Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 4 – Chapitre 5 – Partie 10

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5 : Peser la Nostalgie face au Futur

Partie 10

C’était arrivé quand l’on commençait à avoir l’impression que les pourparlers étaient finis pour aujourd’hui.

C’était à ce moment-là qu’un homme en blouse blanche avait fait irruption avec rudesse dans la tente.

Il s’agissait d’un humain avec des yeux perçants qui semblaient être dans la mi-vingtaine. Ce qui était distinctif chez lui, c’était ses cheveux décoiffés qui, malgré son jeune âge, étaient d’un blanc immaculé jusqu’à la racine.

« J’ai entendu que Hilde était là, » dit l’homme d’un ton brusque.

Carla et Owen tenaient prudemment leurs poignées d’épée.

L’homme n’avait même pas fait attention à eux. Quand il aperçut Hilde, il se dirigea brusquement vers elle.

Hilde se leva, regardant droit vers le visage de l’homme. « Brad ! Comment osez-vous pousser l’enseignement des cours sur ma personne !? »

Le nom de cet homme aux cheveux blancs était Brad Joker. Avec Hilde, il était l’autre médecin qui soutenait la révolution médicale de ce pays.

Brad ne prêta pas attention aux plaintes de Hilde, la saisissant soudainement par le bras.

« Attends, que faites-vous ? » cria Hilde. « Ce n’est pas comme ça qu’on traite correctement une femme. »

« Si vous voulez vous plaindre, je l’entendrai plus tard, » s’exclama-t-il. « Désolé... Mais j’ai besoin que vous m’aidiez. »

Peut-être qu’elle sentait quelque chose de sérieux dans les yeux de Brad, parce que Hilde avait maintenant un regard sérieux sur son visage. « Quelque chose est arrivé ? »

Brad lâcha le bras qu’il tenait, puis acquiesça calmement. « Oui. Nous avons un cas urgent. »

***

Brad Joker était le Médecin traître.

Sur un continent où presque tout le monde dans la profession médicale était un praticien de la magie blanche (magie de récupération qui fonctionnait en activant les systèmes du corps), il était le seul chirurgien de ce pays. Il avait tenté de traiter des maladies graves sans recourir à la magie, en utilisant uniquement des examens médicaux et des interventions chirurgicales.

« Même sans se cramponner aux dieux, les personnes peuvent se guérir par leur propre pouvoir. » C’était le point de vue personnel de Brad.

Sur ce continent, les individus avaient tendance à voir la magie blanche comme « la bénédiction des dieux », en particulier dans l’Orthodoxie Lunaire, où elle était considérée comme sacrée. Cela en avait fait une opinion assez dangereuse à tenir.

Brad avait erré à travers de nombreux champs de bataille dans de nombreux pays différents. Il prenait en charge les restes de soldats inconnus morts au combat, disséquant leurs corps pour étudier les structures des corps des différentes races. Il avait développé son propre champ de traitement chirurgical indépendant qui utilisait l’anesthésie et les opérations.

Il avait également approché la connaissance de la race à trois yeux sans préjugés et l’avait absorbée. Il connaissait parfaitement l’existence des micro-organismes et les effets des antibiotiques, et il avait appliqué ces techniques à son travail.

Ses compétences étaient telles qu’il serait juste de les appeler pieux. (Bien que, pour Brad détestant Dieu, cela apparaîtrait comme sarcastique.) Le facteur le plus important dans tout cela était qu’il avait été capable de guérir des tumeurs malignes, qui avaient été impossibles à traiter en utilisant la magie blanche, en les enlevant par une opération chirurgicale.

« La lumière n’est pas la seule chose qui peut guérir les gens. L’obscurité peut aussi réconforter. »

On dirait qu’il avait eu un cas de syndrome d’école secondaire quand il l’avait dit comme ça, mais je pourrais sympathiser. J’avais demandé son aide, mais ça n’avait pas été facile de le convaincre.

Je voulais dire par là...

« J’ai cherché ce pouvoir (chirurgie) pour que je puisse sauver les pauvres qui ne pouvaient pas se payer un traitement et les personnes dans les régions reculées où il n’y a pas de mages blancs. Je n’ai aucun intérêt pour l’argent, le pouvoir, etc. ».

... était ce qu’il m’avait dit.

Maintenant, quant à savoir comment j’avais réussi à le faire coopérer. Je l’avais approché... Hmm, négocié avec lui... en n’utilisant pas l’argent, ou le pouvoir, mais les objets.

Pour être précis, afin que tout le monde dans le royaume ait un accès facile aux soins médicaux, j’avais créé un système national d’assurance-maladie comme celui de mon monde et j’avais promis que le meilleur forgeron du pays forgerait un scalpel, des aiguilles à suturer et un équipement médical complet pour lui. Ensuite, en arrangeant un système où il serait un collaborateur, et non pas un vassal, il avait finalement accepté de coopérer.

Jusqu’à présent, je l’avais fait travailler avec Hilde pour guider le système médical de ce pays.

Sa collecte de cadavres et ses dissections avaient offensé beaucoup de personnes, alors il était considéré par beaucoup comme un hérétique dans le monde médical. La partie la plus difficile de l’embauche était de se débarrasser de ce préjugé présent contre lui. Et vu la façon dont il agissait, je ne pouvais, après tout, pas compter sur lui pour lui-même se défendre.

N’ayant pas d’autre choix, je lui avais fait examiner une personne importante qui avait beaucoup de connexion dans ce pays et qui souffrait d’une maladie. En lui faisant soigner une maladie que l’on croyait impossible à traiter, j’avais fait reconnaître par cette personne ses compétences.

Une fois que les personnes savaient que quelque chose était efficace, leurs opinions changeraient rapidement. Le nombre de médecins désireux d’apprendre la chirurgie avait également commencé à augmenter. Cela étant dit, en soignant cet important membre de l’exécutif, il avait aidé à faire un rétablissement complet de sa spécialité, et nous formions maintenant de nouveaux chirurgiens dans ce pays.

Pour ma part, j’étais en train de me dépêcher de retravailler les lois et de délivrer des licences chirurgicales afin que les faux chirurgiens qui n’avaient pas les compétences nécessaires n’apparaissent pas. Au début, je n’aurais besoin que de licences pour la chirurgie. Finalement, j’avais l’intention de faire que pour les traitements avec la magie blanche et tout ce qui touche à la pharmacologie nécessite aussi des licences.

Bref, revenons à l’histoire.

Quand elle avait entendu parler du cas urgent, l’expression de Hilde était devenue sérieuse comme si quelqu’un avait basculé un interrupteur. « Parlez-moi du patient. »

Elle avait vraiment le visage d’un médecin maintenant. C’était une professionnelle entre tous.

Brad avait clairement expliqué la situation à Hilde. « Il s’agit d’une femme enceinte de ce village. Elle a déjà perdu ses eaux. Le bébé pourrait naître à tout moment, mais la position du fœtus est mauvaise. Il est allongé avec le dos contre la sortie de l’utérus de sa mère. »

« Placement transversal, hein... C’est inhabituel et dangereux..., » déclara-t-elle.

Je n’avais pas compris ce qu’ils disaient, mais j’avais compris que ça allait être une naissance difficile.

« Semble-t-il que la sage-femme a déjà abandonné, » déclara Brad.

« Eh bien, je ne suis pas surprise par ça, » déclara Hilde. « Il va se faire bloquer par l’os du bassin. Normalement, la mère ou l’enfant... l’un d’entre eux devrait être sacrifié dans le cas présent. Afin de sauver les deux... »

« Oui... Une incision chirurgicale est probablement la seule option, » compléta Brad.

Incision chirurgicale... Oh, une césarienne ! Mais Hilde le regardait comme si elle doutait de ça.

« Pouvez-vous faire ça ? » demanda-t-elle. « J’ai entendu dire que le taux de survie des mères dont l’utérus est ouvert est inférieur à vingt pour cent. »

« Il y a une raison très claire pour laquelle ce taux de survie est si bas, » répondit Brad.

« Oh... Et qu’est-ce que ça serait ? » demanda Hilde.

« Ni vous ni moi n’avions effectué la procédure, » déclara Brad, comme si c’était une évidence.

Quand il parlait avec une telle confiance, Hilde fronça les sourcils. « Vous dites les choses les plus incroyables comme si elles n’étaient rien... »

« C’est une question de fait, » dit-il. « Pour être plus précis, c’est parce qu’ils manquent de mes compétences et de la connaissance des trois yeux concernant les maladies infectieuses. Leur processus consiste seulement à ouvrir le ventre, à retirer le fœtus, à refermer la plaie, puis à la guérir avec de la magie blanche. Ils n’ont pas d’anesthésique, donc la mère enceinte souffre. Leur technique d’incision et de suture est sous-développée, donc même s’ils utilisent la magie blanche, la plaie ne se ferme pas correctement et le patient meurt dû aux saignements. Ils n’ont pas vos antibiotiques, donc il est facile pour le patient de développer une maladie infectieuse après la procédure. Voilà pourquoi le taux de survie est faible. »

Brad tendit une main à Hilde.

« Même par moi-même, je peux porter le taux de réussite à 80 %, » déclara-t-il. « Cependant, si vous êtes à mes côtés pour la gestion de l’hygiène, nous pouvons atteindre un taux incroyablement proche de cent pour cent. »

« Bon sang, ça ne me laisse pas beaucoup de choix, n’est-ce pas ? » Hilde se gratta l’arrière de la tête avant de prendre la main de Brad. « Face à un médecin, tous les patients sont égaux. C’est pourquoi les médecins ne doivent pas être difficile concernant qui ils traitent. »

« Je vous remercie, » répondit Brad. « Vous avoir là est aussi bien que d’avoir une centaine de quelqu’un d’autre. »

Hilde se tourna pour faire face au reste d’entre nous. « Votre Majesté ! Chef des réfugiés ! Vous avez tous entendu. Désolé, mais nous voudrions emprunter vos subalternes pour cela. »

« D’accord. Bien sûr que vous pouvez, » dis-je.

« Bien sûr, » déclara Jirukoma. « Nous sommes une famille. C’est le devoir du chef de défendre sa famille. »

« Merci, » déclaré Hilde. « Fille Dragonewt ! »

« M-Moi !? » Carla avait un peu sursauté quand elle lui avait parlé.

« Allez aussi vite que possible au laboratoire médical de la capitale, » ordonna Hilde. « Rapportez l’équipement et les fournitures médicales pour nous. Si vous demandez mon sac noir, les chercheurs sauront ce que vous voulez dire. Vous pouvez simplement apporter le sac tout entier. »

« J-J’ai compris, » Carla sortit de la tente.

Ensuite, Hilde avait regardé Jirukoma. « Chef des réfugiés, je veux emprunter cette tente. Il est préférable de la déplacer vers l’endroit le plus hygiénique que nous puissions avoir. »

« Ça ne me dérange pas, » déclara Jirukoma. « Utilisez ce que vous voulez. »

« Aussi, nous chercherons quelqu’un avec le même sang que la mère, alors rassemblez les réfugiés dans la zone, » demanda Hilde.

« Compris, » déclara Jirukoma

J’avais appris cela plus tard, mais ce monde avait aussi des types de sang A, B, et O (bien que leur schéma de dénomination soit différent). Mystérieusement, même entre les races, si les groupes sanguins correspondaient, ils pourraient presque toujours être utilisés pour des transfusions sanguines. J’avais dit « presque toujours » parce qu’il y avait des groupes sanguins qui ne pouvaient pas recevoir de transfusions, quel que soit le groupe sanguin utilisé. Peut-être que cela pourrait être parce qu’il y avait aussi des groupes sanguins Rh positif et négatif dans ce monde.

« Ensuite, vous savez quelque chose concernant l’hygiène, n’est-ce pas, Sire ? » demanda Hilde. « Expliquez-le au chef ici et à son peuple. Je veux que l’environnement dans lequel nous travaillons soit aussi propre que possible. Et aussi, faites bouillir beaucoup d’eau pour nous. Nous voulons désinfecter nos outils. »

« Allons-y ! Liscia, Owen, faisons cela ! » déclarai-je.

« D’accord ! » répondit Liscia.

« Compris ! » confirma Owen.

« L-Laissez-moi aussi vous aider, » s’exclama Komain.

Komain nous avait suivis, installant des choses à l’intérieur de la tente et nous aidant à faire bouillir beaucoup d’eau. Sans égard pour nos positions respectives, chacun d’entre nous avait durement travaillé pour faire ce que nous pouvions.

Ceux qui pouvaient faire quelque chose l’avaient fait.

D’une certaine manière, j’avais l’impression que nous incarnions l’état actuel de ce pays.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. kurokagespirit

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire