Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 11 – Chapitre 3 – Partie 4

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 3 : Symposium

Partie 4

« Oh ! C’est Yurie là-bas, n’est-ce pas ? »

« Ah ! Tu as raison. »

Une fois la préparation du grand auditorium terminée, les étudiants se dispersèrent. Ils discutaient de l’endroit où ils pourraient passer après l’école lorsqu’ils passèrent devant l’un des terrains de sport de l’académie. Sur le terrain, le trio avait aperçu Yuriga avec son club. Ils avaient été divisés en deux équipes, utilisant leurs pieds pour essayer de prendre le contrôle du ballon. À première vue, cela ressemblait à du football, mais si c’était le cas, les bruits qu’ils entendaient seraient étranges.

Shoom… ! Whoosh... ! Shooooom !

Brrrrrr… Kaboom !

Il était difficile d’imaginer qu’ils jouaient au football à cause de ces bruits. Si Souma était là, il se demanderait. « Est-ce une usine ou la piste d’un aéroport ? »

Il fallait s’y attendre, car ils ne jouaient pas au football. Ce qu’ils pratiquaient était un nouveau sport, créé en fusionnant les règles du sport appelé soccer que Souma leur avait apporté avec une nouvelle règle permettant toute magie non offensive.

Il avait été judicieusement baptisé Magic Soccer.

« Yuriga, j’y vais ! » Une joueuse Dragonewt avait lancé le ballon très haut dans les airs.

Elle leur semblait familière, et elle l’était. C’était la doyenne qui avait poursuivi Yuriga dans les airs pour la recruter dans un club le jour de la cérémonie d’entrée. Yuriga s’était alors échappée, mais il semblait qu’elle avait fini par céder à l’enthousiasme de l’autre fille et qu’elle l’ait rejointe.

La balle avait volé à une hauteur que même un amateur pourrait juger trop élevée (environ dix mètres en l’air), et Yuriga avait continué à la suivre, profitant de sa capacité à voler. Puis, se mettant en position pour un coup de pied au-dessus de la tête, elle avait enroulé le vent autour d’elle.

« Goooooooo ! »

Shoooom !

Le tir puissant de Yuriga s’était envolé droit vers le but.

« Je ne vous laisserai pas faire ! » La gardienne de but avait ouvert ses mains en grand et le sol devant le but s’était soulevé, prenant la forme d’une poupée de terre.

La fille qui était gardienne de but utilisait la magie de la terre, comme Genia, et avait invoqué un golem de trois mètres de haut. Non, il avait été étalé pour mieux protéger le but, donc il ressemblait moins à un golem, et plus à la créature de Nurikabe du folklore japonais.

La balle, enveloppée par le vent, avait frappé le golem Nurikabe. Quand il l’avait fait…

« Passe au travers ! » Yuriga hurla, et le golem Nurikabe se fissura.

« Pas possible !? Mon golem ! »

Le tir avait traversé le golem Nurikabe et s’était écrasé dans le filet. Un coup de sifflet avait été fait pour indiquer qu’un but avait été marqué, et l’équipe qui l’avait marqué avait fêté ce but en tapant dans les mains.

« La mêlée est terminée ! Faites une pause ! » Un long coup de sifflet retentit alors qu’un membre du club, une dragonewt avait fait l’annonce, et les autres membres commencèrent à se disperser.

Yuriga, qui avait été prise à partie parce qu’elle avait marqué le point, avait été libérée et s’était retournée lorsqu’elle avait remarqué que Tomoe et les autres étudiants la regardaient.

« Eh bien, si ce n’est pas Tomoe et son gang. Quoi, l’auditorium est déjà installé ? » demanda Yuriga.

« Oui. Ce tir que tu as fait était cool, » déclara Tomoe.

« Bien sûr qu’il l’était. » Yuriga avait gonflé sa poitrine encore sous-développée avec fierté. En regardant vers l’auditorium, elle avait dit. « À propos du symposium de demain. Je peux aller voir, n’est-ce pas ? »

« Hein… ? Oh, oui. Les sièges du public sont ouverts au public. Mais Ichiha et moi allons tous les deux être dans les sièges des personnes impliquées dans le symposium, donc tu regarderas ça de ton côté. »

« C’est bien. Mais je suis sûre qu’il y aura aussi des gens qui me regarderont. »

« Je le pense aussi, mais… »

Yuriga avait mis ses mains sur ses hanches, en riant comme si elle venait de se rappeler quelque chose. « Quand nous sommes allés au salon de fruits de Lucy, le vendeur de glace qui est venu réapprovisionner la glacière chantait quelque chose. C’est à cause de cette bataille de chants que vous avez menés, n’est-ce pas ? »

« … »

Elle était tout à fait dans le coup, et Tomoe ne savait pas comment réagir quand la question s’était posée si soudainement.

La Société des chansons de travail avait reçu le soutien de l’État après l’escarmouche expérimentale appelée « bataille de chants », et une partie de ses recherches sur l’amélioration de la magie utilisée dans la vie quotidienne avait été rendue publique. Soit dit en passant, la chanson que le vendeur de glace avait chantée provenait de l’ancien monde de Souma et donnait envie de construire un bonhomme de neige quand on l’entendait.

« Même lorsque les politiques de ton frère semblent inutiles, elles ont un certain sens en eux. Maintenant que je le sais, je ne peux pas me permettre de détourner le regard, » proclamait Yuriga alors que Tomoe restait sans voix.

Euh, oh. Je ne peux pas laisser des choses comme ça me secouer. Reprenant ses esprits, Tomoe secoua la tête. Je dois faire ce que Juna m’a dit. Dans des moments comme ça, je…

« Souris toujours, pour que ton adversaire ne sache pas ce que tu ressens vraiment. Agis toujours avec sang-froid, et ne laisse que celui que tu aimes voir tes faiblesses. » C’est ce que Juna, sa vision d’une femme idéale, lui avait appris.

Tomoe avait souri à Yuriga et avait dit. « Je ne sais pas de quoi tu parles. »

« … À quoi sert ce sourire collé ? » demanda Yuriga.

« Oh, rien, vraiment, » répliqua Tomoe.

« Tu m’énerves un peu… De toute façon, je regarderai depuis les sièges des invités demain, » déclara Yuriga.

« Bien sûr, fait comme tu le veux, » déclara Tomoe.

Yuriga avait regardé d’un air douteux la Tomoe souriante. Le sourire et le regard s’étaient heurtés.

« Qu… Quoi, quoi ? Qu’est-ce qui se passe ici ? » bégaya Lucy.

« … Moi aussi, j’ai été stupéfait pendant une seconde, » marmonna Velza. « J’ai besoin de m’entraîner davantage. »

Le malaise qui régnait entre ces deux personnes qui, en apparence, ne faisaient que bavarder paisiblement avait donné des frissons à Lucy et Velza.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire