Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 4 – Chapitre 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 2 : Une histoire concernant l’utilisation de crevettes comme appât pour attraper une dorade, mais au lieu attrape un requin

☆☆☆

Chapitre 2 : Une histoire concernant l’utilisation de crevettes comme appât pour attraper une dorade, mais au lieu attrape un requin

Partie 1

— Tard dans le 11e mois de l’année 1546 du Calendrier Continental — Capitale Royale, Parnam

Cela faisait près d’un mois que la guerre avec Amidonia avait pris fin.

En ce jour où nous avions commencé à sentir l’arrivée de l’hiver, j’étais dans la pièce avec le Joyau de Diffusion de la Voix, face à un simple récepteur avec l’image d’une certaine personne projetée dessus.

Ma partenaire de discussion était une unique femme. Sa silhouette bien équilibrée était enveloppée dans une robe d’un blanc pure, et ses cheveux blonds ondulés étaient magnifiques.

Je connaissais sa jeune sœur, mais elle avait laissé une impression très différente sur moi. Alors qu’il y avait une ressemblance dans les contours de leurs visages, quand cette femme clignait des yeux, il y avait quelque chose d’enfantin dans ses grands yeux, la faisant paraître comme la plus jeune des deux sœurs. Même si on m’avait dit qu’elle était censée avoir un an de plus que moi. Elle était une très belle personne.

Je pensais ça, ayant été entouré par Liscia, Aisha et Juna, qui étaient toutes belles à leur manière. J’avais développé une perspicacité quand à ce genre de chose, mais d’un seul coup d’œil, j’avais été frappé par la beauté de cette femme.

La beauté avait ouvert sa bouche. « Salutations, Sire Souma. Je suis Maria Euphoria. »

Elle était impératrice de l’Empire Gran Chaos.

« Salutations à vous aussi, Madame Maria », dis-je. « Je suis Souma Kazuya. »

Les chefs des plus grandes nations de l’Ouest et de l’Est se réunissaient pour la première fois. Normalement, ce serait un moment pour les poignées de main, mais ce n’était pas possible à travers l’écran de Joyau de Diffusion de la Voix.

« C’est un plaisir de vous rencontrer comme ça, Madame Maria, » dis-je formellement. « J’ai toujours voulu pouvoir vous parler. »

« Je ressens la même chose », avait-elle dit. « Nous avons entendu parler de votre grande capacité ici aussi dans l’Empire. »

« Ce n’est pas ma capacité... Je suis simplement aidé par mes subalternes talentueux, » dis-je.

« C’est très humble de votre part, mais les serviteurs talentueux se rassemblent sous un grand règne, » répondit-elle.

Nous avions gardé le discours poli pendant un certain temps. Tout en ne discutant de rien d’important, j’avais essayé de me faire une idée de Maria. Mais son visage souriant était une chose emplie d’une innocence enfantine, si brillante que je me sentais presque coupable d’essayer d’y lire quelque chose. Cependant, en même temps, je pensais aussi ceci. Il n’y avait aucune chance qu’une fille qui était pure et innocente puisse gouverner un vaste empire.

« Puis-je poser une question, Sire Souma ? » demanda Maria.

« Quelle est-elle ? » demandai-je.

« Que pensez-vous de ce qui s’est passé à Amidonia au cours du dernier mois ? » demanda Maria.

Les yeux de Maria se plissèrent alors qu’elle disait ça. Ce seul fait était suffisant pour changer complètement l’aura présente autour d’elle. Elle semblait sourire, mais malgré cela, elle avait l’air en colère.

Ce n’était pas que je puisse la blâmer. Du point de vue de l’Empire, ce que j’avais fait était proche d’une trahison.

« Quand Jeanne m’a remis son rapport sur les négociations, je pensais que nous avions trouvé un allié fiable dans l’Est, » déclara Maria. « Est-ce que je me suis trompée ? »

« ... Non, » répondis-je. « Nous nous considérons toujours comme des amis jurés de l’Empire. Cela peut sembler une excuse, mais ce résultat était inattendu pour nous aussi. »

« Voulez-vous dire que ce n’était pas arrangé par le royaume ? » demanda-t-elle.

J’avais hoché la tête et je m’étais gratté ma tête. « Je ne nierai pas que je complotais quelque chose, mais je n’ai jamais eu l’intention d’aller aussi loin. Honnêtement, c’est devenu un mal de tête continu pour moi. »

La colère de Maria semblait se calmer, pour le moment au moins. « Pouvez-vous l’expliquer en détail pour moi ? »

« Bien sûr, » dis-je. « Selon nos agents dans la principauté... »

☆☆☆

Partie 2

Un mois plus tôt, quand la Cité de Van avait été redonnée à Amidonia...

Julius avait repris la capitale de la principauté, Van, et la zone autour d’elle en empruntant l’influence de l’Empire Gran Chaos. Il était retourné à Van afin de succéder à son père, Gaius VIII, en tant que le Prince Souverain d’Amidonia.

La première chose que les fidèles proches de Julius pensaient faire après être devenus le nouveau souverain était d’enlever toute trace de l’influence d’Elfrieden.

« Il y a eu une dégradation effroyable de la morale publique à Van, » avait dit l’un d’eux avec raideur.

« En effet, » un autre avait convenu de ça. « L’atmosphère austère présente lors de la vie du Seigneur Gaius est la plus appropriée pour notre principauté. Nous devrions réprimer tout ça. »

« Pourquoi ne pas commencer par démanteler le bidonville bâti autour de la place où sont affichées les images du Joyau de Diffusion de la Voix ? » déclara un autre de ses fidèles.

Julius écouta cela en silence, les yeux fermés, tandis que ses serviteurs le poussaient à ramener la ville à son état antérieur. En ce moment, les paroles de cet homme étaient en train de traverser son esprit.

« Si les personnes étouffaient sous le joug de mon oppression, pensez-vous qu’elles voudraient rendre leurs toits et leurs murs plus colorés ? »

Il s’agissait des mots utilisés par Souma Kazuya lorsqu’il lui avait parlé l’autre jour.

« Si un dirigeant est oppressif, les personnes vont essayer d’agir d’une manière qui ne se démarque pas des autres. C’est ainsi, car s’ils devaient attirer l’attention en faisant quelque chose de voyant, on ne sait pas quel genre de catastrophe leur arriverait. Donc, plus les personnes sont opprimées, et moins vous les entendrez se plaindre. Elles ne montrent pas leurs sentiments ou leurs mentalités, gardant leurs véritables sentiments enfouis profondément dans leurs cœurs. Elles ne rêveraient jamais de faire quelque chose comme peindre leurs toits et leurs murs avec des couleurs voyantes. »

Pourquoi..., pourquoi est-ce que je me souviens de ses paroles maintenant... ? Les mots de son ennemi tant détesté avaient poignardé la poitrine de Julius.

« Maintenant, dites-moi, de quelle couleur étaient les couleurs de Van quand vous et votre père étiez là ? » Souma lui avait demandé ça.

Tais-toi ! Julius s’écria intérieurement. Je n’ai pas besoin de toi pour me le dire. Notre Maison Princière a toujours pensé à son peuple.

« Ne l’êtes-vous pas vraiment ? »

Hein !?

Cette dernière voix n’était pas celle de Souma. C’était sa propre voix.

... Est-ce ainsi que ça s’est passé ? Sa propre voix continua.

Il s’agissait d’une question simple. Ce n’était pas que les paroles de Souma avaient fait écho dans son esprit, c’était simplement que Julius lui-même s’était demandé par rapport à ça. Il réfléchissait si ses décisions étaient bonnes ou non.

Julius avait été le prince héritier jusqu’à l’autre jour, et Gaius VIII avait été le seul à prendre toutes les décisions importantes sur les questions de l’État. Du point de vue de Julius, il n’avait fait que suivre les ordres de Gaius.

Cependant, maintenant qu’il était assis sur le trône en tant que Prince Souverain, et il serait obligé de prendre des décisions qui décideraient du sort de la nation à l’aide de ses propres choix. Julius avait, pour la première fois, été libéré du joug de son père, et il commençait à chercher diverses informations.

Julius partageait le point de vue idéologique de Gaius sur l’armée, mais il n’était pas aussi impulsif que son père. Il était le genre intelligent qui pouvait penser en profondeur. Il prendrait des décisions après avoir examiné les diverses circonstances dans lesquelles il se trouvait. Sur ce point, il était plus proche de sa jeune sœur Roroa que de Gaius.

Roroa, hein... Je me demande où elle est et ce qu’elle fait maintenant, se demanda-t-il. Où était sa sœur, qui s’était évaporée avec un groupe sélectionné de bureaucrates avant qu’Elfrieden ait occupé la ville ?

Quand il se surprit à penser ça, Julius ne put s’empêcher de se moquer un peu de lui. Ils ne s’étaient jamais entendus. En plus, il se méfiait qu’elle devienne un jour son adversaire politique. Il était maintenant un peu tard pour s’inquiéter de sa sécurité.

« Votre Altesse ! » Un serviteur avait crié, interrompant ses pensées.

Ramené à ses sens, Julius avait pris une lourde décision. « Très bien. Nous devons supprimer l’influence du royaume. »

« « « Oui, Sire ! » » »

Après avoir reçu leurs ordres, ses subordonnés l’avaient salué et avaient ensuite quitté le bureau des affaires gouvernementales.

En fin de compte, Julius décida de faire abattre et détruire les nombreux changements apportés sous la domination du royaume afin que la principauté puisse revenir à son état antérieur. Il voulait éliminer l’héritage de l’administration précédente au profit de la nouvelle. Ceci aurait dû être la bonne ligne de conduite. Vous pourriez penser qu’il y avait des façons plus calmes de l’avoir fait, mais aucune de celles-là n’était disponible pour Julius.

En ce moment, avant toute autre chose, j’ai besoin de retrouver mon autorité en tant que Prince Souverain, pensait-il.

Les transferts de pouvoir devraient être effectués pendant que l’ancien souverain était toujours en vie et avec un protecteur approprié en place. Quand cela n’était pas fait ainsi, les vassaux rabaisseront le nouveau dirigeant pour sa jeunesse. Plus un pays était fortement autoritaire, plus ce processus de renforcement du soutien devenait important. Cependant, Gaius était mort dans la guerre, et ainsi Julius avait été forcé de devenir prince sans pouvoir consolider sa position. C’est pourquoi il avait d’abord cherché à centraliser le pouvoir autour de lui. Pour cela, il avait besoin d’effacer la valeur de tolérance d’Elfrieden présent dans la diversité de Van.

« Oui... même si on m’appelle un oppresseur, » murmura Julius, portant une expression qui montrait sa tragique détermination.

Tout d’abord, Julius avait émis une ordonnance interdisant de regarder les émissions envoyer par le Joyau de Diffusion de la Voix à quiconque dans tout Amidonia

Avec le joyau de diffusion d’Amidonia ayant été conservé par le royaume, les seules émissions que les habitants pourraient voir viendraient directement du royaume. Naturellement, les étals qui avaient été installés à Van pour les personnes qui regardaient le Joyau de Diffusion de la Voix avaient été enlevés de force. C’était plus facile que prévu, parce que les marchands avaient mystérieusement disparu quand Julius était revenu au pouvoir, donc c’était simplement le fait de démonter leurs étals abandonnés.

Comment les habitants de Van avaient-ils vu Julius alors qu’il démolissait les étals de la place qui était déjà devenue leur marché ?

De plus, comme Souma l’avait anticipé, Julius et son peuple avaient démoli les ponts qui portaient son nom et les noms de ses partisans. Il était inévitable qu’il doive démolir tous les ponts qui longeaient la route que le royaume avait l’habitude d’envahir, mais c’était une pure folie de détruire les autres ponts « parce qu’ils étaient construits par le royaume ». Les ruptures dans le réseau de transport pouvaient être une question de vie ou de mort pour les habitants.

En dehors de ça, il ne distribuait pas la nourriture comme le royaume l’avait fait, et sévissait sévèrement sur les violations de la moralité publique. En particulier, il avait interdit aux femmes de s’habiller, il avait interdit les mouvements artistiques qui avaient infesté Van, et encore beaucoup plus de choses. Il était même allé jusqu’à ordonner de raser les maisons qui avaient des images de Lorelei sur elles.

Les habitants de Van, qui avaient maintenant les libertés qui leur avaient été enlevées, avaient alors dit :

« C’était bien mieux sous le règne du Roi Souma. »

« Nous n’avons pas eu à traverser cette douleur et cette souffrance quand nous étions un territoire du royaume. »

« Avec le royaume, nous avions pu nourrir correctement les enfants. »

« Pourquoi le Seigneur Julius se soucie-t-il moins de son propre peuple qu’un roi d’un autre pays ? »

« Pensez-vous que Sa Majesté le Roi Souma reviendra un jour occuper Van ? »

Et ils avaient tourné un œil rancunier vers le château de Van.

Certaine des choses dont ils étaient irrités n’était pas la faute de Julius. Pour commencer, il y avait une différence de taille entre le territoire et l’économie du Royaume d’Elfrieden et de la Principauté d’Amidonia. Si vous demandiez si la principauté serait capable de fournir le même niveau d’aide que le royaume avait fait alors la réponse serait non. Cependant, les gens ordinaires ne savaient pas ça. En fin de compte, plus Julius essayait de gommer l’influence du royaume dans Van, et plus le cœur des habitants s’éloignait de lui.

Maintenant, quant à la façon dont les zones autres que Van ressentaient ça, les choses ne se passaient pas bien pour eux là-bas. Parce que, comme déjà notée, la mort soudaine de Gaius signifiait que le transfert de pouvoir n’avait pas été correctement géré, et Julius était pris à la légère par les seigneurs d’Amidonia.

C’était venu sous deux formes.

La première était : qui se soucie de la Maison Princière ? Pourquoi devrais-je incliner la tête face à ce morveux ? Certains le regardaient de haut.

La seconde était : ce jeune n’est pas fiable ! J’ai besoin de me défendre par moi-même ! Le genre d’attitude qui ne voulait pas traiter avec lui.

La majorité des nobles et des chevaliers qui possédaient des terres à Amidonia étaient tombés dans cette dernière catégorie.

Pour commencer, dans un pays sous le système féodal, la fidélité était présente envers son suzerain en échange de garanties sur la terre et la propriété. Si le suzerain n’avait pas le pouvoir de fournir ceux-ci, les vassaux devraient défendre eux-mêmes leurs terres et leurs biens. Ils en viendraient à agir non au bénéfice de leur suzerain, mais pour leur propre survie.

Souma avait dit à Julius : « Ceux qui acquièrent difficilement une principauté la garderont facilement. Ceux qui acquièrent une principauté sans difficulté auront du mal à la conserver », paraphrasant les paroles de Machiavel. Comme on pouvait s’y attendre, Julius, qui avait utilisé l’influence de l’Empire pour retrouver Van avec aisance, avait du mal à gouverner.

Il y avait aussi des histoires qui semblaient emblématiques concernant l’effondrement de sa base de pouvoir.

Comme déjà mentionné, Julius avait émis une ordonnance interdisant aux habitants de regarder les émissions provenant du Joyau de Diffusion de la Voix, mais cet ordre avait été suivi seulement dans les zones proches de Van. Partout ailleurs, les habitants avaient apparemment dit : « Qui se soucie de ce que dit un certain ordre provenant de la capitale ? » et ils avaient continué à regarder les émissions.

Quand la confiance dans le centre était ébranlée, chaque ville commençait à rassembler des soldats et des mercenaires pour leur propre usage. Si vous considérez cela, à cette époque, le royaume abolissait les armées des nobles et des trois ducs, créant une Force de Défense Nationale Unifiée. Ainsi, ici c’était un mouvement dans la direction opposée du Royaume.

Le fait que chaque petit seigneur levait sa propre armée était quelque chose que Julius n’aurait pas dû tolérer, mais s’il les empêchait de faire ça, il y avait le risque que les seigneurs se liguent ensemble et se révoltent contre lui.

Cependant, en regardant le résultat final, c’était une chance de laisser le pus sortir. Machiavel aurait fait remarquer que c’était précisément le moment où la cruauté aurait dû être utilisée. Même si cela se traduisait par une révolte, il pouvait éliminer les forces hostiles et intimider ceux qui hésitaient à s’engager à ses cotés à se mettre en ligne.

Cependant, Julius n’avait pas fait ça.

Peut-être était-il le genre à laisser tranquilles les chiens endormis. Ou alors, il ne voulait pas perdre plus de main-d’œuvre quand elle avait déjà été réduite par la guerre. Il n’y avait aucune chance de connaître ses raisons sans lui demander.

Et donc... ce manque de planification était son premier pas dans le bourbier.

Il y a un mois, il y avait eu un soulèvement populaire dans le nord-ouest d’Amidonia.

Cela avait commencé avec des émeutes concernant la pénurie alimentaire.

Cela s’était aussi passé dans le royaume, mais la crise alimentaire s’était aggravée au fur et à mesure que vous vous rendiez dans les zones rurales. Il semblerait que le nord-ouest de Van ait été particulièrement touché, et que des « centaines » ne suffisaient plus pour compter le nombre de morts dû à la famine.

Les habitants du domaine s’étaient tournés vers leur seigneur pour avoir de l’aide, mais le seigneur avait refusé. Parce qu’il avait rassemblé des troupes personnelles, le peu de nourriture qu’il avait dans ses greniers était utilisé pour les maintenir.

L’attitude du seigneur avait fait exploser la colère du peuple, et ils avaient attaqué son manoir. Le seigneur devait donc utiliser les troupes qu’il avait rassemblées contre les habitants de son propre domaine, qu’il avait enragés par son attitude.

Qui plus est, les soldats étaient en grande partie des habitants de son domaine qui avaient eux-mêmes raté beaucoup de repas. Quand ils furent confrontés à des personnes en colère du même domaine, ils avaient rapidement abandonné leurs postes et s’étaient dispersés.

Le seigneur avait réussi à s’échapper de justesse et avait voyagé après ça jusqu’à la capitale princière, Van, où il avait exigé que Julius réprime les émeutes.

Julius avait ensuite réfléchi à la demande. Si les émeutes se prolongeaient, il y avait le risque que les flammes se propagent à d’autres zones où l’insatisfaction couvait. D’ailleurs, s’il faisait preuve de force ici, les nobles tomberaient sans doute dans le rang.

Après avoir fait ce jugement, Julius mena lui-même les forces régulières afin de réprimer la rébellion. Les paysans avaient peut-être été en colère, mais ils n’étaient pas à la hauteur des forces régulières, et la rébellion avait été progressivement réprimée.

Dans les villages du nord-ouest, l’horrible vue des cadavres d’émeutiers paysans couchés dans les rues s’était répandue.

Julius était sur le point de mettre fin à sa répression de la rébellion dans le nord-ouest, mais un autre rapport encore plus surprenant était arrivé.

Les habitants de Van, qu’il avait été laissé vacant, s’étaient soulevés et avaient occupé la capitale. De plus, ils avaient envoyé des messagers au Royaume d’Elfrieden pour leur prêter allégeance et demander des renforts, et le royaume avait accepté leur demande et il avait envoyé immédiatement ses armées.

En d’autres termes, Van avait été réoccupé.

☆☆☆

Partie 3

Maria m’avait fait un regard qui semblait exiger des réponses. « Et donc... voilà comment vous êtes venu a réoccuper Van. »

« Oui, » j’avais hoché la tête. « Car après tout, c’était une demande du peuple de Van. »

Mais notez bien que j’avais utilisé Kagetora et ses Chats Noirs pour inciter le soulèvement à Van. Ils étaient restés cachés près de Van, tout en restant en contact avec des hommes d’influence de la ville alors qu’ils regardaient comment les choses se développaient, attendant le meilleur moment pour réoccuper Van. La raison pour laquelle la réoccupation s’était produite si rapidement une fois que les messagers étaient venus livrer leur serment d’allégeance était que ces forces avaient déjà été déployées près de la frontière.

« La Déclaration de l’Humanité interdit toute modification des frontières des pays provoquée par l’usage de la force, » déclara Maria. « Les habitants de Van se sont soulevés et ils ont occupé par la force la ville. Si les frontières d’Amidonia sont modifiées par ça, alors cela violera la Déclaration de l’Humanité. Si tel est le cas, en tant que chef du traité, l’Empire devra à nouveau arbitrer la situation entre les deux nations. Je suis sûre que nous devrons punir durement le royaume. »

« Pouvez-vous vraiment faire ça ? » demandai-je.

Maria était tombée totalement silencieuse.

« La Déclaration de l’Humanité reconnaît également le droit à l’autodétermination pour tous les peuples, » avais-je dit. « Si le peuple de Van veut appartenir à Elfrieden au lieu d’Amidonia, l’Empire, en tant que signataire principal de la Déclaration de l’Humanité, ne doit-il pas accepter cela et le soutenir ? »

Maria devait déjà savoir cela. C’était pourquoi elle était incapable de dire quoi que ce soit.

J’avais légèrement soupiré, puis j’avais clairement déclaré cette vérité à Maria : « C’est pourquoi le royaume n’a pas signé la Déclaration de l’Humanité. »

Les trois principaux articles de la Déclaration de l’Humanité étaient :

Premièrement, l’acquisition de territoire par la force entre les nations de l’humanité sera jugée inadmissible.

Deuxièmement, le droit de tous les peuples à l’égalité et à l’autodétermination devrait être respecté.

Troisièmement, les pays qui étaient éloignés du Domaine du Seigneur-Démon fourniront un soutien aux nations qui étaient adjacentes à lui.

Il s’agissait idéologiquement d’une chose merveilleuse. Cependant, il y avait une contradiction dans ces trois articles que l’Empire n’avait pas remarqués.

Il est vrai que si ces trois articles étaient sévèrement appliqués, cela empêcherait les conflits externes. Cependant, ce texte rendrait les problèmes internes irrécupérables.

Pour utiliser ce cas avec Van comme exemple, si le droit du peuple à l’autodétermination était accepté, les signataires de la Déclaration de l’Humanité devraient accepter ce que les habitants de Van avaient fait.

Cependant, si cela signifiait que les frontières d’Amidonia changeraient, ils ne pourraient pas non plus l’accepter. En outre, la logique selon laquelle, si Van devenait indépendante du reste de la Principauté, elle ne serait plus une signataire de la Déclaration de l’Humanité ne tenait pas. Si Amidonia supprimait les habitants de Van qui voulaient l’indépendance, ils seraient censurés pour ne pas avoir respecté le droit des peuples à l’autodétermination.

En d’autres termes, les signataires de la Déclaration de l’Humanité seraient forcés à l’état d’inaction.

Certains d’entre vous se demandent peut-être comment l’Empire aurait pu ne pas remarquer ça. Cependant, c’était le genre de chose qui ne venait à l’esprit de personne jusqu’à ce que cela arrive. Après tout, les peuples de la Terre du 20e siècle ne l’avaient pas remarqué, eux aussi avant que cela nous arrive en plein visage.

« Avez-vous entendu l’histoire que j’ai racontée à Jeanne ? » demandai-je.

« ... Oui, » répondit Maria. « C’était une histoire de personnes qui avaient peur de se retrouver pris dans un combat entre deux dieux établissant des règles pour éviter une guerre, n’est-ce pas ? »

Dans l’histoire que j’avais racontée, il y avait deux dieux : le dieu de l’Orient, qui disait : « Le monde devrait être égal », et le dieu de l’Occident, qui disait : « Le monde devrait être libre ». C’était une époque où les croyants de ces deux dieux se regardaient à couteaux tirés. Les pays qui étaient proches de la frontière entre ces deux dieux avaient travaillé avec les pays de l’est et de l’ouest pour établir des règles afin d’éviter d’être pris dans une guerre entre eux.

L’un d’eux avait dit. « Ne laissons pas les frontières être modifiées par la force militaire. »

Un autre avait dit. « Laissons les habitants de chaque pays prendre des décisions pour eux-mêmes. »

Un autre avait dit. « Organisons des échanges culturels entre l’Orient et l’Occident et essayons de nous entendre. »

« Je l’ai entendu de Jeanne, » déclara Maria. « C’est vraiment similaire à la Déclaration de l’Humanité, n’est-ce pas ? Je veux savoir comment cette histoire se termine. Qu’est-il arrivé au monde après cela ? »

« Il y avait des problèmes, mais cela a été raisonnablement contrôlé pendant un certain temps, » dis-je. « Finalement, le Dieu de l’Occident s’est brisé, et parce que l’équilibre du pouvoir s’est effondré, l’état de tension a disparu, évitant la guerre totale entre les deux camps. »

« Mais... n’était-ce pas une bonne chose ? » demanda Maria.

« Oui, cela l’était, du moins à ce moment-là, » dis-je. « Cependant, plus tard, dans un pays multiethnique, un certain peuple a commencé un soulèvement armé pour obtenir son indépendance. Si leur indépendance n’était pas reconnue, cela irait à l’encontre du principe de l’autodétermination. Cependant, si leur indépendance était reconnue, cela signifierait accepter un changement de frontières provoqué par la force militaire. Cette contradiction a immobilisé les pays qui avaient élaboré ces règles. »

« Comme l’Empire est en ce moment ? » demanda Maria.

J’avais fait un clin d’œil ferme à la question de Maria.

Vous l’avez peut-être déjà réalisé, mais cette histoire était l’histoire de la Terre.

Le Dieu de l’Occident qui avait dit que « le monde devrait être égal » était le socialisme.

Le Dieu de l’Orient qui avait dit que « le monde devrait être libre » était le capitalisme.

Les fidèles de ces deux dieux s’étaient regardés pendant la Guerre Froide.

Les pays qui avaient engagé des pourparlers pour éviter une guerre éclatée étaient les membres de la Commission sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) en 1975, plus tard l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE). Les règles qu’ils avaient décidées étaient ce qu’on appelait les Accords d’Helsinki.

La raison pour laquelle j’avais pu constater immédiatement la contradiction de la Déclaration de l’Humanité était que je connaissais les Accords d’Helsinki qui était similaire. Car après tout, j’avais étudié l’histoire moderne pour mes examens d’entrée à l’université.

C’est pourquoi, alors que je savais que les Accords d’Helsinki avaient empêché avec efficacité le déclenchement d’une guerre totale entre l’Est et l’Ouest pendant la guerre froide, ils avaient empêché quiconque de bouger pendant le conflit interethnique entre les Serbes et les Croates en Yougoslavie.

« Est-ce la faille que vous avez dit être présente dans la Déclaration de l’Humanité ? » demanda Maria avec un ton empli de déception.

« Exact, », dis-je. « C’est un piège mortel pour un État multiracial comme le nôtre. Voilà pourquoi le royaume ne peut pas signer la Déclaration de l’Humanité. »

Cela pouvait être cruel à dire, mais si nous avions été un pays comme Amidonia, avec un sous-ensemble de races plus puissant que les autres, cela n’aurait pas été un gros problème. Tant qu’une race était dans une position basse socialement, ou que sa population était faible, elle ne pourrait pas obtenir un mouvement d’autonomie à l’intérieur du pays. Mais dans un pays comme le nôtre où de nombreuses races travaillaient ensemble, c’était dangereux.

Ce n’était pas un problème quand le pays était bien géré, mais si les choses allaient mal, les habitants commençaient à penser à la séparation et à l’indépendance. Même si les choses se passaient bien aujourd’hui, cela pourrait ne pas être ainsi demain. Comme l’avait dit Machiavel, il fallait se préparer aux vicissitudes de la fortune.

« Ça fait mal d’entendre ça, » déclara Maria. « Notre empire est après tout aussi un état multiracial. »

Je pensais que c’était bien le cas. L’Empire avait le vent dans le dos en ce moment, donc pour le moment, cela irait bien.

Dans la situation actuelle, avec le Domaine du Seigneur Démon qui envahissait lentement le nord, il n’y avait pas de lieu plus sûr que le plus fort de tous les peuples de l’humanité. Aucune race dans l’Empire ne voudrait changer la nation à laquelle ils appartenaient.

Cependant, si le pays était mal géré, ou si la menace du Domaine du Seigneur Démon devait disparaître, que deviendrait l’Empire qui avait défendu la Déclaration de l’Humanité ?

« Madame Maria..., » commençai-je.

« Je sais ce que vous voulez dire. Cependant, je ne peux pas baisser le drapeau maintenant. » Maria sourit avec une forte volonté présente dans ses yeux. « Aussi épineux que soit le chemin, je veux que l’Empire soit une lumière d’espoir pour tous les peuples qui vivent aujourd’hui. Il est clair comme le jour que l’humanité a besoin de s’unir pour faire face au Domaine du Seigneur Démon. Même si c’est seulement pour un temps, l’Empire lèvera le drapeau pour unir les cœurs des personnes. »

« ... Je sens que je peux voir pourquoi ils vous appellent une sainte, » dis-je enfin. J’avais trouvé ses idéaux naïfs, mais elle avait parlé d’une manière qui avait attiré les personnes autour d’elle.

Bien qu’elle puisse avoir une collision frontale avec la réalité un jour, elle tenait toujours ses idéaux, acceptant pleinement ça. C’était dur de la regarder, mais je voulais quand même le faire. C’était le genre de charme qu’elle avait.

Je suis sûr que Jeanne n’en a pas fini avec ses soucis..., pensai-je en me rappelant de la jeune sœur et le général qui avait pris une vision plus réaliste des choses. Si Hakuya avait pu lire dans mes pensées à ce moment-là, il aurait pu dire : « Vous avez beau dire ça », avec une veine pulsant sur sa tempe.

Maria secoua la tête comme pour effacer les pensées de son esprit. « Je comprends ce qui s’est passé concernant votre réoccupation de Van. Je pense, techniquement, c’est arrivé d’une manière qui vous laisse sans faute. Même si vous vous déplaciez dans les coulisses. »

Il semblait que Maria savait que les Chats Noirs avaient été impliqués dans le soulèvement de Van. La raison pour laquelle elle ne me pressait pas ici était probablement parce que sa propre nation s’était livrée à des activités clandestines similaires. Et Amidonia avait également fait ça bien avant nous.

Maria avait soupiré. « Cependant, Souma, je ne comprends pas quelque chose. »

« Vous ne comprenez pas quoi ? » demandai-je.

« Pourquoi le royaume a-t-il absorber tout Amidonia ? » Maria me regarda droit dans les yeux.

... Eh bien ! Évidemment, je m’attendais à ce qu’elle veuille suivre sur ce point. Parce que, en ce moment, Elfrieden avait non seulement Van, mais toutes les terres d’Amidonia sous son règne. Cependant, ce n’était rien que j’avais vraiment souhaité.

« J’ai, bien sûr, l’intention de donner une explication complète, mais permettez-moi de dire une chose d’abord, » dis-je. « Nous n’étions pas la force motrice derrière cet acte. Dans tous les cas, nous ne sommes qu’un participant réticent face à tout ça. »

« ... Qu’est-il arrivé pour que vous disiez ça ? » demanda Maria.

J’avais fait un profond soupir. « À la toute fin, nous avons été dépassés par une petite fille. »

☆☆☆

Partie 4

Si vous lui demandiez ce qui lui avait permis d’agir ainsi, alors je dois admettre que c’était parce que nous avions regardé les choses de trop près. Les yeux du Royaume d’Elfrieden se concentraient uniquement sur Van.

Avec l’appel à l’aide des citoyens de Van et des environs afin de fournir une juste cause, nous avions prévu de réoccuper Van de manière à ne pas enfreindre la Déclaration de l’Humanité. C’était le cours prévu des événements.

Pour commencer, bien que nous devions recevoir de lourdes réparations à la suite des combats précédents, je ne pouvais pas imaginer qu’une Principauté d’Amidonia gouvernée par Julius allait avoir le pouvoir financier de les payer.

Les bureaucrates qui avaient géré les finances d’Amidonia avaient apparemment disparu avant le début des hostilités, et après tout, ils n’étaient pas réapparus même après le retour au pouvoir de Julius. Je ne pensais pas que les personnes qui mettaient les militaires en premier, comme Julius et ceux avec qui il s’entourait, allaient pouvoir remettre Amidonia sur pied.

De plus, avec la mort soudaine de Gaius, la passation de pouvoir ne s’était pas bien déroulée. Même si nous n’avions pas interféré, il était clair que le pays se serait dirigé vers des temps turbulents.

Les différents seigneurs n’avaient pas pris Julius au sérieux et avaient continué à se comporter de façon rebelle, et s’il avait augmenté les impôts pour payer les réparations, le mécontentement des habitants aurait explosé. Et si une guerre civile avait éclaté, il n’aurait pas pu payer les réparations.

C’est pourquoi j’avais agi pour que je puisse réoccuper Van.

Maintenant, même s’il n’avait pas payé les réparations, cela n’aurait peut-être pas été aussi profitable, mais je pouvais toujours garder les apparences en tant que vainqueur. Après tout, j’avais aboli les duchés de Carmine et de Vargas, et j’avais obtenu assez de réalisations pour l’audience nationale. Maintenant, quant à la demande du peuple de Van, c’était en fait une méthode qui m’était apparue quand l’Empire vint réclamer sa restitution. J’aurais pu installer un Seigneur intérimaire dans Van, puis lui faire demander l’intégration avec le Royaume d’Elfrieden.

Mais même ainsi, j’avais choisi de redonner la ville pendant un certain temps avant de faire un mouvement comme celui-ci, afin de laisser l’Empire avoir la position qu’ils avaient négociée.

Si j’avais profité du trou dans la Déclaration de l’Humanité à ce moment-là, les forçant à reconnaître notre souveraineté sur Van, cela aurait jeté de la boue au visage de l’Empire. Voilà pourquoi j’avais accepté de le rendre, permettant ainsi à l’Empire de bien paraître. De cette façon, même si nous reprenions possession de la ville, cela ne ferait rien pour ébranler l’autorité de l’Empire.

Et ainsi, de cette façon, alors que les yeux du royaume n’étaient que sur Van, quelque chose d’inattendu s’était produit en dehors de là.

La force de réoccupation du royaume commença à se former pour défendre la ville contre les forces de la principauté, qui reviendrait sans doute avec Julius qui les conduirait, mais... à la fin, Julius n’était jamais revenu à Van. Quand les forces sous le contrôle de Julius avaient fini de mettre fin aux émeutes et avaient essayé de retourner dans une Van nouvellement réoccupée, un nouveau rapport était arrivé. En vérité, plusieurs rapports.

En même temps que le Royaume d’Elfrieden avait envoyé ses troupes, des troubles avaient éclaté dans de nombreux endroits, à travers Amidonia, et tous en même temps. Chacun d’eux était différent.

L’un d’eux avait dit que les personnes qui avaient été opprimées par leur seigneur s’étaient révoltées, anéantissant la famille du seigneur et occupant leur ville.

On avait également dit qu’un noble majeur qui méprisait les capacités de Julius avait lancé une rébellion pour le remplacer.

L’un d’eux avait dit qu’un noble qui souffrait de la répression du peuple effectué par Julius dans le nord-ouest avait pris sur lui d’abriter ceux qui s’étaient échappés et prenait position contre Julius.

L’un d’eux disait que les partisans de Roroa, contrariés que Julius ait ignoré l’existence de sa jeune sœur quand il avait pris le trône, avaient levé des troupes pour lui résister.

La liste avait continué ainsi, et il y avait autant de raisons que d’émeutes.

Parmi les soulèvements, il y avait même des villes qui avaient vu les émissions en provenance du Joyau de Diffusion de la Voix venant du Royaume d’Elfrieden et demandaient qu’elles soient annexées tout comme Van. Curieusement, bien que leurs raisons aient varié, ils l’avaient tous fait en même temps, comme s’ils avaient conspiré à l’avance pour le faire à cet instant précis.

Avant que nous sachions ce qui s’était passé, le plateau de Go qu’était la Principauté d’Amidonia débordait de pierres noires de la rébellion, et les pierres blanches qui étaient les forces de la principauté sous le commandement de Julius avaient été mises en état de « damezumari », une pénurie de libertés d’action.

N’ayant aucun moyen de se faire passer pour un ami, les forces de la principauté sous le commandement de Julius, bien qu’étant dans leur propre pays, étaient entourées d’ennemis de tous les côtés. Une fois qu’ils s’étaient trouvés dans cette situation, combattre les forces du royaume tout en réprimant la rébellion était devenu impossible.

Les forces de la principauté sous le commandement de Julius virent apparaître une vague de désertions, et les pas des forces rebelles se rapprochaient de plus en plus d’elles.

En fin de compte, avec les forces de la principauté dispersées, Julius avait fui avec un maigre nombre de serviteurs afin de demander l’asile dans l’Empire. Ainsi, pendant un temps, Amidonia était devenue brisée et sans chef.

Du point de vue du royaume, nous étions capables de réoccuper Van, et un état ennemi s’était effondré. C’était une tournure inattendue des événements, mais nous n’aurions pas pu demander un meilleur résultat.

... Au moins, jusqu’à ce moment-là.

Cependant, cette fracture n’avait pas duré longtemps. Non, cela ne pouvait pas durer.

Parce qu’un ennemi étranger avait envahi Amidonia.

Ceux qui s’étaient déplacés en premier avaient été l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria au nord et la République de Turgis au sud. L’État mercenaire de Zem à l’ouest avait sa politique de neutralité éternelle, donc il ne montrait aucun signe d’invasion, mais il vendait probablement ses mercenaires aux deux envahisseurs.

L’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria était le centre de l’Orthodoxie Lunaire qui adorait la déesse de la lune Lunaria. Il s’agissait d’une théocratie avec leur pape servant de dirigeant religieux et temporel. L’Orthodoxie Lunaire se tenait à côté du culte de la Matriarche Dragon comme l’une des deux plus grandes religions sur ce continent.

Ce dernier vénérait la Matriarche Dragon qui vivait dans la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon. La doctrine de l’Orthodoxie Lunaire prêchait l’amour pour toute l’humanité, la coopération mutuelle et la tolérance, mais certains croyants zélés avaient des idéologies hostiles envers les autres religions. De cette façon, c’était comparable au Judaïsme, au Christianisme ou à l’Islam sur Terre.

Incidemment, le Royaume d’Elfrieden, en tant qu’État multiracial, n’avait pas établi de lois sur la foi que son peuple devrait suivre, et tout le monde suivait les religions qui lui plaisaient. Il s’était positionné comme un état polythéiste.

Revenons au sujet.

En réponse aux émeutes, l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria avait déployé ses troupes le long de la frontière, le justifiant au nom de la protection de leurs coreligionnaires au sein de la Principauté d’Amidonia.

Ils avaient donné refuge aux fidèles qui avaient fui Amidonia, et avaient montré qu’ils étaient prêts à avancer sur le territoire Amidonien si cela s’avérait nécessaire. Cependant, ils s’étaient lentement déplacés.

Ils étaient probablement conscients des forces du royaume déployées près de Van, et adoptaient une approche « attentiste » afin d’éviter de se heurter à nous.

Ceux qui avaient réellement traversé la frontière étaient la République de Turgis dans le sud.

Ce continent devenait de plus en plus froid plus vous alliez vers le sud. En tant que nation la plus méridionale, Turgis était une terre de froid glacial. En particulier, leur péninsule méridionale était enfermée dans la neige et la glace pendant la plus grande partie de l’année, et les courants d’air étaient assez sauvages pour faire tomber les wyvernes volantes. Face à la rudesse de la nature, on disait que même l’Empire au sommet de son pouvoir n’aurait pas pu toucher ce pays.

Les soldats de ce pays montaient sur des créatures ressemblant à des yaks géants qui ne vivaient que dans leur pays, et on disait qu’ils étaient invincibles quand il s’agissait de batailles sur terrain froid.

Les nouvelles que les forces de la République Turgis avaient envahies se propageaient rapidement dans la principauté. En l’état, la principauté était désorganisée et donc, elle serait facilement découpée. Si Turgis envahissait du sud, Lunaria envahirait sans aucun doute du nord avant que tous les restes soient pris. Si cela se produisait, Amidonia s’effondrerait et serait dirigée par deux puissances différentes.

Heureusement, les forces de la République de Turgis avaient vu leur avance entravée par une farouche résistance de la part du seigneur de la cité forteresse Nelva, le vieux commandant Herman, qui était endurci par les combats. S’ils allaient être divisés et gouvernés séparément, ne valait-il pas mieux avoir une seule personne en qui ils pourraient avoir confiance pour régner sur l’ensemble de leur pays ? Quand les habitants de la principauté pensèrent cela, ce qui leur venait à l’esprit était le visage joyeux du roi du pays voisin qu’ils avaient vu dans les émissions produit par le Joyau de Diffusion de la Voix. Ce jeune roi qui avait dirigé la capitale princière Van sans problèmes, et qui avait même embauché le général Wonder, la femme qui avait essayé de démontrer sa loyauté à la principauté.

... Eh bien ! Fondamentalement, c’était moi.

La prochaine chose que je savais était que c’était devenu l’opinion dominante en Amidonia qu’ils devraient chercher l’annexion par le Royaume d’Elfrieden afin de pouvoir résister à Turgis et Lunaria de cette façon.

Dans le processus, toute personne qui était attachée à maintenir l’indépendance d’Amidonia (qui était à peu près toutes les personnes qui avaient lancé des rébellions pour usurper la position de Julius) avait été éliminée par les annexionnistes.

Herman Neumann, le vieux général qui avait arrêté l’avance des troupes Turgis à Nelva, ainsi que l’ancien ministre des Finances, Gatsby Colbert, qui était resté avec lui, ils avaient tous deux prêté leur nom pour soutenir la faction annexionniste, qui était un facteur important dans cette affaire. Il semble que Colbert ait eu la confiance du peuple en raison de sa réputation de grand ministre qui avait soutenu le pays alors qu’il avait des difficultés financières.

Et ainsi, une demande d’annexion de toute la Principauté m’avait été remise.

... Eh bien. Que vais-je faire et comment cela est-il arrivé ?

Si je pesais le pour et le contre quant à l’annexion de toute la Principauté d’Amidonia, il y avait plus de négatifs que de positifs. Le positif était que cela augmenterait notre population, ce qui augmenterait le pouvoir de notre nation à long terme.

En outre, la Principauté d’Amidonia était riche en ressources minérales rares, telles que l’or, ce qui fournirait un approvisionnement régulier en ressources minérales que nous ne pourrions pas exploiter à l’intérieur du royaume.

D’autre part, les points négatifs étaient que, même si nous avions finalement résolu le problème de la crise alimentaire à l’intérieur du royaume, nous aurions maintenant besoin de faire face aussi aux pénuries alimentaires d’Amidonia.

En outre, il s’agissait d’une nation qui avait été notre ennemi jusqu’à il y a quelques jours, il serait donc difficile de gouverner.

Et aussi, jusqu’à présent, notre pays n’avait que des frontières communes avec l’Union des États de l’Est, la Principauté d’Amidonia et une partie de la République de Turgis. Avec le changement des frontières, en échange de la disparition d’Amidonia, nous serions maintenant à la frontière de l’État mercenaire de Zem et de l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria, ce qui était un autre inconvénient. Plus nous avions de frontières, plus notre diplomatie serait après tout difficile.

Une autre chose était que, même si je n’avais jamais compté sur eux, les réparations de guerre cesseraient aussi d’être payées. Puisque les citoyens d’Amidonia deviendraient une partie de notre pays, la frontière entre ceux qui payent les réparations et ceux qui les reçoivent serait partie.

Quand je l’avais regardé de cette façon, il semblait qu’il y avait plus de négatifs que de positifs au fait d’annexer Amidonia.

Cependant, nous n’avions pas la possibilité de refuser. C’était parce que les effets négatifs de choisir de ne pas annexer Amidonia étaient encore plus grands.

Premièrement, cela ébranlerait notre juste cause en réclamant. « Nous avons incorporé Van dans le royaume à la demande des habitants ». Si nous prenions seulement Van, mais pas le reste, alors les habitants diraient simplement. « Oh, donc, à la fin, le royaume a envahi la terre qu’ils voulaient ».

De plus, si nous laissions Turgis et Lunaria envahir le pays, en fin de compte, nous aurions quand même une frontière avec ces deux pays.

Et aussi, le fait de gouverner Amidonia alors qu’elle faisait face à des pénuries alimentaires serait difficile. Si les deux pays échouaient à gouverner correctement, et si la famine et la guerre civile éclataient dans l’ancien territoire d’Amidonia, nous assisterions à un nouvel afflux de réfugiés. Et donc, il serait préférable que nous prenions la responsabilité de prendre soin de tout cela dès le début. Ce serait difficile maintenant, mais à long terme, notre investissement se rentabiliserait.

En fin de compte, j’avais accepté l’intégration de tout Amidonia dans le royaume, et j’en avais notifié divers pays étrangers. Alors que j’avais fait ça, j’avais également déplacé une unité navale sous le commandement d’Excel qui se tenait dans le sud-ouest du Royaume d’Elfrieden à la frontière avec Turgis, me mettant en position d’envahir leur terre à tout moment.

Du point de vue de la République, ils ne voudraient pas attaquer le continent alors que leur force principale assiégeait Nelva. Ils s’étaient alors immédiatement retirés de Nelva, et les forces de la République s’étaient retirées d’Amidonia comme la marée descendante.

De plus, voyant que le chaos régnant dans Amidonia avait cessé, les forces de l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria qui étaient déployées le long de la frontière cessèrent de se préparer à la guerre.

Contrairement à Turgis, ils n’avaient pas fait de grand déplacement jusqu’à maintenant. Pour cette raison, il était difficile d’évaluer ce qu’ils avaient pensé et s’ils étaient effrayés.

Quoi qu’il en soit, ce fut la séquence des événements qui avaient conduit à mon annexion d’Amidonia.

Peu après le retrait de la République de Turgis...

J’étais de retour au château de Van pour gérer les documents post-annexion, et ce jour-là, j’étais assis sur le trône dans la salle d’audience pour remettre des récompenses à ceux qui avaient contribué à la défense contre la République de Turgis. Le soulèvement s’était révélé si soudainement, et donc je n’avais pas amené beaucoup de mes partisans avec moi, mais, comme d’habitude, Liscia et Aisha se tenaient de chaque côté de moi, tandis que Hakuya effectuait la cérémonie.

Deux personnes avaient reçu des félicitations à cette occasion. Le vieux général qui avait défendu Nelva, et par extension Amidonia, Herman Neumann, et l’ancien ministre des Finances Gatsby Colbert (son prénom était Gatsby, mais parce qu’il était un ancien ministre, je me sentais comme si je devrais l’appeler Colbert) qui avait travaillé avec lui pour unifier une Amidonia fracturée. Herman était un vieux général aguerri, comme Georg ou Owen, alors que Colbert était un type intellectuel plus délicat dans la vingtaine.

Derrière eux se trouvaient deux piles de quelque chose, mais je ne pouvais pas dire exactement quoi parce que c’était couvert. Quoi qu’il en soit, c’était apparemment un cadeau pour notre pays.

Quand ils se prosternèrent devant moi sur le tapis, je leur avais dit : « Levez la tête ».

Une fois qu’ils l’avaient fait, j’avais d’abord parlé à Colbert.

« Sire Colbert. Je vous remercie d’avoir réuni les habitants d’Amidonia, » dis-je. « Sans votre travail acharné, le chaos aurait été prolongé, et les gens d’Amidonia auraient souffert à cause de tout cela. »

« Vous êtes trop gentil, » Colbert inclina profondément la tête.

J’avais essayé de parler des habitants d’Amidonia comme s’ils étaient de mon propre peuple, mais il n’avait affiché aucune véritable réaction quant à ça. Eh bien. Je suppose qu’il avait l’intention de repousser toute la responsabilité sur moi, alors c’était naturel d’agir ainsi.

Colbert leva la tête avant de déclarer ça. « Dans tous les cas, Votre Majesté, j’ai ici quelque chose que je voudrais vous donner... »

« Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

Colbert avait retiré la couverture de l’une des deux piles. Ce qui était apparu au-dessous était une montagne de documents. Hakuya, qui se tenait à côté de lui, avait dit : « Je vois » avec un sourire tendu.

Je n’étais pas sûr de ce qu’il avait compris, mais j’avais alors demandé à Colbert : « Qu’est-ce que c’est ? »

« Ces documents sont des états des revenus et des dépenses ainsi que des documents concernant les droits et la propriété au sein de la Principauté d’Amidonia, » expliqua Colbert. « Ils ont d’abord été conservés dans les archives de Van, mais nous les avons emportés avant le déclenchement des hostilités afin d’éviter qu’ils ne soient perdus dans les feux de la guerre. La guerre est maintenant finie, et donc nous les avons ramenés à Van, où ils doivent être. »

Oh, maintenant qu’il l’avait mentionné, quand nous avions pris la garde des archives de Van comme garantie contre les réparations de guerre, j’avais peut-être reçu un rapport disant qu’aucun de ces documents n’était là. Cela devait donc être la raison du sourire tendu de Hakuya. Parce que, pour Hakuya, les choses n’avaient pas marché comme il l’avait prévu.

« Je vois, » dis-je. « Cela fait un merveilleux cadeau. Cela rendra les décisions plus faciles. »

« Je suis honoré de vous entendre dire ça, » répondit Colbert.

« Cependant, je pense qu’il vaudrait mieux que vous les rangiez avec vos propres mains, » dis-je, refusant de les accepter.

« Hein !? » Colbert avait l’air stupéfait.

Hm, je pense que cela égalise le score.

J’avais souri alors que je lui disais, « Ancien ministre des Finances d’Amidonia, Colbert ! Voulez-vous me servir ? »

« O-Oui, Sire ! » Colbert avait presque répondu par réflexe. Bon, j’avais maintenant un engagement de sa part.

« Très bien, » dis-je. « Dans ce cas, je vous préparerai un poste équivalent à celui que vous avez occupé à Amidonia. Désormais, en tant que ministre des Finances du Royaume d’Elfrieden et de la Principauté d’Amidonia, je vous demande de soutenir les finances de cette nouvelle nation. »

« Je-je suis un Amidonien, le réalisez-vous... cela ne vous dérange-t-il pas ? » bégaya-t-il.

« Ça ne me dérange nullement. J’utiliserais quiconque utile pour ce pays, » dis-je. « Si je suis obsédé par la race et la nationalité, alors je ne reconstruirai jamais ce pays. »

« O-Oui, Sire..., » bégaya-t-il.

Mais plus sérieusement, j’avais toujours voulu quelqu’un comme lui. J’avais étudié les sciences humaines, donc les calculs mathématiques et les décisions impliquant l’économie étaient toujours difficiles pour moi. Si ce gars-là avait la capacité d’empêcher ce pays moins prospère de faire faillite alors que l’armée mangeait une grosse partie de son budget, je voulais qu’il travaille pour moi, et cela, quoi qu’il arrive. S’il y avait un ministre des Finances capable de réduire les dépenses inutiles, je pourrais peut-être trouver une place dans le budget pour une ou deux politiques que je n’avais pas pu faire auparavant.

Heh heh heh... oh, les possibilités...

« Ministre des Finances Colbert, » dis-je. « Ces documents seront sûrement les outils de votre fonction. Ramenez-les avec vous et travaillez à la reconstruction de la région d’Amidonia. »

« Ou... oui, Sire ! J’ai compris ! » Colbert se prosterna encore une fois devant moi.

J’avais hoché la tête, puis j’avais regardé le général Herman. « Sire Herman, vous avez bien fait de vous défendre contre les forces de la République de Turgis. Sans la lutte acharnée que vous avez menée, je suis sûr que la République aurait dépassé Nelva et pénétré dans les terres d’Amidonia. Si cela s’était produit, notre aide ne serait pas arrivée à temps et la situation serait encore plus chaotique qu’elle ne l’est maintenant. »

Je l’avais remercié, mais l’expression sévère d’Herman ne s’était pas adoucie.

« Les guerriers sont les défenseurs du peuple, » déclara-t-il. « Même sans maître, cela reste pareil. J’ai simplement fait ce qui est mon devoir. »

I-Il est assez strict et formel, Hmm..., pensai-je. Il était probablement le genre de personne qui s’était dévoué dans sa profession. Si Owen était un vieil homme riant, cette personne était un vieil homme têtu.

Oui, il était comme un vieil homme Tsundere du Japon, et j’aimais ça. Je suppose que ses premiers mots avaient été l’équivalent de ça. « C-Ce n’est pas comme si je l’avais fait pour toi, d’accord ? Je n’ai pas eu le choix après avoir perdu mon dirigeant, alors je l’ai juste défendu ! » ou quelque chose comme ça.

Herman se leva et se dirigea vers l’autre pile recouverte. « Moi aussi, je suis venu vous porter des cadeaux, Votre Majesté. J’espère que vous ne me les donnerez pas après les avoir reçus. »

Avec ces mots, Herman avait retiré la couverture. Au-dessous se trouvait un tas de nombreux textiles colorés, tous roulés comme de petits pains.

« Le sud d’Amidonia possède une industrie prospère qui produit de la laine de haute qualité, » dit-il. « Ces textiles ont été faits avec cette laine. S’il vous plaît, acceptez-les. »

« Hm. Puis-je venir regarder de plus près ? » demandai-je.

« Comme il vous plaira, » déclara-t-il.

Je m’étais alors levé de mon siège, puis je m’étais approché de la pile de textiles et j’avais posé la main sur l’un d’eux. Il avait une bonne texture. Était-ce un tapis ? Je ne savais pas très bien juger la qualité de ce genre de choses, mais je pouvais quand même dire que c’était une bonne chose.

« Hm ? Un tapis ? » murmurai-je.

Un tapis en cadeau... hein... Je ne sais pas trop. J’ai l’impression d’avoir déjà entendu parler de ce scénario. Si je me souviens bien, il y avait une scène comme celle-ci dans l’histoire de la Terre. Hein !? Pensai-je,

« Sire Herman, » dis-je.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Hermann.

« N’y aurait-il pas également une femme cachée dans ce tapis ? » demandai-je.

Au moment où j’avais dit ça, le visage d’Herman s’était raidi.

Attendez, franchement ? pensai-je.

L’un des textiles dans la pile avait commencé à se tortiller. Un assassin s’était-il glissé dedans ? Les soldats et Aisha étaient sur le point d’intervenir, quand...

☆☆☆

Partie 5

« Ce n’est pas du jeu ! Ce n’est pas juste ! Ça allait être la surprise de toute une vie ! Pourquoi devez-vous venir ici et comprendre ce qui allait arriver ? » s’exclama la voix d’une fille.

Le textile en mouvement s’était lentement déployé et avait exposé une fille qui aurait l’âge pour aller quelque part entre le collège et le lycée. Ses longs cheveux étaient attachés en une double queue de cheval, et elle avait de jolis traits réguliers et de petits yeux vifs. Voici le genre de fille qu’elle était.

La jeune fille posa sa main droite sur sa nuque, et sa main gauche sur sa hanche, se secouant un peu pendant qu’elle posait comme un mannequin. « Bienvenue ou non, la voici, dun-da-da-dun ! Il s’agit de Roroa ! » Puis elle avait affiché un sourire coquet et avait essayé d’agir de manière sexy.

Elle était légèrement plus petite que Liscia, et son corps avait un manque flagrant de courbes, alors elle ressemblait à une petite fille essayant trop fort de ressembler à une adulte. Mais, eh bien, c’était mignon à sa manière, comme un petit animal, et... attendez. Roroa n’était-elle pas le prénom de la petite sœur de Julius ?

Alors que je regardais avec étonnement face à la soudaineté de tout cela, Roroa s’était mise en colère. « Ah, vous n’êtes pas drôle, Monsieur Souma. »

« Monsieur Souma !? » criai-je. Je n’ai jamais été appelé Monsieur Souma avant aujourd’hui... Attendez, ce n’est pas ça ! Hein !? Quoi !?

Gaius et Julius avaient tous les deux été des gens effrayants qui avaient déclenché une sérieuse soif de sang, alors pourquoi cette fille était-elle si amicale ? La famille princière d’Amidonia n’était-elle pas censée haïr la famille royale d’Elfrieden ?

Alors que je n’étais toujours pas revenu à la réalité, Roroa avait commencé à me frapper à l’épaule. « Pourtant, je ne peux pas dire que j’approuve vraiment le fait que vous gâchiez la surprise. Vous savez, je me suis retrouvée ici pendant un peu moins d’une heure à attendre ? Oui, il faisait bien plus chaud dedans que je ne l’aurais imaginé. »

Eh bien ! Oui, si vous étiez enveloppé dans de la laine, ce serait logique...

« Alors, comment l’avez-vous compris ? » demanda-t-elle. « Vous savez, j’étais assez sûre que vous ne le découvrirez pas ! »

« Eh bien ! Il y a une femme dans le monde d’où je viens qui a fait quelque chose de similaire, » répondis-je.

« Argg, mon tour a chevauché celui de quelqu’un d’autre, hein !? » cria-t-elle. « Quelle gaffe ! »

« Bien que cette personne était apparemment nue quand elle l’avait fait, » dis-je. (Les opinions varient à ce sujet.)

« Qu’est-ce qu’il y a chez cette femme ? » cria Roroa. « N’était-elle pas un peu perverse ? »

J’avais haussé les épaules. « On a dit qu’elle était si grande que si son nez avait été plus court, la face du monde aurait été changée. » (* Les opinions varient ici aussi.)

J’avais alors regardé Roroa qui serrait sa poitrine plutôt maigre comme pour la cacher. Elle laissa échapper un soupir.

En passant, Roroa était vêtue. Si elle avait été nue, nous n’aurions pas pu avoir une conversation détendue comme ça. Car après tout, mes deux fiancées étaient juste derrière moi, en train de regarder ça.

« Hmm... Cela vous dérange-t-il si je vous appelle Roroa ? » demandai-je. « Êtes-vous bien la princesse d’Amidonia ? »

« Vous avez raison, » répondit-elle. « Ces caractéristiques épurées, ce charme et cet esprit, oh, oui, la beauté à couper le souffle d’Amidonia, Roroa, c’est moi. »

« Oh, bon sang... Je ne sais même pas par où commencer à chercher des trous (failles) dans cette..., » dis-je.

« “Chercher des trous”, hein !? », demanda-t-elle. « Lequel de mes trous prévoyiez-vous de fourrer ? ... je rougis. »

« Vous ne devez pas dire “je rougis” ! Et aussi, sortez ces cochonneries de votre tête... ! » criai-je.

« En aucune façon ! Vous et moi, nous venons de nous rencontrer, n’est-ce pas ? Alors, commençons à agir en tant que mari et femme, d’accord ? » déclara-t-elle.

« Vous avez déjà atteint la destination finale là ! » criai-je. « Ne sommes-nous pas censés commencer par devenir amis !? »

« Vous deux... Pourquoi vous entendez-vous si bien lorsque vous vous rencontrez pour la première fois ? » demanda Liscia.

Pendant que je jouais avec diligence à l’homme hétérosexuel dans l’acte comique de Roroa, Liscia m’avait fait un regard froid.

Whoa! Maintenant qu’elle l’avait mentionné, elle avait raison !

Roroa caqueta. « Vous êtes bon là-dedans, Monsieur Souma. Vous faites un bon homme hétéro. »

« Pourquoi êtes-vous si facile à vivre ? » demandai-je. « Êtes-vous vraiment une princesse Amidonienne ? »

« Bien sûr que je suis. Si vous aimez, je peux faire une salutation formelle et tout le tintouin, » après avoir dit ça, Roroa laissa tomber son sourire ridicule et elle avait fait une révérence respectueuse. « Je suis Roroa Amidonia, fille de Gaius VIII, de l’ancienne Principauté d’Amidonia. »

Quand elle avait agi de cette façon, elle avait mystérieusement commencé à ressembler à une princesse.

« ... Et qu’est-ce que la princesse Roroa fait exactement ici ? » demandai-je.

« Ohh. J’ai une bonne raison pour ça, » répondit-elle.

« Oh. Êtes-vous déjà revenu à parler avec désinvolture !? » demandai-je.

« Ça ne sert à rien de devoir se préoccuper de ça. Je veux dire par là, qu’après tout..., » commença Roroa.

Avec son meilleur sourire présent sur son visage, elle avait laissé tomber la plus grande bombe de la journée.

« Après tout, je suis venue ici pour que vous puissiez me mettre la bague au doigt, » continua-t-elle.

« Attendez ! » cria Liscia.

Alors que mon cerveau était encore gelé, traitant la soudaine déclaration de Roroa qu’elle allait être ma fiancée, une Liscia énervée courut jusqu’à Roroa.

« Vous êtes une princesse d’Amidonia, n’est-ce pas ? Mais, qu’est-ce que vous racontez là ? » demanda Liscia.

« Je fais juste ce que vous avez fait, Grande Sœur, » répondit Roroa.

« Grande Sœur ?! » s’exclama Liscia.

Roroa était calme face à Liscia. « Grande Sœur, vous êtes une princesse d’Elfrieden, n’est-ce pas ? Quand vous avez accepté d’épouser Monsieur Souma, c’était simplement pour lui donner une juste cause afin de gouverner le royaume, n’est-ce pas ? »

« Comment saviez-vous ça !? » s’écria Liscia.

Il était naturel que Liscia soit surprise. Roroa avait une compréhension précise de ce que notre situation était.

« Ne jamais sous-estimer le réseau d’information des marchands, » déclara Roroa. « Eh bien ! De toute façon, c’est pareil pour moi. Si je me marie dans le royaume et amène mon pays avec moi, Monsieur Souma gagnera la Principauté d’Amidonia, et une juste cause pour la gouverner. En fusionnant avec le royaume, les réparations que la principauté devait payer seront effacées, et en étant intégrées dans le royaume, nous pourrons aussi recevoir un soutien alimentaire. Ne pensez-vous pas que c’est un mariage qui profite à tous les deux ? »

Avec son raisonnement, Roroa soulignait comment cela serait bénéfique aux deux parties. Mais Liscia semblait seulement être encore plus réticente après ça. « C’est... Je veux dire... c’est vrai que nos fiançailles étaient au début un arrangement au bénéfice du pays. Mais, maintenant, je veux sincèrement soutenir Souma. Je ressens même une grande affection pour lui. Aisha, Juna et moi-même, nous avons toutes choisi d’être aux côtés de Souma de notre plein gré ! » Elle avait pratiquement crié une confession de son amour à la fin.

J’avais été surpris. Il y avait cette fille qui pensait si fortement à moi. En l’entendant parler avec passion, je sentais mes joues brûler.

Les joues de Roroa devinrent un peu rouges face à la déclaration de Liscia, mais elle se mit aussi à ricaner. « Ahh ! Mais dans ce cas, il n’y a pas de problème avec ça. Je suis moi-même également assez friande de Monsieur Souma. »

Quand elle l’avait dit si clairement, c’était au tour de Liscia d’être abasourdie. « Vous l’aimez bien... ? Mais c’est la première fois que vous vous rencontrez, n’est-ce pas ? »

« J’ai déjà vu son visage, » déclara Roroa. « Quand j’étais cachée, il était présent lors du programme de musique. C’est sûr que c’était une nouvelle façon révolutionnaire de l’utiliser. Je peux également penser à plus d’applications. Selon la façon dont il est utilisé, vous pourriez faire une véritable fortune avec ça. » Roroa claqua joyeusement les doigts. « Je sais ! Les familles royales et princières ont un système de mandats royaux de nomination, ouais ? C’est un système où les cadeaux de haute qualité que nous recevons acquièrent notre approbation officielle. C’est une garantie de la qualité du produit, mais c’est aussi une publicité qu’il y a quelque chose d’assez bon pour que ça vaille la peine d’être garanti. Alors, que diriez-vous d’allouer à ces personnes une petite quantité de temps sur les émissions du Joyau de Diffusion de la Voix où, pour une certaine somme, vous montrerez des publicités pour les produits de ces personnes là ? S’il y a une grande entreprise qui cherche à faire de la publicité pour elle-même et son produit, ne pensez-vous pas qu’ils paieraient bien pour ça ? »

« Je vois, » dis-je. « Afficher des publicités, hein... J’avais oublié cela... »

Parce que le Joyau de Diffusion de la Voix était actuellement utilisé comme diffuseur public, je n’avais pas envisagé l’idée de diffuser des publicités. De toute façon, je n’avais jamais pensé que cela arriverait à quiconque dans un monde sans télévision de vouloir sponsoriser des publicités dessus. Mais, comme le disait Roroa, il y avait des marchands qui s’annonçaient comme des pourvoyeurs de la famille royale. Si nous mettions en place un endroit pour eux de faire de la publicité, des financements pourraient commencer à nous être versés. Si cela couvrait les coûts de production des programmes, cela signifierait beaucoup plus de largeurs dans le budget national.

Pendant que je pensais ça, Roroa posa ses mains sur ses hanches et sourit. « Vous savez, je pense que vous pouvez rapprocher le royaume et la principauté et nous conduire dans une ère plus prospère. D’ailleurs, si je suis avec vous, je me dis que je serai probablement capable de voir des choses plus amusantes comme ça, et j’ai toujours pensé que si je dois épouser quelqu’un, ça serait mieux qu’il soit quelqu’un d’intéressant. »

« ... Je comprends vos pensées, mais... êtes-vous d’accord avec ça, Roroa ? » J’avais regardé Roroa droit dans les yeux alors que je lui avais demandé ça. « Vous rendez-vous compte que... Je suis... l’homme qui a tué votre père, Gaius VIII. »

Au moment où j’avais dit cela, une vague de tension avait traversé les personnes du côté du royaume.

Le père de Roroa, Gaius VIII, était tombé au combat contre le royaume, et j’étais celui qui avait dirigé cette force. En d’autres termes, pour cette fille, j’étais le tueur de son père.

Roroa haussa les épaules, apparemment indifférente. « Eh bien, si vous voulez dire ça, moi, je suis allé chasser mon propre frère hors de ce pays. J’ai utilisé mes liens avec les marchands pour mettre en place des révoltes simultanées et partout. »

« Quoi !? Alors, c’était vous !? » m’écriai-je.

Les seules émeutes que le royaume avait suscitées étaient celles autour de Van.

Nous n’étions pas du tout impliqués dans les révoltes des vassaux ou les soulèvements populaires qui avaient éclaté ailleurs, mais qui aurait cru qu’elle était derrière tout cela... ?

Quelle fille !

Alors que j’essayais toujours de traiter cela, Roroa avait agité sa main. « Vous n’avez pas besoin de vous sentir mal pour ce qui est arrivé avec mon vieux père. Ou préférez-vous que je vous crie dessus telle une vengeresse. “Comment osez-vous avoir tué mon père !” Alors voulez-vous me forcer à me soumettre à vous, et me faire dire, “Je ne peux pas croire que je vais devoir porter l’enfant de l’assassin de mon père.” ? »

« Je n’ai pas ce genre de penchant fétiche et sadique ! » criai-je.

« Souma, » murmura Liscia, l’air troublé. « C’est un peu trop... »

« Liscia, pourquoi agissez-vous d’une manière un peu effrayante ? » demandai-je. « C’est simplement quelque chose que Roroa est venue à en parler par elle-même, d’accord ? »

Ah, je ne savais pas quoi dire. Et peut-être parce que je haussais ma voix beaucoup plus que je n’en avais l’habitude, je commençais à avoir des vertiges. Ce faux accent du Kansai de cette fille m’avait totalement fait obéir au doigt et à l’œil.

J’avais alors soupiré. « Écoutez, Roroa... »

« Quoi ? » demanda-t-elle.

« Vous ne m’en tenez donc pas rigueur ? » demandai-je. « Même pas un petit peu ? »

« ... Eh bien ! Quand vous le dites comme ça, ce n’est pas comme si je ne ressentais absolument rien à ce sujet, » Roroa croisa les bras devant sa poitrine et ferma les yeux. « Même avec la façon dont il était, il restait quand même mon vieux père. Mais n’a-t-il pas également essayé de vous tuer ? Sur le champ de bataille, c’est tuer ou être tué. Il n’y a donc pas grand-chose à faire à ce sujet. On dirait que vous nous avez restitué ses restes en bonne et due forme, donc vous n’entendrez aucune plainte de ma part. »

J’étais resté silencieux.

« Eh bien... ! Cela signifie simplement que nous nous sommes assez mal entendus en tant que père et fille, et que je peux en rester là, » Roroa avait l’air un peu seule. « Mon vieux père et mon frère étaient tellement obsédés par la vengeance envers le royaume qu’ils ne pouvaient rien voir d’autre. Amidonia est un pays pauvre. Nous avons de précieuses ressources minérales... mais c’est tout. Notre taux d’autosuffisance alimentaire est faible. Ce n’est pas la maison royale d’Elfrieden ou les habitants du royaume qui font souffrir mon peuple en ce moment. C’est la faim et la pauvreté. Ce dont nous avions vraiment besoin, c’était des emplois et de la nourriture. C’est ce que pensait Colbert, les bureaucrates et moi quand nous avons désespérément travaillé pour rassembler de l’argent. Mais, mon vieux père et les siens, ils allaient immédiatement tout mettre dans l’armée. »

Quand Roroa avait parlé de cela, ses yeux étaient devenus glaciaux. L’enjouement d’avant avait disparu, et sa voix était remplie de déception concernant sa famille ainsi qu’un sentiment de résignation.

« S’ils l’avaient bien utilisé, les personnes affamées, les filles forcées de se vendre ou de se prostituer par elles-mêmes, les enfants vendus afin d’avoir moins de bouches à nourrir, nous aurions pu réduire tout ça, » dit-elle. « Le fait d’attiser la haine contre le royaume et l’utiliser pour contrer la dissidence, ce n’est pas une chose saine à faire. Il est sûr de finalement s’effondrer à un moment ou à un autre. Mais, malgré ça... mon vieux père ne m’a pas écouté quand j’ai essayé de le faire aller dans le droit chemin. Je me demande quand c’était, quand... j’ai vraiment cessé de les voir comme ma famille... »

« Roroa..., » dis-je doucement.

Roroa secoua la tête, puis elle se ressaisit. Après ça, elle se mit à sourire. « Pour moi, les seuls membres de ma famille sont Grand-père Herman, et Monsieur Colbert, qui est comme un grand frère pour moi, et tous les gentils hommes et femmes qui vivent dans les marchés de la principauté. Ce n’est pas une famille avec qui je suis lié par le sang, mais je veux protéger et dont je me soucie. »

Une famille dont elle se souciait et qui n’était pas liée à elle par le sang, hein...

Pendant les pourparlers d’après-guerre, Julius avait renoncé à Roroa parce qu’elle était peut-être devenue une ennemie politique. Et maintenant, Roroa avait aussi tourné le dos à Julius.

Même s’ils étaient à égalité, pourquoi me sentais-je plus proche de Roroa ? C’était probablement parce que, contrairement à Julius, Roroa comprenait l’importance de la famille.

« Je voudrais vous demander une chose de plus, » dis-je. « L’autre jour, il y a eu des émeutes dans le nord du pays qui ont été réprimées par Julius, n’est-ce pas ? Était-ce quelque chose que vous avez incité ? »

« Je ne ferais jamais ça ! » À ce moment-là, Roroa fut indignée pour la première fois. « En fait, j’ai fait en sorte que les révoltes se produisent toutes en même temps pour éviter une situation comme celle-là ! J’ai fait ça afin d’immobiliser mon frère en le saturant totalement afin qu’il ne puisse pas réprimer la population ! Je n’avais jamais permis un soulèvement qui allait sûrement rencontrer un horrible destin comme celui-là ! »

Malgré sa véhémence, sa voix était pleine de chagrin. Il ne semblait pas qu’elle mentait.

« Eh bien, la révolte dans le nord était-elle un phénomène naturel ? » demandai-je.

« Ce n’est pas ça non plus, » dit-elle en secouant la tête. « Regardez la géographie. Qu’est-ce qui se trouve près du nord où les émeutes ont éclaté ? N’y avait-il pas des personnes qui agissaient dans l’ombre là-bas ? »

« Ah... ! L’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria !? » m’écriai-je.

Amidonia était bordée par l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria dans le nord. Qui plus est, l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria avait rassemblé ses forces le long de la frontière au nom de la défense de leurs coreligionnaires. Roroa hocha la tête avec un regard frustré clairement visible. « Il n’y a pas de frontières quand il s’agit de religion. Aussi proche de l’État Pontifical Orthodoxe que cette région soit, il y a beaucoup de disciples de l’Orthodoxie Lunaire. L’État Pontifical Orthodoxe a probablement attisé les croyants là-bas, en leur disant qu’il s’agissait d’un ordre direct du pape, ou quelque chose comme ça. Je suis sûre qu’ils avaient prévu d’envoyer des troupes pour protéger ces croyants. »

« Mais le nord est une terre à peine fertile, » dis-je. « Je veux dire par là que c’est déjà assez grave qu’ils se soient révoltés là-bas. Y avait-il une raison quelconque pour que l’État Pontifical Orthodoxe fasse ça ? »

« Ce n’est pas la terre qu’ils veulent, » répondit-elle. « C’est le peuple. Les Croyants. S’ils sont des croyants zélés, quelle que soit la dureté de la vie qu’ils mènent, ils ne se détacheront jamais du centre de la foi. Les ennuis et les difficultés auxquels ils sont confrontés sont tous les tribulations de la vie quotidienne qui leur sont accordées par leur dieu. Voilà ce qu’ils disent. Voilà pourquoi ce pays n’a pas à penser à la vie quotidienne de ses habitants. Tant qu’ils exécutent les bons rituels, ils les soutiennent. Voilà pourquoi ce pays veut tous les croyants qu’ils peuvent obtenir et cela, quelle que soit la méthode. »

« C’est problématique..., » murmurai-je. « Et, tenez bon ! Roroa, on dirait que vous n’aimez pas trop l’Orthodoxie Lunaire. »

« Je ne parle pas de l’Orthodoxie Lunaire elle-même, » avait-elle répliqué. « Ce que je déteste, ce sont les personnes qui utilisent la religion pour s’enrichir politiquement, puis pour faire faire des choses radicales et blesser les gens autour d’eux qui n’ont rien à voir avec ça. »

« Je suis d’accord, » dis-je. « Sur ce point, je peux être d’accord avec vous. »

Il semblait que mélanger la politique et la religion était un problème, peu importe le monde dans lequel vous viviez. Normalement, la religion était quelque chose qui existait afin d’apaiser le cœur des gens, mais certaines personnes l’utilisaient comme une justification et une excuse pour leurs actions. À une certaine époque, les interprétations de la doctrine avaient changé avec ceux au pouvoir, et ceux qui n’avaient pas adhéré à leur doctrine seraient considérés comme des hérétiques et punis au nom de leur dieu. Honnêtement, il n’y avait rien de pire que ça.

« Si c’était une option, j’irais jusqu’au bout de ma vie sans jamais rien avoir à faire avec eux, » dis-je.

« Dommage que ce ne soit pas possible, » dit brutalement Roroa. « Ce pays est sûr d’essayer de prendre contact avec vous. »

« Pourquoi ? Je ne sais pas si vous le savez, mais je ne suis pas du tout religieux, » dis-je.

« Parce que ce pays déteste la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon et l’Empire du Grand Chaos. Voilà pourquoi, » répondit-elle.

« Je peux voir en quelque sorte pourquoi ils détesteraient la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, mais pourquoi l’Empire ? » demandai-je, surpris.

La Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon était essentiellement une nation pour les dragons sensibles.

La foi qui adorait la Matriarche Dragon qui vivait là était l’une des deux plus grandes religions sur ce continent, à égalité avec uniquement l’Orthodoxie Lunaire. (Bien que je ne savais pas quel genre de foi était pratiqué dans le Domaine du Seigneur-Démon). Donc, je pouvais comprendre l’État Papal Orthodoxe qui haïssait la Chaîne de Montagnes de l’Étoile du Dragon, qui était le centre du culte de la Matriarche Dragon. Mais pourquoi détesteraient-ils aussi l’Empire Gran Chaos ?

« Vous savez comment l’impératrice Maria de l’Empire est appelée une sainte, n’est-ce pas ? » demanda Roroa. « C’est simplement quelque chose que les personnes ordinaires sauvées par ses politiques ont commencé à dire par eux-mêmes, mais dans l’Orthodoxie Lunaire, le pape est le seul qui peut reconnaître quelqu’un comme un saint. En fait, il y a une femme dans l’Orthodoxie Lunaire qui se fait appeler la Sainte. C’est pourquoi l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria voit Madame Maria comme un méchant impardonnable qui trompe le monde tout autour d’elle. »

« Si les personnes ont simplement commencé à l’appeler par eux-mêmes, je ne vois pas comment cela peut être la faute de Madame Maria, » dis-je.

« Ils s’en foutent, » elle haussa les épaules. « Dans une théocratie, ce que les gens recherchent plus que tout, c’est un dirigeant charismatique. S’ils reconnaissaient un saint qui apparaissait naturellement, cela aurait un impact sur leur crédibilité. C’est pourquoi, maintenant qu’Elfrieden est devenu plus grand en absorbant Amidonia, l’État Pontifical Orthodoxe ne vous laissera pas tranquille. Quelque part, d’une certaine façon, ils vont essayer de prendre contact avec vous. Peut-être qu’ils vous offriront un titre inventé comme le “Roi Sacré” et essayeront de vous entraîner dans leur conflit avec l’Empire. »

Arg.. Cela semblait à la fois possible et indésirable.

Parce que mon alliance secrète avec l’Empire était justement un secret, les autres pays ne pouvaient pas le savoir. En fait, ce serait un problème s’ils le découvraient, alors les services de renseignement de nos deux pays travaillaient dur afin de le cacher. Cela signifiait que je ne pouvais pas admettre ouvertement que j’étais allié avec eux.

L’église offrant à ceux qui étaient au pouvoir des positions religieuses afin de rendre leur propre influence inébranlable était quelque chose qui avait été vu dans l’histoire de la Terre. Ils pourraient essayer de nous transformer en « Royaume Saint d’Elfrieden » et de nous faire mener le front contre l’Empire pour eux.

Cela dit, je voulais éviter autant que possible les conflits avec l’État Pontifical Orthodoxe. La chose gênante à propos de la religion était que même si vous écrasiez le centre et ses dirigeants, les croyants seraient toujours laissés pour compte. Quand les croyants étaient opprimés, ils formaient des liens plus forts entre eux et quand leurs chefs étaient tués, ils devenaient seulement encore plus vénérés comme étant des martyrs. Pire encore, la grande majorité des croyants étaient des gens ordinaires, déconnectés de toute intrigue à l’intérieur de l’organisation. Si j’essayais d’éliminer tous ces croyants, cela ferait de moi le principal coupable d’un génocide.

L’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria... c’était vraiment un groupe gênant à traiter, avec lequel je préférerais ne pas coopérer ni m’opposer.

Alors que je commençais à en avoir marre de toutes mes pensées désagréables, Roroa battit des mains, comme pour signaler qu’il était temps de changer d’humeur. « Maintenant, c’est assez de discussion pour l’instant quant à l’État Pontifical Orthodoxe ! Ce que vous devriez décider en premier est votre mariage avec moi. »

Roroa me regarda droit dans les yeux avec ses petits yeux. « M. Souma... Voulez-vous de moi ? Ou pas du tout ? »

« Euhh..., » j’étais à court de mots. Si elle le demandait, il ne pourrait y avoir qu’une seule réponse.

« ... Je vous veux, » dis-je.

C’était tellement la logique. Il n’y avait pas de place pour en douter. Après tout, les avantages de la prendre comme ma femme étaient trop importants. Tout d’abord, un mariage avec Roroa aiderait à renforcer la légitimité de mon règne concernant l’annexion d’Amidonia. Roroa était aimée par les habitants de la principauté.

Si on la voyait heureuse en étant marié avec le dirigeant du royaume, les habitants de la principauté se sentiraient moins inquiets concernant le fait d’être incorporés dans le royaume.

En plus de cela, ses talents étaient attrayants. Le sens économique avant-gardiste qui lui avait permis d’imaginer l’utilisation des publicités comme source de revenus, et le réseau de commerçants qu’elle avait construit par elle-même étaient incroyables. Il était également bon qu’elle semblât susceptible de connaître des ruses sournoises que les nobles pourraient utiliser et que Hakuya et moi avions tendance à ne pas voir. Elle était tout simplement le genre de personne que j’avais voulu à mes côtés.

En outre... J’avais immédiatement aimé la façon dont Roroa réfléchissait. Vous pourriez parfaitement dire que c’était son esprit mercantile. Alors qu’elle avait une vision réaliste que « le monde est totalement lié avec l’argent », elle avait toujours un sens de l’honneur et de l’empathie. Bien qu’elle n’ait jamais été autorisée à voir ce qu’elle faisait couronner de succès à cause de Gaius et à ses partisans, elle avait essayé d’utiliser l’argent qu’elle gagnait pour le bien du peuple. Pour les personnes dont elle se souciait, elle était même prête à affronter son propre frère.

Pour couronner le tout, elle était mignonne, et donc je n’avais aucune raison de ne pas la vouloir en tant que reine.

S’il y avait un problème... c’était ce que ressentait Liscia à ce sujet. Elle était une princesse d’un pays avec lequel elle avait été ennemie depuis de longues années. Allait-elle pouvoir l’accepter en tant que reine, faisant d’elle quelqu’un qui serait ainsi dans la même position qu’elle ?

« Qu’en pensez-vous, Liscia ? » demandai-je.

« Si vous avez décidé que vous aviez besoin d’elle, alors cela me va, » Liscia donna son assentiment sans paraître troublée.

Est-ce que cela lui convenait vraiment de me dire ça aussi facilement ?

Pendant que j’affichais ma surprise, Liscia haussa simplement les épaules. « Je peux voir par moi-même que cette fille a du talent. Je pense que ça vaut la peine de la prendre comme une reine. Si vous prenez soin de la question de la succession, je n’ai plus rien à dire sur la question. »

« Liscia... hum... Merci, » dis-je.

« Assurez-vous de prendre aussi soin de nous, d’accord ? » déclara Liscia.

« Bien sûr, » dis-je immédiatement.

Elle est vraiment... une fille géniale. J’étais si reconnaissant... et vraiment heureux... d’avoir Liscia comme fiancée.

Alors que nous avions un moment émouvant, Roroa avait dit. « Uhh, désolé de vous déranger pendant que vous êtes dans votre propre monde, mais vous n’avez pas besoin de vous inquiéter de ce genre de choses. Je m’enfiche totalement du trône princier d’Amidonia. »

« N’êtes-vous pas du tout intéressée ? » demandai-je, effrayé.

« Tout à fait. Cependant, en échange, j’ai une faveur à vous demander, Chéri, » déclara Roroa.

Chéri, franchement..., pensai-je. Eh bien, peu importe...

Presque comme une enfant suppliante, faisant resurgir tout le charme qu’elle pouvait rassembler, elle m’avait regardé avec des yeux larmoyants qui me regardaient depuis en bas.

« Eh bien, je veux avoir ma propre compagnie, » annonça Roroa.

« Une compagnie ? » demandai-je.

« C’est bien ça. Écoutez, Chéri, je veux voir comment l’argent que je gagne avec mes propres compétences peut changer ce pays, » déclara-t-elle. « Vos politiques montrent une grande prévoyance, mais même encore maintenant, vous n’avez pas toujours de financement pour eux. N’ai-je pas raison ? Elles peuvent être à haut risque, et je suis sûre que vous aurez du mal à utiliser le trésor national pour des choses qui pourraient finir par se révéler inutiles. »

« C’est... Eh bien, c’est exact, » dis-je.

Maintenant que j’avais étendu mon pouvoir en tant que roi, quand il s’agissait de projets comme l’expansion du réseau routier ou la construction de la nouvelle ville, ceux où il était facile de démontrer leur valeur pratique, je pouvais les financer relativement facilement. Cependant, s’il n’y avait pas d’effet immédiat à montrer, ou si l’affaire avait l’air inutile à première vue, il était difficile de leur allouer des fonds.

Par exemple, les fonds pour des recherches spécialisés. Même si un spécialiste savait que la deuxième place n’était pas assez bonne, ce n’était pas quelque chose qu’ils pouvaient expliquer à un non-spécialiste et leur faire comprendre.

« Alors, c’est bien ce que je pense, » déclara Roroa. « Quand vous avez une politique que vous voulez implémenter, Chéri, mais que vous ne pouvez pas la financer, alors venez me voir. Je vais vous soutenir en utilisant l’argent que j’ai fait avec ma propre compagnie. »

« Cela semble très rassurant, mais... êtes-vous sûre ? » demandai-je. « Si une reine est vue en agissant comme une marchande, je ne pense pas que les personnes respecteront votre autorité. »

« Je vais agir dans les coulisses, donc ce n’est pas un problème, » déclara-t-elle. « Ho ! Je sais ! Pour le visage public de l’entreprise, je vais mettre en place le propriétaire d’un lieu que je fréquente à Van, Sébastien de la Biche d’Argent. »

Sébastien de la Biche d’Argent... Attendez ! Ahh ! C’était l’endroit où j’étais allé avec Juna et Tomoe ! Je pensais qu’il devrait être un majordome avec ce prénom, alors je m’étais souvenu de lui.

Donc, le client régulier qu’il avait dit était « comme un adorable petit tanuki » était donc Roroa ? Si je me souviens bien, Sebastian avait été un homme d’âge moyen avec une belle prestance qui semblait être un commerçant capable, alors il pourrait probablement servir de représentant d’une entreprise.

« Attendez... et donc, étiez-vous connectés tous les deux ? » m’écriai-je. « Étiez-vous en train d’enquêter sur moi ? »

« Eh bien ! C’est tout à fait vrai ! Je voulais savoir comment était l’homme que je prévoyais d’épouser. N’est-ce pas logique ? » demanda Roroa.

« Vous ne négligez rien, n’est-ce pas ? » dis-je. « Quand je vois que vous y pensez aussi loin, je dois dire que je suis impressionné. »

Elle était vraiment un peu tanuki. Enfantin, mais rusé. Je me sentais comme si elle m’avait trompé.

« Hmm... En tant que responsable de la trésorerie, puis-je dire une chose ? » Colbert intervint, semblant troublé par la situation.

« Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« Si vous avez ce genre d’argent, je préférerais que vous le mettiez dans la trésorerie, » déclara Colbert.

Eh bien... Je comprenais comment Colbert se sentait. Car après tout, le royaume avait traversé toutes sortes de mesures d’austérité jusqu’à récemment.

Roroa et moi avions parlé à l’unisson. « « Mais, je refuse. » »

« Pourquoi êtes-vous deux en synchronisation ? » demanda Colbert.

« C’est bon, » déclara Roroa avec confiance. « De toute façon, je vais gagner l’argent par mes propres moyens. »

« Et avec le budget supplémentaire, je pourrais mener plus librement des politiques internes, » rajoutai-je.

« Mais, Sire..., » balbutia Colbert.

« Mais maintenant, nous ne le gaspillerons pas comme le faisait mon vieux père, » déclara Roroa en agitant la main. « Considérez cela comme une division des rôles. Je gagne de l’argent. Et vous, Monsieur Colbert, vous vous serrez la ceinture. Tout va bien comme ça. »

« Si vous dépensez trop imprudemment, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour vous arrêter, avez-vous bien compris ? » Mais Colbert recula à contrecœur.

Il aura ainsi un œil sur Roroa et moi pour s’assurer que nous ne dépensions pas d’argent de manière imprudente. J’étais heureux d’entendre ça. Il était important d’avoir des subalternes qui pouvaient gagner de l’argent, tel que Roroa, mais des personnes comme Colbert qui pouvaient économiser de l’argent là où c’était précieux étaient importantes aussi.

Roroa s’approcha de moi et glissa son bras autour du mien. « De plus, si moi et toi avons un enfant, Chéri, je veux que cet enfant hérite de l’entreprise. Je pense que, probablement, aucun de nos enfants ne voudra avoir à faire avec la gestion du pays. »

Eh bien, c’était assez vrai. Si l’enfant héritait de ma personnalité « Je veux vivre en paix » et de la personnalité de Roroa « Je ne veux pas m’ennuyer », cet enfant n’allait pas vouloir tous les tracas liés au fait d’être roi ou reine.

... En réalité, selon cette même logique, un enfant qui héritait du sens du devoir de Liscia n’était-il pas la seule option pour succéder au trône ? La personnalité d’Aisha n’était pas digne d’un dirigeant, et Juna demandait de devenir une reine secondaire, en disant : « Je préférerais pouvoir agir plus librement. »

À ce niveau-là. Plutôt qu’une guerre sur qui allait succéder au trône, nous étions plus susceptibles d’avoir une guerre sur qui ne serait pas obligé de le faire ?

Je voyais déjà Liscia qui travaillerait durement pour élever correctement un héritier avec un sens des responsabilités. Mais si je le lui demandais, elle serait obligée de dire : « Ne dis pas ça comme si c’était le problème de quelqu’un d’autre ! » et elle se fâcherait contre moi.

« J’ai entendu dire que Sébastien a eu une petite fille récemment, », déclara Roroa. « Si nous avons un garçon, nous pourrions lui faire épouser quelqu’un de sa famille. Si nous avons une fille... Je vais y réfléchir à ce moment-là. »

« Vous prenez beaucoup d’avance par vous-même ! » cria Liscia. « Et pour commencer, éloignez-vous de Souma ! »

Liscia avait commencé à essayer de l’arracher de moi, mais Roroa avait utilisé mon corps comme un bouclier, changeant le bras qu’elle s’accrochait de gauche à droite, et s’accrochant à moi encore une fois.

« Ne soyez pas si avare, » déclara Roroa. « Vous avez eu amplement le temps de flirter avec lui jusqu’à maintenant, n’est-ce pas, Grande Sœur ? Alors quel est le problème si j’obtiens maintenant un petit moment bonus avec lui pour ces prochains temps ? »

« Même moi, je n’ai pas eu beaucoup de temps ! » déclara Liscia avec colère. « Nous avons été trop occupés pour ce genre de chose ! »

Roroa la regarda d’un air perplexe. « ... Ne me dites pas que vous ne l’avez toujours pas... »

« Nous n’avons pas encore fait ! » cria Liscia. « Est-ce un problème !? »

Quand Roroa avait entendu ça, elle avait tourné un œil froid dans ma direction. « Chéri... C’est un peu trop... »

« Suis-je maintenant le seul qui soit critiqué !? » demandai-je.

« Tout à fait ! C’est parce que vous ne prenez pas soin de moi “correctement” ! » Liscia s’écria avec colère.

« Ouais Ouais ! » Roroa affichait un sourire comme celui d’un enfant malicieux.

Pourquoi étaient-elles si bien synchronisées ?

Aisha, qui surveillait tout ça depuis derrière moi, me tirait sur la manche. « Hmm... J’espère, euh... J’aimerais aussi que vous fassiez les choses “correctement” avec moi. »

Euh... À un moment donné, je m’étais retrouvé encerclé par mes trois fiancées. Alors que je me mettais à transpirer d’une sueur froide, ça ne s’arrêtait pas là, car mes serviteurs m’avaient regardé avec des sourires ironiques et des regards vers le plafond.

Quelques jours plus tard, le Royaume d’Elfrieden, ayant annexé la Principauté d’Amidonia, forma le Royaume-Uni d’Elfrieden et d’Amidonia. (Populairement connu comme le Royaume de Friedonia.)

À partir de ce moment, en tant que magnifique roi qui avait étendu le territoire du pays moins d’un an après son accession au trône, j’étais devenu le Grand Roi de Friedonia.

Maintenant, ce nom de « Grand Roi »..., je ne l’aimais pas vraiment. Cela m’avait fait immédiatement penser aux calmars géants, aux isopodes géants... aussi, au Roi Dadidou [1]. Tout ce qui avait « grand roi » dans leurs noms en japonais.

Et aussi, étant donné que j’avais accepté de prendre pour épouse la princesse Roroa de la Principauté d’Amidonia, il y avait des rumeurs selon lesquelles « le roi Souma devient plus puissant et son territoire s’étend avec chaque femme qu’il prend », « C’est un débauché qui a envahi et détruit un pays ennemi juste pour satisfaire son désir de prendre la princesse Roroa. »

Franchement, comment est-ce arrivé dans cette situation... ?

Note

1 Roi Dadidou : Le Roi Dadidou est un personnage de jeu vidéo apparaissant dans la série Kirby.

☆☆☆

Partie 6

« ... Et c’est ainsi que tout cela est arrivé » avais-je fini d’expliquer la situation.

« Eh bien... ! Je ne sais pas trop quoi dire... Pffft! » De l’autre côté du simple récepteur, Maria se tenait ses épaules tremblantes. Apparemment, quelque chose avait frappé son petit juif. C’était censé être une réunion, alors elle semblait essayer de se retenir de rire, mais je me sentirais mieux si elle venait à laisser éclater en un grand rire à ce moment-là.

« Hee hee hee... Il semble que la tournure des événements soit complètement inattendue pour vous aussi, » elle se mit alors à rire en même temps.

« Tout à fait, » murmurai-je. « J’ai l’impression d’utiliser des crevettes comme appâts pour attraper une dorade, mais j’ai fini par attraper un requin. »

« Assurez-vous que vous preniez bien soin de ce que vous avez attrapé, » déclara-t-elle.

« Je ne peux pas le relâcher... puis-je ? » demandai-je.

Maria avait continué à rire pendant un moment, mais elle était finalement revenue à une expression sérieuse. « Maintenant, à propos de ce que faisait l’État Pontifical Orthodoxe de Lunaria dans les coulisses... »

« Roroa disait qu’ils vous détestent par le fait que vous êtes appelée une sainte, » dis-je.

« C’est vrai, » dit-elle. « J’ai reçu une demande d’arrêter de me faire appeler une sainte... ou plutôt, une plainte officielle à ce sujet. Mais je ne me suis jamais fait appeler ainsi, donc je ne peux rien y faire. »

« C’est un peu étrange de vous demander de ne pas laisser les masses vous appeler une sainte, » ai-je continué. « Mais dans ce cas, l’État Pontifical Orthodoxe va continuer à être un ennemi potentiel de l’Empire. Ils peuvent essayer de prendre contact avec nous comme Roroa suggérait qu’ils le feraient. »

« Sire Souma... Voulez-vous l’autorité que l’État Pontifical Orthodoxe pourrait vous donner ? » Maria m’avait demandé ça avec des yeux interrogateurs.

J’avais hoché fermement la tête pour lui indiquer que non. « Ne soyez pas stupide. J’essaie d’avancer vers une nouvelle ère. Je ne vais pas faire un pas en arrière dans le temps en régnant par le droit divin. » Notre pays n’avait pas besoin d’un Jérôme Savonarole [1].

Mon ferme rejet de cette idée semblait avoir soulagé Maria. « L’État Pontifical Orthodoxe est un casse-tête pour l’Empire. Il y a beaucoup d’adeptes de l’Orthodoxie Lunaire dans l’Empire, et la Déclaration de l’Humanité est dénuée de sens contre un organisme religieux. Et quoi qu’il en soit, il y a le risque qu’ils utilisent la faille que vous m’avez indiquée. »

C’était peut-être quelque chose comme rassembler leurs croyants en un seul endroit et leur faire déclarer l’indépendance ? Une fois qu’un groupe de croyants s’était formé, il serait difficile de les éradiquer. La religion était quelque chose qui brûlait d’autant plus que vous essayiez de l’éliminer. À ce propos, la seule contre-mesure serait de rassembler un par un ceux qui complotaient pour déclarer l’indépendance avant de pouvoir former un groupe.

Le drapeau appelé la Déclaration de l’Humanité avait attiré des gens à la cause, mais il y avait aussi de grandes failles dedans.

« L’Empire n’abandonnera-t-il toujours pas sa position de chef de la Déclaration de l’Humanité ? » demandai-je.

« Oui, » répondit Maria. « Nous devons nous unir autour de la Déclaration de l’Humanité. S’il doit y avoir quelqu’un pour brandir ce drapeau, l’Empire assumera ce rôle. Même l’État Pontifical Orthodoxe doit avoir compris cela. Si l’humanité est incapable de faire face à la menace envahissante du Domaine du Seigneur-Démon à cause des querelles internes, tout cela sera inutile à la fin. Je ne pense pas qu’ils essayeront quelque chose d’étrange du moins pour l’instant. »

« ... Je m’interroge à ce sujet, » murmurai-je.

Je présentais que ce problème n’était pas à aborder par une telle vision optimiste de la situation. Plus une période est chaotique et plus la religion avait montré sa véritable valeur. Elle avait trouvé sa racine dans le cœur des personnes qui cherchaient le salut. Le désespoir pour la société ou l’époque où ils vivaient conduirait les personnes vers la religion.

Maintenant, comme il y avait la menace du Domaine du Seigneur-Démon, certains voyaient déjà cela comme la fin des temps. Si le désespoir continuait à sévir dans la société, l’État Pontifical Orthodoxe pouvait s’en nourrir et éventuellement devenir une force incroyable. Pour arrêter ça... nous avions besoin de montrer aux personnes la lumière de l’espoir.

Nous avions besoin que les personnes croient que le monde ne serait pas détruit, que demain viendrait toujours, et que l’avenir serait encore plus incroyable que le présent.

Afin de pouvoir accomplir cela...

« Madame Maria, » dis-je.

« Oui ? » demanda-t-elle.

« Tant que votre Empire Gran Chaos continuera à adhérer à l’idéal d’unité de l’humanité, nous serons là à marcher à vos côtés dans le Royaume de Friedonia, » déclarai-je.

J’avais besoin de l’Empire... j’avais besoin de Maria... elle devait être la lumière de l’espoir pour l’humanité. Pendant ce temps, le royaume irait de l’avant vers une nouvelle ère. Et tout cela, pour que les personnes ne désespèrent pas, et que même s’ils désespéraient, elles puissent se relever sans se cramponner aux dieux.

« Si nos deux pays se soutiennent mutuellement, je crois que nous pouvons faire face à n’importe quelle situation, » dis-je.

« Tout à fait. Que notre pacte dure pour toujours, » déclara Maria.

Si ses yeux étaient toujours concentrés sur ses idéaux élevés, elle pourrait très bien trébucher sur les pierres parsemant son chemin.

Bien que si j’étais toujours trop concentré sur les détails réalistes se trouvant sur le terrain, je pourrais perdre de vue notre objectif.

C’était pourquoi nous devions marcher ensemble.

Nous avions chacun regardé l’écran et nous avions hoché la tête l’un pour l’autre.

Notes

  • 1 Jérôme Savonarole : Jérôme Savonarole, en italien Girolamo Savonarola, né à Ferrare, le 21 ou le 24 septembre 1452, mort pendu et brûlé à Florence le 23 mai 1498, est un frère dominicain, prédicateur et réformateur italien, qui institua et dirigea la dictature théocratique de Florence de 1494 à 1498.
    Également appelé Hieronymus Savonarola ou encore Girolamo Savonarole, il est connu pour ses réformes religieuses, ses prêches anti-humanistes, son bûcher des vanités où disparurent de nombreux livres et de nombreuses œuvres d’art. Il prêcha de façon véhémente contre la corruption morale du clergé catholique, sans toutefois remettre en cause le dogme.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire