Infinite Stratos – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 5

***

Chapitre 3 : L’étudiante transférée est une deuxième amie d’enfance

Partie 5

« C’EST DE TA FAUTE ! »

Pendant la pause déjeuner, Houki et Cécilia m’avaient fait part de leurs plaintes.

« Mais pourquoi... ? » avais-je demandé.

Ce matin, elles avaient été grondées cinq fois par Yamada et trois fois par Chifuyu. Apparemment, elles n’apprenaient pas de leurs erreurs. Rêvasser devant Chifuyu, c’était comme se frotter le corps avec de la sauce barbecue et danser devant un tigre affamé : vous demandiez à être punie.

« D’accord, je vais vous écouter, mais je veux aller avant ça à la cafétéria. On peut aussi faire ça avec de la nourriture devant nous, » déclarai-je.

« Hmm... B-Bien. Si c’est ce que tu veux, » déclara Houki.

« D-D’accord. Je suppose que je t’accompagnerai s’il le faut vraiment, » répondit Cécilia.

Oui, je vous remercie.

Quelques autres élèves de notre classe nous avaient suivis jusqu’à la cafétéria. J’avais acheté un billet pour le spécial du jour dans la machine. C’était une façon bon marché de manger quelque chose de différent chaque jour. Quelle plus grande bénédiction y avait-il dans le monde ? Houki avait pris de l’udon avec du tofu frit, et Cécilia avait choisi l’option du déjeuner occidental. Comme toujours, je voulais leur dire d’essayer de nouvelles choses, mais encore une fois, je n’étais pas du genre à parler.

« Je t’attendais, Ichika ! » déclara une voix féminine.

Huang Lingyin avait surgi devant nous et avait bloqué notre chemin. Personnellement, j’avais abrégé son nom en Ling, ou plutôt Rin. Elle était toujours tel que je me souvenais d’elle. Ses cheveux avaient toujours été coiffés en ces longues nattes. Je suppose que ce n’était pas seulement Houki que j’avais reconnue instantanément à cause de sa coiffure. J’étais étrangement fier de moi pour avoir relié cette caractéristique commune entre mes amis d’enfance.

« Pour l’instant, sort du passage. On veut aller apporter les tickets-repas, et tu bloques la circulation, » dis-je.

« T-Tais-toi ! Je le sais ! » répondit Rin.

Elle portait un plateau avec un bol de ramen.

« Tes nouilles refroidissent, » dis-je.

« J-Je le sais ! Je t’attendais ! Pourquoi n’es-tu pas venu plus tôt !? » s’écria Rin.

Pourquoi le ferais-je ? Ce n’est pas comme si j’étais un médium...

Je m’étais souvenu qu’elle avait toujours été un peu ennuyeuse, alors que j’avais remis mon ticket pour ma nourriture.

« Ça fait longtemps, hein ? Presque un an pour être exact. Tu t’en sors bien ? » avais-je demandé.

« O-Ouais! Pourquoi n’es-tu pas malade ou blessé plus souvent ? » demanda Rin.

« Espères-tu vraiment ce genre de malheur pour moi ? » demandai-je.

Toutes les filles autour de moi étaient folles. Étais-je une sorte d’aimant pour les filles bizarres et agressives ? C’était peut-être mes propres défauts, disons-le franchement, personne n’est parfait.

« Hmm ! Hmm ! »

« Allez, allez ! Ichika ! Ton repas est prêt. »

La discussion avait été interrompue par Houki toussant d’une manière comique et Cécilia qui me parlait. Ah, le plat du jour était du maquereau grillé. Le simple fait de le voir m’avait donné encore plus faim.

« La table là-bas est vide. Allons-y, » dis-je à toutes les personnes présentes.

Le simple fait de rassembler un groupe de 10 filles avait pris beaucoup de temps. Le fait que nous ayons pu trouver une table avec autant de places que nous étions était une bénédiction.

« Rin, quand es-tu revenue au Japon ? Ta mère va-t-elle bien ? Quand es-tu devenue une Cadette Nationale ? » demandai-je.

