Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 3 – Interlude 1 (Partie 2)

***

Interlude 1 (Partie 2)

— Je me demande comment je me sentirais bien si je pouvais tout simplement couper leur tête, pensa Alicia.

En marchant le long du tapis rouge, Alicia avait saisi la poignée de son épée, qu’elle avait achetée à Faltra, de la main gauche. Comme on peut s’y attendre d’un endroit appelé la ligne de front des Races, son apparence était de deuxième ordre, mais son tranchant était de premier ordre. Même après avoir abattu les dix chevaliers qui l’avaient attaquée, la lame elle-même n’avait pas subi une seule égratignure ou rayure. Avec une épée comme celle-ci, il devrait être possible de trancher le cou d’un humain comme si ce n’était rien... Dans son esprit, elle rêvait d’abaisser la lame.

— Non. C’est encore trop tôt, pensa-t-elle.

Alicia avait encore besoin d’un certain nombre d’utilisations de sa position dans la société. Si elle voulait exterminer ces races disgracieuses et pourries, elle ne pourrait pas le faire seule.

Elle avait besoin du Seigneur-Démon.

Sa position de chevalier impérial et de fille d’un duc était inestimable pour la résurrection du Seigneur Démon. Elle ne pouvait pas se permettre de perdre cela, afin de rendre le monde plus beau... Alicia devait être une fille obéissante et une chevalière impériale sérieuse.

En sortant ses lunettes de sa poche, elle les avait remises sur son visage. Masquant son visage avec un sourire, elle était entrée dans la salle d’audience.

D’innombrables piliers s’élevaient dans la pièce caverneuse, avec un plafond élevé se plaçant loin en dessus de leur tête. La pièce était assez grande pour pouvoir contenir les nombreux généraux du royaume pendant qu’ils s’alignaient avant de se diriger vers le champ de bataille. Le drapeau du pays était accroché au mur, arborant un schéma de couleurs centré autour de la couleur rouge, même le tapis était tout aussi rouge. Un luxueux lustre était suspendu au plafond, avec de nombreuses pierres précieuses encastrées dans le luminaire qui scintillaient lorsqu’elles étaient éclairées par la lueur des bougies.

Delouche Xandros, le sixième roi de Lyferia était là — il aura 37 ans cette année.

Alicia s’approcha de la place surélevée où le roi était assis. Quand elle fut à environ huit pas du trône, elle s’agenouilla au sol et baissa la tête.

« ... Alicia Cristela, chevalier impérial, je suis de retour, » déclara-t-elle.

« Relevez votre tête, » lui cria Delouche.

Ayant reçu l’approbation du roi, Alicia avait levé les yeux vers la plate-forme. Le roi était assis sur un grand trône, ciselé de marbre et incrusté de pierres précieuses et d’or. Si une personne tout aussi grande s’asseyait dessus, elle ferait sûrement connaître sa propre majesté solennelle.

Le roi de Lyferia était encore très jeune. Delouche n’avait eu à faire face à aucun problème majeur en matière d’affaires intérieures... Mais par nature, ce pays était calme et paisible, et avait été béni par des récoltes abondantes de la terre et de la mer.

Le problème résidait dans son aptitude militaire. C’était un facteur encore inconnu d’Alicia. Le roi avait pris le trône il y a vingt ans, et il n’y avait pas eu d’affrontement à grande échelle depuis lors.

Delouche avait une expression vive dans les yeux, mais cela pourrait simplement être dû à sa nature endurcie qui s’était développée au fil des ans.

Les histoires de la façon dont les aventuriers de Faltra avaient réussi à repousser une armée de Déchus avaient fait leur chemin jusqu’à la capitale royale. C’était pour cette raison qu’Alicia avait été envoyée à Faltra.

— Le Seigneur Démon.

Rien n’était plus important et rien ne représentait une plus grande menace pour le royaume de Lyferia que tout événement lié à cet être.

Il y avait six humains rassemblés près du roi, des généraux aux ministres, ils étaient les grands du pays. Bien sûr, Alicia connaissait bien leur identité.

Les regards du haut de la plate-forme se concentraient sur elle. Si elle avait été une personne ordinaire, elle aurait pu s’évanouir.

Delouche étendit les bras. « Je vois que vous êtes revenue saine et sauve, Alicia Cristela. Magnifique travail que vous avez effectué au cours de votre mission. »

« Je suis indigne d’une telle louange, Votre Majesté, » répondit-elle.

« D’après votre précédent rapport, vous avez dit qu’il y avait eu une escarmouche avec le royaume de Greenwood... J’aimerais que vous me donniez plus de détails sur cette rencontre, » demanda le roi.

Delouche ne voulait pas l’opinion personnelle d’Alicia sur cette affaire, mais plutôt, il avait demandé des informations comme étant les yeux et les oreilles du roi. Cependant, pour elle, il ne s’agissait pas de ce qu’elle avait à dire, mais de la façon dont elle allait structurer l’information.

« Mon rapport est le suivant : Le royaume de Greenwood a envoyé une demande spécifiant le retour de la princesse Shera qui était en fuite, et il a envoyé des troupes dans la forêt du Bord Occidental du Lac. Il semblerait qu’ils n’avaient pas l’intention d’envahir quand la situation à évoluer. Sire Galford a considéré les Elfes venant sur son territoire comme une déclaration de guerre et a exécuté le commandant intérimaire des troupes, le prince Keera. Les soldats elfiques ne sont jamais entrés dans Faltra. Même si c’était la terre qu’il gouvernait, Galford n’avait peut-être pas besoin d’éliminer le prince Keera. En conséquence, les relations entre nous et notre pays voisin sont devenues incertaines, » expliqua Alicia.

« Hm..., » Delouche avait croisé les bras.

Le roi avait, très probablement, déjà reçu un rapport du gouverneur. Ainsi, elle ne pouvait pas faire de mensonges audacieux ici. Cependant, elle avait réussi à glisser quelques mots suggérant que le gouverneur devrait faire preuve d’un manque de retenue dans son rapport. Cela limiterait certainement ce que Galford pourrait faire à partir de maintenant. Moins il y avait d’obstacles sur le chemin de la résurrection du Seigneur Démon, mieux c’était. Il était l’un des héros de la Grande Guerre, quelqu’un qui, à lui seul, était incroyablement plus puissant que n’importe quels individus des Races. En fait, si possible, elle voulait le faire disparaître de Faltra — .

Mais elle ne ferait rien d’irréfléchi. Il y avait autre chose qu’elle devait cacher, plus que toute autre chose.

« ... Maintenant, qui est ce “Diablo” ? » l’interrogea Delouche.

« Je crois qu’il est qu’un simple aventurier. N’était-ce pas dans le rapport de Sire Galford ? » demanda Alicia.

« Non. Ça vient d’un de nos informateurs dans la ville, » répondit Delouche.

— Je comprends maintenant, pensa-t-elle.

Bien que Galford ait essayé de l’éliminer, il semblait tenir en haute estime les prouesses martiales de Diablo. Si le gouverneur avait fait un rapport disant que Diablo était dangereux et que le roi lui avait ordonné de le capturer, il ne savait pas comment faire face à la situation. Il n’y avait aucune chance que quelqu’un comme Galford rapporterait en disant qu’il ne pouvait pas gagner contre un seul Aventurier. Cela signifiait que son mobile ici était de cacher des informations concernant Diablo, et qu’il prévoyait de l’utiliser comme un outil pour lutter contre d’autres pays, ou même contre les Déchus.

Vouloir garder Diablo, et son pouvoir, un secret était aussi en accord avec les plans d’Alicia.

— Je porte beaucoup de masques ces derniers temps, pensa-t-elle.

Devant ses parents, elle avait joué le rôle de la fille diligente et obéissante. Pour Diablo et les autres, elle avait agi comme une humaniste, prétendant que son rôle dans la vie était d’aider les autres. Cependant, le but réel d’Alicia était l’anéantissement de toutes les races en ressuscitant le Seigneur Démon. C’est pourquoi elle avait protégé Diablo. À partir de maintenant, il semblait s’allier davantage avec les autres races — mais un jour, il pourrait se réveiller comme un véritable Seigneur Démon. Non seulement cela, mais Alicia avait senti des traces du Seigneur Démon à l’intérieur de Rem. Serait-elle la clé de la résurrection ?

Pour l’instant, elle devait détourner l’attention du roi de cette affaire.

« Votre Majesté, il existe un Aventurier du nom de Diablo, mais je ne crois pas qu’il faille s’inquiéter de lui, » déclara Alicia.

« Alors qu’en est-il de ces murmures que j’ai entendus sur lui qui disait qu’il avait vaincu une armée de cent Déchus ? » demanda le roi.

« Je crois qu’il s’agit simplement du résultat des exagérations d’un grand nombre d’Aventuriers de Faltra. Après tout, on dit de Diablo qu’il n’est qu’un “Sorcier Élémentaliste”, » déclara Alicia.

Chaque fois que quelqu’un mentionnait un « Sorcier » dans le Royaume de Lyferia, on pensait aux « Invocateurs ». « Les Sorciers Élémentaliste » étaient si faible qu’ils ne valaient même pas la peine d’en parler. Delouche l’avait parfaitement compris.

« Donc, ce n’était qu’une rumeur, » déclara Delouche.

« Cette ville est remplie de Demis. Les rumeurs qui s’y répandent ne peuvent pas être considérées comme la vérité, » déclara Alicia.

« C’est ce que je vois, » répondit Delouche.

Il y avait un profond ressentiment contre les Demis dans la capitale royale. Delouche était une personne de la noblesse, et bien qu’il se soit efforcé d’être aussi juste que possible, il ne pouvait pas se détacher complètement des opinions de ceux qui l’entouraient. Si Alicia disait que les rumeurs d’un Sorcier Élémentaliste incroyablement puissant étaient le résultat de Demis, il n’y avait aucune chance que le roi le croie.

Cela devrait terminer notre audience avec lui en lui faisant penser que tout va bien à Faltra... — Ou du moins, c’est ce que pensait Alicia.

Cependant, Delouche était plus opiniâtre qu’elle ne s’y attendait.

« Maintenant, Vinashin, vous voyez..., » déclara Delouche.

Lorsqu’il évoqua soudain le nom du Sage Royale, Alicia avait fait un bruit de désapprobation silencieuse dans son esprit. Elle s’était assurée de ne pas le laisser apparaître sur son visage.

« Était-ce l’une des prophéties du Seigneur Vinashin ? » demanda Alicia.

« En effet. Il y a trois jours, il prévoyait qu’il y avait des “présages de la résurrection du Seigneur Démon dans la ville à l’Ouest”. Je ne peux qu’imaginer que cela signifie la ville de Faltra, » déclara le roi.

« Je vois. Il est plus précis qu’il n’ait jamais été..., » déclara Alicia.

Il avait fallu un effort énorme de la part d’Alicia pour cacher sa joie écrasante. Elle devait faire attention à ne pas montrer ce qu’elle ressentait vraiment.

Un Sage était quelqu’un qui était capable d’explorer l’avenir, et était un atout inestimable pour le pays — les prophéties de ce Sage particulier au service du roi étaient remarquablement précises.

Et il avait prédit la seconde venue du Seigneur-Démon ! Alicia n’aurait pas pu être plus heureuse face à ces nouvelles. Mais à cause de cette prophétie, la chance que quelqu’un interfère avec la résurrection avait monté en flèche. Cela avait toujours été le cas — les militaires ou d’autres aventuriers perturberaient certainement le rituel des Déchus, jusqu’à ce que le Seigneur-Démon puisse être ressuscité...

« Bien sûr, je crois que Faltra est bien préparé pour un tel événement. Le héros Galford est là, ainsi que les dix mille soldats d’élite que j’ai envoyés dans la ville. Plus importants encore, ils sont protégés par une barrière à grande échelle. Même si le Seigneur Démon devait ressusciter, ils devraient pouvoir attendre que les principales forces de la Capitale Royale arrivent..., » Delouche parlait comme si quelque chose le troublait.

« Oui, je crois que leurs préparatifs sont parfaits. À tel point que si nous devions diviser nos forces militaires avec l’Ouest, la défense de la capitale royale et de nos autres territoires deviendrait une situation précaire... La Terre Sainte de Vylaar se trouve après tout à l’Est, » déclara l’un des nobles à côté de lui.

Les fonctionnaires du roi à proximité avaient également exprimé leurs opinions.

Un général avait affirmé que s’il y avait des signes du Seigneur Démon ressuscité, les forces de la capitale royale devraient être envoyées dès maintenant.

Le ministre responsable du Trésor national avait riposté par une réfutation, affirmant que la mobilisation d’une grande armée nécessiterait un budget tout aussi important. Les fonds étaient limités de sorte que s’ils gaspillaient les réserves de la trésorerie du royaume sans raison, cela poserait des problèmes. Si après ça il y avait un moment où ils avaient un besoin urgent d’argent, ils seraient confrontés à un déficit. S’ils déclaraient l’état d’urgence et imposaient de lourdes taxes aux citoyens, cela les ruinerait encore davantage sur le plan financier. En outre, le peuple était le fondement d’un pays ; il n’y avait jamais eu de nations qui avaient perdu alors que leurs citoyens étaient riches. Quand le peuple était devenu indigent, c’était un signal qui déclarait que la fin du pays était proche.

Delouche n’était pas idiot. Il ne voulait pas rallier ses armées en se basant uniquement sur la suspicion, mais il semblait vouloir prendre une certaine sorte d’action préventive.

« Votre Majesté ! » Alicia s’était avancée. « Dans ce cas, permettez-moi de retourner à Faltra une fois de plus. En raison de la confrontation avec le Royaume de Greenwood, je suis retournée à la capitale royale pour remettre mon rapport le plus rapidement possible — mais s’il y a des signes de la résurrection du Seigneur Démon, je les trouverai et y mettrai un terme ! »

Sa voix débordait d’un sens de la justice et du devoir envers son pays.

« Hrm... » Delouche acquiesça solennellement. « Bien que je pensais vous permettre de vous reposer après vous avoir envoyé dans une mission si lointaine... »

« Je vous remercie humblement de votre intérêt, » déclara Alicia. « Cependant, tant que c’est pour le royaume, mon corps ne se fatiguera pas. S’il vous plaît, donnez-moi l’ordre, Votre Majesté. »

« Merveilleux, vraiment merveilleux ! » déclara le roi. « Je dois être l’un des rois les plus chanceux de l’histoire de notre pays pour avoir la chance d’avoir un chevalier tel que vous. Très bien — alors je vous laisse faire. Retournez à Faltra et éliminez toute trace quant à la résurrection du Seigneur Démon. »

« Avec certitude ! » Elle inclina profondément la tête.

Il y avait des choses auxquelles elle ne s’attendait pas, mais à la fin, tout s’était déroulé comme prévu. C’était difficile d’essayer de cacher l’exaltation qu’elle avait ressentie à l’intérieur.

Alicia leva la tête et ouvrit la bouche, prête à annoncer son intention de partir — .

Mais de derrière elle vint le bruit de pas lourds et pesants.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre et bonne continuation!

  2. Deux lapsus signalés :

    « Je crois qu’il est qu’un simple aventurier. N’était-ce pas dans le rapport de Sire Galford ? » demanda ''Aliica.''

    Il y avait un profond ressentiment pour Demis dans la capitale royale. Contre les Demis plutôt.

Laisser un commentaire