Daimaou-sama no Machizukuri ! – Tome 1 – Chapitre 13

***

Chapitre 13 : Le grand Seigneur-Démon construit un donjon

Depuis une fenêtre à l’étage, j’avais regardé l’ancien dirigeant du territoire alors qu’il courait avec sa statue de déesse à la main vers le chariot que je lui avais préparé. Après son départ, le chariot avait rapidement disparu dans la nuit.

« J’espère que vous vivez une vie paisible avec votre trésor bien-aimé. » (Procell)

Honnêtement, je le souhaitais, mais je savais aussi pertinemment qu’il était le genre de gars qui était capable d’oublier tous les problèmes qu’il avait traversés et de refaire les mêmes erreurs.

S’il était un peu raisonnable avec son luxe, la fortune que je lui avais préparée pourrait lui durer toute sa vie. Cependant, une fois de retour au jeu et aux femmes, toute cette fortune disparaîtrait en un clin d’œil.

Ça ne me dérangerait pas qu’il finisse comme ça, mais le problème était qu’il essaierait probablement de m’extorquer un peu plus d’argent. Il pourrait même dire que j’avais volé sa terre par des moyens néfastes.

Pour cette raison, nous lui avions attaché un petit bout de Ciel qu’elle avait fait en utilisant sa capacité de Division. Le bout de Ciel avait une certaine autonomie, assez pour dire si l’ancien baron essayait de me faire du mal. Dans un tel cas, l’ancien baron serait tué sur-le-champ.

… Objectivement parlant, parce qu’il ne nous était plus d’aucune utilité du moment où il avait signé les papiers, il aurait été préférable de se débarrasser de lui tout de suite. Cependant, malheureusement, cela allait à l’encontre de mes principes.

Tant qu’il respectait sa part du marché, il n’était pas nécessaire que les choses deviennent difficiles.

« Mon Seigneur-Démon, enfin, nous avons obtenu une forteresse. » (Ciel)

« C’est en grande partie grâce à toi, Ciel. » (Procell)

Nos préparatifs pour le baron étaient extrêmement simples.

Tout d’abord, nous avions fabriqué un registre de famille. Le registre de famille des nobles mis à part, un registre de famille des roturiers pouvait être fait facilement et à peu de frais.

Ensuite, nous avions acheté des documents d’adoption et d’héritage à un noble déchu. Dans ce monde, être le successeur d’une maison noble signifiait hériter à la fois des actifs et des passifs.

Une fois ces documents soumis au pays, tout serait juridiquement valide. En d’autres termes, je deviendrais un baron de ce monde.

« Hmm, je dois dire cependant que le baron est un peu bas pour vous, mon Seigneur-Démon. » (Ciel)

« Peut-être, mais pour nos besoins, c’est suffisant. Un rang plus élevé ne nous poserait que des problèmes. » (Procell)

« Même ainsi, si tu m’ordonnes de prendre le contrôle de tout le pays, je le ferai pyupyui ! » (Ciel)

Deux pyui ? Cela te dérange autant ?

Un baron était un rang de noblesse qui était à peine autorisé à posséder des terres. En ce qui concerne les rangs de noblesse, c’était assez bas. Et en raison de leur faible statut social, les barons ne pouvaient pas parler à des nobles de rang supérieur à moins qu’ils ne leur parlent en premier lors de rassemblements sociaux entre nobles tels que les bals.

En dehors de ces événements, les barons devaient faire de leur mieux pour être protégés.

Plutôt que d’être des inconvénients, ces choses m’avaient intéressé quant à devenir baron. Tant que je payais le montant exigé par les nobles de rang supérieur, je devrais être laissé en paix.

 

***

Ensuite, nous avions rassemblé toutes les personnes du domaine du baron. Cela concernait non seulement les serviteurs, mais aussi les mercenaires engagés comme gardes.

Ils m’avaient regardé avec méfiance. Ce n’est qu’au moment où je leur avais présenté les documents ainsi que le collier portant le blason de la famille de l’ancien baron qu’ils avaient accepté que je devienne leur nouveau maître.

… Bien sûr, le gros bonus que je leur avais offert les avait également convaincus.

Je leur avais également donné un demi-mois de vacances, mais c’était plus pour réduire les chances que quiconque nous voie pendant que nous préparions tout le donjon.

En fait, dès qu’ils étaient assez éloignés du domaine, j’avais sorti mon cristal.

« Enfin, nous pouvons commencer, mon Seigneur-Démon ! » (Ciel)

« Oui. Il est temps de faire un donjon — non, une ville dans ce monde. » (Procell)

Et donc, j’avais versé du pouvoir magique dans le cristal.

« Je suis le Seigneur-Démon de la Création, Procell. Désormais, ce lieu sera mon bastion. Maintenant, Venez à moi ! » (Procell)

Les mots m’étaient venus naturellement.

Ensuite, j’avais convoqué et ouvert mon Grimoire à la page des Plaines. J’avais décidé qu’une salle Plaine serait la première salle de mon nouveau donjon.

Les salles de donjon — et par extension, le donjon lui-même — existaient en fait dans leurs propres dimensions de poche. Pour cette raison, même si un donjon comprend de vastes pièces qui pourraient être aussi vastes que tout un pays, il peut sembler aussi grand qu’une petite hutte dans le monde principal.

Désormais, à condition que certaines conditions soient remplies, les salles du donjon pouvaient s’intégrer dans le monde principal. Pour une salle de donjon ordinaire, qui n’était rien de plus qu’un terrain plat vide, se fondre dans le monde principal était beaucoup plus facile.

Dans cet esprit, j’avais édité la salle Plaine pour qu’elle soit aussi vaste que possible.

Le cristal avait ensuite brillé, provoquant la création du nouveau donjon. De plus, mon environnement s’était déformé, un signe clair de la fusion de la salle du donjon avec le territoire de Farunde.

Enfin, la pièce dans laquelle je me trouvais avait été transformée en une dimension de poche distincte, adjacente à la salle Plaine. En d’autres termes, c’était devenu la salle de cristal. C’était dangereux en ce moment, car si quelqu’un réussissait à atteindre cet endroit et à briser le cristal, tout le donjon disparaîtrait. Bien sûr, j’avais bien l’intention de résoudre ce problème bientôt.

« D’accord, les émotions devraient venir à tout moment maintenant… rien que des émotions sombres… Je suppose que je ne devrais pas être surpris. » (Procell)

La différence dans les émotions que j’obtenais entre cet endroit et Avalon était comme la nuit et le jour.

La qualité générale était assez médiocre. Les émotions négatives comme celles ressenties avant la mort étaient plus fortes que les autres, mais même celles-ci étaient ternes parce que les gens étaient déjà désensibilisés.

Les émotions étaient déjà assez mauvaises, mais le goût horrible était tout simplement inacceptable. Sans surprise, je préférais les émotions plus heureuses telles que l’espoir, l’enthousiasme et la joie.

De toute évidence, quelque chose devait être fait. Et pour changer les gens, je croyais que je devais d’abord changer l’endroit où ils vivaient.

Heureusement, j’avais un donjon ainsi que des démons pour m’aider à faire ça.

Pour agrandir un donjon et acheter des monstres, les DPs étaient nécessaires. J’avais déjà économisé beaucoup de DPs, donc je pouvais commencer tout de suite.

Premièrement, nous devions développer les infrastructures du territoire. Et j’avais justement les bons démons pour ça.

« Venez, Naine forgeronne, Haute Elfe. » (Procell)

J’avais fait cinq Naines forgeronnes de rang B ainsi que cinq Hautes Elfes de rang B.

Même à Avalon, ces démons étaient extrêmement utiles.

« « En attente de vos ordres, maître » »

Juste après avoir été produites, les dix filles s’étaient agenouillées.

Les Naines forgeronnes étaient de petites filles à la peau brune et aux cheveux blancs, tandis que les Hautes Elfes étaient des filles élancées aux cheveux blonds, à la peau blanche et aux yeux verts.

Au moment de la création d’un monstre, ledit monstre pouvait être réglé pour avoir un niveau statique ou croissant.

Si un monstre était défini pour avoir un niveau statique, il naîtrait avec un niveau correspondant à son rang de monstre, mais ne pourrait pas monter de niveau. D’un autre côté, si un monstre devait avoir un niveau croissant, il avait la capacité de monter de niveau, mais devrait naître au niveau 1.

À condition de disposer de suffisamment de temps, celui qui pourrait monter de niveau serait plus fort. Cependant, étant donné les circonstances actuelles, une force prête au combat était préférable pour le moment. Après tout, si les monstres de rang B faisaient partie des élites des Seigneurs-Démons moyens, avoir dix monstres de rang B de hauts niveaux devraient nous donner suffisamment de marge de manœuvre pour le moment.

Cela étant dit, j’avais créé ces dix individus non pas pour combattre, mais plutôt pour l’utilité qu’ils pouvaient avoir.

Les Naines forgeronnes étaient des forgeronnes expertes, tandis que les Hautes Elfes étaient des expertes de la nature.

Franchement cependant, si je pouvais acheter avec des DP des Naines Anciennes et des Elfes Antiques, les races de Rorono et Aura respectivement, je le ferais en un clin d’œil. Malheureusement, je ne pouvais acheter avec DP que les monstres qui étaient au moins deux rangs en dessous dans une lignée d’un monstre que j’avais créé grâce à une Synthèse.

« Naines forgeronnes, ce territoire est dépourvu d’infrastructures. Je veux que vous y remédiiez. Construisez des cours d’eau, érigez des murs de protection, démantelez les maisons décrépites et abandonnées et construisez de nouvelles maisons. Transformez cette ville en quelque chose dans lequel les humains pourraient vivre confortablement. » (Procell)

« Comme vous l’ordonnez. » (Naines forgeronnes)

« Ciel, utilise les connaissances de Rorono. Parmi les appareils utilisés dans Avalon, choisis ceux que ces filles peuvent fabriquer et utiliser avec leurs capacités. Choisis également des plans de construction. Aussi, je te laisse leur formation et leur gestion. En ce qui concerne les matériaux, utilises-en autant que nécessaire que tu as en stock. » (Procell)

Cela ressemblait à une quantité de travail déraisonnable, mais je savais que Ciel pouvait tout accomplir.

Sa Copie Parfaite avait des limites, mais sa Copie était encore pire. Sa Copie lui permettait d’utiliser au maximum les compétences de démons de rang A, mais même dans ce cas, ces compétences étaient affaiblies de deux rangs. Cela signifiait qu’il y avait juste certaines choses qu’elle ne pouvait pas construire. Du moins, pas directement. Elle pourrait simplement enseigner comment fabriquer ces choses aux Naines forgeronnes et elles pourraient le construire pour elle.

« Laissez-moi faire ! » (Ciel)

Quand il s’agit de construire des choses, les nains étaient de vrais génies.

Ainsi, avec cinq nains de haut rang, des plans et des échantillons, elles devraient être en mesure de refaire cette ville en une ville pleine d’infrastructures utiles.

Maintenant, pour les elfes.

C’était juste une observation superficielle, mais le sol de cet endroit était assez horrible.

Ce n’était pas surprenant, honnêtement. La terre n’était pas très fertile au départ, mais l’agriculture agressive faite pour faire face aux impôts n’avait fait qu’empirer les choses.

Pour le moment, quel que soit le travail des agriculteurs, il serait pratiquement impossible de récolter quoi que ce soit qui en vaille la peine.

Cependant, c’était toujours quelque chose que les Hautes Elfes pouvaient résoudre.

« Hautes Elfes, je veux que vous bénissiez la terre stérile de mon donjon et qu’elle devienne une terre abondante. De plus, je veux que vous contrôliez la météo dans le donjon. » (Procell)

Je l’avais dit, puis j’avais convoqué la Haute-Elfe qui était dans mon Stockage.

« Forme et dirige ces filles. » (Procell)

Celle que j’avais sortie était née avec un niveau croissant, et elle était montée à son niveau maximum.

C’était une combattante fiable qui m’accompagnait depuis la création d’Avalon. La connaissant, j’étais sûr qu’elle serait en mesure de guider ces nouvelles recrues sans effort.

« Oui, laissez-moi m’occuper de mes nouvelles sœurs. » (Haute Elfe)

Vous voyez, elle est fiable.

Quant à leur tâche, il s’agissait d’accorder leur bénédiction elfique au sol de ce territoire. Il avait été prouvé que le sol béni par elles pouvait produire de grandes cultures résistantes aux maladies.

De plus, comme elles étaient des démons qui avaient une grande affinité avec la nature, elles pouvaient même contrôler la météo. Jusqu’à ce que les systèmes d’eau soient en place, nous dépendrions probablement de la pluie qu’ils apporteraient.

« Compris. Nous veillerons à ce que cette terre soit bénie. » (Haute Elfe)

Une fois les infrastructures en place, la terre bénie et la météo en totale maîtrise, nous aurions obtenu un cadre de vie confortable pour les humains.

Cependant, les émotions fournies par cela ne suffisaient pas. Pas pour moi du moins. Je voulais des émotions plus fortes. Je pouvais manger toutes les émotions nées dans mon donjon, mais celles dirigées vers moi étaient tellement plus nourrissantes.

À cette fin, je devais être connu et avoir la confiance des gens.

Mais il se faisait tard. Rassembler les gens et gagner leur confiance devrait attendre jusqu’à demain.

Il valait mieux se préparer ce soir et y aller à plein régime demain.

Je suis vraiment excité.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire