Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 1 – Chapitre 6

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 6 : Legatus Legionis (2)

***

Chapitre 6 : Legatus Legionis (2)

Partie 1

Il était 16 h 04 quand Akigase Rikka s’était évanouie dans le fort.

Deux heures plus tard, le fort tutélaire de Suruga avait reçu des nouvelles. Une wyverne chargée de la reconnaissance du périmètre avait découvert des ennemis qui approchaient de la zone.

Il était 18 heures passées. Le ciel du soleil couchant s’assombrissait peu à peu.

Environ deux cents Légionnaires ennemis approchaient de la ville de Suruga sous le couvert de la nuit d’automne.

Partant du fort tutélaire de Fuji, les ennemis avaient utilisé des vols à basse vitesse qui consommaient très peu de liquide ectoplasmique, survolant la Baie de Suruga. Cependant, les ennemis n’étaient pas des Croisés comme la dernière fois.

Il s’agissait maintenant d’une armée de samouraïs bleus du Japon Impérial, des Kamuys.

Le fief de Kinai et les Britanniques avaient uni leurs forces pour établir l’Alliance pour la Restauration. S’opposer à l’Alliance signifiait que des luttes intestines entre Kamuys se produiraient un jour ou l’autre.

Et ce jour-là était ce soir.

Le donjon protecteur de la nation était le noyau du fort tutélaire. Tachibana Hatsune attendait dans le hall du rez-de-chaussée. Les soldats de l’armée provinciale Tōkaidō se dépêchaient d’entrer et de sortir, ce qui signifiait qu’ils travaillaient dur en réponse à l’arrivée de l’attaque ennemie.

Hatsune se tenait seule dans un coin pour éviter de se mettre en travers de leur chemin.

S’il s’agissait d’une fête, Hatsune serait probablement une « fleur murale », mais la situation actuelle était le contraire.

« Guerre civile... Des gens du même pays qui s’entretuent, » Hatsune avait soupiré après avoir dit ça, se sentant anormalement déprimés.

Vu à travers des lunettes roses, l’ère dite Sengoku était une époque où les ambitieux seigneurs daimyo rivalisaient pour la suprématie afin d’unifier la nation — mais ce n’était rien de plus qu’un bain de sang où les Japonais s’étaient entretués lors d’une guerre civile. De même, la Restauration meiji avait vu les réformistes de l’ère Bakumatsu se rallier pour inaugurer une nouvelle ère — mais c’était aussi une époque de troubles civils pleins de tragédies.

Peut-être qu’une telle époque était sur le point d’arriver à nouveau.

« Onii-sama et la princesse, je me demande s’ils vont bien... ? » murmura Hatsune.

Hatsune ne faisait pas seulement partie de l’entourage de la princesse et du Chevalier, mais elle s’était aussi distinguée en sauvant la châtelaine.

Par conséquent, elle avait été autorisée à rester dans le donjon protecteur de la nation. Hatsune ne voulait pas faire une scène, mais au moins elle se sentait reconnaissante d’avoir obtenu une place dans la salle.

Le fait de rester ici lui avait permis de surveiller de près la situation de la bataille.

Par exemple, elle pourrait vérifier en temps réel comment son Onii-sama du clan Tachibana s’était battu et sa sécurité sur le champ de bataille.

« Pour être honnête, la situation est tout à fait défavorable. Tu dois faire de ton mieux, Onii-sama... ! » murmura-t-elle.

La Chevalière qui devait à l’origine combattre à ses côtés, Akigase Rikka était inconsciente et n’était pas apte à venir défendre la zone avant de nombreuses heures.

L’ifrit et l’esprit qui protégeait le fort tutélaire étaient également en mauvais état et ils ne pourraient pas offrir une grosse résistance.

Ainsi, Masatsugu était devenu le dernier espoir de toutes les personnes présentes dans le fort. Il s’était enfoui avec son seigneur Shiori dans le sous-sol du donjon protecteur de la nation, mais n’était toujours pas revenu.

Tout en réfrénant son anxiété, Hatsune avait attendu tranquillement que la bataille commence.

☆☆☆

« Comment est-ce ? » demanda la princesse.

« Comme je m’en doutais... L’eau ici ne me convient pas, » répondit Masatsugu.

Masatsugu était dans le sous-sol du fort tutélaire, actuellement dans le bain du sanctuaire de l’eau.

Shiori était également à ses côtés. La cuve du liquide ectoplasmique, ressemblant à une piscine ronde, était remplie de liquide ectoplasmique artificiel bleu-marine. Le centre avait été conçu comme une fontaine où le liquide bleu s’écoulait continuellement.

Masatsugu trempait seul dans la cuve.

Chargée de l’accompagner et de l’instruire, Shiori était restée à l’extérieur du bain avec son dos tourné vers Masatsugu.

« Qu’entendez-vous par inadapté ? » demanda Shiori.

« Princesse, vous avez dit que le fluide ectoplasmique s’infiltrerait dans mon corps et mon âme pour m’aider à me réapprovisionner, n’est-ce pas ? Malheureusement, je n’ai pas l’impression d’absorber le fluide ectoplasmique, » répondit Masatsugu.

« Je vois…, » répondit-elle.

Shiori écoutait attentivement, mais elle refusait avec insistance de regarder vers la cuve de liquide ectoplasmique.

Elle avait agi ainsi vis-à-vis de Masatsugu pendant tout ce temps parce qu’il était nu. Dès qu’il était arrivé dans la cuve de liquide ectoplasmique, Masatsugu s’était déshabillé parce que les vêtements l’empêcheraient d’absorber le liquide.

Devenant rouge vif, Shiori avait hâtivement tourné le dos à Masatsugu.

Évidemment, elle n’était pas habituée à « regarder les autres » ni à elle-même être regardée. De plus, la princesse était vêtue de l’uniforme de l’école comme avant.

« Au fait, Princesse. D’après ce que j’ai entendu dire... Les femmes de la haute noblesse ont généralement des dames d’honneur pour les aider à changer, de sorte qu’elles n’hésitent pas à se déshabiller devant d’autres personnes. Cela ne semble pas s’appliquer à vous, Princesse, pourquoi ? » demanda Masatsugu.

« Vous parlez des princesses d’il y a presque un siècle ! » s’écria Shiori.

La question franche de Masatsugu avait reçu une réponse sous forme de réprimandes.

« Même si nous sommes des membres de la royauté, il serait problématique de vivre en tant qu’humain moderne si l’on n’avait pas les compétences de base de la vie, comme le fait de s’habiller soi-même. S’il vous plaît, ne soulevez pas de telles questions qui équivalent au harcèlement sexuel ! »

« Je n’aurais pas dû demander, » déclara Masatsugu.

« Mis à part ça, Masatsugu-sama, le réapprovisionnement en fluide ectoplasmique est-il complètement inefficace ? » demanda Shiori, changeant de sujet.

« Oui, bien que... venir ici a au moins accompli quelque chose, » déclara Masatsugu.

Dès qu’il avait terminé, tout le corps de Masatsugu avait brillé d’une faible lueur.

Le pacte tutélaire avait été conclu entre Masatsugu et le sanctuaire de l’eau de Suruga. Cela lui permettait maintenant d’utiliser efficacement l’avantage d’être chez lui, de pouvoir convoquer les Légionnaires à volonté près du fort tutélaire et de ranimer les pertes dans des délais plus courts...

Cela étant dit, tout cela n’avait pas beaucoup de sens pour Masatsugu qui n’avait toujours pas un seul soldat sous son commandement.

« Vous avez la capacité de former un pacte tutélaire, mais pas de vous réapprovisionner en fluide ectoplasmique, » murmura Shiori à elle-même, surprise.

Cependant, elle n’avait pas perdu espoir. De retour sur la situation sur Masatsugu, elle était entrée dans une profonde réflexion. Puis, vingt secondes plus tard, elle avait partagé sa conclusion de manière décisive.

« Je n’ai pas le choix. Je vais devoir aller demander la raison, » annonça-t-elle.

« Demander ? À qui le demanderez-vous ? » demanda Masatsugu.

« Mon grand-père. En fait... J’ai déjà une idée de l’identité de la sorcière qui vient d’attaquer Rikka-sama. Elle est probablement la même chose que moi, » répondit Shiori.

La même chose ? Masatsugu avait été assez surpris. La princesse se tourna lentement la tête vers lui.

Leurs regards s’étaient rencontrés. Malgré que Masatsugu était nu, Shiori n’était plus nerveuse.

Il s’agissait probablement d’une combinaison de l’immersion du bas du corps de Masatsugu dans le liquide ectoplasmique et du fait qu’ils étaient confrontés à une question sérieuse — en tout cas, c’était un sujet très poignant.

« La sorcière est probablement une membre de la royauté. Elle descend d’une princesse qui a épousé une Bête Sacrée en tant que prêtresse pour devenir la consort de la Bête Sacrée... En d’autres termes, elle est soit une fille, soit une petite-fille avec le sang d’une Bête Sacrée qui coule en elle, » expliqua Shiori.

« La sorcière que Hatsune a vue est une membre de la royauté comme vous, Princesse ? » demanda Masatsugu.

« Quand nous prions nos ancêtres, les Bêtes Sacrées, il y a une chance que nos souhaits se réalisent. Normalement, nous prions pour des questions nationales majeures, comme demander à des Bêtes Sacrées d’accorder des Légionnaires ou des Appellations... Quant à moi, » avait dit Shiori en déplaçant légèrement ses cheveux blond-platine scintillants, « Je suis capable de prier plus arbitrairement pour des désirs personnels. Mon sang de dragon est plus fort que n’importe quelle autre princesse, ce qui semble faciliter la communication avec mon grand-père. Cette sorcière polymorphe est probablement — non, elle doit être une princesse dont l’héritage de sang de Bête Sacrée doit être encore plus fort que le mien. »

Hier, Shiori lui avait révélé que le Seigneur Tenryuu lui avait accordé Masatsugu en tant que souhait.

Des liens plus forts avec une Bête Sacrée impliquaient aussi une plus grande proximité avec le mystique.

« Masatsugu-sama, s’il vous plaît, sortez et tenez-vous devant moi... B-Bien sûr, faites d’abord que vous soyez p-présentable, » balbutia Shiori.

Shiori était devenue un peu agitée à la fin. Après avoir parlé, elle avait de nouveau tourné le dos à Masatsugu.

Masatsugu avait quitté la cuve de liquide ectoplasmique et avait enroulé une serviette de bain autour de sa taille. Avec une silhouette élancée, il n’était pas un grand homme aux muscles gonflés. Mais dans l’ensemble, son corps était assez bien entraîné sans la moindre graisse, s’approchant du physique d’un boxeur avant un match.

Ainsi, les deux individus étaient maintenant face à face.

Assis sur le bord de la cuve de liquide ectoplasmique, Masatsugu avait baissé la tête. Shiori avait tendu la main droite sur le front du Ressuscité amnésique.

Puis les yeux de la fille au sang de dragon avaient instantanément brillé en bleu.

« ... Je connais la réponse, » déclara Shiori.

La voix chuchotée de Shiori était très solennelle. Il fallait s’y attendre, car c’était la voix d’une jeune fille de sanctuaire déclarant un oracle.

« Le fluide ectoplasmique doit fusionner avec le corps et l’âme afin d’activer les pouvoirs mystiques... Cependant, Masatsugu-sama, vous avez perdu votre nom et vos souvenirs…, » continua-t-elle.

L’expression de Shiori avait disparu. Son visage avait une beauté froide et inorganique comme celle d’une poupée.

« Cette condition équivaut à perdre une partie de son âme. Un réceptacle incomplet. Une âme endommagée ne peut pas transporter le fluide ectoplasmique... et par conséquent ne peut pas assurer l’approvisionnement d’une armée…, » expliqua Shiori.

Masatsugu avait froncé les sourcils. Il ne s’attendait pas à ce que la perte de ses souvenirs cause un tel problème.

De plus, il avait remarqué que quelque chose s’échappait d’une Shiori sans expression. Masatsugu comprenait instinctivement grâce à la capacité d’un Chevalier à sentir la noesis.

« La raison pour laquelle vous ne pouvez pas matérialiser les Légionnaires est comme je le soupçonnais... C’est après tout un manque de réserves de fluide ectoplasmique. Permettez-moi de profiter de cette occasion... pour prier pour la restauration de votre mémoire. Qu’elle réussisse ou non, on ne peut le savoir qu’après la tentative…, » déclara Shiori.

Masatsugu se sentait très sceptique. Shiori pourrait-elle vraiment prier pour la restauration de ses souvenirs ?

Dans ce cas, pourquoi n’avait-elle pas essayé plus tôt ? Le certain quelque chose qui s’échapperait à la princesse — le flux augmentait. Se pourrait-il que...

« Masatsugu-sama, fermez les yeux, » déclara Shiori.

Malgré sa surprise, Masatsugu avait suivi les instructions de Shiori.

Il avait fermé les yeux et avait vu une sorte de scène.

Tout d’abord, il y avait une salle de classe avec de nombreux élèves du lycée Rinzai. Cependant, il ne s’agissait pas d’un cours, mais d’une réunion du comité exécutif du festival de l’école. La scène s’était de nouveau déplacée vers une salle de classe où une leçon était en cours, puis vers une chambre à coucher dans le dortoir des garçons, puis Masatsugu et Taisei sortant ensemble après l’école...

Les scènes de sa vie quotidienne clignotaient comme dans un kaléidoscope.

Masatsugu avait vu ses souvenirs des deux dernières années, remontant lentement vers l’arrière à partir du plus récent. Il y a un mois, deux mois, trois mois, un an, un an, un an et demi.

Finalement, c’était il y a deux ans, la première fois qu’il avait repris connaissance après sa perte de mémoire.

Il était allongé sur un futon dans une sorte de maison. Quelqu’un du clan Tachibana était à côté de lui et lui avait dit beaucoup de choses pendant qu’il était éveillé. Quelques jours plus tard, il était venu à Suruga.

Masatsugu n’avait aucun souvenir de ce qui s’est passé plus tôt, mais le retour en arrière des souvenirs s’était poursuivi.

— À l’intérieur d’une grotte au fond d’une certaine montagne. Il pleuvait dehors.

À peine réveillé, Masatsugu était nu. Devant lui se trouvait une belle jeune fille.

Ces magnifiques cheveux blond-platine avaient sans aucun doute appartenu à Shiori. Cependant, elle était deux ans plus jeune qu’à l’heure actuelle, ayant seulement quatorze ans. À l’époque, elle aurait dû étudier à l’étranger.

Peut-être que cela s’était produit dans le territoire de Rome orientale ou bien qu’elle était retournée au Japon pour une brève visite.

Quoi qu’il en soit, la princesse avait demandé à Masatsugu d’être son Chevalier et il avait accepté avec magnanimité.

« En guise de remerciement pour m’avoir rappelé dans ce monde, je m’engage à faire tout ce qui est en mon pouvoir. »

Cependant, Masatsugu avait alors perdu conscience — .

La scène avait encore changé.

Cette fois, c’était au centre d’une vaste plaine de prairie. Il n’y avait aucun bâtiment en vue. L’horizon était au loin.

Cela ne ressemblait pas à un paysage japonais, mais cela pourrait l’être. Parce que c’était une scène du passé, pas du présent.

Masatsugu... Non, c’était avant qu’il reçoive ce nom. C’était dans sa vie antérieure.

Il montait un cheval au galop. Sa monture n’était vraiment pas un pur-sang. Son corps maigre n’avait pas du tout l’air impressionnant. Cependant, le cheval avait couru à vive allure. Même aujourd’hui, il courait avec force à travers les prairies. La longévité de cette race était son trait de caractère le plus important.

Le cheval courait encore et encore, mangeant de l’herbe dans le désert, étanchant sa soif avec la rosée du matin.

Traversant des milliers de kilomètres, maigre, mais fort et résilient.

C’était vraiment le type de cheval le plus adapté à la guerre. Il était monté à cheval avec l’épée à la main, un arc et un carquois de flèches suspendues à la selle, et il s’était précipité sur le champ de bataille avec une armée qui partageait ses maigres rations. Les soldats sous son commandement montaient des chevaux tout aussi maigres.

Les ennemis... Qui étaient-ils ? Dans quel pays était-il, combattant qui ?

Quel est mon nom ?

Alors que la réponse était sur le point d’être révélée...

Masatsugu avait ouvert les yeux et avait dit à la princesse qui comptait sur le pouvoir de son grand-père, Seigneur Tenryuu, « C’est assez, Princesse... Vous n’avez pas besoin de consommer votre vie plus longtemps. »

« Hein ? » Instantanément, la surprise était apparue sur le visage sans expression de Shiori.

Elle pensait probablement que Masatsugu ne s’en apercevrait pas.

Cependant, Masatsugu avait discerné le secret. « Les Bêtes Sacrées ont de grands pouvoirs, et ils sont même assez importants pour changer le monde. Il est naturel que de demander aux Bêtes Sacrées d’invoquer ce genre de pouvoir exige un prix correspondant. »

« Masatsugu-sama…, » murmura Shiori.

« D’après ce que je peux dire, le prix est payé en utilisant la vie de la personne de la royauté comme vous, n’est-ce pas ? » demanda Masatsugu.

« ... » Shiori inclina la tête sans dire un mot. Le silence avait été la confirmation la plus efficace.

Actuellement, les esprits de la princesse et de Masatsugu étaient retournés dans le bain présent dans le sanctuaire de l’eau. Des plaines herbeuses d’une époque inconnue jusqu’en 1998, dans le fort tutélaire de Suruga à la fin du XXe siècle.

Au moment où ce rituel avait commencé, Shiori avait perdu quelque chose de son corps.

À savoir, la vie, la longévité, la vitalité. Masatsugu était un guerrier dont le chemin se croisait plus près de la mort que n’importe qui d’autre, de sorte qu’il sentait instinctivement que ce que Shiori avait perdu était une vie précieuse.

« Vous avez déjà payé le prix correspondant pour me ranimer, » déclara Masatsugu.

« Le nombre exact m’échappe... Quoi qu’il en soit, ma durée de vie a diminué d’environ cinq ans, peut-être une décennie ou deux. Mais ça n’a pas d’importance, » déclara Shiori.

Shiori avait levé la tête avec détermination.

« La durée de vie des femmes qui héritent du sang des Bêtes Sacrées est toujours très extrême. Elles meurent jeunes d’une manière tragique ou vivent jusqu’à un âge avancé. En héritant si fortement du sang de mon grand-père, je vivrai sûrement longtemps. En plus de…, » continua la princesse.

La princesse avait feint une expression calme et avait continué à afficher un visage courageux.

« Plutôt qu’une longue vie dans les bas-fonds et dans la misère, intimidée par l’Impératrice et ses plus proches partisans... Une vie courte, aussi brillante qu’un feu d’artifice, serait beaucoup plus élégante, » déclara-t-elle.

« Même ainsi, vous avez assez payé. » Trouvant l’attitude têtue de Shiori plutôt mignonne, il avait dit : « Puisque vous avez réduit votre propre vie pour m’obtenir... Ma vie sera à vous, Princesse, » déclara Masatsugu.

C’étaient les paroles d’un général, transmettant une promesse à son seigneur.

Shiori avait l’air surprise en regardant Masatsugu.

***

Partie 2

Avec Shiori se tenant à côté de lui, Masatsugu avait quitté le bain. Devant eux se trouvait un vaste réservoir de couleur bleu marin qui était composé de liquide ectoplasmique artificiel. Il s’agissait du but original d’un sanctuaire de l’eau.

Il y avait un réseau de sentiers au-dessus de cette piscine bleue.

En marchant le long des sentiers, Masatsugu avait atteint le centre du sanctuaire de l’eau.

Shiori l’avait suivi. Elle n’avait rien dit après avoir écouté sa promesse plus tôt. Elle semblait troublée et très embarrassée.

Masatsugu s’était déjà séché et avait revêtu de son uniforme, de sorte que son apparence ne devrait pas en être la cause.

« Masatsugu-sama... Merci pour votre gentillesse, » déclara timidement Shiori. « Non seulement vous m’avez empêché d’utiliser plus de ma vie, mais vous m’avez même dit de tels mots... »

« Il est trop tôt pour me remercier. Je n’ai pas encore prouvé que j’ai le pouvoir de vous servir, Princesse, » répondit Masatsugu.

« C’est déjà très bien ainsi. Même si vous ne parvenez pas à acquérir le pouvoir des Légionnaires à l’avenir, Masatsugu-sama, je suis ravie. Vos paroles m’ont été très précieuses, » Shiori avait fini par sourire joyeusement.

Le fait de remercier quelqu’un en face d’elle était quelque chose d’embarrassant et difficile pour elle.

« Je suis sincèrement reconnaissante d’avoir pu vous rencontrer, » continua-t-elle.

Peut-être s’agissait-il de sa première expérience de ce genre dans toute la vie de Shiori.

Ayant cherché un Legatus Legionis, elle avait été très impressionnée par le caractère de Masatsugu Tachibana et ne s’était pas inquiétée de l’étendue de ses capacités — .

Devant la princesse, Masatsugu avait plissé les yeux et avait augmenté l’intensité de sa noesis.

« S’il vous plaît, Princesse, » déclara-t-il.

Le sanctuaire de l’eau était très spacieux avec un plafond très haut, un sanctuaire vaste et majestueux. Grâce à cela, Masatsugu avait pu libérer en une seule fois les noesis massives cachées en lui.

*BOOM !*

Un vent fort avait soudainement soufflé, tourbillonnant autour de Masatsugu comme une tornade.

« Kyah ! » Près d’ici, Shiori avait émis un petit cri.

Cette rafale était les noesis de Masatsugu. Les Noesis elles-mêmes n’avaient ni couleur ni forme, mais la présence d’ondes noétiques extrêmement puissantes se manifesterait de cette manière.

Le vent s’était précipité dans tous les coins du sanctuaire aquatique pendant que Masatsugu évoquait des images dans son esprit.

Il imaginait une armée de soldats géants ailés se rassemblant sous son commandement. À l’intérieur du vaste sanctuaire de l’eau, des Kamuys rouge pourpre étaient soudainement apparus. Ils étaient les « Kanesadas » qu’il avait nommés hier.

Mesurant près de huit mètres de haut, les soldats étaient équipés de fusils à baïonnette. Et il n’était pas du tout seul.

Un nombre stupéfiant de Kanesadas occupaient tout le sanctuaire de l’eau.

« Grâce à votre prière, Princesse, j’ai pu avoir un léger aperçu de mon passé. Je suppose que cela compte comme l’accomplissement de la prière. Je suis maintenant capable d’utiliser le pouvoir dans cette mesure, » déclara Masatsugu.

« Mais... Masatsugu-sama, cela ne résout toujours pas les problèmes, » avait répondu Shiori avec tristesse.

Les Kanesadas dans le sanctuaire de l’eau étaient des entités spirituelles translucides.

Ils étaient environ un millier. En fait, peu importe l’étendue du sanctuaire de l’eau, il ne pouvait pas contenir une si grande armée. Les mille Kanesadas ne pouvaient s’adapter qu’en se chevauchant les uns sur les autres. Cela ne serait pas possible à moins qu’il s’agisse d’entités spirituelles non corporelles.

L’armée de Kanesadas était simplement apparue sans se matérialiser.

« Comme je le pensais, le fluide ectoplasmique est essentiel pour matérialiser les Légionnaires, » déclara Shiori.

« J’ai aussi une idée pour résoudre ça, » déclara Masatsugu.

« Hein !? » s’exclama Shiori.

Masatsugu avait souri face à la surprise de la princesse. Au lieu de sa légère grimace habituelle, c’était un sourire si rare et naturel.

Vraisemblablement, la conversation avec Shiori avait permis à son cœur et à son âme de se détendre plus que jamais auparavant.

« Les Bêtes Sacrées divines sont assez gentilles pour s’occuper de leur famille liée par le sang. En supposant que mon intuition soit juste, c’est vraiment un fait intéressant que j’ai découvert, » déclara Masatsugu.

« Alors... qu’est-ce que c’est ? » demanda Shiori.

« Plutôt que d’envoyer un spécimen parfait de Ressuscité, il vous a donné un Ressuscité défectueux et amnésique qui consommerait ainsi moins de votre vie. Me choisir parmi des milliers de généraux du passé... La raison en est probablement parce que je suis capable de me battre malgré la perte de mémoire. »

« Me dites-vous que c’était l’œuvre de mon grand-père ? » demanda Shiori.

Surprise par sa suggestion, Shiori était à court de mots.

« Est-ce pour moi qu’il vous a choisi, Masatsugu-sama, et qu’il vous a privé de vos souvenirs — ? » demanda Shiori.

« Je n’ai aucune preuve, mais c’est une forte possibilité. Le seigneur que j’ai servi dans ma vie antérieure... ne serait pas considéré comme un homme capable. Ou peut-être qu’il m’en voulait personnellement, » répondit Masatsugu.

Masatsugu avait haussé les épaules. Il n’avait toujours pas accès aux souvenirs de son passé.

Cependant, il était maintenant pleinement conscient de ses propres forces et faiblesses, ainsi que du genre de général qu’il était.

« Chaque fois qu’une guerre éclatait, je n’avais jamais assez de rations ou d’argent. Chaque fois, j’ai dû me précipiter pour combattre en toute hâte et partir en expédition sur des milliers de kilomètres avec un manque de ravitaillement qui se faisait sentir tous les jours, » expliqua Masatsugu.

« Eh b-bien…, » balbutia Shiori.

« C’est pourquoi nous sommes devenus si endurcis. Mes soldats buvaient toujours de l’eau boueuse pour étancher la soif et partager de maigres rations avec les chevaux. Le fait d’avoir gagné bataille après bataille — a fait que nous sommes devenus une armée de troupes d’élite, » Masatsugu continua son explication sans afficher la moindre émotion.

« …, » la princesse était sans voix face à ces révélations.

« Bien sûr, ce n’était pas une armée disciplinée. Nous avons souvent pillé pour obtenir de la nourriture et de l’eau, et même abattu nos chevaux devenus des camarades en cas d’urgence, buvant leur sang pour refaire le plein d’énergie, » continua Masatsugu.

« Masatsugu-sama, votre vie antérieure pourrait être…, » déclara Shiori.

En écoutant les anecdotes de Masatsugu, Shiori s’était souvenue de certains faits historiques.

« Un commandant à la tête d’une armée de cavalerie... Peut-être ? » demanda Shiori.

« Est-ce ce que vous avez compris ? C’est impressionnant ! Le Fait d’Armes appartenant à un général comme moi —, » répondit Masatsugu.

Le Fait d’Armes. Une capacité qui permet de reconstituer d’illustres exploits de batailles du passé.

Izumi-no-Kami Kanesada avait accordé un katana à chaque Légionnaire sous son commandement, leur permettant d’utiliser le style Tennen Rishin. L’épée tueuse d’Oni de Rikka Akigase, Onikiri Yasutsuna, possédait également un Fait d’Armes permettant à l’utilisateur d’abattre personnellement les Légionnaires.

Comme ces Appellations, les Ressuscités étaient le résultat d’anciens exploits martiaux renaissant en tant qu’humains.

« Mon Fait d’Armes est une technique pour continuer à animer les Légionnaires après avoir épuisé le fluide ectoplasmique présent en moi, » annonça Masatsugu.

« Masatsugu-sama... ! » s’écria Shiori.

« Malheureusement, il ne peut pas être activé de manière isolée et j’ai besoin de quelqu’un pour m’aider. Princesse, j’aimerais vous demander votre aide, » demanda Masatsugu.

« Certainement ! Je suis prête à faire n’importe quoi pour aider ! » s’écria Shiori.

La princesse avait accepté avec joie, mais Masatsugu avait secoué la tête et lui avait dit : « Non, comme je l’ai déjà dit, je ne suis pas un homme qui aime à contraindre les autres. Si vous ne voulez pas, princesse, repoussez-moi immédiatement. »

« Eh... ? Masatsugu-sama ? Kyahhhh !? » s’écrivit Shiori.

Sans permission, Masatsugu avait simplement pris une Shiori surprise dans ses bras.

Il avait ensuite doucement déposé le corps délicat de la princesse sur le chemin dans le sanctuaire d’eau. Puis, avec une parole de pardon, il avait positionné tout son corps sur elle.

Cette posture était semblable à la façon dont Masatsugu avait bloqué la chute du Kamuy deux jours plus tôt.

Le visage de la princesse était juste devant lui. Rien qu’en comblant cet écart de vingt centimètres, Masatsugu pouvait facilement prendre ses lèvres par la force.

Alors qu’il était assez près pour sentir le souffle de l’autre, Masatsugu avait chuchoté, « Le sanctuaire de l’eau est une installation pour fournir le fluide ectoplasmique. Quand on se bat quelque part sans sanctuaire de l’eau, que fait-on quand le fluide ectoplasmique s’épuise ? La réponse est simple. »

Les mille Kanesadas qui occupaient le sanctuaire de l’eau — .

Cette armée illusoire avait instantanément disparu. D’innombrables sphères de lumière bleues avaient pris leur place, rayonnant d’un éclat fantastique pour illuminer le sanctuaire de l’eau. Les sphères de lumière avaient à peu près la taille d’une luciole dansant le long des berges de la rivière.

Il s’agissait de la preuve que le Fait d’Armes du Voleur de Sang Ectoplasmique s’était activé.

« On pourrait prendre du fluide ectoplasmique à ceux qui ont encore des réserves. Ce n’est pas difficile à comprendre ça, » déclara Shiori.

« Ou, piller directement celle des autres…, » rajouta Masatsugu.

Totalement bloquée sous Masatsugu, Shiori avait lentement spéculé sur ce qu’il avait dit.

Elle avait regardé son visage avec une expression très nerveuse. Intelligente comme elle l’était, elle avait instantanément compris le principe clé derrière ce Fait d’Armes.

« En effet... Les pouvoirs mystiques ne s’activent qu’après que le fluide ectoplasmique se combine avec l’âme. Puis, si l’on prend du liquide ectoplasmique que quelqu’un d’autre a déjà absorbé —, » déclara Shiori.

« Alors il n’y a pas de problème pour moi. En d’autres termes, ceux à qui je devrais demander de l’aide sont…, » commença Masatsugu.

« ... des Chevaliers, dont le corps et l’âme stockent le fluide ectoplasmique pour nourrir leurs Légionnaires…, » ajouta Shiori.

« Ou des femmes de la royauté, dont le sang peut être utilisé comme précurseur du fluide ectoplasmique, » compléta Masatsugu.

Cette situation était semblable à celle de passer la nuit de noces avec son mari après avoir échangé les vœux du mariage.

Actuellement, Shiori émettait des airs de nouvelle mariée. On pourrait aussi appeler cela des vibrations d’innocence.

En regardant une Shiori si attachante, Masatsugu avait doucement déclaré : « Princesse, s’il vous plaît, partagez avec moi le pouvoir des Bêtes Sacrées qui réside en vous. »

« Ça ne me dérange pas. Mais pourquoi prenons-nous cette posture ? Il n’est pas nécessaire de s’allonger ensemble si l’on partage simplement du liquide ectoplasmique, » répondit Shiori.

« J’ai besoin de ce qui coule sous votre peau, » répondit Masatsugu.

Masatsugu avait alors caressé la joue de la princesse.

Shiori avait tremblé et elle ne pouvait s’empêcher de se sentir nerveuse. Masatsugu lui avait calmement souri, essayant d’apaiser ses émotions.

D’une manière incroyable, Masatsugu s’était mis à sourire naturellement depuis un certain temps maintenant, une expression qu’il avait normalement du mal à montrer.

« Je sentirai la texture de votre peau et la chaleur de votre sang. Puis, je vous ferais transférer votre chaleur jusqu’à mon corps, en vous la volant, pour la transformer en nourriture pour le combat... C’est ainsi que mon pouvoir fonctionne, » expliqua Masatsugu.

« En d’autres termes, il vous faut un contact avec la peau !? » demanda Shiori.

Shiori était trop abasourdie par ce qu’il lui disait et Masatsugu avait répondu très simplement.

« Si vous ne le voulez pas, alors oublions ça, » déclara Masatsugu.

« Pas du tout ! Pourquoi n’aimerais-je pas vous aider, Masatsugu-sama ? C’est juste que c’est un peu trop près selon moi ! » répondit Shiori.

« Puisque vous n’êtes pas à l’aise avec ça, je suppose que je vais…, » commença Masatsugu.

« Je n’ai pas dit ça. Je vous trouve un peu ennuyeux parfois, Masatsugu-sama, mais vous avez une sorte de charme vraiment incroyable…, » murmura Shiori.

La princesse avait alors détendu son corps et sa nervosité avait quelque peu diminué.

Elle lui parlait doucement comme si elle chuchotait. « D’ailleurs, avec vous si près de moi, Masatsugu-sama, je ne peux m’empêcher de sentir mon cœur battre fortement… »

« C’est vrai, vos joues chauffent de plus en plus, » répondit Masatsugu.

« Je n’y peux rien non plus ! » déclara Shiori, rougissant de l’embarras d’être sous Masatsugu.

Pendant ce temps, Masatsugu n’arrêtait pas de lui caresser la joue, savourant audacieusement la chaleur du visage de la princesse.

« C’est la première fois que je suis traitée de cette manière…, » murmura Shiori.

« Princesse, si ça ne vous dérange pas, j’aimerais que vous vous prépariez un peu, » demanda Masatsugu.

Shiori voulait à l’origine éviter tout contact visuel avec Masatsugu.

Alors que Masatsugu regardait son beau visage, la princesse, embarrassée et tremblante, hocha la tête et s’était lentement assise.

Masatsugu s’était aussi levé pour lui donner de la place.

Après ça, Shiori avait attrapé ses boutons.

Shiori portait l’uniforme du Lycée Rinzai. Elle avait détaché les boutons de son chemisier en séquence, exposant le haut de son corps, et avait également retiré ses bras des manches.

Actuellement, son chemisier était simplement drapé sur ses épaules.

Avec seulement un soutien-gorge restant sur le haut de son corps, sa peau pâle et souple était bien visible.

Il s’agissait notamment de son corps en pleine maturité, dont Masatsugu avait été témoin dans un maillot de bain la dernière fois.

« Princesse, » murmura Masatsugu.

« Masatsugu-sama ! » s’écria Shiori.

Masatsugu avait de nouveau enlacé Shiori étroitement. Dès qu’il avait poussé délicatement Shiori au sol, elle l’avait serré dans ses bras de sa propre initiative.

Elle faisait cela pour supprimer son malaise et son embarras. En même temps, l’excitation et la passion avaient finalement percé les profondeurs de son éducation de princesse à l’abri.

 

 

Masatsugu avait alors pressé son visage contre le joli cou de Shiori.

« Vos mains et votre visage sont si froids... Ils sont comme de la glace, » constata Shiori.

« C’est parce que j’ai convoqué les Légionnaires alors que je suis à court de liquide ectoplasmique. C’est pourquoi j’ai besoin de vous, Princesse, » répondit Shiori.

« O-Oui ! » balbutia-t-elle.

Shiori avait serré ses bras autour du dos de Masatsugu.

Leurs corps s’étaient rapprochés plus intimement. Pour Masatsugu, dont le corps était gelé, la peau douce de Shiori bouillonnait. Même avec son uniforme rigide noir entre les deux, il pouvait clairement sentir sa chaleur.

Cela semblait déjà très agréable, mais c’était loin d’être suffisant.

En maintenant un contact étroit avec le cou de Shiori, Masatsugu embrassa sa peau chaude et tendre.

Sa langue et ses lèvres n’avaient pas oublié de lécher et de sucer la peau de la princesse.

« Ah — . »

La princesse avait instantanément gémi face à la succion sur son cou.

Masatsugu avait absorbé la chaleur de son corps noble et du sang qui coulait sous sa peau tendre — le sang précieux hérité du Seigneur Tenryuu et la matière première, le fluide ectoplasmique.

De cette manière, la langue et les lèvres de Masatsugu se déplaçaient contre son cou pâle et la base de son oreille.

Il suçait la peau nue de la jeune fille, la léchait, et même mordillait à l’occasion.

C’était très nostalgique pour lui. Masatsugu se souvenait très vaguement d’une vie passée sur et hors du champ de bataille. À l’époque, chaque fois qu’il avait besoin de boire le sang de son cheval pour éviter la faim et la soif, il les tranchait doucement dans le cou avec son couteau.

Lors de ces moments-là, le sang qui coulait directement, il l’avait savouré et l’avait avalé.

La chaleur du sang s’infiltrait dans son corps et son âme affaiblis, se transformant en énergie utilisable pour le combat. De la même manière, Masatsugu suçait la peau de Shiori.

« Mm... Ahhhh, » les gémissements de Shiori devenaient légèrement plus bruyants.

Malgré la chaleur qui lui avait été volée de force, il y avait un sentiment grandissant provenant des deux corps unis en un seul, et elle avait éprouvé un sentiment indescriptible d’enlèvement et de connexion.

Sa voix ressemblait à des sanglotements, mais elle était plus dans les coulisses de l’extase.

« Masatsugu... — sama. Mmmmmmm, » avait-elle gémi.

La gorge pâle, la nuque, l’épaule — Masatsugu continuait à embrasser sa belle peau soyeuse sans faire de pause, ne serait-ce qu’un instant. Tout en profitant de la sensation de chaleur et de douceur, il avait volé la chaleur du sang de Shiori.

Dans le processus, Shiori avait déclaré avec surprise : « Votre corps, il est encore si froid... »

Pendant que Masatsugu suçait sa peau et sa chaleur, Shiori lui caressait doucement le visage et le cou.

Ses paumes avaient parcouru chaque centimètre de lui non couvert par l’uniforme — par exemple, ses tempes, l’arrière de sa tête, ses mains — comme si elle essayait de réchauffer son corps froid.

C’était le soin attentionné offert par Shiori. Utilisant ses propres paumes, elle avait essayé de partager sa chaleur corporelle avec Masatsugu autant que possible.

Intimement liés, ils ne s’étaient pas séparés à aucun moment. La poitrine généreuse de la princesse était comprimée sous le poids de Masatsugu.

« Princesse... »

Les lèvres de Masatsugu avaient été les premières à lâcher sa peau.

Au cours de cette brève interruption, les deux personnes s’étaient regardées avec passion dans les yeux de l’autre.

Instantanément, Masatsugu avait su par instinct. S’il prenait les lèvres de Shiori en ce moment, elle ne refuserait certainement pas.

Il pouvait couvrir les lèvres de cette beauté et prendre facilement du plaisir dans un baiser.

Cependant, il ne l’avait pas fait. Ce genre de chose devrait attendre jusqu’à ce que leurs cœurs et leurs âmes soient en plus grande harmonie.

Il croyait que Shiori chercherait naturellement un baiser à ce moment-là. Alors il serait capable de suivre l’affection dans son cœur et de la couvrir de son amour tendre. Il n’était pas nécessaire de la forcer à l’embrasser maintenant.

Encore une fois, Masatsugu avait établi un contact visuel avec la princesse.

Il avait ensuite enterré son visage dans son cou pâle, déplaçant à nouveau ses lèvres sur sa peau.

Shiori accepta doucement l’indiscipline de Masatsugu et elle avait naturellement saisi sa main, la tenant fermement. Leurs mains s’étaient serrées l’une contre l’autre.

« Mmmm — Mmmmmmmmmmmmmmmmmmmm ! » Shiori avait gémi d’une manière séduisante, mais sans dire un mot.

Son sentiment de connexion avec Masatsugu avait atteint un point culminant.

Avec un « ah... », la princesse avait perdu conscience, s’évanouissant sous Masatsugu. Les symptômes étaient très semblables à ceux de l’anémie. Son corps ne pourrait pas supporter d’autres baisers.

La modération était la clé et il était temps d’arrêter. Masatsugu s’était levé avec précaution du sol.

Son corps était maintenant brûlant. La chaleur volée dans le sang de sa dame de haute lignée — l’essence du fluide ectoplasmique — était entrée dans le sang de Masatsugu, attendant tranquillement d’être libérée.

« Je suppose que je vais utiliser ce pouvoir pour en premier traverser cette bataille avec succès…, » murmura-t-il.

En fin de compte, il s’agissait d’une méthode irrégulière. Le réapprovisionnement par la voie normale devrait fournir beaucoup plus de liquide ectoplasmique.

Toutefois, il n’avait pas d’autre choix que d’utiliser efficacement les moyens limités dont il disposait. Masatsugu avait hoché la tête avec satisfaction et il avait doucement caressé la joue d’une Shiori inconsciente jusqu’à ce qu’elle se réveille.

***

Partie 3

La princesse s’était réveillée deux minutes plus tard. Découvrant qu’elle s’était effondrée sur le chemin le long de la piscine bleue contenant du liquide ectoplasmique, elle s’était rapidement relevée.

Masatsugu était à ses côtés, veillant sur elle.

De plus, le seul vêtement du haut du corps de Shiori était un soutien-gorge. Masatsugu avait recouvert la princesse inconsciente de son chemisier enlevé ainsi que de sa propre veste d’uniforme.

« E-Excusez-moi. » Shiori avait baissé la tête dans la honte parce qu’elle avait laissé voir son apparence endormie.

Elle s’était empressée d’enfiler sa blouse et d’attacher les boutons avec des doigts tremblant en raison de l’embarras, puis d’arranger sa tenue vestimentaire pour tout remettre en ordre.

« S’il vous plaît, arrêtez de me fixer pendant que je m’habille. C’est très embarrassant, » déclara Shiori.

« Désolé, c’est un peu nostalgique, c’est parque je…, » commença Masatsugu.

« Nostalgique ? » demanda Shiori.

« Oui. Je regardais toujours les femmes s’habiller après les séances intimes, » répondit Masatsugu.

« M-M-M-M-M-Masatsuatsugu-sama ! Ne mentionnez plus jamais de telles expériences du passé en ma présence ! » cria Shiori.

Pendant qu’ils parlaient, il y avait eu une sonnerie soudaine dans l’air.

Un renard roux était apparu à côté de Shiori pour rendre compte de la situation de la bataille.

« Une armée ennemie vient du fort tutélaire de Fuji — Un total de deux cents Kamuys... Une barrière de noesis a été déployée au niveau du sol pour se défendre contre l’attaque ennemie, » annonça Shiori.

« Deux cents... venant d’un seul Chevalier ? » demanda Masatsugu.

« Non, les éclaireurs ont confirmé quatre Chevaliers du fief de Kinai, » répondit Shiori.

« Quatre Chevaliers…, » murmura Masatsugu.

« Masatsugu-sama, combien de Légionnaires êtes-vous capable d’invoquer après le ravitaillement effectué tout à l’heure ? » demanda Shiori inquiète après que Masatsugu ait écouté sans expression le rapport de la situation.

Shiori était certainement très observatrice. Elle savait que la méthode qu’ils avaient utilisée n’était qu’une mesure palliative. Se sentant vraiment chanceux de servir une princesse aussi intelligente, Masatsugu avait répondu avec sincérité et sans réserve : « Environ une centaine, soit environ la moitié du nombre d’ennemis. »

La Force de Chevalier de Masatsugu était censée être supérieure à 1000.

Malheureusement, il n’avait pas obtenu beaucoup de liquide ectoplasmique. Actuellement, il ne pouvait en convoquer que 102.

« Je vois... Je suis terriblement désolée, » déclara Shiori en baissant la tête.

« Pourquoi vous excusez-vous, Princesse ? » demanda Masatsugu.

« C’est ma faute si vous devez encore mener une fois une bataille difficile tout comme dans votre vie antérieure, » répondit Shiori.

« Ce n’est rien, alors s’il vous plaît, ne laissez pas de telle chose peser sur votre esprit. Vous pouvez garder les excuses pour quand nous serons entourés d’ennemis qui sont cinq ou dix fois supérieurs en nombre à nous, » répondit Masatsugu.

Masatsugu avait souri et avait plaisanté, mais ce n’était plus le sourire naturel qu’il avait tout à l’heure.

Alors qu’elle était inquiète pour Masatsugu, Shiori avait déclaré : « L’ifrit de ce fort tutélaire est encore en mauvais état. Si la barrière noétique est franchie aussi facilement qu’hier, cela reviendrait à avoir un grand trou dans le mur d’un château. »

« C’est très bien ainsi. Ce sera plus facile si l’ennemi cible ce trou, » répondit Masatsugu.

« Hein  ? » s’exclama Shiori.

« Nous avons juste besoin de mettre en place une embuscade au niveau de ce trou. Un mur de château effondré a toujours son utilité, » continua Masatsugu.

Avec calme, Masatsugu avait déclaré à sa dame, surprise, « Princesse, tout ce que vous avez à faire est de m’ordonner d’anéantir l’ennemi. »

 

☆☆☆

 

Le fort tutélaire de Suruga était situé dans la région montagneuse à l’est de Cité de Suruga.

Les alentours de cette forteresse se tordaient et scintillaient comme sous l’effet d’un mirage.

Ce phénomène avait été causé par une barrière de noesis. À l’intérieur de la barrière et au-dessus du fort tutélaire, une image géante d’un dragon bleu — l’ifrit Seiryuu — semblait s’opposer à l’armée de l’Alliance pour la Restauration se trouvant à l’extérieur du bouclier.

Cependant, Seiryuu n’avait pas ce soir été en mesure d’invoquer les décrets météorologiques.

Toute l’énergie avait été déviée vers la barrière de noesis afin qu’elle puisse tenir le plus longtemps possible.

« Fufufufu, un bluff, hehe... »

Les quatre commandants ennemis menaient deux cent cinq Kamuys.

L’un d’entre eux, le Chevalier Miura, avait ri. Sa Force de Chevalier était de 52.

Les trois autres étaient Maruki, Shinbu et Doro, dont les Forces de Chevalier étaient respectivement 53, 49 et 51. Les quatre individus avaient demandé au « stratège » de l’Empire Britannique de leur permettre de mener l’assaut.

Le Chevalier Noir, dont on disait qu’il s’agissait d’un Ressuscité, l’avait accepté dès le départ.

Avant leur départ, le mystérieux aristocrate anglais leur avait dit : « De la bataille d’hier, nous savons que l’ifrit de Suruga ne représente pas une grande menace. De plus, il y a des nouvelles plus décevantes. La Chevalière Akigase est blessée et inconsciente pour de nombreuses heures. Si la rumeur est vraie, alors ce sera une bataille vraiment ennuyeuse... »

Recevant cette nouvelle à leur départ, les quatre Chevaliers étaient sortis du fort tutélaire de Fuji.

... Le Fief de Kinai auquel ils appartenaient était composé des cinq préfectures de Hyōgo, Wakayama, Nara, Mie et Shiga ainsi que de Kyoto. Soixante-douze Chevaliers étaient au service du Fief.

Ces quatre-là seraient considérés comme étant de premier ordre au sein du Fief de Kinai. Ils étaient tous des hommes dans la quarantaine ou au début de la cinquantaine, d’âge et de Force de Chevalier plus ou moins identique. Individuellement, ils n’étaient pas à la hauteur des Chevaliers de Sa Majesté de Grande-Bretagne, mais si les quatre avaient uni leurs forces — .

Confiants quant à leur victoire, les quatre Chevalier avaient chevauché des wyvernes bleues pour mener les forces armées de Kamuys à l’attaque.

Chaque Chevalier ordonnait à ses propres Légionnaires de maintenir une formation sphérique centrée autour de lui.

La zone entourant le fort tutélaire de Suruga était une belle colline couverte de vertes prairies et d’arbres de faible taille. C’était dommage que la nuit soit tombée et ait obscurci ce beau paysage.

L’armée du Kinai s’était dirigée directement vers la barrière noétique et Seiryuu présent autour du fort tutélaire.

À ce moment-là, le Chevalier Miura avait remarqué des signes de l’ennemi. « Sont-ils des Kamuys de Tōkaidō !? »

La barrière de noesis entourant le fort tutélaire scintillait comme une brume de chaleur tandis que cinquante Kamuys bleus apparaissaient devant la barrière. Ils avaient volé dans les airs à partir du sol.

Les Chevaliers étaient capables de sentir les noesis des Légionnaires, distinguant instantanément l’ami de l’ennemi.

Ces Kamuys étaient identiques aux Kamuys des quatre Chevaliers en apparence, mais n’étaient ni ceux de Miura, Maruki, Shibu, ni Doro.

Ils devaient certainement appartenir à la princesse Chevalier de Tōkaidō, Akigase Rikka.

« « « « Feu ! » » » »

Au commandement des quatre chevaliers, les deux cent cinq Légionnaires de l’armée du Kinai commencèrent à tirer à plusieurs reprises.

En réponse, les cinquante Kamuys de l’armée de Suruga avaient déployé leurs barrières de protection et avaient riposté. Les deux armées s’étaient affrontées, mais la disparité des forces était trop grande.

En une minute ou deux, les deux cent cinq Légionnaires de l’armée Kinai avaient abattu les cinquante Légionnaires de Suruga.

Même avec un désavantage numérique, la bataille n’aurait pas dû être aussi unilatérale.

« De simples marionnettes ! » le Chevalier Miura ricanait.

L’ennemi avait préalablement manifesté des Légionnaires et les avait stationnés en tant que troupes de défense.

Les Légionnaires se battaient de façon autonome même lorsque leur maître était absent ou endormi. C’était une façon très fréquente de les utiliser. Cependant, leur performance serait beaucoup plus faible que lorsqu’ils recevaient des ordres d’un Chevalier à proximité. En particulier, leur agilité et la force de leur barrière seraient réduites de moitié.

Il n’était pas étonnant que les Légionnaires dans cet état soient connus sous le nom de marionnettes.

Les cinquante Kamuys avaient été positionnés à l’avance par l’Akigase Rikka, actuellement inconsciente.

« Camarades, il est temps d’attaquer ! » le Chevalier Miura avait envoyé un renard de liaison pour informer les trois autres Chevaliers.

Les ordres étaient d’attaquer la barrière de noesis depuis quatre directions et de la percer.

 

☆☆☆

 

« En effet, cette méthode pourrait fonctionner, » déclara la princesse.

Masatsugu et la princesse Shiori étaient arrivés ensemble sur le toit du donjon protecteur de la nation.

Dans l’ascenseur, Masatsugu avait parlé de la façon de « poser un piège pour détruire l’ennemi ». Shiori avait exprimé un fort consensus.

« Cela pourrait très bien renverser cette situation défavorable, » déclara Shiori.

« Puis-je vous demander de donner un ordre à l’ifrit, Princesse ? » demanda Masatsugu.

« Pas de problème, laissez-moi faire, » répondit-elle.

C’était leur première fois sur le toit du donjon protecteur de la nation. La vue y était assez large et dégagée.

C’était la nuit. Sur cette tour de quarante mètres située sur un plateau, on avait la chance non seulement de voir la Baie de Suruga sous la lumière de la lune et des étoiles, mais également une vue dégagée sur le paysage nocturne de la Cité de Suruga et de Cité de Shimizu qui se trouvait à proximité.

Si cet endroit n’était pas une installation militaire, ce serait certainement le meilleur point de vue nocturne de la zone.

Cependant, la guerre éclatait à proximité. Les éclairs répétés n’étaient pas des lumières de villes, mais des faisceaux de chaleur tirés par des fusils à baïonnette. Cette lumière avait été tirée à partir d’armes dans le but de provoquer la destruction et de tuer l’autre.

Directement au-dessus du donjon protecteur de la nation se trouvait l’image planante de l’ifrit Seiryuu.

L’image mesurait soixante-dix mètres de long, un majestueux dragon géant. Cependant, le dragon géant avait rugi de douleur lorsque la barrière noétique avait été attaquée.

Une grande masse d’air, scintillant comme un mirage, entourait tout le fort tutélaire.

Les deux cent cinq Kamuys du fief Kinai avaient continué d’attaquer la barrière scintillante avec des tirs et des coups de baïonnettes, entrant même en collision avec leur corps.

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh... !

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh... !

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh... !

Le dragon géant avait hurlé plusieurs fois, se tortillant de douleur.

Masatsugu savait que si un ifrit avait encore la force de rugir, cela signifiait qu’il n’était pas encore à sa limite. Il avait encore beaucoup de temps pour mettre son plan en œuvre.

Quant aux Kamuys du fief du Kinai — .

Les quatre Chevaliers menaient chacun une cinquantaine de Kamuys. Un total de quatre armées se trouvait devant lui.

Ces quatre armées étaient retranchées respectivement à l’est, à l’ouest, au sud et au nord du fort tutélaire, tirant de ces quatre directions. L’ifrit Seiryuu avait enduré ça avec désespoir tout ça avec des membres repliés comme une tortue.

À ce rythme, le fort tutélaire de Suruga tomberait bientôt.

Curieusement, les joues de Masatsugu tremblaient pour former un très léger sourire. Il avait trouvé une occasion de victoire.

L’armée Kinai de cinquante-deux sur l’est commençait à entrer dans une formation. Plutôt qu’un carré, c’était une mêlée.

Hier, le Chevalier britannique de Sa Majesté avait réuni toutes les troupes pour une charge de rugbys.

Imitant cette tactique, l’armée du Kinai essayait de briser la barrière de noesis en une seule fois. La situation se déroulait de plus en plus comme l’espérait Masatsugu.

« Princesse, s’il vous plaît, donnez l’ordre, » déclara Masatsugu.

« Oui... Masatsugu-sama, je vous ordonne de vaincre l’ennemi. Effacez-les de la surface de ce monde, » solennellement, Shiori avait donné l’ordre avec détermination.

Elle était bien consciente de l’importance de son ordre. Même si les opposants étaient des soldats géants ailés non humains, ce n’était pas différent d’un meurtre. Cependant, ceux qui étaient en position de royauté devaient donner des ordres de manière décisive et en pleine connaissance de cause.

Cette détermination était la responsabilité légitime de ceux qui envoyaient des généraux et des soldats sur le champ de bataille.

Masatsugu avait reçu l’ordre avec calme. « J’ai bien entendu votre ordre. Je vais maintenant m’occuper d’eux. »

Puis, quittant la position à côté de Shiori, Masatsugu s’était dirigé vers le bord du toit, s’arrêtant devant la rambarde de sécurité.

La seule arme sur lui était comme hier, son épée, Izumi-no-Kami Kanesada. Mais ce soir, Masatsugu avait acquis un nouveau pouvoir.

« Allons-y, mes hommes. Rassemblez-vous sous mon nom oublié... Non. » À mi-chemin, Masatsugu avait changé d’avis et avait dit : « Rassemblez-vous sous le noble nom de Son Altesse. »

Mes Légionnaires, c’est un ordre de rassemblement.

À côté du donjon protecteur de la nation, de nombreux Légionnaires se matérialisèrent dans l’air devant Masatsugu.

Il s’agissait de Kamuys rouge-violet — Kanesadas. Masatsugu avait convoqué en premier cinquante individus, tous équipés de fusils à baïonnette. Voyant enfin apparaître une armée à ses côtés, la princesse Shiori avait crié, « Le châtelain... par la présente, le mandataire de Rikka-sama donne un ordre ! »

Shiori avait transmis des ondes néoétatiques, appelant l’image de Seiryuu qui était dans la douleur au-dessus du donjon protecteur de la nation.

« Laissez les Kamuys de l’Alliance pour la Restauration attaquants de l’est percer la barrière. Ne les arrêtez pas. Qu’ils aillent directement dans le fort tutélaire ! »

***

Partie 4

Akigase Rikka avait désigné Tachibana Masatsugu comme son mandataire.

En d’autres termes, cela signifiait assumer la pleine autorité d’un châtelain — assumer le commandement suprême d’un fort tutélaire.

Pour un lycéen ordinaire, il s’agissait d’une demande assez irrégulière. Cependant, Tachibana Masatsugu était actuellement le seul Chevalier capable de défendre Suruga... Ce fait avait été un argument plus fort que toute autre chose.

Les officiers et les soldats du fort tutélaire de Suruga avaient accepté cet ordre avec une disponibilité inattendue.

Les plus grandes raisons étaient la directive ferme de Rikka et le fait qu’il était soutenu par la princesse Shiori.

La conscience de l’ifrit Seiryuu, l’esprit Sakuya, n’était pas un soldat, mais elle reconnaissait toutefois Tachibana Masatsugu comme commandant et suivait ses ordres avec obéissance.

En partie parce que son commandement équivaut à dire « il n’y a pas de mal à se relâcher un peu ».

En tout cas, après avoir reçu les ondes noétiques de la princesse...

« Barrière noétique... Puissance en diminution, » ordonna tranquillement Sakuya.

Elle était au dernier étage du donjon protecteur de la nation, une vaste pièce sans fenêtres. Une dizaine d’officiers noétique étaient autour d’elle en attente, chantant des mantras sans arrêt pour augmenter sa noesis.

Les cinquante-deux Légionnaires du Kinai attaquants de l’est étaient sur le point de percer la barrière noétique.

D’après les vérifications effectuées par Sakuya, les caractéristiques de leur commandant correspondaient à un Chevalier nommé Miura. Il ordonnait à tous ses Kamuys de charger comme une seule unité — .

L’ennemi composé de Kamuys s’était finalement écrasé dans le rideau en forme de mirage.

Auparavant, la barrière générée par l’énergie noétique repoussait l’entrée avec une force maximale.

Cependant, la force qui bloquait les cinquante-deux Kamuys du Kinai était faible cette fois-ci, seulement un quart de sa puissance habituelle.

D’une dizaine de mètres d’épaisseur, le rideau de mirage avait facilement été pénétré par les Kamuys bleus de l’ennemi. L’armée du fief Kinai avait réussi à percer les défenses du fort tutélaire de Suruga.

Les locaux à l’intérieur du fort étaient vastes, et ils avaient presque cinq fois la superficie du dôme de Tokyo se trouvant dans la Capitale Impériale.

Le donjon protecteur de la nation, qui servait de centre de commandement, se trouvait au centre du fort tutélaire. C’était la cible.

 

☆☆☆

 

Les cinquante-deux Kamuys du Kinai avaient envahi l’espace aérien au-dessus du fort tutélaire.

Voler à la vitesse maximale avait épuisé de façon significative le liquide ectoplasmique des Légionnaires. La formation d’une mêlée les empêchait également de réagir immédiatement au combat rapproché.

C’était une excellente occasion d’attaquer qu’Akigase Rikka avait également saisie la dernière fois.

Copiant cette sage décision, Masatsugu avait ajouté une touche personnelle.

« Cinq d’entre vous ! Attaquez et chargez d’abord dans la formation ennemie, puis dégainez vos épées. Faites leur goûter à l’enfer, » déclara Masatsugu sur un ton plat.

Masatsugu avait donné des ordres depuis le toit du donjon protecteur de la nation. Cinq Kanesadas quittèrent instantanément le donjon et s’envolèrent en l’air, tirant sur les cinquante-deux Légionnaires du Kinai.

Les cinq Kanesadas se précipitèrent dans les rangs ennemis et leurs fusils à baïonnette se transformèrent en épées japonaises.

Les cinq Kanesadas taillèrent les cinquante-deux Légionnaires Kinai dans leur formation de mêlée, ciblant l’un après l’autre leur adversaire. L’art du sabre de style Tennen Rishin avait sectionné les membres et le cou de l’ennemi, provoquant une brume sanglante de fluide ectoplasmique.

Une bataille en mêlée de cinq contre cinquante-deux n’était pas un défi pour les Kanesadas équipés de katanas.

En moins de vingt secondes, sept ennemis avaient été tués par les Kanesadas. La relique de Hijikata Toshizō, Izumi-no-Kami Kanesada, son Fait d’Armes — Gankouken avait apporté une puissance stupéfiante. Il avait été dit qu’à l’intérieur du style Tennen Rishin, il existait une attaque du même nom.

Réalisant leur mauvaise situation, les quarante-cinq Légionnaires Kinai restantes s’étaient dispersées en toute hâte.

Ils avaient engagé les cinq Kanesadas de l’avant-garde tout en se méfiant de la force principale de Kanesada en attente à côté du donjon protecteur de la nation — mais il était trop tard. Masatsugu avait instantanément donné l’ordre.

« Feu. »

Les quarante-cinq Kanesadas aéroportés attendaient à côté du donjon protecteur de la nation.

Tous avaient levé leurs fusils, visant avec le canon de leurs armes les Légionnaires du Kinai qui envahissaient le fort tutélaire.

Après une série de tirs rapides, les Kamuys bleus du Kinai avaient souffert du barrage, percés par des rayons dans les zones vulnérables non protégées par des armures telles que leurs masques et leurs gorges. L’un après l’autre s’était écrasé depuis le ciel.

Lorsqu’un nombre égal de Légionnaires étaient engagés dans une fusillade...

Entrer dans une formation compactée pour activer les barrières de protection permettrait de contrer la puissance des tirs.

Cependant, les cinq Kanesadas d’avant-garde avaient employé avec férocité la maîtrise de l’épée de style Tennen Rishin, se frayant un chemin à travers les rangs ennemis, empêchant l’armée Kinai de se rassembler en une formation compacte.

 

Les Kamuys qui tentaient de se regrouper les uns avec les autres se faisaient massacrer par les cinq Kanesadas.

À la fin, les Kamuys du Kinai dans le fort tutélaire avaient été tués sans effort par l’armée de Masatsugu.

En un rien de temps, il ne restait plus qu’une dizaine d’ennemis.

Le Chevalier du Kinai qui avait personnellement dirigé l’assaut avait également péri avec ses Légionnaires.

Bien sûr, les cinq Kanesadas chargés de perturber l’ennemi s’étaient également fait prendre par des tirs amis. Percés par les rayons de leurs camarades, tous les cinq étaient morts.

Grâce à leur sacrifice, la victoire de cette bataille localisée était à portée de main.

De plus, elle avait été gagnée en une ou deux minutes. C’était la seule issue logique lorsque l’ennemi était devenu vulnérable aux fusils à baïonnette, chacun tirant à une cadence de dix coups par seconde.

Cela dit, il s’agissait tout au plus d’un quart de la force d’invasion qui avait été vaincu.

Les trois quarts restants — cent cinquante Kinai Kamuys étaient encore à l’extérieur du fort tutélaire. À l’origine, ils étaient censés se précipiter à la rescousse lorsque leurs camarades étaient en difficulté.

Cependant, les trois quarts restants avaient été bloqués par la barrière noétique.

L’ifrit Seiryuu avait de nouveau augmenté la production de noesis, renforçant ainsi la force de la barrière.

Il en résulta cinquante Légionnaires coincés à l’intérieur du fort tutélaire, isolés des cent cinquante à l’extérieur. Masatsugu avait délibérément laissé entrer une petite fraction de l’ennemi pour diviser leur nombre.

Bien sûr, les cent cinquante Légionnaires à l’extérieur attaquaient la barrière noétique.

Dans un effort pour aider leurs camarades qui se faisaient massacrer à l’intérieur, ils avaient tiré sans relâche avec leurs fusils à baïonnette.

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh... !

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh... !

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh... !

Chaque fois que la barrière noétique avait été attaquée, Seiryuu au-dessus de la nation-protectrice continuait de gémir de douleur. Cependant, l’ifrit devrait pouvoir tenir plus longtemps.

« Masatsugu-sama, regardez là-bas ! » Shiori était venue parler à Masatsugu, qui l’avait aussi remarqué.

Les cent cinquante Légionnaires Kinai à l’extérieur étaient dirigés par trois Chevaliers. L’un d’eux avait ordonné aux quarante-neuf Kamuys sous son commandement de former une mêlée et de charger à la barrière noétique.

L’ennemi pensait qu’il pouvait charger à l’intérieur et sauver ses camarades.

Le problème était que les cent Légionnaires commandés par les deux autres Chevaliers n’agissaient pas de concert. C’était une autre excellente occasion.

« Parfait, donnez l’ordre de les laisser passer, » ordonna Masatsugu

« Compris ! » répondit Shiori.

Shiori avait de nouveau relayé l’ordre et l’ifrit Seiryuu avait fait ce qu’on lui avait dit.

Les quarante-neuf Légionnaires Kinai avaient ainsi percé le rideau de mirage, atteignant l’intérieur du fort tutélaire de Suruga.

« Kanesadas, rassemblement sous le noble nom de Son Altesse, » Masatsugu avait alors convoqué les cinquante-deux Kanesadas qu’il avait tenus en réserve au préalable.

Les Kanesadas se manifestaient au sol plutôt que dans les airs. Il s’agissait de lancer un tir antiaérien contre le nouveau lot de Légionnaires Kinai qui pénétrait dans le fort tutélaire.

De plus, les cinquante Kanesadas qui avaient été convoqués précédemment avaient également commencé à tirer sur l’ennemi.

Aujourd’hui, les Suruga étaient deux fois plus nombreux que l’ennemi à l’intérieur du fort tutélaire, malgré leur infériorité numérique globale. L’armée du Kinai avait été neutralisée, incapable de résister.

Au total, une centaine de fusils à baïonnette avaient focalisé les tirs rapides sur les quarante-neuf Légionnaires du Kinai.

Même en utilisant une formation compactée pour renforcer les effets de leurs barrières de protection, l’ennemi n’avait pas pu résister à la puissance de feu d’une force double de leur taille.

« L’ennemi a quatre Chevaliers... mais inversement, il est difficile pour eux d’agir avec unité. Une fois que leur coordination s’effondre, c’est notre chance de victoire. »

L’opération de l’armée du Kinai était basée sur un principe d’unités multiples travaillant de concert.

La victoire serait naturellement garantie s’ils maintenaient un contact et adhéraient au plan de bataille. Cependant, des communications parfaites dans le feu de l’action étaient peu probables, tandis que la bravoure de l’ennemi et les événements inattendus perturbaient souvent le plan initial.

Sous l’effet d’une perturbation noétique empêchant l’utilisation des communications sans fil, ils avaient rencontré les Kanesadas, une force de troupes d’élite.

Il n’était pas surprenant qu’il y ait eu des failles dans la coordination de l’armée du Kinai. Cette idée avait flotté dans l’esprit de Masatsugu pendant tout ce temps.

À ce moment-là, Shiori avait murmuré. « Je me souviens de la Grande Muraille... Une histoire sur cette fortification défensive. »

« Vous voulez dire celle qu’avait la Chine dans le passé ? » demanda Masatsugu.

« Oui. Même maintenant, il y a des restes de la Grande Muraille de la dynastie Ming, » répondit la princesse.

La Grande Muraille existait en Chine depuis longtemps, avant l’ère actuelle.

Il s’agissait d’une muraille massif, s’étendant sur plus de vingt mille kilomètres de part et d’autre de la frontière nord de la Chine. Elle avait été construite sous le commandement du Premier Empereur, le premier empereur à unifier la Chine.

Dans le passé, le nord de la Chine était l’endroit où erraient des tribus équestres barbares.

Avec les Xiongnu et les Tujue comme principaux exemples, ces tribus nomades avaient toujours été de puissantes menaces externes qui troublèrent grandement les dynasties chinoises successives.

La fortification massive qui avait empêché leurs invasions était la Grande Muraille de Chine.

« Ce genre de mur ne pourrait pas défendre les vastes territoires de la Chine... Dans le passé, beaucoup de gens disaient que la construction était inutile. Ils croyaient que la Grande Muraille n’avait pas réussi à protéger de nombreuses zones et que les structures artificielles n’étaient pas imprenables, » déclara Shiori.

« Ce qui veut dire que c’était plein d’ouvertures ? » demanda-t-il.

« Oui, mais grâce à cette Grande Muraille pleine d’ouvertures, les dynasties chinoises ont pu prédire les routes des envahisseurs du nord. Cela a également retardé leur taux d’avance. Par conséquent, il s’agissait d’un mur extrêmement précieux du point de vue des forces de sécurité frontalières…, » déclara Shiori.

« Un mur imparfait a beaucoup d’utilisations. » Masatsugu avait exprimé son point de vue : « Utilisé correctement, il pourrait être utilisé pour diviser l’ennemi, le forcer dans des situations voulues, ou couper leurs chemins de retraite. »

« C’est votre tactique actuelle, Masatsugu-sama, n’est-ce pas ? Les derniers Chevaliers de l’ennemi ont décidé de prendre du recul et d’observer, ayant renoncé à sauver leurs camarades, » avait demandé la princesse.

À l’intérieur et à l’extérieur de la barrière noétique du fort tutélaire, il y avait deux mondes complètement différents.

L’intérieur était une scène de l’enfer.

Les Kanesadas rouge pourpre tiraient continuellement sur les Légionnaires envahisseurs du Kinai, à seulement deux doigts de les anéantir. L’offensive féroce des Kanesadas n’avait montré aucune pitié pour les soldats ennemis. L’armée Kinai allait être anéantie en quelques minutes de plus.

En revanche, l’extérieur du fort tutélaire était différent.

Environ une centaine de Kinai Kamuys bleu étaient restés à l’extérieur.

Cette armée n’accomplissait rien et ne pouvait pas se donner la peine de sauver leurs camarades qui étaient massacrés à l’intérieur. Ils avaient décidé de prendre du recul et de regarder les Kanesadas perpétrer le massacre sanglant et violent.

La différence était comme le paradis et l’enfer.

En conséquence, Masatsugu et la princesse avaient eu le loisir d’avoir une conversation.

« Ils ont l’intention d’abandonner leurs camarades pour fatiguer mes troupes », avait analysé Masatsugu. « Puis, dans l’épreuve de force qui s’ensuivra, les nombres seront égaux. D’un autre côté, les Kanesadas auraient consommé beaucoup de liquide ectoplasmique, ce qui aura fait pencher la balance en leur faveur — c’est probablement ce qu’ils pensent. »

Actuellement, Masatsugu avait quatre-vingt-onze Kanesadas restant sous son commandement. Après les combats intenses qui avaient anéanti la moitié des forces ennemies, les Kanesadas n’avaient subi qu’une dizaine de pertes. Telle était l’énorme disparité de sa puissance.

« Ils croient bêtement... qu’ils peuvent s’opposer à mes soldats en nombre égal ? » demanda Masatsugu.

Les muscles des joues de Masatsugu se tortillaient alors qu’il se moquait des vœux pieux de l’ennemi.

À ce moment précis, les Kamuys du Kinai à l’intérieur de la barrière noétique avaient été complètement exterminés.

« S’il vous plaît, ordonnez à l’esprit de libérer complètement la barrière. Je corrigerai leurs pensées stupides, » ordonna Masatsugu.

 

☆☆☆

 

« Hahahahaha ! Ils ne peuvent pas gagner à ce stade ! » s’écria le Chevalier Noir.

« La défaite d’un allié. S’il vous plaît, ne faites pas semblant d’être ravi, » demanda le génie.

Près du fort tutélaire de Suruga...

Le ciel était plein d’étoiles. Sur le champ de bataille, les Kamuys rouge pourpre continuaient à tirer et à abattre les Kamuys bleus. Peut-être serait-il plus approprié de l’appeler à la place un terrain de chasse.

Après la disparition de la barrière noétique, une bataille de cent contre cent avait commencé.

Le Chevalier Noir était au sol, regardant la bataille se dérouler.

Le simulacre du génie Morrigan était tout près, fronçant les sourcils.

Derrière les deux, un gigantesque géant de huit mètres de haut servait de garde du corps. Un seul. Il ressemblait beaucoup à un Croisé en apparence, sauf que son armure et son uniforme étaient tous noirs.

Un Chevalier Noir. Un Chevalier de la Jarretière.

Un Chevalier de la Jarretière, abrégé « CJ ».

Au sein de l’Empire Britannique, seul le général portant le vrai nom d’Édouard le Prince Noir était capable d’invoquer ce type de Légionnaire.

« Demande de confirmation... Ces chevaliers du Fief du Kinai, vous les avez piégés, n’est-ce pas ? » demanda Morrigan à son supérieur qui riait de tout son cœur. « Le Chevalier qui convoque les Légionnaires avec un katana. Vous vouliez voir son pouvoir, tout en conservant, les Chevaliers de Sa Majesté. Donc, vous avez accepté la demande de ces quatre-là. »

« Ne le faites pas paraître si mal. » Le sourire du Chevalier Noir était devenu ironique. « J’admets que j’ai exploité les chevaliers du Kinai, mais nous leur avons déjà donné une assez bonne occasion en neutralisant la Dame Chevalière ennemie. »

La bataille dans le ciel était sur le point de s’achever.

Il y avait quatre-vingt-un Kamuys rouge pourpre actif, la plupart d’entre eux étaient passés aux katanas pour couper les quelques samouraïs du Kinai restants.

Parmi les Chevaliers du Kinai, l’un d’entre eux s’était apparemment retiré, laissant les autres morts au combat.

« D’ailleurs, je voulais voir par moi-même comment les chevaliers de l’armée provinciale du Kinai pouvaient se battre. C’est juste que... franchement, j’aurais aimé qu’ils aient pu tirer plus de puissance de l’ennemi. À en juger par son leadership et la force de ses noesis, sa Force de Chevalier ne peut pas être aussi réduite que cent. »

Lui — Le Chevalier contrôlant les Kamuys rouge pourpre.

Le Chevalier Noir avait examiné son apparence avec soin.

Un jeune homme oriental, vêtu d’un uniforme d’étudiant noir, portant une épée japonaise gainée dans sa main gauche. Son expression avait l’air un peu obstinée, même si ses traits du visage étaient assez beaux.

Le Chevalier Noir se trouvait actuellement quelque part dans la zone sur un monticule herbeux avec Morrigan à ses côtés.

Inversement, le jeune Chevalier du Suruga se tenait sur le toit du donjon protecteur de la nation au centre du fort tutélaire.

Même s’ils étaient séparés par une distance d’environ un kilomètre, le Chevalier Noir pouvait encore clairement voir son visage.

Les Chevaliers pouvaient accéder ce que leurs Légionnaires voyaient ou entendaient à tout moment.

Actuellement, grâce à la vision du Chevalier de la Jarretière derrière lui, le Chevalier Noir regardait le donjon protecteur de la nation du fort tutélaire de Suruga.

« Envoyons-lui un salut décontracté. Je compte sur toi, mon chevalier. »

Le Chevalier Noir avait appelé le Légionnaire noir derrière lui.

« Datant d’un passé lointain, le Fait d’Armes du tir à l’arc démontré lors de la bataille de Crécy... Manifeste-toi une fois de plus sur le monde. »

Ce fut l’une des armoiries d’Édouard le Prince Noir — Archers de Crécy.

Une fois le Fait d’Armes activé, un changement avait été apporté à la scène. Derrière lui, le fusil à baïonnette du Chevalier de la Jarretière s’était transformé en un long arc en acier.

De plus, c’était un arc long incroyable, encore plus grand qu’un Légionnaire.

Le Chevalier de la Jarretière avait soudain fait apparaître une flèche d’acier dans sa main droite.

Le soldat géant ailé noir avait préparé le gigantesque arc et la flèche mortelle, visant à frapper le Chevalier au katana se trouvant sur le toit du donjon protecteur de la nation.

À cet instant même, le Chevalier au katana sur la tour avait fixé son regard dans leur direction.

Ce n’était pas un accident. Sentant le mouvement du Chevalier de la Jarretière, il avait tourné son regard dans la direction du Chevalier Noir Edward.

« Impressionnant. Comme prévu, les attaques de tireurs d’élite ne fonctionnent pas contre les puissants Chevaliers. »

Le Chevalier Noir avait haussé les épaules. Ses noesis avaient été détectées.

Le jeune Chevalier de Suruga avait détecté la noesis de l’attaque du Chevalier de la Jarretière et le but de son arc et de ses flèches — .

« Allons-nous-en, Morrigan. Puisqu’il refuse de montrer quoi que ce soit de plus que son armée d’une centaine de combattants, cela ne sert à rien de rester plus longtemps. Nous reviendrons après avoir révisé nos plans. »

Comme tirer cette flèche serait inutile, il enverrait son salut à une autre occasion.

Le Légionnaire noir qui s’était transformé en archer avait senti les pensées de son maître et avait relâché sa posture avec l’arc en place.

Pendant ce temps, l’esprit Morrigan lui avait tranquillement donné son opinion. « Rassemblez les chevaliers britanniques maintenant, et prenez Suruga, ce soir. Ça aussi, c’est une option. »

« Oubliez ça. Si mon intuition est correcte, il est aussi un “guerrier du passé”, ce qui pourrait signifier une perte totale tragique de toutes nos forces rassemblées. Nous devrions attendre jusqu’à ce que son jeu soit révélé. D’ailleurs, après la prise de Hakone, si les circonstances le permettent... » Un sourire digne était apparu sur le noble et beau visage du Chevalier Noir. « J’apprécierais beaucoup un affrontement personnel contre lui... C’est ce que je pense. »

 

☆☆☆

 

Sous la lune brillante, une wyverne blanche s’élevait au-dessus du ciel de Suruga.

Le cavalier de la wyverne était un soldat britannique galant aux cheveux argentés. Derrière lui se trouvait une jeune fille en costume de marin, âgée de douze ou treize ans.

Un Croisé noir les avait suivis en tant que garde du corps.

Du toit du donjon protecteur de la nation, Masatsugu avait observé leur départ. À côté de lui, Shiori demanda : « Qu’est-ce qu’il y a, Masatsugu-sama ? »

« Il y a quelqu’un d’incroyable du côté ennemi », avait répondu Masatsugu avant d’ajouter tranquillement : « Le résultat aurait été complètement différent si cet homme s’était engagé dans la bataille. Je ne peux absolument pas m’opposer à sa puissance avec les forces actuellement sous mon commandement. »

« Est-il... si puissant ? » demanda Shiori.

Shiori avait regardé attentivement. Elle avait aussi remarqué la silhouette en retrait de la wyverne.

En même temps, les Kanesadas autour d’eux avaient fini de massacrer l’armée du Kinai, rendant la paix au fort tutélaire de Suruga.

Dans tous les cas, une noesis avait été projetée vers lui de loin tout à l’heure...

La noesis n’était pas simplement forte comme nulle part ailleurs, mais il y avait aussi une pression et une férocité que les fusils à baïonnette n’avaient pas. Si cette puissance était dirigée vers le champ de bataille, combien de Kanesadas survivraient ?

Masatsugu et Shiori n’avaient aucune idée à l’époque...

... Des terrifiants Faits d’Armes et du vrai nom que possédait ce Chevalier qui les avait croisés ce soir-là.

Dans un avenir proche, il allait être leur premier ennemi majeur — et l’un de leurs rivaux d’une immense grandeur.

Dans tous les cas, la victoire de ce soir appartenait à Masatsugu et à la princesse.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire