Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 3 – Interlude 1 (Partie 3)

***

Interlude 1 (Partie 3)

Le bruit de quelque chose de métallique se raclant contre lui-même était mélangé avec le bruit des pas — .

C’était le cliquetis caractéristique d’une armure lourde.

— Nous ne sommes pas en guerre en ce moment, alors pour quelle raison se présenter à la salle d’audience en armure intégrale... ? se demanda-t-elle.

Alicia s’était retournée afin de regarder qui arrivait. Derrière elle se trouvait un homme qui laissait une impression aussi acérée qu’une épée. Il portait une armure de plaques de couleur écarlate et de multiples lames étaient visibles sur sa personne : deux épées de chaque côté de son corps, et deux épées sur son dos pour un total de six épées longues. Des chaînes s’étendaient à partir des pommeaux de ses épées, ce qui faisait un bruit métallique grinçant lorsqu’elles se frottaient les unes contre les autres. Il arborait également un poignard qui était fixé à son corps avec une ceinture. Il tenait une lettre à la main.

Au fur et à mesure qu’il se rapprochait — .

Elle pouvait sentir l’odeur du sang venant de lui. On aurait dit qu’il avait essayé de l’enlever, mais la puanteur s’était infiltrée dans son être même. L’homme arborait un sourire agréable, en contradiction avec son apparence, qui donnait l’impression qu’il était prêt pour la guerre. Il s’était agenouillé à côté d’Alicia.

Un préposé se précipita pour récupérer la lettre qu’il présentait, la remettant après ça au roi. Delouche hocha la tête en déployant le parchemin.

« Hm... Je vois. Bon travail, » déclara-t-il.

Alicia avait trouvé qu’il était extrêmement impoli de sa part de ne pas suivre la procédure appropriée de la salle d’audience, mais elle n’avait pas exprimé ses plaintes à haute voix.

Le Grand Prêtre occupait la position la plus puissante dans l’Église. Le Royaume de Lyferia avait mis sa foi dans les « Dieux Anciens et les Célestes », et il était évident que la foi jouait un rôle important dans le soutien des moyens d’existence des Races. Les guérisons miraculeuses n’étaient pas inconnues et les bénédictions de récoltes abondantes étaient presque garanties.

Il y a longtemps dans ce monde, on disait qu’il existait à la fois des Célestes et des Déchus. Les Dieux Anciens des Célestes et le Roi de tous les Déchus, le Seigneur Démon, étaient enfermés dans une lutte éternelle, mais à la fin, les Dieux étaient sortis victorieux sur le Seigneur Démon. En guise de punition, ils avaient brisé son être en fragments, qui avaient ensuite été scellés.

Les Dieux avaient accordé leurs grâces à la terre ravagée par la guerre et avaient créé cinq races à partir du sang des Célestes : Humains, Elfes, Nains, Marcheurs d’Herbes et Panthériens. Ils étaient tous des descendants des Célestes. Cependant, la race connue sous le nom de Démons était une aberration, et on disait qu’il s’agissait d’Humains dont le sang s’était mélangé à celui des Déchus.

Après avoir accordé de généreuses terres aux Races, les Célestes étaient retournés au ciel. Le peuple avait loué et vénéré les dieux qui leur avaient dit qu’ils allaient veiller sur eux d’en haut, priant pour le salut dans ce monde et dans l’au-delà.

Il s’agissait de la religion la plus populaire du royaume de Lyferia. L’autorité de l’Église était forte, et le pouvoir que détenait le Grand Prêtre était suffisant pour rivaliser avec celui du roi.

Les vassaux principaux du roi adressèrent des louanges au Paladin, bien que les tensions dues à la peur teintaient leurs voix.

Le terme « Paladin » désignait tout guerrier saint qui « met en œuvre la volonté de Dieu par la force ». Les paladins pourchassaient les Déchus et tous ceux qui les suivaient. Ces dévots souhaitaient la résurrection du Seigneur Démon et étaient connus sous le nom d’« adorateurs du Seigneur Démon ». Sur ce point, les Paladins n’étaient pas différents de l’armée ou des chevaliers impériaux.

Mais là où ils différaient, c’était pour qui ils travaillaient.

Les Paladins servaient les dieux et agissaient conformément aux intentions de l’Église. Ils ne se conformaient pas à la loi, mais à leurs propres doctrines. Bien qu’ils aient prétendu que c’était la « volonté des dieux » quant à la désignation d’un adorateur du Seigneur Démon, les Paladins avaient pris sur eux de porter le jugement. Ils prenaient leurs décisions en fonction de leurs propres préjugés, de sorte que même si la personne en question était un aristocrate ou extrêmement riche, si elle était considérée comme un adorateur du Seigneur Démon, elle serait soumise à la torture la plus horrible qu’on puisse imaginer.

En d’autres termes, un Paladin était une épée qui protégeait l’autorité de l’Église. Même les hauts fonctionnaires de la cour du roi ne voulaient pas être impliqués avec eux, car ils ne voulaient pas devenir des cibles pour les Paladins.

Heureusement, le nombre de Paladins était assez réduit. En comparaison avec les Chevaliers Impériaux, qui comptaient plus de mille membres, il n’y avait que treize Paladins.

« J’ai entendu dire que vous aviez été envoyé quelque part dans le Sud pour régler une affaire l’autre jour..., » marmonna Alicia. « Vous avez fait un retour précipité, Sire Saddler. »

« En effet, le travail des Paladins est d’éradiquer rapidement et avec certitude tous les adorateurs du Seigneur Démon et de leur délivrer le salut, » répondit-il. « J’avais tellement de mal à trouver des adorateurs du Seigneur Démon dans ce village du Sud — mais pour moi, étant un simple serviteur des Dieux, que je ne pouvais que suivre leur volonté. En fin de compte, tout le village a eu la gentillesse de me prêter assistance. »

« ... Qu’est-il arrivé aux villageois ? » demanda Alicia.

« Je leur ai offert à tous le salut, » répondit Saddler.

Alicia avait senti les muscles de son dos se rigidifier. Il n’avait pas répondu directement à sa question, mais les méthodes d’un Paladin ne consistaient qu’en deux choses : la torture et le meurtre. Parce que ce village du Sud avait été désigné comme abritant des adorateurs du Seigneur Démon, il était fort probable que tous ses habitants avaient été brutalement massacrés.

— Je m’en fiche que les Races meurent, pensa-t-elle.

Alicia ne s’en souciait pas du tout. Cependant, les paladins constituaient une menace sérieuse.

Disons, par exemple, que le roi ou ses ministres aient commencé à soupçonner qu’Alicia souhaitait vraiment la résurrection du Seigneur Démon — ce ne serait pas un problème, car elle avait déjà préparé une pléthore d’excuses pour s’en sortir. Elle était même allée jusqu’à accumuler ses propres réalisations pour s’assurer qu’aucun doute ne serait jeté sur elle.

Cependant, cela ne fonctionnerait pas sur un Paladin. S’ils étaient venus à vous suspecter, ce qui vous attendait, c’était une torture impitoyable. Bien qu’elle soit sûre qu’elle ne parlerait pas, elle ne pouvait pas faire disparaître la peur d’avoir son corps et son esprit brisés. Elle ne voulait pas s’impliquer avec eux si elle pouvait le faire. Alicia voulait partir de la salle du trône aussi vite qu’il était humainement possible — .

— Quand Saddler avait dit quelque chose pour laquelle elle ne s’attendait nullement.

« Bien que cela puisse paraître impoli de ma part, j’ai entendu les détails de votre mission tout à l’heure, Mademoiselle Alicia Cristela, » déclara Saddler.

« ... Et qu’en est-il ? » demanda Alicia.

« Votre dévouement à prendre la mission sur vous-même après avoir entendu le Seigneur Démon pourrait être ressuscité... C’est vraiment merveilleux ! » s’exclama Saddler.

« ... Merci, » répondit Alicia.

« Cependant, je pensais que cette mission pourrait être plus appropriée pour nous, les Paladins. Je vous demande humblement de laisser Faltra entre les mains de cet humble serviteur de Dieu ! » déclara Saddler.

« Ce serait..., » répondit Alicia.

— Un problème pour moi, pensa Alicia.

Elle n’avait pas trouvé un moyen de refuser son offre si soudain. Même s’il s’agissait d’une fausse accusation, il était difficile de prouver le contraire. Sans parler du fait qu’Alicia était une adoratrice du Seigneur Démon qui souhaitait sa résurrection. Elle ne savait pas à quel point elle serait capable de cacher ce fait.

Delouche ne laisserait pas passer cela sans soulever d’abord ses propres objections à ce sujet. L’expression de son visage à elle seule avait tout dit. Il ne pourrait pas fermer les yeux si un Paladin faisait à Faltra ce que Saddler avait fait au village du Sud. Si cela arrivait, Galford ne resterait pas silencieux si cela se produisait. Le roi voulait faire tout ce qu’il pouvait pour éviter une confrontation entre l’armée et l’Église.

« Votre Majesté, si je peux me permettre..., » le rang le plus bas des vassaux majeurs, un jeune ministre, inclina respectueusement la tête.

« O-Oh ! Oui, Noé, avez-vous des idées brillantes pour nous ? » demanda le roi.

Alicia ne savait pas grand-chose sur l’homme nommé Noé, à part le fait qu’il était une étoile montante au sein de la cour royale. Non seulement il connaissait bien la politique et les questions militaires, mais il avait aussi des connaissances approfondies sur des sujets comme l’agriculture et la médecine. On disait que ses propositions avaient révolutionné l’industrie du royaume à l’échelle nationale.

Son apparence ne pouvait être décrite que comme belle, et ses cheveux blonds et ses yeux bleus lui donnaient presque l’impression qu’il avait été fabriqué pour être impeccable. Pourtant, il n’avait pas affiché une aura de froideur, en fait, il avait un sourire doux jouant sur ses lèvres. Il pourrait presque passer pour une fille aux cheveux courts.

On disait qu’il était l’enfant adoptif du marquis Gibun, mais Alicia n’avait pas regardé plus loin dans son passé. Mais à ce stade, les seules choses qu’elle voulait entendre de lui étaient quelque chose qui allait soit faire taire le Paladin, soit une sorte de plan pour protéger Faltra.

 

 

« Je suis sûr que Mademoiselle Alicia et Sire Saddler sont plus que dignes de notre confiance. Et si on laissait cette affaire à eux deux ? » demanda Noé.

« Hm... Donc vous suggérez qu’on devrait les faire travailler ensemble, » demanda le roi.

« Leurs objectifs sont les mêmes : trouver des traces du Seigneur Démon. À cet effet, j’ai pensé qu’il suffirait qu’ils unissent leurs forces pour atteindre cet objectif, » déclara Noé.

« ... Ce n’est pas une mauvaise idée, » déclara Delouche.

Il semblerait que Delouche avait pris goût à la suggestion de Noé. Même si le roi ne pouvait pas rejeter catégoriquement Saddler, il pouvait ainsi garder un œil sur la pagaille qu’il causerait.

— Est-ce que cet homme essaie de me tuer ? Ou bien pense-t-il vraiment que je serais capable d’immobiliser un Paladin ? Se demanda Alicia.

Alicia avait maudit Noé sous son souffle, tandis que Delouche faisait son nouveau décret :

« Chevalière Impériale, Alicia Cristela... Vous êtes l’une des personnes en qui j’ai le plus confiance. Je pense qu’il n’y a pas de scrupules à vous conférer le rôle impératif de chercher des signes du Seigneur Démon aux côtés de ce Paladin — mais qu’en dites-vous ? »

Au moins, il ne semblait pas que le roi avait voulu faire d’Alicia un sacrifice dans cette aventure. Si Delouche l’appréciait autant, Saddler ne serait pas capable de l’étiqueter comme un adorateur du Seigneur Démon si facilement, même si lui et Alicia avaient un conflit d’opinions lors de leur périple.

Cependant, ce serait une autre histoire si l’Église avait l’intention de s’opposer au roi...

« Avoir l’un des chevaliers impériaux compétents et galants avec moi est vraiment rassurant ! Au nom des dieux, je jure que nous trouverons les signes de la résurrection du Seigneur Démon et que nous y mettrons un terme, » Saddler était révérencieux dans ses louanges.

« Je m’efforcerai de répondre à vos attentes à tout prix, Votre Majesté, » Alicia inclina profondément la tête.

En marchant à côté de Saddler, ils avaient quitté la pièce, les grandes portes se fermant derrière eux.

Le Paladin avait gardé le même sourire affable sur le visage.

« Commençons tout de suite les préparatifs du voyage, Mademoiselle Cristela. Ça ne vous dérange pas de partir demain matin ? » demanda Saddler.

« Cela me semble approprié, » répondit Alicia.

« Ceci marquera ma première apparition dans Faltra. L’ancien Domaine du Seigneur Démon est tout près, alors qui sait combien d’adorateurs du Seigneur Démon sont présents là-bas... Il semble certainement qu’il s’agit d’une ville remplie de gens qui ont un besoin urgent de salut, » déclara Saddler.

« Le salut... C’est peut-être le cas. Sire Saddler..., » murmura Alicia.

« Qu’est ce qu’il y a ? » demanda Saddler.

« Vous détestez toutes les Races ? » demanda Alicia.

« Bien sûr que non ! J’aime beaucoup les autres. En fait, vous pouvez dire que je les aime tous ! Ils sont après tout à la fois les descendants et les héritiers des bénédictions des Dieux. C’est pourquoi je ne peux jamais pardonner à quiconque vénère le Seigneur Démon, » répondit Saddler.

« ... Je vois. Je comprends, » répondit Alicia.

— Il aime les gens, alors il les tue... Je ne comprends pas du tout sa logique, pensa Alicia.

La seule chose dont elle pouvait être certaine, c’était que ses problèmes avaient augmenté. Un trou assez grand avait été fait dans son plan autrefois parfait. Elle étouffa un soupir particulièrement profond.

« Au fait, Mademoiselle Cristela..., » le sourire avait disparu du visage de Saddler. « Votre expression faciale n’a pas changé du tout, non ? »

« Quoi ? » demanda Alicia.

« Vous voyez ? Même maintenant, vous essayez consciemment de cacher ce que vous ressentez. Quant à la raison, je me demande bien ce que c’est ? Peut-être est-ce parce que vous devez cacher quelque chose ? » demanda Saddler.

Elle avait l’impression que sa poitrine avait été percée avec un couteau. Des vagues de nausées l’avaient assaillie. Mais elle avait porté son masque pendant longtemps, et elle l’avait forcé vers un sourire ironique.

« ... Si je devais sourire ou faire semblant d’être surprise tout le temps, j’ai peur que cela me fasse paraître immature... Ainsi, lorsque je suis dans des endroits comme la salle d’audience, je fais consciemment un effort pour garder mon expression faciale sérieuse, » répondit Alicia. « Mais ça pourrait être difficile à comprendre pour quelqu’un comme vous. Peu importe votre expression faciale, vous avez toujours l’air si digne. »

« Ah, comme c’est terriblement impoli de ma part ! » déclara Saddler. « S’il vous plaît, ne pensez pas que vous devez vous inquiéter de telles choses devant moi. Je ne ferais pas quelque chose d’aussi stupide que de juger quelqu’un d’après l’expression de son visage. »

« Merci. Je vous en suis reconnaissante, » déclara Alicia.

« Après tout, la valeur d’une personne est déterminée par la couleur de ses organes, n’êtes-vous pas d’accord ? » demanda Saddler.

« ... Quoi — ? » s’exclama Alicia.

Elle ne savait plus quel visage faire après avoir entendu ça. Tout ce qu’elle savait, c’est qu’elle avait une sensation nauséabonde dans le creux de son estomac.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Un monstre fait de chair humaine... Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

  3. Quel sera la réaction d'un ''inquisiteur'' tel ce paladin devant un certain autoproclamé roi démon ?

Laisser un commentaire