Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 3 – Prologue

***

Prologue

***

Prologue

Partie 1

Située à l’extrémité ouest du Royaume de Lyferia se trouvaient la première ligne du front des races — la ville fortifiée de Faltra. Au nord, les chaînes de montagnes abruptes s’étendaient vers le nord, tandis que le sud contenait le vaste lac de Seplia. La vaste forêt qui s’étendait le long du côté est de ce lac s’appelait « Le Bord Occidental du Lac ». Cette forêt était située au sud-est de la ville de Faltra. Contrairement au côté ouest, beaucoup plus dangereux, cet endroit tombait encore sous le territoire des races : les chances de rencontrer des monstres ou des Déchus étaient maigres, avec rarement des apparitions de grandes bêtes sauvages.

Dans ce monde, c’était un endroit utilisé régulièrement pour la chasse par les citadins. Dans le jeu, cependant, c’était un endroit pour les joueurs qui avaient finalement réussi à arriver à Faltra pour accumuler des niveaux et de l’expérience.

Calendrier Lyferien : Mois 6, jour 8, année 164 —

Diablo et les autres étaient arrivés à cette forêt. Cela faisait une semaine qu’il avait combattu les Elfes et Galford à proximité. Diablo s’était complètement rétabli depuis lors, tant physiquement que du point de vue de ses PM.

Des rayons de soleil traversaient les espaces des arbres ; les oiseaux gazouillaient ; l’air était rempli de l’odeur de l’herbe et de la terre.

Diablo se tenait debout, le dos appuyé contre un arbre, fixant Rem et Shera. Shera dessinait quelque chose sur le sol avec du sable blanc.

« Est-ce que ça va ? » demanda Shera.

« ... C’est un peu désordonné... Mais comme c’est ta première fois, on dira que c’est bon, » bien qu’elle fronçait les sourcils, Rem lui avait quand même donné son approbation.

« Oh, toi. » Shera agita la main devant son visage avec mépris. « Ce n’est pas ma première fois ! Diablo était ma première invocation, donc ce sera ma deuxième. »

« ... c’est moi qui ai tracé le cercle de convocation à l’époque, » soupira Rem.

Rem Galleu était une petite Panthérienne. Les oreilles de panthère sur sa tête, la longue queue qu’elle arborait, et les cheveux qui s’étendaient jusqu’à sa taille étaient tous d’une couleur noire brillante. Normalement, les Panthériens avaient des cheveux orange et des queues de couleur ambre, mais Rem était différente. Elle était l’une des rares Panthériennes à se vanter d’avoir une fourrure noire. Elle portait également un collier d’asservissement enroulé autour de son cou.

Son visage, alors qu’elle était encore jeune en apparence, était aussi un spectacle époustouflant à voir. Ses yeux inclinés, semblables à ceux d’un chat et ses lèvres serrées avaient agi pour démontrer la force de sa volonté. Elle donnait des instructions à Shera, une autre jeune invocatrice.

Shera L. Greenwood était une elfe dotée de bras et de jambes longs et bien proportionnés et d’un corps mince. Ses cheveux étaient de la couleur de l’or fondu, tandis que ses yeux étaient d’un bleu céruléen qui correspondait à la couleur de l’océan lui-même. Elle était membre de la race que l’on disait être la plus proche des Célestes eux-mêmes — et une princesse en plus. Bien que ce ne soit peut-être pas la raison pour laquelle, la poitrine de Shera, qui devrait normalement être beaucoup plus réservée en taille (en raison de son statut d’elfe), était plutôt généreuse.

« D’abord, je dois mettre le cristal au milieu du cercle, d’accord ? » demanda Shera.

« ... Attention à ne pas marcher sur les lignes, » déclara Rem.

« Je sais, je sais, je sais... Ah !? » s’écria Shera.

« ... »

« C-C’est bon ! Nous sommes bons là ! » Shera avait essayé d’effacer son erreur avec un rire nerveux.

Tandis qu’elle se penchait vers l’avant, se concentrant sur son travail, sa poitrine tremblait en se déplaçant. Avant qu’il ne s’en rende compte, Diablo s’était retrouvé à la regarder fixement. Il s’était dépêché de détourner son regard.

Un Seigneur-Démon ne laisserait jamais son regard s’égarer dans le décolleté d’une fille !

Diablo avait l’apparence d’un homme avec deux cornes de mauvais augure jaillissant du sommet de sa tête. Sa race était celle d’un Démon, avec son visage et son corps couverts de marques ressemblant à des tatouages. Il s’était proclamé « Seigneur Démon d’un autre monde » lorsqu’il avait été convoqué pour la première fois dans ce monde. Cependant, son arrogance et sa confiance en soi débordante n’étaient qu’un acte. En réalité, seul son jeu d’acteur en tant que Seigneur-Démon lui permettait de parler à quelque titre que ce soit.

« Hmph... Même si la magie élémentaire est plus forte que n’importe quelle invocation, » grogna Diablo.

« Mais c’est parce que vous êtes spécial ! » Shera avait fait la moue.

« ... Même si nous utilisions la magie élémentaire, elle ne serait pas aussi puissante que vos sorts, » avait convenu Rem qui était d’accord avec Shera. « Très probablement, nous ne pourrions pas vaincre un Déchu comme vous le faites. D’ailleurs, les invocations deviennent des boucliers quand vient le temps de se battre. »

« Eh bien, peu importe. Dépêchez-vous d’en finir avec ce rituel. Quel que soit le pouvoir que vous obtenez, ce qui compte, c’est la façon dont vous l’utilisez au combat, » déclara Diablo.

« Ouais ! » Shera hocha joyeusement la tête.

Il y avait un dessin tracé dans le sable près de ses pieds avec des couches et des couches de cercles présents. Des symboles et des chiffres y étaient inscrits.

Rem avait recommencé son cours : « Écoute bien : Chaque composant de ce cercle a un sens. Cela régule l’écoulement de la magie, et est la clé pour provoquer la manifestation d’un phénomène clair et distinct dans ce monde. »

« Uh-huh. »

« Les choses importantes sur lesquelles il faut se concentrer sont le temps, le lieu, le cercle magique, l’incantation et, plus important encore, le pouvoir magique et la concentration du lanceur. Une combinaison de tous ces éléments te permet d’exécuter le “Rituel Magique”, le rituel que tu essayes d’utiliser étant maintenant “la Magie d’Invocation”. »

« Ça a l’air de vraiment être un truc chiant, hein..., » murmura Shera.

« ... C’est la plus rudimentaire des bases de cette magie. Lors de l’utilisation des Invocations, il est possible de les appeler en lançant des cristaux, ou même en “Chantant” un sort, comme le fait un Sorcier Élémentaliste avec sa magie. Cependant, la magie produite à partir d’un rituel exige une bonne dose de préparation. Tant que je suis sur le sujet, l’utilisation d’un cercle magique pour exécuter des sorts s’appelle formellement une “Rune Magique”. Cela n’est pas adapté aux situations de combat, donc tu ne trouveras pas beaucoup d’aventuriers qui l’utilisent. Cependant, pour les pièges trouvés dans les donjons — »

« Zzzzz... »

« ... Pas de sommeil. » Rem avait frappé Shera à la tête.

C’est comme ça que ça marchait...

Diablo avait pris note de cela dans son « Guide de Stratégie du Croisement des Rêveries Version l’Autre Monde » se trouvant dans sa tête.

Dans le jeu, les joueurs ne voyaient que la magie rituelle et les cercles magiques dans les scènes de cinématique. Ils n’avaient jamais eu la chance de s’en servir pour eux-mêmes. Donc, même si vous le voyiez dans ces scènes de cinématique, c’était la première fois qu’il voyait tous les détails spécifiques à la préparation du rituel. Puisque le temps et le travail qui étaient demandés dans la magie rituelle avaient pris plus de temps que n’importe quelle autre méthode, vous pourriez vous attendre à un résultat beaucoup plus important.

Shera se tenait devant le cercle magique, Rem lui donnant des instructions.

« ... Bien que cela puisse être un peu difficile à comprendre, l’utilisation d’un rituel pour invoquer un être d’un autre monde s’appelle la magie rituelle. Une fois que l’Invocation apparaît, le “Rituel d’Asservissement” est utilisé pour la forcer à entrer au service de l’Invocateur. Cela permet à l’Invocation de se transformer en cristal, » déclara Rem.

« Maintenant que tu en parles, Diablo ne peut pas se transformer en cristal, n’est-ce pas ? » demanda Shera.

« C’est parce qu’il semble être un Seigneur-Démon d’un autre monde... Non seulement ça, mais le rituel d’Asservissement se reflétait aussi sur lui, » déclara Rem.

« Alors, c’est nous qui allons nous transformer en cristaux !? » s’écria Shera.

« ... Bien que je n’aie pas essayé, je n’ai jamais entendu parler d’un membre d’une Race qui a réussi une cristallisation. Pour ce qui est de la magie, je dirais que la cristallisation est quelque chose de semblable aux colliers d’esclavage à cet égard. Peut-être vaut-il mieux le considérer comme l’une des capacités de l’invocation, » déclara Rem.

« Avoir l’Invocation sous forme cristalline faite que l’Invocateur perd constamment de son pouvoir magique. Alors, dis-moi : Est-ce que notre pouvoir magique se trouve diminué du côté de Diablo quand nous sommes là ? » demanda Shera.

« Ah, je suppose que non, hein, » répondit Diablo.

« Avec ce détail, nous pouvons discerner que Diablo est un Seigneur-Démon, et non une Invocation — bien que le fait que je sois son Maître demeure une vérité immuable, » déclara Rem.

Elles s’étaient de nouveau disputées pour savoir laquelle d’entre elles l’avait convoqué. Il s’y était habitué et les filles avaient fini par revenir au sujet.

Dans son esprit, Diablo poussa un soupir de soulagement. Juste après avoir été convoqué dans ce monde, il avait insisté sur la question de savoir s’il allait être transformé en cristal ou non. La vérité était que Diablo n’était pas un vrai Seigneur-Démon d’un autre monde — tout cela n’était qu’un jeu d’acteur. Il n’était qu’un accro au jeu tout à fait ordinaire. Mais c’était trop embarrassant de l’admettre maintenant. C’était un secret qu’il devait garder caché.

« Appeler une invocation sous forme cristalline s’appelle aussi “Magie d’Invocation”, » poursuivit Rem. « Cela signifie que le processus d’asservissement et l’acte d’utilisation de l’Invocation sont tous les deux le même type de magie. »

« J’ai compris, j’ai compris. C’est comme lorsque nous disons “manger un morceau”, cela peut signifier aller au restaurant ou mettre physiquement de la nourriture dans la bouche, » déclara Shera.

« ... Tu sembles avoir une bonne compréhension du concept, vu que c’est toi, » déclara Rem.

Shera avait gonflé sa poitrine d’un rire triomphant. « Alors, je vais y aller ! Je vais essayer d’utiliser la magie d’Invocation ! »

« D’accord... Commence par insuffler de l’énergie magique dans le cercle, » déclara Rem.

« OK ! Hiyaaaaaah ! » cria Shera.

« ... On peut se passer des cris, merci, » déclara Rem.

« Hm... Maintenant que j’y pense, je me suis exercée sur toi, n’est-ce pas, Rem ? » avec un sourire malicieux sur son visage, Shera avait agité ses doigts en faisant des mouvements comme si elle attrapait quelque chose avec ses mains.

« Si tu parles de choses stupides comme ça, je ne t’apprendrai plus rien ! » Le visage de Rem avait rougi d’un rouge vif.

Diablo avait également rougi en se souvenant de ce que les filles avaient fait lorsqu’elles s’amusaient l’autre soir. Il s’était raclé la gorge pour essayer de couvrir sa gêne.

« Continuez comme ça ! Je suis un Seigneur-Démon occupé, je n’ai pas toute la journée ! » déclara Diablo.

En réalité, il n’y avait pas de quêtes à faire, donc il passait la plupart de son temps à se détendre dans leur chambre à l’auberge, mais...

Shera hocha la tête. « D’accord, alors j’y vais ! Encore une fois ! »

Elle avait placé ses mains près du cercle — comme si elle avait jeté une allumette allumée sur de l’huile, le dessin dans le sable s’était transformé en des flammes d’un vert émeraude ; mais cela n’avait pas dégagé de chaleur.

C’est donc ce qu’ils appellent un « torrent » d’énergie magique...

« ... En tant que race, les Elfes portent la propriété élémentaire du “Vent”... Mais il semble que l’énergie magique de Shera pourrait être plus appropriée pour l’élément “Feu”, » déclara Rem.

Cela avait attiré l’intérêt de Diablo. Il avait été tellement accro aux MMOs de fantaisie qui avait totalement rempli sa vie, jetant tout le reste par la fenêtre. C’était le genre de conversations sur lesquelles il s’épanouissait.

« Les êtres de ce monde ont-ils une propriété élémentaire spécifique à la naissance ? » demanda Diablo.

« Oui... Cependant, si la personne devait faire l’expérience de quelque chose qui a changé la façon dont elle pensait, il serait alors possible que leur élément change également, » répondit Rem. « D’après ce que je peux comprendre, je pense que l’état d’esprit a un effet sur l’énergie magique. Ceux qui ont des dispositions extrêmes, par exemple, ont tendance à porter l’élément “Feu”. »

« Dispositions extrêmes ? » demanda Diablo.

Shera, qui avait toujours un sourire heureux sur son visage, ne donnait pas la moindre impression d’être quelque chose d’extrême.

« Elle a renoncé à son statut de princesse et a quitté sa famille et son foyer alors qu’elle s’embarquait seule pour un voyage. La seule chose à laquelle je peux penser, c’est “extrême”, » déclara Rem.

« Hm, je suppose que c’est vrai. Alors qu’en est-il de toi ? » demanda Diablo.

« ... je serais “Terre”. Tous les Panthériens commencent par porter cet élément, mais la raison pour laquelle je le porte maintenant, c’est à cause de ma nature persévérante, » répondit Rem.

« Alors je vois…, » murmura Diablo.

Shera a quitté Greenwood pour être libre, si bien que sa nature extrême lui accordait la propriété de « Feu ». La persévérance de Rem d’autre part, alors qu’elle endure le fait d’être une cage pour l’âme du Seigneur Démon Krebskulm, lui a accordé la « Terre ».

« D’après ce que tu peux dire, qu’est-ce que je serais ? » demanda Diablo.

« ... Quoi ? » s’exclama Rem.

« Ah, eh bien... Bien sûr, je suis un Seigneur Démon, donc je ne peux être mesuré par aucune des échelles utilisées par les races... Mais je suis intéressé d’entendre comment ceux qui sont inférieurs à moi-même me voient. Vas-y, donne-moi ton analyse. Je l’autoriserai, » déclara Diablo.

Ce qu’il voulait vraiment dire : « Je suis tellement curieux d’entendre ton diagnostic élémentaire, Dr Rem, » — mais un Seigneur Démon demandant aux autres ce qu’ils pensaient de lui serait plutôt nul, c’est pourquoi il l’avait pressée en utilisant son jeu de rôle arrogant de Seigneur Démon.

Rem s’était profondément ancrée dans la pensée.

« ... Les démons ont l’élément “Ténèbres”, » répondit-elle. « Ah, je suis pleinement consciente que vous êtes un Seigneur Démon, mais votre apparence est similaire à celle d’un Démon, donc votre élément pourrait aussi bien être similaire. En repensant à la façon dont le miroir est devenu noir lorsque votre niveau a été diagnostiqué à la Guilde de l’Aventurier, il est peut-être sûr de dire que vous êtes de l’élément des Ténèbres. »

« C’est vrai, » déclara Diablo.

Les Seigneurs-Démons sont tous des êtres de Ténèbres. Si elle avait dit que j’étais un élément différent, cela aurait en quelque sorte ruiné l’image que je recherche.

« Mais, quant à ce que “les Ténèbres” révèle sur une personne... Je crois que ce serait de la “tromperie”, » continua Rem.

« ... Qu’est-ce que tu es en train de dire ? » demanda-t-il.

« Il est possible que vous puissiez cacher un grand secret, ou... En fait, ce n’est pas grave. En fin de compte, ce n’est rien de plus qu’une simple divination. Après tout, essayer de classer quelque chose d’aussi complexe que le cœur d’une personne dans l’une des six catégories est tout simplement déraisonnable, » Rem avait souri, apparemment embarrassée.

Calme et stoïque, Diablo avait fait un petit rire en réponse. À l’intérieur, cependant, son cœur battait la chamade alors qu’il paniquait pour savoir si elle avait vu à travers son jeu d’acteur.

***

Partie 2

Coupant court à leur conversation, il avait regardé après ça vers Shera. Elle s’était concentrée sur l’envoi de son énergie magique dans le cercle.

« ... Bien que je déteste l’admettre, Shera semble avoir un talent pour ça. C’est sa première fois, mais la porte de l’autre monde reste stable, » déclara Rem.

« Quel genre d’invocation ? » demanda Diablo.

« Tout dépend de sa chance, » répondit-elle.

« Hm…, » murmura Diablo.

C’est donc une loterie, tout comme le jeu...

Diablo entendait souvent des histoires de joueurs qui avaient passé des heures à chercher du matériel cher pour accomplir le rituel d’invocation, pour finir par appeler une invocation de rang inférieur. Sur le wiki de stratégie, vous verrez toujours des commentaires comme, « Il n’apparaît pas. » « J’ai une meilleure chance ainsi de trouver le Bigfoot. » Ou encore, « Je ne pense même pas qu’ils l’ont mis dans le jeu, » dans les sections de commentaires pour les invocations les plus rares.

Rem s’était penchée vers l’avant : « Cela arrive. »

Un vent puissant s’était enroulé autour d’eux, dispersant le cercle magique et les flammes bleu pâle qui le recouvraient. Du sable blanc dansait dans l’air, bloquant leur vision. De l’autre côté du sable — la silhouette d’une invocation arrivait.

« Je l’ai fait !! » Shera avait crié en raison de sa victoire.

 

☆☆☆

 

Il s’agissait d’une invocation de la taille d’un ballon de basket. Ça ressemblait presque à une dinde ronde et dodue. Elle avait des plumes noires sur le corps et des plumes de queue en éventail. Elle battait des ailes, se tenant tranquillement en l’air. Ses yeux noirs ronds et brillants scintillaient continuellement.

« ... Ce serait donc une “Dinde Tireuse”, » soupira Rem.

« C’est trop mignon ! C’est exactement ce que je voulais !! » Shera avait souri d’oreille à oreille, totalement ravie.

 

 

« ... Cela pourrait être parfait pour ton premier entraînement, » déclara Rem.

« Vraiment ? Quel genre d’invocation est-ce ? » demanda Shera.

« ... Pour parler franchement, ce n’est pas très puissant. En fait, il s’agit peut-être du type d’invocation élémentaire du vent le plus faible. C’est au même niveau qu’un “Esprit du vent” — bien qu’en le jugeant purement en termes de prouesses au combat, il est inférieur dans presque tous les sens du terme, » répondit Rem.

« Quoiiiiiiii !? » s’écria Shera.

« Il possède la compétence “Vue synchro”, une capacité qui te permet de voir tout ce que l’Invocation voit, » déclara Rem.

« C’est plutôt utile, n’est-ce pas ? » demanda Shera.

« Je suis presque certaine qu’il peut être utilisé pour des choses comme la reconnaissance... Il faut un pouvoir magique pour activer la compétence, donc elle ne peut pas être utilisée pendant de longues périodes de temps. Ça pourrait être utile si tu te perds ou quelque chose comme ça, » déclara Rem.

« Ça sonne malllll, » Shera avait l’air un peu déprimée.

Rem avait haussé des épaules. « Il y a beaucoup de sortes d’invocation, mais ce sont les plus robustes avec la plus grande puissance d’attaque qui sont fortes. »

« Oh... »

« Qu’est-ce que tu vas faire ? Il n’y a aucune raison pour toi de passer par le Rituel de l’Asservissement..., » déclara Rem.

« Non. Cette invocation a fait tout ce chemin juste pour moi, alors je vais faire un contrat avec elle, » déclara Shera.

Shera avait mis la main dans la pochette à sa taille et avait sorti une pierre précieuse d’un blanc pur. Diablo avait mis sa tête sur le côté ; il n’avait jamais rien vu de tel dans le jeu auparavant.

« Et ça, qu’est-ce que c’est ? » demanda Diablo.

« Hm ? Je ne me connais pas vraiment, mais apparemment vous en avez besoin pour ça, » déclara Shera.

« ... je vous l’ai expliqué hier. » Rem grogna face à la réponse de Shera. « C’est un “Cristal liant”. Vous l’utilisez pour le rituel d’asservissement. »

« Oh ouais, ça ! Je me suis souvenue, franchement, c’est dur ! » déclara Shera.

Ce genre de choses existent aussi ? Le Croisement des Rêveries n’a jamais eu de « Rituel d’Asservissement »... Était-ce redondant à mettre en œuvre du point de vue du gameplay, alors ils l’ont simplement retiré ?

Ou, il pourrait y avoir une autre raison à cela : Le « Rituel d’Asservissement » utilisé pour assujettir les invocations semble partager des fonctions similaires à la « Magie de l’esclavage » utilisée pour asservir d’autres races. Il faut probablement des cristaux liants pour fabriquer des esclaves.

Tout ce qui avait trait à l’esclavage dans le jeu avait été complètement supprimé.

Rem avait offert à Diablo une pierre blanche.

« Je sais que vous n’êtes pas intéressé par les Invocations, Diablo, mais cela pourrait être utile lorsqu’il s’agit de rechercher comment enlever les colliers autour de notre cou. Je pense qu’il serait bon pour un sorcier comme vous d’en avoir au moins une à portée de main, » déclara Rem.

« C’est vrai, ça ne ferait pas de mal de l’avoir, » dit Diablo, en prenant le cristal liant.

Shera avait prononcé une courte incantation : « ... Sous le nom de Shera L. Greenwood, je vous l’ordonne : Tenez compte de mon appel. “Donnez-vous à moi, et obéissez-moi”. »

Ouvrant ses lèvres fines et de couleur des fleurs de cerisier, elle avait mis le cristal blanc dans sa bouche. L’invocation était descendue au sol, assez rapidement pour faire croire qu’elle tombait comme une pierre. Shera posa ses lèvres sur la tête de l’invocation. De faibles étincelles rouges sortirent alors de ses lèvres ; le cristal liant s’était transformé en pure lumière.

Shera fixa intensément l’invocation. Une lumière noire commença à se rassembler autour du cou de la Dinde Tireuse, et un ronronnement sourd et grave résonnait dans leurs oreilles. Un fort cliquetis avait suivi, comme si quelque chose était verrouillé par une clé. C’était la même chose qui s’était produite quand les colliers d’asservissement avaient été mis sur Rem et Shera ; mais le collier sur la Dinde Tireuse était plus petit, et fait pour s’adapter parfaitement autour de son cou minuscule. En raison de son plumage épais, le collier était le plus souvent masqué.

Les yeux pétillants, Shera regarda avec enthousiasme vers Rem et Diablo.

« Ce fut un succès, » déclara Rem.

« Super ! Je l’ai fait !! » cria Shera.

« Hehe... Dieu merci, le sort ne s’est pas reflété sur vous cette fois, » déclara Rem.

« Bleh... Je ne veux pas être l’esclave d’une Dinde Tireuse ! » cria Shera.

L’air était rempli de rires des filles. Diablo n’avait pas pu empêcher un sourire de se répandre sur son visage en les écoutant.

Diablo s’était soudainement souvenu de quelque chose qu’il avait lu sur le wiki de stratégie.

« À propos de cette Dinde Tireuse... Avec lui et ton arc, vous pourriez faire une combinaison intéressante, » déclara Diablo.

« Hein... ? » s’exclama Shera.

« Si c’était un FPS, tu serais un tireur d’élite, alors que ce serait ton pointeur. J’ai lu que tu pourrais l’utiliser comme ça sur le wiki, et —, » déclara Diablo.

« Hein ? Quoi ?? » s’exclamèrent les deux filles.

Shera et Rem semblaient toutes deux complètement confuses — mais bien sûr qu’elles le seraient ; elles n’auraient jamais entendu parler de ces termes auparavant. Il avait décidé de refaire son explication.

Ce qui peut être fait dans le jeu ne peut pas nécessairement être fait dans ce monde, cependant...

Mettant une certaine distance entre lui et les filles, il avait placé une pièce de monnaie dans l’herbe.

« Peux-tu voir la pièce de là ? » demanda Diablo.

« Non ? » répondit Shera.

« Essaye d’envoyer ici ton invocation, » déclara Diablo.

Avec un signe de tête, Shera avait commencé à se concentrer.

« Va voir, Dinde Tireuse ! » ordonna Shera.

Tenant compte de son commandement, l’invocation battit des ailes et prit son envol. Cela pouvait sembler problématique en usage normal, mais même si l’Invocation était touchée par une attaque, l’Invocateur ne subirait aucun dommage.

Les yeux de Shera s’ouvrirent en grand. « Wôw, je vole ! Ah, je le vois ! »

« Si tu sais où il est, cela signifie que tu peux le frapper avec tes flèches, n’est-ce pas ? » demanda Diablo.

« Laissez-moi tester ça ! » déclara Shera.

D’un seul mouvement fluide, elle avait sorti une flèche de derrière son dos et l’avait placée dans son arc. Elle n’avait même pas l’air d’avoir visé en lâchant la flèche de la corde de l’arc avec un twang. Cela avait tracé un arc de cercle dans l’air, tombant près de Diablo, à l’endroit où la pièce était posée dans le sous-bois. Elle avait été percée au centre.

« Je l’ai fait ! » s’écria Shera.

« Bon travail ! » déclara Diablo.

Si l’on regardait dans le jeu, vous n’étiez pas capable de cibler quoi que ce soit hors de votre ligne de mire. En utilisant la Dinde Tireuse pour élargir votre champ de vision, vous pouvez marquer des cibles pour attaquer en cloche. Même dans le monde réel, tant que vous saviez où se trouvait votre cible, il ne restait plus qu’à savoir à quel point vous étiez habile avec l’arc.

« Qu’est-ce que c’est... !? » s’exclama Rem, surprise. « Je n’ai jamais pensé qu’elle pourrait être utilisée de cette façon... Comme on peut s’y attendre de vous, Diablo. Vous dites que vous venez d’un autre monde, mais vous en savez beaucoup plus sur ces choses que nous. »

« Heh, c’est quelque chose que tu pourrais comprendre si tu y réfléchissais. Je suis un Seigneur Démon, après tout, » déclara Diablo.

En réalité, c’était juste quelque chose dont il se souvenait avoir vu sur le wiki. Dans le jeu, il y avait des centaines de milliers de joueurs. Avec autant de personnes, il y avait forcément des joueurs plus excentriques, et plus spécifiquement ceux qui avaient subi une série d’essais et d’erreurs pour voir si la Dinde Tireuse, une Invocation que tout le monde considérait comme un échec, pouvait être utile d’une manière ou d’une autre.

Mais Diablo avait peur d’autre chose...

La maîtrise de Shera avec un arc n’était pas une blague.

Je n’arrive pas à croire qu’elle a réussi à percer la pièce de monnaie, surtout après qu’elle avait l’air d’une femme peu enthousiaste quand a l’idée d’utiliser un arc. Le niveau de Shera en tant qu’Archer doit être très haut.

Il avait retiré la flèche du sol. La pièce de monnaie avait été coupée en deux.

Shera avait couru vers eux. « Merci, Diablo ! Au début, j’ai pensé que j’ai eu le bâton court de l’invocation... Mais j’aime vraiment ce petit bonhomme ! »

« Alors je vois... » Diablo n’avait pas l’habitude d’être remercié comme ça. Il avait détourné son regard pour cacher son embarras.

« Ehehehe, je vais m’entraîner un peu plus et améliorer mon niveau ! » déclara Shera.

« Hm, » murmura Diablo.

« ... La formation, c’est bien et c’est même très bien... Mais avec cette méthode, la seule chose qui progressera ne serait-elle pas ton niveau en tant qu’Archer ? » demanda Rem.

Shera semblait en état de choc face au constat tranchant que Rem apportait en réplique.

***

Interlude 1 (Partie 1)

Calendrier Lyferien : Jour 6 du Sixième Mois, Année 164 — .

Localisation : la Capitale Royale de Sevenwall, où se trouvait le Château Grandiose entouré de sept couches de murailles épaisses. Il s’agissait de la salle d’attente dans la partie la plus profonde du château — .

Il s’agissait du lieu où ceux qui souhaitaient avoir une audience avec le roi se tenaient. Même les dirigeants des pays étrangers devaient attendre ici, de sorte que les meubles et les accessoires étaient le summum du luxe. C’était comme s’ils étaient là pour illustrer la puissance et l’autorité du Royaume de Lyferia.

Des vases d’or pur, une table cristalline... Le sol et les piliers de la pièce étaient en marbre, tandis que de la soie brodée recouvrait les murs. Le plafond était orné d’une énorme fresque imposante représentant divers dieux. Il y avait un grand assortiment de reliques de héros d’antan qui ornaient la salle, mettant en valeur les souvenirs de ceux qui avaient repoussé les Seigneurs Démons du passé.

Et dans cette pièce —

Le Chevalier Impérial, Alicia Cristela, se tenait là, immobile, attendant en silence. Son reflet avait été affiché dans un miroir sur toute la longueur.

Normalement, toute personne souhaitant une audience avec le roi serait privée de ses armes, mais puisqu’Alicia était Chevalier Impérial, elle avait le droit de garder son épée à ses côtés. Si quelque chose devait arriver, on lui faisait confiance pour se ranger du côté du roi afin de le protéger. Il y avait aussi des cas où l’on faisait porter des objets magiques maudits ou dangereux, à l’insu de la personne elle-même. Pour cette raison, les inspections avaient été effectuées avec le plus grand soin.

Sur le chemin du retour de Faltra, une combinaison de mauvais temps et sa rencontre avec le groupe de chevaliers de Faltra l’avaient fait arriver plus tard qu’elle ne s’y attendait. Et maintenant, elle attendait son tour pour avoir une audience avec le roi de Lyferia.

Il y avait deux autres visiteurs dans la pièce avec elle : Des humains, un homme et une femme, tous deux dans la quarantaine. D’un seul coup d’œil, on pouvait dire qu’ils se trouvaient dans une position de statut social élevé en raison de l’élégance présente en eux. Il s’agissait d’un couple marié, un duc et une duchesse — ainsi que les parents d’Alicia.

Alicia avait quitté la capitale royale lorsqu’elle était partie en mission et s’était rendue directement au palais royal à son retour. Il s’agissait de la première fois qu’ils se voyaient depuis environ un demi-mois.

Son père, qui arborait une magnifique barbe, posa une main sur l’épaule d’Alicia. « Bon travail quant à l’accomplissement d’une si longue mission. »

« Merci beaucoup, Père, » Alicia avait légèrement relevé les coins de sa bouche, la transformant en un sourire élégant. « Je ne ressens aucune souffrance ou fatigue quand je pense à la façon dont je sers avec honneur ce royaume. »

« Excellent. Je ne crois pas que je doive m’inquiéter pour toi, mais assure-toi de ne pas manquer de respect à Sa Majesté quand tu le verras, » déclara son père.

« J’en suis pleinement consciente. Je ne ferais rien de tel qui pourrait ternir le nom de notre famille, » répondit Alicia.

« Je t’ai bien élevée, » déclara son père. « Très peu de femmes ont le droit d’avoir une audience avec le roi. Il s’agit là d’une preuve supplémentaire de tes grands talents. Tu es notre fierté et notre joie, assure-toi de continuer à mettre ce talent au service du bien-être du royaume. »

« Bien sûr que je le ferais, » répondit Alicia.

« ... Ne vaudrait-il pas mieux que tu les enlèves ? » Sa mère montrait du doigt les yeux d’Alicia.

« Oh, ce sont..., » déclara Alicia.

« Une fille ne devrait pas porter du métal sur son visage, » déclara sa mère.

Elle ne semblait pas aimer que sa fille porte des lunettes. Alicia n’avait jamais eu de problèmes avec sa vue dans le passé, mais sa vue était devenue médiocre à la suite de ses ferventes études jour et nuit.

« ... Je ne manquerai pas de les enlever, » répondit Alicia.

Sans ses lunettes, elle ne pouvait même pas voir le visage de la personne avec qui elle parlait. Elle pouvait discerner le roi en raison de l’importance de sa position dans la salle d’audience, mais quant aux ministres alignés de part et d’autre de lui, elle était incapable de dire qui était qui. Mais quand même, Alicia enleva ses lunettes et les plaça dans la poche à sa taille.

Comme si elle s’était souvenue de quelque chose, la mère d’Alicia avait commencé à parler : « À propos de ces horribles livres que j’ai trouvés dans ta chambre... »

« ... Quoi ? » demanda Alicia.

Comme si sa mère demandait une confirmation, elle se tourna vers le père d’Alicia qui hocha la tête en souriant doucement.

« Nous avons trouvé des livres qui, comment le dire... ne semblait pas très bons pour ton éducation, tu vois, » déclara sa mère. « Tu es libre de t’intéresser à ce que tu veux... Mais des choses comme des idéologies radicales, des légendes sur les Déchus... Tu devrais pouvoir travailler avec efficacité pour le roi sans savoir de telles bêtises, n’est-ce pas ? »

« C’est pour ça qu’on les a jetés pour toi, » déclara son père.

« ... Vous les avez jetés ? » demanda Alicia.

« C’était pour ton propre bien, » déclara son père.

« On fait ça pour toi, tu sais, » déclara sa mère.

Un sourire s’était répandu sur le visage d’Alicia alors qu’elle inclinait la tête.

« Merci de vous inquiéter pour moi. Je m’excuse de vous avoir causé de l’inquiétude, » répondit Alicia.

Sa mère avait souri avec joie et hocha la tête, et son père poussa un soupir de soulagement.

« Tu es vraiment le parfait chevalier impérial. Si seulement tu étais un garçon, je ne me plaindrais pas... Mais, peu importe. Je te trouverai un partenaire approprié assez tôt. Notre duché sera en sécurité, » déclara son père.

Un coup sur la porte se fit entendre. On aurait dit que c’était enfin le tour d’Alicia. Elle avait incliné la tête une fois de plus.

« Mère, Père, si vous voulez bien m’excuser..., » déclara Alicia.

Rayonnant de fierté, les parents avaient vu leur fille partir.

***

Interlude 1 (Partie 2)

— Je me demande comment je me sentirais bien si je pouvais tout simplement couper leur tête, pensa Alicia.

En marchant le long du tapis rouge, Alicia avait saisi la poignée de son épée, qu’elle avait achetée à Faltra, de la main gauche. Comme on peut s’y attendre d’un endroit appelé la ligne de front des Races, son apparence était de deuxième ordre, mais son tranchant était de premier ordre. Même après avoir abattu les dix chevaliers qui l’avaient attaquée, la lame elle-même n’avait pas subi une seule égratignure ou rayure. Avec une épée comme celle-ci, il devrait être possible de trancher le cou d’un humain comme si ce n’était rien... Dans son esprit, elle rêvait d’abaisser la lame.

— Non. C’est encore trop tôt, pensa-t-elle.

Alicia avait encore besoin d’un certain nombre d’utilisations de sa position dans la société. Si elle voulait exterminer ces races disgracieuses et pourries, elle ne pourrait pas le faire seule.

Elle avait besoin du Seigneur-Démon.

Sa position de chevalier impérial et de fille d’un duc était inestimable pour la résurrection du Seigneur Démon. Elle ne pouvait pas se permettre de perdre cela, afin de rendre le monde plus beau... Alicia devait être une fille obéissante et une chevalière impériale sérieuse.

En sortant ses lunettes de sa poche, elle les avait remises sur son visage. Masquant son visage avec un sourire, elle était entrée dans la salle d’audience.

D’innombrables piliers s’élevaient dans la pièce caverneuse, avec un plafond élevé se plaçant loin en dessus de leur tête. La pièce était assez grande pour pouvoir contenir les nombreux généraux du royaume pendant qu’ils s’alignaient avant de se diriger vers le champ de bataille. Le drapeau du pays était accroché au mur, arborant un schéma de couleurs centré autour de la couleur rouge, même le tapis était tout aussi rouge. Un luxueux lustre était suspendu au plafond, avec de nombreuses pierres précieuses encastrées dans le luminaire qui scintillaient lorsqu’elles étaient éclairées par la lueur des bougies.

Delouche Xandros, le sixième roi de Lyferia était là — il aura 37 ans cette année.

Alicia s’approcha de la place surélevée où le roi était assis. Quand elle fut à environ huit pas du trône, elle s’agenouilla au sol et baissa la tête.

« ... Alicia Cristela, chevalier impérial, je suis de retour, » déclara-t-elle.

« Relevez votre tête, » lui cria Delouche.

Ayant reçu l’approbation du roi, Alicia avait levé les yeux vers la plate-forme. Le roi était assis sur un grand trône, ciselé de marbre et incrusté de pierres précieuses et d’or. Si une personne tout aussi grande s’asseyait dessus, elle ferait sûrement connaître sa propre majesté solennelle.

Le roi de Lyferia était encore très jeune. Delouche n’avait eu à faire face à aucun problème majeur en matière d’affaires intérieures... Mais par nature, ce pays était calme et paisible, et avait été béni par des récoltes abondantes de la terre et de la mer.

Le problème résidait dans son aptitude militaire. C’était un facteur encore inconnu d’Alicia. Le roi avait pris le trône il y a vingt ans, et il n’y avait pas eu d’affrontement à grande échelle depuis lors.

Delouche avait une expression vive dans les yeux, mais cela pourrait simplement être dû à sa nature endurcie qui s’était développée au fil des ans.

Les histoires de la façon dont les aventuriers de Faltra avaient réussi à repousser une armée de Déchus avaient fait leur chemin jusqu’à la capitale royale. C’était pour cette raison qu’Alicia avait été envoyée à Faltra.

— Le Seigneur Démon.

Rien n’était plus important et rien ne représentait une plus grande menace pour le royaume de Lyferia que tout événement lié à cet être.

Il y avait six humains rassemblés près du roi, des généraux aux ministres, ils étaient les grands du pays. Bien sûr, Alicia connaissait bien leur identité.

Les regards du haut de la plate-forme se concentraient sur elle. Si elle avait été une personne ordinaire, elle aurait pu s’évanouir.

Delouche étendit les bras. « Je vois que vous êtes revenue saine et sauve, Alicia Cristela. Magnifique travail que vous avez effectué au cours de votre mission. »

« Je suis indigne d’une telle louange, Votre Majesté, » répondit-elle.

« D’après votre précédent rapport, vous avez dit qu’il y avait eu une escarmouche avec le royaume de Greenwood... J’aimerais que vous me donniez plus de détails sur cette rencontre, » demanda le roi.

Delouche ne voulait pas l’opinion personnelle d’Alicia sur cette affaire, mais plutôt, il avait demandé des informations comme étant les yeux et les oreilles du roi. Cependant, pour elle, il ne s’agissait pas de ce qu’elle avait à dire, mais de la façon dont elle allait structurer l’information.

« Mon rapport est le suivant : Le royaume de Greenwood a envoyé une demande spécifiant le retour de la princesse Shera qui était en fuite, et il a envoyé des troupes dans la forêt du Bord Occidental du Lac. Il semblerait qu’ils n’avaient pas l’intention d’envahir quand la situation à évoluer. Sire Galford a considéré les Elfes venant sur son territoire comme une déclaration de guerre et a exécuté le commandant intérimaire des troupes, le prince Keera. Les soldats elfiques ne sont jamais entrés dans Faltra. Même si c’était la terre qu’il gouvernait, Galford n’avait peut-être pas besoin d’éliminer le prince Keera. En conséquence, les relations entre nous et notre pays voisin sont devenues incertaines, » expliqua Alicia.

« Hm..., » Delouche avait croisé les bras.

Le roi avait, très probablement, déjà reçu un rapport du gouverneur. Ainsi, elle ne pouvait pas faire de mensonges audacieux ici. Cependant, elle avait réussi à glisser quelques mots suggérant que le gouverneur devrait faire preuve d’un manque de retenue dans son rapport. Cela limiterait certainement ce que Galford pourrait faire à partir de maintenant. Moins il y avait d’obstacles sur le chemin de la résurrection du Seigneur Démon, mieux c’était. Il était l’un des héros de la Grande Guerre, quelqu’un qui, à lui seul, était incroyablement plus puissant que n’importe quels individus des Races. En fait, si possible, elle voulait le faire disparaître de Faltra — .

Mais elle ne ferait rien d’irréfléchi. Il y avait autre chose qu’elle devait cacher, plus que toute autre chose.

« ... Maintenant, qui est ce “Diablo” ? » l’interrogea Delouche.

« Je crois qu’il est qu’un simple aventurier. N’était-ce pas dans le rapport de Sire Galford ? » demanda Alicia.

« Non. Ça vient d’un de nos informateurs dans la ville, » répondit Delouche.

— Je comprends maintenant, pensa-t-elle.

Bien que Galford ait essayé de l’éliminer, il semblait tenir en haute estime les prouesses martiales de Diablo. Si le gouverneur avait fait un rapport disant que Diablo était dangereux et que le roi lui avait ordonné de le capturer, il ne savait pas comment faire face à la situation. Il n’y avait aucune chance que quelqu’un comme Galford rapporterait en disant qu’il ne pouvait pas gagner contre un seul Aventurier. Cela signifiait que son mobile ici était de cacher des informations concernant Diablo, et qu’il prévoyait de l’utiliser comme un outil pour lutter contre d’autres pays, ou même contre les Déchus.

Vouloir garder Diablo, et son pouvoir, un secret était aussi en accord avec les plans d’Alicia.

— Je porte beaucoup de masques ces derniers temps, pensa-t-elle.

Devant ses parents, elle avait joué le rôle de la fille diligente et obéissante. Pour Diablo et les autres, elle avait agi comme une humaniste, prétendant que son rôle dans la vie était d’aider les autres. Cependant, le but réel d’Alicia était l’anéantissement de toutes les races en ressuscitant le Seigneur Démon. C’est pourquoi elle avait protégé Diablo. À partir de maintenant, il semblait s’allier davantage avec les autres races — mais un jour, il pourrait se réveiller comme un véritable Seigneur Démon. Non seulement cela, mais Alicia avait senti des traces du Seigneur Démon à l’intérieur de Rem. Serait-elle la clé de la résurrection ?

Pour l’instant, elle devait détourner l’attention du roi de cette affaire.

« Votre Majesté, il existe un Aventurier du nom de Diablo, mais je ne crois pas qu’il faille s’inquiéter de lui, » déclara Alicia.

« Alors qu’en est-il de ces murmures que j’ai entendus sur lui qui disait qu’il avait vaincu une armée de cent Déchus ? » demanda le roi.

« Je crois qu’il s’agit simplement du résultat des exagérations d’un grand nombre d’Aventuriers de Faltra. Après tout, on dit de Diablo qu’il n’est qu’un “Sorcier Élémentaliste”, » déclara Alicia.

Chaque fois que quelqu’un mentionnait un « Sorcier » dans le Royaume de Lyferia, on pensait aux « Invocateurs ». « Les Sorciers Élémentaliste » étaient si faible qu’ils ne valaient même pas la peine d’en parler. Delouche l’avait parfaitement compris.

« Donc, ce n’était qu’une rumeur, » déclara Delouche.

« Cette ville est remplie de Demis. Les rumeurs qui s’y répandent ne peuvent pas être considérées comme la vérité, » déclara Alicia.

« C’est ce que je vois, » répondit Delouche.

Il y avait un profond ressentiment contre les Demis dans la capitale royale. Delouche était une personne de la noblesse, et bien qu’il se soit efforcé d’être aussi juste que possible, il ne pouvait pas se détacher complètement des opinions de ceux qui l’entouraient. Si Alicia disait que les rumeurs d’un Sorcier Élémentaliste incroyablement puissant étaient le résultat de Demis, il n’y avait aucune chance que le roi le croie.

Cela devrait terminer notre audience avec lui en lui faisant penser que tout va bien à Faltra... — Ou du moins, c’est ce que pensait Alicia.

Cependant, Delouche était plus opiniâtre qu’elle ne s’y attendait.

« Maintenant, Vinashin, vous voyez..., » déclara Delouche.

Lorsqu’il évoqua soudain le nom du Sage Royale, Alicia avait fait un bruit de désapprobation silencieuse dans son esprit. Elle s’était assurée de ne pas le laisser apparaître sur son visage.

« Était-ce l’une des prophéties du Seigneur Vinashin ? » demanda Alicia.

« En effet. Il y a trois jours, il prévoyait qu’il y avait des “présages de la résurrection du Seigneur Démon dans la ville à l’Ouest”. Je ne peux qu’imaginer que cela signifie la ville de Faltra, » déclara le roi.

« Je vois. Il est plus précis qu’il n’ait jamais été..., » déclara Alicia.

Il avait fallu un effort énorme de la part d’Alicia pour cacher sa joie écrasante. Elle devait faire attention à ne pas montrer ce qu’elle ressentait vraiment.

Un Sage était quelqu’un qui était capable d’explorer l’avenir, et était un atout inestimable pour le pays — les prophéties de ce Sage particulier au service du roi étaient remarquablement précises.

Et il avait prédit la seconde venue du Seigneur-Démon ! Alicia n’aurait pas pu être plus heureuse face à ces nouvelles. Mais à cause de cette prophétie, la chance que quelqu’un interfère avec la résurrection avait monté en flèche. Cela avait toujours été le cas — les militaires ou d’autres aventuriers perturberaient certainement le rituel des Déchus, jusqu’à ce que le Seigneur-Démon puisse être ressuscité...

« Bien sûr, je crois que Faltra est bien préparé pour un tel événement. Le héros Galford est là, ainsi que les dix mille soldats d’élite que j’ai envoyés dans la ville. Plus importants encore, ils sont protégés par une barrière à grande échelle. Même si le Seigneur Démon devait ressusciter, ils devraient pouvoir attendre que les principales forces de la Capitale Royale arrivent..., » Delouche parlait comme si quelque chose le troublait.

« Oui, je crois que leurs préparatifs sont parfaits. À tel point que si nous devions diviser nos forces militaires avec l’Ouest, la défense de la capitale royale et de nos autres territoires deviendrait une situation précaire... La Terre Sainte de Vylaar se trouve après tout à l’Est, » déclara l’un des nobles à côté de lui.

Les fonctionnaires du roi à proximité avaient également exprimé leurs opinions.

Un général avait affirmé que s’il y avait des signes du Seigneur Démon ressuscité, les forces de la capitale royale devraient être envoyées dès maintenant.

Le ministre responsable du Trésor national avait riposté par une réfutation, affirmant que la mobilisation d’une grande armée nécessiterait un budget tout aussi important. Les fonds étaient limités de sorte que s’ils gaspillaient les réserves de la trésorerie du royaume sans raison, cela poserait des problèmes. Si après ça il y avait un moment où ils avaient un besoin urgent d’argent, ils seraient confrontés à un déficit. S’ils déclaraient l’état d’urgence et imposaient de lourdes taxes aux citoyens, cela les ruinerait encore davantage sur le plan financier. En outre, le peuple était le fondement d’un pays ; il n’y avait jamais eu de nations qui avaient perdu alors que leurs citoyens étaient riches. Quand le peuple était devenu indigent, c’était un signal qui déclarait que la fin du pays était proche.

Delouche n’était pas idiot. Il ne voulait pas rallier ses armées en se basant uniquement sur la suspicion, mais il semblait vouloir prendre une certaine sorte d’action préventive.

« Votre Majesté ! » Alicia s’était avancée. « Dans ce cas, permettez-moi de retourner à Faltra une fois de plus. En raison de la confrontation avec le Royaume de Greenwood, je suis retournée à la capitale royale pour remettre mon rapport le plus rapidement possible — mais s’il y a des signes de la résurrection du Seigneur Démon, je les trouverai et y mettrai un terme ! »

Sa voix débordait d’un sens de la justice et du devoir envers son pays.

« Hrm... » Delouche acquiesça solennellement. « Bien que je pensais vous permettre de vous reposer après vous avoir envoyé dans une mission si lointaine... »

« Je vous remercie humblement de votre intérêt, » déclara Alicia. « Cependant, tant que c’est pour le royaume, mon corps ne se fatiguera pas. S’il vous plaît, donnez-moi l’ordre, Votre Majesté. »

« Merveilleux, vraiment merveilleux ! » déclara le roi. « Je dois être l’un des rois les plus chanceux de l’histoire de notre pays pour avoir la chance d’avoir un chevalier tel que vous. Très bien — alors je vous laisse faire. Retournez à Faltra et éliminez toute trace quant à la résurrection du Seigneur Démon. »

« Avec certitude ! » Elle inclina profondément la tête.

Il y avait des choses auxquelles elle ne s’attendait pas, mais à la fin, tout s’était déroulé comme prévu. C’était difficile d’essayer de cacher l’exaltation qu’elle avait ressentie à l’intérieur.

Alicia leva la tête et ouvrit la bouche, prête à annoncer son intention de partir — .

Mais de derrière elle vint le bruit de pas lourds et pesants.

***

Interlude 1 (Partie 3)

Le bruit de quelque chose de métallique se raclant contre lui-même était mélangé avec le bruit des pas — .

C’était le cliquetis caractéristique d’une armure lourde.

— Nous ne sommes pas en guerre en ce moment, alors pour quelle raison se présenter à la salle d’audience en armure intégrale... ? se demanda-t-elle.

Alicia s’était retournée afin de regarder qui arrivait. Derrière elle se trouvait un homme qui laissait une impression aussi acérée qu’une épée. Il portait une armure de plaques de couleur écarlate et de multiples lames étaient visibles sur sa personne : deux épées de chaque côté de son corps, et deux épées sur son dos pour un total de six épées longues. Des chaînes s’étendaient à partir des pommeaux de ses épées, ce qui faisait un bruit métallique grinçant lorsqu’elles se frottaient les unes contre les autres. Il arborait également un poignard qui était fixé à son corps avec une ceinture. Il tenait une lettre à la main.

Au fur et à mesure qu’il se rapprochait — .

Elle pouvait sentir l’odeur du sang venant de lui. On aurait dit qu’il avait essayé de l’enlever, mais la puanteur s’était infiltrée dans son être même. L’homme arborait un sourire agréable, en contradiction avec son apparence, qui donnait l’impression qu’il était prêt pour la guerre. Il s’était agenouillé à côté d’Alicia.

Un préposé se précipita pour récupérer la lettre qu’il présentait, la remettant après ça au roi. Delouche hocha la tête en déployant le parchemin.

« Hm... Je vois. Bon travail, » déclara-t-il.

Alicia avait trouvé qu’il était extrêmement impoli de sa part de ne pas suivre la procédure appropriée de la salle d’audience, mais elle n’avait pas exprimé ses plaintes à haute voix.

Le Grand Prêtre occupait la position la plus puissante dans l’Église. Le Royaume de Lyferia avait mis sa foi dans les « Dieux Anciens et les Célestes », et il était évident que la foi jouait un rôle important dans le soutien des moyens d’existence des Races. Les guérisons miraculeuses n’étaient pas inconnues et les bénédictions de récoltes abondantes étaient presque garanties.

Il y a longtemps dans ce monde, on disait qu’il existait à la fois des Célestes et des Déchus. Les Dieux Anciens des Célestes et le Roi de tous les Déchus, le Seigneur Démon, étaient enfermés dans une lutte éternelle, mais à la fin, les Dieux étaient sortis victorieux sur le Seigneur Démon. En guise de punition, ils avaient brisé son être en fragments, qui avaient ensuite été scellés.

Les Dieux avaient accordé leurs grâces à la terre ravagée par la guerre et avaient créé cinq races à partir du sang des Célestes : Humains, Elfes, Nains, Marcheurs d’Herbes et Panthériens. Ils étaient tous des descendants des Célestes. Cependant, la race connue sous le nom de Démons était une aberration, et on disait qu’il s’agissait d’Humains dont le sang s’était mélangé à celui des Déchus.

Après avoir accordé de généreuses terres aux Races, les Célestes étaient retournés au ciel. Le peuple avait loué et vénéré les dieux qui leur avaient dit qu’ils allaient veiller sur eux d’en haut, priant pour le salut dans ce monde et dans l’au-delà.

Il s’agissait de la religion la plus populaire du royaume de Lyferia. L’autorité de l’Église était forte, et le pouvoir que détenait le Grand Prêtre était suffisant pour rivaliser avec celui du roi.

Les vassaux principaux du roi adressèrent des louanges au Paladin, bien que les tensions dues à la peur teintaient leurs voix.

Le terme « Paladin » désignait tout guerrier saint qui « met en œuvre la volonté de Dieu par la force ». Les paladins pourchassaient les Déchus et tous ceux qui les suivaient. Ces dévots souhaitaient la résurrection du Seigneur Démon et étaient connus sous le nom d’« adorateurs du Seigneur Démon ». Sur ce point, les Paladins n’étaient pas différents de l’armée ou des chevaliers impériaux.

Mais là où ils différaient, c’était pour qui ils travaillaient.

Les Paladins servaient les dieux et agissaient conformément aux intentions de l’Église. Ils ne se conformaient pas à la loi, mais à leurs propres doctrines. Bien qu’ils aient prétendu que c’était la « volonté des dieux » quant à la désignation d’un adorateur du Seigneur Démon, les Paladins avaient pris sur eux de porter le jugement. Ils prenaient leurs décisions en fonction de leurs propres préjugés, de sorte que même si la personne en question était un aristocrate ou extrêmement riche, si elle était considérée comme un adorateur du Seigneur Démon, elle serait soumise à la torture la plus horrible qu’on puisse imaginer.

En d’autres termes, un Paladin était une épée qui protégeait l’autorité de l’Église. Même les hauts fonctionnaires de la cour du roi ne voulaient pas être impliqués avec eux, car ils ne voulaient pas devenir des cibles pour les Paladins.

Heureusement, le nombre de Paladins était assez réduit. En comparaison avec les Chevaliers Impériaux, qui comptaient plus de mille membres, il n’y avait que treize Paladins.

« J’ai entendu dire que vous aviez été envoyé quelque part dans le Sud pour régler une affaire l’autre jour..., » marmonna Alicia. « Vous avez fait un retour précipité, Sire Saddler. »

« En effet, le travail des Paladins est d’éradiquer rapidement et avec certitude tous les adorateurs du Seigneur Démon et de leur délivrer le salut, » répondit-il. « J’avais tellement de mal à trouver des adorateurs du Seigneur Démon dans ce village du Sud — mais pour moi, étant un simple serviteur des Dieux, que je ne pouvais que suivre leur volonté. En fin de compte, tout le village a eu la gentillesse de me prêter assistance. »

« ... Qu’est-il arrivé aux villageois ? » demanda Alicia.

« Je leur ai offert à tous le salut, » répondit Saddler.

Alicia avait senti les muscles de son dos se rigidifier. Il n’avait pas répondu directement à sa question, mais les méthodes d’un Paladin ne consistaient qu’en deux choses : la torture et le meurtre. Parce que ce village du Sud avait été désigné comme abritant des adorateurs du Seigneur Démon, il était fort probable que tous ses habitants avaient été brutalement massacrés.

— Je m’en fiche que les Races meurent, pensa-t-elle.

Alicia ne s’en souciait pas du tout. Cependant, les paladins constituaient une menace sérieuse.

Disons, par exemple, que le roi ou ses ministres aient commencé à soupçonner qu’Alicia souhaitait vraiment la résurrection du Seigneur Démon — ce ne serait pas un problème, car elle avait déjà préparé une pléthore d’excuses pour s’en sortir. Elle était même allée jusqu’à accumuler ses propres réalisations pour s’assurer qu’aucun doute ne serait jeté sur elle.

Cependant, cela ne fonctionnerait pas sur un Paladin. S’ils étaient venus à vous suspecter, ce qui vous attendait, c’était une torture impitoyable. Bien qu’elle soit sûre qu’elle ne parlerait pas, elle ne pouvait pas faire disparaître la peur d’avoir son corps et son esprit brisés. Elle ne voulait pas s’impliquer avec eux si elle pouvait le faire. Alicia voulait partir de la salle du trône aussi vite qu’il était humainement possible — .

— Quand Saddler avait dit quelque chose pour laquelle elle ne s’attendait nullement.

« Bien que cela puisse paraître impoli de ma part, j’ai entendu les détails de votre mission tout à l’heure, Mademoiselle Alicia Cristela, » déclara Saddler.

« ... Et qu’en est-il ? » demanda Alicia.

« Votre dévouement à prendre la mission sur vous-même après avoir entendu le Seigneur Démon pourrait être ressuscité... C’est vraiment merveilleux ! » s’exclama Saddler.

« ... Merci, » répondit Alicia.

« Cependant, je pensais que cette mission pourrait être plus appropriée pour nous, les Paladins. Je vous demande humblement de laisser Faltra entre les mains de cet humble serviteur de Dieu ! » déclara Saddler.

« Ce serait..., » répondit Alicia.

— Un problème pour moi, pensa Alicia.

Elle n’avait pas trouvé un moyen de refuser son offre si soudain. Même s’il s’agissait d’une fausse accusation, il était difficile de prouver le contraire. Sans parler du fait qu’Alicia était une adoratrice du Seigneur Démon qui souhaitait sa résurrection. Elle ne savait pas à quel point elle serait capable de cacher ce fait.

Delouche ne laisserait pas passer cela sans soulever d’abord ses propres objections à ce sujet. L’expression de son visage à elle seule avait tout dit. Il ne pourrait pas fermer les yeux si un Paladin faisait à Faltra ce que Saddler avait fait au village du Sud. Si cela arrivait, Galford ne resterait pas silencieux si cela se produisait. Le roi voulait faire tout ce qu’il pouvait pour éviter une confrontation entre l’armée et l’Église.

« Votre Majesté, si je peux me permettre..., » le rang le plus bas des vassaux majeurs, un jeune ministre, inclina respectueusement la tête.

« O-Oh ! Oui, Noé, avez-vous des idées brillantes pour nous ? » demanda le roi.

Alicia ne savait pas grand-chose sur l’homme nommé Noé, à part le fait qu’il était une étoile montante au sein de la cour royale. Non seulement il connaissait bien la politique et les questions militaires, mais il avait aussi des connaissances approfondies sur des sujets comme l’agriculture et la médecine. On disait que ses propositions avaient révolutionné l’industrie du royaume à l’échelle nationale.

Son apparence ne pouvait être décrite que comme belle, et ses cheveux blonds et ses yeux bleus lui donnaient presque l’impression qu’il avait été fabriqué pour être impeccable. Pourtant, il n’avait pas affiché une aura de froideur, en fait, il avait un sourire doux jouant sur ses lèvres. Il pourrait presque passer pour une fille aux cheveux courts.

On disait qu’il était l’enfant adoptif du marquis Gibun, mais Alicia n’avait pas regardé plus loin dans son passé. Mais à ce stade, les seules choses qu’elle voulait entendre de lui étaient quelque chose qui allait soit faire taire le Paladin, soit une sorte de plan pour protéger Faltra.

 

 

« Je suis sûr que Mademoiselle Alicia et Sire Saddler sont plus que dignes de notre confiance. Et si on laissait cette affaire à eux deux ? » demanda Noé.

« Hm... Donc vous suggérez qu’on devrait les faire travailler ensemble, » demanda le roi.

« Leurs objectifs sont les mêmes : trouver des traces du Seigneur Démon. À cet effet, j’ai pensé qu’il suffirait qu’ils unissent leurs forces pour atteindre cet objectif, » déclara Noé.

« ... Ce n’est pas une mauvaise idée, » déclara Delouche.

Il semblerait que Delouche avait pris goût à la suggestion de Noé. Même si le roi ne pouvait pas rejeter catégoriquement Saddler, il pouvait ainsi garder un œil sur la pagaille qu’il causerait.

— Est-ce que cet homme essaie de me tuer ? Ou bien pense-t-il vraiment que je serais capable d’immobiliser un Paladin ? Se demanda Alicia.

Alicia avait maudit Noé sous son souffle, tandis que Delouche faisait son nouveau décret :

« Chevalière Impériale, Alicia Cristela... Vous êtes l’une des personnes en qui j’ai le plus confiance. Je pense qu’il n’y a pas de scrupules à vous conférer le rôle impératif de chercher des signes du Seigneur Démon aux côtés de ce Paladin — mais qu’en dites-vous ? »

Au moins, il ne semblait pas que le roi avait voulu faire d’Alicia un sacrifice dans cette aventure. Si Delouche l’appréciait autant, Saddler ne serait pas capable de l’étiqueter comme un adorateur du Seigneur Démon si facilement, même si lui et Alicia avaient un conflit d’opinions lors de leur périple.

Cependant, ce serait une autre histoire si l’Église avait l’intention de s’opposer au roi...

« Avoir l’un des chevaliers impériaux compétents et galants avec moi est vraiment rassurant ! Au nom des dieux, je jure que nous trouverons les signes de la résurrection du Seigneur Démon et que nous y mettrons un terme, » Saddler était révérencieux dans ses louanges.

« Je m’efforcerai de répondre à vos attentes à tout prix, Votre Majesté, » Alicia inclina profondément la tête.

En marchant à côté de Saddler, ils avaient quitté la pièce, les grandes portes se fermant derrière eux.

Le Paladin avait gardé le même sourire affable sur le visage.

« Commençons tout de suite les préparatifs du voyage, Mademoiselle Cristela. Ça ne vous dérange pas de partir demain matin ? » demanda Saddler.

« Cela me semble approprié, » répondit Alicia.

« Ceci marquera ma première apparition dans Faltra. L’ancien Domaine du Seigneur Démon est tout près, alors qui sait combien d’adorateurs du Seigneur Démon sont présents là-bas... Il semble certainement qu’il s’agit d’une ville remplie de gens qui ont un besoin urgent de salut, » déclara Saddler.

« Le salut... C’est peut-être le cas. Sire Saddler..., » murmura Alicia.

« Qu’est ce qu’il y a ? » demanda Saddler.

« Vous détestez toutes les Races ? » demanda Alicia.

« Bien sûr que non ! J’aime beaucoup les autres. En fait, vous pouvez dire que je les aime tous ! Ils sont après tout à la fois les descendants et les héritiers des bénédictions des Dieux. C’est pourquoi je ne peux jamais pardonner à quiconque vénère le Seigneur Démon, » répondit Saddler.

« ... Je vois. Je comprends, » répondit Alicia.

— Il aime les gens, alors il les tue... Je ne comprends pas du tout sa logique, pensa Alicia.

La seule chose dont elle pouvait être certaine, c’était que ses problèmes avaient augmenté. Un trou assez grand avait été fait dans son plan autrefois parfait. Elle étouffa un soupir particulièrement profond.

« Au fait, Mademoiselle Cristela..., » le sourire avait disparu du visage de Saddler. « Votre expression faciale n’a pas changé du tout, non ? »

« Quoi ? » demanda Alicia.

« Vous voyez ? Même maintenant, vous essayez consciemment de cacher ce que vous ressentez. Quant à la raison, je me demande bien ce que c’est ? Peut-être est-ce parce que vous devez cacher quelque chose ? » demanda Saddler.

Elle avait l’impression que sa poitrine avait été percée avec un couteau. Des vagues de nausées l’avaient assaillie. Mais elle avait porté son masque pendant longtemps, et elle l’avait forcé vers un sourire ironique.

« ... Si je devais sourire ou faire semblant d’être surprise tout le temps, j’ai peur que cela me fasse paraître immature... Ainsi, lorsque je suis dans des endroits comme la salle d’audience, je fais consciemment un effort pour garder mon expression faciale sérieuse, » répondit Alicia. « Mais ça pourrait être difficile à comprendre pour quelqu’un comme vous. Peu importe votre expression faciale, vous avez toujours l’air si digne. »

« Ah, comme c’est terriblement impoli de ma part ! » déclara Saddler. « S’il vous plaît, ne pensez pas que vous devez vous inquiéter de telles choses devant moi. Je ne ferais pas quelque chose d’aussi stupide que de juger quelqu’un d’après l’expression de son visage. »

« Merci. Je vous en suis reconnaissante, » déclara Alicia.

« Après tout, la valeur d’une personne est déterminée par la couleur de ses organes, n’êtes-vous pas d’accord ? » demanda Saddler.

« ... Quoi — ? » s’exclama Alicia.

Elle ne savait plus quel visage faire après avoir entendu ça. Tout ce qu’elle savait, c’est qu’elle avait une sensation nauséabonde dans le creux de son estomac.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Oh la vache, ce paladin est complètement taré. Je dirais même plus, c'est un vrai psychopathe.
    Ca fait peur pour l'avenir. Surtout lorsqu'il rencontrera Diablo ^^.

Laisser un commentaire