« Autant de questions ! J’en ai aussi. Comment se fait-il que tu puisses utiliser un IS ? Je l’ai vu aux infos, » répondit Rin.

Nous ne nous étions pas vus depuis un an, alors j’avais posé beaucoup plus de questions que d’habitude. Lorsque vous rencontrez une vieille amie d’enfance, vous vouliez savoir ce qu’elles faisaient entre-temps. C’était la même chose avec Houki.

« Ichika, j’aimerais vraiment qu’on m’explique comment tu connais cette fille, » déclara Houki.

« Oui ! Ichika, ce n’est pas ta petite amie, n’est-ce pas !? » demanda Cécilia.

Houki et Cécilia se sentaient peut-être laissées pour compte ? Elles avaient commencé à me chahuter. Les autres filles qui nous avaient suivis hochaient également la tête avec curiosité.

« Je ne suis pas sa petite..., » commença Rin.

« Ouais. Qu’est-ce que tu racontes ? Ce n’est qu’une amie d’enfance, » avais-je commenté.

« ... »

« Pourquoi tu me regardes comme ça ? » demandai-je à Rin.

« Oublie ça ! » s’écria Rin.

Rin était en colère pour une raison inconnue. Quelle fille bizarre !

« Une amie d’enfance ? » demanda Houki, avec un regard perplexe.

« Hmm... Ouais... Te souviens-tu quand ta famille a déménagé ? Rin a emménagé ici l’année d’après. Puis, elle est retournée bien plus tard en Chine, alors je ne l’ai pas vue depuis un an, » répondis-je.

Je m’étais souvenu que Houki et Rin ne s’étaient jamais rencontrées auparavant. Elles s’étaient manquées de peu.

« Tiens, Rin, voici Houki. Ne t’ai-je pas déjà parlé d’elle ? Je suis allé à l’école avec elle à l’école primaire. Elle pratiquait le kendo avec moi, » dis-je.

« Euh hum. D’accord, » déclara Rin.

Rin fixa Houki. Houki, étant Houki, avait elle aussi fixé du regard l’autre tout aussi intensément.

« Enchantée de vous rencontrer. J’espère que nous pourrons nous entendre, » déclara Rin.

« Ouais. Pareil, » répondit Houki.

Elles avaient échangé des salutations d’une manière assez amicale, mais il semblerait que des étincelles volaient entre elles. J’aurais dû davantage me reposer. Peut-être que l’épuisement me jouait des tours. Je me souvenais d’avoir vu un PDG français à la télévision qui avait dit que la plus grande faute des Japonais était de ne pas savoir comment se détendre. Je suppose que j’avais prouvé qu’il avait raison. Peut-être que j’allais mourir si je maintenais cette mentalité sur le marché du travail.

« Ne m’oubliez pas ! Vous êtes la Cadette Nationale de la Chine, Huang Lingyin, n’est-ce pas ? » Cécilia était intervenue dans la conversation.

« Qui êtes-vous ? » demanda Rin.

« Qu — ?! Je suis la Cadette Nationale britannique, Cécilia Alcott ! N’avez-vous jamais entendu parler de moi ?! » demanda Cécilia.

« Non. Je me fiche des autres pays, » répondit froidement Rin.

« Qu-Qu-Qu-Qu-Qu..., » Cécilia avait été choquée, mais avait commencé à rougir de colère. Elle ressemblait à un homard. Si je lui avais dit ça, elle aurait aussi été en colère contre moi, alors je ne l’avais pas fait.

« Pour que vous le sachiez ! Je ne perdrais jamais face à quelqu’un comme vous ! » rugit Cécilia.

« D’accord. Mais si on se bat, je gagnerai. Je suis vraiment bonne, » gloussa Rin.

Oui, elle n’avait pas changé. Elle était si confiante, et quand elle en parlait, ce n’était même pas malicieux. Elle était tout simplement honnête. C’est exactement ce qu’elle croyait. Bien sûr, qu’elle ait été malveillante ou non n’avait pas toujours d’importance. De toute façon, il y a des individus qui s’énervaient.

« ... »

« V-Vous vous vantez beaucoup, n’est-ce pas ? » demanda Cécilia.

Houki avait arrêté de manger. Cécilia tremblait de colère et ses poings étaient serrés. Rin, d’autre part, mangeait calmement ses ramens, agissant comme si elle ne ferait pas de mal à une mouche...

À l’instant, elle a été blessée dans son orgueil. Haha.

« Ichika, » déclara Cécilia.

Oups. Avait-elle lu mes pensées ? Puis j’avais senti qu’il était injuste que les gens se fâchent contre moi juste parce que j’avais des pensées oisives. J’étais presque sûr que ce n’était pas juste. Peut-être.

« Es-tu le représentant de classe ? » demanda Rin.

« Oh, oui. C’est ainsi que cela s’est déroulé jusqu’à ce que je le sois, » répondis-je.

« Est-ce vrai... ? » demanda Rin.

Rin souleva le bol jusqu’aux lèvres et but le bouillon. Elle n’avait jamais utilisé la cuillère chinoise qu’on lui avait donnée pour cela. Elle avait dit que c’était trop féminin pour elle, bien qu’elle soit elle-même une fille.

« Hu-Hum, ça ne me dérangerait pas de regarder pour ton pilotage, » déclara Rin.

Son visage était détourné loin de moi, et seuls ses yeux étaient dirigés dans ma direction. La façon dont elle parlait était inhabituellement inarticulée.

« Ça sonne b..., » commençai-je.

*Bam !* deux personnes avaient fait claqué leurs mains sur la table.

Houki et Cécilia s’étaient toutes deux levées.

« C’est mon travail d’enseigner à Ichika. Il m’a demandé de le faire, » protesta Houki.

« Vous êtes en classe B, n’est-ce pas ? Nous ne voulons pas de l’aumône de l’ennemi ! » s’exclama Cécilia.

Toutes les deux avaient l’air vraiment en colère. Le match de la ligue des classes devait être une affaire sérieuse pour elles. J’avais décidé qu’elles avaient peut-être raison.

« Je suis en train de parler à Ichika. Vous n’avez rien à voir avec ça, alors restez en dehors de ça, » déclara Rin.

« C’est aussi notre affaire. Ichika m’a personnellement demandé de le lui apprendre. Il ne voulait que moi ! » déclara Houki.

Houki mettait de nouveau l’accent sur le mot « moi ». C’était un peu exagéré, mais nous en avions déjà parlé. Mais pour une raison inconnue, c’était trop important pour elle.

« C’est le représentant de la classe A, donc c’est quelqu’un de la classe A qui lui enseignera. D’ailleurs, comment osez-vous arriver sans crier gare afin d’afficher votre personne éhontée ? » répliqua Cécilia.

« Je ne suis pas en train d’arriver sans crier gare. Je le connais depuis plus longtemps que vous, » répliqua Rin.

« Alors je le connais depuis plus longtemps que vous deux ! Et Ichika a mangé avec notre famille plusieurs fois. Ça doit compter pour quelque chose ! » s’écria Houki.

« Il a aussi mangé avec ma famille. La belle affaire ! » s’exclama Rin.

C’était vrai. La famille de Rin tenait un restaurant chinois. Chaque fois que Chifuyu était à la maison, j’avais cuisiné pour nous, mais à l’époque, elle était déjà devenue pilote IS, alors elle revenait rarement à la maison. Ça ne valait pas la peine de cuisiner pour moi. D’habitude, je préparais de la nourriture instantanée quand j’étais seul. Mais, vous savez, la nourriture instantanée a un goût de cendre et n’est pas bonne pour la santé. À un moment donné, j’avais décidé d’aller dans un restaurant proche qui offrait des plats du jour, et il se trouve que le restaurant familial de Rin était le moins cher. La nourriture était vraiment bonne, alors je m’étais retrouvé à y aller quatre ou cinq fois par semaine. À l’époque, j’avais passé pas mal de temps avec Rin. Au début, nous ne nous entendions pas vraiment bien à cause de sa personnalité, mais les choses s’étaient améliorées avec le temps.

C’est pareil avec Houki, n’est-ce pas ? Au début, je ne m’entendais jamais avec elles, hein ? Il ne fait aucun doute que c’est aussi ma faute. Et en vérité, avec Cécilia cela a été la même chose !

« I-Ichika ! Que se passe-t-il ?! Tu ne m’en as jamais parlé ! » s’écria Houki.

« Oui ! Tu ne me l’as pas dit non plus ! Ichika, je demande une explication adéquate ! » s’écria Rin.

« Une explication, hein ? Nous étions amis et je suis allée au restaurant de sa famille pour manger, » avais-je répondu.

C’était juste la vérité, mais pour une raison quelconque, Rin fronçait les sourcils. Houki et Cécilia, d’autre part, semblaient soulagées.

« Quoi ? Quoi ? Un restaurant ? » demanda Houki.

« Oh, je vois. Eh bien, manger dans un restaurant est tout à fait normal, n’est-ce pas ? » déclara Cécilia.

Toutes les autres filles autour de nous traversaient les mêmes phases de tension et de soulagement. C’était presque comme si Chifuyu était passée et avait mis tout le monde sur les nerfs pendant une minute.

« Rin, ton père va-t-il bien ? Les virus ont probablement plus peur de lui que l’inverse, » demandai-je.

« Oh... Ouais, il va bien... Du moins, je pense, » répondit-elle.

Pendant un moment, Rin avait regardé au loin, et je sentais que quelque chose n’allait pas.

« Quoi qu’il en soit, as-tu du temps après l’école aujourd’hui ? Bien sûr que si. On va traîner ensemble. Te souviens-tu de ce restaurant près de la gare ? » demanda Rin.

« Oh, ils ont fait faillite l’an dernier, » répondis-je.

« Je vois... Si tu veux, on peut manger à la cafétéria. On a beaucoup de choses à se dire, » déclara Rin.

N’est-ce pas ce qu’on fait là ? Et il n’y a pas grand-chose à se dire.

J’avais beaucoup étudié l’année précédente, donc il n’y avait rien d’intéressant à lui dire.

« Désolé, mais Ichika doit s’entraîner avec moi. Il n’a pas le temps après l’école, » Houki était intervenue.

Houki, tu n’as pas à décider ça par toi-même.

Ne pourrais-je pas planifier mon temps libre ? Maintenant, elles s’en moquaient de mon avis.

« Oui. Nous avons le match de la ligue des classes qui approche et il doit s’entraîner davantage. Ai-je mentionné que j’ai une unité personnelle ? On pourrait dire que je suis indispensable pour le succès de sa formation, » déclara Cécilia.

Houki et Cécilia avaient monté une contre-attaque désespérée quant à mon entraînement après l’école, et cela avait l’air de marcher. J’étais comme sous le bus, au détriment de mon temps libre. J’étais reconnaissant pour leur aide, mais, vous savez, les personnes veulent que certaines procédures soient respectées. Je voulais qu’elles me le demandent au moins avant de prendre une décision. Après tout, la vie était une séquence de rituels polis.

« OK, je serai là quand ce sera fini. Assure-toi d’avoir le temps. Au revoir, Ichika ! » déclara Rin.

Rin avait bu jusqu’à la dernière goutte de son bouillon de ramen et avait disparu sans attendre une réponse de ma part. Elle n’était pas non plus revenue pour avoir ma réponse. Je l’avais vue quitter la cafétéria.

Je vais devoir l’attendre, hein ? Elle ne m’a même pas laissé répondre...

« Ichika, ton entraînement est prioritaire, » déclara Houki.

« Ichika, n’oublie pas que tu prendras également notre temps très précieux, » déclara Cécilia.

Je ne pouvais pas non plus refuser ce que ces deux-là me disaient. J’allais sûrement éternellement souffrir.

*Soupir*...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. La victime XD Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire