Ecstas Online – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 4

***

Chapitre 4 : Le Roi-Démon mis au rebut

Partie 4

La hache se brisa et les morceaux brisés tombèrent sur le sol.

Le monstre était ainsi tombé à la renverse en poussant un dernier cri.

« Es-tu blessé ? » Quand je m’étais retourné, Satanachia avait fait un salut sur le dessus du lit.

« Oh… »

Satanachia sauta du lit d’un mouvement rapide, comme si la bête que j’avais vue il y a peu était un mensonge et elle examina le couloir depuis la porte. Puis, de l’autre côté du couloir, plusieurs monstres-taureaux similaires étaient arrivés en courant.

Satanachia sauta dans le couloir et commença à tirer des flèches les unes après les autres dans une apparence peu digne d’une dame. Seuls un étui pour tenir les flèches et une ceinture étaient enroulés autour de sa taille.

« Hellshaft-sama, tes vêtements, vite, » déclara Satanachia.

« C… c’est vrai ! » déclarai-je.

Merde ! Qu’est-ce qui se passe ? C’est Infermia, n’est-ce pas !? Pourquoi les monstres lancent-ils une attaque sur la chambre du Roi-Démon !? Est-ce qu’ils essaient de me tuer !?

J’avais ouvert le menu et j’avais équipé l’armure du Roi-Démon. Le corps de lycéen se transforma immédiatement en un corps géant d’environ 2,3 mètres de haut.

« Aikawa-san! » je m’étais tenu proche du lit après avoir couru vers Aikawa-san, étourdie. « Aikawa-san, peux-tu te lever ? »

« Ce… monstre tout à l’heure… euh, pas prévu…, » Aikawa-san marmonna avec un visage comme si elle avait vu quelque chose d’incroyable.

« De quoi s’agit-il ? » demandai-je.

« Doumeguri-kun, ceci… est peut-être une erreur de jugement…, » déclara Aikawa-san.

« Qu’est-ce que c’est ? Dis-le clairement…, » déclarai-je.

Aikawa-san avait ouvert en grand ses yeux et elle avait crié. « Kyaaaaaaaaaah! »

Quand je m’étais retourné, un monstre-taureau se tenait de l’autre côté du lit. A-t-il franchi la ligne de défense de Satanachia ? En m’approchant avec désinvolture, j’avais regardé le taureau monstrueux. C’était un énorme adversaire tout à l’heure, j’avais dû le regarder vers le haut, mais maintenant son visage était sous mes yeux.

Le monstre-taureau avait poussé un cri menaçant et avait tenu la hache en l’air. Ses muscles, qui étaient plusieurs fois ceux des humains, avaient transformé la simple hache en une terrifiante arme destructrice.

Mais cela n’a aucun sens.

« Fuh! »

Je déplaçai mon bras sans effort. Le coup de poing du bras balancé avec légèreté s’enfonça dans la face du taureau. L’impact déforma le visage du taureau et fit tourner son corps comme une toupie. Lorsque la toupie s’était arrêtée, le taureau s’était effondré là où il était comme une marionnette avec ses fils coupés.

Hmm, il a eu le culot de me faire perdre mon sang-froid il y a un instant.

« Aikawa-san. Quel est ce monstre… ? » demandai-je.

Quand je me retournai, Aikawa-san mettait habilement ses vêtements, faisant glisser la chemise à travers l’ouverture des attaches. Pendant ce temps, elle fronçait les sourcils et gardait une expression sérieuse.

« Doumeguri-kun… c’est un monstre qui ne devrait pas être là, » répondit-elle.

Hein ? Qu’est-ce que tu dis ?

« Les Minotaures… sont des monstres qui devaient souvent être utilisés dans les donjons, enfin, l’étaient, » déclara Aikawa-san.

Étaient… ? La passée est utilisée ?

« Ils ne devraient pas être ici… ? Mais ne sont-ils pas devant nous maintenant ? Que veux-tu dire ? » demandai-je.

« C’est étrange pour eux d’être ici ! Parce que c’est un monstre PB ! »

PB (Pas Bon) ?

« Est-ce que cela signifie… que c’est un personnage qui a été rejeté ? » demandai-je.

« C’est exact ! Des données ont été créées, mais cela a été remplacé par un autre personnage et les données ont été supprimées. Eh bien, elles auraient dû être supprimées, » déclara-t-elle.

J’avais regardé le Minotaure qui avait disparu, devenu de la lumière.

Cette chose, ce monstre ne devrait pas être ici ? Mais il est là. Les données qui auraient dû être supprimées. Ont-elles été restaurées ? C’est inutile. Même si je pense à ce qui se passe, je ne comprends pas.

« Excuse-moi, Aikawa-san, » déclarai-je.

Sans attendre de réponse, j’avais tenu Aikawa-san dans mes bras.

« A-Attends. Doumeguri-kun !? » s’exclama Aikawa-san.

« Je ne comprends pas très bien, mais je suis sûr qu’il y a des ennemis à l’intérieur d’Infermia. Il est dangereux d’être seul, alors reste avec moi. Tu seras en sécurité à mes côtés, » déclarai-je.

Je tenais Aikawa-san, la laissant s’asseoir sur mon bras gauche.

« O-Oui…, » rougissant un peu, Aikawa-san s’était accrochée à mon cou.

J’avais tapé mon pied sur le sol et je m’étais précipité dans le couloir. Là, Satanachia était seule face à une horde de Minotaures. Satanachia les abattait en une succession rapide, mais le nombre et l’élan des Minotaures ne s’arrêtaient pas. Peu à peu, l’avant-garde des Minotaures s’approchait de Satanachia.

« Satanachia! Replis-toi ! » ordonnai-je.

En réponse à ma voix, Satanachia avait fait un grand bond en arrière. Elle tourna plusieurs fois dans les airs et atterrit splendidement. Ses gros seins tremblèrent d’un côté à l’autre avec un retard, sans pouvoir suivre le mouvement.

Plus d’une douzaine de Minotaures se précipitèrent vers nous, rugissant violemment.

« Saloperie de taureaux…, » déclarai-je.

Je transformai le manteau de flammes en une épée et je l’attrapai de la main droite.

« Vous feriez mieux de laisser tomber de la bonne viande ! » déclarai-je.

Je frappai alors avec mon épée et je fis pivoter l’épée. L’épée coupa l’air et une onde de choc parcourra le long de sa trajectoire. L’onde de choc coupa le torse des Minotaures tout en mettant en pièces les murs du couloir.

Au moment où la lame de l’onde de choc avait percé l’extrémité du mur, la moitié supérieure du corps des Minotaures était tombée d’un seul coup. Dans le couloir, seuls les corps inférieurs, qui avaient perdu leur propriétaire, se tenaient près l’un de l’autre.

 

 

« Satanachia, toi aussi, habille-toi vite, » ordonnai-je.

« Oui, » répondit-elle.

Satanachia s’était déshabillée avant ça, mais elle avait aussitôt équipé son armure comme je l’avais ordonné. Sa façon de se battre avec les seins entièrement exposés était également magnifique, mais il ne semblerait pas que je puisse dire une chose aussi négligente dans cette situation. J’avais inspiré et je les avais convoqués d’une voix forte.

« Venez ! Hellzekter !! »

Mon cri résonna dans Infermia. Alors que l’écho disparaissait, la fenêtre au bout du couloir s’était ouverte.

« Hell-samaaaaaaa! » L’ange déchue Forneus était venue en volant, déployant ses ailes blanches.

« M’avez-vous appelllllezzzzz !!? Roiii-Démonnnnn-samaaaaaaa!? » Le sol s’était ouvert comme s’il avait explosé. Des morceaux de bois et de pierre volèrent, et Grasha sauta dans le couloir.

Et un brouillard noir était apparu de nulle part, tourbillonnant devant moi.

« Je suis venu, suite à votre appel. » Adra s’était agenouillé respectueusement lorsqu’il s’était matérialisé.

Et Satanachia, qui s’était habillée, était sortie de la pièce.

Les quatre Hellzekter étaient alignés devant moi.

« Eh bien. Quelqu’un peut-il nous expliquer ce qui se passe actuellement à Infermia ? » ordonnai-je.

Grasha avait froncé les sourcils tout en grattant la partie située derrière ses oreilles. « Je n’en ai aucune idée. Je n’ai jamais vu ces types qui sont partout, tout en ayant le culot de se battre sans discernement. Ça ne sert à rien de leur parler. »

« Parles-tu des monstres-taureaux ? » demandai-je.

« Des taureaux ? Oui, il y en avait aussi, mais il y a différentes espèces, vous voyez ? Il y a des choses comme des poulpes humaines et aussi des combinaisons de chevaux et de lézards, » répondit Grasha.

« … “Homme Poulpe” et “Cheval-Lézard”. Comme je le pensais, ce sont des personnages rejetés, » Aikawa-san me murmura cela furtivement à l’oreille.

Cela signifie-t-il qu’il existe de nombreux types de monstres rejetés ?

Adra poussa le centre de ses lunettes vers le haut avec un doigt. « Mon Roi. Je n’en connais pas la cause, mais j’ai un rapport de situation. »

« Très bien, » répondis-je.

« Actuellement, plusieurs races de monstres errent, agressent et détruisent Infermia. Aucun d’entre eux n’appartient à l’Hellander, leur lieu de naissance et leur race ne sont pas non plus clairs. Mais nous avons identifié leur origine, » déclara Adra.

« … !? Et cela vient d’où ? » avais-je demandé.

« Ils apparaissent depuis le cimetière souterrain d’Infermia, » répondit Adra.

Le cimetière souterrain… dis-tu ?

Nos regards s’étaient rassemblés à Forneus d’un seul coup. Le cimetière était sous la juridiction de Forneus.

« Fue? » Forneus vacilla, comme si elle était agitée.

« Hé, est-ce que c’est de votre faute ? Forneus, » demanda Grasha.

« Nous ne nous mettrons pas en colère, dis-le nous avec honnêteté, » déclara Satanachia.

Forneus était encore plus troublée, étant talonnée par Grasha et Satanachia.

« V-Vous avez tort ! Forneus ne sait rien ! » répondit Forneus.

Il semble que nous devrons aller au cimetière souterrain.

« Très bien. Alors vous tous, Hellzekter, ainsi que moi, nous irons au cimetière souterrain ! Nous allons découvrir d’où viennent les intrus ! Et donner des ordres à vos corps d’armée. Exécuter chaque envahisseur qui sévit dans l’Infermia ! N’en manquez pas un seul ! Nous allons leur faire payer par la mort cette tentative d’invasion d’Infermia ! » déclarai-je.

« « « « Oui ! » » » »

Forneus, Grasha et Satanachia se dispersèrent pour diriger leur corps d’armée. Adra, qui était resté ici, avait levé les yeux vers Aikawa-san que je tenais dans mes bras.

« Mais mon roi, cette esclave vous accompagnera-t-elle ? » demanda Adra.

Aikawa-san avait mis encore plus de force dans ses bras qui tenaient mon cou.

« Oui. Elle est comme un accessoire trivial. Ne t’inquiète pas, » déclarai-je.

« Compris. Alors je vais attendre à l’extérieur de la tour, » déclara Adra.

En réponse, la silhouette d’Adra avait disparu, devenant du brouillard. Le brouillard noir s’envola par la fenêtre, devenant un nuage de chauves-souris.

« Alors, Aikawa-san. Nous y allons aussi, » déclarai-je.

« O-oui… sois doux, d’accord ? » me murmura-t-elle.

Quand j’avais répondu « OK » à Aikawa-san qui avait un visage anxieux, j’avais agité la cape et m’étais dirigé vers les escaliers.

Dans la cage d’escalier qui traversait le centre de la tour, un escalier en colimaçon descendait tout le long des murs. J’avais jeté un coup d’œil d’en haut et j’avais vu les combats entre les monstres PB et les membres de l’Hellander à chaque étage. Et en bas. Au premier étage, qui était une grande salle, les monstres PB étaient entassés. Le sol pouvait être vu comme un train bondé pendant l’heure de pointe.

Une étrange colère bouillonnait en moi.

Ces gars…, à mon château !

« Alors, nous y voilà, » déclarai-je.

« Eh, attends, pas possible ─, » s’exclama Aikawa-san.

J’avais légèrement sauté par-dessus l’escalier en colimaçon et j’étais tombé dans la cage d’escalier.

« Kyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah! » Le cri d’Aikawa-san traversa la cage d’escalier. Puis, l’étage où les monstres PB étaient entassés s’approcha rapidement.

Un choc violent et un fracas sonore se réverbérèrent.

Le monstre PB piétiné était meurt sans avoir le temps de crier.

J’avais ainsi atterri au premier étage. L’impact créa une onde de choc semblable à celle d’une bombe. L’onde de choc avait instantanément soufflé les monstres PB. Les monstres PB furent projetés au loin, culbutant et tombant sur les monstres au sol, couchés les uns sur les autres. L’onde de choc qui m’avait enveloppé avait créé un espace autour de moi qui était complètement vide.

Les monstres PB se lèvent en gémissant des choses qui n’étaient pas des mots.

« Ces types…, » murmurai-je.

C’était des monstres effrayants semblables aux orcs. Peau violette et bouches déchirées jusqu’aux oreilles. Des crocs étroitement alignés poussaient dans leur bouche.

« Do-Doumeguri-kin. Ce sont des “goules”, » déclara Aikawa-san.

Quand les goules avaient repéré Aikawa-san dans mes bras, elles avaient bavé toutes en même temps.

« Des goules, hein… Je suppose qu’Aikawa ressemble certainement à un festin, » déclarai-je.

« *Eeeek*… A-Allez ! Ne dis pas ça ! » s’écria-t-elle.

Mais les goules se méfiaient de moi, elles nous regardaient à distance fixe. J’avais baissé mon épée et j’avais commencé à marcher sans faire attention.

Aikawa-san lança un cri. « Derrière toi ! »

J’avais brandi mon épée en me retournant. Après le passage de la lumière vive, le corps de la goule coupée en deux était resté là. Le corps avait rapidement disparu, devenant des fragments de lumière lorsqu’elle s’écrasa au sol.

En commençant par cela, et en poussant un cri offensif à mes oreilles, les goules étaient arrivées sur moi d’un seul coup.

« Haaaaaaaaaaaaaaaaah! »

Comme elles s’étaient toutes jetées sur moi en même temps, je ne pouvais pas me défendre contre elles tout seul. Mais c’était une situation normale. J’avais brandi l’épée de feu avec un calme absolue.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire