Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 1 – Chapitre 5 – Partie 4

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 5 : Legatus Legionis (1)

Partie 4

« Grand-père ! Je suis venu chercher ce que la princesse voulait ! »

En utilisant cette excuse, Tachibana Hatsune avait obtenu ce qu’elle voulait pour elle-même.

L’ancien le plus vénérable du clan Tachibana, le Tachibana Bunzaemon, âgé de cent deux ans, avait d’abord refusé, en disant : « Hmm ~ alors ! Organisons une réunion pour obtenir l’approbation du clan... »

« De quoi parlez-vous, grand-père ? Suruga est en crise en ce moment, c’est une urgence ! » avait alors déclaré Hatsune.

Le mot urgence avait renversé les objections de l’aîné.

Hatsune avait donc quitté la résidence de Bunzaemon près de la gare de Suruga.

Sa prochaine destination était la partie Est de la citée de Suruga où se trouvait le Lycée Rinzai. Mais plutôt que le dortoir, elle se dirigeait vers le plateau dans la région montagneuse à l’est de la ville — le fort tutélaire de Suruga.

Sur un scooter, Hatsune avait accéléré tout au long de la route.

Elle était vêtue de son kimono hakama et de ses bottes basses dans le style Haikara-san. De plus, elle portait un casque et avait placé un certain objet contre sa poitrine.

« L’appellation Kurou Hougan Yoshitsune... Chaque défi vaut la peine d’être essayé, » déclara-t-elle pour elle-même.

Hatsune était une artiste martiale accomplie, mais n’avait jamais été inspirée quant au fait de devenir Chevalier.

Cependant, maintenant que la cité de Suruga et la princesse avaient été prises dans le coup d’État de l’Alliance pour la Restauration, la situation était très désastreuse. Il n’y avait pas d’inconvénient à détenir une certaine puissance de combat — .

Pour qu’une simple écolière ait un tel sens des valeurs, elle appartenait vraiment au clan Tachibana qui s’enorgueillit de sa force et de sa valeur.

D’ailleurs, il n’était pas juste pour Masatsugu-oniisama, l’autre jeune du clan Tachibana, de se battre seul. Cela la dérangeait. Elle ne voulait pas perdre face à lui.

« Au fait, mon père à Tokyo m’a dit qu’il voulait venir parler d’Onii-sama. Qu’est-ce que c’est que ça ? » murmura-t-elle pour elle-même.

Les environs de Suruga étant bloqués par l’Alliance pour la Restauration, son père n’avait pas pu se rendre dans de telles circonstances.

Quoi qu’il en soit, Hatsune était arrivée près du fort tutélaire sur son scooter. Hier, un grand nombre de Kamuys et de Croisés avaient été tués au combat et de nombreux Légionnaires s’étaient écrasés dans cette région.

Maintenant, les cadavres des Japonais ou des Britanniques n’étaient plus visibles.

Les Légionnaires étaient des géants créés à partir des noesis des Chevaliers. Leurs corps disparaîtraient donc automatiquement une heure après la mort.

Hatsune avait donc atteint la porte latérale sans rencontrer de cadavres.

Bien sûr, ce n’était pas un endroit où les civils pouvaient fréquenter librement. Heureusement, Hatsune avait récemment accompagné la princesse lors de ses fréquentes visites, de sorte que le soldat qui gardait la porte s’était souvenu de son visage.

De plus, elle avait un atout.

« Je dois discuter avec la châtelaine Rikka-sama... Oh, j’ai oublié l’heure prévue, mais Rikka-sama m’a dit que j’étais la bienvenue pour passer à n’importe quelle heure ♪ ! Jetez un coup d’œil à ceci, » avait-elle déclaré.

Elle avait parlé de la promesse verbale antérieure et elle avait sorti la carte de visite de Rikka Akigase.

C’était la carte que Shiori avait remise récemment à Hatsune, sur laquelle on avait écrit les mots « s’il vous plaît, aidez la princesse ». Hatsune avait donc gardé la carte pour Shiori en tant que dame d’honneur et l’utilisait maintenant.

À moitié convaincu, le garde avait confirmé avec le fort tutélaire pour savoir ce qu’il devait faire.

À la fin, Rikka avait donné le feu vert et le garde avait donc facilement permis à Hatsune d’entrer.

Heureuse et chanceuse aux yeux des autres, Hatsune était en fait assez méticuleuse et prudente — du moins le elle pensait elle-même — et plutôt glissante dans ses allées et venues.

Cette fois, elle avait réussi à infiltrer le fort tutélaire par impulsion et initiative.

L’objectif de Hatsune était de montrer « un certain objet » à Rikka pour évaluation, en profitant de l’occasion pour poser des questions sur son expérience réussie. Hatsune voulait savoir comment le Chevalier Rikka Akigase avait hérité de l’Appellation du célèbre Onikiri.

« Onii-sama a oublié son passé d’héritier d’une Appellation... Demander à quelqu’un d’autre de partager son expérience est une bonne idée, » murmura-t-elle pour elle-même.

Ce n’était pas un endroit que l’on pouvait visiter arbitrairement sur une impulsion et un esprit optimistes.

Hatsune l’avait bien compris. Suivant le soldat qui la guidait, elle était entrée dans les locaux du fort tutélaire.

Elle avait vu les casernes et les hangars qui avaient été détruits deux jours plus tôt.

Il y avait aussi les soldats nerveux et fatigués appartenant à l’armée provinciale Tōkaidō.

Alors qu’elle était témoin de cette vue, Hatsune avait été emmenée dans un petit bâtiment de trois étages.

C’était un peu comme les immeubles à locataires mixtes de la ville. C’était là que se trouvait le bureau du châtelain. Shiori avait déjà visité cet endroit hier.

... Arrivée à l’entrée, Hatsune avait demandé au guide militaire par curiosité : « Excusez-moi ! Avez-vous vu quelque chose de bizarre courir à l’intérieur ? »

« Non, je n’ai rien vu, » répondit immédiatement le soldat, mais Hatsune ne le croyait pas.

Tout à l’heure, une « silhouette humaine enveloppée d’une brume noire » s’était glissée dans le bâtiment. La silhouette était à peu près de la taille de Hatsune, mais malheureusement, elle ne pouvait pas bien voir le visage obscurci par la brume.

Cependant, le guide n’a-t-il même pas vu la brume noire... ?

À ce moment, un certain objet à côté de la poitrine de Hatsune s’était mis à vibrer.

Hatsune l’avait précipitamment enlevé de l’endroit où il était, un rouleau bleu. Du vieux papier japonais avait été enroulé puis relié à l’aide de ficelle écarlate. C’était l’objet précieux du clan Tachibana pour la manifestation de Kurou Hougan Yoshitsune — .

Le parchemin symbolisant le sceau d’un Exploit d’Armes vibrait à nouveau.

Il essayait de transmettre quelque chose. Sans l’ombre d’un doute, Hatsune avait chargé vers l’avant afin de poursuivre la silhouette humaine aperçue avant ça !

 

☆☆☆

 

« Ils devraient me contacter d’un moment à l’autre…, » murmura Rikka.

Elle était dans le bureau du châtelain, face au bureau.

Bloquée par l’Alliance pour la Restauration, la citée de Suruga était comme une île enclavée sans aucun moyen de communiquer avec l’extérieur. Mais aujourd’hui, c’était déjà le troisième jour.

Les renards de liaison envoyés hors de la ville devraient déjà être de retour.

Le château de Nagoya — le quartier général du Fief de Tōkaidō et de la Maison Akigase — devrait également lui transmettre des messages.

Si seulement il y avait un moyen d’échanger des informations et d’établir des communications, Rikka pourrait travailler de concert avec des forces amies à l’extérieur au lieu d’être coincée à l’intérieur du fort tutélaire sur la défensive.

« ... Je suppose aussi que l’Alliance pour la Restauration en est bien consciente, » déclara-t-elle.

Les forces de l’Alliance avaient pris le fort tutélaire de Fuji.

Peut-être qu’ils allaient assiéger Suruga en force dans les deux jours qui suivraient.

Naturellement, les deux Chevaliers de Sa Majesté de l’ennemi avaient subi des pertes importantes et ne pouvaient plus combattre aussi rapidement.

Par contre, Rikka avec sa Force de Chevalier de 154 avait encore des Kamuys utilisables.

En incluant les pertes précédentes, les cent cinquante-quatre Légionnaires de Rikka s’étaient complètement rétablies.

« Je n’aime pas vraiment défendre les châteaux, mais je suis reconnaissante pour ce fait, » murmura-t-elle.

Le plus grand avantage des combats sur le territoire national était que les Légionnaires qui étaient tombés au combat près du fort tutélaire où le pacte tutélaire avait été établi n’avaient eu besoin que d’un jour pour reprendre vie.

De plus, un Chevalier avait aussi gagné en robustesse grâce à la bénédiction d’un sanctuaire de l’eau.

Il était une fois un chevalier qui s’était battu pendant sept jours d’affilée, sans se reposer ni dormir, et qui avait réussi à défendre avec succès un fort tutélaire.

Dans le passé, les batailles de siège favorisaient le côté défensif. Le même principe s’appliquait aussi au combat moderne des Légionnaires. Ainsi, Rikka avait pu garder son sang-froid sans devenir trop névrosée.

En fait, le corps ne tiendrait pas longtemps si l’on restait continuellement tendu en période de crise.

« En effet, c’est pour ça que lire ceci est une bonne chose, » murmura-t-elle.

Rikka avait légèrement toussé et avait pris un livre se trouvant sur le bureau.

Le livre de poche sur le bureau était « Roar, My Sword », écrit par un romancier d’histoire nationale. Mettant en vedette Hijikata Toshizō le vice-commandant du Shinsengumi en tant que protagoniste, c’était un chef-d’œuvre brillant représentant des batailles sanglantes et des histoires de jeunesse.

Rikka avait feuilleté les pages au hasard. Elle était tombée amoureuse de ce livre en 6e année.

Le fait d’apporter ce livre à Suruga avait été une pure coïncidence. À l’origine, elle l’avait attrapé de ses étagères à la maison sur un coup de tête, voulant savourer à nouveau ce fameux titre après tant d’années.

Jamais Rikka ne s’attendait à rencontrer Hijikata Toshizō dans la zone de Suruga à travers les rebondissements malicieux du destin — .

« Le pouvoir de prendre mes Kamuys... Ce n’était certainement pas un Chevalier ordinaire. »

Le jeune homme se faisant appeler Masatsugu Tachibana avait un beau visage, portait Izumi-no-Kami Kanesada et se spécialisait dans l’art de l’épée du style Tennen Rishin.

Tous les éléments avaient donc corroboré les suppositions de Rikka. De plus, il n’y avait pas de photos de Hijikata Toshizō.

Une théorie était que Hijikata Toshizō n’était jamais apparu devant un appareil photo de toute sa vie comme une précaution contre l’assassinat par le gouvernement meiji. Il ne voulait pas que son image se répande.

Cependant, on disait qu’il était aussi beau qu’une célébrité — .

Beaucoup de gens l’avaient attesté dans de nombreux écrits. Et il en était de même pour celui qu’elle avait rencontré. Selon elle, Masatsugu Tachibana était si beau...

Juste au moment où Rikka pensait au visage de Masatsugu, quelqu’un avait frappé à la porte du bureau. Se rappelant la nouvelle de l’arrivée de la dame d’honneur de la princesse, elle se demanda s’il n’était pas aussi venu.

Rikka ne pouvait s’empêcher de se sentir un peu nerveuse. Elle avait rangé le livre de poche dans un tiroir.

« S-S’il vous plaît, entrez. »

Rikka avait affiché intentionnellement un visage calme.

Cependant, elle avait froncé les sourcils dès qu’elle avait vu le visiteur. Il s’agissait d’une silhouette humaine enveloppée d’un voile noir, obscurcissant le visage et la silhouette, probablement une puissante technique noétique afin de masquer son apparence.

Cela dit, des noesis de cette force —, Rikka était emplie de doutes quant à qui il s’agissait.

Les maîtres néoétatiques humains n’étaient pas capables d’un tel rendement. Cela avait déjà atteint le niveau des bêtes de rétention de haut rang.

Les individus ordinaires n’arriveraient même pas à détecter les déplacements de la brume noire même si elle se trouvait sous leurs yeux, n’est-ce pas ? Telle était la force des noesis utilisées pour la dissimulation d’identité de cette personne.

« Excusez-moi, mais cette technique est inutile sur moi. Tout au plus, il est plus difficile de vous voir clairement, » Rikka avait haussé les épaules et avait levé la main droite.

Elle avait pris sa lame personnelle, Onikiri Yasutsuna. Les techniques noétiques avaient eu un effet limité sur les Chevaliers comme Rikka qui possédait une Appellation de haut niveau.

« Je reconnais votre capacité à vous faufiler dans le fort tutélaire par des moyens inconnus. Si vous êtes un assassin, je vous affronterais avec mon épée, » déclara Rikka.

Dégainant Onikiri Yasutsuna, Rikka s’était levée et elle s’était lentement approchée de la silhouette. Même si les contours étaient flous, le découpage des parties du corps ne poserait aucun problème.

Cependant, cette silhouette ombrée avait immédiatement dissipé son déguisement.

« Une déclaration audacieuse. Fufufufu, » une jeune femme était apparue, et son rire était aussi beau que le son des clochettes d’argent.

De plus, c’était une jeune fille blonde dont les cheveux magnifiques atteignaient la taille. Sa silhouette était si svelte que ses membres semblaient assez délicats pour se briser avec une légère pression. Le plus frappant de tous était son beau visage.

Délicat, exquis, aussi beau qu’une fée. Sa peau était aussi parfaitement pâle et immaculée comme de la porcelaine.

Elle portait un manteau de fourrure noire qui atteignait sa taille. Ses jambes minces étaient vêtues de collants noirs. Sa tenue noire rappelait les vêtements funéraires, probablement en raison de l’aura fatale que la femme exsudait.

« Je voudrais faire une demande à la féroce et courageuse Chevalière — veuillez me reconnaître, moi, Éléanore, comme votre maître. Inclinez-vous devant moi et prêtez serment d’allégeance, » déclara Éléanore.

« Quelles bêtises dites-vous… ? » demanda Rikka.

La blonde regardait fixement Rikka, la faisant frissonner.

Rikka ne pouvait exercer aucune force dans son corps. Son corps avait même commencé à bouger tout seul. Se penchant légèrement vers l’avant au niveau de sa taille, ses genoux étaient presque sur le point de s’agenouiller. Sa vue était dominée par la blonde.

Si elle inclinait la tête et prêtait un serment de loyauté — .

Rikka Akigase deviendrait la possession de la fille. Cela avait provoqué la colère de Rikka.

« Gah — ! »

Rikka avait serré la lame d’Onikiri Yasutsuna avec sa main gauche.

La lame avait coupé la surface de sa paume. La douleur était arrivée avec l’effusion de sang frais, mais grâce à cette douleur, le mystérieux contrôle s’était quelque peu atténué. Rikka avait fixé son regard avec violence sur la fille se trouvant devant elle.

Bien que ses membres soient encore faibles, le fait de taillader son ennemi ne serait pas un problème.

« Oh, mon Dieu ! De penser qu’il y a des Chevaliers au Japon qui peuvent résister à des malédictions contraignantes. Quelle surprise ! » déclara Éléanore.

La blonde avait souri à Rikka qui avait retrouvé sa présence d’esprit.

Tenant un revolver .38 dans sa main droite, elle avait visé la tête de Rikka.

« Même parmi les Chevaliers de Sa Majesté, peu sont capables de résister à mon pouvoir. Quelqu’un d’aussi dangereux que vous devrait être tué par précaution…, » l’enchanteresse avait souri avec moquerie.

Rikka se lamentait à l’intérieur d’elle. Un épéiste ordinaire faisant face à des armes à feu serait une situation très défavorable, mais elle était Chevalier avec la capacité de sentir et de contrôler les noesis.

Elle était capable de lire la soif de sang de la sorcière pour éviter à l’instant avant que la détente ne soit pressée.

Puis, s’approchant rapidement, elle pourrait tuer son ennemi avec un coup d’épée instantané.

Malheureusement, Rikka était en mauvais état pour le moment et incapable de se précipiter à portée d’attaque. Le plus troublant de tous était que la sorcière Éléanore regardait Rikka dans les yeux, l’hypnotisant avec des mots enchantés.

« Laissez-moi vous demander encore une fois... S’il vous plaît, voulez-vous devenir mon chevalier ? » demanda la sorcière.

Une lumière dorée clignotait dans les yeux de la sorcière.

Rikka avait grincé des dents. Les yeux de la sorcière vidaient son corps de ses forces. La situation s’aggravait à chaque instant qui passait. Elle avait besoin d’une sorte d’opportunité pour lui permettre de contre-attaquer !

« Ça s’arrête ici, la malfaisante ! » La voix courageuse et énergique d’une jeune fille avait été entendue sur les lieux.

La dame d’honneur de la princesse, Tachibana Hatsune, avait fait irruption dans le bureau. Capable de voir la sorcière que les gens ordinaires ne pouvaient pas voir, elle avait lancé le parchemin bleu se trouvant dans sa main sur la sorcière.

Vivant au nom de sang Tachibana, elle avait réagi sans la moindre hésitation.

« !? »

La sorcière avait évité le parchemin qui volait vers son visage.

Les mouvements d’Éléanore étaient agiles. Malgré son apparence faible et frêle, elle avait des réflexes de bête. Cependant, son plan d’action était indéniablement une erreur — .

« Yahhhhhhhhhhhhhhhhh ! »

Stimulant son corps épuisé, Rikka s’était avancée.

Utilisant toutes les forces qui lui restaient, elle envoya un coup d’épée vers la gorge de la sorcière. Cependant, son corps affaibli ne pouvait pas bouger normalement. À la fin, son épée n’avait réussi qu’à transpercer l’épaule gauche de la sorcière.

« Guuuh ! »

La sorcière Éléanore avait gémi en raison de douleur quand le sang rouge éclaboussait là — non.

Ce qui sortait de l’épaule de la jeune fille mince était d’une manière incroyable du sang bleu. C’était presque comme le bleu marin du liquide ectoplasmique.

« On dirait que c’est vraiment la fin, » Éléanore avait parlé pleine de chagrin et elle se tourna vers la fuite dès qu’elle eut terminé sa phrase.

Elle s’était précipitée vers la fenêtre de la chambre au lieu de se diriger vers Rikka ou Hatsune. Le bureau était situé au troisième étage, mais elle s’était dirigée vers la fenêtre sans hésitation.

Quand Éléanore était entrée en collision avec le verre, Rikka avait vu le corps mince de la sorcière se transformer en chien noir.

C’était un chien de chasse musclé. Sous la forme d’un chien, la sorcière Éléanore avait brisé le verre et s’était précipitée dans les airs.

« Qu’est-ce qu’il y a avec cette fille... ? » Totalement drainée de toutes ses forces, Rikka ne pouvait plus bouger même avec toute sa volonté.

Elle avait trébuché sur le côté de la fenêtre et Hatsune était allée la soutenir.

« E-Elle est partie... »

Hatsune avait regardé par la fenêtre et avait balayé le sol de son regard, parlant dans la confusion.

Le chien noir courait à toute vitesse, traversant la pelouse du fort tutélaire aussi vite que le vent. En cours de route, elle s’était à nouveau transformée — mais cette fois-ci en corbeau.

Le corbeau noir avait déployé ses ailes et il avait pris son envol.

L’image du départ de la sorcière était sans aucun doute une sorte de mauvais présage.

 

☆☆☆

 

« Cependant, il est compréhensible que Rikka-sama se fasse de fausses idées, » alors qu’elle disait cela, Shiori marchait dans le parking du fort tutélaire de Suruga.

Masatsugu était également de la partie après avoir simplement joué le rôle du conducteur. Avec Izumi-no-Kami Kanesada suspendue à sa taille, il servait maintenant de Chevalier de la princesse.

« Tōkaidō est une terre qui a des liens profonds avec le Seigneur Tokugawa Ieyasu. Hijikata Toshizō a servi le shogunat Tokugawa comme samouraï jusqu’à la toute fin et a ensuite servi de protecteur de la famille impériale. C’est un héros spécial. En plus de…, » Shiori avait jeté un coup d’œil à Masatsugu.

« Moi aussi, j’ai eu des soupçons quant à savoir si votre véritable identité est Lord Hijikata, Masatsugu-sama. Je suppose que mon grand-père m’a peut-être envoyé un héros ayant des liens intimes avec la famille impériale... Les rumeurs sur l’apparence du Lord Hijikata sont semblables aux vôtres, Masatsugu-sama, » déclara Shiori.

« Je vois, » répondit simplement Masatsugu.

« Cependant, ma supposition a été balayée quand l’Izumi-no-Kami Kanesada, chère à la Maison Fujinomiya, n’a montré aucune réaction, » déclara Shiori.

Masatsugu avait maintenant aussi compris cela. Hijikata Toshizō était très beau et Shiori et Rikka avaient montré un grand intérêt pour le visage de Masatsugu Tachibana.

« Au fait, Masatsugu-sama, vos talents de conducteur... pourraient être améliorés, » déclara Shiori.

« Désolé pour ça. Pour être honnête, je n’ai pas l’habitude de conduire un véhicule à quatre roues, » répondit Masatsugu.

« Une fois qu’on aura trouvé Hatsune, laissez-lui le voyage du retour…, » déclara Shiori.

Masatsugu Tachibana avait la mauvaise habitude de se transformer en démon de la vitesse lorsqu’il ne faisait pas attention.

Après avoir expérimenté à quel point il conduisait dangereusement, Shiori était complètement hagarde dans son esprit et son corps.

Sur les routes de montagne sinueuses jusqu’au plateau du fort tutélaire, la princesse avait dû réprimer sa peur alors qu’elle avait crié à chaque virage. (De plus, comme l’expérience serait plus terrifiante en descente, Masatsugu avait une confiance absolue qu’il pourrait faire crier Shiori avec encore plus de force.)

En bavardant, les deux individus s’étaient approchés du bâtiment contenant le bureau du châtelain.

Ils avaient ensuite découvert l’attaque mystérieuse de l’intrus sur Rikka Akigase ainsi que l’arrivée de Hatsune à la rescousse.

 

☆☆☆

 

Devant le bâtiment du bureau du châtelain, Masatsugu et la fille du clan Tachibana parlaient.

« ... C’est donc ce qui s’est passé. On a à peine réussi à repousser cette fille capable de se transformer, » déclara Hatsune.

Dans un rare état d’apathie, Hatsune avait rapporté toute l’histoire.

Son expression était mélangée avec le doute, ne sachant pas si ce qu’elle avait vu était réel. On aurait dit qu’elle avait été ensorcelée par un esprit de renard.

« Nous vivons à une époque où les morts ressuscitent et parcourent le monde. Une sorcière pouvant se transformer n’a rien de surprenant, » répondit Masatsugu.

« Onii-sama, je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un comme ça. Les techniques noétiques ne peuvent être utilisées que pour le camouflage, » déclara Hatsune.

Un groupe de soldats s’était rassemblé devant le bâtiment.

Allongée sur une civière, Rikka était transportée hors de la bâtisse avec un certain nombre de personnes qui attendaient sur le côté, y compris les ambulanciers paramédicaux et Shiori. Ils étaient venus jusqu’à elle pour examiner son état.

« Masatsugu-sama ! » Shiori avait appelé son nom et Masatsugu s’était précipité aux côtés de la princesse et de Rikka.

« Rikka-sama a une demande pour vous, » déclara la princesse.

« Une demande pour moi ? » demanda Masatsugu.

Arrivé aux côtés des deux filles, Masatsugu n’avait pas pu s’empêcher de se sentir un peu perplexe devant ce que Shiori lui avait dit.

Pendant ce temps, Rikka avait faiblement souri tout en restant allongée sur la civière sans avoir la moindre force. Elle n’avait réussi qu’à courber les coins de ses lèvres, mais son courage était évident.

« ... Comme vous pouvez tous le voir, j’ai été négligente. En vérité, je ne suis pas sûre de pouvoir me rétablir immédiatement, » déclara Rikka.

La voix de Rikka manquait aussi de vitalité, mais elle regardait Masatsugu avec fermeté.

« Hiji — non, Tachibana-dono. J’espère que vous pourrez défendre Suruga à ma place pour le moment. La princesse a aussi donné son consentement, » continua Rikka.

L’assassin était une fille blonde inconnue, mais elle était certainement impliquée dans l’Alliance pour la Restauration.

L’occasion de conquérir le fort tutélaire pendant que le châtelain était inconscient était bien trop évidente.

Masatsugu avait alors dit. « Puisque Son Altesse Shiori a donné son consentement, je n’ai pas d’objections. Je défendrai Suruga en votre nom malgré mes humbles talents. »

« J’apprécie beaucoup, » Rikka avait fermé les yeux après l’avoir remercié.

Elle avait perdu connaissance. De façon inattendue, Masatsugu Tachibana était maintenant chargé des devoirs du châtelain. Comme il était incapable de convoquer un seul Légionnaire, comment allait-il s’opposer à l’ennemi ?

Masatsugu avait haussé les épaules. Il n’y avait aucune raison de s’inquiéter avant la bataille. La seule façon de savoir si les choses marcheraient était de le faire pour de vrai.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire