Il ne voulait pas être le Centre de l'Attention (LN) – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 3

Bannière de Il ne voulait pas être le Centre de l'Attention (LN) ***

Chapitre 1 : Mois du Dieu Lion et le Nouvel Incident

Partie 3

1 — Parrain de la Choppe d’Argent  - Partie 2

— C’est ainsi que les matches suivants s’étaient véritablement poursuivis.

Mais j’avais oublié le titre de Sélène jusqu’au troisième match, dont je me souvenais enfin.

« Fu, Fufufufu… Otouto-kun est aussi un sacré joueur, hein. Dire que je ne serais pas capable de lire ton expression…, » déclara Sélène.

« Je ne suis même pas en train de manipuler les dés, c’était de la chance… Puis-je dire une chose ? » demandai-je.

« Attends, Maître ! Dire ça à Sélène-dono maintenant, c’est trop brutal ! » déclara Verlaine.

Après n’avoir dépouillé que les mêmes parties que Sélène s’était dépouillée elle-même, Verlaine avait dit que sa tenue de bondage était la seule chose qui couvrait son corps.

J’avais l’impression que je verrais quelque chose que je ne devrais pas voir si je ne lui disais pas d’arrêter maintenant.

« … Alors que tu aimes le jeu même si ta chance est si mauvaise, n’es-tu pas fondamentalement en train de t’y prendre de la mauvaise façon ? » demandai-je.

« Fufu… Fufufufu. Parce que je connais si bien le sentiment agréable de perdre, le sentiment de pur bonheur pendant la soirée post-victoire est à un tout autre niveau, » déclara Sélène.

Être capable de rire dans une telle situation pouvait être une bonne chose à avoir en tant que joueur — mais une autre couche serait sérieusement mauvaise, alors je voulais leur offrir de se rendre.

Le quatrième jet de dés s’était terminé comme ma quatrième victoire consécutive, et Sélène discutait actuellement pour savoir si elle devait enlever le haut ou le bas. Elle semblait qu’elle se déshabillerait vraiment si on la laissait faire, mais elle avait au moins assez d’élégance pour garder le bas.

« … Le vrai match ne va pas tarder à commencer. Mes principes ne me permettront pas d’abandonner tant qu’il me restera des jetons à parier. Otouto-kun, régale tes yeux. Je vais te montrer la façon de vivre de ton aînée… ! » déclara Sélène.

« Qu… Attends ! Si tu enlèves plus, on me verra comme une canaille qui adore jouer avec les femmes et les faire se déshabiller ! Laisse tomber… ! » déclarai-je.

« Hm… Ça veut dire que c’est bien de se déshabiller tant que ça ne nuit pas à ta réputation. Alors c’est correct tant que nous le gardons secret… mgh… mgh… mmh… mmmmh… ! » déclara Verlaine.

Verlaine était sur le point d’attiser les flammes, alors je l’avais arrêtée avec l’usage de la force brute. Au début, je ne voulais pas fermer la bouche d’une femme par la force, mais c’était la seule façon d’arrêter ces filles résolues d’une manière bizarre.

« … Otouto-kun, faire ça à Verlaine-san jusqu’à ce qu’elle commence à pleurer est un peu… extrême, » déclara Sélène.

« Aah, quelle douleur dans le… peu importe, je vais me déshabiller, alors donne-moi l’information en échange ! Si tu continues à te déshabiller comme ça, j’atteindrai ma limite de plus d’une façon… Quoi qu’il en soit, ça me gênera !! » déclarai-je.

« C’est… le gagnant qui se déshabille est contre l’art du jeu. Arrêter le match alors que nous sommes arrivés jusqu’ici… Je me sentirai mal tant que tu me laisses en plan, tu sais, » déclara Sélène.

« Hm… nous laissant en suspens… Le maître a une technique de haut niveau, hein. J’ai moi-même hâte d’y être, ou plutôt, je ne peux pas l’attendre… Ce n’est pas suffisant de traiter le maître de taquin, » déclara Verlaine.

Tu t’amuses bien, c’est sûr, je voulais le dire, mais je m’étais abstenu. Bien qu’avant même que je m’en rende compte, le camp que j’étais en train de dépouiller avait plus de mal à décider qui allait me dépouiller plutôt que de me donner l’information — mais je suppose qu’il était beaucoup trop tard pour passer d’un camp à l’autre maintenant.

Quoi qu’il en soit, les résultats de l’appel sincère : La quatrième perte de Sélène serait plutôt payée avec de l’information, l’entente avait été conclue.

— Cependant, parce qu’elles avaient fait trop de gestes rapides au milieu du match pour manipuler le jet de dés, leurs vêtements avaient été légèrement ébouriffés. Même les vêtements de Verlaine, qui tenaient ses seins tendus, glissaient un peu, même s’ils s’accrochaient encore dangereusement.

« E-Eh bien… Puisque nous avons un accord, je vais prendre quelques verres avant d’écouter tes informations, » déclarai-je.

« Le maître devrait s’asseoir et attendre, je vais…, » déclara Verlaine.

« Non, reste assise. Je connais bien cette maison de guilde, donc même si elle a beaucoup changé, je devrais au moins pouvoir trouver un peu de thé…, » déclara Sélène.

Dès qu’elles avaient dit ça et qu’elles s’étaient levées, j’avais vu quelque chose que je ne devais pas voir.

Parlons un peu de la tension au niveau de la poitrine… les vêtements qui appliquaient cette force de traction que les hommes ne pouvaient pas ressentir sur la poitrine des femmes — bien que leur transpiration ait probablement été prise en compte dans le résultat — étaient tombés en harmonie de leur position debout, en raison de la secousse critique de haut en bas causée par leurs mouvements.

« Kyaa... !? »

« Ah… »

Avec les réflexes que l’on pouvait attendre d’elles, Verlaine et Sélène se couvrirent les seins. Mais en raison des effets encore durables de l’amélioration de la vision cinétique, j’étais dans un état de pensée accélérée où je pouvais analyser l’information dans mon champ de vision — essentiellement, ma vision cinétique avait dépassé leurs réflexes.

 

 

Elles sont toutes les deux comme une œuvre d’art.. Attends non, ce n’est pas la situation pour faire des commentaires… !

« … Est-ce que tu as vu… ? » demanda Sélène.

« Non, pas vraiment… C’est arrivé en un instant, donc je n’ai pas pu les voir clairement…, » répondis-je.

« “Je n’ai pas pu les voir clairement”, donc tu as vu… Argh, une telle gaffe…, » déclara Verlaine.

« J’aimerais bien te les montrer si je perdais le match, mais un accident… Aah, qu’est-ce que je suis censée faire ? Je ne peux plus regarder Otouto-kun droit dans les yeux… ugh, » déclara Sélène.

En les regardant toutes les deux alors qu’elles étaient à moitié larmoyantes, je m’étais dit : Alors, ne propose pas des matchs bizarres, mais je ne l’avais pas mise en mots. Parce que la raison pour laquelle cela s’était produit, c’est que j’avais été trop impliqué dans le match, et c’était un fait indéniable.

« C’était un match amusant, mais j’ai besoin de faire une règle qui interdit de se déshabiller, » déclarai-je.

« … Ton calme est un peu irritant, mais peu importe. Comme j’ai aussi apprécié le match, » déclara Sélène.

« Mais où diable as-tu eu ces oreilles de lapin ? Sakuya-san du service de renseignement est une Rabirim. Cela ne va-t-il pas l’énerver ? » demandai-je.

« … Je ne peux rien y faire. Parce qu’il a été décidé par les clients que les filles qui travaillent dans la salle de jeu devraient porter des oreilles de lapin. Ce n’était qu’un hasard si les lapins sont un symbole de chance, je n’essaie pas de copier Sakuya-dono ici, » répondit Verlaine.

« Ça doit être sympa de parler de tes collègues… Verlaine-san, tu as vraiment de la chance, étant toujours avec Otouto-kun… Tu as trouvé un bel endroit où travailler, » déclara Sélène.

« … Même si ça fait longtemps, ne peux-tu pas quand même revenir ? À propos de la dette, ne peux-tu pour le moment simplement l’emprunter au maître à la place ? Mais ce n’est pas à moi, en tant que serviteur, de le dire, » déclara Verlaine.

« Si je fais ça, je ne pourrai plus l’appeler “Otouto-kun”. Et revenir dans une guilde que j’ai laissée toute seule va à l’encontre d’une règle que je me suis fixée, » déclara Sélène.

Bien qu’elle n’en ait jamais entendu parler, il semblait qu’elle avait ses propres règles. Et, je n’avais jamais pensé qu’elle devrait rester bannie de la guilde pour toujours — une fois qu’elle aura remboursé sa dette et qu’elle sera de retour dans la capitale, j’avais prévu au moins de la consulter sur mes plans pour l’avenir.

« Maintenant… étonnamment, j’ai eu l’impression d’avoir déjà remboursé la valeur de mes cinq pertes consécutives, mais une promesse est une promesse, alors je vais en parler. Pour être honnête, la raison pour laquelle je suis passée aujourd’hui est pour montrer ça à Otouto-kun, » déclara Sélène.

« … C’est… un morceau de cuir… ? » demandai-je.

Il semblerait avoir été arraché de force, un petit morceau de cuir. Je l’avais pris dans ma main et je l’avais observé.

« Oui, on dirait bien. C’était une chose portée par une bête aperçue dans la forêt près de la capitale. Quand elle a essayé d’attaquer du bétail domestiqué, un magicien indépendant lui a envoyé de la magie et a essayé de la repousser, mais… La bête est tombée dans la Caverne de Glace, et c’est la seule chose qui en restait, » expliqua Sélène.

Il était fait de cuir animal, alors j’avais supposé que la bête l’avait chassé elle-même. Bref, la bête était venue là et avait essayé d’attaquer le bétail à cause d’une faim accablante.

« Si c’était un morceau de quelque chose, d’après la forme… Ça vient d’une ceinture ou quoi ? » demandai-je.

Dès que j’avais essayé de chercher des indices, je l’avais remarqué.

Ce cuir, qui contenait une petite quantité de mana, avait une sorte de magie moulée sur lui.

Cependant, quand j’avais essayé d’analyser le but de la magie, je n’avais pas pu la comprendre parce qu’elle avait été perturbée. « Peu importe le genre d’outil magique que c’était, alors je serais capable de comprendre son but » — on me l’avait déjà dit dans le passé, mais ceci…

Ce cuir… fait partie d’un outil magique, mais le créateur l’a dissimulé afin de cacher sa véritable identité. La seule personne qui puisse faire cela est…

« Maître… Qu’est-ce qu’il y a ? As-tu une idée concernant ce cuir… ? » demanda Verlaine.

« … Nah. Avec seulement ce petit morceau, je ne peux rien comprendre, mais j’ai peut-être un indice. Sélène, ma guilde va enquêter sur cette affaire, » déclarai-je.

« OK, je compte sur toi. Je voulais demander aux guildes de la capitale d’enquêter sur ce morceau de cuir, mais Otouto-kun est le seul sur lequel je peux compter…, » déclara Sélène.

« Ne me dis pas que tu avais l’intention de demander au village de payer…, » demandai-je.

Sélène, comme si j’avais frappé dans le mille, avait fait un sourire ironique sur son visage tout en maintenant ses seins amples.

« Non, je me suis juste arrêtée au village par hasard, et quand je me suis dit aventurier, ils m’ont fait une demande. Tu vois, puisque j’ai un Rang S, c’est normal, » déclara Sélène.

Sélène avait été reconnue comme une aventurière de Rang S tout en incluant son poste de chef de guilde, donc je crois qu’elle devrait être de Rang AA pour le moment, mais elle possédait certainement de grandes capacités.

***

Finalement, Sélène s’était arrêtée à la Choppe d’Argent pour lui confier sa demande, mais —

— J’apprendrai la vérité derrière ce cuir déchiré bien plus tard.

Je l’avais senti au moment où j’avais touché ce morceau de cuir, ainsi que la signification de ce pouvoir magique nostalgique.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire