Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 11 – Chapitre 2 – Partie 9

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 2 : La vraie bataille de la chanson de l’Est et de l’Ouest

Partie 9

L’excitation sur le champ de bataille avait atteint son paroxysme.

J’étais dans une pièce au fond de la forteresse que l’équipe de défense protégeait, luttant avec les rapports fournis par les chercheurs de l’Académie royale et de l’école professionnelle de Ginger.

« Votre Majesté, en rapport avec le point d’observation 8. Piste numéro 28. L’effet constaté sur le camp des défenseurs, » déclara un chercheur.

Un autre avait suivi avec. « Rapport du point d’observation 14. Numéro de piste 52. Aucun effet détecté. »

« Point d’observation 2 ! La bataille entre la duchesse Walter, la reine Naden et Lady Magna est devenue trop bruyante pour entendre la musique ! »

« Et aussi du point d’observation 2 ! Les conséquences de leur combat ont fait de nombreuses victimes ! »

« Ne parlez pas d’un seul coup ! Je peux écrire plusieurs choses à la fois, mais il n’y a toujours qu’un seul moi ! » J’avais crié malgré moi. J’avais peut-être eu l’air en colère, mais c’était un cri de désespoir. Je n’étais pas le prince Shoutoku, s’ils me parlaient en même temps, je n’allais pas pouvoir les entendre tous.

S’ils parlaient devant ma machine à prendre des notes, le Bras artificiel, c’était que cela pouvait penser de manière indépendante. Mais même s’il pouvait le faire, il ne pouvait pas répondre, alors j’avais dû faire ce que je pouvais avec mon corps principal.

« J’ai seulement besoin des dossiers, alors parlez aux Bras artificiels, » avais-je dit. « Laissez-les aussi faire ce qu’ils veulent là où se trouve Excel. Même si on lui disait de laisser tomber, elle n’écouterait pas. Oh ! Mais assurez-vous d’obtenir toutes les données. »

« Oui, monsieur. Ce sera fait. »

Ayant renvoyé toutes les affaires qui ne nécessitaient pas que je parle au Bras artificiel, le nombre de personnes avait un peu diminué et j’avais pu reprendre mon souffle.

Les trois simples récepteurs installés dans la salle montraient tous des images des soldats en train de se battre. Ils agissaient tous en écoutant les Loreleis chanter.

Je ne pouvais que sourire ironiquement au fait que les endroits les plus voyants étaient ceux d’Aisha, Hal et Kuu, et Naden, Excel et Ruby, tous des gens que je connaissais personnellement.

… En regardant cela, on dirait que la musique a un effet.

L’écoute de la musique augmentait le pouvoir de l’imagination, ce qui avait un effet sur la magie. Quand une musique joyeuse qui incitait les soldats à se battre était jouée, les attaquants avançaient, et quand une musique qui faisait imaginer une défense solide était jouée, les défenseurs se renforçaient.

Le plus impressionnant avait été l’épreuve de force orchestrale entre le thème d’un « jeu d’action-aventure et de résolution de puzzles qui présentait une marque similaire à l’emblème familial du clan Hojo » et le thème qui jouait dans la base de l’armée rebelle dans le deuxième volet d’un grand RPG que tout le monde au Japon connaîtrait. C’était des morceaux de musique qui m’avaient donné le plus fort sentiment d’attaque et de défense.

J’avais essayé de les faire jouer ensemble, et j’avais pu voir clairement que lorsque le premier jouait, les attaquants prenaient de l’élan, et lorsque le second jouait, les défenseurs se rassemblaient. Ces deux thèmes pourraient probablement être utilisés dans le cadre d’un combat réel.

D’après les reports que j’avais vus, la présence de paroles ne fait pas vraiment de différence. C’était probablement parce que, sur le champ de bataille, on n’avait pas le temps de les écouter. Cependant, dans une situation où ils pouvaient entendre les paroles, ou lorsqu’ils connaissaient les mots à l’avance, comme avec l’hymne lunaire orthodoxe qui renforçait la magie de guérison, le résultat aurait pu être différent. Je voulais effectuer des tests dans différentes conditions et enregistrer de nombreux résultats.

« Votre Majesté, nous avons reçu un rapport de l’équipe médicale. » Le responsable de la Société des chansons de travail, Morse, qui avait initialement proposé cette expérience, m’avait apporté des papiers.

« Par “équipe médicale”, vous voulez dire le groupe qui a avec lui la loli légale, la Lorelei Pamille Carol pour tester l’effet de la musique sur la magie de guérison, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Légale… Euh, de quoi parlez-vous ? » demanda Morse.

« Euh, peu importe cette partie. Comment cela s’est-il passé ? » demandai-je.

« … Il semble vraiment que leur capacité à se former une image mentale soit la clé, » déclara Morse en me remettant le rapport. « Lorsqu’ils jetaient de la magie curative sur les blessés en chantant l’hymne lunaire orthodoxe, l’effet était différent selon que les soldats blessés étaient ou non croyants à l’orthodoxie lunaire. C’est un résultat fascinant. »

« Hm ? La magie repose sur une image mentale, n’est-ce pas ? N’était-ce pas le résultat que vous attendiez ? » avais-je demandé.

Ceux qui avaient une image de l’hymne guérissant les gens étaient les croyants, n’est-ce pas ? Si l’on disait aux adeptes d’autres religions que c’était la miséricorde de Lady Lunaria, cela n’allait pas leur sembler si réel. Dans le pays d’où je viens, tout le monde chantait les hymnes lors des mariages, mais à moins d’être chrétiens, ils n’avaient probablement pas d’image de la grâce du Seigneur.

Lorsque les gens priaient pour une intervention divine, c’était soit à Amaterasu, soit au Bouddha. Ou peut-être leurs ancêtres. C’est pourquoi j’avais le vague sentiment que les hymnes ne fonctionneraient que pour les adeptes de la même foi, mais selon Morse, ce n’était pas le cas.

« Sire. Le résultat prévu était que l’adhésion à l’orthodoxie lunaire ne serait pertinente que pour les utilisateurs de magie. Si les chansons ont un effet sur la magie, elles ne devraient influencer que les mages qui lancent les sorts à l’origine, » déclara Morse.

« Hm… Oh ! Je vois maintenant. En tant que destinataires, la foi des soldats blessés ne devrait pas du tout avoir d’importance. Mais vous dites que c’est en vérité aussi affecté par ça d’une manière ou d’une autre, » déclarai-je.

« Oui. En bref, la magie de soins ne se manifeste pas seulement par une réaction magique de la part de l’auteur, mais aussi du sujet. C’est vraiment fascinant. » Morse riait de sa belle voix.

La magie de guérison dans ce monde guérissait les blessures externes en activant la capacité naturelle du corps à guérir. C’est la raison pour laquelle cela n’avait pas fonctionné sur les maladies. Bien que ce soit le lanceur du sort qui ait élevé la capacité naturelle du corps à guérir, cette capacité appartenait au sujet lui-même. Dans ce cas, l’image mentale du sujet pouvait également être importante.

« Est-ce pour cela qu’ils demandent à tout le monde de chanter l’hymne lorsqu’ils utilisent la Zone de Soins ? Non pas pour que les lanceurs du sort l’entendent, mais pour que les blessés s’imaginent être guéris, » demandai-je.

« J’imagine que c’est probablement le cas, » déclara Morse.

Je ne savais pas si l’orthodoxie lunaire faisait cela parce qu’ils le comprenaient. Comme Merula l’avait déjà dit, cela aurait pu devenir une coutume, car c’était plus efficace quand ils le faisaient de cette façon. D’une routine, à une coutume, à une tradition, hein ?

Puis, ayant peut-être écouté notre conversation, Ginger était venu me remettre un rapport. « C’est un rapport de l’équipe médicale. Il semble qu’il y ait eu des chansons non religieuses qui ont également augmenté l’effet de récupération. Un choix surprenant était “la chanson chantée par trois méchants” de votre monde. Quand les gens l’ont entendue, ils ont dit : “Je ne vais pas les laisser me battre”, et cela les a rendus plus énergiques. »

« Oh, donc ce genre d’image fonctionne aussi, hein…, » ai-je dit. « Peut-être qu’en plus des bénédictions divines, les chants qui vous font envisager la détente et la santé, l’immortalité et l’esprit indomptable pourraient aussi avoir un effet. »

La chanson de ces trois méchants avait certainement une image d’invincibilité et d’esprit indomptable.

Mais un hôpital (ou une église) avec leur thème de jeu, hein… ? Cela semblait amusant, mais cela rendrait aussi ce pays encore plus absurde. J’avais l’impression que Liscia allait me donner une autre série de remontrances, alors j’avais croisé les bras et j’avais gémi.

« Nous avons fait une découverte qui devrait être utile sur la recherche sur la magie dans un endroit inattendu. Les chercheurs de l’Académie devraient être ravis. Cela suffit pour que cette expérience en vaille la peine, » déclarai-je.

« Oui, je suis d’accord, » répondit Ginger. « Je pense qu’il est utile de poursuivre la recherche. »

« J’aimerais également poursuivre mes recherches, » poursuivit Morse.

Ce genre d’expérience était trop important pour être réalisé si facilement, mais ils avaient pu poursuivre et développer leurs recherches en utilisant les données recueillies ici. Morse s’était rendu à l’école professionnelle de Ginger en raison de l’absurdité de ses recherches, mais sa vision des choses allait changer. Si ses études étaient saluées, cette recherche, que l’Académie avait jugée insignifiante, pourrait être examinée encore plus.

Ce type de développement académique devrait devenir une grande force pour ce pays.

Contrairement au Malmkhitan de Fuuga, qui s’enfonçait dans le Domaine du Seigneur-Démon, nous n’avions nulle part où étendre notre territoire sans mener une guerre extérieure. C’est pourquoi nous devions plutôt nous développer sur le plan académique et technique. Nous avions besoin de plus en plus de pouvoirs, comme nos connaissances dans le domaine de la médecine et le transporteur Hiryuu, que d’autres pays ne possédaient pas.

Pendant que je réfléchissais à cela. « Ah ! » Ginger s’était soudain mis à marmonner.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

« Il semble que quelque chose se soit passé sur le champ de bataille. » Ginger pointait vers l’endroit où se déroulait la bataille d’Aisha.

◇◇◇

« Hahhhhhhhhhh ! »

« Wôw !? »

Bien que Kuu ait bloqué le mouvement de la grande épée d’Aisha avec sa matraque, il avait quand même été envoyé à une bonne distance. Il avait utilisé son agilité pour se retourner dans les airs et atterrir sur ses pieds, mais une sueur froide coulait sur ses joues.

« E - Effrayante, vraiment effrayante. Si je n’avais pas sauté à temps avec l’impact, j’aurais été écrasé, arme au poing et tout, » déclara Kuu.

« Hahh… Hahh… Sa force est dans une autre ligue, n’est-ce pas ? » demanda Halbert.

Halbert, qui avait été envoyé plus tôt dans un vol plané, s’était aligné à côté de Kuu.

Ils étaient tous deux très capables, et se battaient maintenant ensemble, mais étaient toujours incapables de porter un seul coup efficace à Aisha.

Kuu avait fait un sourire forcé en s’essuyant le front. « Ookyakya... Tu es si forte que ce n’est même plus drôle, la femme du frère numéro 2. Est-ce que le Frangin sera d’accord de vivre sa vie de jeune marié avec elle alors qu’il est lui-même une mauviette ? »

« … Oh, cela explique tout, » déclara Halbert.

« Hein ? » s’exclama Kuu.

« Plus tôt, je l’ai entendu grogner. “Mon dos me fait mal à cause d’Aisha…”, » déclara Halbert.

« … Pas ses hanches ? Qu’est-ce que ces deux-là préparent au juste ? » demanda Kuu.

Kuu semblait un peu rebuté par cette révélation, mais Aisha avait dû les entendre, car sa peau brune avait pris une teinte rouge plus vif.

« V-V-V-V-raiment rien, j’ai juste oublié ma promesse… et je l’ai serré un peu trop fort…, » déclara Aisha.

N’est-ce pas dangereux si elle peut accidentellement lui blesser le dos comme ça !? pensaient-ils tous les deux à l’unisson.

Les deux étaient encore plus bizarres maintenant. Afin de masquer son embarras, Aisha avait frappé son épée avec encore plus de force. Ils avaient quand même réussi à esquiver les lames de vent qu’elle produisait à chaque frappe.

« Wôw, attention ! Elle ne se retient plus ! » cria Halbert.

« Ookyakya ! C’est effrayant, mais… ce n’est pas une mauvaise situation. Hé, le roux ! » déclara Kuu.

« Qu’est-ce que c’est, tête blanche ? » demanda Halbert.

« Nous allons garder l’attention d’Aisha sur nous pendant un moment, » déclara Kuu.

« … On dirait que tu as un plan. J’ai compris, » déclara Halbert.

Ils s’étaient rapprochés en esquivant les lames de vent d’Aisha, puis, en mettant de côté leur masse et leur lance, ils avaient parlé avec leur voix normale.

« De quoi parlez-vous au lit avec Souma ? » demanda Halbert.

« Frangin n’est-il jamais proactif au lit ? » demanda Kuu.

Ils avaient décidé d’utiliser des mots cochons pour attirer son attention. Quand Aisha les avait entendus, elle était devenue d’un rouge encore plus profond.

« Ahhh, comme si je pouvais le dire ! » s’écria Aisha.

Aisha continuait à frapper avec sa grande épée, essayant de les séparer en deux. Les deux hommes avaient brillamment réussi à attirer son attention. Puis, sentant que le moment était venu, Kuu avait levé la main gauche.

C’est à ce moment précis que le titre qui avait commencé à jouer a été le thème principal de l’adaptation au jeu d’un manga sur un sniper. Alors…

… Whoosh !

Quelque chose avait survolé l’oreille d’Aisha de loin. Elle se tourna sur le côté et vit une flèche qui venait droit sur elle, et Leporina, qui devait avoir tiré cette flèche, se tenait sur un gros rocher.

Un sniper ? Oh, non !

Aisha avait essayé de chasser la flèche qui arrivait, mais elle était arrivée juste après les attaques de Hal et Kuu, la laissant déséquilibrée. Il n’y avait aucun moyen de l’esquiver ou de le bloquer de cette manière.

Suis-je à court d’options ? pensa-t-elle, pour être ensuite interrompue par le bruit des sabots et le hennissement d’un cheval...

« Tu as trop baissé ta garde, Aisha. »

La personne qui était arrivée sur un cheval blanc avait coupé la flèche. Lorsqu’ils avaient vu qui était l’intrus soudain, les yeux de toutes les personnes présentes s’étaient écarquillés.

 

 

« Lady Liscia !? » s’était exclamée Aisha.

« Whaa !? La femme du frangin numero 1 !? » s’écria Kuu.

« Hein !? La princesse… Non, la reine !? Pourquoi est-elle ici ? » demanda Halbert.

« Ça a l’air amusant, alors je veux en faire partie », déclara Liscia en souriant. « Aisha, laisse-moi la lapine là-bas. Arrête donc ces deux-là. »

« … Oh ! Compris ! » déclara Aisha.

Ayant retrouvé la raison, Aisha avait réussi à donner cette réponse, puis Liscia était partie au galop, en direction de Leporina.

« Hein ? Je dois faire face à la reine Liscia ! Maître Kuu !? » s’écria Leporina.

Kuu avait entendu les cris perplexes de Leporina au loin, mais ne pouvant rien y faire, il s’était contenté de lui donner une réponse désinvolte. « Bonne chance ! »

Leporina avait lâché des flèches pendant qu’elle fuyait, mais Liscia les avait coupées dans les airs en la poursuivant. Une Leporina était en fuite et Liscia la poursuivait. C’était une scène qui ressemblait à une chasse au lapin.

« Eeek ! Ne vous approchez pas de moi ! » cria Leporina.

« Vous êtes rapide, et vous visez bien. Mais un défi me donne toujours du courage, » déclara Liscia.

Liscia avait l’air de s’amuser, et elle continuait à poursuivre une Leporina aux yeux larmoyants. Pendant qu’il regardait, Kuu ne pouvait s’empêcher de marmonner. « Toutes les femmes du Frangin sont un peu trop énergiques… »

« … Tu marques un point, » Halbert ne trouvait pas de mots pour le contredire.

◇ ◇ ◇

Liscia est si pleine de vie, m’étais-je dit en soupirant en la regardant profiter de sa chasse au lapin de l’autre côté du simple récepteur.

Elle était vraiment dans son élément. Le fait de devoir s’occuper des enfants en permanence ces derniers temps avait dû lui donner des démangeaisons. Cian et Kazuha étaient assez mignons pour que cela ne la dérange pas, mais c’était une guerrière entraînée par Georg, et elle devait avoir envie de se laisser aller parfois.

Soudain, un des bureaucrates était entré et avait dit. « V-Votre Majesté ! C’est énorme ! »

« Qu’est-ce qu’il y a ? Que s’est-il passé ? » demandai-je.

Quand je lui avais demandé, le bureaucrate avait repris son souffle et avait donné son rapport. « Ils ont fait une brèche dans les murs ! S’il vous plaît, dirigez-vous vers le hall et préparez-vous à les rencontrer immédiatement ! »

« Ils ont percé… Sérieusement ? Je pensais que c’était une impasse…, » déclarai-je.

Je m’étais tourné vers les simples receveurs, mais tout ce que j’avais vu, c’est mes femmes et mes compagnons qui se battaient, comme avant. Peu importe où je regardais, il semblait que les combats étaient à égalité.

« Oui. Les chefs des équipes attaquantes et défensives se sont lancés les uns contre les autres, de sorte que les places qui sont enregistrées sont toutes dans une impasse. Cependant, dans les spots les plus ordinaires, ceux qui n’ont pas été captés par l’émission, il y a eu un combat ordinaire, combattu avec des moyens ordinaires, et ils ont franchi les murs de manière ordinaire, » déclara le fonctionnaire.

« Oh… Oui, je suppose que c’est logique. Ce n’est pas comme si nous voyions tout le champ de bataille, » déclarai-je.

J’avais été satisfait de leur explication. Il y avait eu des combats là où Ludwin et Excel n’étaient pas concernés, et c’est là qu’un résultat avait été décidé.

« Ce n’est pas vraiment une conclusion satisfaisante, mais… Je suppose qu’on n’y peut rien. J’en tirerai des enseignements, » déclarai-je.

Je ne savais pas si nous allions le faire une deuxième fois, mais si c’était le cas, je ne les aurais pas fait se battre dans une grande mêlée chaotique comme celle-ci. Il y aurait des itinéraires appropriés, et les gemmes de diffusion seraient placées le long de ceux-ci.

Cependant, j’avais l’impression que cela le rapprochera du château de Seigneur-Démon.

« Sire, dépêchez-vous. »

« Oui, je sais. J’y vais, » répondis-je.

Face à l’insistance du bureaucrate, j’étais retourné dans la salle où j’avais prononcé mon premier discours.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire