Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 4 – Chapitre 5 – Partie 7

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5 : Peser la Nostalgie face au Futur

Partie 7

Quand nous avions atteint le centre de l’agitation, il y avait un groupe d’hommes et de femmes qui semblait être un groupe d’aventuriers qui, avec une poignée d’habitants du village, se battaient contre plus de dix hommes qui semblaient être des mercenaires. Les aventuriers comprenaient un jeune épéiste, un artiste martial macho, une femme maniant une épée courte qui ressemblait à une voleuse, et une belle mage.

... Attendez, c’était beaucoup de visages familiers.

Donc, Juno et son groupe ont pris cette quête, hein ? pensai-je.

Dece l’épéiste, Augus le bagarreur, Juno la voleuse, et Julia, la mage. Il s’agissait des membres du groupe avec lesquelles j’avais souvent travaillé quand j’avais envoyé le Petit Musashibo à l’aventure.

« Qu’est-ce qui a causé toute cette agitation ? » Owen avait demandé ça à un homme qui tremblait à proximité.

« C-Ces hommes sont soudainement venus ici, et ils essayaient d’enlever les enfants ! » répondit l’homme. « Ils ont même frappé avec leurs épées les adultes qui ont essayé de les arrêter ! Après cela, ils se sont battus avec les aventuriers qui ont entendu le bruit et se sont précipités ici ! »

Les adultes avaient été frappés ? Quand j’avais regardé dans l’un des coins, je pouvais voir un homme ensanglanté qui était traité par le prêtre, Febral.

J’avais rapidement donné des ordres. « Carla et Owen, allez soutenir les aventuriers. »

« Compris, Maître ! » répondit Carla.

« À vos ordres, » répliqua Owen.

« Hilde, je veux que vous aidiez ce prêtre là-bas, » continuai-je. « Liscia, vous restez ici pour d’autres instructions. »

« Bien bien. Je suppose que je vais devoir le faire, » déclara Hilde.

« Arggg... d’accord, » confirma Liscia.

Carla et Owen s’étaient immédiatement précipités vers le centre et Hilde s’était dirigée vers les blessés. J’allais préparer l’une de mes poupées, au cas où cela deviendrait nécessaire, mais j’avais alors réalisé que je n’avais pas apporté de poupées aujourd’hui. Bon... Je les avais laissées derrière parce que j’avais pensé qu’elles représentaient trop de bagages pour un court voyage à l’extérieur des murs du château. J’avais dégainé l’épée que je portais et qui était un peu plus une décoration pour moi et j’avais pris une position de combat.

« Pouvez-vous vous battre si vous le devez ? » me demanda Liscia alors que sa rapière était prête.

« Je ne sais pas trop, » ai-je admis. « Ces derniers temps, Owen m’a mis à l’épreuve, mais il dit que je n’étais toujours pas mieux qu’une toute nouvelle recrue. »

« Ce n’est pas très rassurant, » déclara-t-elle. « Pourtant, d’après ce que je peux dire, ils ont le nombre de leur côté, mais aucun d’entre eux n’est particulièrement fort. Mais je doute que l’un d’eux soit en dessous du niveau d’une nouvelle recrue. Si c’est le cas, alors cachez-vous derrière moi. »

« Agir d’une manière pathétique comme ça... je suppose que je vais devoir le faire, » dis-je.

Je n’aimais pas être faible, mais si je m’en mêlais, j’allais probablement causer des problèmes à mon peuple. J’étais dans une position où je ne pouvais pas me permettre de me blesser, même légèrement. C’était ce que je pensais, mais...

« Ah ! » criai-je.

« Attendez ! » cria-t-elle. « Pourquoi allez-vous vers la mêlée juste après que nous en ayons parlé !? »

J’avais entendu la voix de Liscia derrière moi, mais je ne m’étais pas arrêté. Juno avait été malchanceuse. Elle avait cogné sa jambe contre un bâton qui lui avait été lancé dessus et elle avait trébuché. C’était alors que l’un des hommes qui avait eu ses cheveux sous forme d’une crête iroquoise qui avait essayé de l’attaquer. En courant vers eux, j’avais ramassé un morceau d’une planche de bois tombé par terre.

« Juno, baissez-vous ! » J’avais crié ça et j’avais jeté la planche à l’homme comme un frisbee.

« Hein !? Uwah ! » Juno avait crié tout en se baissant.

Le porteur de crête avait été frappé par la planche volante. Parce que l’attaque l’avait complètement pris par surprise, il n’avait pas pu couper la planche proprement et avait fini par la pulvériser à moitié. Grâce à ça, on aurait dit que les éclats de bois avaient pénétré dans les yeux de porteur de crête.

« Argg! Merde ! » Il pressa l’une des mains sur ses yeux, agitant son épée avec frénésie alors qu’il reculait.

J’avais utilisé cette ouverture pour combler le fossé entre nous deux. Puis, sa vision devait avoir été récupérée, parce qu’il venait vers moi.

Calme-toi ! Une passe d’armes ! pensai-je. J’ai seulement besoin de tenir pendant une attaque et après ça, Juno se sera remise sur pieds ! Je dois me souvenir des bases qu’Owen a gravées en moi !

Mon adversaire leva son épée au-dessus de sa tête. Il allait essayer de m'ouvrir la tête en deux.

J’avais amené mon pied gauche en diagonale avant et j’avais pris position avec mon épée au-dessus de ma tête horizontalement, le tranchant incliné légèrement vers le sol. Dans l’instant suivant...

*Clingg !!*

Le son du métal qui frappait le métal retentit, puis, avec un bruit de frottement, l’épée de mon adversaire glissa le long de ma lame et fut déviée vers le sol à ma droite.

Je l’ai fait... je l’ai fait, pensai-je. Mes mains étaient engourdies, mais j’avais réussi à bloquer l’attaque !

« « Ne restez pas là ! » » Liscia et Juno crièrent toutes les deux.

Tandis que mon adversaire essayait de reprendre pied, Liscia et Juno lui firent simultanément des coups de sabre. Et il s’effondra sur le sol.

Une fois qu’elle avait confirmé que son adversaire ne bougeait plus, Liscia m’avait attrapé par le devant de ma chemise. Puis elle m’avait tiré près de son visage. « À quoi pensiez-vous en chargeant comme ça !? »

Elle semblait furieuse, mais de près, je pouvais voir des larmes dans les yeux de Liscia.

« Oh, Hmm... désolé..., » dis-je.

« Non. Pas de “Désolé” ! » répliqua-t-elle. « Vous m’avez presque fait avoir une crise cardiaque. Si quelque chose devait vous arriver... que ferais-je... que ferions-nous tous... ? »

Quand j’avais entendu la voix de Liscia se briser en raison de l’émotion, je pouvais sentir à quel point elle avait été inquiète pour ma sécurité. Le mélange de bonheur et de culpabilité m’avait fait mal à la poitrine.

« Mais, vraiment, je suis désolé, » dis-je. « Quelqu’un que je connais a été attaqué, alors j’ai bougé sans réfléchir... »

« Hé ! Vous ! »

J’avais été soudainement saisi par la peau du cou et traîné dans la direction opposée. Quand je m’étais retourné, Juno me regardait avec un regard empli d’une très forte suspicion à mon égard.

« Vous m’avez appelé Juno, n’est-ce pas ? » s’écria-t-elle. « Comment connaissez-vous mon nom ? »

« Eh bien... Non... Je suis, Hmm, » balbutiai-je.

« Arrêtez, Som... Kazuya, » Liscia me dévisagea, l’air contrarié pour une raison différente d’avant. « Qui est cette fille ? »

Elle m’avait presque appelé Souma pour une seconde fois, mais avec Juno juste à côté de nous, elle avait changé de nom.

Oui, ça avait été une bonne idée. Maintenant, je voulais juste qu’elle ne me regarde pas si fortement.

J’étais pris en sandwich entre deux jolies filles, avec toutes les deux qui me regardaient fixement. Certaines personnes pourraient être jalouses de cette situation, mais malheureusement, je n’étais pas équipé des bons fétiches pour l’apprécier pleinement.

Cette situation... Comment pourrai-je vraiment l’expliquer ? Me demandai-je. Ou plutôt, par où devais-je même commencer ? dois-je commencer par dire que c’est moi qui me trouvais à l’intérieur du Petit Musashibo (ou, plus précisément, le contrôlait à distance) ?

Le regard de Juno s’était déplacé sur Liscia. Quelque chose avait dû attirer son attention, car elle l’inspectait de près. « Hé, j’ai l’impression de vous avoir déjà rencontré quelque part auparavant. »

« Hein !? » demanda Liscia. « Ah ! »

Liscia tira avec force sur mon bras, puis me murmura à l’oreille. « Cette fille, n’est-ce pas elle qui était à ce banquet ? »

Hein !? Oh ! Maintenant que j’y avais pensé, Liscia avait rencontré Juno, n’est-ce pas ? Liscia avait reconnu Juno, mais à en juger par la réaction de Juno, elle ne savait pas qui était Liscia. C’était probablement parce que Liscia était légèrement déguisée en ce moment.

Juno mit ses mains sur ses hanches, faisant un visage en colère. « Qu’est-ce que vous murmurez tous les deux ? Cela me semble suspect. »

« Non, ce n’est vraiment pas du tout suspect..., » dis-je.

Quand Juno m’avait regardé avec ses yeux inflexibles, c’était devenu un peu gênant d’être là. C’était là que Carla et Owen, qui avaient fini d’éliminer les brigands, revinrent près de moi.

« Que faisiez-vous, maître !? » cria Carla. « Pourquoi êtes-vous allé vers l’avant comme ça ? »

« Gahaha! » riait Owen. « J’ai vu ça. Les techniques d’épée que je vous ai enseignées sont très utiles, n’est-ce pas ? »

Voyant cela comme ma chance de sortir de l’atmosphère actuelle, je m’étais glissé hors du centre du sandwich Liscia-Juno et je m’étais précipité vers eux deux.

« Ah ! Hé ! Je veux une explication correcte ! » Juno me parla après ça.

Tout en ignorant les plaintes de Juno, j’avais demandé à Carla et Owen. « Vous deux, bon travail. Alors, qui étaient ces personnes-là ? »

« D’après ce que j’ai pu comprendre, il semblerait que cela soit un marchand d’esclaves et des hommes qui sont à son service, » répondit Carla.

« Un marchand d’esclaves ? » répétai-je.

« Maître, vous avez récemment nationalisé le commerce des esclaves, » expliqua-t-elle. « J’ai entendu dire que vous aviez aussi rendu les examens de qualification plus rigoureux. Cela a poussé les marchands d’esclaves d’autres pays à sortir du pays, et les esclavagistes de notre propre pays qui n’ont pas réussi à se qualifier partaient aussi pour d’autres pays. Ceux-ci étaient un groupe d’esclavagistes qui ont échoué à l’examen de qualification. »

L’autre jour, j’avais transformé les marchands d’esclaves en fonctionnaires. Je ne pouvais pas encore abolir le système de l’esclavage, mais pour en faire quelque chose qui n’existait que de nom, je travaillais pour que les esclaves ne soient plus traités comme des objets, mais qu’ils soient traités comme des ouvriers et de véritables individus. Pour y arriver, j’avais fait en sorte que les esclavagistes qui traitaient leurs esclaves comme des objets et qui en abusaient échouaient à l’examen de qualification.

« Mais pourquoi des personnes comme ça attaqueraient les réfugiés ? » demandai-je.

« Afin de financer leur voyage à l’étranger, ils voulaient sans aucun doute enlever des femmes et des enfants qui semblaient pouvoir vendre un bon prix, » déclara Carla. « Mais parce que les réfugiés ne sont pas des habitants de ce pays, ils ont dû penser que les fonctionnaires n’agiraient pas de manière proactive pour les protéger. »

« Comme si nous ne le ferions pas !? » criai-je.

« Je-je ne suis pas celle à qui vous devez dire ça, » dit Carla avec un regard troublé présent sur son visage. Cela me ramena à mes sens. C’est vrai, ce n’était pas quelque chose que je devais dire à Carla.

« Je suis désolé, » dis-je. « Je suis désolé d’avoir perdu mon sang-froid là-bas. »

« Non..., » commença Carla.

« Carla, je suis désolé, mais pourriez-vous retourner au château et rapporter ce qui s’est passé ici à Hakuya ? » demandai-je. « Je suis sûr qu’il enverra un avis à ceux qui ont besoin de savoir et qu’il réfléchira tout de suite sur les mesures nécessaires. »

« Oui, Sire. J’ai compris, » déclara Carla.

Aussitôt qu’elle eut déclaré cela, Carla déploya ses ailes et s’élança dans les airs, volant vers le château à toute allure. À cet instant, j’avais aperçu son porte-jarretelles, alors j’avais rapidement regardé ailleurs.

Eh bien, je n’ai rien vu de bien important. Alors, s’il vous plaît, Liscia, ne me regardez pas comme ça, pensai-je.

Puis, à peu près exactement au moment où Carla avait décollé, Hilde était revenue. « Nous avons fini de soigner les blessés. Ce ne sont pas des blessures mineures, mais c’est probablement dû au travail rapide de ce prêtre. Leurs vies ne sont pas en danger. Les blessures ont déjà été fermées avec de la magie. »

« Je vois... C’est une bonne chose..., » dis-je.

« Mais qu’allez-vous faire ? » demanda Hilde. « On dirait qu’une foule s’est rassemblée ici. »

Au moment où j’avais regardé autour de moi, il y avait des réfugiés qui avaient commencé à se rassembler quand ils avaient entendu l’agitation. Nous avions réussi à garder un profil bas jusqu’ici, donc je ne voulais pas me démarquer maintenant.

J’avais appelé Owen et Liscia. « Laissons les aventuriers remettre ces personnes-là aux autorités. De notre côté, nous irons rencontrer le chef du village comme prévu. »

« Compris, Sire, » déclara Owen.

« Ne voulez-vous rien faire à propos de Juno ? » demanda Liscia.

« Je ne vois pas de bon moyen d’expliquer cette situation, » dis-je. « D’ailleurs, il serait probablement mauvais de lui sortir que le roi était celui qui était à l’intérieur de Petit Musashibo depuis le début. »

« C’est vrai, si les habitants découvraient que le roi jouait avec des poupées, ce n’est pas vraiment digne, » Liscia hocha la tête, apparemment satisfaite de ma décision.

Après ça, nous étions partis de là en toute hâte.

« Ah, hé ! Attendez ! » Juno m’avait crié dessus quand elle remarqua que je partais, mais je n’allais pas l’attendre.

Au revoir !

Non, attendez, elle était la voleuse ici.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. kurokagespirit

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire