Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 4 – Chapitre 5 – Partie 9

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5 : Peser la Nostalgie face au Futur

Partie 9

Pour les réfugiés qui avaient perdu leurs maisons à l’apparition du Domaine du Seigneur-Démon, leur véritable désir était de retourner dans leurs terres et de reprendre la vie qu’ils avaient autrefois.

Cependant, dans la situation actuelle, il n’y avait aucune indication de quand, ou même si cela serait possible un jour.

L’incursion majeure qui avait été lancée dans le Domaine du Seigneur-Démon s’était soldée par un échec, instillant une peur du Domaine du Seigneur-Démon dans les forces de l’humanité.

Même la plus grande nation du côté de l’humanité, l’Empire Gran Chaos, était peu enthousiaste à l’idée d’une autre invasion. Les nations s’étaient donc uniquement concentrées sur le fait d’empêcher le Domaine du Seigneur-Démon de s’étendre.

Même si, à un certain moment dans le futur, quelque chose allait améliorer cette situation, ça ne serait pas dans les prochains jours. Cela ne serait pas non plus dans les prochains mois. Même après des années, il pourrait encore être difficile que cela change.

Dans un tel cas, que devraient faire les réfugiés en tant que réponse ? Devait-il continuer à prier pour leur retour tout en ne prêtant pas allégeance à un pays pendant qu’ils restaient dans un pays étranger ?

... Ce n’était pas bon. Ce genre d’arrangement déformé était sûr de causer des problèmes plus tard.

« L’ancien roi a fermé les yeux sur votre présence, » dis-je. « J’ai eu une montagne d’autres problèmes à traiter, donc j’ai continué ainsi jusqu’à aujourd’hui. J’ai même fourni un peu de soutien. C’était le maximum que je pouvais vous allouer dans une telle situation même si vous devez penser que c’était faible. »

Jirukoma n’avait rien dit face à ça.

« Mais maintenant, après que des solutions à tous les autres problèmes aient été mises en place, je dois aborder celui-ci, » continuai-je. « Nous ne pouvons pas simplement vous fournir un soutien pour toujours, et le fait que vous restez ici illégalement est un problème. Nous avons fermé les yeux jusqu’à présent, mais chasser et collecter des ressources sans permis est contraire à la loi. Si nous tolérons ces actes illégaux, nous sommes sûrs d’attiser le ressentiment de la population de ce pays. »

Parce qu’ils n’appartenaient pas à ce pays.

Pour l’instant, il y avait encore un air de sympathie pour eux parce qu’ils avaient perdu leurs pays quand le Domaine du Seigneur-Démon était apparu. Cependant, le temps était du temps. Vous ne pourriez jamais dire quand les vents pourraient tourner.

Ils n’avaient aucune perspective de pouvoir rentrer chez eux avant longtemps. Si nous soutenions les non-citoyens indéfiniment, et continuions à négliger leur comportement illégal, il ne faudrait pas longtemps avant que le ressentiment du peuple se mette à bouillir contre eux. Dans le pire des cas, il pourrait y avoir des affrontements entre les habitants du pays et les réfugiés.

« C’est pourquoi j’ai poussé les personnes ici afin qu’elles prennent une décision, » dis-je. « Ils peuvent renoncer à retourner dans leur pays et devenir des habitants de ce pays, ou ils peuvent choisir de ne pas renoncer au retour et de quitter ce pays en tant que peuple d’une terre étrangère. Je suis ici aujourd’hui pour leur faire faire ce choix. »

« Mais, Souma, c’est..., » murmura Liscia.

Liscia avait un regard douloureux sur son visage, mais je secouai silencieusement ma tête.

« Vous pouvez penser que c’est cruel, mais c’est nécessaire, » répondis-je finalement.

Dans le monde d’où je venais, il y avait un livre qui comparait un Commonwealth à un monstre et son peuple à d’innombrables écailles qui le recouvraient. Sur la couverture de ce livre, le monstre avait été représenté comme une personne plus grande qu’une montagne.

« Un pays est finalement... quelque chose comme une personne géante, » dis-je. « Et les habitants sont des miroirs qui se reflètent. Si quelqu’un vous aime, vous pouvez les aimer en retour, et vous aurez envie de les protéger, peu importe ce qui se passe. S’ils sont indifférents envers vous, vous leur serez indifférent. Et à moins d’être un saint, vous ne pouvez pas aimer quelqu’un qui vous déteste. »

« Les pays sont aussi ainsi... est-ce que vous voulez dire par là ? » déclara Jirukoma gravement.

Je hochai la tête.

Je pouvais clairement voir que, si les choses continuaient comme elles étaient, les personnes seraient insatisfaites. Voilà pourquoi je devais tout faire pour les assimiler alors que ces personnes étaient toujours sympathiques. Il s’agissait d’un état multiracial. Comparé à un état dominé par une race, le terrain pour les accepter était relativement fertile. Cependant, cela dépendait du fait que les réfugiés puissent accepter de devenir membres d’un État multiracial.

J’avais parlé de ça quand j’avais signalé la faille dans la Déclaration de l’Humanité, mais quand le nationalisme ethnique devient trop fort, il peut être la cause de la guerre civile.

« Si vous, monsieur Jirukoma, et votre peuple tenez obstinément à l’idée de retourner dans votre pays, et que vous dites que vous ne pouvez pas vous identifier à ce pays, alors je serai forcé de vous exiler, » annonçai-je.

Jirukoma avait fait grincer ses dents de derrière. « Tout ce que nous voulons, c’est retourner dans notre patrie. »

« Je comprends parfaitement ce sentiment, » dis-je. « Je m’en fiche si vous avez à ce sentiment dans votre propre cœur. Si par la suite, la situation s’améliorait, vous permettant ainsi de revenir dans votre ancien pays, ça ne me dérangerait pas si vous le faites à ce moment-là. Cependant, au moins pendant que vous êtes dans ce pays, j’ai besoin que vous ayez l’impression que vous êtes un membre de ce pays. Si vous ne pouvez pas faire ça, je ne peux pas vous laisser rester ici. »

Jirukoma était à court de mots.

Komain, qui était restée silencieuse jusqu’à ce moment-là, se leva. « Qu’est-ce que... vous en savez ? »

« Arrête, Komain ! » ordonna Jirukoma.

« Non, frère, je vais dire ce que je pense ! » cria Komain. « Vous êtes le roi de cette terre, n’est-ce pas ? Vous avez votre propre pays ! La douleur de perdre votre pays est quelque chose que vous ne pourriez jamais... »

« Je comprends parfaitement ce sentiment ! » je lui avais ainsi coupé la parole.

Komain criait de rage, mais je la regardais droit dans les yeux et parlais calmement.

« Vous avez dû entendre que j’ai été invoqué ici depuis un autre monde, » dis-je « Pour ma part, il s’agit d’un voyage sans retour possible. Contrairement à vous, qui avez au moins un peu d’espoir, je n’ai aucun moyen de revenir dans mon pays. Voilà pourquoi je peux parfaitement comprendre la douleur de perdre votre patrie. »

« Argg..., » Komain n’avait pas trouvé de mots pour me répondre.

Liscia abaissa son visage à ce moment-là. Étant donné le genre sérieux qu’elle était, Liscia se sentait probablement coupable que c’était son père, même s’il l’avait fait à la demande de l’Empire, qui m’avait arraché à ma patrie.

« Ce désir de rentrer chez soi... C’est difficile de l’effacer, je le sais parfaitement, » dis-je. « La terre de notre naissance est spéciale pour chaque personne. C’est quand nous perdons quelque chose que nous avons tenu pour acquis que nous sommes d’abord forcés de voir à quel point c’était précieux. Il est facile de dire que c’est une histoire qui se joue encore et encore, mais ce n’est pas si facile de l’accepter logiquement comme ça. »

« Souma..., » murmura Liscia. Son cœur était clairement douloureux en ce moment.

J’avais alors placé ma main sur la sienne. Les yeux de Liscia s’ouvrirent en raison de la surprise. J’avais ensuite souri à Liscia afin de la rassurer.

« Mais... dans mon cas, j’avais Liscia et les autres, » continuai-je. « J’avais des personnes qui seraient toujours à mes côtés et me soutiendraient. J’avais des personnes qui pensaient à moi. J’ai travaillé désespérément au nom de ce pays afin de répondre à leurs sentiments. Pendant que je faisais ça, à un moment donné, j’ai commencé à penser que ce pays était le mien. Au point où je pouvais penser que, si j’avais perdu ce pays, je serais probablement aussi triste que je l’étais lorsque j’ai perdu ma patrie d’origine. »

En fin de compte, une patrie était une connexion. C’était un lien entre la terre et les gens qui y vivaient. Si quelque chose pouvait combler le trou laissé en le perdant, il faudrait qu’il y ait une autre connexion.

Komain s’assit, sa force ayant disparu, et pencha la tête. Ce n’était pas quelque chose qu’elle serait capable d’accepter immédiatement. Mais ils ne pouvaient pas aller de l’avant en restant immobiles.

« C’est pourquoi je veux faire pour vous ce que Liscia et les autres ont fait pour moi, » dis-je avec douceur. « Si vous voulez aimer ce pays et en devenir membre, ce pays vous acceptera. »

« Pour être précis... comment va-t-il nous accepter ? » Les yeux de Jirukoma devinrent plus sévères, m’interrogeant pour trouver ma véritable intention. « Je sais qu’il est incroyablement impoli de vous le demander quand vous nous offrez de nous accepter. Cependant, nous avons vu et entendu de nombreuses réalités difficiles sur notre chemin jusqu’ici. Il y avait des pays qui prétendaient accepter les réfugiés, puis les ont mis au travail en leur faisant faire le travail dur dans les mines pour un salaire peu élevé. Il y avait des pays qui les ont envoyés se battre en tant que soldats sur la ligne de front dans la bataille contre le Domaine du Seigneur-Démon. Les façons dont ils ont été traités étaient nombreuses et variées. »

« J’ai entendu ça, oui..., » dis-je. « Bien que je ne puisse voir que ces plans comme étant des plus stupides... »

« Ce sont de stupides plans  ? » demanda Jirukoma.

« Tout à fait. Tout d’abord, les envoyer en première ligne est le plan le plus stupide d’entre tous, » dis-je. « La défense nationale est la base de tout état. S’ils confient cela à des étrangers, ils finiront par faire face à une grave crise nationale. »

Il y avait eu de nombreux exemples de cela dans l’histoire de la Terre. Par exemple, pendant la période des migrations, l’Empire Romain d’Occident avait essayé d’utiliser les peuples germaniques qui s’étaient installés pacifiquement dans l’empire pour s’occuper des envahisseurs germaniques, et ils avaient centré leurs forces sur les mercenaires allemands. En conséquence, leurs armées s’étaient germanisées et avaient été détruites par le commandant mercenaire germanique Odoacer.

En outre, sous la dynastie chinoise des Tang, le fait de donner le pouvoir à An Lushan, qui avait des origines Sogdien et Göktürk, avait conduit à une rébellion qui avait raccourci la vie du pays.

« Les traiter comme des esclaves est un plan tout aussi stupide, » dis-je. « Cela ne fera qu’alimenter l’animosité des réfugiés. Que feront-ils si les réfugiés irrités complotent une rébellion ou des attaques terroristes ? Ils cultivent seulement les graines d’une catastrophe dans leur propre pays. »

« Alors... qu’en est-il de la politique de l’Empire Gran Chaos ? » m’avait demandé Jirukoma, me regardant droit dans les yeux alors qu’il le faisait.

Je m’étais gratté la tête. « C’est dans le genre de Madame Maria d’adopter ce genre de politique. »

L’Empire avait accueilli un nombre considérable de réfugiés. L’Empire leur avait fourni des terres incultes dans leur pays, suivant une politique de reconnaissance des réfugiés en tant que résidents temporaires s’ils travaillaient pour le cultiver. En d’autres termes, ils avaient créé des villages de réfugiés, leur permettant de se gérer eux-mêmes. S’ils étaient en mesure de subvenir à leurs besoins, cela ne faisait pas de mal aux coffres de l’Empire, et s’ils pouvaient revenir au nord à une date ultérieure, ils laisseraient derrière eux toutes les terres qu’ils avaient cultivées. De toute façon, l’Empire ne pouvait pas perdre.

Eh bien, c’était probablement comme ça que Maria l’avait vendu aux personnes autour d’elle. C’était une femme si douce qu’elle avait été appelée une sainte. Dans son cœur, elle l’avait probablement fait parce qu’elle s’était sentie désolée pour les réfugiés. En les rendant autosuffisants, elle leur avait permis de rester dans l’Empire sans renoncer à leur désir de rentrer chez eux. Même s’ils ne pouvaient pas rentrer chez eux, parce que leur territoire était à l’intérieur de l’Empire, elle pensait probablement qu’ils s’assimileraient naturellement aux habitants de l’Empire.

C’était l’approche opposée à ce que je faisais maintenant, faisant que les réfugiés abandonnent leur désir de retourner chez eux et les obligent à assimiler.

Mais...

« Désolé, mais... c’est une politique que notre royaume ne peut pas adopter, » dis-je.

« Pourquoi ? » demanda Jirukoma.

« Car elle est extrêmement dangereuse, » répondis-je.

S’ils leur donnaient des terres incultes et les faisaient développer, cela ne blessait pas les coffres de l’Empire. Aussi longtemps que le pouvoir de l’Empire ne faiblira pas, les réfugiés leur obéiront et se sentiront probablement endettés envers eux. Si cela durait cent ans, on pouvait s’attendre à ce qu’ils s’assimilent progressivement à la population locale.

Cependant, il n’y avait pas de possibilités de savoir que l’époque changerait.

C’était la nature de notre monde que le pouvoir que nous détenions aujourd’hui pourrait être perdu demain. Si le pire devait arriver, et que quelque chose provoquait l’affaiblissement de l’autorité de l’Empire, que feraient les réfugiés en réponse ?

« C’est la terre qu’ils cultivaient à la sueur de leurs propres fronts, » dis-je. « Ne pourraient-ils pas avoir l’impression que c’était la leur ? Ce n’est pas un problème avec la génération qui aspire à rentrer chez eux. Ils ressentiraient probablement un attachement plus fort à leur patrie qu’à la terre qu’ils ont cultivée. Cependant, qu’en est-il de la prochaine génération ? La génération qui est née là et n’a jamais connu leur patrie ? Seraient-ils capables d’accepter le fait que la terre que leurs pères ont suée pour s’ouvrir au développement ne leur a été que prêtée par l’Empire ? Ne penseraient-ils pas que c’est leur propre pays ? »

Dans l’histoire de la Terre, il y avait eu le cas des Serbes. Lorsque le Royaume de Serbie avait été détruit par l’Empire ottoman, de nombreux Serbes avaient fui vers l’Empire des Habsbourg (l’Empire austro-hongrois). L’Empire des Habsbourg avait activement accueilli les Serbes. Ils les avaient fait aménager des terres près des lignes de front avec les Ottomans, en les utilisant comme des soldats coloniaux pour défendre ces lignes de front. Les Serbes avaient développé la frontière en combattant les Ottomans. Cet environnement hostile avait engendré un fort désir d’autonomie chez les Serbes, développant un terrain fertile pour le nationalisme ethnique.

Avec le temps, le concept nationaliste de la Grande Serbie était apparu, provoquant l’incident de Sarajevo qui avait déclenché la Première Guerre mondiale et détruit l’Empire des Habsbourg.

En outre, les politiques serbes centrées sur le nationalisme serbe avaient provoqué la montée du nationalisme dans d’autres groupes ethniques. Leur conflit avec le nationalisme croate, en particulier, avait été horrible avec des massacres des deux côtés.

Les réfugiés étaient un groupe multiracial, mais ils développeraient probablement un sentiment d’identité commune à travers les joies partagées et les chagrins. Cette identité commune pourrait prendre un visage nationaliste qui séparait les réfugiés des autres habitants. L’Empire Gran Chaos avait été pris dans les étincelles qui pourraient éventuellement déclencher ce genre de situation horrible dans le futur.

Jirukoma fronça les sourcils. « Croyiez-vous que la politique de l’Empire soit une erreur ? »

« Non... je n’irais pas aussi loin, » dis-je. « C’est une différence dans nos façons de penser. Madame Maria a choisi sa politique parce qu’elle croit que c’est la meilleure possible dans sa situation. Je ne peux pas le choisir parce que je crains que ce soit la pire possible. C’est tout ce qu’on peut en dire. »

J’avais remarqué cela avec la Déclaration de l’Humanité : l’Empire avait tendance à choisir des politiques avec un rendement élevé même si elles comportaient également un risque élevé caché à l’intérieur de celles-ci. Pendant ce temps, notre royaume se concentrait moins sur les rendements et plus sur la gestion des risques dans les politiques que nous avions choisies.

Aucune des deux approches n’était intrinsèquement meilleure. C’était une question qui était plus adaptée à l’époque dans laquelle nous vivions, et c’était quelque chose que nous apprenions seulement après les faits et sur la durée.

« Alors, Votre Majesté, qu’entendez-vous faire avec nous ? » demanda Jirukoma. « Vous voulez que nous renoncions à rentrer chez nous et devenions des habitants de ce pays, et que nous partions si nous ne le voulons pas. Vous ne nous ferez pas cultiver la terre, vous ne nous enrôlerez pas ou ne nous asservirez pas... Qu’est-ce que vous avez l’intention de faire avec nous ? »

Jirukoma haussa la voix pour la première fois. Même Komain, qui avait attendu cette explosion, avait frissonné quand il l’avait fait.

Jirukoma portait le sort de tous les réfugiés ici sur ses épaules. Cette intensité était quelque chose qui lui était prêté par le poids de son fardeau. Cependant, je portais moi aussi un lourd fardeau.

« ... Owen, » dis-je.

« Oui, Sire, » déclara Owen.

« Allez me chercher la chose dont nous avons discuté avant ça, » ordonnai-je.

« Compris, » répondit-il.

Owen était allé me ​​chercher un long tube. Il était environ deux fois plus épais que le type de tube dans lequel vous alliez obtenir un diplôme, et plus de cinq fois plus long. À l’intérieur se trouvait un grand morceau de papier roulé dans un cylindre. J’avais déployé ce papier devant tout le monde. Quand ils virent ce qui était tracé sur ce papier, les yeux de Jirukoma et de Komain s’étaient élargis.

« Est-ce que c’est... une ville ? » demanda Jirukoma.

« Tout à fait, » dis-je. « Il s’agit d’une nouvelle ville en construction sur la côte. Son nom est Venetinova. »

Je leur avais montré une carte de la nouvelle ville, Venetinova, que j’avais construite comme un point stratégique pour le transport et le commerce afin d’accélérer la distribution.

« C’est une ville que j’ai construite en même temps que j’ai déployé un réseau de transport quand je suis arrivé dans ce royaume, mais cela n’est que récemment que des personnes peuvent y vivre, » dis-je. « Jusqu’à présent, nous avons seulement créé le quartier résidentiel, le quartier commercial et le port de commerce. À partir de maintenant, il y aura plus d’institutions ajoutées, et je prévois de la développer comme une ville à la pointe de la culture. En outre, nous allons bientôt lancer un appel aux résidents. »

J’avais regardé Jirukoma et Komain et j’avais dit : « Je pensais à inclure les réfugiés dans ce groupe de résidents. »

Mes paroles avaient fait déglutir Jirukoma et Komain.

« Si vous renoncez pour le moment à retourner dans votre patrie et que vous devenez un peuple de ce pays, je ferais préparer des résidences pour vous, » dis-je. « Comme il s’agit d’une nouvelle ville, il y aura beaucoup de travail. Cela va du travail physique comme l’industrie du transport jusqu’aux employés dans les magasins. Pendant un certain temps, je continuerai à fournir un soutien financier. Si vous devenez membres de ce pays et travaillez honnêtement tout comme l’ont fait les loups mystiques, je suis prêt à vous donner un endroit où vous ne mourrez pas de faim et vous n’aurez jamais froid. »

« C’est..., » murmura Jirukoma.

Les expressions de Jirukoma et Komain tremblaient.

C’est bizarre pour moi de le dire moi-même, mais je me demande à quoi je ressemble pour les yeux de Jirukoma et de Komain en ce moment, pensai-je. Suis-je un sauveur tendant la main vers eux quand ils en ont le plus besoin... ou un diable qui essaie de les tromper avec des mots doux ?

Jirukoma et Komain avaient ouvert la bouche pratiquement au même moment.

« Pouvez-vous vraiment nous offrir quelque chose de si merveilleux ? » s’écria Jirukoma.

« Ce que vous nous offrez est horrible ! » cria Komain.

Jirukoma et Komain se retournèrent afin de se regarder. Les deux membres de la fratrie semblaient être plus surpris que quiconque présent ici, et bien qu’ils aient parlé en même temps, leurs opinions étaient totalement opposées.

« P-Pourquoi dis-tu ça, frère !? C’est la même chose que s’il disait : “Voici un bon appât. Alors, maintenant, remuez votre queue pour moi” ! » cria Komain.

« Komain, » déclara Jirukoma. « Sa Majesté nous offre les fondations pour soutenir nos modes de vie. Sans la nécessité de cultiver la terre nous-mêmes comme dans l’Empire Gran Chaos. »

« Même ainsi, comment peut-il exiger que nous renoncions à rentrer à la maison !? Cela ne te dérange-t-il pas ? » demanda Komain.

« Si nous pouvons mettre de côté cette frustration, il dit qu’il nous empêchera de mourir de faim ou de geler, » déclara Jirukoma. « Ne comprends-tu pas à quel point cela est important pour les réfugiés ? »

Les frères et sœurs avaient deux visions complètement opposées de mon offre... C’était probablement comme ça.

« Ce n’est pas une surprise que vous ne soyez pas d’accord, » dis-je. « Je pense moi-même que cette proposition pourrait être considérée comme très douce ou très cruelle. Il n’y a aucune garantie que deux personnes regardant la même chose parviennent nécessairement à la même opinion. Ce que quelqu’un va penser, que c’est gentil ou méchant dépendra de la façon dont cette personne regarde et se sent à propos des choses. »

Ils étaient tous les deux silencieux.

J’avais pris une profonde inspiration, puis j’avais posé ma main sur la carte. « C’est le mieux que je puisse faire pour vous maintenant. Maintenant, tout ce que je peux faire, c’est espérer que vous prendrez la main que je vous ai tendue. À partir d’ici, c’est à vous de décider. »

Après que j’eus dit ça, Jirukoma avait gémi dû à sa détresse. « Il y a ceux dans ce village qui resteront déterminés à rentrer chez eux. »

« Voulez-vous dire... tout comme votre petite sœur ? » demandai-je.

« Non ! Komain est flexible ! » répondit-il. « Elle s’est seulement opposée plus tôt afin de représenter les personnes vivant dans ce village qui ne peuvent pas abandonner leur sentiment pour leurs patries ! »

« M-Mon frère..., » murmura Komain.

« Je suis sûr que c’est la vérité, » déclara Jirukoma. « La raison pour laquelle tu as dit que c’était horrible était en considérant le point de vue pour ceux que tu connais. Parce que tu... es une fille qui comprend la douleur des autres. »

« Arg..., » Komain devint silencieuse après ça. Avait-il touché dans le mille ?

Jirukoma se redressa et baissa la tête. « Nous sommes profondément reconnaissants pour votre gentillesse, Sire. Ce n’est pas quelque chose que je peux moi-même décider, alors j’aimerais rassembler d’autres personnes du village pour en discuter. »

« Je crois que je vous ai dit que j’étais venu ici en personne pour vous pousser à prendre une décision, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Je le sais. Cependant, je veux persuader autant que possible de prendre la main que vous avez gentiment tendue, Sire, » répondit-il. « Même si... cela devrait signifier la séparation des réfugiés. »

J’étais resté silencieux face à ça.

Scinder les réfugiés. En d’autres termes, ceux qui ne pourraient pas l’accepter devraient être chassés.

Était-ce la meilleure des choses que je pouvais faire pour l’instant ? Si je les bousculais trop, il n’en résulterait rien de bon.

« Mais il ne reste plus beaucoup de temps, » dis-je. « Même si je peux repousser la recherche de résidents, vous savez bien que je ne peux pas repousser le changement de saison. L’hiver a déjà commencé. »

Une saison avec un manque de préparation signifierait geler à mort. Les enfants et les personnes âgées, ceux qui avaient le moins de résistance, seraient les premiers à mourir. Si possible, je voulais qu’ils prennent leur décision à un stade où ils pourraient être complètement déplacés avant qu’on ne soit trop profondément dans l’hiver.

Jirukoma inclina profondément la tête encore une fois. « Oui, Sire ! J’en suis bien conscient. »

« Bon, alors dans ce cas ça va, » dis-je.

Le reste était à eux. Quelle que soit leur décision, je devrais prendre une réponse appropriée.

Si possible, je ne voulais pas avoir à montrer mon côté froid...

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. kurokagespirit

    Merci pour le chapitre.

  3. Chapitre très d'actualité avec les vagues de réfugiés en Europe.

Laisser un commentaire