Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 6 – Prologue

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Prologue : Naden Delal

Si vous regardiez la carte de ce monde, vous verriez qu’il y avait un continent en forme de losange, Landia, et plusieurs îles périphériques de différentes tailles qui se situaient tout autour de lui.

Au centre de ce continent, il existait des montagnes d’au moins trois mille mètres de haut qui constituaient la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon qui était également appelée le Nombril de Landia. C’était là que les dragons vivaient, se rassemblant autour de la Bête Divine qui se tenait auprès d’eux, la Mère-Dragon, et qui était le point central du culte du même nom. On pourrait même appeler cette région comme étant une nation.

Les nations de l’humanité avaient toutes compris que la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon était le pays des dragons. Il n’y avait pas de frontières clairement délimitées, mais aucun État ne voulait vraiment empiéter sur leur territoire vu qu’ils n’étaient pas prêts à combattre ces dragons immensément puissants, de sorte que l’humanité et les dragons s’étaient naturellement séparés les uns des autres.

Même si le continent était tombé dans le chaos depuis que le Domaine du Seigneur-Démon était apparu, la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon était une forteresse naturelle, isolée des effets de cette menace. Dracul, le paradis des dragons, était situé sur le haut plateau au centre de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon.

Peut-être en raison d’une action faite par la Mère-Dragon, le plateau bénéficiait d’un printemps éternel, bien qu’il soit à une altitude de plus de cinq mille mètres. Il s’agissait d’une terre fertile et verdoyante avec un approvisionnement abondant en eau propre.

En Dracul, les dragons y avaient toujours vécu un style de vie unique.

Malgré leurs grands corps, leurs ailes massives, leurs puissantes cornes et leurs crocs, les dragons pouvaient parler les langages humains. Ils pourraient également prendre de magnifiques formes humanoïdes. Et ainsi, ils avaient formé des contrats de jumelage avec les chevaliers provenant de leur seul royaume allié, le Royaume des Chevaliers-Dragons de Nothung, en vertu duquel ils deviendraient les montures préférées des chevaliers, jurant de combattre à leurs côtés sur les champs de bataille, et en même temps, devenant des partenaires dans la vie, donnant ainsi naissance aux enfants du chevalier.

Les membres de la race des dragons étaient sexuellement ambigus et incapables de produire des enfants entre eux. En d’autres termes, en échange du fait d’accepter de combattre aux côtés des chevaliers de Nothung, ils s’étaient liés à des chevaliers, garantissant qu’ils auraient une progéniture prospère. Chaque enfant naîtrait soit de la race des dragons, ou encore des dragonewts, ou pour finir, de la race du chevalier.

S’il était un dragon, il viendrait sous la forme d’un œuf, et ainsi, il serait retiré aux parents pour être gardé par la Mère-Dragon dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. Ceci était fait en partie afin d’empêcher que la parenté d’un dragon ne soit ressentie comme trop importante, mais surtout parce qu’on ne savait pas non plus combien de temps un œuf de dragon pourrait prendre pour éclore. Et parce que cela pouvait parfois prendre des siècles, il ne pouvait pas rester avec ses parents.

Dans tous les cas, à la fin du printemps de chaque année, ces contrats de partenariat étaient formés entre les nouveaux chevaliers et les dragons lors de la Cérémonie du Contrat qui se tenait à cette époque de l’année.

Ce moment... était presque arrivé...

***

— Au milieu du troisième mois de l’année 1547 du Calendrier Continental —

Nous nous trouvions dans une forêt sur le côté est du plateau Dracul dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon.

Avec son printemps éternel, les forêts de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon étaient toujours remplies par une végétation luxuriante. Les feuilles étaient d’un vert profond, et quand vous les regardiez de l’intérieur de la forêt, elles brillaient dans la lumière du soleil qui éclairait à travers la cime des arbres. Cependant, plus bas, au niveau du sol, il n’y avait quasi aucune lumière et il faisait sombre.

Dans ces bois emplis de noirceur, vous pouviez y trouver une petite grotte.

Un dragon blanc venait d’atterrir devant cette grotte. Ses écailles blanches brillaient dans la lumière du jour et sa crinière d’argent volait dans le vent. Sur sa tête se trouvait une paire exquise de cornes ressemblant à celles d’une chèvre. Le dragon d’argent avait replié ses grandes ailes, tendant son cou afin de regarder dans la grotte.

« Naden, es-tu là ? » le dragon blanc avait appelé quelqu’un se trouvant dans la grotte.

Même si elle communiquait, ce n’était pas effectué à voix haute. S’ils le voulaient, les dragons pouvaient converser sans utiliser leurs voix. Il n’y avait pas eu de réponse à l’appel du dragon blanc, mais un peu de bruit s’était échappé provenant de l’intérieur de la grotte. Son occupant faisait probablement semblant de ne pas être là.

Le dragon blanc avait gémi en constatant ça. « Arrête de m’ignorer, je sais que tu es là ! », elle avait à nouveau appelé, semblant exaspérée, puis elle avait pris une profonde respiration. Quant à l’air qu’elle avait aspiré et qu’elle avait laissé sortir de sa bouche, des flammes orange semblaient fuir des coins de ses lèvres. Si elle ouvrait maintenant la bouche, elle libérerait le souffle de dragon, l’attaque semblable à un lance-flammes connue pour être capable de dévaster des pays entiers. « Si tu es trop peu coopérative, tu sais que tu vas finir par être brûlée avec tout ce qui est dedans !? »

« A-Arrêtes toi, Pai ! Ne brûle pas mes livres ! » la voix en pleine panique d’une jeune fille était alors sortie de la caverne.

Après qu’elle eut entendu cette voix, Pai avala ses flammes, puis laissa échapper un soupir exaspéré. « Franchement... Arrête donc de t’enfermer là-bas et sors un peu ! »

« Je ne peux pas, je suis en train de regarder “Accès à la musique”... » commença la voix de jeune fille.

« Accès à la musique ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Pai.

« Il s’agit d’une émission musicale produite par l’Empire Gran Chaos, » répondit Naden.

« L’Empire Gran Chaos !? » s’exclama le dragon blanc.

L’Empire Gran Chaos était une nation puissante avec une base de pouvoir fermement ancrée dans l’ouest du continent. Bien qu’ils aient été sur la défensive depuis l’apparition du Domaine du Seigneur-Démon, l’empire était encore la plus puissante de toutes les nations de l’humanité.

À l’époque où l’Empire Gran Chaos avait tenté d’asseoir son hégémonie sur le continent, il avait tenté d’envahir la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. Cela avait été fait à l’époque où l’Empire était à son apogée, avec une armée comptant des centaines de milliers d’hommes, face à un millier de dragons. Comme on pouvait s’y attendre, étant donné qu’il était dit qu’un seul dragon pouvait détruire une petite nation, les forces impériales furent rapidement balayées, ne leur laissant d’autre choix que de battre en retraite. Depuis cette bataille, il avait été difficile d’appeler les relations avec l’Empire comme étant cordiale.

« L’Empire nous est hostile, le réalises-tu !? » cria Pai. « À quoi penses-tu ? »

« Ce n’est pas comme si nous étions maintenant en guerre, n’est-ce pas ? » rétorqua Naden. « L’impératrice actuelle, Maria, est belle et semble paisible. Je pense que nous devrions prendre l’occasion d’essayer de devenir amis avec eux. »

« Tu dis ça, mais... Lady Tiamat ne serait-elle pas en colère si elle t’entendait ? » protesta Pai.

Tiamat était la chef de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, celle que l’humanité connaissait et adorait sous le nom de Mère-Dragon. Elle était comme une mère pour tous les dragons qui vivaient dans cette région, et au moment où son nom avait été prononcé, la fille dans la caverne avait semblé un peu paniquée.

« Hahaha... C’est un peu effrayant... Tu me fais peur, alors reste silencieuse, d’accord ? » demanda Naden.

« Oh, pour l’amour de la Déesse..., » soupira Pai. L’intégralité de son corps avait alors émis une lumière brillante, elle s’était instantanément transformée en une belle jeune fille à la peau pâle et aux longs cheveux blancs flottants, vêtue d’une robe blanche d’une pièce. Elle avait l’air indubitablement humaine, mais les cornes ressemblant à celles des chèvres qui poussaient hors de ses cheveux et la queue blanche s’étendant de ses fesses indiquaient clairement qu’elle était le dragon blanc d’avant.

Pai était alors entrée dans la grotte. Elle n’était pas aussi humide qu’elle en avait l’air depuis l’extérieur. Si l’on devait dire quelque chose, c’était que l’air était frais. C’était tout à fait normal étant donné qu’il s’agissait d’une caverne présente dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon.

Pai avait progressé à travers la grotte, arrivant finalement à une zone où le passage s’agrandissait sur une vaste pièce.

Devant ses yeux s’étendait une pièce qui, complètement différente des parois rocheuses de la grotte qu’elle avait traversée jusqu’à maintenant, était très féminine. Il y avait une jolie commode et un lit. Les étagères étaient garnies de livres provenant des nations de l’humanité. (La plupart des romans étaient des romans d’amour.)

Pai s’adressa à la personne qui regardait le récepteur simple se trouvant au milieu de la pièce. « Oh, Naden. C’est parti, tu es encore en train de regarder le récepteur simple et... »

« Oui, et alors ? » la fille appelée Naden avait répondu. Elle avait les cheveux noirs et portait une robe d’une pièce toute noire. « Je peux regarder ce que je veux avec. »

Il y avait des bois semblables à ceux des cerfs qui poussaient de chaque côté de sa tête hors de ses volumineux cheveux noirs. Une queue noire poussait d’une région proche de ses fesses. En un coup d’œil, elle semblait avoir une quinzaine d’années. Elle était petite et semblait sous-développée. Cependant, quand on la regarde de profil, son jeune visage avait un soupçon de beauté, et si elle s’était bien habillée, elle aurait probablement l’air mignonne.

Sachant cela, Pai soupira d’autant plus face à son amie décevante. « *Soupir*... Je ne sais pas ce qui est pire : cela, ou quand tu avais la tête pleine de rêves, alors que tu lisais trop de romans d’amour. »

Alors que son passé était soudainement annoncé à voix haute, Naden avait toussé de surprise. « J-Je ne fais pas que lire des livres ! Et ce n’est pas comme si je lisais seulement des romans d’amour, d’accord ? »

« Tu étais devenue obsédée par eux. Tu me disais tout le temps des choses comme : “Je mettrais l’amour avant le devoir !” »

« Je lis également des histoires d’aventures ordinaires ! » répliqua Naden.

« Pour commencer, les dragons ne lisent généralement pas les livres des humains, » déclara Pai.

La raison en était simple. Comme le seul royaume ayant eu des relations diplomatiques avec la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon était le Royaume des Chevaliers-Dragons de Nothung, peu de produits des nations de l’humanité pouvaient arriver jusqu’ici. Si l’on voulait acquérir des produits des nations de l’humanité, il fallait aller directement dans ces nations, en quittant la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. La plupart des dragons n’étaient pas assez intéressés par le monde extérieur ou par les produits des nations de l’humanité pour se donner la peine de le faire. Des individus comme Naden, qui profitaient de toutes les occasions pour sortir et revenir avec des produits étrangers, étaient chose rare.

« Attends ! Pour commencer, où as-tu eu ce récepteur ? » demanda Pai, surprise.

« Hmm ? Je l’ai trouvé dans un marché aux puces dans l’empire. Il était cassé et il était dans un tas de camelotes là-bas, mais quand je lui ai donné un petit coup de bzzz, il a commencé à afficher des choses. Hehehe ! C’était vraiment une belle découverte ! »

Alors qu’elle disait ça, la queue noire de Naden qui ressemblait à un lézard se glissa jusqu’au récepteur simple. Quand elle était finalement arrivée jusque là, il y avait eu un déclic, et l’image sur le récepteur avait disparu d’un coup.

Naden pouvait stocker de l’électricité dans son corps. En libérant cette électricité stockée, bien que Naden n’ait pas compris elle-même le principe derrière la façon dont elle fonctionnait, elle pouvait allumer et éteindre le récepteur simple. Il y avait certainement d’autres créatures qui pouvaient emmagasiner de l’électricité dans leurs corps, mais Naden était probablement la seule à pouvoir là contrôler si habilement.

En la regardant faire, Pai haussa les épaules d’exaspération. « Tu es habile dans le plus étrange des domaines, le sais-tu, Naden ? »

« Hey, j’ai eu la chance d’avoir un corps électrifié. Je ne vais pas laisser ça se perdre, » déclara Naden.

« Je le sais, mais est-ce vraiment quelque chose qu’un dragon devrait faire... ? » demanda Pai.

En Dracul, avec son printemps éternel, les dragons qui n’avaient pas encore signé de contrat pouvaient vivre leur vie comme ils l’entendaient. Ils faisaient donc des choses comme voler sous forme de dragon, jouer dans l’eau, et aller à la chasse.

Il y avait des moments où les prêtresses-dragons qui servaient sous Tiamat leur enseignaient les traditions des dragons, le monde extérieur, la lecture, l’écriture et l’arithmétique, mais à part ça, ils pouvaient chacun utiliser leur temps pour faire ce qu’ils voulaient.

Parmi tous ces dragons qui vivaient selon un très vieux style, Naden était probablement la seule à pouvoir utiliser si habilement les outils du monde extérieur.

Pai lui demanda avec un peu d’exaspération : « Es-tu vraiment un dragon ? »

« ... Je me suis souvent moi-même posé la question, » répliqua Naden en retournant son regard sur l’écran.

Pai avait affiché un regard qui disait, « Oups, j’ai foiré. » Ce sujet était probablement très douloureux pour Naden.

« Hmm, euh... Donc, cette chose est une émission de musique ? Qu’est-ce que c’est ? » demanda Pai en essayant de changer de sujet.

« Ils diffusent les images de jolies filles dans des tenues mignonnes qui chantent et dansent pour que les personnes les voient, » répondit Naden. « C’est amusant de les regarder. Bien que, d’après ce que j’ai entendu dire, ceux qui sont les véritables créateurs et maîtres dans la production des émissions ne sont pas les habitants de l’Empire, mais ceux du Royaume d’Elfrieden. C’est dommage de ne pas les capter sur ce simple récepteur. »

« Le Royaume d’Elfrieden ? Veux-tu parler de ce pays où ils ont appelé un héros, et qu’il est devenu leur roi ? » demanda une Pai surprise. Quand elle avait entendu, le nom « Elfrieden », l’image qui lui était venu à l’esprit était un royaume très traditionnel ou, pour le dire moins gentiment, démodé ou vétuste.

Naden avait agité un doigt à Pai et l’avait tendue. « Tu peux oublier tout ce que tu pensais savoir sur Elfrieden. Oh, attends, ce n’est plus Elfrieden. Le pays n’est-il pas maintenant connu sous le nom de Royaume de Friedonia ? Je n’ai pas tous les détails vu que je n’ai que les informations provenant de l’Empire, mais on dirait qu’ils ont augmenté très rapidement leur puissance sous l’effet d’un programme de réformes créé par leur nouveau roi. » Naden avait pris le récepteur simple avec sa queue et avait joué avec lui.

« Je pense que la façon dont il a utilisé le Joyau de Diffusion de la Voix, quelque chose que la famille royale avait seulement utilisé pour faire des annonces unilatérales de choses qui étaient déjà décidées, afin de créer quelque chose d’amusant comme ces programmes de diffusion démontrent qu’il possède une vision incroyable du monde. Contrairement à ce pays, qui ne change jamais, le Royaume de Friedonia fait pression de toute part afin de progresser de plus en plus rapidement et dans toutes les directions. J’aimerais moi-même rencontrer ce roi-héros. Peut-être que j’irais à Friedonia la prochaine fois que je ferai un petit tour. »

Pai avait piétiné le sol dans l’indignation. « Bon sang ! À quoi penses-tu ? Il est presque temps pour la Cérémonie du Contrat, est-ce que tu t’en rends compte !? Il n’y a aucune chance que tu sois autorisé à le faire à un moment important comme celui-ci, alors que notre avenir va être décidé sous peu ! »

« Cela n’est... vraiment pas important dans mon cas de figure, » déclara Naden. « Je suis sûre qu’aucun chevalier ne voudra de moi. Après tout, je ne peux pas voler, et je ne peux même pas cracher de flammes. »

« ... »

Les yeux de Naden étaient remplis de résignation et de tristesse.

Il n’y avait rien que Pai puisse dire face à une telle déclaration.

Bien qu’elle fût un dragon de la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, Naden Delal n’avait pas d’ailes lui permettant de voler dans les cieux et elle ne pouvait pas cracher des flammes. De plus, son apparence était très différente de celles des autres dragons.

C’est pourquoi les autres dragons l’appelaient derrière son dos un ver (disant qu’elle était longue, mince, et qu’elle n’avait rien d’autre). Cela faisait également partie des raisons pour lesquelles Naden avait tendance à se terrer dans sa grotte. Pai était l’une des rares amies de Naden, mais elle ne pouvait rien faire pour elle.

« Euhh... » murmura Pai, réfléchissant frénétiquement à une réponse appropriée pour remonter le moral de son amie. « M-Mais, tu peux lancer des éclairs ! »

« ... À quoi ça sert ? Aucun chevalier ne me choisira en tant que partenaire. S’il le faisait, il serait le seul chevalier au monde qui ne pourrait pas voler. Est-ce que tu t’en rends compte du ridicule de la situation ? » Naden avait détourné les yeux.

Les chevaliers-dragons de Nothung étaient célèbres à travers le continent.

Ces chevaliers, qui chevauchaient sur des dragons déjà robustes et puissants, planeraient à travers les cieux, déchirant les lignes ennemies et brûlant tout avec le souffle de leur dragon. Bien qu’ils résidaient dans un petit pays, les Chevaliers Dragons étaient la raison qui avait fait que le Royaume des Chevaliers Dragons de Nothung était capable de se battre à armes égales face à l’Empire, même si cela n’était vrai que lors d’une guerre défensive. Il n’y aurait pas de place pour Naden dans leurs rangs alors qu’elle n’avait pas la capacité de vol ou de cracher des flammes.

« Tout va bien de ton côté, Pai, » soupira Naden. « Un joli dragon blanc comme toi... Je suis sûre que tu n’auras que l’embarras du choix. »

« ... Je ressens une certaine hostilité dans ces paroles, » répondit Pai.

Au cours de la cérémonie tenue pour former des contrats avec les chevaliers dragons, le chevalier commençait par choisir un dragon pour qu’il devienne sa monture, puis le dragon décidait d’accepter ou non cette proposition. Cela signifiait qu’un dragon qui recevait plusieurs offres aurait le choix de décider lequel il préférait. Naden pensait probablement que Pai était sûre d’avoir un tel choix.

« Peut-être devrais-je simplement quitter le pays ? » demanda Naden, en se morfondant. « Je pourrais probablement me faire passer pour un serpent des mers. »

D’après ce que Pai avait entendu dire, la race connue sous le nom de serpents des mers et Naden sous sa forme humaine semblait assez similaire. Quant à ce qui les rendait différents, les bois sur la tête de Naden étaient plus gros, et les serpents de mer n’avaient pas la capacité de se transformer comme de véritables dragons (même si dans le cas de Naden, cela soit une forme comme inachevée), mais c’était tellement mineur comme différence visuelle que personne ne le remarquerait.

Pai avait gémi d’exaspération. « Si tu adoptes une attitude défaitiste, tu deviendras une défaitiste dans l’âme ! »

« Mais..., » commença Naden.

« D’ailleurs, Lady Tiamat ne t’a-t-elle pas annoncé une prophétie ? Cela va bien se passer, » déclara Pai.

Les dragons qui assisteraient à la Cérémonie du Contrat dans une année donnée avaient tous été choisis par Tiamat. La volonté de l’individu et son âge n’étaient pas pris en compte. Les dragons qui avaient été choisis recevaient un oracle de la Mère-Dragon au début de cette année. Naden avait été l’une d’elles.

« Finalement, celui qui connaît votre véritable valeur apparaîtra, cela se passera quand vous aurez quitté le nid. »

C’était certainement ce que Tiamat avait dit à Naden, qui avait presque abandonné tout espoir d’avenir. Elle l’avait dit avec les doux yeux d’une mère. Naden ne pouvait pas imaginer que Tiamat lui aurait menti. Cependant, en même temps, elle ne pouvait pas imaginer que cette prophétie puisse se réaliser. Cela allait à l’encontre du bon sens.

« C’est... seulement quelque chose que Tiamat m’a dit afin de me consoler, » déclara finalement Naden. « Même moi, je ne sais pas quelle est ma valeur. Qu’est-ce qu’un total étranger est censé voir en moi ? »

« Mais, d’après ce que j’ai entendu dire, Lady Tiamat n’a jamais eu une prédiction qui ne s’est pas réalisée, » déclara Pai.

« Très bien, alors je serai son premier échec. Hourra pour moi. Ce seul fait m’emplit de joie, » déclara Naden.

Pai avait gémi. « Tu es vraiment une défaitiste. »

« Pai, si tu continues à faire ce bruit de gémissement, tu vas bientôt avoir des taches noires comme une vache, le sais-tu ? »

« Mais ! Mais ! Mais ! » s’exclama Pai.

En regardant Pai se fâcher du coin de l’œil, Naden soupira. S’il y a vraiment une certaine valeur dans mon existence, et que quelqu’un pouvait la trouver pour moi... ne serait-ce pas merveilleux ? Si un tel miracle se produisait, il m’emmènerait loin de cet endroit ennuyeux où le printemps est perpétuel et où rien de passionnant ne se produit. Eh bien, ce n’est tout simplement pas possible, n’est-ce pas ?

Naden avait enfoui profondément son désir dans les recoins de son cœur.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

12 commentaires

  1. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

  2. Super chapitre. Grâce à naden, souma va devenir le thomas edison du monde et avec un souma sortant une phrase je n'ai pas besoin d'un dragon qui crache le feu et détruit des nations mais d'un dragon qui révolutionnera le monde avec l'introduction de l'électricité.
    Et au passage, il aura aussi une nouvelle fiancée pour son mariage. Ce tome s'annonce déjà comme haletant.

  3. Merci pour le chapitre.
    PS : C'est moi ou ce chapitre est un spoiler ambulant !?

Laisser un commentaire