Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 5 – Épilogue – Partie 2

***

Épilogue

Partie 2

« Aïe ! »

Diablo avait entendu ce qui ressemblait à la voix de Horn. Bien qu’il n’ait pas été aussi affûté que celle de Shera, son acuité auditive était bien meilleure que celle d’un simple humain. Cela venait de la zone de stockage, là où l’on rassemblait le matériel de guerre. Diablo avait jeté un coup d’œil sur la zone depuis derrière les boîtes en bois.

 

Horn !

 

Elle était tombée sur le dos, regardant en l’air avec anxiété.

On aurait dit qu’un groupe de quatre Panthériens s’était battu avec elle. S’il se souvenait bien, il s’agissait du gang avec lequel Horn s’était disputé au sujet de sa compensation pour avoir exploré un donjon lorsque Diablo et le groupe l’avaient rencontrée pour la première fois.

L’un d’eux était particulièrement bien charpenté et il avait une « Épée Rouge » gainée à la taille.

« Salut, petite Horn. Avant ça, je ne savais pas que tu étais une nana ~, » déclara l’un d’eux.

« Argh..., » avait gémi Horn.

« On a aussi participé à la guerre, tu sais. Mais je n’ai pas rencontré de Déchu très fort. Je pensais que cette guerre durerait un certain temps, mais elle s’est terminée si vite... Nous avons donc toute cette énergie refoulée et nous n’avons nulle part où la libérer. Et on est aussi un peu court au niveau des friths. Est-ce que tu vois ou je veux en venir ? » demanda le plus gros.

« Franchement... ? » demanda Horn.

« Mais j’ai été surpris, tu sais ? Une trouillarde comme toi, dans le groupe des héros... C’est la meilleure blague de tous les temps, je te le dis. Mais on a de la chance maintenant, et je ne vais pas laisser passer cette chance. Tu as eu une grosse récompense, n’est-ce pas ? » demanda le Panthérien.

« Je l’ai bien reçue... mais je l’ai laissée aux autres, » déclara Horn.

« Arrête de mentir, tu es un minable. Allez, donne-nous un petit quelque chose. N’a-t-on pas toujours veillé sur toi ? Montre-nous à quel point tu es reconnaissante, en espèces sonnantes et trébuchantes, » déclara l’autre.

« Même si nous participions à la même aventure... c’est totalement différent, » déclara Horn.

« Huuuh ? »

« Partir à l’aventure avec eux était amusant ! Même si tout ce que j’ai fait, c’était de me mettre en travers du chemin de tout le monde, c’était tellement amusant ! Tout ce que je fais, c’est tout gâcher et je ne peux rien y faire, mais... Ils sont tous si... si incroyables ! » déclara Horn.

Les yeux de Horn étaient mouillés de larmes. Le Panthérien inclina la tête en raison de la confusion.

« Qu’est-ce qui te prend ? Nous n’avons pas beaucoup de temps à perdre, alors laisse tes bavardages pour plus tard. Il n’y aura plus de places à la taverne à ce rythme, » déclara le chef de la bande.

« Qui se soucie de ton niveau 80 ! Tu n’es même pas la moitié de ce qu’est Shera ! » déclara Horn.

« Eh bien, dans ce cas..., » murmura le chef.

L’attitude des Panthériens s’était rapidement assombrie. Ils étaient passés d’une moquerie désinvolte à l’hostilité pure et simple. Même les novices comme eux étaient encore des aventuriers, et leur animosité était donc encore assez intimidante.

« Je ne vous..., » déclara Horn, dégainant son poignard bon marché de son fourreau, « Je ne vous laisserai plus me faire peur pour me faire ce que vous voulez ! »

« Je crois que tu as un problème, Horn..., » déclara le chef.

« Quoi... ? » demanda Horn.

« Je parie que tu t’es dégonflée après avoir vu à quel point ils te félicitent après que tu te sois accroupie et que tu te sois enfuie. Tu devrais être aux festivités maintenant, n’est-ce pas ? La vedette de la table et tout ça, » déclara le chef.

« Hmm..., » murmura Horn.

Horn vacilla. Cette attaque acharnée contre sa confiance avait brisé le peu de courage qu’elle avait réussi à rassembler.

Les Panthériens avaient ri avec force.

« As-tu vraiment ta place là-bas ? Une petite lâche Roublarde comme toi n’a pas sa place avec les grands héros ! Je peux te remplacer si tu veux ! Vas-y, va me les présenter ! » déclara le chef.

Les Panthériens se moquaient d’elle, disant tout ce qui leur venait à l’esprit.

« As-tu vu la mignonne petite avec les cheveux noirs ? Je pense qu’elle te va bien, mec ! »

« Tu sais quoi ? Je pensais la même chose ! »

« Cette nana elfe était géniale aussi ! Je ne savais pas qu’il y avait des elfes avec des seins aussi gros... »

« La seule déception est la Grande Prêtresse. C’est une belle fille, mais elle a l’air d’une nana emmerdante et chiante... »

Leur chef haussa les épaules. « C’est ça le truc, tu vois ? N’était-ce pas tous les laquais de la Grande Prêtresse ? Je suppose qu’ils l’ont escortée, et c’est comme ça qu’ils ont fait leur “grosse contribution”. »

— Il est probablement temps que je me montre..., pensa Diablo.

Il avait l’impression que s’il entendait un mot de plus sortir de leur bouche, il péterait les plombs. Mais juste au moment où Diablo était sur le point de se déplacer —

Horn leur cria dessus. « Retirez ce que vous avez dit ! »

« Retirez ce que vous avez dit ! » s’écria-t-elle à nouveau, agrippant son poignard. « Ne vous moquez pas de mes... mes... mes... compagnons ! Ils sont tous super géniaux, vous avez compris !? Ils ont tous travaillé si dur pour protéger cette ville ! Ce ne sont pas des crétins étroits d’esprit comme vous, qui n’obtiennent des résultats qu’en se précipitant dans des combats faciles et au bon moment ! »

Le Panthérien le plus massif hocha la tête plusieurs fois. « C’est vrai. Je suppose qu’on s’en souviendra comme de tes dernières paroles. Parce que demain matin, ils vont te trouver en train de patauger dans un étang, tu piges ? »

Les trois autres Panthériens avaient ri.

« Oh, mon pote ! Mon frère veut vraiment répandre ton sang partout, » déclara le premier.

« Tu viens de te tuer, Horn, ou plutôt, Hornie. Tu t’es fait tuer avec un “T” majuscule, » déclara le deuxième.

« Pour l’instant, crache ces pièces. Je pourrais te laisser tranquille si tu le fais, » déclara le troisième.

Horn n’avait nullement faibli.

« Si je ne me bats pas après que vous ayez insulté mes compagnons... Je ne pourrai jamais me pardonner ! » cria Horn.

« Espèce de petite idiote de merde ! On s’en fout si tu ne peux pas te pardonner quand je ne te pardonnerai pas ! Crève, espèce d’abruti ! » cria le chef.

Le Panthérien avait dégainé son épée rouge, et des cendres s’en élevèrent en la sortant de son fourreau. Il avait brandi l’épée longue au-dessus de sa tête, et...

Diablo avait réprimé son désir d’entrer dans le combat. Il voulait croire en Horn.

Une frappe avait traversé l’air. Horn s’était déplacée horizontalement, en l’esquivant.

« Ah ! »

Un poignard coupé au niveau de la main du Panthérien.

Un coup direct.

Un peu de sang avait éclaboussé le sol. Le Panthérien avait fait quelques pas en arrière.

« Merde, ça fait mal ! Espèce d’avorton stupide ! Qui a dit que tu avais le droit de me couper comme ça ! » cria le chef.

— Elle est bonne, celle-là ! pensa Diablo.

Diablo avait serré le poing.

« Qu’est-ce que vous faites là !? » cria le Panthérien à ses amis. « Plaquez ce pique-assiette au sol ! Je vais l’achever, comme d’habitude ! »

— Ont-ils vraiment réussi à monter de niveau avec cette disposition ? Se demanda Diablo.

Même si Horn se battait aussi vaillamment qu’elle le pouvait, elle ne gagnerait jamais avec une cote de quatre à un contre elle.

Sans parler du fait qu’elle était également contre des Panthériens. En termes de force physique, ils s’étaient bien classés dans les Races.

Ils avaient appuyé sur Horn et l’avaient bloquée contre le sol. Le Panthérien à la main blessée avait alors souri d’une manière vulgaire.

« Maintenant, tu l’as bel et bien fait, Hornie. Je vais te déshabiller et te fourrer cette épée dans le cul. Hé, les gars, on devrait parier sur la profondeur avant qu’elle ne crève, » déclara le chef.

Diablo était arrivé dans les lieux, en marchant sur le sol bruyamment alors qu’il avançait.

« C’est une sacrée puanteur que nous avons là ! Pour moi, vous sentez les ordures comme des monstres, » déclara Diablo.

Les Panthériens tournèrent leurs regards dans la direction de Diablo. En se révélant, il était sorti de la couverture offerte par les caisses en bois.

« Je pensais que tu saurais mieux que moi qu’il ne faut pas marcher dans la rue après la tombée de la nuit, Horn. Ne savais-tu pas que les monstres peuvent te sauter dessus, même en ville ? » demanda Diablo.

« P-Patron ! Pourquoi êtes-vous... !? » s’écria Horn.

Les hommes crièrent.

« N’étais-tu pas dans le groupe des héros ? »

« Tsk, peu importe ! Tuons ce type et obtenons son prix en argent ! Après ça, on peut attraper cette mignonne fille à fourrure noire tant qu’on y est ! »

« C’est donc ainsi. On ne peut pas te laisser partir après nous avoir vus. »

Diablo s’approcha du Panthérien avec l’Épée Rouge à la main. Il ricana d’une manière vulgaire, alors que sa langue sortait de sa bouche.

« Regardez le “grand héros”. Tu es un sorcier, n’est-ce pas ? Tu n’as aucune chance de gagner une fois que tu es si près d’un guerrier de niveau 80, » déclara-t-il.

Il avait fait balancer son épée, mais Diablo l’avait attrapée à main nue.

« Comparé à un Déchu de type guerrier de niveau 160, tu es beaucoup trop lent et incroyablement faible. C’est comme si je me battais contre un enfant. Pathétique, » déclara Diablo.

L’armure qu’il avait maintenant équipée, la « Cotte de Mailles des Géants », se concentrait sur l’augmentation exponentielle de ses statistiques physiques. Il avait décidé que, dans ce monde, ce serait probablement un bon choix de la porter. Juste devant ses yeux se trouvait une situation qui prouvait cette hypothèse.

Le Panthérien avait paniqué quand il avait remarqué que Diablo avait attrapé son épée.

« Qu-Quoi ? Pourquoi !? Lâche-moi ! Lâche-moi ça ! Pourquoi ça ne te coupe pas ? » s’écria l’homme.

— Parce que j’ai équipé le « Bracelet du Monarque », et qu’il réduit tous les dégâts en dessous d’un certain seuil à zéro. Attraper une lame avec mes doigts ne causera même plus de blessure, pensa Diablo.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? As-tu des ennuis face au “Laquais de la Grande Prêtresse” ? » demanda Diablo.

« Argh ! Arrête de te moquer de moi... Ne restez pas planté là ! Tuez-le ! » cria le chef.

Les Panthériens qui tenaient Horn à terre se précipitèrent vers Diablo, dégainant leur épée.

« Oooh! »

« On va te tuer ! »

« Meurs ! »

« Puisque vous voulez tellement me tuer, ça veut dire que vous êtes vous-mêmes prêts à vous faire tuer, n’est-ce pas ? » demanda Diablo.

Diablo scanda sa magie, et le lotissement vide s’était instantanément figé dans la glace.

 

†††

 

Diablo retourna à l’auberge en portant Horn sur le dos, alors qu’elle était encore trop effrayée pour se tenir debout.

« Ne t’y habitue pas. Je ne le ferai qu’une fois, » déclara Diablo.

« Très bien... D’accord... J’ai compris. Alors, euh... Pourquoi étiez-vous là ? » demanda Horn.

« C’est parce que je te cherchais. Cela devrait être évident, » déclara Diablo.

« Pour moi !? Mais la fête est en cours en ce moment..., » déclara Horn.

— Comme si je pouvais manger paisiblement avec tout le monde qui me regarde sur l’estrade..., pensa Diablo.

Diablo ne savait pas comment Horn interprétait son silence, mais les larmes commençaient à couler de ses yeux.

« Je... Je suis complètement inutile... alors j’ai pensé... que je n’avais pas ma place sur cette estrade..., » déclara Horn en pleurs.

« Inutile ? Toi ? Et alors ? » demanda Diablo.

« Euh... ? »

« L’un d’entre nous t’a-t-il déjà dit de partir ? » demanda Diablo.

« Non..., » répondit Horn.

« Alors, veux-tu partir ? » demanda Diablo.

« B-Bien sûr que non ! Mais... dans votre groupe, vous n’avez pas besoin de quelqu’un comme moi qui fous tout en l’air..., » déclara Horn.

« Je me fiche de la façon dont les autres te jugent. Aucun de nous ne t’a dit de partir, et tu ne veux pas non plus partir. Donc, tu n’as pas besoin d’aller nulle part. Est-ce que je me trompe ? » demanda Diablo.

Horn trembla, appuyée contre le dos de Diablo. Des gouttes transparentes coulaient sur ses joues alors qu’elle pleurait de tristesse.

« Vous-Vous... Vous ne vous trompez pas. Je... Je veux rester... avec vous... avec tout le monde ! » déclara Horn.

 

†††

 

Diablo avait ouvert la porte de l’auberge.

« Dans ce cas, tu peux rester avec nous aussi longtemps que tu le souhaites. Personne ne te dira de partir ! » déclara Diablo.

 

 

À suivre...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. La, c'est bien la première fois que Diablo tue des personnages des ''Races'' ou j'ai oublié un combat ?

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire