Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 9 – Chapitre 1 – Partie 7

***

Chapitre 1 : Invasion de l’armée du Seigneur-Démon Suprême

Partie 7

« Qu’est-ce qu’il y a ? » Ryoka inclina la tête. « Vas-tu jeter ton arme… ? Ne me dis pas que tu songes à te rendre. On va tous vous massacrer. Je disais ça comme ça. »

« Je m’attendais donc à cela… Mais laissez-moi vous dire ceci : vous êtes une Déchue, ne vous attendez à aucune pitié de ma part. »

Galford n’avait pas une épée en main. Malgré ce revers, il avait pris position comme s’il tenait une épée à la taille.

« Ce… n’est pas du bluff. » L’expression de Ryoka devint d’autant plus emplie de doute.

Galford n’avait pas bougé d’un poil, mais la sueur avait commencé à couler sur son visage. Son pouls s’accélérait, et son souffle sortait en rafales plus courtes. Il se tenait prêt, les muscles saillants.

Les talents martiaux allaient consommer l’endurance qui courait à travers votre corps, connu sous le nom de PE. S’ils étaient utilisés de façon interne, ils pourraient élever vos capacités physiques à leur limite maximale. Mais une fois maîtrisé, il déverrouillait une autre utilisation pour votre PE.

« Haaaaaaaaaaaaah ! »

Votre PE pourrait être concentré à l’extérieur de votre corps et se matérialiser.

Galford balança ses bras comme s’il faisait surgir quelque chose, puis une épée brillante se matérialisa dans sa main.

C’était l’Épée de Lumière.

« Tu prends enfin ça au sérieux. » Les côtés des lèvres de Ryoka se recroquevillaient en souriant avec excitation. « Et dire que j’allais presque te massacrer comme le sac de viande inutile que tu es. »

Ryoka donna un coup de pied au sol, décollant à une vitesse qu’elle n’avait jamais atteinte auparavant. Émile savait qu’elle se retenait, mais elle l’avait quand même battu et elle avait pris la vie de ses amis, le laissant ramper pathétiquement sur le sol.

Un monstre…

Ryoka était à un niveau qui lui était propre, même parmi les Déchus. Si un héros de la guerre comme Galford devait dévoiler sa technique ultime, les races n’avaient aucune chance contre un tel ennemi, voilà ce que croyait Émile.

« Montre-moi tes techniques de combat sérieuses ! » Ryoka avait été la première à déplacer son arme vers le bas. « Un sourire est sur mon visage, humain ! »

« Argh ! » Tordant son corps, Galford avait dévié la frappe. Étonnamment, l’épée de lumière avait été écrasée, craquelée en fragments de lumière.

« Hiyaaaaaaaaaah ! » Ryoka hurla d’un rire étrange et aigu.

« Coupe ! » Galford balança sa main gauche à l’air libre. À ce moment-là, une deuxième lame de lumière avait été générée à sa gauche. Du sang s’était répandu dans l’air alors que les deux bras de Ryoka avaient été coupés.

« Quoi !?? Comment… !? » Son long sabre chinois était tombé par terre, alors que ses deux poignets le saisissant toujours.

« Je ne te laisserai pas partir ! » Galford l’avait regardée avec des yeux injectés de sang.

*

Quand il avait fini de crier, sa main gauche avait déjà déplacé l’épée de lumière. La tête de Ryoka avait quitté son cou, volant haut dans les airs avant de s’écraser sur le sol.

*

« C’est impossible !? Comment ai-je… !? » Les yeux de Ryoka réduite à rien d’autre que sa tête s’élargirent à tel point que ses globes oculaires semblaient étayés pour s’étendre. En la voyant parler avec la tête coupée, il avait compris à quel point son existence était détachée de celle d’un simple mortel.

« Qu’est-ce que c’est ? » C’était Galford qui l’avait regardée de haut cette fois. « Allez-y, riez… Ne parliez-vous pas de la joie et de l’amusement de la bataille ? »

« Gah ! Espèce d’insignifiant, petit…, » déclara Ryoka.

« Vos blessures guérissant aussi vite qu’elles le font, vos sens de la peur et de la prudence se relâchent, réduisant ainsi votre défense. Grâce à ça, vous avez perdu votre arme, » déclara Galford.

« Tu avais deux épées ! Tu m’as piégée, lâche ! » déclara Ryoka.

« Lâche, hein… ? Aucun compliment ne pourrait avoir un goût aussi sucré, » répliqua Galford.

« Comment peux-tu t’amuser quand tu te bats comme ça !? » demanda Ryoka.

« Je vous l’ai déjà dit : pas une seule fois, jamais je n’ai trouvé la bataille agréable. »

Galford avait enfoncé son épée de lumière dans la tête de Ryoka.

Assis sur le dos d’une énorme bête magique, Lazpuras examina la bataille. La première bête magique qu’il chevaucha fut réduite en particules de lumière par la puissance du canon du Seigneur-Démon Suprême, alors il se trouvait maintenant au sommet d’une autre grande tortue. À ses côtés se trouvait l’utilisateur de la bête magique Manuela, et le commandant en chef de l’armée, Eulerex, était également à proximité.

« Une bataille digne du héros de la lame scintillante, Chester Ray Galford. Je n’aurais pas pensé que Ryoka périrait après avoir été fortifiée au-delà de ses limites… »

Ils avaient été surpris, mais c’était dans leurs calculs. Le commandant en chef pensait que Ryoka était une horreur, après tout. Elle était jeune, désinhibée et avait tendance à ignorer les ordres. Elle faisait partie de la faction d’Edelgard, et essayait manifestement d’élever sa position. Eulerex aurait dû tuer ce talent dans l’œuf pour consolider la position qu’il s’était forgée. Il avait probablement laissé Ryoka se battre de son propre chef, anticipant qu’elle serait vaincue au cours du processus.

Ce rusé Déchu était-il un tacticien astucieux ? Ou peut-être un faible qui s’inquiétait de sa propre importance ? L’évaluation que Lazpuras avait de lui avait été équilibrée entre ces deux impressions, mais… peu importe, le cas, la position d’Eulerex avait été ce qui avait maintenu l’armée ensemble. Son leadership et sa détermination étaient absolument nécessaires.

Lazpuras avait déplacé son regard vers la boîte placée sur le sol.

Le Seigneur-Démon Suprême Modinaram n’est plus dans un état où il est digne d’être appelé notre seigneur.

« Seigneur Eulerex, nous devons fermer la boîte, » déclara Lazpuras.

« C’est trop tard. »

« Qu’est-ce que vous dites !? »

« On dirait qu’ils ont piqué l’intérêt du Seigneur-Démon Suprême. »

« Est-ce… est-ce… acceptable ? » Lazpuras parla, mettant ses doutes en mots. « Une autre ville pourrait être anéantie. »

Il fallait une grande quantité de nourriture pour maintenir l’armée du Seigneur-Démon, surtout maintenant qu’elle était devenue aussi grande qu’elle l’était. Ils n’avaient pas de provisions et devaient faire des raids dans les villes des races pour se nourrir.

« Une fois que nous passerons par Faltra, de nombreuses positions humaines seront exposées devant nous, » déclara Eulerex, son cou tournant horizontalement. « Pour l’instant, nous allons laisser le Seigneur-Démon Suprême nous montrer sa grande puissance. »

« Je vois… »

« L’ennemi a eu tort d’attiser le désir de se battre du Seigneur-Démon Suprême. Un acte de folie, en effet. Leur insistance à vouloir se battre ne leur a fait qu’obtenir cette conclusion. »

Peut-être que cela aussi faisait partie des calculs d’Eulerex. Il avait laissé Ryoka rencontrer sa mort pour que son combat attire l’attention du Seigneur-Démon Suprême. De plus, avec Faltra réduit en cendres, le côté ouest de Lyferia tomberait facilement sous leur contrôle.

Vraiment rusé…

« Dire qu’ils vont devoir se battre contre le Seigneur-Démon Suprême…, » Lazpuras regarda vers Faltra. « Je suis peut-être un Déchu, mais j’ai un peu de pitié pour eux. »

« Vous êtes bien trop naïf, prêtre ! »

C’était peut-être le cas. Mais il n’avait pas pu s’en empêcher, car le pouvoir du Seigneur-Démon était beaucoup trop écrasant…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre, mais contrairement à certaines fictions, on ne peut pas parler la tête séparée de son corps. Plus de poumons et plus de cordes vocales 😈

Laisser un commentaire