Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 13 – Histoire postérieure 2 – Partie 1

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Histoire postérieure 2 : Vagues -nouveau chapitre-

Partie 1

– Fin du 2e mois, 1549e année, Calendrier Continental – Capitale Impériale, Valois

L’impératrice Maria Euphoria se tenait devant un joyau de Joyau de Diffusion de la Voix. Le récepteur simple placé à proximité montrait l’image du roi Souma A. Elfrieden du royaume de Friedonia.

« Roi Souma, d’abord, permettez-moi de vous féliciter, » dit Maria, en baissant légèrement la tête vers lui. « J’ai entendu dire que vous aviez abattu un grand monstre dans l’archipel du Dragon à Neuf Têtes. Je m’incline devant vous. »

« Non, non, cela n’a été possible qu’avec l’aide de l’Empire. Grâce à vous qui avez fait connaître le danger que représente le Royaume, les îles de l’Archipel du Dragon à Neuf Têtes se sont unifiées, et nous avons pu les entraîner dans une épreuve de force finale avec Ooyamizuchi. Vous avez toute ma gratitude, » déclara Souma en baissant la tête.

Maria avait souri. « Jeanne boude à ce sujet, vous savez ? Elle a dit des choses comme : “S’ils envoyaient leur flotte dans l’archipel du Dragon à Neuf Têtes pour tuer un monstre, j’aurais aimé qu’ils me le disent”, et “J’ai l’air d’une idiote pour avoir laissé entendre qu’ils allaient les envahir”. »

Lors des négociations à Zem, contrairement à sa sœur Maria, Jeanne s’était montrée furieuse de son incapacité à discerner les intentions de Souma à partir des informations limitées dont elle disposait. Cependant, sa colère était plus dirigée contre elle-même que contre Souma. De toute évidence, si les choses s’étaient passées ainsi, ce n’est pas parce que Jeanne avait des lacunes, mais parce que Maria était tout simplement incroyable.

« Il n’y avait juste… aucun moyen de vous le dire à ce moment-là. J’avais besoin de faire du Royaume un ennemi potentiel. Si l’information avait été divulguée, toute la préparation que le Roi Dragon à Neuf Têtes et moi avions faite n’aurait servi à rien. En ce sens, je vous suis vraiment reconnaissant d’avoir compris ce qui se passait. »

« Hee hee, pensez-vous que j’ai pu montrer ma dignité de grande sœur ? Mais je sais que Jeanne a boudé à ce sujet à l’époque. Si je me souviens bien, Sire Hakuya a dû la consoler, n’est-ce pas ? »

« Dans ce cas, je dirai à Hakuya de laisser Madame Jeanne lui faire part de ses plaintes à nouveau à l’avenir. »

« Je vous en prie, faites-le. »

Maria avait décidé de passer à autre chose et de changer de sujet.

« En laissant tout cela de côté, je veux entendre parler de cette Ooyamizuchi qui a attaqué l’Archipel du Dragon à Neuf Têtes. On dit qu’elle était grosse comme une montagne. On dirait presque un monstre sorti des livres d’histoire. Comment était-elle en réalité ? J’aimerais bien l’entendre. »

« Ah, ha ha… C’est vrai, hein ? Ooyamizuchi était… »

Les yeux de Maria brillaient comme ceux d’une petite fille qui demandait qu’on lui lise un livre d’images. Souriant avec ironie, Souma décrivit ce qu’il avait vu d’Ooyamizuchi, et raconta l’histoire de la confusion des flottes du Royaume et de l’Union de l’Archipel dans la bataille. Maria écoutait attentivement avec des réactions d’émerveillement enfantines lorsqu’elle avait entendu comment la créature avait tiré de l’eau de sa bouche pour faire chavirer plusieurs navires, et avait giflé les navires et la cavalerie wyverne avec ses tentacules tordus.

« Ouf. » Maria avait mis sa main sur ses joues et avait expiré. « C’est un grand monde dehors. Je n’ai jamais imaginé qu’il y avait une créature comme ça. Dangereuse et gargantuesque… Je crois que votre mot pour eux était “kaiju”, Sire Souma ? Je sais que tout cela a dû vous causer beaucoup d’ennuis, mais j’aurais aimé la voir avant qu’elle ne soit tuée. »

« … Je peux comprendre. J’ai eu l’impression d’assister à l’une des merveilles de ce monde. Je pense qu’Ichiha va bientôt rédiger un rapport illustré pour l’encyclopédie, je vous le ferai donc parvenir dès qu’il sera terminé. »

« J’attends cela avec impatience. » Maria souriait joyeusement. En la voyant ainsi, elle était comme une femme joyeuse que l’on pouvait trouver n’importe où. Cependant, une beauté comme la sienne était tout sauf banale. « Pendant que nous sommes sur le sujet, nos informateurs m’ont dit que vous avez utilisé un vaisseau semblable à une île, et contrôlé un dragon mécanique. J’aimerais aussi bien voir ça. »

Maria avait évoqué ces choses comme s’il s’agissait d’un prolongement occasionnel de la conversation précédente, mais Souma s’était raidi dès qu’il l’avait entendue. Hiryuu et Mechadra, hein ? pensa-t-il. Il s’agissait d’armes que le Royaume ne voulait pas encore complètement révélées. Ayant utilisé ces armes de manière aussi voyante, il s’était préparé à ce que d’autres pays les découvrent à temps, mais il comptait sur l’Empire — ou plutôt sur Maria — pour qu’il soit en mesure de recueillir des renseignements.

Souma abaissa ses épaules en signe de résignation. « … Elles sont encore secrètes. Ce sont nos petits tigres, pourrait-on dire. »

« Oh, vous élevez des tigres, Sire Souma ? »

« Non, c’est Fuuga qui a un tigre. C’est une figure de style du monde d’où je viens… Ça veut dire une arme secrète. »

« Une arme secrète, hm ? Ça a l’air passionnant. Mais notre marine est certainement très inquiète. »

« Inquiètes… vous dites ? » demanda Souma, et Maria laissa échapper un léger rire.

« Vous avez utilisé la cavalerie-wyverne en mer, n’est-ce pas ? Je ne suis pas une experte en combat naval, mais à en juger par la panique qui règne dans la marine, je dois supposer que c’est révolutionnaire. Ils s’affairent à mettre au point des contre-mesures comme “Nous devons charger des lance-carreaux antiaériens à répétition sur tous nos navires en même temps !” »

Contre une arme folle comme un transporteur de type insulaire, c’était probablement la seule chose qu’ils pouvaient faire pour le moment.

« Ils pensent ça, hein… ? » répondit Souma, en se grattant maladroitement la joue. « Eh bien, s’ils proposent des contre-mesures, on va juste contrer leurs contre-mesures. »

« Je suis sûre que vous le ferez. Je peux croire que le Royaume n’envahira pas soudainement mon pays, mais les gens qui me servent n’ont pas ce luxe. Si le fait de travailler sur des contre-mesures les aide à se mettre à l’aise, je pense que c’est très bien. »

« Oui. Je n’ai pas l’intention de les utiliser pour envahir d’autres pays, évidemment, mais je pense que notre pays doit préparer son équipement militaire afin de pouvoir répondre au changement prévu de la situation dans le nord. »

« … Il s’agit de Sire Fuuga Haan, n’est-ce pas ? » Maria s’était arrêtée de sourire et avait regardé Souma. Il avait fait un signe de tête.

« Il a augmenté le territoire sous son contrôle en découpant régulièrement des terres du Domaine du Seigneur-Démon. Il laisse les réfugiés revenir, tout en devenant leur protecteur. De plus en plus de gens le félicitent pour ses grandes réalisations. »

« J’en suis consciente. Un certain nombre de mes serviteurs me demandent instamment de reprendre également les terres du Domaine du Seigneur-Démon. Ils craignent que les actions de Sire Fuuga ébranlent l’impression que les gens ont de moi en tant que Sainte, et que ce serait terrible si cela arrivait. »

« … Je sens que vous n’êtes pas enthousiaste à ce sujet. »

« L’Empire est déjà trop grand pour que je puisse le gérer, » dit Maria en riant un peu à ses dépens. « Ce ne serait qu’un territoire de plus que je ne pourrais pas superviser. »

« Je comprends ce sentiment, mais… cela satisfera-t-il vos serviteurs ? »

Contrairement au Royaume, où de nombreux employés talentueux travaillaient pour soutenir le pays, le charisme de Maria avait été un facteur majeur dans la façon dont l’Empire du Gran Chaos contrôlait son vaste domaine. Ses serviteurs avaient dû craindre que ce charisme ne s’estompe. C’est pourquoi il ne sera pas facile de les convaincre… Pensa Souma.

Maria avait baissé les yeux et avait répondu calmement. « Si je ne peux pas les satisfaire, c’est que je n’ai jamais été aussi spéciale. »

Souma ne savait pas quoi dire. Peut-être était-ce le poids de ce qu’elle portait sur ses épaules, mais Maria avait une aura d’illumination sur elle qui démentait son âge.

Puis, comme pour effacer tout le pessimisme, Maria avait tapé dans ses mains. « En y repensant, j’ai entendu dire que vous aviez conclu une alliance maritime avec l’Union de l’Archipel du Dragon à Neuf Têtes. »

« … On entend beaucoup de choses. J’ai aussi l’intention de l’apporter à la République, » répondit Souma.

« Oh, bonté divine, et vous n’allez pas l’offrir à mon pays ? » dit Maria avec malice, et Souma haussa les épaules.

« Vous dites cela alors que vous devez déjà savoir que l’Empire ne peut pas se joindre à vous, n’est-ce pas ? Si nous devions ajouter le principal signataire de la Déclaration de l’humanité à l’alliance maritime, cela serait considéré comme un prolongement pratique de la Déclaration. Afin de garder nos liens forts secrets, nous ne pouvons pas encore laisser l’Empire nous rejoindre. »

« Pas encore… vous dites. Je m’y attendais, mais c’est quand même malheureux. Si possible, j’aurais aimé que vous deveniez le chef de toutes les nations de l’humanité, Sire Souma. »

« … S’il vous plaît, ne me faites pas porter le fardeau de l’Empire. » Souma soupira, puis regarda Maria avec une expression sérieuse. « L’alliance maritime a été organisée pour être un cadre différent de la Déclaration de l’Humanité, qui est principalement basée sur la terre. Si nous les laissons penser qu’il s’agit d’une autre faction en opposition à l’Empire, alors les nations tierces ne seront pas aussi méfiantes. »

« Oui. Je comprends cela. »

« De plus, même si nous sommes dans des factions différentes, je pense que le Royaume et l’Empire peuvent toujours travailler ensemble quand il le faut, et exercer un pouvoir considérable. »

« C’est vrai. Je suppose que c’est une raison de plus pour maintenir la Déclaration de l’humanité. »Maria fit un signe de tête.

« Quelle est la situation quant à la Déclaration de l’humanité à ce stade ? » lui demanda Souma. « Je sais que nous sommes en partie responsables de cela, mais… Je pense que vous avez perdu des membres après l’annexion de la Principauté d’Amidonia. Cela a-t-il affecté votre influence de quelque manière que ce soit ? »

« Hee hee, vous n’avez pas besoin de vous inquiéter. Il est vrai qu’avec le retrait de la Principauté d’Amidonia, l’adhésion à la Déclaration s’est réduite à mon pays et à ses deux vassaux, à l’État mercenaire de Zem, et à un certain nombre de pays de l’Union des Nations de l’Est, » déclara Maria sans paraître préoccupée. « Cependant, pendant la vague démoniaque, vous avez envoyé des renforts à l’Union des nations de l’Est “à la demande de l’Empire”. Cela a été interprété comme la reconnaissance par le Royaume de Friedonia de la validité de la Déclaration de l’humanité, même si vous ne vous y joindrez pas vous-mêmes. Cela a contribué à garantir ma position de leader de l’alliance. »

« … Je vois. Je suis alors heureux d’avoir été utile. »

« Oui, je suis aussi contente. »

Puis nous avions tous les deux ri.

Une fois qu’elle avait eu fini, Maria avait dit. « Mais avec deux grands camps qui se sont formés comme ça, il est probable que cela va semer la confusion dans les pays qui appartiennent à l’une ou l’autre de nos factions. Je ne m’attends pas à ce que cela affecte le Royaume de l’Esprit de Garlan ou le Royaume des Chevaliers Dragons de Nothung en raison de leur nature fermée, mais il y a l’État papal de l’orthodoxe lunaire, les pays de l’Union des Nations de l’Est qui ne font pas partie de la Déclaration de l’Humanité, et… »

« Et le Malmkhitan, qui étend son influence sous Fuuga. » Souma avait terminé sa pensée.

« Oui. Cela va secouer ces pays. »

De quel côté seraient-ils ? Ou bien ne se rangeraient-ils du côté d’aucun des deux ? S’ils voulaient rester indépendants des deux, ils devraient se donner les moyens de le faire. Ils trembleraient sous l’influence de nombreuses intentions croisées.

Souma avait laissé échapper un petit soupir. « Il est terriblement ironique que ce soit le fait de rester prudent face aux actions de Fuuga et de se préparer qui le stimule à agir… »

Maria avait acquiescé en silence.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

  2. Souma, maître du monde ! Proposé par le chef d'état de la superpuissance actuelle 😅

Laisser un commentaire