Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 4 – Chapitre 6 – Partie 6

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre final : Dans la neige

Partie 6

« Pour le dire simplement, je suis le roi qui a hérité de ces souvenirs, » acheva Albert.

Pendant que j’écoutais l’histoire de Sire Albert, j’étais dans un état de confusion. Était-ce un décalage temporel... ? Non, un saut temporel ?

Il avait dit que c’était de la magie noire, mais ça pouvait même faire des trucs comme ça ? Oh, mais tout ce qui avait été hérité étaient les souvenirs, donc ce n’était pas comme si la conscience de la personne revenait dans le passé.

Si ses souvenirs étaient vraiment transférés dans le passé, cela aurait pu créer un paradoxe temporel. Parce que le Sire Albert envoyant les souvenirs n’avait aucun souvenir de les avoir envoyés à lui-même.

Dans ce cas, cela pourrait-il que le pouvoir d’Elisha était un pouvoir qui lui permettait d’intervenir dans une dimension alternative qui était fortement semblable à la sienne ? Moins comme la « Machine à Faire la Vie [1] » et plus comme la « Boîte à Téléphone Quoi-Si [2] », hein ? Pour le dire simplement, cela signifierait que ce monde n’était pas le passé du monde expéditeur, c’était une dimension alternative.

Bien que, même si j’avais parlé de ça, je doutais que ces deux personnes le comprennent. Pour commencer, ils n’avaient probablement pas de concept d’autres dimensions, et je ne pouvais pas vraiment dire que je l’avais moi-même bien compris.

Ha, zut, cet endroit n’était pas juste un simple monde d’épées et de sorcellerie ? pensai-je.

Pendant que j’étais occupé à être confus, Sire Albert prit une gorgée de son thé et soupira. « Honnêtement... ça a dû être dur pour celui qui m’envoyait les souvenirs, mais ce n’est pas facile d’être celui qui les a reçus. De mon point de vue, j’ai l’impression d’avoir vécu une vie dans laquelle j’ai fait de vous mon Premier ministre, puis j’ai agi comme un imbécile, et je vous ai tourné le dos. Si je n’avais pas entendu de l’autre côté l’explication d’Elisha, j’aurais pensé que le temps venait de revenir en arrière. Moi, je n’ai rien fait, mais la culpabilité que je ressens pour vous ne disparaîtra jamais. Je m’excuse au nom de l’ancien moi. Je suis terriblement désolé. » Sire Albert baissa grandement la tête.

« Non ! S’excuser auprès de moi n’aidera en rien... Je veux plutôt dire que je n’ai aucun souvenir de tout cela..., » dis-je.

« Je le sais... Ceci est seulement pour ma propre satisfaction que je veux m’excuser. S’il vous plaît, laissez-moi m’excuser, » déclara Albert.

« ... Eh bien, si c’est ainsi..., » dis-je.

S’il disait qu’il voulait s’excuser, la meilleure chose à faire était probablement de le laisser faire. La situation était bien au-delà de ma compréhension, donc je ne pouvais pas me mettre à sa place.

Sire Albert me regarda droit dans les yeux et dit. « Et ainsi, pour éviter que la situation ne devienne comme elle l’était dans mes souvenirs, je vous ai cédé le trône. Je crois que cela devrait répondre à vos première et troisième questions. »

« ... Je suis d’accord avec vous, » dis-je.

La réponse à ma première question, « Comment avez-vous pu donner si facilement votre couronne à un gamin d’un autre monde que vous veniez de rencontrer ? » en fait (bien que ce n’était pas à proprement parler correct), ce n’était pas la première fois que nous nous étions rencontrée.

La réponse à la troisième, « Pourquoi avez-vous refusé de me rencontrer jusqu’à aujourd’hui ? » était probable qu’il ne fût pas sûr de vouloir révéler ou non l’existence de cette capacité. C’était peut-être parce qu’il voulait voir avec certitude que nous avions atteint un autre avenir que le monde antérieur.

Cela ne laissait plus que ma deuxième question. La question de la loyauté de Georg...

« Ne me dis pas que vous avez parlé de tout ça à Georg !? » criai-je.

« ... Je suis faible, » déclara l’ancien roi. « Je n’étais pas assez fort pour porter seul ce fardeau. »

Sire Albert regarda par la fenêtre. Cela commençait à devenir nuageux. La neige pourrait prochainement arriver.

« Je ne pouvais pas croire que, avec ma seule puissance, je serais capable de faire venir un avenir différent, » continua Albert. « J’ai tout dit à un homme de ce pays en qui je pouvais avoir confiance, Georg Carmine, et j’ai demandé son aide. C’est pourquoi il est arrivé avec un complot visant à exterminer les nobles corrompus qui étaient devenus vos ennemis à cette époque. C’était de notre faute si Castor se méfiait de vous. Cependant, parce que le plan était déjà en marche, nous ne pouvions pas le lui révéler, et je m’excuse pour la souffrance indue que vous avez dû traverser à cause de nous. »

Cela avait donc été ainsi... Et donc, c’était la raison de Georg pour la trahison mise en scène. Pour faire tomber tous mes adversaires potentiels d’un seul coup, et pour qu’il tombe à leurs côtés. Ce plan avait coïncidé avec celui sur lequel Hakuya et moi travaillions pour garder Amidonia sous contrôle, ce qui l’avait transformé en une grande scène qu’aucun de nous n’avait espéré. On pourrait dire que Roroa avait aussi planifié son propre scénario, alors c’était devenu une grande scène avec de nombreux dramaturges.

Ceux qui pensaient faire danser les autres avaient été obligés de danser eux-mêmes, et même si nous avions l’impression de trancher pour ouvrir nos propres chemins, nous venions juste de marcher sur les rails que quelqu’un d’autre avait posés pour nous.

« Je ne sais pas quoi dire... Tout ça me fait perdre totalement confiance en moi-même, » avouai-je.

« Il n’est pas nécessaire de penser ça, » déclara Albert. « Le fait est que vous avez réussi à atteindre un autre avenir, non ? Vous avez annexé Amidonia, et vous avez reconstruit ce royaume qui touchait à sa fin et l’avez transformé en Royaume de Friedonia. Je peux dire avec confiance que je n’avais pas tort de vous donner le trône. »

« Je suis content de vous entendre dire ça, mais... à la fin, où pensez-vous que l’avenir a changé ? » demandai-je.

« Sans aucun doute tout au début, » répondit-il. « Parce que, cette fois, dès le début, vous avez eu Liscia à vos côtés. »

« Liscia ? » demandai-je.

C’était vrai, Liscia m’avait soutenu depuis dès le début, mais pourquoi son nom était-il venu dans la discussion ?

À ce moment-là, Sire Albert avait fait une expression un peu triste. « Liscia était aussi à vos côtés dans l’avenir où j’avais fait de vous mon Premier ministre. Elle servait en tant que secrétaire de Georg, alors vous vous êtes rencontrés à travers lui. Dans ce monde, à ce moment-là, Liscia a reconnu votre véritable talent et est tombée amoureuse de vous. Même quand je vous ai écarté de votre poste, elle est venue me voir et elle a plaidé pour que je vous réintègre. Toutefois, cette fois-ci, je n’ai pas tenu compte des conseils de Liscia. Déçue, Liscia est retournée à Randel où vous étiez. Puis le château Randela a été réduit en cendre par les nobles. Je suis sûr qu’elle a passé ses derniers instants de sa vie... à vos côtés. »

Liscia... était morte à mes côtés. Maintenant que j’y pense, il avait dit que le roi de ce monde avait « tout perdu ». Et cela avait également inclus sa propre fille.

« Et qu’en est-il des autres camarades que j’ai recrutés ? » demandai-je.

« Ils n’ont jamais été à vos côtés dans l’autre monde, » déclara Albert. « Dans ce monde, vous n’avez jamais utilisé le Joyau de Diffusion de la Voix. J’ai écouté les voix de ceux qui appréciaient la tradition, et je ne vous ai jamais permis de l’utiliser. C’est pourquoi vous n’avez jamais rassemblé de personnel, ou fait le genre de productions que vous faites maintenant. »

Travailler sans le Joyau de Diffusion de la Voix, houla. Cela aurait été dur. Maintenant que je repensais à ça, la plupart des membres actuels de mon équipe avaient été rassemblés à travers le Joyau de Diffusion de la Voix. Sans le Joyau de Diffusion de la Voix, je n’aurais pas rencontré Aisha, Hakuya, Tomoe ou Poncho. De plus, si j’avais été Premier ministre, je doutais qu’Excel eût envoyé Juna, et je n’aurais pas rencontré Ludwin, Halbert ou Kaede de l’armée.

Dans ce cas, le Joyau de Diffusion de la Voix commençait à donner l’impression d’être le tournant de tout ça.

Et la chose la plus puissante qui m’avait poussé à utiliser le Joyau de Diffusion de la Voix était Liscia, qui avait légitimé le titre royal qu’on m’avait donné. Sans cela, je n’aurais peut-être pas pu taire les gens qui étaient contre moi en utilisant le Joyau de Diffusion de la Voix. Quand je pensais de cette façon...

« ... Bon sang. Liscia va commencer à se sentir comme ma déesse de la victoire, » dis-je.

« Je veux que vous preniez soin d’elle, » déclara Albert.

« Bien sûr, » répondis-je.

Elle était une déesse qui ne m’avait jamais abandonnée, peu importe à quel point se trouvait la situation. Si je ne la chérissais pas, j’allais probablement subir une sérieuse rétribution karmique.

Sire Albert s’était levé de son siège. « Eh bien, je vous ai dit tout ce que je savais. Maintenant, mon rôle a vraiment été joué jusqu’à la fin. Le reste... Je vous le laisse à vous et aux autres. »

Après avoir dit cela, Sire Albert se tenait à côté de Madame Elisha, l’étreignant au niveau de l’épaule.

« Je pense que nous allons quitter le château, et vivre tranquillement dans mon ancien domaine dans les montagnes, » déclara Albert.

J’avais brusquement inspiré dû à la surprise. « Pourquoi !? »

« Si le vieux roi reste trop longtemps ici, les personnes vont commencer à avoir de mauvaises idées, » déclara Albert. « Maintenant que j’ai vu le futur changeant, je vais me retirer. C’est une autre chose que j’avais décidée dès le début. »

À cet instant, il n’affichait pas le visage d’un roi peu fiable, mais les yeux d’un père aimant veillant sur ses enfants. Ces yeux... les dirigeaient-ils vers moi ?

« Vous avez déjà pris votre décision, je vois..., » dis-je lentement.

« Je peux vous faire confiance, à la fois pour Liscia que ce pays, » déclara Albert. « Elisha et moi croyons tous les deux ça. Je vous demande de faire ça pour moi, mon fils. »

« Mon fils. » Quand il m’avait appelé ainsi, je m’étais levé de mon siège et j’avais martelé un poing sur ma poitrine. « Vous avez ma parole. Père, Mère, merci pour tout. »

J’avais baissé avec force la tête face à Sire Albert et Madame Elisha. Sire Albert hocha la tête quand il vit cela, tandis que Madame Elisha continuait à regarder avec un sourire jusqu’à la fin.

Je m’étais incliné une fois de plus, et je m’étais retourné pour saisir la poignée de la porte afin de partir... puis je m’étais arrêté.

« Je n’ai qu’une dernière chose à demander, » dis-je.

« Quoi ? » demanda Albert.

« Dans le monde où je suis devenu Premier ministre, nos corps n’ont-ils jamais été retrouvés ? » demandai-je.

« ... Tout à fait. Comme je vous l’ai dit, ils ont été réduits en cendres. Rien n’a jamais été trouvé, » répondit-il.

Je vois. Ils n’avaient jamais trouvé les corps, hein. Eh bien.

« Dans ce cas, Liscia et moi pourrions aussi être encore en vie, » dis-je.

« Quoi ?! » s’exclama Albert.

J’avais souri tandis que les yeux de Sire Albert s’écarquillèrent. « Si j’étais seul, j’aurais pu mourir. Mais Liscia était-elle également là ? Si le moi de ce monde se souciait de Liscia autant que moi, il ne l’aurait jamais laissée mourir. Quand le danger s’est approché d’eux, je suis sûr qu’il aurait été avec Liscia et qu’il se serait enfui, ne se souciant pas de ce que les gens diraient à leur sujet. Il est possible qu’ils aient été abattus par des soldats ennemis dans la tentative, mais dans ce cas, il y aurait eu des corps. Si vous me dites qu’il n’y en avait pas, je dirais que cela signifie qu’ils se sont enfuis avec succès. »

Peut-être Georg avait-il servi de leurre pour leur permettre de gagner du temps ? Bien que ce fut probablement au même niveau que de croire en la théorie selon laquelle Yoshitsune avait survécu. Mais était-ce si important que ça ? Si cela pouvait aider mon beau-père à apaiser sa culpabilité, alors c’était utile.

« ... Merci, beau-fils, » murmura-t-il.

J’avais entendu ces mots dits avec douceur derrière moi alors que je me retournais pour quitter la pièce.

Notes

  • 1 Machine à Faire la Vie : Un objet trouvable dans Doraemon
  • 2 Boîte à téléphone Quoi-Si  : Un objet trouvable dans Doraemon

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire