Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 3 – Chapitre 5 – Partie 5

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 5 : Lignées de sang des princesses sacrées

Partie 5

Il y a quelques jours, Tachibana Hatsune avait assisté à une conférence donnée par une personne qu’elle avait rencontrée pour la première fois, la critiquant pour son manque de savoir-faire dans le choix des boissons alcoolisées.

Le problème, c’est que Hatsune était encore mineure. Elle n’avait pas la moindre idée de comment juger de la qualité de l’alcool. Elle ne savait pas non plus ce que pensaient les buveurs. C’est pourquoi elle avait décidé d’utiliser la solution la plus simple d’« externalisation ».

L’une après l’autre, Hatsune avait téléphoné à ses parents Tachibana qui vivaient dans la région de Suruga.

« Allô, mon oncle ? Veuillez envoyer tout le “bon vin” que vous avez à la maison au fort tutélaire de Fuji. La princesse en a besoin. Ne pensez même pas à retenir les bonnes choses, sinon je vous dénoncerais à la princesse et lui dirais de vous condamner ! »

En conséquence, Hatsune avait reçu son alcool le lendemain.

Le clan Tachibana ne manquait pas de ruffians et contenait des buveurs cordiaux dont la tolérance à l’alcool correspondait à sa force martiale et à sa valeur. L’alcool fin que ces hommes chérissaient était transporté au fort tutélaire de Fuji par des véhicules de transport militaires pour Hatsune.

Au total, il y avait au moins dix grandes caisses.

Il s’agissait notamment de bières locales à production limitée, de saké de toutes les variétés, du standard au rare, de whisky importé qui serait rare partout dans le monde, de trente sortes de « Grand Vin » arrachées à la cave d’un riche ménage et d’une collection extrêmement rare de shouchuu. Tout était de la plus haute qualité, convoité par les buveurs avertis.

Auparavant, Rindou-sensei avait décliné les invitations répétées de Shiori à venir à Suruga, citant « trop de soucis » comme raison.

C’était précisément à cause d’une telle personnalité que Rindou-sensei s’était installée directement dans la caserne du fort tutélaire de Fuji et « n’avait pas pris la peine de partir » après avoir vu tant d’alcool fin, passant ses journées enfermées dans la caserne, savourant l’alcool seule.

Après cela, le jour de l’attaque de Hakone arriva.

Aux côtés de sa protégée, Rindou-sensei avait accordé plus d’attention à Shiori que d’habitude.

Rindou-sensei les avait aussi accompagnés à Ogawarajou. En cours de route, elle buvait dans un flacon en acier inoxydable contenant un saké fantôme de disponibilité limitée appelé « Godslayer » !

La mentore légèrement éméchée était restée dans le château. Elle devait simplement voir la princesse partir de là.

Cependant, elle était apparue inopinément au deuxième fort tutélaire, la Porte de Suzaku, pour intervenir entre Eleanor et Shiori.

« Rindou-sensei…, » Shiori poussa un soupir de soulagement et cria le nom de son mentor.

Cette jeune fille, qui semblait appartenir à l’école primaire, avec un kimono bleu et les cheveux bleus, était sans doute Rindou-sensei. Quant à son arrivée imprévue, Shiori n’avait pas été surprise.

Rindou-sensei était capable de se téléporter comme les renards ou les esprits si elle le voulait.

Les pouvoirs insaisissables étaient d’une grande puissance et d’une grande polyvalence et c’était précisément les caractéristiques de Rindou-sensei.

« Hmph. » Rindou-sensei jeta un coup d’œil à Hatsune immobilisée et dit : « Le charme noétique qui capture les Chevaliers afin de les transformer en serviteurs — vous utilisez une technique assez intéressante. Néanmoins, c’est inutile contre la princesse et moi, puisque nous ne sommes pas des chevaliers, après tout. »

« Vous l’avez découvert d’un coup d’œil… Vos yeux sont des yeux de sagesse vraiment perspicaces, » Eleanor avait souri, puis avait agi rapidement et habilement.

Elle avait levé la main droite et avait soudainement tiré, manifestement très habituée à manipuler des armes à feu. La balle mortelle avait atteint le jeune visage de Rindou-sensei.

Mais elle avait été déviée avant de pouvoir frapper.

« Une barrière noétique…, » cette fois, c’était au tour d’Eleanor d’avoir de la surprise qui avait remplacé sa joie sur son visage.

Le petit corps de Rindou-sensei était d’un blanc éclatant, et la lumière avait dévié la balle. De plus, un serpent était enroulé autour du kimono bleu de Sensei.

Le serpent blanc argenté scintilla alors qu’il était au sommet de Sensei.

Le serpent faisait deux mètres de long avec des yeux aiguisés de la couleur des rubis.

« Un petit serpent qui active une barrière noétique… Cet animal de compagnie ne serait pas un ifrit, par hasard ? D’après ce que je vois, vous êtes comme un esprit, n’est-ce pas ? » demanda Eleanor.

« Hmph, arrêtez de perdre votre temps sur des sujets aussi stupides, » déclara Rindou-sensei.

Rindou-sensei fit apparaître un éventail dans sa main comme si elle exécutait un tour de magie. Ouvrant l’éventail fermé, Rindou avait souri et déclara haut et fort : « Bien que je sois une personne très paresseuse, il se trouve que je m’applique à dire aux autres de suivre mes ordres. Ô fille de lions, laissez ma servante vous punir par procuration, allez-y ! »

« Bon sang, vous êtes une telle esclavagiste, Sensei ! » Immobilisée pendant tout ce temps, Hatsune était soudainement entrée en action.

Tout à l’heure, à l’instant où Sensei avait ouvert son éventail avec force, les noesis qui liaient la Chevalière novice avaient disparu comme une bouffée de fumée. C’était dû aux pouvoirs magiques de Rindou-sensei.

Hatsune, d’un grand coup de bras, lança quelque chose sur Eleanor.

« Mais au moins, ça valait le coup pour moi de vous offrir autant d’alcool comme cadeau ! » déclara Hatsune.

« Guh ! » cria Eleanor.

Eleanor sauta en réfléchissant pour esquiver l’objet bleu que Hatsune avait jeté.

C’était un parchemin bleu. Pour se hâter, Hatsune avait lancé la manifestation physique de l’Appellation de Kurou Hougan Yoshitsune, le rouleau bleu, sur Eleanor.

La dernière fois, Hatsune avait utilisé la même attaque pour distraire la sorcière Eleanor quand elle était arrivée à Suruga.

Contrairement à la dernière fois, Hatsune avait encore d’autres mesures disponibles.

« Kurou ! » cria Hatsune.

Un soldat géant ailé qui se tenait derrière eux avait également bougé. L’un des deux Kurou Hougans, avec son corps gigantesque, de près de huit mètres de haut, soulevait son fusil à baïonnette à la vitesse de l’éclair comme un tengu.

La bouche du canon avait instantanément libéré un rayon, tirant dix coups de feu en un instant.

« Père, accordez-moi le pouvoir de vos bénédictions ! » Au moment où le Kurou Hougan ouvrit le feu, Eleanor se transforma en aigle noir.

La belle jeune fille se transforma rapidement en oiseau de proie. Elle avait aussi utilisé cette compétence de transformation à Suruga.

Eleanor avait alors volé dans les airs, esquivant les dix éclairs de lumière consécutifs. Immédiatement, dix piliers d’eau avaient jailli violemment dans le sanctuaire aquatique avec de grandes éclaboussures.

Les dix éclairs de lumière avaient tiré sur la surface de l’eau du liquide ectoplasmique artificiel.

Transformée en aigle, Eleanor battit des ailes et s’envola, s’échappant du temple de l’eau par l’ouverture du plafond puis dans le tunnel souterrain où Shiori et son entourage avaient l’habitude d’entrer.

Seules des Japonaises, complètement trempées, étaient restées sur les lieux.

« Cette fille réagit si vite, comme la dernière fois, » déclara Hatsune.

Hatsune semblait déçue. Les réflexes de l’autre partie étaient comme ceux d’une bête. En tant que princesses ayant hérité du sang des Bêtes Sacrées, les réflexes et les capacités athlétiques d’Eleanor étaient de loin supérieurs à ceux de Shiori.

« Grâce à son évasion rapide, nous sommes sauvées, » déclara Rindou-sensei.

Rindou-sensei sortit sa langue, essayant d’obtenir la dernière goutte d’alcool de son flacon à l’envers.

« Pour être honnête, ma magie est sur le point de s’épuiser, » déclara Rindou-sensei.

« Pourquoi, Sensei ? » demanda la princesse.

« Sans alcool, je n’ai ni humeur ni magie. Quand je ne me sentirai plus pompette, cette chose disparaîtra aussi, » répondit Rindou-sensei.

« … En gros, c’est comme le poing ivre ? » demanda Hatsune, perplexe.

Le serpent blanc argenté, enroulé autour de Rindou-sensei jusqu’à présent — la manifestation miniature de l’ifrit Fukuryuu — avait disparu spontanément.

Maintenant qu’il n’y avait plus personne pour la déranger, Shiori avait concentré son esprit pour améliorer ses sens.

Après s’être concentrée pendant une soixantaine de secondes, elle avait remarqué des signes que la plaque de base de la divinité était cachée dans un certain pilier. Ensuite, elle allait essayer la cérémonie enchantée que Sensei lui avait apprise.

« L’or ne craint pas les épreuves de la flamme. Les héros n’ont pas peur des épreuves de la misère. Abandonnez toute espérance, vous qui entrez par cette porte, » déclara Shiori.

Shiori avait récité le mantra en tant que princesse impériale.

 

☆☆☆

 

Aujourd’hui, le ciel de Hakone était gris et sombre.

Par temps clair, il était possible de voir le mont Fuji au nord-ouest, à trente kilomètres de là. Actuellement, de sombres nuages enveloppaient le ciel, avec des bruits de tonnerre grondant.

C’était des signes avant-coureurs d’un cataclysme sur le point de secouer les cieux et le monde.

Le phénix à trois yeux en l’air au-dessus de la porte de Suzaku.

Le globe oculaire sur la tête du phénix était la preuve du contrôle de Morgane la Fée. Cependant, le troisième œil s’était soudain évanoui, remplacé par un caractère « ", qui avait des significations d’« empereur » ou d’« impérial ».

Le second ifrit de Hakone était tombé sous le contrôle de la famille impériale japonaise.

« Par la présente, je vous ordonne, Suzaku, parente subordonnée de la Bête Sacrée, le Seigneur Tenryuu. Prenez ce que moi, Shiori Fujinomiya, je dis en tant que décret de mon grand-père, le Seigneur Tenryuu, et jurez-moi de votre allégeance absolue, » déclara Shiori.

Transmettant des ondes noétiques depuis le sanctuaire souterrain de l’eau, Shiori commanda Suzaku.

Son corps et ses jambes avaient perdu leur force. Elle était sur le point de s’effondrer et de s’évanouir sur le sol à tout moment.

C’était probablement le prix à payer pour invoquer le rituel enchanté du maître-serviteur en empruntant le puissant nom de son grand-père, le Seigneur Tenryuu. La vitalité qu’elle avait perdue équivaut peut-être à une année de vie.

… En fait, c’était une bonne chose.

Depuis la descente des Bêtes Sacrées sur le monde, des transactions similaires avaient eu lieu dans le monde entier.

À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, le monde avait connu d’importants changements. Les femmes mariées à des Bêtes Sacrées, ou leurs enfants qui avaient hérité des lignées de sang de Bête Sacrée, consommeraient leur vie en échange de l’obtention des pouvoirs mystiques pour leur pays.

Exemples : Légionnaires, fluide ectoplasmique artificiel, ifrits, bêtes de rétention, contrôle noétique, sanctuaires de l’eau, réacteurs à fluide…

Actuellement, la princesse Shiori avait pris le contrôle du phénix géant qui protégeait Hakone.

Elle ordonna : « Ô Suzaku, libérez toutes vos noesis et endormez-vous. Je vous accorde la permission spéciale d’abandonner votre mission de protéger Hakone pour l’instant. »

Dans le ciel au-dessus de la Porte de Suzaku, le phénix doré hurla.

En même temps, son corps gigantesque, d’une envergure de soixante-dix mètres, dégageait une aura dorée.

Cette lumière était de l’énergie noétique, qui était à l’origine incolore et intangible. Une noesis excessivement puissante montrerait une couleur visible à l’œil nu.

Les noesis d’or s’étaient précipitées dans le ciel qui était rempli de nuages sombres, s’étendant comme une manifestation d’aurore boréale.

Les ondes noétiques présentées dans le ciel s’étaient dispersées et avaient disparu comme de la fumée. Le phénix autrefois doré avait lui aussi changé de couleur, devenant un rouge vif et ardent.

Le vermillon était précisément l’apparence légitime de l’ifrit Suzaku.

Ce changement avait déclenché une réaction en chaîne. Shiori parla solennellement. « L’atout qui défend Hakone, les Quatre Dieux, était né de la fusion de l’énergie noétique de Seiryuu, Suzaku, Byakko, et Genbu. Maintenant que l’énergie noétique d’une des divinités, celle de Suzaku, est revenue aux cieux, les Quatre Dieux ne peuvent plus être soutenus… Hakone a enfin perdu tous ses murs. »

Ces paroles constituaient un oracle délivré par la Saiguu, l’oracle suprême de la nation japonaise.

Au premier fort tutélaire à l’est, le dragon doré à trois yeux était redevenu le Seiryuu original.

Au troisième fort tutélaire à l’ouest, le tigre géant à trois yeux à la fourrure dorée était redevenu Byakko.

Au quatrième fort tutélaire au nord, la tortue dorée à trois yeux avec un serpent comme queue était redevenue un Genbu noir.

L’énergie noétique de l’union quatre-en un s’était effondré.

Bien sûr, les Britanniques ne pouvaient plus utiliser des barrières noétiques ultras durables ou des décrets météorologiques. L’Union des Quatre Dieux s’était désengagée de force, rendant même impossible de garder les ifrits manifestés.

Les quatre ifrits avaient disparu soudainement.

Le Point de Contrôle d’Hakone avait instantanément perdu les murs de son château.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre 🙂 attention à l'abus d'alcool 😇

Laisser un commentaire