Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 3 – Chapitre 3

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 3 : Seigneurs de guerre agités

***

Chapitre 3 : Seigneurs de guerre agités

Partie 1

Lorsque Shiori avait nommé pour la première fois Tachibana Hatsune comme sa dame d’honneur, c’était la première chose qu’elle a dite à Hatsune.

« L’Impératrice et son entourage m’en veulent beaucoup. »

« Eh !? » Hatsune avait été très surprise, apparemment inconsciente de telles choses.

À l’époque, Shiori était encore dans la Capitale Impériale de Tokyo. Cette conversation avait eu lieu en septembre.

« Votre Altesse, vous êtes si jolie, intelligente et étonnante..., » déclara Hatsune.

Pourquoi une telle dame serait-elle la cible de ressentiments ?

Shiori n’avait rien caché et avait dit en toute franchise à cette nouvelle dame d’honneur curieuse. « Les qualités que vous avez mentionnées sont précisément les raisons pour lesquelles je suis détestée. Aussi belle et intelligente que je sois, si je restais aux côtés de Sa Majesté, la comparaison se refléterait mal sur elle. »

« ... »

« Oh non ! Ne prenez pas ça pour de la vantardise, ce que je décris n’était que l’état d’esprit de l’autre côté ! » déclara Shiori.

« Ne vous inquiétez pas, j’aime bien quelqu’un qui peut s’appeler effrontément “belle et intelligente”, » déclara Hatsune.

Mis à part sa noble lignée, l’impératrice actuelle était une fille « ordinaire ».

Par conséquent, ce conflit s’était créé. Et les conflits entre les femmes avaient tendance à être insidieux, à rester hors de la vue de tous. Malheureusement, la situation entre Shiori et l’Impératrice ne faisait pas exception.

Finalement, Shiori, qui avait déménagé dans la ville de Suruga, avait été longtemps abandonnée et négligée par ceux du palais impérial.

Cependant, le palais impérial de Tokyo avait finalement envoyé un messager.

Ils étaient enfin prêts à faire preuve de charité et à tendre une main secourable pour sauver la pauvre princesse de la guerre Tōkaidō — .

 

☆☆☆

 

Le 13 novembre, c’était un jeudi.

Le messager avait fait une visite spéciale au Lycée de Rinzai. Shiori avait choisi d’« avoir un public » sur le campus, en utilisant le bureau du directeur prêté par l’école.

Derrière le bureau quelque peu chic, Shiori avait rencontré l’officier de la Garde impériale.

« Merci d’avoir fait tout ce chemin pour moi, » déclara Shiori.

« Pas du tout, Votre Altesse. Je devais me hâter de venir vous sauver dès que l’incident s’est produit. Après avoir traîné pendant plus d’un mois, tous les membres de la Garde impériale ont honte. —, » déclara l’autre.

« Ne dites pas ça. S’il vous plaît, levez la tête, » déclara Shiori.

Le major de la Garde impériale, l’armée qui servait directement la famille impériale, s’était profondément excusé.

En tant qu’aide de camp du palais impérial, il connaissait Shiori. En septembre de cette année, ce soldat l’avait accompagnée à la garden-party organisée pour le généralissime César.

Shiori avait déclaré solennellement : « Le Point de Contrôle d’Hakone et divers secteurs de Tōkaidō sont toujours sous le contrôle de l’Alliance pour la Restauration. Vous n’êtes arrivé ici que grâce à l’émancipation de la Cité de Suruga. Je sais que la Garde impériale n’est pas en faute ici. »

Ces paroles sérieuses de compréhension étaient aussi de « fausses » platitudes.

Si l’officier d’état-major Yang, un soldat romain, avait réussi à briser le blocus, il n’y avait aucune raison pour que les soldats de la Garde impériale ne fassent pas de même.

Ils n’avaient pas la moindre intention sincère de sauver Shiori.

Pendant ce temps, l’aide de camp avait naturellement changé de sujet.

« En tout cas, je suis soulagé de vous trouver saine et sauve, Votre Altesse, » déclara l’aide de camp.

Le ton de l’aide de camp était rempli de sincérité.

Vraisemblablement, il ne parlait pas contre sa conscience. La Garde impériale n’avait tout simplement pas pris de mesures concrètes. Comme on s’y attendait d’un aide de camp, passant ses journées à s’occuper de ces dames d’honneur agaçantes au palais impérial, il s’était perfectionné dans le « service à la clientèle professionnel ».

Utilisant des mots agréables, le major avait habilement passé sous silence la négligence et l’incompétence de la Garde impériale.

D’une certaine façon, cela faisait aussi partie de son travail.

« Votre Altesse Shiori, Sa Majesté Teruhime et les autres membres de la famille impériale attendent votre retour avec impatience. Si vous souhaitez partir, je peux tout de suite m’arranger pour vous..., » commença-t-il.

Ce n’est que maintenant qu’un aide de camp était arrivé tardivement.

Au moins, il semblait sincère en ramenant Shiori, même si ce n’était pas un impératif « absolu ». Il avait ajouté un conditionnel à la fin, en fonction du désir de Shiori de revenir, ce qui signifiait que c’était bien de la laisser ici aussi, puisque la princesse avait après tout toujours la protection de la Maison Akigase...

Quelqu’un dans le cercle restreint de l’Impératrice avait dû donner l’ordre de « s’y prendre de cette façon ».

« Je suis vraiment ravie d’apprendre que tout le monde se soucie de moi, mais pardonnez-moi, car je dois refuser leurs bons vœux. En fait, j’ai récemment décidé de prendre un emploi, » déclara Shiori.

« Prendre... un emploi ? Voulez-vous dire prendre un travail ici à Suruga ? » demanda le soldat.

« Les détails seront annoncés lors de la cérémonie du week-end prochain. Pardonnez-moi de garder ça secret pour l’instant, » déclara Shiori.

Shiori avait légèrement souri et n’oublia pas d’étouffer d’autres questions dans l’œuf.

La cérémonie commémorative du transfert par Akigase Shouzan de la direction de la famille à sa fille bien-aimée était prévue pour le week-end. C’était déjà de notoriété publique.

« Mais Votre Altesse, qu’une princesse impériale “prenne un emploi” sans demander l’avis de l’Agence de la maison impériale, ce serait du jamais vu. J’estime humblement qu’il serait prudent que vous vous entreteniez d’abord avec le palais impérial, » déclara l’autre.

« Soyez à l’aise. J’ai déjà obtenu l’approbation de Rindou-sensei pour cette affaire, » déclara Shiori.

Shiori avait souri et évoqua un nom extraordinaire.

Le nom avait fonctionné comme par magie, réduisant instantanément au silence l’aide de camp. Observant cette conversation de dos, Masatsugu s’était tranquillement dit « oh..., » à lui-même.

Pour que quelqu’un exerce une telle influence sur un messager du palais impérial, Masatsugu était assez intrigué par cette personne appelée « Rindou-sensei ».

 

☆☆☆

 

« Cela ne vous dérange pas, Masatsugu-sama ? » demanda Shiori.

« Comment ça, Princesse ? » demanda Masatsugu en réponse.

« Aujourd’hui... Hatsune n’est pas avec nous, » déclara Shiori.

Une heure après la réunion, Masatsugu accompagnait la Princesse Shiori dans une promenade près du Lycée Rinzai.

En marchant légèrement en avant, Shiori semblait un peu bouder. Il y avait aussi une pointe de sarcasme dans ses paroles tout à l’heure.

« Elle est allée au fort tutélaire. Si vous avez besoin d’elle, dois-je l’appeler ? » demanda Masatsugu.

Ils marchaient le long d’un chemin rural à la périphérie de Cité de Suruga.

Heureusement, les communications sans fil pouvaient être utilisées normalement maintenant que la perturbation noétique était terminée.

Tout ce qu’il avait à faire était d’emprunter un téléphone quelque part et d’appeler le fort tutélaire de Suruga, et Hatsune se précipitait en voiture dans environ une demi-heure.

« M-Masatsugu, vous ne me comprenez pas ! » s’écria Shiori.

« Alors qu’est-ce que vous voulez dire ? » demanda Masatsugu.

« Masatsugu-sama, c’est très bien si vous voulez la rejoindre... si vous préférez sa compagnie... C’est tout simplement ce que je pense, » bégaie Shiori.

Tout à l’heure, elle avait géré un aide de camp avec une parfaite sérénité, mais son attitude donnait maintenant l’impression qu’elle était une personne complètement différente.

Cependant, cela aussi faisait partie de la nature de Shiori Fujinomiya en tant que personne. Elle n’était pas seulement une princesse intelligente avec des objectifs ambitieux, mais aussi une jeune fille timide et réservée.

Sa nature était si délicate qu’il était impossible pour un homme grossier comme Masatsugu Tachibana de comprendre.

Le fait que la princesse intelligente exprime son mécontentement d’une telle manière indiquait une situation d’urgence assez grave dans un certain sens.

« Princesse, » déclara Masatsugu.

Masatsugu regarda le beau visage de Shiori et il déclara avec légèreté. « Je ne suis qu’une personne qui vous sert — une personne au service de la princesse impériale. Le bien-être et la sécurité de Shiori Fujinomiya sont mes priorités absolues. À moins qu’il n’y ait une nécessité particulière, je devrais rester à vos côtés en vue de la prochaine bataille. »

« Rester à mes côtés, dites-vous ? » demanda Shiori.

Masatsugu acquiesça de la tête, évitant délibérément l’emploi des mots.

Il fixa Shiori intensément, faisant tourner la tête de la princesse boudeuse comme s’il avait touché une sorte d’accord émotionnel.

« Je vous demande simplement si vous étiez d’accord pour ne pas être avec Hatsune, » déclara Shiori.

« Vraiment ? » demanda Masatsugu.

« Oui, Masatsugu-sama, je comprends votre loyauté sans que vous ayez besoin de faire une déclaration aussi solennelle, » déclara Shiori.

Il y avait encore un élément boudeur dans la voix de Shiori, mais le ton sarcastique avait disparu.

Par quelques mots et des nuances subtiles, Masatsugu avait allégé un peu le mécontentement dans le cœur de sa dame. Il était peut-être temps de changer de sujet, pensa-t-il.

« Puis-je demander quel genre de personne est Rindou-sensei... celui que vous avez évoqué plus tôt, Princesse ? » demanda Masatsugu.

« Ah oui, je ne vous l’ai toujours pas dit, Masatsugu-sama, » répondit Shiori avec douceur. « Ayant servi la famille impériale pendant de nombreuses années, Rindou-sensei est un vétéran distingué avec des réalisations remarquables... Elle serait plutôt décrite comme l’un des plus anciens hommes d’État qui ont aidé la famille impériale actuelle à accéder au pouvoir. Elle a pris sa retraite il y a plus de dix ans et vit actuellement une vie idyllique près de la Cité de Suruga. »

« Je vois, » répondit Masatsugu.

Un soi-disant ancien homme d’État était quelqu’un qui avait rendu un grand service à la nation. Masatsugu avait enfin une compréhension préliminaire.

« Donc, même après sa retraite, elle conserve une certaine influence, hein..., » murmura Masatsugu.

« Oui, elle ne veille pas seulement sur les descendants de la Maison Fujinomiya, mais elle est aussi la mentore qui m’a enseigné le contrôle noétique, » déclara Shiori.

Les maîtres noétiques avaient appris les techniques de contrôle noétique dans des établissements d’enseignement spécialisés.

Cependant, il était hautement improbable que Shiori fréquente ce genre d’établissement en tant que princesse impériale. Elle avait son propre instructeur privé.

Cette Rindou-sensei était probablement une autorité en matière de contrôle noétique au palais impérial.

Le clan Tachibana et Rindou-sensei vivait tout à Suruga et dans les environs. Pas étonnant que la princesse Shiori ait choisi de prendre sa retraite ici.

« D’après ce que vous avez dit, Princesse... Cette Rindou-sensei doit être assez vieille ? » demanda Masatsugu.

La famille impériale actuelle avait vaincu la « cour sud » du Grand Empire du Japon vers la fin de la Seconde Guerre mondiale pour devenir les dirigeants du Japon. Ce serait il y a plus d’un demi-siècle. Logiquement parlant, un « vieil homme d’État » de l’époque serait assez vieux maintenant — .

« Oui, Sensei est au moins aussi vieux que Shouzan-sama, » répondit Shiori.

« Ce serait impoli de ma part de dire ça, mais je suis surpris qu’elle ait vécu si longtemps, » déclara Masatsugu.

« Fufufufufufu. Sensei recèle de nombreux secrets. Vous le saurez quand vous la rencontrerez dans le futur. Cependant —, » déclara Shiori.

Shiori avait souri de manière suggestive puis soupira.

« Sensei peut être assez excentrique et je n’ai aucune idée du moment où j’aurai l’occasion de la revoir. Disant qu’elle a assez travaillé et qu’elle est fatiguée des affaires du monde, elle est restée chez elle pendant un certain nombre d’années et a refusé de sortir. Je mentais tout à l’heure quand j’ai prétendu avoir reçu l’approbation de Sensei, » déclara Shiori.

« En d’autres termes, une vieille ermite, » déclara Masatsugu.

« Oui... Je suppose qu’on peut dire ça, » déclara Shiori.

La princesse était inexplicablement vague. Elle avait emmené Masatsugu quelque part de bien spécifique.

Il s’agissait d’un élégant bâtiment en bois dans une forêt de bambous, rappelant une auberge japonaise bien entretenue.

Son nom était le Manoir Ryouzan et c’était là que Masatsugu et Shiori avaient eu leur première conversation « cœur à cœur ».

Masatsugu avait remarqué une caisse de vingt bouteilles devant l’entrée avec du whisky domestique et plusieurs bouteilles de vin...

Ils avaient probablement été livrés d’un magasin d’alcool ou d’un supermarché.

« J’ai préparé de nombreuses offrandes successivement pour inviter Sensei, mais malheureusement, elle reste impassible, » déclara Shiori.

« Est-ce que ça fait aussi partie des offrandes ? » demanda Masatsugu.

Masatsugu agitait une bouteille qu’il tenait dans sa main.

Il contenait du junmai daiginjou, une sorte de saké de première qualité brassé à partir de riz pur. L’étiquette de la bouteille portait un logo vibrant avec les mots « Sélection Spéciale, Seigneur Nanryuu ».

À la demande de la princesse, Hatsune avait commandé cette célèbre marque de saké dans un magasin d’alcool voisin.

La bouteille était arrivée hier après la levée du blocus de Suruga. Le propriétaire du magasin d’alcool qui avait fait la livraison au dortoir avait même promis « Ce truc est si rare que c’est absolument un saké fantôme ! »

Le travail de Masatsugu aujourd’hui était de transporter cette bouteille de saké.

Il avait donc discuté avec sa dame, alors qu’il se rendait à pied au Manoir de Ryouzan.

« Et moi qui me disais : “La princesse est alcoolique, elle aussi”, » déclara Masatsugu.

« Je suis toujours mineur ! Je n’ai jamais bu d’alcool, sauf de l’amazake. J’ai spécialement commandé cette marque parce que c’est la préférée de Sensei ! » s’écria Shiori.

« Je vois, » déclara Masatsugu.

« Le problème, c’était que les “marques préférées” de Sensei couvrent plus d’une centaine de sorts. Je suis encore loin d’avoir terminé la collecte, » déclara Shiori en détresse.

Cette Rindou-sensei était manifestement une grande buveuse.

« Il est temps pour Sensei de retourner dans la société et de m’aider. J’ai vraiment besoin d’aide maintenant qu’un nouveau Ressuscité a rejoint la faction romaine à Tokyo, » déclara Shiori.

Il y a quelques jours, l’officier d’état-major Yang les avait informés d’un certain nom.

Il était le nouveau général de la garnison romaine de Kantō. Son nom suffisait à surprendre la princesse instruite, qui ne s’attendait pas à ce qu’un homme d’une telle grandeur retourne dans le royaume humain.

***

Partie 2

« Ne connaissez-vous pas mon nom ? »

« Non, Son Altesse de la Maison Fujinomiya m’a seulement demandé d’emmener l’officier de l’armée romaine pour faire une visite du palais impérial..., » Tachibana Genzou répondit honnêtement quand l’invité demanda cela avec curiosité.

Genzou était le père de Tachibana Hatsune et l’intendant de la résidence de la Maison Fujinomiya à Tokyo.

Il parlait à un beau jeune homme qui agissait avec un comportement doux. Le jeune homme était un Asiatique de l’Est aux cheveux longs. Ses yeux minces étaient affreusement calmes et rafraîchissants. En d’autres termes, son visage n’était pas du genre « idiot et brut ».

Ses traits bien proportionnés n’étaient pas seulement calmes, mais aussi beaux.

Comparé à ce genre de « beauté », un Tachibana Genzou avec une carrure massivement était comme un catcheur professionnel. Avec le visage d’un méchant couvert d’une barbe envahissant son visage, il ressemblait plus à un chef bandit qu’à un serviteur de princesse.

« Quoi qu’il en soit, je remplirai ma mission de guide, » avait promis Genzou, s’appuyant sur son talent pour prendre les choses en main.

En raison d’une perturbation noétique, il n’avait pas été en mesure de joindre la princesse à Suruga depuis plus d’un mois.

Apparemment, sa fille avait hérité de Kurou Hougan Yoshitsune pendant cette période et le pouvoir de Masatsugu Tachibana en tant que Ressuscité avait également commencé à s’éveiller. Hier soir, il avait enfin reçu les instructions de la princesse Shiori pour la première fois depuis longtemps.

« Est-ce votre première fois au palais impérial, monsieur ? » demanda Genzou.

« Oui. Pour être honnête, je suis toujours mal à l’aise dans ce genre d’endroit, » répondit l’autre.

Tous les deux se trouvaient actuellement au palais impérial de Tokyo.

Il s’agissait de la résidence officielle du chef de l’État japonais et le palais de l’impératrice Teruhime, petite-fille de la Bête Sacrée, le Seigneur Tenryuu. Genzou et son invité marchaient le long d’un passage très large.

« C’est vrai que vous n’avez pas l’air d’un militaire, » déclara Genzou.

« Les gens disent toujours ça, mais je ne sais pas pourquoi, » répondit l’autre.

« C’est peut-être à cause de vos vêtements ? Aucun soldat ne s’habillerait comme ça, » répondit Genzou.

« Ah. »

L’observation de Genzou fit sourire le beau jeune homme.

Au lieu de l’uniforme militaire de l’Empire romain d’Orient, le jeune homme portait une robe — en d’autres termes, une tenue chinoise ancienne. L’ourlet descendait jusqu’aux chevilles avec un pantalon en dessous.

 

 

C’était comme si c’était un personnage qui avait été arraché d’un film historique chinois.

« Même si vous dites que vous n’êtes pas à l’aise avec ce genre d’endroit, monsieur, vous semblez parfaitement capable de gérer les dames d’honneur, » déclara Genzou.

« Pas vraiment, tout ce que j’ai fait, c’est les saluer, » répondit l’autre.

« Vous ne le savez peut-être pas, monsieur, mais ces sorcières ont tendance à trop harceler. Elles pourraient facilement s’offusquer d’une salutation négligente, créant des ennuis en cours de route, » répondit Genzou.

Auparavant, Genzou avait visité la Maison Impériale.

Son but était de rencontrer ce beau jeune homme. Bien qu’il ne ressemblait pas à un soldat, il était le nouveau commandant de la « Garnison du Kantō de l’Armée Impériale romaine de l’Est ».

Ignorant la politique et les questions militaires, ces dames d’honneur se comportaient et parlaient comme si elles étaient supérieures aux autres.

Cependant, les dames d’honneur n’avaient pas été difficiles pour autant, saluant ce jeune soldat assez cordialement. La raison en était probablement que le visage, le comportement et la silhouette de cet homme courtois et beau étaient tous « parfaits et de première classe ».

« L’incapacité des femmes à comprendre le travail des hommes n’a pas changé dans les temps modernes, » déclara l’autre.

« La façon dont vous dites ça, monsieur, ne me dites pas que vous êtes aussi l’un de ces... Ressuscités du passé ? » demanda Genzou.

La question de Genzou se voulait un test d’approfondissement.

De façon inattendue, le jeune homme s’était tout de suite présenté, ce qui l’avait fait sursauter de surprise.

« En effet, je m’appelle Wei Qing. Enchanté de faire votre connaissance, » déclara le Ressuscité.

« ... »

« Qu’est-ce qui vous prend ? » demanda Wei Qing.

« Oh, rien. J’ai pensé qu’il ne serait peut-être pas approprié de vous demander votre nom, mais vous avez fini par vous présenter si facilement. C’est assez surprenant, » confiait Genzou en toute honnêteté, passant d’un langage grossier aux formes polies à un ton plus décontracté.

Pendant ce temps, le beau jeune homme, qui portait l’appellation chinoise Wei Qing, avait souri.

« C’est très bien. Ma réputation n’a rien de spécial, après tout. Je suppose que vous n’avez aucune idée du genre d’homme que Wei Qing était, n’est-ce pas ? » demanda Wei Qing.

« Euh, voyons voir. Comment puis-je dire ça ? » demanda Genzou.

« Vous voyez, c’est l’étendue de ma réputation. Je suis sûr que les soldats sous mon commandement se sentiront très troublés, » déclara Wei Qing.

Nullement dérangé par la réponse maladroite de Tachibana Genzou, l’ancien guerrier avait souri.

Wei Qing. Genzou se souvenait de ce nom, et c’était probablement en provenance d’un manuel d’histoire.

Cependant, Genzou était un Japonais dont la connaissance de l’histoire était plutôt rouillée.

Demander à quelqu’un comme lui de se rappeler la vie de Wei Qing en détail — serait absolument impossible.

« Mais la guerre moderne est menée par des Légionnaires au lieu de soldats humains. Je suis soulagé de ne pas avoir à m’inquiéter à ce sujet, » chuchota le beau Ressuscité, Wei Qing.

 

☆☆☆

Quelques heures plus tard, Tachibana Genzou lisait un livre d’histoire après avoir terminé son travail.

Il voulait savoir qui était exactement le général Wei Qing.

Selon les archives historiques, Wei Qing était un soldat pendant la dynastie occidentale des Han, vers 110 avant notre ère. Le souverain qu’il servait comme général était l’empereur Wu, qui avait puni l’historien Sima Qian de castration. Ses campagnes contre les nomades équestres lui avaient valu de grands éloges.

Cependant, ses origines étaient assez humbles.

Wei Qing avait gardé des moutons dans son enfance et n’avait pas été mieux traité qu’un esclave.

Avec le temps, il atteindra le rang de généralissime et il aura les plus hautes distinctions de l’État.

***

Partie 3

Dans le territoire de Hakone, quatre forts tutélaires avaient été construits dans les quatre directions cardinales.

Le premier fort tutélaire fut la porte de Seiryuuu à l’est. Ce fort se trouvait à plusieurs kilomètres de Hakone. Yumoto, une ville thermale était située à l’entrée de Hakone en venant de Tokyo.

Le deuxième fort tutélaire au sud et le troisième fort tutélaire à l’ouest étaient tous deux situés près du lac Ashi.

Le lac Ashi était le plus grand plan d’eau de la vaste région du sud de l’Hakone. Le deuxième fort tutélaire, la porte de Suzaku, se trouvait sur sa rive sud, tandis que le troisième fort tutélaire, la porte de Byakko, était sur la rive ouest.

Le quatrième fort titulaire au nord, la porte de Genbu, était situé à Sengokuhara dans le nord du Hakone.

En d’autres termes, le territoire de Hakone avait quatre forteresses, gardant respectivement les directions du nord, de l’est, du sud et de l’ouest.

L’aristocrate britannique qui avait capturé Hakone, Edward, marmonnait à lui-même, « Utiliser les Légionnaires et les ifrits aux quatre forts tutélaires pour ériger un “mur” afin de protéger Kanto et Tokyo des attaques provenant de l’ouest du Japon... On dirait que c’est le but. »

« Oui. En effet, c’est le concept du Point de Contrôle d’Hakone, » le génie Morrigan hocha la tête. Elle possédait sa poupée habituelle, haute de 150 cm et vêtue d’une tenue de marin avec un béret.

« L’idée elle-même est bonne, mais en fin de compte, j’ai mobilisé une armée dépassant les forces totales des quatre forts tutélaires et j’ai attaqué, capturant facilement Hakone. »

Edward et le génie Morrigan étaient au centre de commandement.

C’est là que le « commandant suprême des forts tutélaires de Hakone » était stationné pour donner des ordres aux forts tutélaires dans les quatre directions cardinales. Il était également situé en plein centre entre les quatre forts tutélaires de Hakone.

Pour ce qui était des noms géographiques, il s’agissait d’une plaine près de Komagatake.

« À mon avis, ce n’est pas vraiment “imprenable”. En fin de compte, la forteresse elle-même n’a pas la force défensive pour résister à une invasion de mille Légionnaires... C’est tout ce qu’il y a à dire, » déclara-t-il.

« Je suis d’accord. Je m’attends à ce que certains Japonais ressentent la même chose, » répondit-elle.

 

 

« Tout bien considéré, tout se résume à ce mécanisme de l’Union des Quatre Dieux, » déclara-t-il.

Le centre de commandement central n’avait pas de murs de fortification.

Il était simplement composé de quatre tours de pierre, construites sur une vaste plaine ouverte.

La conception architecturale était essentiellement uniforme. Comme les donjons protecteurs des forts tutélaires, ces tours de quarante mètres de haut, toute en briques rouges, servaient de matériau de base. Les quatre tours étaient disposées en losange.

Sur une wyverne blanc britannique, Edward et Morrigan survolaient ensemble les quatre tours.

Chargé de contrôler la wyverne, Edward déclara. « Les quatre forts tutélaires de Hakone peuvent combiner les ifrits gardiens de chaque fort, respectivement Seiryuuu, Suzaku, Byakko, et Genbu, en un monstre avec quatre fois plus d’énergie noétique... »

« De plus, l’entité fusionnée peut défendre les quatre forts tutélaires, au nord, à l’est, au sud, à l’ouest, et cela simultanément, » répondit Morrigan.

« Oui, un système étonnant, » déclara-t-il.

Après avoir offert leurs louanges ensemble, l’aristocrate britannique et Morrigan secouèrent la tête.

« Mais cela suppose l’activation réussie du système. S’ils l’avaient activé pendant mon attaque, Hakone ne serait pas tombé si facilement, » déclara Edward.

« Il semble que le Japon... n’a pas les compétences nécessaires pour dompter cette situation, un monstre, » remarqua froidement Edward.

« Ce qui leur manque, c’est un génie capable de contrôler les Quatre Dieux, l’entité résultant de l’union de Seiryuu, Suzaku, Byakko et Genbu. Le génie dans ce rôle exige également une puissante énergie noétique d’un Chevalier suprême comme soutien..., » déclara Morrigan.

« Morrigan, puisque vous avez dit cela, » Edward avait souri et dit, « Alors notre partenariat ne devrait pas avoir de problèmes, non ? »

« En effet. Ce n’est pas impossible. D’autant plus que vous avez minimisé vos sorties depuis un demi-mois, Prince, en conservant une réserve substantielle de noesis... »

« Oui, tout cela dans le but d’acquérir les Quatre Dieux, » déclara Edward.

La nuit de la capture de Cité de Fuji...

Edward n’était pas allé en première ligne et avait fini par perdre l’occasion d’un duel contre Masatsugu Tachibana.

C’était parce qu’ils prévoyaient de faire bientôt le rituel pour subjuguer les quatre dieux. Et maintenant, ils volaient tous les deux dans le ciel au-dessus des quatre tours.

Sur la wyverne, Edward déclara lentement. « Allez-y, Morrigan. Utilisez mes noesis pour subjuguer les Quatre Dieux. »

« Affirmatif, » déclara Morrigan.

Après que le génie ait acquiescé, de gigantesques globes oculaires s’étaient manifestés dans le ciel.

... C’est ce que Masatsugu Tachibana et les autres avaient vu au fort tutélaire de Fuji, un globe oculaire géant d’environ soixante mètres de diamètre. Dans ce cas, il n’y en a pas eu un, mais trois au total. Trois yeux.

Les trois yeux géants étaient disposés en triangle dans les airs.

C’était précisément la vraie forme de Morrigan, l’image de l’ifrit Morgane la Fée. Derrière les trois yeux géants, un cercle magique tout aussi grand était apparu.

« Prince, s’il vous plait, » déclara Morrigan.

« Honte à celui qui en pense du mal — faisant appel à mon nom et à mon âme, je supplie les divinités et les esprits locaux de Hakone. Abandonnez votre pays natal, le Japon, et rendez-vous à mon armée. Je suis Édouard le Prince Noir, le premier chevalier de l’Empire Britannique et le général invaincu ! » déclara Edward.

Edward avait alors libéré une quantité démesurée d’énergie noétique de son corps et de son âme.

Normalement, cette énergie se transformerait en mille deux cents Chevaliers de la Jarretière, mais aujourd’hui, pas un seul Chevalier Noir n’était apparu.

Toute cette énergie noétique avait été absorbée par les trois yeux qui planaient dans le ciel !

Immédiatement, l’énergie noétique exsudant de l’ifrit britannique avait été amplifiée trois fois.

« Ô divinités du Japon, reconnaissez-moi, Morrigan, comme votre maître. Obéissez-moi tout de suite, » déclara Morrigan.

Les quatre tours construites par les Japonais dans cette plaine d’Hakone avaient alors changé.

Quatre bêtes géantes s’étaient manifestées dans le ciel en dessus des toits des quatre tours.

Chaque bête mesurait environ soixante-dix mètres de long. Dotées de corps translucides, elles étaient des images sans forme corporelle.

Les quatre bêtes étaient respectivement un dragon bleu, un phénix vermillon, un tigre blanc et une tortue noire (avec un serpent comme queue).

Il s’agissait des Bêtes Sacrées Seiryuu, Suzaku, Byakko et Genbu, connues collectivement comme les quatre dieux en Chine et au Japon.

Les trois yeux de Morgane la Fée continuaient à planer dans les airs.

Surplombant les tours et les Quatre Dieux, les trois yeux avaient aspiré les bêtes gigantesques du Japon !

Seiryuu, Suzaku, Byakko et Genbu s’éloignèrent des toits des tours et s’élevèrent progressivement dans le ciel.

Les trois yeux regardèrent attentivement les dieux. De leur côté, les quatre Dieux du Japon avaient libéré de l’énergie noétique et tenté de résister à l’aspiration produite par Morgane la Fée.

Cependant, les trois yeux avaient puisé dans l’énergie noétique d’Edward. Les Quatre Dieux n’avaient nullement la force de résister.

... Tout d’abord, l’image de Seiryuu qui résistait désespérément avait perdu. S’approchant peu à peu des trois yeux, elle avait finalement été absorbée par eux.

L’un après l’autre, la même chose s’était produite pour les autres.

Genbu, puis Byakko, et enfin Suzaku.

« Le centre de commandement central est un dispositif mystique accordé par la Bête Sacrée, le Seigneur Tenryuu pour fusionner les quatre dieux des quatre directions cardinales... C’est le cinquième fort tutélaire d’Hakone, n’est-ce pas ? » demanda Edward.

« Oui, Prince, » répondit Morrigan.

« Et jusqu’à présent, il n’a jamais eu la chance de remplir sa fonction, » déclara-t-il.

« Oui, nous, les Britanniques, allons changer cette réalité de l’histoire, » déclara Morrigan.

Traître et impitoyable, avec une abondance de sommets imposants et de vallées abyssales...

C’est ainsi que l’on décrivait les montagnes du Hakone à l’époque d’avant les transports motorisés. Cet endroit avait été un point d’étranglement naturel depuis des temps immémoriaux et maintenant il était devenu encore plus imprenable.

« Avec cela... nous sommes maintenant prêts à affronter l’armée Tōkaidō dans n’importe quel combat, » déclara Morrigan.

« C’est rare de vous voir si motivée, Morrigan, » déclara Edward.

« Ils ont volé ce que j’avais laissé dans la Cité de Fuji. C’est une vengeance, » répondit-elle.

Toujours calme, le génie avait envie de bagarre à l’approche du jour de la bataille. Satisfait, Edward approuva Morrigan d’un signe de tête.

***

Partie 4

« Edward, descendant de mon jeune frère. C’est à mon tour d’accepter le devoir de défendre Hakone, » l’homme qui l’avait proposé solennellement était Richard Ier, celui qu’Édouard appelait « Oncle ».

Les forces britanniques avaient réquisitionné un hôtel de luxe (un bâtiment confortable et élégant) à Hakone comme logement pour Edward. Les hauts dirigeants s’étaient réunis dans cet hôtel pour un conseil de guerre.

C’était vers 19 h le 13 novembre.

Pendant la journée, Edward et Morrigan avaient subjugué les Quatre Dieux au centre de commandement central.

« En tant que commandant en chef, tu devrais retourner à Kinai où il sera plus facile de gérer les choses dans la nouvelle conquête de Nagoya et de répondre à la flotte romaine qui avance sur Kyoto depuis la mer du Japon, » déclara Richard.

« N’est-ce pas le travail que je t’ai assigné il y a quelques jours, mon oncle ? » demanda Edward.

Edward rejeta immédiatement l’opinion de Richard.

À l’origine, cet ancêtre de la famille Plantagenet n’était pas invité à cette réunion. Le Coeur de Lion avait fait irruption deux heures plus tôt.

Parmi les participants figuraient l’esprit Morrigan et des subordonnés de confiance tels que le vieux lieutenant-colonel Grayson.

« Nagoya est à toi, mon oncle, pendant que je m’occupe du côté de Kantō. C’était le plan. Il n’est pas nécessaire de modifier notre approche pour le moment. On était d’accord depuis le début, » déclara Edward.

« Arrête de dire n’importe quoi en ma présence. Ce que tu veux, c’est garder la bataille à venir pour ton plaisir personnel, n’est-ce pas ? » déclara Richard.

La voix de Richard était profonde et riche, mais les mots n’étaient pas différents de ceux d’un enfant qui faisait une crise de colère.

Edward avait souri calmement et il déclara. « Tu as raison, mon oncle, mais tu n’as aucune raison de te plaindre. Qui t’a demandé de défier les ordres et de revenir avec une défaite ? »

« Grr ! » Richard avait été réduit au silence par l’affirmation voilée d’Edward que c’était sa punition méritée.

« De plus, mon oncle, avec la mort de milliers d’Escalibors, cela prendrait deux ou trois semaines pour que ton armée se rétablisse. S’il te plaît, reste obéissant à Kyoto, » déclara Edward.

« Grrrrrrrrrr, » grogna Richard.

Normalement, le rétablissement des Légionnaires tués à l’extérieur de leur forteresse prendrait une à deux semaines.

Cependant, cela ne s’appliquait qu’aux Légionnaires sous les Chevaliers ordinaires dont la Force de Chevalier variait de trente ou quarante à deux cents ou plus.

Les Ressuscités ayant une Force de Chevalier supérieure à mille devaient passer encore plus de temps pour ranimer leurs Légionnaires.

« En plus, mon oncle, tu as marqué un point. Nous devons accroître la vigilance sur la mer. Selon les rapports... Le Seigneur César et sa flotte de chevaliers montrent des signes de mobilisation, » déclara Edward.

« ... Oh ? » interrogea Richard.

« On ne sait pas s’ils ont l’intention de traverser la mer du Japon pour se rendre directement à Kyoto, ou s’ils viennent du côté du Pacifique. Quoi qu’il en soit, nous ne devons pas être négligents, » déclara Edward.

« Hmph, ce n’est pas comme si je détestais rester à Nagoya, » déclara Richard.

Alors qu’il s’importait parfois d’une manière puérile, le Coeur de Lion s’était enfin réjoui.

Cependant, il ne pouvait toujours pas cacher sa déception.

« J’ai entendu dire que la garnison romaine de Tokyo a fait de nouveaux mouvements. Les samouraïs de Tōkaidō ont construit un nouveau système centré sur Suruga et cet homme va envahir Hakone, » déclara Richard.

« De qui parles-tu, mon oncle ? » demanda Edward.

« Arrête de faire l’idiot. Bien sûr que je veux parler de Masatsugu Tachibana, » répondit Richard.

« Prince, Votre Altesse, puis-je parler à ce sujet ? » demanda Grayson.

« Oui, allez-y, Grayson, » déclara Edward.

« Masatsugu Tachibana... Il semble qu’une rumeur circule parmi les officiers et les soldats de Tōkaidō. Tout le monde l’appelle le “Dernier Samouraï” et “défenseur de la famille impériale”, “Hijikata Toshizō”, » déclara Grayson.

Le lieutenant-colonel Grayson avait toujours donné l’impression d’être plus proche d’un vieil homme rigide que d’un soldat.

Edward hocha la tête pour valider ce qu’il avait dit.

En fait, Edward avait reçu des rapports similaires. Hijikata Toshizō avait servi de commandant en second de la force de police spéciale du Shinsengumi dont les activités se déroulaient principalement à Kyoto (une organisation qui aurait été tout à fait incroyable, avec plus de membres morts dans des purges internes que de membres tués en combattant des ennemis extérieurs).

Un maître sabreur qui avait manié la même lame de samouraï que ce que Masatsugu Tachibana utilisait maintenant — .

Cependant, Edward avait sa propre interprétation.

« Est-ce que Tachibana-dono est vraiment Hijikata Toshizō... ? » demanda Edward.

« Avez-vous des doutes, Votre Altesse ? » demanda Grayson.

« Il porte certainement l’épée du samouraï comme un emblème bien visible, mais en mettant ça de côté... Ce genre de nation insulaire serait-il capable de faire grandir un homme comme lui ? » demanda Edward.

« Oh ? » Richard était sceptique tandis que Grayson semblait légèrement surpris.

« Ce que nous devons prendre en considération, » poursuit Edward, « Ce sont les caractéristiques de Masatsugu Tachibana en tant que stratège et tacticien. »

« Tout d’abord, les feintes et les embuscades sont sa spécialité, » le génie Morrigan avait instantanément offert sa réponse.

Elle avait dû réfléchir à la question depuis qu’elle avait entendu son supérieur dire « peut-être que Tachibana-dono n’est pas vraiment un samouraï ».

Edward avait souri et il déclara. « Précisément, Morrigan. Cependant, ce n’est pas le tableau d’ensemble. »

« Il emploie son armée dans des manœuvres rapides et audacieuses. Son mépris flagrant de l’épuisement des soldats frise la négligence, pourtant les mouvements de troupes sont toujours ordonnés, » déclara Morrigan.

« Impressionnant, votre opinion n’est pas loin de la mienne. Une nation insulaire de ce genre, toute couverte de montagnes, ne peut certainement pas affiner une tactique de ce genre, n’est-ce pas ? Je crois que de vastes plaines dégagées sur le continent sont plus probables..., » déclara Edward.

« En d’autres termes, Edward, » déclara Richard en fronçant les sourcils, « Tu crois que Masatsugu Tachibana n’est pas japonais ? »

« Nous devrions considérer cette possibilité, » répondit Edward.

« C’est difficile à dire. J’ai aussi entendu des légendes de Minamoto no Yoshitsune. N’est-il pas un commandant de cavalerie talentueux et la fierté du Japon ? Plus important encore..., » le Coeur de Lion grogna et déclara haut et fort.

« Comme je suis le chevalier entre les chevaliers, il serait préférable que mon adversaire soit un samouraï d’Extrême-Orient. Je place donc ma foi en Masatsugu Tachibana, un pur samouraï japonais, » déclara Richard.

« Hahahahaha, mon oncle, c’est parfaitement normal que tu penses ça, » déclara Edward.

Richard Ier était un « génie de la guerre ».

Sans aucun besoin de logique ou de calculs, il avait pu remporter des victoires par simple instinct et passion.

Pour quelqu’un avec ses talents rares, la véritable identité de l’ennemi n’était pratiquement pas pertinente pour la victoire.

Edward avait souri joyeusement et se souvint d’un ennemi passé. « Du Guesclin... »

« Prince, venez-vous de parler du Constable de France ? L’un de vos contemporains, » demanda Morrigan.

Morrigan avait capté les murmures d’Edward.

« Oui, en parlant de lui, je ne le considérerais pas vraiment comme un rival digne de ce nom. Cependant, il était très habile dans la guerre avec une excellente utilisation des feintes et des embuscades, peut-être même mieux que Tachibana-dono, » répondit Edward.

Du Guesclin était un chevalier né en Bretagne.

À l’époque, sous la direction du Chevalier Noir Edward et de son père, l’Angleterre avait pris le dessus dans leur guerre contre la France. Contre toute attente, Du Guesclin avait émergé pour soutenir le jeune roi de France, Charles V.

Cela dit, il n’avait jamais affronté le Prince Noir dans une bataille féroce.

Évitant autant que possible les affrontements directs contre l’armée anglaise, il infligea à plusieurs reprises des pertes constantes aux Anglais par des embuscades ingénieuses et des retraites rapides.

Du Guesclin était sans doute le général français le plus difficile à traiter à cette époque.

Cependant, il n’avait pas fait preuve de l’audace et des offensives fulgurantes fréquemment utilisées par Masatsugu Tachibana.

« Le grand conflit entre nous et la France d’alors est maintenant connu sous le nom de guerre de Cent Ans, n’est-ce pas ? Pour être tout à fait honnête, je crois personnellement que Du Guesclin était le véritable héros de cette guerre et non la fille des rumeurs nommée Jeanne d’Arc. La différence dans leur talent et leurs contributions est aussi grande que le jour et la nuit, » déclara Edward.

« D’après mes recherches..., » la poupée de marin avait parlé avec indifférence. « La raison pour laquelle Du Guesclin a été négligé, c’est probablement à cause de son apparence peu impressionnante. »

« Ah... Eh bien, je suppose que ce serait approprié de l’appeler un homme laid, » déclara Edward.

Edward avait été un peu déconcerté par le tour que la conversation avait pris au sujet de l’apparence.

« Il était plutôt obèse et on l’appelait péjorativement le “cochon”, » déclara Edward.

« Eh bien... C’est ainsi que le monde fonctionne. Comparée à quelqu’un comme lui, la foule préfère une “jeune fille au destin tragique”. Après tout, la fiction peut la dépeindre arbitrairement comme une beauté, » déclara Morrigan.

« Votre opinion est plutôt dure, mais exacte, » la remarque directe du génie avait causé un sourire ironique sur le visage d’Edward.

Après cela, Edward avait tourné son regard vers la seule jeune demoiselle humaine de la réunion.

« Au fait, j’ai entendu dire que Suruga a une princesse descendante de la lignée d’une Bête Sacrée. Tout comme vous êtes la fille bien-aimée des Trois Lions, elle est la petite-fille du Seigneur Tenryuu..., » déclara Edward.

« Ça, je le sais, mon bon frère, » répondit-elle.

Consciente qu’elle n’était pas soldate, la belle jeune fille s’était abstenue de parler jusqu’à présent.

C’était la princesse Eleanor. Comme le Japon Impérial, l’Empire Britannique avait maintenu une politique de secret concernant leur famille royale. Par conséquent, elle n’était pas non plus une princesse connue du grand public.

Elle avait la chance d’avoir de beaux cheveux blonds et un visage magnifique.

« Shiori Fujinomiya — une princesse du Japon Impérial, n’est-ce pas ? » demanda Eleanor.

« Oui, vous êtes très informée, » répondit-il.

Eleanor possédait un certain nombre de capacités semblables à celles d’une « sorcière » et les avait utilisées avec beaucoup d’efficacité à Kyoto et à Suruga. Edward avait aussi une grande confiance en son intelligence.

En conséquence, Edward lui avait aussi assigné un travail.

« Alors, pourriez-vous nous en parler ? » demanda Edward.

« Oui... Pendant la Seconde Guerre mondiale, les îles du Japon étaient pour la plupart contrôlées par la “cour du sud” du Grand Empire du Japon, » répondit-elle. « La Bête Sacrée vénérée par la cour du sud de l’époque était Ōkuninushi. Le précurseur de la famille impériale actuelle, la “cour du nord”, ne détenait Hokkaido qu’à l’époque. »

Après avoir raconté l’histoire de sa belle voix, Eleanor s’était penchée sur le cœur du sujet.

« Quand à la mission de localiser le corps du Ōkuninushi scellé et les guerriers japonais ressuscités de l’époque... j’ai mobilisé les ressources du Fief du Kinai pour mener cette recherche, » déclara Eleanor.

« C’est compris. Mesdames et Messieurs, l’autre Bête Sacrée du Japon est le Seigneur Tenryuu, » Edward s’était adressé au groupe. « Il est impératif pour nous d’assurer. Je crois que vous savez tous que nos Trois Lions n’ont plus beaucoup de temps à vivre. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir en Extrême-Orient, sinon l’Empire Britannique n’aura plus de Bête Sacrée à l’intérieur de ses frontières. »

***

Partie 5

Le 15 novembre, c’était samedi et le week-end était arrivé.

« C’est incroyable à quel point la situation a changé en seulement une semaine. Même si Nagoya est tombée, la ville de Suruga est enfin libérée et nous avons même obtenu une nouvelle Gouverneure générale à Tōkaidō, » commenta Taisei Okonogi avec émotion.

Masatsugu lui répliqua alors. « Jusqu’à ce que nous reprenions Nagoya, Suruga sera la capitale provinciale temporaire. »

« Un gouvernement provincial temporaire sera mis en place dans la Cité de Suruga, hein ? C’était tout à fait inconcevable il y a six mois, » déclara Hatsune, qui avait exprimé ses propres sentiments à ce sujet.

Le trio se trouvait dans un quartier commercial près de la gare de Suruga, en face d’une intersection effervescente.

Il était rare de trouver un tel quartier métropolitain dans cette ville régionale tranquille. Les bâtiments à la mode regorgeaient d’écrans de télévision géants.

Normalement, ces écrans afficheraient des publicités pour des entreprises locales ou des événements commerciaux.

Masatsugu et ses amis avaient arrêté de marcher pour regarder l’écran. Elle diffusait « l’inauguration du nouveau gouverneur général de Tōkaidō ».

« Le nouveau gouverneur général a déjà visité notre école, non ? » demanda Taisei.

« C’est vrai, elle s’appelle Rikka Akigase-sama. On est en bons termes avec elle, » répondit Hatsune.

« Taisei, son niveau est aussi impeccable, » déclara Masatsugu.

« Eh bien, je ne suis pas en position de commenter ce point… Disons qu’elle a un visage et une silhouette assez étonnants. Je pense qu’elle sera très populaire auprès des deux sexes, » déclara Taisei.

La vaillante silhouette de Rikka était visible sur l’écran géant.

Elle était vêtue d’un uniforme d’officier militaire noir avec l’épée Onikiri Yasutsuna accrochée à sa ceinture dans son fourreau. Elle portait également un chapeau militaire noir aujourd’hui, ce qui rendait son apparence encore plus parfaite que d’habitude.

La cérémonie avait lieu dans un sanctuaire shintoïste.

Le lieu choisi était le mont Kunou Toushouguu près du fort tutélaire de Suruga.

Comme Nikkou Toushouguu, c’était un ancien sanctuaire shintoïste avec un lien profond avec Tokugawa Ieyasu. Il était situé sur le sommet du mont Kunou. Les hauts responsables du fief de Tōkaidō et des personnalités civiles s’étaient réunis dans ses locaux pour célébrer la succession de Rikka au poste de gouverneur général.

L’ancien gouverneur général Akigase Shouzan était également présent.

La caméra se focalisait rarement sur lui, mais elle offrait souvent de gros plans de Rikka.

En d’autres termes, cette émission de télévision visait à promouvoir la nouvelle gouverneur générale, Rikka Akigase.

La cérémonie inaugurale avait été montée par une station de télévision de la ville de Suruga pour devenir un reportage d’actualités, puis diffusée dans la région environnante par les installations de télécommunications de la ville.

Les différentes parties du territoire Tōkaidō actuellement captées par l’Alliance pour la Restauration pourraient également recevoir le signal.

Par exemple, cela comprenait la péninsule d’Izu, Kakegawa, Hamamatsu, et même autour de Nagoya — .

Il s’agissait d’informer les habitants que « le fief du Tōkaidō était encore en vie », ce qui permettrait de maintenir la cohésion et d’éviter que la population ne se penche trop vers l’Alliance pour la Restauration.

C’était le véritable but de la création de cette émission.

« La princesse a aussi dit que les habitants des régions conquises par l’Alliance pour la Restauration attendent actuellement de voir si l’Alliance pour la Restauration gagne ou si le Fief du Tōkaidō fait son retour… Mais d’ici peu, ils vont progressivement abandonner Tōkaidō. »

« Ouais, j’entends ça souvent, » Taisei était d’accord avec le commentaire de Hatsune.

« Dans les villes dont les forts tutélaires sont tombés, les habitants vont commencer à coopérer mentalement et économiquement avec les conquérants. De nos jours, sous la protection de la Charte de la chevalerie, on ne peut pas vraiment s’attendre à ce que les résidents fassent preuve d’une grande loyauté envers la nation, » ajouta Taisei avec un certain pessimisme. « Mais en fin de compte, l’Alliance pour la Restauration est le chien de poche de l’Empire Britannique. Ce sera l’enfer si quelqu’un l’oublie. C’est comme l’incident d’il y a dix ans, quand la nouvelle impératrice Teruhime est arrivée au pouvoir, mais qu’elle suivait la volonté de Rome… »

Le ton de Taisei était décontracté, mais il y avait un léger élément de critique dans ses paroles.

Son père travaillait dans l’industrie de l’information et Taisei avait également occupé un emploi à temps partiel dans la même entreprise. L’ami de Masatsugu, Taisei Okonogi était un patriote social.

Pour un tel ami, Masatsugu avait déclaré. « Peut-être que l’établissement de liens profonds entre la princesse et le fief du Tōkaidō finira par avoir une grande importance. Ne l’oublie pas non plus. »

« En vérité, je suis assez surpris par cette tournure des événements. Je n’aurais jamais cru que la princesse Shiori deviendrait le Saiguu pour Tōkaidō, » répondit Taisei.

À l’écran, des prêtres shintoïstes et de jeunes filles du sanctuaire du mont Kunou Toushouguu effectuaient une cérémonie.

Au premier plan, il y avait une jeune beauté frappante.

La fille portait un juunihitoe dans le style Heian et un diadème sur ses cheveux blond platine…

Elle était Shiori Fujinomiya, le lige de Masatsugu.

Son apparence d’un autre monde avait été combinée avec cette tenue vestimentaire.

Chaque fois qu’elle était filmée, l’écran de télévision était rehaussé d’une beauté époustouflante.

« La princesse est une noble qui a hérité du sang de dragon du Seigneur Tenryuu. Elle possède des pouvoirs spirituels exceptionnels bien au-delà de ce que des roturiers comme nous pourraient espérer, » Masatsugu déclara tranquillement. « C’est pourquoi le fief du Tōkaidō a recruté la princesse et lui a demandé de servir dans le sanctuaire du mont Kunou. »

« C’est vrai, c’est vrai. Elle sera la jeune fille du sanctuaire qui recevra les oracles divins pour offrir des conseils à la Gouverneure générale Rikka-sama. N’est-ce pas une si bonne idée ? » demanda Hatsune.

Masatsugu et Hatsune expliquaient la raison pour laquelle Shiori avait effectué ce travail.

On pourrait très bien appeler cela un prétexte, mais la princesse possédait certainement des pouvoirs spirituels exceptionnels et était l’indispensable conseillère de la nouvelle gouverneur générale.

Ce n’étaient pas des mensonges, mais Taisei était un peu perplexe.

« Mais le soi-disant Saiguu n’est-il pas censé être “la princesse impériale qui sert les dieux au Grand Sanctuaire d’Ise” ? Puisque la princesse Shiori est une jeune fille de sanctuaire au mont Kunou… Ne serait-il pas préférable de choisir un autre titre ? » demanda Taisei.

« Ne t’en fais pas pour ce genre de petites choses, » déclara Masatsugu.

Et Hatsune déclara alors. « Rikka-sama a aussi dit : “Il vaut mieux rester simple” et même : “puisque c’est un poste qui a été aboli il y a des siècles, il serait ridicule de s’accrocher à chaque détail”. »

« Dois-je traiter la nouvelle Gouverneure générale de négligente ou décisive… ? » demanda Taisei.

« Le contraire serait bien pire. Un dirigeant névrosé n’est définitivement pas bon pour le pays, » déclara Masatsugu.

Pendant qu’ils parlaient, la cérémonie s’était poursuivie à l’écran.

En vérité, cette vidéo n’avait pas été diffusée en direct, mais une rediffusion de l’événement de 9 heures du matin.

La même émission devrait également être diffusée sur les téléviseurs des ménages ordinaires.

L’heure actuelle était 12 h 45, et midi était déjà passé.

Pour les habitants de Suruga dans les rues, ce n’était plus une nouvelle, mais beaucoup de gens se tenaient encore debout pour regarder.

La raison en était simple. Deux belles filles étaient montrées ensemble à l’écran.

Rikka en uniforme militaire était solennelle et digne.

La princesse en juunihitoe était en un mot, divine.

Toutes les deux avaient fait des impressions si frappantes qu’un seul coup d’œil avait suffi pour produire des souvenirs inoubliables.

Si l’on mettait de côté les raisons compliquées, il était certain qu’elles avaient toutes les deux eu un impact considérable. C’était grâce au « glamour » de ces deux jeunes filles et au pouvoir magique de ce médium qu’est la télévision.

En vérité, Shiori portait un juunihitoe non standard avec un tissu réduit pour lui permettre de marcher sans aide, mais de toute façon, ce n’était pas un gros souci.

La caméra était surtout focalisée sur Shiori et Rikka.

Pour ce qui était du temps passé à l’écran, la proportion était d’environ « 40 % pour la nouvelle gouverneur générale, 30 % pour la princesse et 30 % pour tous les autres ».

« Mais ce qui m’a le plus surpris, c’est cette image, » avait fait remarquer Taisei en montrant l’écran géant.

Ce qui était incroyable, c’est qu’à côté des deux nobles beautés se trouvait Masatsugu Tachibana.

Le Masatsugu à l’écran portait son habit habituel uniforme à cols raides avec un manteau d’officier militaire sur le dessus. Au lieu du noir qu’il portait auparavant, son manteau était de couleur bleu clair, sauf les revers et les manches qui étaient blancs.

Une épée japonaise gainée — l’Izumi-no-Kami Kanesada — était suspendue à sa taille…

Un téléscripteur déroulant au bas de l’écran indiquait :

« Le chevalier au service de la princesse Shiori, le seigneur Masatsugu Tachibana, prend officiellement ses fonctions de vice-commandant du Shinsengumi, un nouvel ordre de chevaliers opérationnels spéciaux, et prend le commandement des chevaliers de Tōkaidō — . »

« De plus, le poste de commandant de cet ordre est actuellement vacant. On s’attend à ce que la princesse Shiori assume le commandement par intérim — . »

La silhouette montrée sur la télévision géante était identique à celle du Masatsugu debout au coin d’une rue.

Vêtu d’un manteau bleu clair sur son uniforme d’étudiant à col rigide, portant une épée, il se tenait là avec une expression calme. Cette tenue était très voyante et avait attiré l’attention de nombreux piétons. Ils avaient regardé Masatsugu en direct avec stupéfaction et l’avaient comparé à celui qui était sur l’écran géant.

Certaines personnes les regardaient même et chuchotaient entre elles.

Ce type de réactions n’allait qu’augmenter à partir de maintenant, donc il serait inutile de s’embêter. Son ami déclara à Masatsugu, qui n’était pas troublé par son entourage avec exaspération. « Pourquoi diable as-tu dû me rencontrer habillé comme ça… ? »

« Ne fais pas attention à moi. Je dois encore y retourner et participer à la cérémonie plus tard et le fait de me changer est trop compliqué, » déclara Masatsugu.

« Tu devrais être plus attentif. Mais quelle équipe bizarre vous avez là ! Pourquoi t’appelle-t-on le vice-commandant alors que tu es clairement le vrai commandant ? La position de Son Altesse Shiori en tant que commandant par intérim est simplement honorifique, n’est-ce pas ? » demanda Taisei.

Quelle perspicacité venant de Taisei ! Masatsugu hocha la tête et déclara. « Tu as raison. Bien sûr, je ne peux pas continuer à commander l’armée provinciale Tōkaidō en tant que “chevalier au service de la princesse”, c’est pourquoi nous avons mis en place une escouade médiatique et un poste officiel. »

« Au fait, je suis le capitaine de la première unité, même s’il n’y a qu’une seule unité et que je suis le seul membre ♪ , » déclara Hatsune.

« Cela fait tellement Shinsengumi. Mais Masatsugu-kun, j’ai entendu une rumeur bizarre, » déclara Taisei.

« Quelle rumeur ? » demanda Masatsugu.

« Tout le monde dit que ta vraie identité est Hijikata Toshizō, » déclara Taisei.

Masatsugu et Hatsune n’y avaient pas répondu.

Le but de nommer l’escouade Shinsengumi et de nommer le poste de Masatsugu au poste de vice-commandant était de renforcer la rumeur. Le fief du Tōkaidō avait décidé d’emprunter le nom du héros pour renforcer l’autorité et la réputation de Masatsugu Tachibana.

Cependant, l’ami qui connaissait bien Masatsugu avait un certain nombre de doutes.

« Ne t’en fais pas. Après tout, c’est facile pour les rumeurs bizarres de commencer en temps de guerre, » déclara Masatsugu.

« Est-ce vraiment ça ? » demanda Taisei.

« Ouais. Au fait, j’aimerais m’asseoir avec toi pour discuter du festival de l’école et du concours de beauté. Encore un moment et je serai assez libre pour aller à l’école. N’oublie pas de prendre le temps pour le faire, » déclara Masatsugu.

« Tu ne changeras jamais, Masatsugu-kun. Donc, par “un moment”, tu veux dire —, » comment Taisei.

« Comme tu le soupçonnes, je serai très occupé dans un futur proche, » déclara Masatsugu.

Masatsugu tapota la poignée d’Izumi-no-Kami Kanesada.

L’affrontement contre Édouard le Prince Noir approchait et il était temps pour la lame très affutée d’entrer en scène.

***

Partie 6

« C’est insupportable, » murmura Rikka. Seule la princesse à ses côtés pouvait l’entendre.

« Le fait d’être sous l’œil de la caméra tout le temps…, c’est si inconfortable, » continua Rikka.

« Quoi qu’il en soit, Rikka-sama, vous avez honnêtement l’air majestueux… Cela a été une excellente inauguration. Après ça, les choses seront plus faciles à gérer de différentes manières, » déclara Shiori.

« Nous vous devons beaucoup à cet égard, Votre Altesse, » répondit Rikka.

La princesse Shiori avait fait l’éloge de Rikka, qui avait souri avec ironie en retour.

La cérémonie commençait le matin et se poursuivait pour se terminer en après-midi. Ils organisaient actuellement un « défilé » dans la ville.

Avec son cercle intime, la nouvelle gouverneure générale faisait des tours dans la Cité de Suruga.

Naturellement, elles ne se déplaçaient pas à pied. Au lieu de cela, un autobus à deux étages avait servi à cette fin. Le deuxième étage de l’autobus n’avait pas de toit, ce qui en faisait une sorte de voiture ouverte. En raison des restrictions de circulation dans la ville de Suruga, l’autobus avait pu se déplacer régulièrement sur les routes sans obstacle, escorté par des véhicules de sécurité sur le côté.

Rikka se tenait au centre de l’autobus, l’endroit le plus visible.

Habillée dans un juunihitoe, la princesse Shiori se tenait à ses côtés.

Ce positionnement avait été conçu à des fins de relations publiques. Les deux filles avaient souri avec joie aux citoyens sur le bord de la route, leur faisant signe de temps en temps.

Tout ce spectacle avait pour but de créer une ambiance glamour et animée pour l’inauguration de la « nouvelle gouverneure générale ».

Partout, l’autobus avait été accueilli par des foules de résidents de Suruga qui l’acclamaient.

Il y avait aussi beaucoup de gens qui étaient venus des régions environnantes. Tout semblait « joyeux » à première vue, mais vu la situation difficile à laquelle est confronté le Fief du Tōkaidō, c’était « une simple bravade ».

Néanmoins, c’était suffisant.

Le fait d’avoir l’énergie pour s’occuper des questions d’apparence était la preuve qu’ils n’étaient pas poussés à bout.

Cela me fait penser que nous sommes actuellement coincés dans une position assez problématique…, en regardant les rues de Suruga depuis le bus, Rikka s’était dit cela.

L’invasion de l’Alliance pour la Restauration n’était pas le seul problème. Les fiefs de l’Est du Japon s’étaient révélés vraiment peu fiables malgré le fait qu’ils soient des compatriotes du Japon Impérial. Cependant, si Tōkaidō dépendait de l’Empire romain d’Orient comme allié, le grand héros César « prendrait le dessus ».

Dans cette situation désespérée, il y avait plusieurs raisons d’être optimiste.

La princesse délaissée se tenant à ses côtés, Shiori Fujinomiya, était servie par un mystérieux Ressuscité. Elle était elle-même très perspicace et dotée de pouvoirs spirituels exceptionnels.

Du point de vue d’un général, il serait difficile de trouver de meilleurs talents que le sien.

Malheureusement, dans le jeu de pouvoir qui s’ensuivit contre la famille impériale japonaise ou contre les différentes nations environnantes, il était impossible de dire si son sang de haute naissance serait une bénédiction ou une malédiction…

Shiori était une carte de joker insondable, impossible à prédire.

Dans des circonstances normales, une telle carte ne devrait jamais être conservée en main.

Cependant, le Fief du Tōkaidō n’était actuellement pas en mesure de faire la fine bouche. De plus, il y avait Masatsugu Tachibana, un être exceptionnel connu sous le nom de Ressuscité et lui faisant pensé à son vénéré Hijikata Toshizō…

On dirait que tout ce que je peux faire, c’est faire un pari, pensa Rikka.

Rikka se souriait à elle-même. Elle n’avait pas d’autre choix que d’y aller à fond avant que tout ne soit perdu. Les mesures ordinaires n’allaient pas inverser la tendance défavorable.

« Votre Altesse, j’ai déjà entendu l’essentiel de votre stratégie, » Rikka avait encore baissé la voix pour que seule la princesse à côté d’elle puisse entendre. « En ce qui concerne Hakone, procédons comme vous l’avez suggérée ? »

« Vraiment ? Alors —, » commença Shiori.

« En effet, nous unirons nos forces à celles du Ressuscité que Rome avait stationnées à Tokyo et nous attaquerons le Point de Contrôle d’Hakone simultanément de l’est et de l’ouest. Nous, de Tōkaidō, prendrons le contrôle de la région de Hakone au nom de l’incompétent Fief du Kantō et des fonctionnaires du palais impérial…, » déclara Rikka.

À ce moment-là, les deux femmes étaient parvenues à un consensus.

Elles allaient non seulement expulser l’Alliance pour la Restauration de Tōkaidō, mais aussi organiser leur propre soulèvement, faisant de cette crise une opportunité.

« Le simple fait de vaincre les ennemis à portée de main ne résoudra pas le problème à la racine. Nous pourrions aussi bien subjuguer Kantō et Tokyo d’un seul coup pour devenir la faction numéro un du Japon Impérial — en effet, c’est futile si nous n’accomplissons pas tout cela, » déclara Rikka tranquillement d’une voix que seule la princesse pouvait entendre.

***

Partie 7

Ce soir-là, après que Rikka Akigase ait succédé à son père…

La cérémonie d’inauguration s’était déroulée sans problème, mais tous les événements n’étaient pas terminés.

Les personnes concernées avaient été invitées dans un hôtel de la ville de Suruga pour assister à une fête connue sous le nom de rassemblement convivial.

Cependant, les principales stars d’aujourd’hui n’étaient pas encore arrivées.

Ils étaient rassemblés au centre du fort tutélaire de Suruga, sur le toit du donjon protecteur de la nation de quarante mètres de haut.

Rikka Akigase, Shiori Fujinomiya, Masatsugu Tachibana, et une autre personne.

« Oh mon Dieu, Votre Altesse s’est changée ? »

« Ma mobilité est après tout trop restrictive dans cette tenue, » répondit Shiori.

« Quel dommage ! Son Excellence aime beaucoup cela. Il sera certainement déçu de ne pas pouvoir le voir en chair et en os. »

Cet échange avait lieu entre Shiori et Alexis Yang.

Du point de vue de l’étiquette, le comportement de l’officier d’état-major Yang était hautement déconseillé. Il manquait de respect envers la princesse impériale d’une nation alliée, mais pas au point d’être ennuyeux ou exaspérant.

L’officier d’état-major Yang était probablement du genre à se faire facilement des amis partout dans le monde.

Son talent d’officier d’état-major n’était pas connu, mais il était certainement un employé « utile ». De plus, il était un maître nœtique.

À ce moment-là, Yang siffla.

La bête magique Aquila volant autour du toit du donjon protecteur de la nation — un aigle géant d’une envergure de quatre mètres — avait crié avec acuité en guise de réponse.

« C’est le fruit de mon travail après avoir possédé la bête magique avec ma conscience et avoir fait un voyage spécial à Hong Kong. Regardez ça tous, » déclara-t-il.

À peine avait-il dit cela qu’un changement s’était produit sur le corps de Yang.

La silhouette du chinois de souche et du citoyen de la Rome orientale en uniforme militaire s’était peu à peu estompée et avait disparu. Trente secondes plus tard, la silhouette floue avait pris une nouvelle apparence.

C’était un homme d’âge moyen, vêtu de la tenue militaire de la Rome antique.

L’officier d’état-major Yang s’était soudain « transformé ».

« Bonjour, Shiori. Ça fait un moment, non ? La dernière fois que je vous ai vu, c’était à la garden-party à Tokyo. »

L’homme d’âge moyen avait souri avec joie, la saluant avec galanterie.

Masatsugu avait été secrètement impressionné. L’homme était éloquent et avait une voix agréable. En entendant ça, on pouvait dire que c’était un orateur de premier ordre.

Shiori s’approcha de lui et inclina poliment la tête en guise de salutation.

« Oui, ça fait un moment. Je m’excuse pour mon manque de contact, surtout quand Votre Excellence a toujours pris soin de moi, » déclara Shiori.

« Je vous en prie. Vu notre relation, vous n’avez pas besoin d’être timide, » déclara César.

L’homme avait donné une impression incroyable. Bien que ses cheveux s’amincissaient et qu’il n’était pas particulièrement grand en taille…

Son visage était bien proportionné tout en gardant un air de dignité et de cordialité.

« Sachez que moi, Jules César, je suis un champion pour les dames et une fripouille arrogante qui se moque des autres hommes. Comment une absence de quelques mois pourrait-elle miner notre amitié ? » déclara César.

Dans sa façon distinctive de parler, l’homme avait introduit son nom.

César était l’homme dont le nom devint synonyme d’« empereur ». Un conquérant rare de l’histoire se tenait maintenant sous les yeux de Masatsugu.

… C’était probablement un miracle rendu possible par l’énergie noétique.

En recevant des noesis du grand généralissime à Hong Kong, Alexis Yang avait convoqué la projection astrale de Jules César sur les terres de Suruga pour posséder son corps…

Qui aurait cru que même les corps pouvaient ainsi changer ?

Masatsugu avait été profondément impressionné.

César s’adressa à l’autre beauté présente, « Salutations à vous, Gouverneure générale de Tōkaidō. J’ai eu le plaisir de rencontrer votre père à plusieurs reprises, mais ce soir est notre première rencontre… Pour être honnête, c’est non seulement une bénédiction pour le bien-être du public, mais je suis aussi personnellement très heureux. »

Se tournant vers Rikka Akigase, César avait souri cordialement.

« Je suis bien conscient des vaillants efforts et de la situation difficile du fort tutélaire de Suruga. En tant que Gouverneure générale en temps de crise, la gouverneure générale fait preuve d’un talent et d’une habileté militaires extraordinaires. De plus, vous êtes une belle jeune fille, ce qui fait de vous la meilleure alliée potentielle que je pourrais souhaiter. »

Faire l’éloge de la beauté des dames à chaque occasion était peut-être l’un des talents de César.

De plus, il étendit la main droite en essayant de mettre en pratique l’ancienne coutume romaine de la « poignée de main ». Ce geste éhonté convenait étonnamment bien à l’homme nommé César.

Rikka avait souri ironiquement et se serra la main, pensant apparemment la même chose.

Cependant, Rikka avait prévu son propre programme, comme attendu de la princesse Chevalière de Maison Akigase.

« Par alliance, vous faites allusion à une attaque concertée contre Hakone de l’Est et de l’Ouest, n’est-ce pas ? » demanda Rikka.

« Naturellement, elle s’étend au-delà de Hakone. Depuis que le problème s’est posé, nous devrions tous coopérer jusqu’à ce que la rébellion de l’Alliance pour la Restauration soit réglée, » répondit César.

« Nous, de Tōkaidō, nous vous en serions extrêmement reconnaissants, » déclara Rikka.

« Pour être honnête, j’aimerais rester plus longtemps à Suruga, mais cette technique noétique est très probablement fatigante et elle ne peut pas être maintenue trop longtemps. Néanmoins, dans deux semaines… Non, dans dix jours, je pourrai retourner au Japon. Je suis déjà en train de prendre des dispositions dans ce sens, » déclara César.

César avait promis cela avec sa main sur la poitrine.

« Pendant que je suis encore là, discutons de la façon de conquérir Hakone, » déclara César.

« À ce sujet… Nous pensons qu’il serait préférable de capturer Hakone avant votre arrivée, Votre Excellence, » déclara Rikka.

« Oh ? Ce qui veut dire que je n’ai pas la chance d’être sous le feu des projecteurs ? » demanda César.

« J’ai entendu Son Altesse Shiori raconter les méthodes de siège de Votre Excellence pendant les guerres gauloises. Cependant —, » commença Rikka.

Au cours de diverses batailles de siège dans le passé, César avait fait preuve d’une stratégie et d’une tactique extraordinaires.

Grâce à un déploiement intelligent de l’armée romaine, il s’empara des châteaux et des forteresses les uns après les autres, malgré les attaques de forces défensives beaucoup plus nombreuses que les siennes. Rikka disait à cet expert du siège. « Je crois que ce serait mieux si Jules César n’entrait pas en scène. »

« Voudriez-vous bien préciser vos pensées ? » demanda César.

« C’est extrêmement simple, Votre Excellence. Il vous faudrait au moins dix jours avant de poser les pieds au Japon. Si nous perdions tant de temps, je crains que le lion endormi ne ressuscite, » déclara Rikka.

Masatsugu Tachibana avait vaincu Richard Cœur de Lion.

À l’heure actuelle, cet homme impulsif faisait profil bas simplement parce qu’il n’avait plus de troupes.

Lorsque César arrivera au Japon au bout de dix jours, les Escalibors se seraient presque complètement rétablis, et c’est pourquoi Rikka avait suggéré une offensive rapide.

Naturellement, prendre des précautions contre le Cœur de Lion n’était qu’un prétexte. Rikka avait aussi d’autres considérations.

Le véritable motif était que le mérite de la capture de Hakone ne devait pas incomber uniquement à César.

« Hmm…, » murmura César.

César fixa Rikka. Il n’était pas seulement un coureur de jupons, mais aussi un héros et un stratège avec toute une vie d’expérience.

Il avait dû voir à travers les calculs du Fief du Tōkaidō en un rien de temps. Pourtant — Masatsugu était assez confiant.

César n’allait pas refuser cette suggestion.

Le fait qu’il leur ait envoyé son officier d’état-major direct indiquait qu’il croyait que le fief du Tōkaidō avait de la valeur à offrir, en particulier les talents rares du personnel à Suruga. Plus important encore, des informations à propos de Masatsugu Tachibana lui étaient déjà parvenues…

« Gouverneure générale… Non, puis-je vous appeler Rikka-dono ? » demanda César à l’improviste.

Rikka avait immédiatement consenti, « Oui, pas de problème. »

« Excellent, Rikka-dono. Vous soulevez un bon point et j’aimerais être d’accord avec vous. Cependant… Est-ce que ça va aller ? »

« Que voulez-vous dire par là, Votre Excellence ? » demanda Rikka.

« D’après ce que j’ai entendu, le Prince Edward est plutôt habile dans ses méthodes. Inutile de dire que mon camp apportera son aide autant que possible, mais s’il faut capturer Hakone dans les dix jours —, » commença César.

« En effet, c’est une épreuve difficile, Seigneur César. Cependant…, » Shiori avait enfin parlé. Avec un sourire magnifique, son ton de voix cachait une confiance tranquille.

« Si une épreuve de cette ampleur était au-delà de nos capacités, comment pourrions-nous même rêver combattre aux côtés des armées de Jules César… ? Ce serait de l’orgueil, » déclara Shiori.

« Je vois. Oui, vous avez raison, » déclara César.

Le grand discours de Shiori avait satisfait également la famille impériale japonaise et le Fief du Kantō

César hocha la tête avec désinvolture, clignant des yeux d’une manière très charmante. Ces bouffonneries humoristiques et espiègles étaient tout à fait dans le style d’un bel homme romain de l’Antiquité.

« Chers camarades, puisque vous insistez sur l’amitié avec un esprit indépendant, j’accepterai votre bonne volonté… en vérité, encore une dernière chose, » déclara César.

Enfin — L’événement principal arrivait.

César tourna lentement son regard vers Masatsugu et Masatsugu le regarda fermement. Les deux grands Ressuscités se regardèrent dans les yeux, leurs regards se rencontrant pour la toute première fois.

« Vous êtes Hijikata Toshizō, n’est-ce pas ? » demanda César,

« Certains m’appellent comme ça… Mais ce n’est pas une question à laquelle je devrais répondre, » déclara Masatsugu.

« Hohohohohoho. Quelle réponse intelligente ! » déclara César.

L’adage même des empereurs et des héros, César, souriait de joie, puis posait une autre question. « Je crois que c’est vous qui commandez ici. Puis-je vous demander si vous êtes confiant ? »

« Je peux seulement dire que je ferai de mon mieux. C’est la seule chose que je peux affirmer avec certitude, » répondit Masatsugu.

Comparé au grand héros sous ses yeux, qui aurait cru que le nom de Masatsugu Tachibana était aussi célèbre pour son courage ?

C’était une supposition pour le moment, mais la renommée n’était pas pertinente une fois qu’ils avaient marché sur le champ de bataille. Seuls les puissants, les chanceux ou les intelligents étaient capables de remporter des victoires.

C’était tout simplement la nature de la guerre. Enraciné dans cet état d’esprit, Masatsugu avait déclaré. « Plutôt que de me battre pour l’honneur et la réussite sur le même champ de bataille que le célèbre héros César, le combat seul me permet de me concentrer sur l’épreuve de force contre le Prince Noir. J’attends le résultat avec impatience, » déclara Masatsugu.

« Hahahahahaha ! Très bien, je mettrai ma foi dans vos paroles ! » déclara César.

C’était l’heure de la fin de la technique noétique.

 

 

La silhouette de l’ancien héros romain s’était progressivement évanouie, redevenant l’officier d’état-major Yang dans son uniforme militaire.

C’était la première rencontre entre le héros le plus célèbre de l’histoire et le général sans nom.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire