Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 14 – Chapitre 3 – Partie 2

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 3 : Les nations hésitantes

Partie 2

Le temps était instable depuis quelques jours. J’étais dans le bureau des affaires gouvernementales avec Liscia et Hakuya lorsque nous avions fait venir les trois enfants, Tomoe, Yuriga et Ichiha. Une fois qu’ils étaient arrivés, j’avais informé Yuriga et Ichiha qu’ils avaient reçu des lettres de leurs maisons.

D’abord, dans la lettre de Fuuga à Yuriga il était dit :

« Le troisième fils du Duc Chima, Gauche, est venu pour prendre ma vie, et je l’ai tué. »

Il était direct et précis. De plus, il avait également écrit :

« Dans un avenir proche, je vais lever des troupes pour vaincre le Royaume de Gabi et le Duché de Chima qui ont tenté de me tuer. Les choses dans l’Union des Nations de l’Est sont sur le point de devenir violentes, alors ne rentre pas chez toi. Parle à Souma et demande-lui de te protéger de tout élément anti-Fuuga à l’intérieur du Royaume qui pourrait te prendre en otage. »

Après avoir lu la lettre, j’avais soupiré et regardé Yuriga.

« C’est tellement le genre de Fuuga de n’écrire que les faits, et sur son souci de ton bien-être. Normalement, tu t’attendrais à ce qu’il te demande d’enquêter pour savoir si j’allais intervenir ou non. »

« Il n’écrirait jamais quelque chose comme ça dans une lettre que vous êtes clairement destiné à lire… » répondit Yuriga. « Si vous aviez l’intention d’agir, j’avais l’intention de lui envoyer le message subtilement — d’une manière que vous ne remarqueriez pas. Je suis sûre que mon frère comptait là-dessus quand il a envoyé ce genre de lettre inoffensive. »

« Tu sais, je crois que cette fille me plaît, » dit Liscia, apparemment impressionnée par la franchise de Yuriga.

Elles avaient des personnalités similaires, donc elle avait dû ressentir une certaine sympathie pour Yuriga. Si leurs positions étaient inversées, Liscia aurait probablement fait les mêmes choses.

« Un message subtil ? Allais-tu envoyer à ton frère un sac de haricots noué par les deux bouts ? »

« Hein ? Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« Oh, rien. Je me parle à moi-même… »

Une légende raconte qu’avant la bataille de Kanegasaki, la petite sœur de Nobunaga, Oichi, lui avait envoyé un sac de haricots rouges noués aux deux extrémités pour l’informer subtilement que la maison d’Azai, dans laquelle elle s’était mariée, avait l’intention de le trahir. Eh bien, dans ce monde, il n’y avait pas la bataille d’Azukizaka, à laquelle le sac de haricots rouges faisait allusion, donc il n’y avait aucune chance qu’elle le fasse. De plus, si Yuriga était Oichi dans cette analogie, alors en tant que personnes qui s’accrochaient à elle, nous finirions par être détruits…

Pour en revenir au sujet, j’avais lu la lettre de Mathew à Ichiha. Elle disait :

« La tentative d’assassinat de Fuuga a été faite par Gauche qui a agi tout seul. Fuuga a commencé à faire des démarches pour utiliser la tentative d’assassinat comme un prétexte pour purger les éléments anti-Fuuga dans l’Union des Nations de l’Est. Cet homme révèle enfin ses ambitions cachées. Nous allons unir la faction anti-Fuuga autour du Royaume de Sharn, la plus grande nation de l’Union, et abattre les ambitions de Fuuga avant qu’elles ne nous engloutissent entièrement. Nos forces sont maintenant trois fois supérieures à celles de Fuuga. »

C’était probablement une exagération, mais il avait augmenté considérablement le nombre d’alliés de son côté. Cela montrait juste combien de souverains se sentaient menacés et offensés par Fuuga.

Et à la fin de sa lettre, il était dit :

« Une fois que l’ambition de Fuuga aura couvert l’ensemble de l’Union, il tournera sans doute ses crocs vers le Royaume de Friedonia. C’est dire à quel point il est un homme dangereux. Lorsque nous aurons éradiqué la faction Fuuga de l’Union, nous souhaiterions former une alliance cordiale avec le Royaume. »

En gros, il disait, je suppose : « Nous serions ravis que vous vous joigniez à nous, mais ne vous mettez pas du côté de Fuuga ». J’étais d’accord pour dire que les ambitions de Fuuga ne s’arrêteraient pas à l’unification de l’Union, mais quand même…

« Il t’a écrit cette lettre, n’est-ce pas ? N’est-il pas inquiet pour son fils ? »

« C’est comme ça que mon père est… » dit Ichiha avec un soupir.

Hakuya avait pris les deux lettres.

« Entre ces deux éléments et les informations que nous avons recueillies nous-mêmes, je peux plus ou moins voir ce qui s’est passé. Très probablement, le duc Chima et le roi Shamour travaillaient secrètement pour rassembler la faction anti-Fuuga contre Fuuga. Toutefois, le troisième fils du duc Chima, Gauche, était trop avide de gloire, et a agi seul dans une tentative ratée d’assassiner Fuuga. Au lieu de cela, il a été tué. Fuuga décida de se venger de la faction anti-Fuuga, forçant le Duc Chima à accélérer ses plans… »

« Tu as probablement raison, » avais-je convenu. Les choses allaient plus vite que je ne l’avais prévu, et cela me donnait mal à la tête. Ce gars Gauche avait vraiment fait avancer l’horloge de cette ère d’une manière importante.

Les deux destinataires de la lettre n’avaient pas répondu. Ils étaient restés silencieux, absorbant l’information.

« Yuriga, Ichiha… » Tomoe les avait regardés tous les deux, les yeux pleins d’inquiétude.

En parlant de maux de tête, j’avais dû réfléchir à la façon dont cela allait affecter la relation entre ces deux-là.

Le frère de Yuriga avait tué le frère d’Ichiha. Mais cela avait été provoqué par la tentative de Gauche d’assassiner Fuuga, et contrairement à mes attentes, le père d’Ichiha, le Duc de Chima, était impliqué. En plus de cela, la personne qu’Ichiha aimait le plus, sa grande sœur Mutsumi, était la femme de Fuuga. Si elle ne l’avait pas encore quitté, cela signifiait que Mutsumi soutenait Fuuga.

Collectivement, la situation était un vrai désordre… Avec toutes les relations familiales et hostiles qui s’entrecroisaient, ils ne devaient pas savoir comment agir les uns envers les autres.

« Aussi longtemps que vous serez dans ce pays, je garantirai votre sécurité à tous les deux, » avais-je dit, rompant la tension.

Ils m’avaient tous deux regardé avec surprise.

« Il a déjà été décidé qu’Ichiha servirait ici. Quant à Yuriga, elle nous a été confiée par Fuuga. C’est pourquoi je veux que votre sécurité soit notre priorité absolue, » avais-je dit. « Avec cela en tête, je veux entendre vos pensées à tous les deux. Avez-vous de l’hostilité ou du ressentiment l’un envers l’autre ? »

« Je… » Ichiha avait été le premier à parler. « … n’en veux pas à Fuuga. Gauche ne m’a jamais bien traité… Quand vous m’avez dit qu’il était mort, j’ai senti que ça n’avait rien à voir avec moi. Si quoi que ce soit, j’en veux plus à mon père. La façon dont il n’a pas hésité à attaquer l’homme que la Grande Soeur Mutsumi a épousé… C’est juste horrible. »

« Je vois… Et toi, Yuriga ? »

« Je ne peux pas pardonner à ce Gauche ou au Duc de Chima d’avoir essayé d’assassiner mon frère, » dit-elle en croisant les bras et en regardant ailleurs. « Mais je ne ressens rien envers Ichiha. Mon frère s’en est bien sorti, et la Grande Sœur Mutsumi, qui aime bien Ichiha, est toujours du côté de mon frère. S’il dit qu’il n’en veut pas à mon frère d’avoir tué Gauche, alors je ne vais rien dire à ce sujet. »

Bien qu’elle l’ait dit de cette façon, j’avais eu l’impression de détecter un soupçon d’entêtement.

« Liscia. Comment interpréterais-tu ce que Yuriga vient de dire ? »

« “Je ne savais pas comment agir envers Ichiha après avoir entendu que mon frère avait tué le sien. Je suis soulagé d’entendre qu’il n’est pas rancunier…” Ça me semble correct. »

Cela avait fait mouche, et Yuriga avait rougi. « H-Hey ! »

Bien joué, Liscia, avais-je pensé. Tu la comprends parce que vous êtes si semblables.

« Dieu merci… »

Tomoe, qui avait observé tranquillement le déroulement des événements, s’était mise à pleurer. Elle avait dû s’inquiéter pour ses deux amis proches pendant tout ce temps.

« Je suis si heureuse, » dit-elle entre deux sanglots, « vous ne vous détestez pas… »

« Je ne vais pas finir par vous détester tous les deux ! » avait balbutié Yuriga.

« Oui, » Ichiha s’était aussi inquiété. « Tout va bien se passer, alors s’il te plaît, ne pleure pas. »

 

 

Yuriga et Ichiha avaient paniqué en essayant de consoler Tomoe qui pleurait. Tomoe avait vraiment eu la chance d’avoir de si bons amis.

Alors que j’étais occupé à être heureux pour elle en tant que membre de sa famille, Hakuya avait dit : « Maintenant, Sire. Que voulez-vous faire à ce sujet ? »

« Qu’est-ce que je veux faire ? Nous allons nous en tenir à notre politique initiale et ne pas nous impliquer. »

Non, je suppose que ça ne suffira pas, hein ?

« Cependant, le complot d’assassinat qui a été la cause de tout cela. C’était un acte de terrorisme, et il doit être décrié. Je veux faire une déclaration disant que nous ne pouvons pas accepter des changements du statu quo provoqués par le terrorisme. »

« Est-ce que ça va ? N’allez-vous pas passer pour un pro-Fuuga ? » demande Liscia, l’air inquiet, mais je secouais la tête.

« Nous devons le faire. Parce que cet incident a commencé par un acte de terrorisme, que le duc de Chima et son peuple aient voulu que cela se produise ou non, nous ne pouvons pas justifier les actions de Gauche. Que Fuuga gagne ou perde finalement, cela reste inchangé. »

Si je devais plier mes principes sur ce point par crainte de Fuuga, cela aurait un effet durable sur ma capacité à gouverner.

« C’est comme ça, Ichiha. Es-tu d’accord avec ça ? »

« Ah ! Oui. Je ne peux pas non plus approuver ce que le grand frère Gauche a fait. »

Avec Ichiha à bord, nous avions procédé comme nous l’avions prévu. Mais si… un jour, le Royaume de Friedonia était détruit par Fuuga, je pourrais regretter cette décision. Je pourrais penser, « Si seulement je m’étais allié avec le Duc de Chima et les autres pour le détruire… » Mais ce n’était qu’une possibilité parmi tant d’autres.

Vu du passé, l’avenir est toujours une série de coïncidences.

Vu de l’avenir, le passé a toujours l’air d’être inévitable.

Alors qu’en est-il du présent ?

Pour cela… nous devions juste avoir confiance en nos propres choix.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire