Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 10 – Chapitre 5

Bannière de Genjitsushugisha no Oukokukaizouki ☆☆☆

Chapitre 5 : La délivrance du Tigre Noir

— Nuit du 1er jour, 3e mois, 1 548e année, Calendrier Continental — Château de Parnam —

Le chef des Chats Noirs, l’unité de renseignement et d’opérations secrètes qui relevait directement de la Couronne, avait été convoqué par Souma au bureau des affaires gouvernementales du Château de Parnam.

Lorsque Kagetora entra avec son imposant masque de tigre noir et son armure noire, non pas par la porte du bureau, mais par la porte vitrée menant à la terrasse, Souma pressa une main sur son front et soupira.

« Je suis venu à votre demande, » annonça Kagetora.

« … Ne pouvez-vous pas utiliser l’entrée normale ? » demanda Souma.

« Les gens se méfient de moi dans cette tenue. Ce ne serait pas bien qu’une des servantes s’évanouisse à nouveau, » répondit Kagetora.

« C’est un peu tard pour le dire, mais cette tenue n’est pas très sournoise, n’est-ce pas ? » déclara Souma.

Elle pouvait fondre dans l’obscurité, mais Kagetora semblait intensément déplacé partout où il y avait de la lumière. Cependant, Kagetora secoua la tête.

« Au besoin, l’attention des autres peut être détournée par des enchantements. Plus important encore, pourquoi m’avez-vous appelé ici aujourd’hui ? Je suis amené à croire que vous avez une tâche importante pour moi, » déclara Kagetora.

« Ouais. C’est une tâche que je ne peux que vous confier. » Le visage de Souma devint sérieux, et il sortit un objet rectangulaire depuis le tiroir de son bureau.

C’était un étui en métal.

C’était un prisme rectangulaire, 15 centimètres par 20 centimètres par 40 centimètres, sans ornementation sur sa surface, mais il y avait une grande serrure sur le côté supérieur, là où se trouvait le couvercle.

Si l’on considérait la simplicité de la conception et l’attention portée à sa sécurité, on pouvait en déduire l’importance que devait avoir le contenu.

Souma avait passé cette boîte métallique à Kagetora.

« Je veux que vous remettiez ceci à mon beau-père dans la maison d’Elfrieden. Je vous demande ça parce que je veux que ce soit vous qui livrer l’article en personne. Elle doit rester scellée jusqu’à ce qu’elle soit entre les mains de Père, » déclara Souma.

« Vous voulez dire l’ancien roi, Sire Albert ? » Kagetora fixa la boîte en métal.

C’était une boîte hermétique.

L’expéditeur était le roi actuel (provisoire) du pays.

Le récipiendaire était l’ancien roi.

Et puis il y avait eu le soin apporté à l’envoi par le chef des Chats Noirs.

C’était presque comme si un objet dangereux qui pourrait secouer le pays était à l’intérieur.

Qu’est-ce qu’il y a dans la boîte ?

« Puis-je me renseigner sur le contenu ? » demanda Kagetora.

« Vous ne pouvez pas. Je ne peux pas vous le dire, » déclara Souma.

Cela dit, Souma lui avait maintenant passé une lettre avec un sceau de cire.

« J’aimerais que vous donniez cette lettre à mon père avec la boîte. Il contient la clé de cette boîte. Demandez à Père de lire la lettre en votre présence, et quand il aura fini, vous devrez exécuter les ordres à l’intérieur, » déclara Souma.

« … Compris, » répondit Kagetora.

Kagetora inclina la tête et accepta la boîte et la lettre.

Bien que la livraison ait été mystérieuse, il connaissait le jeune roi. Il avait fallu y réfléchir en profondeur pour que Kagetora n’en demande pas plus. Il ne lui restait plus qu’à s’acquitter avec précision de la tâche qui lui avait été confiée.

Kagetora était sur le point de partir de la terrasse de la même façon qu’il était arrivé… et puis c’était arrivé.

On avait frappé à la porte du bureau.

Kagetora avait essayé de se cacher, mais Souma avait dit : « Attendez » et l’avait arrêté.

« C’est moi. Puis-je entrer ? » C’était une voix de femme. Cette voix appartenait à Liscia.

Souma avait alors dit. « Entre. »

La porte s’était ouverte, et Liscia et…

« Ma dame !? » s’exclama Kagetora.

… De tous les gens possibles, l’ancienne reine, Elisha, était entrée avec elle.

« Cela fait trop longtemps, » déclara officiellement Elisha. « Sire Car… Je veux dire, Sire Kagetora. »

Elle était plus gracieuse que jamais, et bien qu’elle soit maintenant grand-mère, elle était toujours une belle dame.

Il s’est avéré qu’après avoir entendu Souma dire combien il était difficile d’élever des jumeaux quand ils étaient leurs premiers enfants, elle s’était précipitée à leurs côtés pour les soutenir.

Liscia et Elisha tenaient chacune l’un des enfants, Kazuha et Cian. Liscia jeta un coup d’œil à Kagetora, qui était stupéfait dans un coin de la pièce, lui hochant la tête avec un doux sourire.

En la voyant, Kagetora avait senti un truc chaud dans les yeux, au fond du masque.

Cette princesse garçon manqué… elle est mère maintenant…

Cette salle abritait aujourd’hui trois générations de princesses royales. La scène avait donné envie à Kagetora de pincer l’arête de son nez, mais il avait désespérément caché ses émotions, ne voulant pas qu’on les découvre.

Pendant que Kagetora luttait, à l’insu de tous, Souma demanda à Liscia. « As-tu déjà fini de donner du lait à Cian et Kazuha ? »

« Oui. Ils ont beaucoup bu tous les deux aujourd’hui, et maintenant ils dorment profondément. Cian s’est endormi sur ma poitrine, mais Kazuha était excitée pour une raison quelconque, et elle ne voulait pas dormir. »

« Hee hee, Kazuha est comme toi quand tu étais petite, » gloussa Elisha. « Tu étais une petite chose exubérante, tu sais ? Toujours rapide pour essayer de se faufiler hors du lit. »

« M-Maman. C’est embarrassant quand on évoque des choses dont je ne me souviens même pas…, »

Elisha parlait de vieux souvenirs et faisait rougir les joues de Liscia.

Souma avait jeté un coup d’œil aux visages des jumeaux en affichant un sourire ironique face à leur conversation. Kazuha dormait dans les bras de Liscia, Cian dans ceux d’Elisha.

« Oh, honnêtement, » soupira Souma. « Si je n’avais pas de devoirs, ils sont si mignons que je pourrais les regarder toute la journée. »

« Oh, bon sang, ne sois pas bête, » dit Liscia. « Tu es le roi, Souma, alors reste calme. »

« Hee hee hee hee hee ! Liscia, tu parles comme je le faisais avant, » déclara Souma.

Le fait de voir Liscia réprimander Souma pour avoir agi comme un parent stupide semblait amuser Elisha.

Tandis que Kagetora se tenait là, se sentant mal à l’aise dans cet environnement chaleureux, Liscia jeta un coup d’œil dans sa direction.

Puis elle s’était approchée. « Sire Kagetora ? »

« … Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Kagetora.

« Pouvez-vous la tenir dans vos bras ? » demanda Liscia.

Cela dit, elle avait remis Kazuha à Kagetora.

Il semblerait que Kagetora ait été exceptionnellement consterné par cette proposition. « Non, je… Je ferais peur à l’enfant si je le tenais dans mes bras… »

« Ce n’est pas grave. » Liscia regarda Kagetora en toute sincérité. « Vous ressemblez beaucoup à un homme que j’aimais et respectais. J’ai eu des nouvelles de maman. Cette personne m’a tenue dans ses bras quand j’avais la taille de Kazuha. Et il m’adorait comme si j’étais sa propre fille. Donc… il n’y a aucune chance que cette fille, ma fille, ne vous aime pas. »

« Princesse… »

Kagetora enleva ses gantelets et accepta Kazuha avec hésitation.

Il avait des bras épais et costauds, mais comme Kagetora était un homme bête de type félin, ses bras étaient couverts de fourrure.

Bien que la fourrure ait chatouillé Kazuha pendant un moment quand il l’avait prise, elle avait rapidement commencé à respirer doucement avec un regard de calme total sur son visage endormi.

Les enfants étaient toujours sensibles, parce qu’il y a encore tant de choses qu’ils ne savaient pas sur le monde. Cette sensibilité avait dû lui permettre de comprendre que ces bras appartenaient à quelqu’un qui la protégerait inconditionnellement.

Une minute plus tard, Kagetora retourna Kazuha à Liscia.

« Je vous suis reconnaissant de m’avoir offert cette précieuse expérience, » déclara Kagetora.

« Hee hee. Souma peut continuer à vous causer beaucoup d’ennuis à l’avenir, mais s’il vous plaît ne vous poussez pas trop fort, et prenez soin de vous, » déclara Liscia.

Voyant l’inquiétude de Liscia pour Kagetora, Souma était juste un peu bouleversé. « Problème ? Ce n’est pas juste. »

« Oh, mon Dieu ! Jaloux de Sire Kagetora, n’est-ce pas, gendre ? » Elisha se mit à rire.

Souma haussa les épaules en signe de résignation. « Je ne le nierai pas, mère. »

Liscia les regardait, en souriant.

Sentant ses lèvres se relever sous le masque grâce à la chaleur qui l’entourait, Kagetora déclara. « Pardonnez-moi, » puis il disparut de la terrasse dans l’obscurité de la nuit.

— Le lendemain soir.

Kagetora se trouvait maintenant dans l’ancien domaine du roi Albert, caché dans les montagnes.

Il arriva au manoir d’Albert et fut conduit au salon par une servante, qui semblait quelque peu intimidée par son apparence.

Bien que ce soit maintenant le troisième mois de l’année, il faisait encore froid dans les montagnes, et un feu brûlait dans le grand foyer. Albert était déjà dans le salon, et il salua Kagetora avec un sourire.

« Ohh, Sire Car… Sire Kagetora. C’est gentil d’être venu, » déclara Albert.

« Oui, monsieur, » Kagetora l’avait salué. « Je suis heureux de voir que vous semblez en bonne santé. »

Albert s’était giflé sur l’épaule. « Rien de tout ça ! Je suis à la retraite maintenant. Mettons de côté les restrictions du seigneur et du vassal, et traitons-nous plutôt les uns les autres comme de vieux amis. »

« Non… Pardonnez mon impolitesse, je ne crois pas qu’on se connaissait si bien, » déclara Kagetora.

« … Tu ne changeras jamais. Ta personnalité est toujours aussi gênante, » déclara Albert.

Avec un soupir à l’obstination de Kagetora, Albert étendit la main droite.

« Alors, devenons amis maintenant. Si tu me traitais comme si tu étais une connaissance que je connaissais depuis longtemps, je serais ravi, » déclara Albert.

« … Oui, monsieur. Si c’est ce que vous souhaitez, je le ferai avec plaisir, » déclara Kagetora.

Kagetora prit la main d’Albert, et ils échangèrent une poignée de main ferme.

Albert fit asseoir Kagetora sur un canapé près de la cheminée, et lui-même s’assit à un endroit de l’autre côté d’une petite table.

Puis, les mains jointes au-dessus du genou, Albert demanda : « Alors, quelle est la raison de ta venue aujourd’hui ? »

« Monsieur, je vous apporte une livraison de mon maître, Sa Majesté, le roi Souma, » déclara Kagetora.

Kagetora sortit la boîte métallique qu’il avait reçue. Puis, de sa poche, il sortit également la lettre qui était l’autre chose que Souma lui avait confiée, et la donna à Albert.

L’ancien roi regarda la boîte en métal et il déclara. « Oh, mon Dieu, qu’est-ce que c’est ? »

« J’ai aussi reçu cette lettre de mon maître. Il dit que vous devez la lire en ma présence. La clé de cette boîte doit être jointe à celle-ci. »

« Hmm. Compris, » déclara Albert.

Albert avait accepté l’enveloppe. En brisant le sceau de cire et en retirant la lettre à l’intérieur, il avait commencé à la lire. Il disait parfois. « Mm-hm, mm-hm, mm-hm, » ou, « je vois… » en lisant, et quand il avait fini, il avait plié la lettre.

Il avait pris la clé de la boîte en métal de l’intérieur de l’enveloppe. Le tenant entre deux doigts, il regarda Kagetora.

« La lettre disait que tu devais suivre mes ordres tant que tu étais ici, le savais-tu ? » demanda Albert.

« Oui, monsieur. Mon maître m’a ordonné de le faire, » déclara Kagetora.

« Hm… N’oublie pas ces mots, » déclara Albert.

Sur ce, Albert avait mis la clé dans la serrure en tenant la boîte fermée. Il y avait eu un cliquetis quand il l’avait tournée, et le couvercle s’était ouvert lentement.

Kagetora regardait dans l’anticipation, attendant de voir ce qui pourrait être important à l’intérieur, mais…

« Hm ? »

À l’intérieur, il y avait une seule bouteille de vin.

Qu’est-ce que c’est censé être exactement ? Les yeux de Kagetora s’étaient ouverts en grand.

On lui avait fait porter ce qui semblait être une boîte importante, mais en vérité, il n’avait apporté qu’une bouteille de vin à Sire Albert.

Kagetora commença à penser que son maître risquait de rire à ses dépens, mais alors…

« Hm !? Ce vin !? » En voyant la marque de vin, les yeux de Kagetora s’étaient gonflés sous son masque.

Voyant la réaction de Kagetora, Albert sourit. « Oh, comme c’est étrange. Tu ne devrais rien savoir sur ce vin. »

« Non… Ce n’est rien. C’était juste mon imagination, » déclara Kagetora.

« Ce vin, tu vois ? Quand ma fille Liscia est née, je l’ai envoyée à un vieil ami. Un vin fait l’année de sa naissance, dans l’espoir qu’il la protégera toujours. Mon ami me disait souvent : “J’ai l’intention de boire ce vin le jour du mariage de la princesse.” Cet ami n’est plus parmi nous, mais…, » déclara Albert.

Pendant qu’Albert parlait, il fit signe à l’une des servantes de s’approcher, puis il lui ordonna d’apporter deux verres et quelque chose pour le dîner.

Après cela, Albert s’était penché en arrière dans le canapé, regardant la lettre une fois de plus vers le bas.

« Il semble que mon ami ait confié ce vin à mon gendre. Cependant, mon gendre dit qu’il n’a aucun goût pour le vin et qu’il le gaspillerait, alors il aimerait que je le boive. Ce serait un problème si je me soûlais le jour de leur mariage, alors je vais le boire avant la célébration. Ce serait gênant de le boire seul, alors que “celui que j’ai envoyé pour te l’apporter te rejoint”… c’est ce qu’il dit. Veux-tu te joindre à moi, Sire Kagetora ? »

« Non, je ne pourrais jamais boire une telle chose…, » Kagetora vacilla.

« Tu as ordre de faire ce que je t’ordonne, n’est-ce pas ? » demanda Albert.

« Guh… »

Kagetora avait essayé de refuser, mais il n’avait pas pu faire face à un ordre de son maître.

Pendant qu’il grinçait des dents, la servante apporta un petit festin et le mit sur la table.

Puis, comme pour frapper le coup de grâce, Albert leva un verre à Kagetora.

« Je pensais juste que j’avais trop de temps libre avec Elisha absente. Qu’est-ce que tu en dis ? Veux-tu te joindre à moi pour prendre un verre en souvenir de mon vieil ami décédé et célébrer le mariage de notre fille ? » déclara Albert.

« … Oui, monsieur, » finalement, Kagetora accepta le verre. « Compris. Mais il n’y a aucune chance que vous puisses vous soûler avec si peu d’alcool. »

« Ho, ho, ho, ho, sois assuré. Notre cave à vin en a encore beaucoup d’autres de ce millésime. Je l’ai acheté en gros parce que j’étais si content de la naissance de Liscia, tu vois. »

Il semblerait que la bouteille qu’Albert avait envoyée à son ami n’était qu’une parmi tant d’autres.

« De telles dépenses inutiles…, » soupira Kagetora. « Madame ne serait-elle pas furieuse si elle en entendait parler ? »

« Elle était, en effet, assez fâchée contre moi. Elle ne m’a pas laissé prendre Liscia dans mes bras pendant un moment, » déclara Albert.

« Heh heh heh heh ! C’est tellement approprié venant de vous… Gyah ha ha ha ! » Kagetora avait ri plus fort que vous ne l’auriez normalement attendu de lui.

Albert se joignit à lui, et le manoir fut rempli de rires résonnants d’hommes.

Cette nuit-là, il y avait de l’alcool et des réjouissances, mais le matin, seul Albert restait dans le salon, son invité ayant depuis longtemps disparu.

Il était probablement déjà parti pour une autre mission.

Comme une ombre, Kagetora était un homme aux multiples mystères.

 

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci, un super chapitre

  3. Merci. Nous avons un joli secret de polichinelle.

Laisser un commentaire