Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 12 – Interlude 2 – Partie 1

***

Interlude 2

Partie 1

Année 165 du calendrier lyférien, 24e jour du deuxième mois…

L’armée du royaume, forte de 110 000 soldats, avait affronté les forces de l’Empire de Gelmed. L’engagement avait eu lieu dans les plaines de Grutalia, situées à mi-chemin entre la capitale, Sept Murs, et la citadelle orientale de Kenstone.

Il était connu comme un ancien champ de bataille, où d’innombrables batailles avaient eu lieu il y a environ 300 ans. Des équipements rouillés et des squelettes jonchaient le sol. Les orbites vides de leurs crânes fissurés semblaient inviter les nouveaux arrivants à devenir leurs nouveaux compagnons. C’était un endroit sinistre, assez pour rendre silencieux même le plus expérimenté des guerriers.

Si Diablo était là, son impression de l’endroit aurait été différente. « Ce champ de bataille a été présenté dans le Croisement de la Rêverie. C’était pour un événement de classement à durée limitée… Il était destiné à des groupes entiers, donc c’était plutôt difficile pour un joueur solo… Je l’ai quand même réussi. »

Ceux qui avaient commencé le combat étaient l’armée de Lyferia.

« Feu ! »

Sur l’ordre du commandant, leurs grandes invocations rugirent. La version améliorée des invocations « Salamandre », les « Salamandres Gore », ainsi que les « Hydres Rouges » et les « Yeux du Diable » étaient tous présents — tous de niveau supérieur à 60 et optimisé pour les bombardements à forte puissance de feu.

Ils avaient tiré une volée capable de réduire en poussière même l’infanterie en armure. Cependant, les soldats de l’Empire de Gelmed avaient simplement levé leurs grands boucliers, avançant à travers les flammes. Les mages de Lyferia étaient abasourdis.

« I-Impossible ! »

« Chargez ! »

L’armée de l’Empire de Gelmed s’était précipitée vers eux.

« Ooooooh ! »

« Ne les laissez pas vous repousser ! »

Les commandants de Lyferia aboyaient des ordres à leurs soldats, mais la différence dans leur équipement était trop grande. Les soldats de l’Empire utilisaient des armes magiques, après tout. Ils avaient des lances qui pouvaient déchirer les ennemis d’un simple frôlement, et des boucliers capables de rendre les attaques inutiles. Les soldats de Lyferia disposaient d’équipements uniques, mais ils étaient tous précieux et rares. Seule une poignée de soldats en possédait.

Les mauvaises nouvelles affluaient au quartier général militaire de Lyferia.

« Votre Majesté ! Nos forces sont en déroute ! »

« Ce n’est pas possible… »

Comment avaient-ils pu être submergés à ce point ? Le roi de Lyferia, Delouche Xandros, avait senti son champ de vision se contorsionner doucement. S’il n’était pas assis sur une chaise à ce moment-là, il se serait écroulé sur ses pieds.

« Argh… Quelqu’un ! N’importe qui ! Repoussez-les ! Prenez la tête d’un des commandants de l’ennemi et renversez cette bataille… N’avons-nous pas ce genre de héros de notre côté !? »

Delouche regarda ses officiers d’état-major, mais ils baissèrent tous les yeux, refusant de croiser son regard.

« Argh… »

« Pourquoi ? Répondez-moi ! » Il avait coincé l’un des officiers. « Notre royaume de Lyferia a combattu le Seigneur-Démon tant de fois ! L’Empire est peut-être puissant, mais il n’est pas plus fort que les Déchus ! »

« … Si je peux humblement parler, Votre Majesté… Les Déchus sont limités en nombre. Ils ne sont pas non plus organisés en formations. Comparée à nous, l’armée de l’Empire est bien mieux organisée. »

« Vous traitez nos soldats de foule désordonnée ? »

« Un… un héros pourrait être capable de…, » balbutie-t-il, quand Delouche sursauta.

« C’est vrai ! Alan, le héros ! Et les Chevaliers du Palais ? Où est Noah ? »

« Le duc Gibun est déjà parti au front avec l’ordre des chevaliers du palais. »

« Quoi… ? »

« L’ennemi possède des Magimatic Sol, et les armes normales ne peuvent leur faire aucun dégât. Sans guerriers dotés d’un équipement capable de pénétrer leurs barrières, les combattre revient à envoyer nos hommes se faire tuer. En gardant cela à l’esprit, le duc Gibun a dit que les Chevaliers du Palais devraient porter le premier coup. »

« … Il a mentionné quelque chose comme ça… »

« L’opération s’est déroulée comme vous l’aviez ordonné, Votre Majesté. »

Les officiers d’état-major se regardèrent, incapables de dire quoi que ce soit. À quoi sert ce long conseil de guerre ? Il ne faisait qu’élever la voix, mais il n’avait aucune idée de la stratégie qu’ils employaient — Delouche était bien conscient que son statut de roi était tout à fait nominal. C’était bien en temps de paix, mais en temps de guerre, il n’était pas fiable.

« Donc vous dites… C’est notre situation après avoir envoyé nos cartes maîtresses ? » Delouche baissa la tête. « Le royaume de Lyferia est-il vraiment si faible ? »

Ils avaient plus de deux fois le nombre de l’ennemi, mais ils étaient toujours submergés. Les officiers d’état-major avaient échangé des regards. Ce n’était pas le moment de se complaire dans les regrets. Les lignes de front s’étaient effondrées, et ils n’avaient aucun moyen de changer la situation. Leur seule option restante était de battre en retraite.

S’ils ne fuyaient pas à temps, leur quartier général pourrait être attaqué par l’ennemi. L’affreuse idée que les soldats de l’Empire puissent les attaquer leur donnait des frissons… Pourtant, les bruits de combat étaient encore lointains.

« … Que va-t-il se passer ? » demanda un des officiers d’état-major.

« Je suis sûr que les soldats de l’Empire commencent à être fatigués maintenant, » dit un autre en souriant amèrement. « Nous avons plus de deux fois leur nombre de soldats. »

« Donc les soldats du royaume s’accrochent. Bien ! Si nous profitons de notre nombre et les encerclons, nous pouvons encore renverser la situation. »

« Réorganisez nos forces immédiatement ! »

Mais alors que les officiers d’état-major parlaient de manière animée, un cri leur avait déchiré les oreilles, ainsi qu’un son métallique lourd et peu familier.

« Qu’est-ce qui se passe !? » s’écria Delouche.

L’instant suivant… l’infanterie lourde entourant le quartier général avait été projeté en l’air comme des feuilles sèches.

« Gaaah !? »

Une armure métallique massive était apparue au-delà de la foule de soldats. Son extérieur était d’une couleur lisse et jaunâtre, et elle portait des épées dans des directions opposées.

« Ahahaha ! » La voix aiguë d’un enfant résonnait autour d’eux. « J’ai ~ trouvé ~ le roi ~ ! »

Le pilote de ce Magimatic Sol était Toaha — la fille Lamia que l’on disait être l’atout de l’unité. Les chevaliers entouraient Delouche.

« Ne vous approchez pas de Sa Majesté ! » dit l’un d’eux en brandissant une lance.

Le Magimatic Sol jaune avait croisé ses lames dans ses deux mains.

« C’est fini ~ ! Tu ne peux pas arrêter mon Elrenoss avec ces trucs. C’est échec et mat ~ ♪. »

Elle avait balancé ses lames massives, et le sang des chevaliers avait jailli dans l’air.

« Comment oses-tu me traiter avec une telle insolence !? » lui hurla Delouche. « Je suis le roi de Lyferia ! Le souverain des Races ! »

« Euh, bien sûr ? »

Toaha s’imaginait lui planter une lame dans la tête sans la moindre hésitation. Les minuscules terminaux, enroulés partout et dans son corps, atteignant jusqu’à son cerveau, transmettaient ces pensées à son unité plus vite que ne voyageaient ses impulsions nerveuses. L’armure magimatique avait instantanément, fidèlement et précisément exécuté les ordres de son pilote. Les deux lames s’abaissèrent vers les épaules de Delouche…

Et s’était écrasé sur la terre.

En un seul instant… La couronne de Lyferia s’était effondrée sur le sol et s’était transformée en une flaque d’eau rouge.

Delouche Xandros n’était plus qu’un amas de sang. Juste du sang et de la chair.

Le Magimatic Sol jaunâtre, Elrenoss, avait essuyé ses lames.

« Aaaaaand, c’est fait. ♪ »

« Uuu… Aaah... »

Les officiers d’état-major, qui ne pouvaient que regarder depuis la ligne de touche, avaient été éclaboussés par le sang de leur roi. Leurs regards étaient fixés sur Toaha.

« Bon, alors qu’est-ce que j’étais censée faire à part tuer le roi ? Hmm… Aira, tu m’entends ? J’en ai fini ici, alors quelle est la suite ? »

Ils pouvaient entendre une voix, étouffée et crépitante. Elle parlait à quelqu’un. Ils pouvaient clairement entendre les réponses de Toaha, cependant.

« Quoi, Saya est en danger !? Qu’est-ce qu’elle pense ? Bien, je vais y retourner ! »

Elle semblait ignorer les officiers d’état-major qui l’entouraient. Le Magimatic Sol avait tourné le dos et avait commencé à partir. Des officiers brûlant du désir de venger leur roi s’étaient mis en travers de son chemin, mais…

« Va te faire voir ! »

« Hors de mon chemin ! »

Elle les avait facilement battus. En regardant le Magimatic Sol partir, un des officiers d’état-major était tombé à genoux. Son épée lui avait glissé des doigts et était tombée sur le sol.

« C’est fini… Le royaume de Lyferia… est fini… »

Le roi avait été réduit en miettes. Les Magimatic Sols avaient défilé avec désinvolture, même si l’infanterie lourde la plus compétente du royaume leur barrait la route.

« Uuu… Aaaah... » L’officier d’état-major pleurait ouvertement. « C’est encore plus unilatéral que lorsque nous avons combattu le Seigneur-Démon… »

Sans un roi à protéger, l’armée lyférienne était en déroute. L’armée de l’Empire de Gelmed avait lancé une poursuite, et le champ de bataille était devenu une zone d’écho de cris d’agonie.

Mais un groupe battait en retraite plutôt calmement. Un grand chariot à dragon — un chariot remorqué par un dragon de terre — avançait plus vite qu’un messager à cheval, malgré sa taille. Assis à la place du conducteur et tenant les rênes, un homme de grande taille avec des lunettes à monture noire, les cheveux séparés sur le côté. Ses traits étaient intellectuels, mais son corps était une grosse masse de muscles.

C’était Maximum Abrams, le capitaine de l’Ordre des Chevaliers du Palais.

« Sire Noah, il semble que le roi soit mort au combat. »

Assis à côté de lui se trouvait une belle personne d’apparence androgyne — le Duc Noah Gibun, qui était également un général de haut rang.

« Il semblerait… Si l’on ajoute à cela la médiocrité de la situation, cela doit être la raison pour laquelle le moral des soldats est si faible. »

La nouvelle de la mort du roi s’était probablement répandue dans l’armée. Un garçon avait passé la tête par la fenêtre menant au compartiment de la voiture. C’était un Nain aux cheveux dorés et hérissés, et le héros Alan de cette génération.

« Es-tu sûr que c’était bien ? N’est-ce pas notre travail de protéger le roi ? J’aurais pu continuer à me battre, tu sais. »

Une femme aux cheveux bruns avait alors pointé son visage à côté de lui. Elle avait une marque s’étendant de son front jusqu’à sa joue. C’était une fille Démon, et elle portait un fusil magique sur son épaule.

« Sire Noah ne fait pas d’erreur, imbécile. Ce n’est pas comme si son nom était Alan ou autre ! »

Quelqu’un était assis derrière elle dans le wagon, les bras croisés. Un homme Elfe, vêtu d’un trench-coat rouge avec une épée longue noire qui pendait à sa taille : Thanatos l’Immortel.

« … Et pourtant, nous avons besoin d’une explication. Le capitaine s’en contentera peut-être, mais je ne suis pas vraiment d’accord pour m’enfuir alors que je n’ai même pas été vaincu. »

Assise en face de lui, il y avait une enfant — ou plutôt, une fille Marcheuses des Herbes qui y ressemblait.

« Ohoh ? » dit-elle en balançant ses pieds dans un geste d’ennui. « Alors notre bon ami Thanatos désobéira aux ordres de Sire Noah à moins qu’il n’obtienne une explication, hein ? C’est ça, l’esprit rebelle. Trop cool ~ »

« Tch… Je n’ai rien dit de tel. »

« Alors tu n’as pas besoin de raison maintenant, n’est-ce pas ? »

« Cela changerait ma ligne d’introduction, ne le vois-tu pas !? Si je ne connais pas ma position ou mon objectif, cela pourrait créer des divergences par la suite. Cela m’obligerait à opter pour quelque chose de plus générique et de plus vague. Penses-tu qu’une ligne d’introduction générique ferait briller mon âme ? »

« Désolé, mon pote, mon âme est incombustible, donc je ne suis pas vraiment… »

« Exact ! » Alan s’exclama en serrant le poing. « Tu as compris, Thanatos ! Si on ne sait pas ce qui se passe, on n’arrive pas à se mettre dans l’ambiance, tu sais !? »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. merci pour le chapitre

  2. amateur_d_aeroplanes

    Le roi est mort, vive le roi. Il y a justement un Seigneur Démon ayant déjà une couronne dans votre capitalisme de disponible 😈

Laisser un commentaire