Gakusen Toshi Asterisk – Tome 6 – Chapitre 1 – Partie 3

***

Chapitre 1 : Les débuts

Partie 3

Ayato connaissait bien l’une des deux femmes.

C’était Kyouko Yatsuzaki, leur professeur principal. D’habitude, elle était un peu assoiffée de sang, mais pour une raison inconnue, elle semblait un peu nerveuse maintenant. La batte à clous qu’elle portait habituellement n’était nulle part.

La femme qui se tenait à côté d’elle semblait avoir le même âge, ou peut-être un peu plus jeune. Elle avait un beau visage, digne, son corps serré et bien tonique était vêtu d’un uniforme de garde municipal.

Ayato pensait l’avoir déjà vue quelque part, mais il ne pouvait pas mettre un nom sur son visage.

Lorsqu’il l’avait entendu prononcer au milieu de la clameur de la salle, il s’était lui aussi levé de sa chaise.

« C’est Helga Lindwall, commandante de la garde de la ville ! »

C’était peu étonnant qu’il ne se souvienne pas d’elle tout de suite.

Il n’y avait pas une personne à Asterisk qui ne connaissait pas Helga Lindwall, mais seules quelques personnes étaient capables de la reconnaître, car elle apparaissait rarement en public. Sur les photos qu’Ayato avait vues, c’était une jeune femme envoûtante avec une silhouette d’adolescente, vraisemblablement pas plus âgée que les étudiants eux-mêmes — mais parfois, elle semblait aussi avoir la silhouette tendre d’une jeune fille.

Son surnom pendant ses années d’école était la sorcière de la manipulation du temps, Chronotemis.

Elle avait la capacité de contrôler le temps autour d’elle, et était réputée pour être la plus puissante Strega de l’histoire d’Asterisk.

On disait d’elle qu’elle changeait souvent d’âge en fonction de la tâche à accomplir, mais cela faisait aussi plus d’un demi-siècle qu’elle avait gagné le Lindvolus, donc elle aurait pu facilement avoir trois fois l’âge de Kyouko.

« … Ah, Amagiri. La commandante de la garde de la ville veut vous voir. Pouvons-nous vous emprunter pour un petit moment ? » La voix de Kyouko trahissait un soupçon de gêne.

Helga leva un peu sa main droite. « Enchantée de vous rencontrer, Amagiri. Je suis Helga Lindwall. »

« Enchanté de vous rencontrer. » Ayato, troublé, lui prit la main et fut immédiatement submergé par son prana, aiguisé à un niveau qu’il n’avait jamais vu auparavant.

« Il y a quelque chose dont je veux parler avec vous. Yatsuzaki, y a-t-il un endroit où nous pouvons parler en privé ? »

« Ah, bien sûr. Enfield, prêtez-leur une salle d’orientation. »

« Très bien. Voyons voir…, » à peine Claudia avait-elle pris son téléphone portable pour vérifier la disponibilité des salles qu’elle poursuit. « Les salles sept et huit sont occupées pour le moment, mais vous pouvez prendre n’importe laquelle des autres. »

« Merci pour votre aide, Yatsuzaki. Je peux m’en occuper à partir d’ici. Je dois avouer que j’ai été surprise d’apprendre que vous étiez devenu professeur, mais je suis heureuse de voir que vous vous débrouillez si bien. » Helga sourit faiblement en parlant, et posa une main sur la tête de Kyouko.

« Ha-ha, merci… »

« On y va, Amagiri ? »

« Hein ? Uh, a-attendez… ! »

Helga s’éloignait déjà à grands pas.

Ayato avait jeté un regard interrogateur à Kyouko, mais ses yeux lui avaient simplement dit d’y aller.

+++

« Ouf… »

Alors qu’elle regardait Ayato se précipiter hors de la cafétéria après Helga, Kyouko avait laissé échapper un soupir laborieux et s’était assise sur une chaise à proximité.

« On dirait que la sorcière des clous n’est pas de taille à affronter le commandant de la garde de la ville, » dit Claudia en riant.

« … Taisez-vous. » Kyouko lui lança un regard noir.

« Mais quel genre d’affaires Helga Lindwall pourrait-elle avoir avec Ayato… !? » continua Claudia.

« Aucune idée. J’ai juste eu la malchance de me faire attraper par elle. Allez demander à Enfield. »

Julis s’était tournée vers Claudia, mais celle-ci s’était contentée de secouer la tête.

« Elle semblait vouloir rapporter quelque chose à Ayato en personne, mais j’ai peur de ne pas connaître les détails. »

« Rapporter… ? »

Si le commandant de la garde urbaine travaillait sur quelque chose en rapport avec Ayato, la première chose qui lui venait à l’esprit était l’enlèvement de Flora. Ils avaient entendu de Madiath Mesa, le président du comité exécutif de la Festa, qu’Helga s’intéressait de près à cet incident.

Mais dans ce cas, elle aurait aussi dû vouloir parler à Julis.

Donc si elle n’était pas…

« … Mme Yatsuzaki, comment connaissez-vous la commandante ? » Saya demanda à Kyouko.

« Hein ? » s’exclama Kyouko d’une voix grincheuse. Elle se gratta la tête un moment avant de répondre brusquement. « On se connaît depuis un moment. Je lui dois des choses. »

« Ah, j’ai entendu toutes sortes d’histoires sur les jours d’école de la petite Kyouko. Vous étiez vraiment une sauvage, hein ? Je suppose qu’il s’est passé des choses entre vous et le garde municipal ? »

« Qui appelez-vous “petite Kyouko” ? Je vais vous tuer, Yabuki. »

Le regard sombre de Kyouko s’était encore assombri, et Eishirou, en sueur, avait agité les mains. « C’était une blague. Je suis désolé, je suis vraiment désolé ! »

« … Mlle Yatsuzaki, même vous, vous ne pouvez pas tenir tête à Helga Lindwall, n’est-ce pas ? »

À l’époque où Kyouko était étudiante à Le Wolfe, elle avait dirigé l’équipe qui avait remporté le Gryps. Le Wolfe était l’école la plus faible lorsqu’il s’agissait de la compétition par équipe, et la victoire de Kyouko était restée la seule victoire de l’école.

« Êtes-vous folle ? Elle me tuerait sur le champ, » répondit Kyouko sans hésiter, en agitant la main comme pour dire qu’il n’y aurait pas de concours.

« Mais, petite Kyou — Mme Yatsuzaki, n’êtes-vous pas spécialisée dans les contre-attaques ? Vous pourriez sûrement… »

« Ha, vous ne comprenez pas tous, n’est-ce pas ? » Kyouko avait posé son menton dans ses mains, regardant Eishirou avec étonnement. « Eh bien, elle ne s’est pas vraiment fait remarquer ces derniers temps, donc je suppose que vous ne comprenez pas. La force de cette femme réside dans son écrasante capacité de combat rapproché, affinée par des années d’entraînement. Je ne suis pas de taille face à cela. »

« … La Commandante Lindwall est certainement forte, mais Mme Yatsuzaki, il y a beaucoup de choses que nous pourrions apprendre d’un grand professeur comme vous, » dit Claudia. « Et puis, vous ne parlez que de votre propre expérience, n’est-ce pas ? »

Le visage de Kyouko s’était transformé en un sourire. « Quoi, vous voulez que je vous entraîne à nouveau ? »

« Je vous en prie. » Claudia, en revanche, arborait un sourire doux.

« Ah-ha, c’est vrai, il y avait une rumeur selon laquelle l’équipe de la présidente avait reçu un entraînement secret de votre part. »

« Ce n’est pas un secret. Je suis un professeur, vous savez, ici à Asterisk, alors si vous voulez que je vous donne une bonne leçon, faites-le-moi savoir. Si vous pensez en être capable. » Kyouko avait fixé Eishirou avec un sourire menaçant.

En gros, il y avait deux types de professeurs à Asterisk : ceux qui, comme Kyouko, pouvaient donner des conseils sur les techniques de combat en plus de leurs cours théoriques, et ceux qui étaient purement responsables des cours.

Bien sûr, il ne fait aucun doute que le premier avait plus de valeur, mais le fait est qu’il n’y en avait pas assez dans toutes les écoles.

« Eh bien, j’ai peur que lors du dernier Gryps, mon équipe ait été vaincue d’emblée. »

« Ce n’était pas de votre faute ! Vous étiez contre les chevaliers aux ailes d’argent, après tout ! »

Comme Kirin l’avait dit, lors du dernier Gryps, l’équipe de Claudia avait été opposée à celle de Gallardworth, et promptement battue. Julis avait regardé ce match, et pour être parfaitement honnête, il y avait une différence considérable de capacité. Claudia était la seule à pouvoir vraiment se battre, mais l’équipe adverse n’était pas si faible qu’elle puisse la battre seule. Même s’ils avaient une centaine de matchs de reprise, Gallardworth gagnerait probablement à chaque fois.

En fait, les membres de l’équipe de Claudia avaient tous déjà été diplômés.

« Eh bien, peu importe. Venez me trouver quand votre équipe sera prête. Je m’occuperai de vous. » Kyouko avait fait craquer son cou et était partie.

« — au fait, Julis, » déclara Claudia après avoir regardé Kyouko partir.

« Qu-Quoi ? »

« J’ai entendu dire que votre Aspera Spina n’a pas pu être réparée. »

« Oh, eh bien, je suppose qu’il n’y avait aucun moyen de contourner le problème. »

Le Lux de Julis avait été sévèrement endommagé lors du féroce match de championnat au Phoenix. Elle avait demandé au Département matériel de le réparer, mais avait reçu un message l’autre jour disant que rien ne pouvait être fait. Bien qu’elle ait déjà à moitié renoncé à sa restauration, il était, après tout, douloureux de se séparer de son partenaire de longue date.

Il fallait du temps pour calibrer un Lux — surtout le type utilisé par les Stregas et les Dantes — et il fallait donc en demander un nouveau dès que possible. Julis était actuellement au milieu de ce processus.

« Dans ce cas, peut-être serait-il utile que vous serviez de testeur pour les nouveaux modèles de Lux ? Qu’en pensez-vous ? »

« Nouveaux modèles de Lux ? »

« Vous voulez dire ceux développés avec Allekant ? » demanda Saya.

« En effet. Nous avons enfin terminé le prototype, il est donc en train de subir les derniers examens, mais… eh bien, il est quelque peu difficile à manipuler, nous avons donc eu un peu de mal à trouver un testeur approprié. »

« Ça ne me dérange pas. Mais pourquoi moi ? »

« L’utilisateur doit pouvoir traiter les informations spatiales sans aucun délai, et pour autant que je sache, vous excellez le plus dans ce domaine, ici à Seidoukan. »

« Hmm… » Comme Julis était également fière de ce fait, elle ne pouvait que hocher la tête.

« Mais vous ne serez pas le seul testeur, alors ne vous laissez pas abattre. Qu’est-ce que vous en pensez ? »

Essentiellement, la chose la plus importante était de se familiariser avec l’utilisation de l’arme. S’il s’agissait d’une épée à pointe fine, elle pourrait être capable de la manier comme l’Aspera Spina, même s’il lui fallait un certain temps pour la calibrer.

Mais alors, cela voudrait-il dire que je ne deviendrais pas plus forte… ?

C’était grâce à la force d’Ayato qu’ils avaient gagné le Phoenix. Bien sûr, il y avait des matchs qu’ils auraient sûrement perdus sans elle, mais la différence entre eux deux était indéniable.

Julis y avait réfléchi un moment avant de donner sa réponse :

« D’accord. Je vais le faire. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire