Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 4 – Chapitre 6 – Partie 4

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre final : Dans la neige

Partie 4

En écoutant l’histoire de Sire Albert, j’étais à court de mots.

Il avait parlé d’un autre présent. Quand j’avais été appelé dans ce monde, ne sachant pas ce que l’Empire voulait vraiment, j’avais parlé d’enrichir le pays et de renforcer l’armée parce que je n’avais pas voulu être livré à eux avant d’en savoir plus sur ce qui m’attendait. Je pensais que je serais amené à mettre en œuvre mes idées comme un bureaucrate parmi d’autres, et que je serais en mesure de trouver l’argent pour payer les subventions de guerre que l’Empire demandait. Cependant, parce que Sire Albert m’avait donné le trône, j’avais fini par occuper la tête de ce pays.

Que se serait-il passé s’il ne m’avait pas donné le trône à l’époque ?

Si j’avais opéré non comme le roi, mais comme le Premier ministre... l’avenir aurait pu se dérouler exactement comme Sire Albert l’avait décrit. Le monde dont parlait Sire Albert m’avait donné une grande marge de réflexion, et c’était tellement réaliste que je ne pouvais pas imaginer qu’il s’agissait d’une fabrication. Je pensais que c’était une simulation bien trop précise.

Mais dans ce cas, il y avait des choses que je ne comprenais pas. C’était impoli de le dire comme ça, mais Sire Albert ne semblait pas être le genre de personne qui avait ce genre de prévoyance. Je ne pouvais pas le voir simuler les choses avec autant de précision.

« Vous parlez comme si vous l’aviez vous-même vue, » dis-je.

« Parce que je l’ai moi-même vue, » déclara Albert. « Non... je dirais plutôt qu’on me l’a montrée. »

« On vous l’a montrée ? » demandai-je.

« Effectivement, grâce à la capacité de ma femme, » répondit Albert.

La capacité de sa femme ? J’avais malgré moi regardé Elisha, et elle m’avait retourné un regard avec un large sourire.

« Saviez-vous que ma femme est une utilisatrice de magie de type noire, tout comme vous l’êtes ? » demanda Albert.

« J’avais entendu ça, oui. Même si Liscia ne semblait pas connaître les détails, » répondis-je.

« Ce n’est connu que d’un petit nombre, alors je vous demande de ne pas en parler à quelqu’un d’autre, » déclara Albert. « La capacité de ma femme est de transférer des souvenirs dans le passé. »

Sire Albert avait continué afin de poursuivre son histoire.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci. Les partie 4 et 5 ne sont pas inversé??

Laisser un commentaire