Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 4 – Chapitre 5 – Partie 3

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5 : Peser la Nostalgie face au Futur

Partie 3

Quand nous étions arrivés dans l’ancien bidonville...

« Hein !? » Liscia pencha la tête sur le côté, en pleine confusion.

« Hein !? » Owen avait fait de même.

Quand elle avait vu leurs réactions, Carla l’avait aussi fait. « Y a-t-il quelque chose d’étrange ici, Liscia ? »

Même après que Carla avait perdu sa liberté et qu’elle était devenue une esclave, Liscia l’avait forcé à continuer à lui parler comme avant. Elles étaient toujours de bonnes amies. Ce serait un problème si cela se passait en public, mais je n’allais pas dire à Liscia comment se comporter en privé.

Toujours avec un regard vide présent sur son visage, Liscia avait répondu à Carla. « Hein !? ... Oh, c’est vrai. Je n’ai jamais été dans les bidonvilles avant, mais je suis surprise de voir à quel point c’est différent de tout ce que j’en avais entendu parler. »

« Qu’as-tu entendu ? » demanda Carla.

« Que c’était un endroit sombre, humide et moisi avec un ordre public déficient ! J’ai entendu la même chose, » expliqua Owen.

Il avait raison. Les bidonvilles avaient été comme ça auparavant.

« Tu sais, c’est vrai qu’ils n’ont pas l’air très luxueux, mais l’endroit me semble plutôt propre, n’est-ce pas ? » déclara Carla.

Ce que nous avions devant nous était une vue où des maisons qui ressemblaient à des blocs blancs de tofu étaient alignées. Pour le dire en termes compréhensibles par un public moderne, imaginez le type de maisons temporaires qui était installé dans une zone touchée par un tremblement de terre. Alors qu’elles étaient spartiates, il avait beaucoup de soleil et c’était bien lumineux. Elles étaient également bien ventilées, donc elles n’étaient pas trempées ou moisies. Certes, elles pourraient même devenir un peu trop sèches en hiver. Mais même ainsi, quand nous avions vu des enfants qui étaient par terre et qui jouaient, il était difficile d’imaginer que l’ordre public soit mauvais ici.

« Est-ce vraiment les bidonvilles ? » demanda Liscia.

« Tout à fait. Ça va beaucoup mieux ainsi, n’est-ce pas ? » avais-je répondu, gonflant fièrement ma poitrine. « Quand je parlais du problème de l’assainissement dans la ville, j’ai travaillé dur pour que tout soit correct ici. »

« Le problème de l’assainissement ? » demanda Liscia. « Si je me souviens bien, vous l’avez mentionné que lorsque vous aviez interdit aux chariots d’emprunter toutes les routes, sauf les plus grandes, et lorsque vous avez aménagé le réseau d’aqueduc et d’égout, n’est-ce pas ? Est-ce que restructurer ces bidonvilles en faisaient également partie ? »

« Je suis content de vous voir vous souvenir de ça, » dis-je. « Tout à fait. Il est facile pour les bactéries pathogènes de prospérer dans des endroits sombres, humides et mal ventilés. En plus de cela, étant un bidonville, les résidents ne reçoivent pas une nutrition adéquate, donc il est plus facile pour eux de tomber malade. Si une épidémie avait commencé ici, cela aurait été un terrain fertile pour qu’elle s’y propage rapidement. »

« Bactéries pathogènes... J’ai l’impression d’avoir entendu ce mot auparavant, » déclara Liscia.

Elle et les autres me regardaient avec des visages qui semblaient dire. « C’est quoi ? Sont-ils savoureux ? »

« Hein !? Ne l’ai-je pas expliqué la dernière fois ? » demandai-je.

Ah ! En y repensant, j’ai utilisé le mot en parlant des bassins de sédimentation, mais je ne l’ai pas expliqué en détail, pensai-je. Dans ce cas... Je suppose que je dois commencer par expliquer comment les gens tombent malades.

« Eh bien..., » commençai-je. « Dans ce monde, il y a des petites créatures trop petites à voir pour l’œil, et elles existent en un nombre beaucoup trop grand pour pouvoir les compter, et elles sont dans l’air, le sol, dans nos corps — partout où vous pouvez l’imaginer. Ces minuscules créatures font pourrir les choses et causer des maladies. D’un autre côté, ils provoquent également la fermentation des aliments, et certains ont des effets positifs. »

En utilisant ma maigre connaissance de la science (souvenez-vous que j’étais un étudiant en sciences humaines), j’avais expliqué à Liscia et les autres ce que c’était que les bactéries et les micro-organismes. Je n’avais pas l’impression que tout allait bien, mais pour Liscia, qui savait que mes connaissances pouvaient être très en avance sur les universités de ce pays, elle semblait satisfaite que « Si Souma dit que ces créatures existent, alors elles existent probablement. »

L’étude de la médecine et de l’hygiène n’était pas particulièrement développée dans ce monde. Le facteur important quant à ce déficit était probablement l’existence de la magie blanche. La magie blanche augmentait la capacité du corps à guérir, lui permettant même de guérir des blessures graves. Elle pourrait même réattacher les membres coupés si elle était rapidement administrée.

Il semble que, à cause de cela, l’étude de la médecine et de l’hygiène n'avait pas été effectuée dans ce monde. C’est pourquoi, dans ce monde, il y avait très peu de personnes qui connaissaient l’existence des bactéries et des micro-organismes.

La magie blanche activait seulement la capacité naturelle du corps à se guérir, de sorte qu’elle avait le défaut de ne pas pouvoir guérir les maladies infectieuses ou les blessures des personnes âgées dont la capacité naturelle à guérir était diminuée. À cause de cela, jusqu’à tout récemment, l’utilisation de médicaments douteux et de remèdes populaires encore plus douteux avait été endémique quand il en était venu au traitement des maladies infectieuses. Quand j’avais abordé la question de l’hygiène, je pensais que quelque chose devait être fait à propos de cette situation problématique.

Mais avant que je puisse le faire, j’avais d’abord besoin que les personnes prennent conscience de l’existence de bactéries et de micro-organismes qu’elles ne pouvaient pas voir.

« Mais comment les personnes peuvent-elles être conscientes de quelque chose qu’elles ne peuvent pas voir ? » demanda Liscia.

« Dans ce monde, il y a des personnes qui connaissent les bactéries et les micro-organismes... ou plutôt, une race qui l’a fait, » dis-je. « Quand cette race se concentre sur leur “troisième œil”, ils peuvent voir des micro-organismes que vous ne pourriez normalement pas voir. J’ai donc demandé leur aide. »

« Un troisième œil... Voulez-vous dire la race aux trois yeux ? » demanda Liscia. Face à cela, j’avais hoché la tête.

La race aux trois yeux. C’était une race qui, comme on pouvait s’y attendre en raison de leur nom, avait trois yeux.

Ils vivaient dans les terres chaudes du nord du royaume. Leur trait distinctif était que, en plus des yeux standard gauche et droit, ils avaient aussi un troisième œil légèrement plus haut au milieu de leur front. Ce serait bien de les imaginer ressemblants à Ten Shin Han [1] ou à Hosuke Sharaku [2], mais ce n’était pas vraiment un globe oculaire comme ça. Cet œil était petit et rouge. En un coup d’œil, on aurait dit qu’une gemme y était intégrée.

Liscia laissa échapper un soupir. « Je suis étonnée qu’ils aient accepté d’aider. J’ai entendu dire que leur race déteste avoir des contacts avec des étrangers. »

« Il semblerait que la raison de leur xénophobie provient en fait de ce troisième œil, » déclarai-je.

Les trois yeux pourraient voir des choses que d’autres races ne pouvaient pas. Il semblait que c’était la raison pour laquelle ils avaient fini par rejeter les étrangers. Les trois yeux pourraient dire si quelqu’un avait une bonne hygiène ou pas en un coup d’œil. Cela en avait fait des monstres naturels, et ils avaient commencé à éviter autant que possible le contact avec d’autres races.

En plus de cela, avec ce troisième œil, les trois yeux avaient appris l’existence de bactéries. Ils savaient qu’elles étaient la cause de maladies qui ne pouvaient pas être traitées avec la magie blanche. Cependant, peu importe à quel point les trois yeux insistaient, les autres races qui ne pouvaient pas voir les bactéries ne les croiraient pas. Dans un monde rempli de superstitions, même s’ils avaient dit la vérité, il pourrait sembler qu’ils essayaient de jeter le monde dans le chaos avec une nouvelle théorie douteuse.

À cause de cela, les trois yeux étaient venus à détester le contact avec d’autres races, et ils avaient développé leur propre système indépendant de connaissances médicales et de pratiques uniquement présentes dans leur propre race. Quand il s’agissait de l’étude des maladies infectieuses en particulier, leur science médicale avait des siècles d’avance sur ce monde. Dans ce monde où l’on pensait que les hommes et les bêtes avaient vécu longtemps s’ils avaient atteint la soixantaine, les trois yeux qui avaient à l’origine la même espérance de vie vivaient maintenant jusqu’à quatre-vingts ans en moyenne.

« C’est ainsi que, en tant que personne qui savait que ce qu’ils disaient être la vérité, j’ai pu organiser des discussions et demander leur aide, » répondis-je. « Avec cela de fait, afin de démontrer leurs capacités, j’ai créé un système qui permettrait aux autres races de voir les bactéries et les micro-organismes. »

En d’autres termes, un microscope optique. Ce monde avait déjà des lentilles. (Après tout, ils avaient des lunettes.) Pour le reste, j’avais dessiné un diagramme de la façon dont je me souvenais vaguement qu’un microscope devait fonctionner, et les universitaires et les artisans en avaient créé un pour moi. Ce microscope optique avait prouvé que les trois yeux disaient la vérité.

« Mais franchement, les trois yeux sont vraiment incroyables, » dis-je. « Je n’aurais jamais imaginé qu’ils avaient déjà développé des antibiotiques. »

« Auntie-buy-ought-ex ? » demanda Liscia.

« Des substances qui empêchent les bactéries de se multiplier comme je vous le disais, » expliquai-je.

Je suppose que le fameux exemple serait la pénicilline. Je veux dire par là que même un étudiant en sciences humaines comme moi en avait entendu parler. (Bien que ce soit une connaissance que j’avais acquise dans un manga.) Elle avait été extraite d’une moisissure de couleur bleu-vert, du moins, je pense ?

Dans le cas des trois yeux, ils extrayaient les leurs d’une sorte spéciale de créature visqueuse qui pourrait vivre dans des conditions insalubres. Elles étaient une sous-espèce de geline, et elles avaient la même forme que les slimes métalliques de Dragon Quest. Elles n’avaient pas de nom, mais j’avais saisi cette chance pour les baptiser des « gelmedics ». De ce que j’avais pu entendre de ses effets, il n’y avait aucun doute qu’il s’agissait d’un antibiotique, mais alors qu’il était semblable à la pénicilline, il pourrait aussi être très différent.

À ce propos, les trois yeux appelaient simplement ce médicament « le médicament ».

Mais comme cela allait devenir confus à l’avenir, j’avais alors utilisé mon autorité en tant que roi pour lui donner le nom de « tri-oculine ». Il s’agissait d’un médicament de la race à trois yeux, donc je l’avais raccourcie à tri-oculine. Je veux dire par là que cela aurait été bien de l’appeler « la drogue » ou « la pilule »... mais, en tant qu’ancien Japonais, j’avais toujours pensé à des drogues complètement différentes.

« Cette... tri-oculine, qu’est-ce qu’il fait ? » demanda Liscia. « Cela empêche les bactéries de se multiplier, mais à quoi ça sert ? »

« C’est un remède contre les maladies infectieuses », dis-je. « En gros, vous pouvez le considérer comme un médicament miracle qui traite les maladies épidémiques et empêchera les plaies de s’infecter. »

« Traiter les maladies épidémiques !? Elle peut vraiment le faire !? » s’exclama Liscia.

Je ne pouvais pas blâmer Liscia d’avoir été surprise. Alors que les traitements médicaux de ce pays (en particulier, les traitements régénératifs) pourraient être, à certains égards, en avance sur la science moderne, dans l’ensemble, ils étaient au même niveau que le Japon à Période d’Edo. Quand il s’agit de maladies infectieuses, ils buvaient des thés médicinaux, en essayant d’atténuer les symptômes. Cependant, avec les antibiotiques, il était possible de traiter la cause sous-jacente des maladies dans une certaine mesure.

Liscia avait l’air surprise. « C’est terrible... On avait donc un médicament incroyable comme ça pendant tout ce temps... »

« Eh bien, les autres races ne reconnaissaient pas l’existence de bactéries et de micro-organismes, donc même si les trois yeux vous avaient dit que les antibiotiques pouvaient les combattre, vous ne les auriez probablement pas crus, » dis-je. « Si vous le regardez autrement, les trois yeux ont seulement pu trouver cette façon de combattre les bactéries parce qu’ils pouvaient les voir. »

« Alors, pouvons-nous produire en masse cette tri-oculine ? » demanda Liscia, désespérée d’entendre tout cela.

Oui, je pouvais comprendre comment elle se sentait. J’avais moi-même eu une réponse similaire lors de mes entretiens avec l’aîné des trois yeux. Cependant, Carla et Owen, qui nous surveillaient, étaient étonnés de la façon dont Liscia agissait.

J’avais fait un signe de tête à Liscia. « Nous n’en avons pas encore la capacité de le faire pleinement, mais nous augmentons lentement la production. En fait, je l’avais déjà distribué à l’armée lorsque la guerre avec Amidonia a éclaté. N’avez-vous pas remarqué ? »

« Heureusement, je n’ai jamais eu besoin d’en prendre..., » déclara Liscia. « Ah ! Maintenant que vous le mentionnez, je pensais que le nombre de morts était anormalement faible compte tenu du nombre de blessés dans cette bataille. Était-ce grâce à tri-oculine ? »

« Cela pourrait être le cas, » dis-je. « Après tout, les bactéries qui pénètrent dans une plaie et la rendent plus grave sont l’une des choses qu’elle peut aider à prévenir. »

« Incroyable..., » murmura-t-elle.

« De toute façon, les trois yeux ont décidé de donner leur pleine coopération, et le pays n’a pas l’intention d’être avare quand il s’agit de soins médicaux. Le plus gros goulot d’étranglement sera le nombre de gelmedics dont ils peuvent extraire de la tri-oculine, mais grâce à Tomoe, nous avons facilement résolu ce problème. »

Les créatures de type slime comme les gelins étaient en fait classé comme des plantes, et elle ne pouvait pas communiquer avec eux aussi bien qu’avec les animaux. Mais de leurs pensées, elle avait encore été capable d’apprendre leur environnement préféré et les conditions nécessaires à leur multiplication. Nous avions maintenant des gelmedics qui se multipliaient activement dans leurs lieux de reproduction optimum.

« Notre petite sœur est bien trop pratique, n’est-ce pas ? » ajoutai-je.

« C’est sûr qu’elle l’est, » déclara Liscia.

Le public avait commencé à appeler Tomoe, la Sage Princesse Louve. Étant donné les rhinosaurus, l’armée d’orangs-outans de Van, et maintenant les gelmedics... il n’y avait aucun doute qu’elle correspondait bien à ce nom.

« Et, sur cette note, notre pays est au beau milieu d’une révolution médicale et hygiénique, et une partie de cela a été de remettre en ordre ces bidonvilles, » dis-je. « Nous avons démoli les vieilles maisons pour améliorer l’accès à la lumière du soleil et le flux d’air. Pendant que nous y étions, nous avons éliminé les criminels et les drogues illégales, qui infestaient la région et qui diminuaient la population d’une manière différente. Nous avons fait déménager tous les résidents vers de nouvelles cabanes préfabriquées. Les cabanes sont petites et à l’étroit, mais elles sont gratuites. En plus de cela, en les faisant travailler pour nettoyer la ville, nous pouvons à la fois les soutenir financièrement et gérer l’hygiène de la ville. »

« Vous faites toutes sortes de choses, hein... Ne vous forcez-vous pas trop, n’est-ce pas ? » demanda Liscia, l’air préoccupé.

Je plaçai une main sur sa tête. « C’est un combat, oui... mais c’est gratifiant. Je peux voir la ville et le pays se reconstruire comme je le souhaite. Si le résultat est que plus de personnes sont souriantes à la fin, alors tant mieux. »

« Bon... D’accord, alors, » dit-elle. « Mais s’il y a quelque chose que je peux faire pour vous, alors dites-le-moi. »

« Bien sûr. Je compte sur vous, » déclarai-je.

Liscia et moi avions largement souri l’un envers l’autre.

Mais alors que nous étions de bonne humeur...

*

Pshhhh.

*

... soudain, nous avions entendu un bruit comme de l’air qui fuyaient de quelque chose.

Quand j’avais levé les yeux, je m’étais demandé ce que cela pouvait être, car j’avais vu quelqu’un avec un gros fût sur le dos et un cylindre métallique au bout d’un tuyau qui sortait de ce tonneau qu’il utilisait pour pulvériser une sorte de brume sur le sol.

Cette personne était une femme à l’aspect exotique avec une peau pas tout à fait aussi sombre qu’un elfe sombre, mais toujours brun, et les cheveux blonds. Elle semblait être dans la mi-vingtaine. Elle était probablement belle, et elle avait une silhouette galbée, mais avec le masque triangulaire qu’elle portait sur son visage et le baril en bandoulière, tout était gâché. Le front de cette femme affichait la présence du troisième œil unique à la race à trois yeux.

« Hehehe... Hohoho... Ahahahahahaha ! La saleté sera stérilisée ! » Après avoir fait ce rire en trois étapes, la femme avait pulvérisé avec enthousiasme le sol et les maisons avec une sorte de brume.

Cette scène trop incroyable avait laissé Liscia, Carla et Owen sans voix. Pour ma part, j’avais senti ma tête recommencer à me faire mal.

« Que faites-vous, Hilde ? » demandai-je avec lassitude.

Elle s’appelait Hilde Norg. En signe d’appréciation pour notre soutien et la rédemption de leur honneur, les trois yeux nous l’avaient prêtée pour aider à réformer notre système de santé. Elle était leur seule et unique « docteur ».

Notes

  • 1 Ten Shin Han : Ten Shin Han (天津飯, Tenshinhan) est un combattant triclope apparaissant dans Dragon Ball lors du 22e Tenkaïchi Budokaï, avant d’occuper une place moindre dans Dragon Ball Z. Il est à considérer comme le premier rival sérieux de Son Gokû, mais il se fera rapidement supplanter par l’arrivée du démon Piccolo, et son rôle diminuera, cependant il ne cessera de s’entraîner et venir en aide à ses amis.
  • 2 Hosuke Sharaku : Hosuke Sharaku (介 楽 介 介Sharaku Hōsuke) est le personnage principal du manga Osamu Tezuka et de l’anime The Three-Eyed One (Mitsume ga tooru).

☆☆☆

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Salut très bonne traduction mais je pense que pour le nom du médicament tu aurais pus traduire ça par tri-oculine parce que tois-yeuxine me fait bizarre ^^ bonne continuation

  3. Merci pour le chapitre !
    Pour le deuxieme manga en exemple pour les 3 , si je me souviens bien le nom français c'est 3×3 yeux.

Laisser un commentaire