Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 4 – Chapitre 5 – Partie 5

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5 : Peser la Nostalgie face au Futur

Partie 5

Notre premier arrêt était l’établissement de formation professionnelle que Ginger gérait.

La distillerie Kikkoro des loups mystiques, qui produisait du miso, de la sauce soja et du saké, entre autres produits, se trouvait dans les anciens bidonvilles, ainsi que le centre de formation professionnelle de Ginger. Les deux avaient exigé beaucoup de place, et cela avait été le seul endroit approprié.

Bien que cela soit allé de soi pour le centre de formation, la distillerie de Kikkoro avait également vu les changements comme un moyen de sécuriser ses travailleurs, donc ce n’était pas un mauvais endroit. Cela seul avait déjà valu la peine d’avoir restauré la zone.

Le centre de formation professionnelle était entouré de murs de briques et il y avait un certain nombre de bâtiments à l’intérieur de l’enceinte. L’endroit venait d’ouvrir et ils enseignaient aux candidats seulement la lecture, l’écriture et l’arithmétique, mais l’intention était d’expérimenter toutes sortes d’idées différentes à l’avenir, de sorte que le nombre de bâtiments allait augmenter.

Quand nous étions entrés par la porte d’entrée principale, un certain nombre d’enfants était en train de partir.

« Au revoir, Madame San ! »

« Au revoir ! »

Ils devaient peut-être tous avoir environ dix ans. Ils n’étaient pas bien habillés ou soignés, mais ils semblaient pleins d’énergie.

Au moment où nous avions regardé à travers la porte, l’ancienne esclave de Ginger qui était maintenant sa secrétaire, Sandria, saluait les enfants. « Au revoir, les enfants. Prenez soin de vous. »

Le léger sourire avec lequel elle les voyait était doux, et c’était très différent du comportement colérique qu’elle avait eu lors de notre première rencontre.

Alors, elle peut aussi faire une expression comme ça, hein..., pensai-je.

Pendant que je pensais ça, Sandria m’avait remarqué et m’avait salué avec respect. « Votre Majesté, comme c’est bon de votre part de venir nous rendre visite. »

« Hé, Sandria, » dis-je. « Est-ce que Ginger est là ? »

« Il est dans son bureau. Je vais vous montrer le chemin, » déclara-t-elle.

Nous avions suivi Sandria dans l’un des bâtiments.

C’était un design simple et carré sans fioritures, mais on pouvait dire que cette bâtisse avait beaucoup de pièces même depuis l’extérieur. Il aurait ressemblé à un hôpital ou une école pour une personne moderne du Japon.

Nous avions été conduits devant une salle au premier étage de ce bâtiment avec une pancarte qui disait : « Bureau du directeur ». Lorsque Sandria informa l’occupant qu’il avait des visiteurs et ouvrit la porte, Ginger, qui était apparemment en train de faire du travail de bureau, se leva précipitamment.

« Votre Majesté, cela fait un moment, » déclara Ginger en se précipitant vers nous. Contrairement à Sandria, il l’avait fait timidement, et il semblait qu’il se sentait toujours tendu quand il me parlait.

« Pas besoin d’être si raide, » dis-je. « Je suis celui qui s’impose ici. »

« N-Non... Ce n’est pas une obligation quelconque..., » balbutia-t-il.

« Votre secrétaire a la tête haute, n’est-ce pas ? » commentai-je.

« Parce que ma loyauté appartient seulement au Seigneur Ginger, » dit nonchalamment Sandria en se déplaçant vers le côté de Ginger.

Ceci aurait dû être une déclaration irrespectueuse, mais il y avait quelque chose dans son comportement qui ne me laissait pas le prendre comme ça. Elle était comme la servante de Liscia, Serina, ou le représentant public de la compagnie de Roroa, Sébastien. Les personnes qui avaient trouvé le maître qu’elles devaient servir pour le reste de leur vie avaient une intensité unique. C’était comme s’ils pouvaient faire face au roi lui-même au nom de leur maître.

« Ginger, laisse-moi faire les présentations, » dis-je. « Voici ma fiancée, Liscia. »

« Bonjour. Je suis Liscia Elfrieden, » Liscia sourit et s’inclina, forçant Ginger à se redresser.

« La-La princesse !? Me-Merci d’être venue visiter notre humble établissement ! Je-je suis... Ah, non ! Je suis celui qui s’appelle Ginger Camus. Avec plus de soutien que je ne mérite de la part de Sa Majesté, j’ai pu devenir le directeur de cette installation... »

« Hé hé ! Pas besoin d’être si tendu. C’est un plaisir de vous rencontrer, Ginger, » déclara Liscia.

« P-Pour moi aussi, ma’ame ! » Ginger prit la main de Liscia avec raideur et la secoua.

« On dirait presque que vous êtes plus tendue que la première fois que vous m’avez rencontré..., » murmurai-je.

« Je suis sûr qu’il est, » déclara Carla. « Jusqu’à ce que vos fiançailles avec elle soient annoncées, Maître, Liscia était quelque chose comme ce que nous appelons maintenant une Lorelei pour les habitants du royaume. Cette fleur inaccessible, la princesse qui était si haute au-dessus de lui qu’elle pourrait aussi bien être au-dessus des nuages, est maintenant juste devant ses yeux. On ne peut pas le blâmer d’être tendu. »

L’explication de Carla avait du sens pour moi. Les membres de la Maison Royale, surtout une princesse ou une reine... étaient comme des idoles nationales à leur manière. J’avais vu l’énorme fièvre qui s’était emparée de l’Angleterre quand une nouvelle princesse était née là-bas et que cela avait été annoncé dans les nouvelles. Même au Japon, les nouvelles concernant la Maison Impériale et celles liées à la famille impériale avaient toujours reçu beaucoup d’attentions.

Après cela, j’avais également présenté Carla et Owen. Puis, quand j’allais présenter Hilde...

« Hilde et moi nous connaissons déjà, » déclara Ginger. « Elle effectue des examens médicaux gratuits aux enfants qui viennent ici. Ça a vraiment été une aide précieuse. »

Ginger inclina la tête vers elle, provoquant une expression maladroite du côté d’Hilde.

« Hmph. Ces gamins sont sales, c’est tout. Qui sait quelles maladies ils transportent, » déclara Hilde.

« Vous dites cela, mais vous venez toujours nous rendre visite une ou deux fois par semaine, » déclara Sandria. « Si les enfants se blessent, vous les soignez. Je pense que, malgré tout ce que vous dites, vous aimez vraiment les enfants, n’est-ce pas ? »

« Sandria... Si vous en dites trop, je vous coudrais la bouche, compris ? » s’écria Hilde.

« Oh, pardonnez-moi, » Sandria s’excusa nonchalamment pendant que Hilde la regardait fixement.

Et bien... en regardant tout à l’heure la manière d’agir d’Hilde, cela m’avait fait me rappeler de la vieille dame de la boulangerie du quartier où j’avais vécu il y a longtemps. Chaque fois que les enfants s’approchaient d’elle, elle disait : « Regarde comme les visiteurs sont bruyants », en adoptant une attitude aigre, mais ensuite elle ajoutait : « Quels petits garçons affamés que tu es », et donnait souvent des restes de petits pains sucrés. Maintenant que j’y repensais, cela avait été sa manière de masquer sa timidité.

Hilde grogna. « Je vais attendre dehors jusqu’à ce que vous ayez fini de parler. »

« Juste pour que vous le sachiez, les enfants sont tous rentrés chez eux, » déclara Sandria.

« Taisez-vous, Sandria ! Qui a dit que je voulais jouer avec les enfants ? » s’écria Hilde.

« Je n’en ai pas dit autant..., » dit Sandra.

« Pfff ! » Quand Hilde fut partie en claquant violemment la porte derrière elle, nous l’avions tous regardée avec des sourires ironiques.

... Maintenant. Il était temps de se remettre sur les rails.

Liscia, Ginger, Sandria et moi nous étions tous à une table de conférence. Liscia et moi étions assis d’un côté, avec Ginger et Sandria assis en face de nous. Carla et Owen se tenaient derrière nous.

Liscia leva la main. « Hmm. J’ai beaucoup de questions... Que faites-vous exactement ici ? »

« Pour le moment, nous apprenons aux candidats à lire, à écrire et à faire de l’arithmétique, » répondit Ginger avec un doux sourire.

« Est-ce que c’est quelque chose comme une école ? » demanda Liscia.

« Tout à fait, » répondit-il. « Il s’agit d’une école où tout le monde peut venir apprendre, et cela indépendamment de la classe. »

Dans ce pays, il y avait déjà des établissements d’enseignement appropriés. L’uniforme de Liscia appartenait à l’Académie Royale des Officiers, et il y avait aussi l’Académie Royale, qui formait des chercheurs dans tous les domaines, ainsi que l’École des Mages, spécialisée dans l’étude de la magie. Cependant, ces établissements d’enseignement étaient presque exclusivement pour les enfants des chevaliers et de la noblesse. Il n’y avait pas d’écoles générales destinées à enseigner aux personnes ordinaires. Ce centre de formation professionnelle servait de banc d’essai pour ce genre d’école générale.

« Et aussi, ce n’est pas seulement pour les enfants, » déclara Ginger. « Les adultes peuvent aussi apprendre ici. »

« Les adultes également ? » demanda Liscia.

« Il y a beaucoup d’adultes qui disent ne pas savoir lire, écrire ou faire de l’arithmétique, » déclara-t-il. « Plus leurs antécédents sont pauvres, plus il est probable que ce soit le cas. Nous fournissons aussi à ces personnes un endroit pour apprendre ici. Pendant la journée, les enfants apprennent, puis la nuit, les adultes qui ont fini de travailler pendant la journée viennent ici pour étudier. »

« Hm, donc vous les avez correctement séparés dans des périodes séparées..., » constata Liscia.

« C’était l’idée de Sa Majesté de mettre en place une période de nuit pour que les adultes apprennent, » déclara Ginger.

Ça n’avait pas vraiment été mon idée. Je venais simplement de recréer les écoles de nuit que nous avions dans l’autre monde.

Ginger avait rassemblé ses mains devant sa bouche. « C’est tout ce que nous pouvons faire pour le moment. Cependant... à partir de maintenant, nous serons en mesure de faire de plus en plus. N’est-ce pas, Sire ? »

Ginger avait tourné la conversation vers moi, alors j’avais fermement hoché la tête. « Tout à fait. À partir de maintenant, j’ai l’intention de vous faire enseigner des sujets plus spécialisés. Par exemple, former des aventuriers à explorer des donjons et à protéger les individus, transmettre des techniques de génie civil, travailler avec Hilde et son équipe pour former de nouveaux médecins, étudier les moyens d’améliorer notre agriculture, la foresterie et la pêche... Oh, aussi, j’aimerais un endroit pour former également des chefs. »

« C’est un assez large éventail de sujets..., » dit Liscia.

Je pense que vous avez compris maintenant que j’en avais dit beaucoup, mais le centre de formation que je voulais créer était une école professionnelle. Ou alors, cela pourrait être peut-être quelque chose comme une université composée de départements spécialisés.

L’objectif principal de l’étude académique dans ce monde était soit magique ou soit lié aux monstres. La magie pourrait être appliquée avec une certaine polyvalence à un certain nombre de domaines, et elle avait aussi des liens avec la science et la médecine. Quant à l’étude des monstres, depuis l’apparition du Domaine du Seigneur-Démon, c’était devenu l’un des sujets de recherche les plus importants.

Avant cela, les monstres qui étaient apparus seulement dans les donjons avaient été les sujets de ce genre de recherche. Cependant, après l’apparition du Domaine du Seigneur-Démon, le nombre et la variété des observations de monstres avaient été multipliés par dix. Des recherches sur le sujet avaient été menées à la hâte afin de trouver une solution au problème. En outre, la recherche sur les matériaux qui pourraient être récoltés à partir de monstres était indispensable pour le développement des technologies.

Ce genre de recherche sur la magie et les démons se faisait principalement à l’Académie Royale. Il était certainement vrai que les résultats de ce type de recherche de pointe pourraient conduire à de nouveaux développements dans d’autres domaines académiques.

Cependant, et c’était peut-être mon sentiment en tant que personne parlant japonais, j’avais pensé qu’il y avait des découvertes incroyables et révolutionnaires qui attendaient d’être trouvées dans une recherche qui, en un coup d’œil, semblait de prime abord inutile. C’était comme quand des techniques qui avaient été polies et raffinées dans les usines du centre-ville sans attirer beaucoup d’attention pouvaient alors permettre finalement de produire des pièces indispensables pour un vaisseau spatial.

Peu importe le sujet, si vous l’aviez maîtrisé, vous étiez de première classe. Si vous pouviez devenir le numéro un, vous pourriez devenir le seul.

C’était pourquoi je voulais créer un endroit où les sujets qui avaient été négligés par ce monde — l’éducation, le génie civil, l’agriculture, la foresterie et la pêche, la cuisine et l’art — pouvaient faire l’objet d’études spécialisées et être enseignés aux autres. Et puis, si nous pouvions voir des résultats dans un domaine donné à partir de notre expérience dans ce centre de formation, nous construirions un centre de formation (à ce stade, plus ou moins une école professionnelle) pour ce sujet dans une autre ville.

Pour cela, il faudrait d’abord élever le niveau moyen d’éducation dans le royaume, et c’était pourquoi nous commencions par enseigner la lecture, l’écriture et l’arithmétique au niveau élémentaire.

J’avais demandé à Ginger. « Eh bien, qu’en pensez-vous ? Comment vont les choses avec le centre de formation ? »

« Eh bien... nous faisons un bon travail de rassemblement pour les enfants de moins de douze ans, » déclara Ginger. « Je dirais que le système de repas scolaires que vous avez proposé a bien fonctionné. Il y a des moments où ça devient trépidant, mais nous avons créé un cycle où ils se présentent, ils étudient, ils prennent un bon repas, puis ils rentrent à la maison. »

« Un système de repas scolaires ? » demanda Liscia.

« Si des enfants de moins de douze ans viennent ici et étudient, ils reçoivent des repas gratuits, » déclarai-je. « S’ils étudient ici, ils peuvent manger. Une fois que cela sera largement connu, les enfants de familles en difficulté financière seront plus susceptibles de venir ici et d’étudier. Beaucoup de leurs tuteurs trouvent qu’il est préférable de les envoyer ici pour étudier et économiser l’argent nécessaire pour les nourrir que de forcer les enfants à travailler pour le peu d’argent qu’ils peuvent obtenir. Et en plus, s’ils étudient correctement, ils pourront peut-être échapper à la pauvreté à l’avenir. »

« Hmmm, » dit Liscia. « C’est un système bien pensé. Est-ce que c’est quelque chose qu’ils font aussi dans votre monde, Souma ? »

« Tout à fait, » dis-je. « Il s’agit d’une méthode souvent utilisée pour fournir un soutien dans les pays pauvres. »

Liscia semblait impressionnée, mais l’expression de Ginger était plus obscure.

« C’est vrai, on fait du bon boulot en suscitant l’adhésion des enfants, » déclara Ginger. « Cependant, inversement, il est difficile de rassembler les adultes, qui ne sont pas couverts par le système de repas scolaires. Nous faisons ce que nous pouvons en leur apprenant le soir une fois que leur travail est fini, mais... ils nous disent “J’ai vécu toute ma vie sans pouvoir lire, écrire ou faire de l’arithmétique. Pourquoi devrais-je apprendre maintenant ça ?” et ils ne nous donnent même pas une chance. »

« Eh bien ! S’ils n’ont jamais eu d’éducation, je peux parfaitement comprendre qu’ils pourraient penser de cette façon, » dis-je.

C’est seulement en recevant une éducation qu’on était capable de comprendre la valeur d’une telle éducation. Alors que les enfants peuvent demander : « Pourquoi étudions-nous ? » quand ils deviennent adultes, ils pensent : « Pourquoi n’ai-je pas étudié davantage ? » S’ils pouvaient avoir ce genre de regret, c’était parce qu’ils avaient étudié quand ils étaient des enfants.

« Bon. Les éclairer sur la valeur de l’éducation est une partie de notre travail, » dis-je. « Je vais bien trouver quelque chose pour aider ça. »

« S’il vous plaît, Sire, » déclara Ginger.

Ginger et moi avions naturellement serré la main de l’autre.

Finalement, après avoir parlé d’un certain nombre de choses, Ginger et Sandria nous avaient vu partir, et nous avions quitté le centre de formation.

La prochaine destination que nous avions était la distillerie de Kikkoro, non loin des terrains d’entraînement.

Cette distillerie, qui utilisait un hexagone avec le personnage de loup au centre comme marque, était dirigée par des loups mystiques comme Tomoe, et produisait de la sauce soja, du miso, du saké et du mirin.

Ici, nous avions rencontré une autre personne que je connaissais.

Quand nous étions entrés dans le parc, il y avait un homme dodu portant des vêtements à manches courtes malgré le froid d’hiver.

« Hm ? Poncho ? » demandai-je.

« Tiens !? Votre Majesté ! Bonne journée à vous, » déclara-t-il.

Quand il nous avait remarqués, Poncho baissa la tête vers moi. Peut-être s’était-il habitué à l’idée qu’il était seulement supposé s’incliner une fois. Avant, il avait constamment sa tête baissée.

« Que faites-vous ici, Poncho ? » demandai-je.

« Oh, c’est vrai ! Écoutez-moi, Sire ! » Poncho marcha péniblement jusqu’à moi.

« Wôw ! Vous vous rapprochez trop de moi ! » m’exclamai-je. « ... Qu’est-ce qui se passe, si soudainement ? »

« Enfin, enfin, c’est achevé ! Cette “sauce” que vous m’avez demandé ! » Le poncho, généralement timide et réservé, était incroyablement excité, et il tendit vers moi une bouteille remplie d’un liquide noir.

La sauce que j’avais demandée ?

... Ah !

« Vous ne voulez pas dire que c’est finalement prêt, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« S’il vous plaît, goûtez-la par vous-même, » déclara Poncho.

« Bien sûr ! » J’avais versé quelques gouttes de liquide noir sur le dos de ma main, puis je les avais léchées.

Il avait une saveur de légume ou de fruit et un parfum épicé. Il n’y avait aucun doute, c’était ce qu’on appelait la sauce en japonais. Cependant, contrairement à la sauce Worcestershire ordinaire, il avait une forte douceur et acidité, avec une profondeur de saveurs.

C’était vraiment le genre de sauce qui allait avec yakisoba, une sauce pour les plats à base de farine.

« Le goût de la sauce... est la saveur d’un garçon, » remarquai-je en citant un certain manga gastronomique.

« De quel genre d’absurdité parlez-vous maintenant ? » Liscia avait dit ça en levant ses yeux vers le ciel, me ramenant à mon sens.

« C’est juste que la sauce que nous recherchions depuis si longtemps est enfin prête, alors j’ai été rempli d’émotion, » dis-je.

« E-Est-ce c’est si important que ça !? » demanda Liscia.

« Bien sûr ! Parce que, avec cela, je peux faire des yakisobas, okonomiyaki, monjayaki, takoyakis et sobameshis. Elle est aussi bonne sur les plats frits seuls. »

« Je sais à peine quel est l’un des plats que vous venez de nommer..., » murmura Liscia.

« Je les ferai bientôt pour vous, » dis-je. « Et je peux déjà dire que même s’il y a des restes, je suis sûr qu’Aisha les fera disparaître pour nous. »

Mais, enfin... nous avions perfectionné cette sauce parfaite pour les plats à base de farine.

Ce fut un long processus. Il y avait déjà eu une sauce semblable à la sauce Worcestershire dans ce monde, mais ce n’était pas le genre de sauce épaisse qui fonctionnerait bien avec yakisoba. J’avais pensé que je pouvais en quelque sorte en créer une, et j’avais tenté de la concevoir de façon empirique, mais sans connaissance réelle des sauces, il s’était avéré être au-delà de ma personne. C’est pourquoi j’avais fini par créer ces petits pains à spaghetti avant les petits pains yakisoba. J’avais à moitié abandonné le développement, mais il semblait que Poncho l’avait continué pour moi.

« Je suis impressionné que vous ayez pu le recréer, » lui dis-je. « En plus, vous ne l’aviez jamais goûté vous-même avant aujourd’hui, n’est-ce pas ? »

« J’ai eu les mots de Votre Majesté, “C’est plus épais que la sauce Worcestershire ordinaire, douce, et je pense que c’est un peu plus aigre”. Le fait de savoir qu’il y avait un plat de nouilles, “yakisoba”, où vous verseriez la sauce et la mélangiez, ainsi que le souvenir du plat de pâtes que vous appelez spaghetti napolitain, m’ont donné les indices dont j’avais besoin. »

« Les spaghettis ont fait ça ? » demandai-je.

« Oui, c’est bien ça, » répondit-il. « Ce spaghetti utilise la sauce tomate appelée ketchup que j’ai développée avec vous, n’est-ce pas, Sire ? Je savais que le ketchup allait bien avec les plats de nouilles, alors j’ai pensé que quelque chose de semblable au ketchup aurait pu être utilisé avec ce plat de nouilles appelé yakisoba. »

« Ahh !! » criai-je.

Je venais maintenant de comprendre. Cette saveur sucrée et acidulée provenait des fruits et des légumes ! En d’autres termes, cette sauce à base de farine avait été faite en ajoutant de la sauce tomate et d’autres ingrédients à une sauce épaisse Worcestershire. Poncho avait un sens incroyable du goût pour être capable de le comprendre par lui-même.

« Puis, pour donner au mélange de la sauce tomate et du Worcestershire une plus grande profondeur de saveur, j’ai essayé d’ajouter la sauce soja et le mirin produits ici à la distillerie de Kikkoro. Hum... Qu’en pensez-vous ? » demanda-t-il avec un ton hésitant.

J’avais mis mes mains sur les épaules de Poncho, « Poncho... vous avez bien fait. »

« Sire ! Vous êtes trop gentil ! » déclara Poncho.

« Maintenant, cette sauce peut-elle être produite en série ? » demandai-je.

« Il semble que la distillerie de Kikkoro effectuera le travail pour nous, » déclara Poncho.

C’était merveilleux. Maintenant, je pourrais écrire une autre page dans l’histoire culinaire du royaume. Alors que Poncho et moi avions commencé à parler avec enthousiasme du thème des sauces, les autres membres du groupe... en particulier les femmes, Liscia, Hilde et Carla... nous regardaient, en levant les yeux vers le ciel.

« Souma n’est pas un gros mangeur, mais parfois, il peut être très pointilleux sur les détails les plus étranges, » déclara Liscia. « Je me demande pourquoi c’est ainsi. »

« Princesse ! C’est simplement à ça que ressemblent les hommes, » déclara Hilde. « Ils versent une passion inutile dans des choses que les femmes ne comprennent pas, et ils ne pensent pas au mal qu’ils vont faire. Ce sont des créatures très bizarres. »

« Vous parlez comme si vous aviez une expérience personnelle avec ça, » dit Carla. « Connaissez-vous quelqu’un comme ça, Madame Hilde ? »

« Ne posez pas de questions sur ce que vous ne devriez pas faire, petite fille dragonewt, » éructa Hilde. « Sinon, vous savez, je vais vous faire fermer la bouche. »

« O-Oui, madame ! Je ne vous demanderai rien de plus, d’accord !? » Carla salua précipitamment, ayant apparemment été infectée par une partie du style parlant de Poncho quand elle l’avait fait.

Et, bien, j’étais excité par le résultat inattendu, mais il était temps d’accomplir mon réel objectif ici. Je m’étais donc séparé de Poncho et ensuite, dans le bureau du directeur de la distillerie de Kikkoro, j’avais rencontré l’aîné des loups mystiques qui était aussi le directeur de cet endroit.

Nous nous étions assis en face de lui dans le même arrangement que lorsque nous avions rendu visite à Ginger. Les cheveux blancs de l’aîné, les sourcils blancs et la barbe blanche étaient tous longs et épais, me rappelant un bichon maltais (une race de chien tout blanc). Sauf qu’à l’intérieur de tous ces cheveux, il y avait un vieil homme. « Nous, les loups mystiques, sommes infiniment reconnaissants à Votre Majesté pour votre protection, la construction de cette distillerie de Kikkoro, et tous vos autres soutiens. Je vous remercie au nom de mon peuple. »

« C’est bon, » dis-je. « La petite Tomoe fait aussi beaucoup pour nous. D’ailleurs, c’était une chance que des gens comme vous qui savaient comment cultiver du riz et produire de la sauce soja, du miso, du mirin, du saké et d’autres vins soient arrivés. Je peux manger de la nourriture savoureuse et je peux aussi nourrir d’autres personnes grâce à ça. »

« Vous êtes très gentil de dire cela, » déclara l’aîné. « Maintenant, Sire, pour quelle raison êtes-vous venu ici aujourd’hui ? »

« Eh bien... Je pensais qu’il était temps que nous résolvions le problème à l’extérieur, » répondis-je.

« Par “dehors”, vous voulez dire... le camp de réfugiés ? » demanda-t-il.

Je hochai silencieusement la tête.

Quand j’avais été convoqué dans ce monde, ce pays avait été confronté à un grand nombre de problèmes. La crise alimentaire, les nobles corrompus agissants contre l’État, les pays voisins qui complotent pour envahir, comment il fallait interagir vis-à-vis du Seigneur-Démon, notre relation avec l’Empire..., la liste pouvait continuer encore longtemps.

Cependant, je sentais que la grande majorité de ces problèmes avaient maintenant été résolus. Nous avions traversé la crise alimentaire d’une façon ou d’une autre, et la situation intérieure semblait bonne. Nos ennemis étrangers avaient été emportés plus loin, et quand il s’agissait du Seigneur-Démon, nous avions formé une alliance secrète avec l’Empire pour gérer cette affaire ensemble. J’avais travaillé sur tous les problèmes un par un, et le dernier était celui de ce camp de réfugiés.

En dehors des murs du château qui entouraient Parnam, il y avait un village de réfugiés qui avait dérivé du nord après l’apparition du Domaine du Seigneur-Démon.

Je l’avais appelé un village, mais c’était vraiment juste un groupe de tentes et de masures concentrées en un seul endroit. Parmi les nombreuses races qui composaient les réfugiés, j’avais été capable de rehausser le statut des loups mystiques au nom de l’utilisation de leurs talents spéciaux, mais ils ne représentaient qu’un petit pourcentage de la population réfugiée globale. Même maintenant, de nombreux réfugiés vivaient encore dans ce camp de réfugiés.

Techniquement, même lorsque les choses étaient devenues chaotiques, une aide alimentaire de base leur avait été fournie tout le temps, mais ils ne pouvaient pas rester plus longtemps ici. Il y avait des problèmes d’hygiène, et si je les soutenais trop longtemps, cela créerait des frictions avec les habitants de ce pays.

Si possible, je voulais que les autres choisissent de vivre comme des personnes de ce pays, tout comme les loups mystiques, mais... il semblerait que ce serait difficile. Leur souhait était de retourner dans leurs pays d’origine. S’ils acceptaient la citoyenneté dans ce pays, ce serait comme s’ils renonçaient à retourner dans leur pays d’origine.

Pour ces individus qui souhaitaient qu’un jour la menace du Domaine du Seigneur-Démon soit balayée, leur permettant de retourner dans leurs terres, ce n’était tout simplement pas quelque chose qu’ils pouvaient accepter. J’avais envoyé mes vassaux dans le camp des réfugiés pour qu’ils négocient un certain nombre de fois, mais ils avaient toujours été repoussés.

« Nous voulons retourner dans notre patrie, » avaient-ils dit. Ou encore, « Restons ici, jusqu’à ce que ce moment arrive. »

J’avais compris ce qu’ils ressentaient quand ils avaient dit ces choses, donc je ne pouvais pas être trop ferme avec eux. Cependant, il n’y avait maintenant plus de temps pour ça.

« Le froid de l’hiver ne fera que devenir plus dur à partir d’ici, » dis-je. « S’ils restent dans des tentes et des taudis, les plus faibles d’entre eux, donc les enfants et les personnes âgées, seront les premiers à mourir de froid. Avant que cela n’arrive, je veux y aller personnellement et les pousser à prendre une décision. »

« Sire..., » déclara l’aîné.

« Pour ce faire, je voudrais que vous envoyiez d’abord un messager au camp de réfugiés, » dis-je. « Demandez au messager de leur dire que je viens. Il est peu probable que le chaos éclate de cette façon. »

« Je comprends, » l’aîné se leva de son siège puis s’agenouilla sur le sol, inclinant grandement la tête vers moi. « Nous, les loups mystiques, avons déjà été sauvés par la main de Votre Majesté. Si c’est possible... nous vous demandons aussi de sauver le reste de nos camarades. »

« Eh bien... j’ai l’intention de faire tout ce que je peux, » dis-je alors que l’aîné posait son front contre le sol et me suppliait.

« Pourquoi ne diriez-vous pas plus clairement, “Laissez-moi faire !” ? » déclara Liscia, mais il semblerait que ce serait prendre la tâche à la légère.

« Je vais essayer de les persuader, mais... celui qui prendra la décision finale n’est pas moi, » expliquai-je. « Ce sont eux qui devront décider de leur avenir. Une fois que je recevrai cette décision, cela décidera comment je vais traiter avec eux. Même si cela les obligera à voir la dureté de la réalité. »

« Souma..., » Liscia avait un regard inquiet sur son visage, mais il n’y avait pas moyen de l’éviter.

Espérons... qu’ils agiraient face à leur réalité, et non pas avec leurs idéaux, quand ils prendront la décision.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. kurokagespirit

    Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire