Daimaou-sama no Machizukuri ! – Tome 1 – Chapitre 8

***

Chapitre 8 : Le grand Seigneur-Démon participe à la vente aux enchères

Nous étions entrés dans le donjon du Seigneur-Démon de la région.

Ciel annula les compétences de type furtif qu’elle employait. Simultanément, elle s’était également transformée en sa forme de fille aux cheveux bleus.

Il n’y avait que des visiteurs ici. Plutôt que d’essayer de cacher nos formes, il serait plus facile de se fondre dans la foule.

Dans des situations aussi dangereuses, j’avais généralement Kuina à mes côtés. Son absence m’avait maintenant rendu un peu vulnérable, pour être honnête. Cependant, j’avais pris soin de ne pas laisser apparaître de telles angoisses. Après tout, Ciel faisait de son mieux pour remplir le rôle de Kuina et celui des autres et je ne voulais pas mettre un frein à sa détermination.

« Mon Seigneur-Démon, quoi qu’il arrive, je te protégerai. Laisse-moi ~ pyui ~ tout. » (Ciel)

« Parfait. Merci, Ciel. » (Procell)

Je lui avais dit cela en lui brossant la tête.

« Uuu, ça chatouille. Ne me traite pas comme une enfant, s’il te plaît. » (Ciel)

Elle l’avait dit sur un ton qui pourrait suggérer qu’elle n’aimait pas ça, mais l’expression heureuse sur son visage suggérait le contraire.

Elle pourrait se comporter comme une adulte, mais étant donné qu’elle n’était pas née depuis longtemps, il n’était pas surprenant qu’elle aime être félicitée et choyée.

« Heyy mon frère, regarde cette belle fille que j’ai achetée. Appelle-moi si tu veux passer un bon moment avec elle. Si tu veux économiser de l’argent, ça ne me dérange pas d’échang — quoi — quoooooooooooooooi ! » (Ivrogne)

L’ivrogne d’âge moyen qui m’avait appelé s’était enfui. Ou plutôt, il avait trébuché.

« Mon Seigneur-Démon, tu sais qu’il est facile de mal juger de ta force et de finir par tuer des humains ordinaires d’un seul coup de poing, alors fais preuve d’un peu plus de retenue. » (Ciel)

« Ouais désolé. Les gens qui ne respectent pas mes filles m’atteignent plus facilement. » (Procell))

« Nous ne pouvons pas nous permettre de nous démarquer maintenant, d’accord ? Cela dit, j’apprécie le sentiment. » (Ciel)

Ses bras croisés, Ciel déclara ça.

Je ne pouvais pas m’empêcher de sourire ironiquement à cela.

Cela montre combien il me reste encore à grandir. Qu’est-ce que je pensais, en prenant un ivrogne au sérieux comme ça.

« Devrions-nous aller vérifier comment se portent Cumin et Ahri ? » (Procell)

« Ce n’est pas nécessaire. Un bout de moi-même est avec elles en ce moment. Parce que ce bout et moi partageons nos points de vue, si quelque chose de mal était sur le point de leur arriver, je le saurais. De plus, même s’il ne s’agit que d’un bout, c’est un bout d’un slime de haut rang, il peut donc les défendre jusqu’à un certain point. » (Ciel)

« Quelle fiabilité ! Si tel est le cas, allons collecter des informations, d’accord ? » (Procell)

« Allons-y ! » (Ciel)

Si nous devions négocier avec l’autre Seigneur-Démon, je voulais avoir autant d’informations que possible. À cette fin, Ciel et moi avions fait le tour des lieux pendant un petit moment.

*

Ouais, c’est une ville, d’accord.

Je le pensais après avoir marché un peu avec Ciel.

En payant de l’argent, les clients pouvaient profiter des expositions qui utilisaient les femmes offertes en sacrifice. Si les clients étaient prêts à payer plus, ils pourraient non seulement regarder, mais aussi découvrir l’exposition eux-mêmes. Plus ils payaient, plus l’acte qu’ils pouvaient faire aux femmes était indescriptible.

Ces clients étaient des humains ordinaires. Les humains ordinaires qui cherchaient à satisfaire leurs désirs charnels.

Le Seigneur-Démon ne se souciait probablement pas de l’argent, mais en collectant les frais, le donjon pourrait être mieux équipé, ce qui signifiait alors plus de clients.

En regardant de plus près, de nombreux clients étaient indéniablement riches, certains semblant même issus de familles nobles. Très probablement, en échange de ces plaisirs VIP jugés immoraux par la société humaine, ces clients permettaient au Seigneur-Démon certaines commodités.

C’était un excellent plan, mais en tant que personne qui avait également fait une ville de son donjon, je ne pouvais tout simplement pas m’empêcher de le détester.

Voir autant de filles ici m’avait amené à me demander comment les villages pourraient maintenir leur nombre s’ils étaient obligés de faire des sacrifices régulièrement.

Ce n’était cependant pas un mystère si profond. Les femmes, traitées comme elles l’étaient, tomberaient tôt ou tard enceintes. Les enfants nés de telles circonstances seraient forcés à aller dans les villages.

Et parce que des démons couchaient parfois aussi avec les femmes, certains des enfants étaient ce qu’on appellerait des demi-humains. Cumin et Ahri descendaient probablement de ces enfants. Ce qui pourrait être une cause de discrimination dont elles sont l’objet. Là encore, si cette pratique existe depuis des siècles, l’existence de ces individus au patrimoine mixte ne devrait plus être choquante, et devrait donc être moins un facteur de problème.

Ça ne devrait pas, mais bon, ce sont des humains dont nous parlons…

« Cet endroit me dégoûte vraiment » (Procell)

« C’est la grande différence avec Avalon, n’est-ce pas ? Avalon est un endroit où les humains et les démons peuvent coexister pacifiquement, mais cet endroit n’est rien d’autre qu’un endroit pour exploiter les humains. … Ah, oh non, Cumin et Ahri sont dans le pétrin. Une vente aux enchères est sur le point de commencer. » (Ciel)

« Une vente aux enchères ? Ils ne les traitent vraiment que comme des objets, hein. Beurk, certains objets pourraient même être plus précieux ici. » (Procell)

Une vente aux enchères signifiait que les sœurs pouvaient tomber entre les mains d’autres hommes. Cela ne devait pas arriver.

Nous avions terminé à la hâte notre collecte de renseignements sur le chemin.

Comment devrions-nous procéder ? Briser toute la vente aux enchères ? Non, il n’y a pas encore besoin de se déchaîner. Alors, pourquoi ne pas utiliser le fait d’être des invités et participer comme tel?

*

Ciel avait ouvert la voie. Son bout d’elle qui était avec les sœurs avait agi comme une balise qui lui indiquait où elles se trouvaient.

Il ne nous avait pas fallu longtemps pour atteindre l’endroit.

La vente aux enchères se déroulait dans cette salle faiblement éclairée.

Les femmes sacrificielles étaient gardées dans des cages. Toutes étaient enchaînées par le cou. Une fois que leur nom était appelé, leur chaîne était tirée, les forçant à suivre.

Avant d’être amenées ici, les filles étaient baignées, habillées et maquillées légèrement.

Au bout d’un moment, la vente aux enchères avait finalement commencé.

D’après l’explication donnée aux clients, les filles ne pouvaient pas être ramenées à la maison même si elles étaient gagnées grâce à la vente aux enchères. Cependant, tant que c’était dans les locaux, tout pouvait être fait aux filles. Même les tuer n’était pas un problème.

Alternativement, le gagnant pourrait également exiger que les filles leur soient exclusives.

En tremblant, certaines des filles avaient prié.

Tout ce qu’elles pouvaient espérer pour le moment était d’être gagné par un homme assez gentil.

D’un autre côté, le pire résultat qu’elles auraient pu avoir était si personne ne les achetait du tout. Pas même à leur prix de base. Si cela se produisait, elles seraient qualifiées de femmes sans valeur et seraient alors utilisées de la pire des manières.

Avant la présentation de la première femme à soumissionner, une démonstration avait été organisée pour montrer le sort d’une non vendue.

Tout d’abord, un démon tigre avec un penchant pour les humains avait été amené. Ils ont expliqué qu’une fois qu’il avait violé la femme autant qu’il le voulait, le démon tigre allait alors manger la femme.

Ainsi, bien qu’elle ait été violée comme ça, la femme avait fait de son mieux pour maintenir le démon tigre dans la joie afin de préserver sa vie. Cependant, à la fin, le démon l’avait mangée et l’avait tuée.

Les hommes qui avaient regardé la scène s’étaient simplement moqués. En contraste frappant, les femmes dans les cages tremblaient de peur plus qu’auparavant.

Après la vente de la première fille, les autres avaient rapidement suivi.

Celles qui n’avaient reçu aucune offre demandaient désespérément à quiconque de changer d’avis. L’une d’entre elles avait déchiré ses vêtements et avait essayé de séduire les hommes tandis que des larmes coulaient de ses yeux. La scène précédente la rendait désespérée.

Pendant ce temps, les hommes qui avaient vu cette femme avaient seulement ri, comme si tout cela faisait partie d’un spectacle comique.

C’est trop répugnant. Les humains sont-ils vraiment aussi atroces ?

En ce moment, une quantité massive d’émotions intenses tourbillonnait dans la salle des ventes. Les émotions des hommes et des femmes n’étaient pas différentes de ces émotions intenses sur un champ de bataille, le genre que la plupart des Seigneurs-Démons aimaient.

Étant donné le nombre de personnes, une telle densité d’émotions ne pourrait jamais être atteinte par Avalon.

Si tout cela était régulièrement absorbé par le Seigneur-Démon de ce donjon, on ne pouvait nier que ce Seigneur-Démon était fort.

Si c’est le cas, même si je voulais détruire l’endroit tout de suite, je devrais être discret pour le moment ou risquer d’être celui à souffrir.

Après un moment, ce fut le tour des sœurs.

« Maintenant, mes bons messieurs, nous vous présentons quelque chose d’extrêmement rare : des filles avec le sang de démons renards. De plus, ce sont des sœurs ! Observez leur amour fraternel ! Comme elles se soucient l’une de l’autre, comment elles se protègent. En plus de leur beauté extraordinaire, pensez à toutes les pièces amusantes que vous pourriez avoir avec un tel amour fraternel. Et donc, commençons par l’élément phare d’aujourd’hui ! » (Commissaire-priseur)

Comme l’avait déclaré le commissaire-priseur, les sœurs se protégeaient l’une contre l’autre en tremblant.

Peut-être dans un effort pour augmenter leur valeur, les sœurs avaient été offertes ensemble.

Et il semblerait que cela avait fonctionné. Les hommes lubriques étaient captivés par la beauté remarquable des sœurs et enchérissaient de plus en plus. Ils avaient déjà dépassé l’offre la plus élevée du jour jusqu’à présent, mais ils étaient toujours en cours.

« 4 millions de bars ! »

« 5 millions de bars ! »

« J’offre 6 millions ! »

« 6,5 millions ! »

« Merde… 6,7 millions ! »

Les hommes riches enchérissaient les uns après les autres, et une frénésie bizarre envahissait l’endroit.

Cependant, étant donné les augmentations plus modestes, la limite de leurs budgets semblait proche.

Alors, il était temps que j’agisse.

Après tout, j’avais également participé à cette vente aux enchères.

Au moment où j’avais appris qu’il y aurait une vente aux enchères, j’étais convaincu que je pouvais sauver les sœurs renard paisiblement.

Et donc, j’avais levé la main et déclaré un montant.

« Dix millions de bars. » (Procell)

À cela, la foule environnante s’était calmée, pour redevenir bruyante après un moment.

Dans cette ville méprisable, les hommes les plus riches de tout le continent étaient rassemblés, mais même pour eux, dépenser dix millions de bars pour deux femmes était un peu trop.

Étant donné que les augmentations n’atteignaient même pas un demi-million, j’aurais pu indiquer une valeur plus petite. Cependant, pour les faire abandonner tout de suite, j’avais décidé de faire monter en flèche le prix.

Quand j’avais déclaré le montant, Cumin et Ahri avaient toutes deux regardé dans ma direction. Afin de les calmer, j’avais croisé leur regard et j’avais souri. Heureusement, cela semblait fonctionner.

« 10… 10… 10,5 millions »

À ma grande surprise, l’un des hommes avait décidé de continuer à concourir.

Cet homme en particulier avait acheté toutes les femmes extrêmement belles présentées jusqu’à présent. Il était habillé avec des objets d’une indéniable qualité. Il avait de l’argent, c’était certain. Cependant, se parer d’un tas d’objets coûteux ne signifiait pas nécessairement qu’ils auraient fière allure. Dans ce cas, il était en fait assez disgracieux.

Sur la base de son apparence, je pourrais dire sans crainte qu’il était une personne très vaniteuse. Donc, très probablement, il avait fait une autre offre non pas parce qu’il voulait vraiment avoir les sœurs, mais plutôt simplement pour que les autres ne le voient pas être surenchéri par un visage inconnu.

« 20 millions de bars » (Procell)

Sur ce, la mâchoire de l’homme tomba.

Il semblait vouloir faire une nouvelle offre, mais les gens qui ressemblaient à ses serviteurs l’avaient arrêté.

Il semblerait que 20 millions représentent finalement un prix trop élevé. Personne d’autre ne semblait vouloir faire une offre plus élevée.

Cela fit sourire Ciel.

« Mais, mon Seigneur-Démon, as-tu même l’argent ? » (Ciel)

« Non, mais je l’ai vu échanger plus tôt. As-tu oublié ma capacité ? » (Procell)

« Oh oui… » (Ciel)

Chaque Seigneur-Démon avait une capacité unique pour eux.

La mienne était Création.

Cela m’avait permis de matérialiser quoi que ce soit dans ma mémoire en échange d’une quantité de puissance magique proportionnelle à la masse de l’objet.

Je n’avais jamais vu l’argent de ce monde avant de venir aux enchères, mais ici, il était utilisé à gauche et à droite. En d’autres termes, tant que j’avais le pouvoir magique, je pouvais en produire autant que je le voulais.

De plus, les pièces d’or de ce monde valaient 100 pièces d’argent. Ma Création ne se souciait pas de la rareté d’un métal ni d’aucun objet d’ailleurs ; sa seule préoccupation était de savoir combien il pesait. Donc, afin de préserver mon pouvoir magique, je préfère produire une seule pièce d’or que de produire cent pièces d’argent.

Il n’était pas sage de matérialiser les pièces à l’air libre, alors je les avais produites dans un sac que j’avais préparé juste pour cela.

« A-aucune autre offre ? Alors, les filles vont chez ce monsieur là-bas pour 20 millions de bars ! » (Commissaire-priseur)

En offrant un montant aussi extraordinaire, j’étais devenu le centre d’attention.

Même ainsi, je m’étais rendu là où on m’avait dit d’aller et j’avais payé le montant de l’offre.

Je n’attire pas seulement l’attention. Je ressens aussi une certaine hostilité.

Quand j’avais regardé la foule, j’avais vu l’homme avec qui j’avais concouru pour les filles me regarder d’un air menaçant.

Je l’avais alors vu attraper un démon humanoïde et murmurer quelque chose à ce démon.

Ouais, je peux voir où ça va aller

Les gens comme lui étaient des sources de problèmes, alors je m’étais habitué à traiter avec ces humains.

*

Nous étions sortis de la salle des ventes.

Là, j’avais enlevé les colliers attachés au cou des sœurs.

« Désolé, il m’a fallu autant de temps pour vous libérer. » (Procell)

« Incroyable… je veux dire, j’ai cru en vous de tout mon cœur, mais c’est toujours aussi incroyable que vous soyez venu pour nous. Je suis tellement tellement heureuse en ce moment. » (Cumin)

« Sire Seigneur-démon est une personne incroyable ! Ahri vous aime tellement ! » (Ahri)

Les deux filles devaient vraiment avoir eu peur vu l’état pitoyable qu’affichait avant leur jolie queue de renard. Cependant, maintenant que la source de préoccupation avait disparu, la fourrure duveteuse de leur queue revenait rapidement.

Eh bien, pour être précis, seule la cause immédiate de préoccupation avait disparu. J’avais peut-être gagné aux enchères, mais elles étaient toujours obligées de rester dans la ville.

En attendant, nous devrions donner quelque chose à manger aux filles.

Je le pensais et regardai vers Ciel.

Mais quand je l’avais fait, un lion qui avait d’innombrables serpents pour crinière nous avait sautés dessus, ou plus exactement, sur moi.

Ciel ne réagit pas. Elle n’en avait pas besoin. Cette menace n’était rien, après tout.

Au lieu de cela, j’avais ouvert mon manteau. C’était surtout pour éviter d’endommager mes vêtements, mais cette action avait révélé les 12 couteaux stockés à l’intérieur.

L’instant suivant, ces couteaux avaient volé sur mon agresseur. Chacun était revêtu d’un pouvoir magique et oscillait à grande vitesse. Le résultat : l’attaquant n’était plus que de la viande hachée.

« M’attaquer avec un démon si faible est une insulte. » (Procell)

Les 12 couteaux avaient plané autour de moi en formation comme s’ils me protégeaient.

Pour être précis, ce n’était pas des couteaux, c’était en fait un seul golem.

Un automate volant fragmenté. Celui-ci avait été désigné sous le nom de code AN-06K Aegis. Cela concernait les lames ainsi que le noyau du golem qui servait à la fois de générateur d’énergie et de cerveau artificiel.

Les lames avaient les enchantements Accélération et Rendu. À sa puissance maximale, les couteaux pouvaient voler à deux fois la vitesse du son et pouvaient facilement couper même l’orichalque.

Le plus digne de mention était cependant son esprit artificiel susmentionné. D’une part, il pouvait contrôler chacune des 12 lames même si elles se déplaçaient à pleine vitesse. De plus, s’il détectait une menace à mon encontre, il utiliserait ses propres lames pour me protéger, que je détecte moi-même une telle menace ou non.

C’était un équipement d’autoprotection que Rorono avait fait pour moi. Que ce soit une attaque d’un démon de rang A ou de dizaines de démons de rang C réguliers, j’étais en sécurité.

« Monsieur, même si nous visons à plaire, veuillez suivre au moins le minimum des règles de la ville ! » (Procell)

En même temps que cette déclaration, j’avais ordonné à l’égide d’envoyer deux de ses lames tout en retenant le reste.

Les deux couteaux volèrent vers l’homme vaniteux, qui regardait de loin. Cela lui avait percé les épaules et l’avait également épinglé au mur.

Il y eut un hurlement avant que je sois entouré par les démons protégeant le donjon.

Cependant, ils n’avaient montré aucun signe d’attaque.

Et puis, un démon humanoïde qui portait un costume et avait également des ailes de chauve-souris s’était dirigé vers moi.

« Cher invité, nous sommes terriblement désolés. »

« Juste des excuses après avoir attaqué un invité ayant payé ? J’ai obtenu ces filles légitimement — j’ai tout fait selon vos règles — mais ici, je me trouve incapable de les apprécier en paix. Est-ce ainsi que les choses sont ici ? » (Procell)

« C’est comme vous le dites, monsieur. Cependant, j’aimerais expliquer que cet employé a agi de son propre chef. Ses actions ne reflètent en aucun cas les intentions de notre seigneur. … Même ainsi, mon seigneur aimerait présenter des excuses. »

« L’employé a agi seul ? C’est une excuse plate. Pourtant, je suis prêt à entendre ces excuses. Montrez-moi le chemin. » (Procell)

Bien que je ne puisse pas dire que tout s’était déroulé comme prévu, nous avions quand même atteint le but de rencontrer l’autre Seigneur-Démon. De plus, cette chaîne d’événements devrait endetter un peu l’autre partie envers moi.

Je me demande à quoi ressemble le Seigneur-Démon derrière cette ville atroce… d’une certaine manière, j’ai hâte de le rencontrer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre, je me demande quelle est la capacité du seigneur démon mais je pense que c'est un rang B maximum

  2. merci pour chapitre.
    hypothèse : Procell alternatif

  3. Pour les couteaux volants, c'est vraiment inspirés des Gundam 😁

Laisser un commentaire