elle toute joyeuse.

Le fait d’être excité d’aller dormir était assez étrange selon moi. Houki se faufila sous ses propres draps et éteignit les lumières. La chambre devint silencieuse.

Hmph... Maintenant, je n’ai plus sommeil.

La somnolence venant par vagues, l’absence de vague allait vous forcer à attendre la prochaine, bien que ce soit peut-être que moi qui étais comme ça.

« Ichika... » murmura Houki.

« Oui ? » demandai-je.

« À-À propos de plus tôt... euh... je suis désolée, » déclara Houki.

De quoi parlait-elle ? Je n’en avais aucune idée.

« C’est bon. Cela ne me dérange pas, » déclarai-je comme si je savais de quoi elle parlait.

« J-Je vois... C’est bien. Alors, bonne nuit, » déclara Houki.

« Bonne nuit, » répondis-je.

Je me sentais encore un peu somnolent et j’avais décidé que je n’allais pas laisser cette vague s’échapper. Pour une raison inconnue, j’avais rêvé du passé au cours de cette nuit-là.

***

Partie 4

« Bon matin, Orimura ! Avez-vous entendu la nouvelle ? Nous recevons une étudiante transférée. »

Nous étions le matin. Dès que je m’étais assis à ma place, mes camarades de classe s’agglutinèrent autour de moi. Je l’avais vu comme un grand pas en avant vis-à-vis des semaines qui avaient suivi le début des cours, car maintenant, je pouvais parler normalement avec les filles. Après tout, être seul en classe aurait été vraiment ennuyeux.

« Une étudiante transférée ? À ce moment de l’année ? » demandai-je.

C’était encore avril. Pourquoi ne s’était-elle pas inscrite normalement ? Par ailleurs, l’Académie IS avait des règles très strictes en matière de transfert d’étudiants : ils devaient passer les examens d’entrée, bien sûr, mais ils avaient aussi besoin du soutien de leur pays. Ce qui signifiait que la nouvelle étudiante était...

« Oui, elle est la Cadette Nationale de la Chine. »

« Je vois, » dis-je.

En parlant des Cadettes Nationales.

« Oh ! Peut-être qu’elle a peur de moi ? »

Là, nous avions une autre Cadette Nationale, celle de la Grande-Bretagne, Cécilia Alcott. Elle avait de nouveau les mains posées sur les hanches, ce qui lui avait permis de prendre une bonne pose. Peut-être que tous les Britanniques avaient un gène qui les rendait beaux avec leurs mains sur leurs hanches ?

« Elle ne sera pas dans notre classe, n’est-ce pas ? Alors quel est le problème ? »

Houki était soudainement venue à mes côtés, même si je l’avais vue avant ça se rendre à son siège près de la fenêtre. Après tout, peut-être que cela signifiait que Houki avait un côté féminin et qu’elle avait soif des derniers potins.

« Je me demande, comment elle est ? »

Étant donné qu’elle était une Cadette Nationale, ses compétences étaient probablement très bonnes, et elle était probablement comme Cécilia. Franchement, j’étais un peu fatigué des filles avec beaucoup trop de fierté. Mais dans le cas présent, une autre classe devrait gérer ça.

« Hm... Es-tu curieux ? » me demanda Houki.

« Moi ? un peu, je suppose, » répondis-je.

« Hmph... »

Elle avait froncé les sourcils devant ma réponse. J’avais répondu honnêtement, mais cela avait mis Houki de mauvaise humeur. Son humeur changeait si follement ces derniers temps, que j’étais étonné que cela ne l’épuise pas. Peut-être qu’elle était émotionnellement instable ? Cela arrivait assez souvent chez les adolescentes.

« As-tu vraiment le temps de penser aux filles ? Tu as le match de la ligue des classes qui arrive le mois prochain, » déclara Houki.

« Oui ! C’est exact, Ichika. Nous devons faire plus d’entraînement au combat pour te préparer pour le match de la ligue des classes. Moi, Cécilia Alcott, je serai généreuse et je serai ta partenaire d’entraînement. Je suis, après tout, la seule à avoir une unité personnelle dans cette salle de classe à part toi. »

Elle avait mis l’accent sur le mot « seul ». Non pas qu’elle avait tort. Les autres devaient attendre un jour pour obtenir l’approbation d’une unité de formation et de l’équipement, donc la formation avec Cécilia était beaucoup plus pratique. Apparemment, les matchs de ligue des classes se dérouleraient entre les représentants de classe, ils voulaient avoir une idée de notre niveau de compétence avant le début des cours pratiques. En outre, on pensait que cela favorisait la cohésion des classes et les relations interclasses. Pour motiver les élèves, la meilleure classe recevait un trophée et la moitié d’une année de desserts gratuits. Les filles adoraient les desserts.

« Je ferai ce que je pourrai, » répondis-je.

« C’est inacceptable, Ichika ! Tu dois gagner ! » déclara Cécilia.

« Tout à fait ! Es-tu un homme ou un invertébré ? » demanda Houki.

« Orimura, nous serons toutes heureuses si vous gagnez. »

Cécilia, Houki et les autres camarades de classe m’avaient encouragé. Malheureusement, mes compétences en pilotage IS ne s’étaient pas beaucoup améliorées par rapport aux jours précédents, donc je n’étais pas très confiant quant au résultat. Quand je l’avais piloté la première fois, c’était vraiment intuitif... Mais ce sentiment d’être uni avec l’unité, d’être renaissant, avait disparu. Pourtant, je m’étais habitué à piloter parce que Byakushiki s’adaptait à ma personnalité... Il semblerait.

Quelques filles de plus s’étaient approchées de moi, et maintenant j’étais entouré d’encore plus de filles. Il s’agissait d’un événement régulier, alors j’y étais habitué. Ça n’avait jamais cessé de me surprendre en voyant à quel point les filles aimaient les ragots. Je n’arrivais pas les comprendre.

« Bonne chance, Orimura. »

« On veut le dessert gratuit ! »

« Vous avez une bonne chance, parce que seuls les représentants de classe de A et D ont des unités personnelles. »

J’avais grogné. C’était tout ce que j’avais pu faire sans ruiner l’optimisme des filles.

« Ces renseignements sont périmés ! »

Il y avait un bavardage à l’entrée de la classe. Je savais très bien à qui appartenait cette voix.

« Maintenant, la classe B a aussi une représentante avec leur unité personnelle. Tu n’auras pas une telle facilité à gagner. »

Une fille se tenait dans l’entrée, bras croisés.

« Rin ? Est-ce bien toi ? » demandai-je.

« Tout à fait. Je suis la Cadette Nationale chinoise, Huang Lingyin. Je suis venue ici aujourd’hui pour déclarer la guerre ! » répondit-elle.

Elle sourit légèrement, et ses tresses qui la caractérisaient se secouèrent légèrement.

« Tu essaies d’avoir l’air cool, hein ? Mais ça ne te convient pas, » répliquai-je en la regardant.

« Qu... Tu essaies de m’énerver ou quoi !? » s’écria Rin.

Finalement, elle s’était remise à parler normalement. Qu’est-ce qui s’est passé avec ce discours pompeux de tout à l’heure ? Je ne pouvais pas dire que j’en étais fan.

« Hé. »

« Quoi !? »

*Wham!*

Rin avait été frappée à la tête avec le registre des présences pour son impudence. Notre professeur démoniaque était arrivée.

« Le premier cours a commencé. Retournez dans votre salle de classe, » déclara Chifuyu.

« C-Chifuyu..., » déclara Rin.

« Appelez-moi Orimura. Maintenant, reculez-vous, et ne restez pas dans l’entrée. Vous la bloquez, » déclara Chifuyu.

« Je suis désolée..., » déclara Rin.

Rin avait quitté l’entrebâillement de la porte. On pouvait dire sans faute qu’elle avait plus qu’un peu peur de Chifuyu. Elle n’avait jamais été douée pour faire face à elle.

« Je reviendrai ! Ne t’enfuis pas, Ichika ! » cria Rin.

Pourquoi me serais-je enfui ?

« J’ai dit : “Retournez-y”, » aboya Chifuyu.

« D-D’accord. »

Elle s’était mise à courir vers la classe B. Oui, c’était bien Rin.

Mais pourquoi est-elle ici ? Pour se vanter ? Ou peut-être qu’elle veut se redéfinir pour le lycée ? je dirais que c’est plutôt typique d’elle.

« Wôw, je ne savais pas qu’elle était pilote IS. C’est bien la première fois que j’en ai entendu parler, » avais-je parlé.

Mais c’était une erreur de faire ça.

« Ichika, qui était-ce ? Quelqu’un que vous connaissez ? Vous aviez l’air de bien vous connaître. »

« I-Ichika ! Comment connaissez-vous cette fille ? »

Les autres filles de la classe avaient également semblé tirées avec toutes leurs armes à feu.

Génial. Vraiment génial.

*Wham !* *Wham !* *Wham !* *Wham !* *Wham !*

« Asseyez-vous, idiotes ! » cria Chifuyu

L’assiduité de Chifuyu avait réduit au silence tous les coups de feu. Était-ce ma faute ? C’était ma faute.

Mais pourquoi une autre de mes vieilles amies est-elle ici ? La vie est si étrange.

Une autre journée d’étude de l’IS avait commencé.

 

◇◇◇

 

Qui était cette fille... ? Elle et Ichika ont l’air proches.

Ça ne servait à rien. Je ne pouvais pas me concentrer sur la classe après ce qui s’était passé ce matin.

Et on aurait dit qu’Ichika et elle sont...

Argh. Pour une raison inconnue, je ne pouvais pas arrêter de penser à eux deux.

Je suis son ami d’enfance !

Je m’étais tournée vers Ichika, qui prenait des notes avec diligence. Comment était-il encore si calme après tout ce qui s’était déjà passé aujourd’hui ?

Grr, à cause de lui, je ne peux pas me concentrer sur le cours !

« ... »

Je devrais compter mes bénédictions. Quelle que soit la relation de cette fille avec Ichika, c’était moi qui vivais avec lui. Si je voulais être seule avec lui, il y avait beaucoup d’opportunités.

Il n’a plus aucun espoir sans moi. Je suppose que je vais lui en apprendre plus sur l’IS.

Tout à fait. C’était tout ce que j’avais à faire. Il était naturel que je sois la plus proche d’Ichika.

C’est décidé, on s’entraînera à nouveau ensemble après l’école.

Personne ne pouvait s’interposer entre le lien que je partageais avec Ichika, c’était certain.

« Mademoiselle Shinonono, quelle est la réponse ? » demanda Chifuyu.

« Qu-Quoi ?! » m’écriai-je.

Oh merde. C’était quoi déjà ce qu’on apprenait là... ?

J’étais tellement perdue dans mes pensées que j’avais oublié que nous étions encore en classe. Et notre professeur n’était pas Yamada, c’était Orimura.

« Quelle est la réponse ? » demanda Chifuyu.

« Je n’écoutais pas..., » avouai-je.

*Bam !*

Le registre des présences avait encore frappé une fois.

 

◇◇◇

 

« ... »

Au fond de la classe, le crayon de Cécilia courait à travers les pages. Cependant, les lignes sur la page n’auraient eu aucun sens pour qui que ce soit. Ce n’étaient même pas de vraies lettres.

Qui était-ce tout à l’heure ?!

Elle avait détesté la manière familière dont la fille s’était comportée avec Ichika. Cela l’avait tellement frustrée ! Elle était déjà engagée dans une bataille cruciale avec Houki. Elle ne voulait pas d’une autre combattante. Et parmi elles, c’était la fille qui semblait la plus proche d’Ichika. Elle se sentait comme une coureuse de marathon qui avait été dépassée à mi-chemin par une coureuse complètement nouvelle.

Ce n’est pas juste ! Combattez-moi honorablement !

De toute façon, elle ne savait pas ce qu’une relation juste et équitable aurait signifié entre les individus, mais c’était son opinion. Elle était convaincue qu’elle pouvait facilement gagner dans n’importe quelle compétition équitable, mais elle n’avait jamais participé à une compétition pour un homme auparavant, donc les choses ne se déroulaient pas comme elle le voulait. Cécilia se rendait compte de la dure réalité.

Et c’est une Cadette Nationale...

Il y avait une vingtaine de Cadettes Nationales inscrites à l’Académie IS. Cependant, à sa connaissance, sur ces 20 étudiantes, seulement quatre étaient des étudiantes de première année. Et, sauf Ichika, seuls deux d’entre eux avaient des unités personnelles. Dans ce cas, la situation semblait très bonne pour elle, mais...

Elle a dit qu’elle a également une unité personnelle...

Ça ne se passait pas bien. En vérité, cela allait vraiment mal. Son atout ne valait plus grand-chose parce que la nouvelle fille avait introduit clandestinement ses propres cartes dans le jeu.

E-Elle triche !

Il était trop tard pour qu’elle puisse se plaindre. Elle devait reprendre l’initiative. Peut-être qu’en faisant quelque chose de très audacieux, cela lui donnerait une avance décisive sur Houki et Rin ?

De simples batailles ne suffiront pas. J’ai besoin de quelque chose de plus imposant.

« Mademoiselle Alcott, » déclara une voix féminine.

« Je pourrais demander pour un rendez-vous. Non, cela doit être encore plus efficace..., » déclara Cécilia à haute voix.

« ... »

*Wham !* ses cheveux blonds et duveteux avaient été aplatis par le registre des présences.

***

Partie 5

« C’EST DE TA FAUTE ! »

Pendant la pause déjeuner, Houki et Cécilia m’avaient fait part de leurs plaintes.

« Mais pourquoi... ? » avais-je demandé.

Ce matin, elles avaient été grondées cinq fois par Yamada et trois fois par Chifuyu. Apparemment, elles n’apprenaient pas de leurs erreurs. Rêvasser devant Chifuyu, c’était comme se frotter le corps avec de la sauce barbecue et danser devant un tigre affamé : vous demandiez à être punie.

« D’accord, je vais vous écouter, mais je veux aller avant ça à la cafétéria. On peut aussi faire ça avec de la nourriture devant nous, » déclarai-je.

« Hmm... B-Bien. Si c’est ce que tu veux, » déclara Houki.

« D-D’accord. Je suppose que je t’accompagnerai s’il le faut vraiment, » répondit Cécilia.

Oui, je vous remercie.

Quelques autres élèves de notre classe nous avaient suivis jusqu’à la cafétéria. J’avais acheté un billet pour le spécial du jour dans la machine. C’était une façon bon marché de manger quelque chose de différent chaque jour. Quelle plus grande bénédiction y avait-il dans le monde ? Houki avait pris de l’udon avec du tofu frit, et Cécilia avait choisi l’option du déjeuner occidental. Comme toujours, je voulais leur dire d’essayer de nouvelles choses, mais encore une fois, je n’étais pas du genre à parler.

« Je t’attendais, Ichika ! » déclara une voix féminine.

Huang Lingyin avait surgi devant nous et avait bloqué notre chemin. Personnellement, j’avais abrégé son nom en Ling, ou plutôt Rin. Elle était toujours tel que je me souvenais d’elle. Ses cheveux avaient toujours été coiffés en ces longues nattes. Je suppose que ce n’était pas seulement Houki que j’avais reconnue instantanément à cause de sa coiffure. J’étais étrangement fier de moi pour avoir relié cette caractéristique commune entre mes amis d’enfance.

« Pour l’instant, sort du passage. On veut aller apporter les tickets-repas, et tu bloques la circulation, » dis-je.

« T-Tais-toi ! Je le sais ! » répondit Rin.

Elle portait un plateau avec un bol de ramen.

« Tes nouilles refroidissent, » dis-je.

« J-Je le sais ! Je t’attendais ! Pourquoi n’es-tu pas venu plus tôt !? » s’écria Rin.

Pourquoi le ferais-je ? Ce n’est pas comme si j’étais un médium...

Je m’étais souvenu qu’elle avait toujours été un peu ennuyeuse, alors que j’avais remis mon ticket pour ma nourriture.

« Ça fait longtemps, hein ? Presque un an pour être exact. Tu t’en sors bien ? » avais-je demandé.

« O-Ouais! Pourquoi n’es-tu pas malade ou blessé plus souvent ? » demanda Rin.

« Espères-tu vraiment ce genre de malheur pour moi ? » demandai-je.

Toutes les filles autour de moi étaient folles. Étais-je une sorte d’aimant pour les filles bizarres et agressives ? C’était peut-être mes propres défauts, disons-le franchement, personne n’est parfait.

« Hmm ! Hmm ! »

« Allez, allez ! Ichika ! Ton repas est prêt. »

La discussion avait été interrompue par Houki toussant d’une manière comique et Cécilia qui me parlait. Ah, le plat du jour était du maquereau grillé. Le simple fait de le voir m’avait donné encore plus faim.

« La table là-bas est vide. Allons-y, » dis-je à toutes les personnes présentes.

Le simple fait de rassembler un groupe de 10 filles avait pris beaucoup de temps. Le fait que nous ayons pu trouver une table avec autant de places que nous étions était une bénédiction.

« Rin, quand es-tu revenue au Japon ? Ta mère va-t-elle bien ? Quand es-tu devenue une Cadette Nationale ? » demandai-je.

« Autant de questions ! J’en ai aussi. Comment se fait-il que tu puisses utiliser un IS ? Je l’ai vu aux infos, » répondit Rin.

Nous ne nous étions pas vus depuis un an, alors j’avais posé beaucoup plus de questions que d’habitude. Lorsque vous rencontrez une vieille amie d’enfance, vous vouliez savoir ce qu’elles faisaient entre-temps. C’était la même chose avec Houki.

« Ichika, j’aimerais vraiment qu’on m’explique comment tu connais cette fille, » déclara Houki.

« Oui ! Ichika, ce n’est pas ta petite amie, n’est-ce pas !? » demanda Cécilia.

Houki et Cécilia se sentaient peut-être laissées pour compte ? Elles avaient commencé à me chahuter. Les autres filles qui nous avaient suivis hochaient également la tête avec curiosité.

« Je ne suis pas sa petite..., » commença Rin.

« Ouais. Qu’est-ce que tu racontes ? Ce n’est qu’une amie d’enfance, » avais-je commenté.

« ... »

« Pourquoi tu me regardes comme ça ? » demandai-je à Rin.

« Oublie ça ! » s’écria Rin.

Rin était en colère pour une raison inconnue. Quelle fille bizarre !

« Une amie d’enfance ? » demanda Houki, avec un regard perplexe.

« Hmm... Ouais... Te souviens-tu quand ta famille a déménagé ? Rin a emménagé ici l’année d’après. Puis, elle est retournée bien plus tard en Chine, alors je ne l’ai pas vue depuis un an, » répondis-je.

Je m’étais souvenu que Houki et Rin ne s’étaient jamais rencontrées auparavant. Elles s’étaient manquées de peu.

« Tiens, Rin, voici Houki. Ne t’ai-je pas déjà parlé d’elle ? Je suis allé à l’école avec elle à l’école primaire. Elle pratiquait le kendo avec moi, » dis-je.

« Euh hum. D’accord, » déclara Rin.

Rin fixa Houki. Houki, étant Houki, avait elle aussi fixé du regard l’autre tout aussi intensément.

« Enchantée de vous rencontrer. J’espère que nous pourrons nous entendre, » déclara Rin.

« Ouais. Pareil, » répondit Houki.

Elles avaient échangé des salutations d’une manière assez amicale, mais il semblerait que des étincelles volaient entre elles. J’aurais dû davantage me reposer. Peut-être que l’épuisement me jouait des tours. Je me souvenais d’avoir vu un PDG français à la télévision qui avait dit que la plus grande faute des Japonais était de ne pas savoir comment se détendre. Je suppose que j’avais prouvé qu’il avait raison. Peut-être que j’allais mourir si je maintenais cette mentalité sur le marché du travail.

« Ne m’oubliez pas ! Vous êtes la Cadette Nationale de la Chine, Huang Lingyin, n’est-ce pas ? » Cécilia était intervenue dans la conversation.

« Qui êtes-vous ? » demanda Rin.

« Qu — ?! Je suis la Cadette Nationale britannique, Cécilia Alcott ! N’avez-vous jamais entendu parler de moi ?! » demanda Cécilia.

« Non. Je me fiche des autres pays, » répondit froidement Rin.

« Qu-Qu-Qu-Qu-Qu..., » Cécilia avait été choquée, mais avait commencé à rougir de colère. Elle ressemblait à un homard. Si je lui avais dit ça, elle aurait aussi été en colère contre moi, alors je ne l’avais pas fait.

« Pour que vous le sachiez ! Je ne perdrais jamais face à quelqu’un comme vous ! » rugit Cécilia.

« D’accord. Mais si on se bat, je gagnerai. Je suis vraiment bonne, » gloussa Rin.

Oui, elle n’avait pas changé. Elle était si confiante, et quand elle en parlait, ce n’était même pas malicieux. Elle était tout simplement honnête. C’est exactement ce qu’elle croyait. Bien sûr, qu’elle ait été malveillante ou non n’avait pas toujours d’importance. De toute façon, il y a des individus qui s’énervaient.

« ... »

« V-Vous vous vantez beaucoup, n’est-ce pas ? » demanda Cécilia.

Houki avait arrêté de manger. Cécilia tremblait de colère et ses poings étaient serrés. Rin, d’autre part, mangeait calmement ses ramens, agissant comme si elle ne ferait pas de mal à une mouche...

À l’instant, elle a été blessée dans son orgueil. Haha.

« Ichika, » déclara Cécilia.

Oups. Avait-elle lu mes pensées ? Puis j’avais senti qu’il était injuste que les gens se fâchent contre moi juste parce que j’avais des pensées oisives. J’étais presque sûr que ce n’était pas juste. Peut-être.

« Es-tu le représentant de classe ? » demanda Rin.

« Oh, oui. C’est ainsi que cela s’est déroulé jusqu’à ce que je le sois, » répondis-je.

« Est-ce vrai... ? » demanda Rin.

Rin souleva le bol jusqu’aux lèvres et but le bouillon. Elle n’avait jamais utilisé la cuillère chinoise qu’on lui avait donnée pour cela. Elle avait dit que c’était trop féminin pour elle, bien qu’elle soit elle-même une fille.

« Hu-Hum, ça ne me dérangerait pas de regarder pour ton pilotage, » déclara Rin.

Son visage était détourné loin de moi, et seuls ses yeux étaient dirigés dans ma direction. La façon dont elle parlait était inhabituellement inarticulée.

« Ça sonne b..., » commençai-je.

*Bam !* deux personnes avaient fait claqué leurs mains sur la table.

Houki et Cécilia s’étaient toutes deux levées.

« C’est mon travail d’enseigner à Ichika. Il m’a demandé de le faire, » protesta Houki.

« Vous êtes en classe B, n’est-ce pas ? Nous ne voulons pas de l’aumône de l’ennemi ! » s’exclama Cécilia.

Toutes les deux avaient l’air vraiment en colère. Le match de la ligue des classes devait être une affaire sérieuse pour elles. J’avais décidé qu’elles avaient peut-être raison.

« Je suis en train de parler à Ichika. Vous n’avez rien à voir avec ça, alors restez en dehors de ça, » déclara Rin.

« C’est aussi notre affaire. Ichika m’a personnellement demandé de le lui apprendre. Il ne voulait que moi ! » déclara Houki.

Houki mettait de nouveau l’accent sur le mot « moi ». C’était un peu exagéré, mais nous en avions déjà parlé. Mais pour une raison inconnue, c’était trop important pour elle.

« C’est le représentant de la classe A, donc c’est quelqu’un de la classe A qui lui enseignera. D’ailleurs, comment osez-vous arriver sans crier gare afin d’afficher votre personne éhontée ? » répliqua Cécilia.

« Je ne suis pas en train d’arriver sans crier gare. Je le connais depuis plus longtemps que vous, » répliqua Rin.

« Alors je le connais depuis plus longtemps que vous deux ! Et Ichika a mangé avec notre famille plusieurs fois. Ça doit compter pour quelque chose ! » s’écria Houki.

« Il a aussi mangé avec ma famille. La belle affaire ! » s’exclama Rin.

C’était vrai. La famille de Rin tenait un restaurant chinois. Chaque fois que Chifuyu était à la maison, j’avais cuisiné pour nous, mais à l’époque, elle était déjà devenue pilote IS, alors elle revenait rarement à la maison. Ça ne valait pas la peine de cuisiner pour moi. D’habitude, je préparais de la nourriture instantanée quand j’étais seul. Mais, vous savez, la nourriture instantanée a un goût de cendre et n’est pas bonne pour la santé. À un moment donné, j’avais décidé d’aller dans un restaurant proche qui offrait des plats du jour, et il se trouve que le restaurant familial de Rin était le moins cher. La nourriture était vraiment bonne, alors je m’étais retrouvé à y aller quatre ou cinq fois par semaine. À l’époque, j’avais passé pas mal de temps avec Rin. Au début, nous ne nous entendions pas vraiment bien à cause de sa personnalité, mais les choses s’étaient améliorées avec le temps.

C’est pareil avec Houki, n’est-ce pas ? Au début, je ne m’entendais jamais avec elles, hein ? Il ne fait aucun doute que c’est aussi ma faute. Et en vérité, avec Cécilia cela a été la même chose !

« I-Ichika ! Que se passe-t-il ?! Tu ne m’en as jamais parlé ! » s’écria Houki.

« Oui ! Tu ne me l’as pas dit non plus ! Ichika, je demande une explication adéquate ! » s’écria Rin.

« Une explication, hein ? Nous étions amis et je suis allée au restaurant de sa famille pour manger, » avais-je répondu.

C’était juste la vérité, mais pour une raison quelconque, Rin fronçait les sourcils. Houki et Cécilia, d’autre part, semblaient soulagées.

« Quoi ? Quoi ? Un restaurant ? » demanda Houki.

« Oh, je vois. Eh bien, manger dans un restaurant est tout à fait normal, n’est-ce pas ? » déclara Cécilia.

Toutes les autres filles autour de nous traversaient les mêmes phases de tension et de soulagement. C’était presque comme si Chifuyu était passée et avait mis tout le monde sur les nerfs pendant une minute.

« Rin, ton père va-t-il bien ? Les virus ont probablement plus peur de lui que l’inverse, » demandai-je.

« Oh... Ouais, il va bien... Du moins, je pense, » répondit-elle.

Pendant un moment, Rin avait regardé au loin, et je sentais que quelque chose n’allait pas.

« Quoi qu’il en soit, as-tu du temps après l’école aujourd’hui ? Bien sûr que si. On va traîner ensemble. Te souviens-tu de ce restaurant près de la gare ? » demanda Rin.

« Oh, ils ont fait faillite l’an dernier, » répondis-je.

« Je vois... Si tu veux, on peut manger à la cafétéria. On a beaucoup de choses à se dire, » déclara Rin.

N’est-ce pas ce qu’on fait là ? Et il n’y a pas grand-chose à se dire.

J’avais beaucoup étudié l’année précédente, donc il n’y avait rien d’intéressant à lui dire.

« Désolé, mais Ichika doit s’entraîner avec moi. Il n’a pas le temps après l’école, » Houki était intervenue.

Houki, tu n’as pas à décider ça par toi-même.

Ne pourrais-je pas planifier mon temps libre ? Maintenant, elles s’en moquaient de mon avis.

« Oui. Nous avons le match de la ligue des classes qui approche et il doit s’entraîner davantage. Ai-je mentionné que j’ai une unité personnelle ? On pourrait dire que je suis indispensable pour le succès de sa formation, » déclara Cécilia.

Houki et Cécilia avaient monté une contre-attaque désespérée quant à mon entraînement après l’école, et cela avait l’air de marcher. J’étais comme sous le bus, au détriment de mon temps libre. J’étais reconnaissant pour leur aide, mais, vous savez, les personnes veulent que certaines procédures soient respectées. Je voulais qu’elles me le demandent au moins avant de prendre une décision. Après tout, la vie était une séquence de rituels polis.

« OK, je serai là quand ce sera fini. Assure-toi d’avoir le temps. Au revoir, Ichika ! » déclara Rin.

Rin avait bu jusqu’à la dernière goutte de son bouillon de ramen et avait disparu sans attendre une réponse de ma part. Elle n’était pas non plus revenue pour avoir ma réponse. Je l’avais vue quitter la cafétéria.

Je vais devoir l’attendre, hein ? Elle ne m’a même pas laissé répondre...

« Ichika, ton entraînement est prioritaire, » déclara Houki.

« Ichika, n’oublie pas que tu prendras également notre temps très précieux, » déclara Cécilia.

Je ne pouvais pas non plus refuser ce que ces deux-là me disaient. J’allais sûrement éternellement souffrir.

*Soupir*...

***

Partie 6

« Hein ? »

Nous étions dans la troisième arène, après l’école. Je devais m’entraîner avec Cécilia, mais une nouvelle venue inattendue m’avait surpris.

« Pourquoi me regardes-tu comme ça ? Est-ce bizarre ? » demanda Houki.

« Je ne dirais pas que c’est bizarre, mais..., » commençai-je.

« Shinonono !? Pourquoi êtes-vous ici ? » demanda Cécilia.

Oui. Houki se tenait devant moi et Cécilia. De plus, elle avait déployé une unité IS autour d’elle, un Uchigane. Uchigane était une unité IS de deuxième génération produite en masse au niveau national et très apprécié. Il avait un ratio de performance équilibré, ce qui la rendait bien adaptée aux nouveaux pilotes. Beaucoup d’entreprises et de pays avaient utilisé le modèle, et c’était l’unité de formation la plus répandue à l’Académie IS, du moins selon le manuel.

« Ichika n’a-t-il pas demandé que je l’entraîne ? » demanda Houki.

Euh, bien sûr... Je suppose que oui...

« En plus, vous n’avez pas assez d’expérience dans le combat rapproché. C’est mon tour de l’entraîner, » déclara Houki à Cécilia.

La conception d’Uchigane ressemblait beaucoup à un samouraï en armure, et ses armes de base étaient des lames pour le combat rapproché en forme de katana. Cela correspondait vraiment à Houki, et me rappelait des films comme « Le Dernier Samouraï ».

« Hrmm. »

Oups. On me regardait fixement.

« Pfff... Qui aurait cru que l’école distribuerait si facilement le droit d’utiliser des unités de formation..., » Cécilia avait l’air étrangement bouleversée. Cela n’avait aucun sens pour moi.

« Ichika. Commençons par là. Dégaine ton épée, » déclara Houki.

« D’accord..., » répondis-je.

Elle avait l’air motivée. Houki avait déjà dégainé son épée. Elle avait une couleur métallique terne, avec une lueur vive sur la lame. Je ne dirais pas que ça m’avait fait flipper, mais je me sentais un peu nerveux.

« OK... En garde ! » cria Houki.

« Attendez ! Moi, Cécilia Alcott, je suis censée combattre Ichika ! » cria Cécilia.

Avant que nous puissions nous battre en duel, Cécilia s’était interposée entre Houki et moi.

« Dégagez le passage ! Je vais vous abattre ! » s’exclama Houki.

« Ne croyez pas qu’une unité d’entraînement puisse me battre ! » répliqua Cécilia.

Houki avait fait une frappe vers le bas à partir de l’épaule. Cécilia avait fait apparaître son court sabre, l’Intercepteur, et avait bloqué la frappe de Houki. Elle avait utilisé la force de l’impact pour obtenir une certaine distance et avait pressé sur la détente de son Starlight Mk III avec l’autre main. Elles se battaient vraiment.

Qu’en est-il de mon entraînement... !

« HAHA ! »

« Trop facile ! »

J’avais décidé d’attendre de voir le résultat. Elles avaient toutes les deux l’air vraiment violentes, et je n’allais pas me faire frapper en essayant d’intervenir.

« Ichika ! » cria Houki.

« Pourquoi est-ce que tu regardes ça au centre !? » continua Cécilia.

« Peu importe avec qui je suis, l’autre va être en colère, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« BIEN SÛR ! » répondaient-elles à l’unisson.

Alors qu’est-ce qu’elles s’attendaient à ce que je fasse ? Et c’était vraiment bizarre que Houki et Cécilia aient parfois la même opinion. Je voulais vraiment savoir ce qui se passait, mais apparemment mon silence prolongé n’allait pas être bien pris de leurs parts. Quelques minutes plus tard, j’étais tout simplement impliqué dans une bataille contre deux unités IS. C’était suffisant pour me donner un SSPT (syndrome de stress post-traumatique). Ces deux-là voulaient vraiment m’avoir.

 

◇◇◇

 

« Alors, finissons-en ici pour la journée. »

« B-Bien sûr..., » répondis-je.

J’étais à bout de souffle, mais Cécilia avait l’air détendue. Les Cadettes Nationales se situaient à un autre niveau. Elle avait l’avantage de l’expérience.

« Hmph. Tu n’es pas en forme. »

Houki avait l’air un peu épuisé, mais pas autant que moi. Après tout, elles s’étaient mises en colère contre moi, et pas qu’un peu. Putain de monstres !

J’avais regardé la fine couche de sueur sur la peau de Houki. C’était étrangement attirant de la voir ainsi, et mon cœur s’éteint mis à battre un peu plus vite. Cependant, c’était faible. C’était un petit peu plus vite.

« Qu’est-ce que tu fais ? Retourne dans la fosse, » déclara Houki.

« D-D’accord... Hé, Houki. Pourquoi me suis tu ? » demandai-je.

« Moi aussi je dois retourner dans la fosse, » répondit Houki.

« Mais Cécilia est allée là-bas pour..., » commençai-je.

« E-Est-ce que la fosse que je prends est importante ? » demanda-t-elle.

Je suppose que non. Elle aurait pu aller auprès de Cécilia. J’avais décidé d’ignorer cet étrange échange et je m’étais dirigé vers le bâtiment.

« Hm... »

Nous avions dissous nos unités IS. Je m’étais immédiatement senti beaucoup plus épuisé puisque l’IS ne soutenait plus mon corps. Houki avait également dissous son unité puis elle avait réajusté ses cheveux qui brillaient de sueur.

« Beaucoup trop de tes mouvements inutiles. C’est pour ça que tu es si épuisé. Tu devrais utiliser des mouvements moins complexes. » C’était la première chose qu’elle avait dite dans la fosse. J’avais presque pleuré face à la gentillesse que démontrait mon amie d’enfance.

Donne-moi au moins une serviette, Houki. Allez.

Cécilia était allée dans la fosse opposée, alors j’étais maintenant seul avec Houki. Tout ce que je voulais, c’était prendre une douche. Les salles d’eau les plus proches se trouvaient dans le bâtiment du club, mais c’était juste en face des dortoirs, donc il n’y avait aucune raison d’y aller. Et encore une fois, il n’y avait pas de douches pour les garçons, donc je devais utiliser les mêmes que les filles. Cela ne me dérangeait pas de voir leurs sous-vêtements, mais les voir nues aurait été une tout autre histoire. Je ne voulais vraiment pas y aller. Il semblait que cela donnerait lieu à toutes sortes de problèmes. Et même si j’essayais de le faire, j’étais presque sûr que Chifuyu ou Houki m’exécuterait sur place. Je m’étais aussi dit que je devrais ajouter Cécilia à ma liste mentale de meurtrières possibles, et son nom brillait de mille feux puisqu’il s’agissait d’une entrée récente.

« Houki, je peux te demander quelque chose..., » commençai-je.

« Qu’est-ce que c’est ? » me demanda-t-elle en retour.

« Aujourd’hui, peux-tu me laisser utiliser la douche en premier ? Euh, et en plus, pour le club de kendo ? Si tu t’entraînes avec moi tous les jours, les autres filles finiront par te battre, » déclarai-je.

« Tu n’as pas à t’inquiéter pour ça. Les filles sont sur le point de me battre sur beaucoup d’autres choses, » répondit-elle.

« Euh... Comme quoi ? » demandai-je.

« Oublie ça ! » répliqua-t-elle sèchement.

J’essayais juste d’être poli, mais apparemment j’avais touché un nerf sensible. J’avais décidé d’ignorer ça.

« Alors, à propos de la douche..., » commençai-je.

« Ichika ! » cria une autre fille.

Rin avait ouvert la porte coulissante et était entrée dans la pièce.

« Bon travail. Voilà une serviette. Veux-tu avoir une boisson sportive ? » demanda-t-elle.

Wôw, j’ai été béni les cieux. Après tout, les amies d’enfance étaient des êtres gentils. J’étais au bord des larmes.

« Merci. C’est pile le bon moment, » déclarai-je.

Je n’aimais pas la sensation de sueur sur mon visage. Pouvoir l’essuyer et me réhydrater m’avait semblé incroyable. Normalement, ces boissons pour sportifs contenaient trop de sucre selon mes goûts, mais après m’être tant dépensé, c’était parfait. Après tout, le sucre était très énergétique. La boisson était à température ambiante, et c’est comme ça que je l’aimais. Après une séance d’entraînement, votre corps était encore très chaud, donc avoir un liquide froid versé en vous avait toujours semblé être un suicide pour mon corps. Une boisson tiède était la solution. Les boissons froides pouvaient parfois être plus rafraîchissantes, mais je ne voulais pas endommager mon corps au nom d’un rafraîchissement de courte durée.

« Tu n’as pas changé, Ichika. Tu t’inquiètes pour ton corps comme si tu étais une personne âgée, » déclara Rin.

« Hé, tu dois commencer à faire attention quand tu es jeune. Si le corps ne peut pas durer, c’est fini. Tu es celui qui souffre le premier si tu détruis ton corps, » répondis-je.

« Oui, tu as vraiment l’air d’un vieil homme, » répliqua Rin.

« Tais-toi, » dis-je.

Rin m’avait regardé de la même façon que quelqu’un regardant quelque chose qu’elle comprend parfaitement. Cela m’avait un peu troublé. Je ne voulais pas que quelqu’un voie directement dans mon âme.

Hm, a-t-elle toujours été aussi mignonne ?

La dernière fois que je l’avais vue, c’était au cours de l’hiver de la huitième année. C’était il y a seulement un an, mais d’une façon ou d’une autre, elle avait acquis quelque chose qui la rendait à mes yeux beaucoup plus féminine. C’était quelque chose que l’on ne pouvait trouver que chez les filles qui faisait frémir l’homme en vous.

« Ichika, tu te sentais seule sans moi ? » demanda Rin.

« Bien sûr. C’est toujours triste de perdre quelqu’un avec qui aime traîner, » répondis-je.

« Ce n’est pas ce que je veux dire, » dit-elle en souriant.

Rin était de bonne humeur et avait continué sans prendre la moindre pause. La regarder me rappelait la fois où elle m’avait vendu des billets pour un film bizarre.

Attends un peu. Est-ce qu’elle essaie encore de me mettre quelque chose en gage ?

Je devrais faire attention. Honte à toi ! Trompe-moi une fois, mais maintenant, c’était la deuxième fois.

« Rin, » dis-je.

« Ouais ? » demanda-t-elle.

« Je n’y crois pas, » déclarai-je.

Le sourire de Rin avait chuté. Avais-je mal deviné ?

« Regards... tu es réuni avec ton amie d’enfance perdue depuis longtemps ! Je suis sûre qu’il y a quelque chose que tu voudrais dire, » demanda Rin.

Oh, OK... Euh... Non, pas vraiment.

« Comme, par exemple..., » demanda Rin.

« *Toux* ! *Toux* ! »

Houki toussa si fort qu’elle interrompit Rin, puis elle se mit à parler comme si tout cela ne comptait pas pour elle.

« Ichika, j’y vais en première. Tu peux utiliser la douche d’abord si tu veux, » déclara Houki.

« Oh, merci, » répondis-je.

« À plus tard, Ichika. »

La façon dont elle avait dit ça était un peu bizarre. Mon imagination me jouait beaucoup de tours dernièrement, oui, beaucoup trop souvent.

« Ichika, qu’est-ce qu’elle voulait dire par là ? » demanda Rin.

Houki avait quitté la fosse. La bonne humeur de Rin s’était dissipée. Elle s’était forcée à faire un sourire maladroit, mais je savais qu’elle était de mauvaise humeur. Sa voix était également plus basse d’environ deux octaves.

« Hm ? Oh, normalement Houki prend la douche en premier, mais je suis en sueur aujourd’hui. Alors que je lui ai demandé d’inverser..., » répondis-je.

« La-La douche !? Normalement !? I-Ichika, est-ce que vous êtes tous les deux ensemble !? » cria Rin.

« Je te l’ai déjà dit. Nous sommes des amis d’enfance, » répondis-je.

« Qu’est-ce que ça a à voir avec le fait que vous faisiez une inversion pour aller sous la douche !!? » s’exclama Rin.

Oh. C’est vrai. Je n’avais jamais expliqué ça.

« Houki et moi, nous résidons dans même chambre, » déclarai-je.

« Quoi... ? » demanda Rin.

« Euh, il s’est passé beaucoup de choses bizarres quand je me suis arrivé dans l’école. Ils ne pouvaient pas me donner une autre chambre, alors maintenant, Houki et moi en avons une ensemble, » expliquai-je.

« Dors-tu dans la même chambre qu’elle ? » demanda Rin.

« Oui, c’est comme ça que ça a été goupillé. Je suis heureux que ce soit Houki. S’il m’avait mis dans une pièce avec une fille inconnue, cela m’aurait rendu beaucoup plus nerveux, » avouai-je.

« ... »

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demandai-je.

« C’est horrible..., » Rin marmonnait.

« Hein ? »

Je n’avais pas bien compris ce que Rin avait dit, alors j’avais essayé d’écouter plus attentivement, mais elle s’était détournée de moi. Je ne pouvais plus voir son visage.

« Et est-ce pour ça que tu es d’accord avec ça !? Parce que c’est ton amie d’enfance !? » demanda Rin.

« Wôw ! » m’écriai-je.

Elle s’était soudainement retournée et sa tête avait presque heurté contre la mienne. C’était vraiment très proche.

« Très bien. D’accord. Oui, oui, j’ai compris maintenant ! » annonça-t-elle tout en hochant la tête plusieurs fois.

Je n’avais aucune idée de ce qu’elle venait d’accepter. Tant de mystères.

« Ichika ! » s’écria-t-elle.

« Oui, euh ? »

« Tu as deux amies d’enfance ! N’oublie pas ça ! » annonça Rin.

« Je le sais, mais merci..., » commençai-je.

« Alors, à plus tard ! » annonça-t-il.

Après ça, Rin s’était retournée et avait disparu. Peut-être que « à plus tard » devrait être nommé phrase de l’année, et nous n’étions qu’en avril. Attends, Rin ne voulait pas parler du passé ou quelque chose comme ça ?

Tu sais, Rin. Ne pas faire quelque chose quand tu dis que tu veux le faire va entacher la confiance que les autres ont en toi.

« Hmm... »

Je n’arrivais pas à traiter avec les filles, encore moins avec mes amies d’enfance.

***

Partie 7

« Voilà ! Change de chambre avec moi ! » déclara Rin.

« Fiche le camp ! Pourquoi ferais-je ça !? » s’écria Houki.

Il était un peu plus de huit heures et nous nous trouvions dans les dortoirs. Après le souper, j’étais dans ma chambre en train de faire du thé et d’essayer de me détendre, quand Rin était arrivée en faisant brusquement irruption dans mon train-train quotidien. Ces deux-là prenaient un très mauvais départ.

« Shinonono, je suis sûre que tu ne veux pas vivre avec un garçon. Tu dois faire attention vis-à-vis de lui tout le temps. Tu ne peux donc pas te détendre ! Mais ça ne me dérange pas, alors j’ai pensé qu’on pourrait changer, » déclara Rin.

« Je n’ai pas dit que je ne voulais pas vivre avec lui. En plus, c’est entre Ichika et moi ! Ce ne sont pas tes affaires ! » répliqua Houki.

« Hé, ne t’inquiète pas. Je suis également une amie d’enfance, » déclara Rin.

« Qu’est-ce que ça peut faire ? » demanda Houki.

Elles s’étaient battues comme ça pendant un moment. Ni l’une ni l’autre n’écoutait vraiment l’autre. Rin était tout simplement elle-même, et ne se concentrait que sur ce qu’elle essayait de faire, et Houki était elle-même, et elle était très têtue. Il n’y avait aucune chance que la discussion se termine bien. Même au 21e siècle, les humains étaient les mêmes que d’habitude. Comme c’est philosophique. Quoi qu’il en soit, à moins que mes yeux ne commencent à se détériorer, il semblait que Rin avait déjà apporté tous ses bagages, mais ce n’était sûrement pas le cas.

« Rin, » dis-je.

« Oui ? » demanda Rin.

« Est-ce tout ce que tu as dans tes bagages ? » demandai-je.

« Ouais. J’ai juste besoin d’un grand sac de voyage et je suis prête à partir, » répondit Rin.

Elle avait toujours été assez ascétique sur ce genre de choses. Houki n’avait pas non plus besoin de beaucoup de bagages, du moins pour une fille, mais Rin n’avait besoin de rien du tout. À l’époque, je plaisantais en disant qu’elle était toujours prête à s’enfuir de la maison, mais cela ne s’était pas très bien passé avec elle.

D’ailleurs, Cécilia m’avait invité une fois dans sa chambre, qui ressemblait à un hôtel haut de gamme. Le lit, le miroir, les chaises, la table, tout était fait sur mesure pour elle, elle avait même apporté de nouvelles tapisseries et lumières. Pour être honnête, ça m’avait fait peur. C’était la première fois que je voyais un lit à baldaquin. J’étais vraiment désolé pour la fille qui avait dû partager la chambre avec elle. On aurait dit que Cécilia avait pratiquement annexé toute la pièce. Vivons un peu plus modestement, Mme la Cadette nationale britannique.

« Quoi qu’il en soit, à partir de demain, je vais vivre ici aussi, » annonça Rin.

« Comme si c’était le cas ! Dehors ! C’est ma chambre ! » s’écria Houki.

« N’est-ce pas aussi la chambre d’Ichika ? Alors, quel est le problème ? » demanda Rin.

Rin me regarda, espérant obtenir un oui. Houki m’avait aussi regardé — plus comme un regard fixe — en espérant un soutien pour donner un coup de pied dans le popotin de Rin.

« Ne faites pas ça pour moi, » dis-je.

J’avais mal à la tête. J’avais besoin de médicaments, avec de la gentillesse comme ingrédient principal.

« Quoi qu’il en soit ! On ne change pas de chambre ! Alors, sorte et retourne chez toi ! » déclara Houki.

« Au fait, Ichika. Te souviens-tu de notre promesse ? » intervint Rin.

« Ne m’ignore pas ! Très bien, je vais devoir utiliser la force, » déclara Houki.

Houki se fâchait et se dirigea vers son lit pour récupérer son épée de bambou.

« Hé, ne fais pas ça..., » commençai-je à crier.

Je n’avais pas eu le temps de l’arrêter. Houki avait perdu son sang-froid, et frappait son épée de bambou sur une Rin désarmée.

*Tching !*

Il y avait un bruit fort.

« Rin, vas-tu bien ? » demandai-je.

« Bien sûr que je vais bien. Je suis une Cadette nationale, t’en souviens-tu ? » répondit Rin.

Je pensais que l’épée de bambou l’avait frappée à la tête, mais elle avait partiellement fait sortir son IS, et avait bloqué l’attaque avec son bras droit.

« ... !? »

Houki était la plus surprise de nous tous. Bien qu’il soit assez courant de faire sortir un IS, le fait de le faire rapidement dépendait beaucoup de la personne qui le pilotait. Après tout, l’utilisation des IS avait toujours été limitée par nos réflexes humains... Et Rin avait démontré là qu’elle était incroyable. L’attaque de Houki n’aurait pas pu être bloquée à la dernière seconde par une simple novice. Cette petite démonstration avait démontré que Rin était une combattante très compétente.

« Ne penses-tu pas que cela aurait été un danger si elle n’avait pas eu d’IS ? » demandai-je.

« Euhh..., » balbutia Houki.

Peut-être cet échange avait-il été un tel choc que Houki avait retrouvé son sang-froid, et elle avait regardé ailleurs en montrant qu’elle était gênée.

« Ça ne me dérange pas, » déclara Rin.

Rin ne se souciait pas vraiment de ce que Houki avait fait, et enlevait les parties de l’IS qu’elle avait fait apparaître. La plaque d’armure sur son bras droit brilla et disparut.

« E-Euh... »

C’était embarrassant. Houki était embarrassée et n’avait rien dit. Rin m’avait souri, attendant que je dise quelque chose.

Oh, c’est vrai. Elle a parlé d’une promesse.

« Notre promesse, Rin ? » demandai-je.

« Ouais, ouais. Tu t’en souviens... N’est-ce pas ? » demanda Rin.

Elle baissa la tête et me regarda du coin de ses yeux. Elle avait l’air gênée... Mais peut-être que c’était juste mon imagination qui me jouait encore des tours.

« Hmm... Ce truc à propos de... quand ta cuisine s’améliorera, et que tu..., » commençai-je.

« O-Oui ! C’est ça ! » déclara une Rin excitée.

« ... De me faire plaisir avec du porc aigre-doux..., » dis-je.

Oui, elle l’avait promis à l’école primaire. J’étais super fier de moi. Ma mémoire était tout simplement étonnante. Mes cellules cérébrales se surpassaient. Éternelle louange aux neurones de mon crâne.

« Quoi !? » s’écria Rin.

« Tu m’as promis que tu m’offrirais à manger quand tu cuisineras mieux, » dis-je.

De la nourriture ! Nourriture gratuite ! Quelle affaire incroyable !

« Franchement, tu dois dire que ma mémoire est incroyable, Ri —, » commençai-je, mais je fus interrompu.

*Wham !*

« Hein... ? »

J’avais été giflé au visage. C’était si soudain que je ne pouvais pas vraiment traiter l’information. J’avais cligné des yeux. Les yeux de Houki et les miens s’étaient rencontrés. Elle avait aussi l’air surprise et confuse.

« E-Euh... »

Quand j’avais tourné la tête pour revenir à l’ancienne position, Rin revint à nouveau dans mon champ de vision. Elle avait l’air dans le pire état que je ne l’avais jamais vue.

« ... »

Ses épaules tremblaient, et son regard était plein de colère. De plus, il y avait des larmes dans ses yeux et ses lèvres étaient serrées l’une contre l’autre.

« E-Euh... Rin... Rin... »

« Tu es horrible ! Comment peux-tu ne pas te souvenir de la promesse que tu as faite à une fille !? Tu es une honte pour tous les hommes ! J’espère que les chiens te mordent à mort ! » cria Rin.

D’un geste rapide, elle avait rapidement ramassé son sac du sol et s’était enfuie par la porte ouverte.

*Bam !* la porte avait été fermée derrière elle.

« Merde ! Je l’ai mise en colère, » murmurai-je.

C’était clairement ma faute... Probablement... Peut-être. Cela avait vraiment blessé ma fierté quand elle avait dit que j’étais une honte pour tous les hommes. Je ne me souvenais pas d’une promesse si importante qu’elle aurait justifié une telle insulte.

Mais... Elle pleurait, alors...

« Ichika, » déclara Houki.

« Oui, Houki ? » demandai-je.

« J’espère qu’un cheval te tuera, » annonça-t-elle en colère.

Et maintenant, Houki était en colère aussi, pour une raison inconnue. Ma joue commençait à me faire mal. Il serait probablement encore rouge le lendemain. Si elle était encore visible, les autres filles de la classe allaient me poser des questions sans fin. Je n’allais jamais m’y habituer. Comment les filles parviennent-elles à s’immiscer autant dans la conversation, de toute façon ?

« Euh... »

J’avais décidé d’aller me coucher. Il n’était que neuf heures, mais rester éveillé n’aurait rien apporté de bon. Même Houki était en colère. Je devais tout simplement aller dormir. Peut-être qu’un nouveau jour allait tout arranger. Mais cela ne serait probablement pas le cas... Les filles restent heureuses et en colère trois fois plus longtemps que les hommes, et c’était doublement vrai pour toutes les filles autour de moi.

Le lendemain matin, j’avais trouvé une lettre devant ma porte. Le titre disait « Calendrier des matchs de la ligue. » Le premier match était contre la classe B, Rin.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire