Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 1 – Chapitre 5 – Partie 1

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 5 : Legatus Legionis (1)

Partie 1

« Le sort en est jeté. » « Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu. » « Toi aussi, mon fils ! ? »

Elles étaient toutes des citations célèbres de Jules César.

Bien que le nom de César devint plus tard la source étymologique de « kaiser », qui signifie empereur, Jules César lui-même n’était pas monté sur le trône de son vivant. Sa dernière position était « dictateur à perpétuité ».

César était né en 100 avant Jésus-Christ.

Il était issu d’une famille patricienne, mais dont la richesse et l’influence étaient limitées.

Ce n’était pas encore un empire à l’époque, la Rome antique approchait de la fin de son ère républicaine. C’était une grande nation prospère, avec des frontières en expansion et de vastes territoires. En quête d’un pouvoir encore plus grand, ceux qui étaient au pouvoir avaient continué à s’engager dans des luttes politiques et des luttes internes.

C’était le genre de scène politique dans laquelle César était entré.

Au fil des décennies, il était passé du statut de jeune homme politique sans rien de particulier, si ce n’est qu’il était devenu consul de la République romaine et gouverneur de la province de Gaule.

Il avait réussi, en tant que commandant militaire, à réprimer les rébellions en Gaule, à vaincre les rivaux politiques sur le champ de bataille et à exercer une autorité inégalée à l’intérieur des frontières de Rome.

Finalement, Jules César avait obtenu la position de dictateur.

Malheureusement, il avait été assassiné à l’âge de cinquante-six ans après avoir posé les fondations du futur Empire romain.

Son héritier, Octave, devint le premier empereur, se faisant passer pour Augustus — .

On pourrait appeler César un politicien et soldat rare, mais il n’était clairement pas un personnage aussi « simple ».

Un grand orateur, excellent auteur de proses, maître stratège, populaire auprès du peuple, charmant, effronté...

Une fois, lorsqu’il avait été kidnappé par des pirates, il s’était même plaint qu’ils demandaient une rançon trop faible.

Il avait accumulé des dettes massives équivalentes au budget de la défense d’un pays et cela n’avait jamais pesé sur sa conscience. Ce n’était qu’après plus d’une décennie d’ascension qu’il avait finalement remboursé toutes ses dettes.

La rumeur disait qu’il avait couché avec les femmes d’un tiers des sénateurs romains.

La perte de cheveux accompagnant l’âge avancé était l’une des choses qui le troublaient le plus.

Les soldats de l’armée de César surnommaient aussi leur commandant « le coureur de jupons ». César l’avait accepté en riant, cultivant une sorte de camaraderie entre lui et son armée.

En tout cas, César n’était ni un saint ni un homme noble d’esprit.

Avançons rapidement jusqu’à l’année 1998 à la fin du XXe siècle. Après une contemplation attentive, Jules César avait déclaré solennellement : « Il est peut-être temps que je me décide à passer à l’acte chirurgical. Qu’en dites-vous ? »

« L’allure de Votre Excellence est devenue notre symbole national et cela inclut vos cheveux qui se dégarnissent. Ne vous abaissez pas à tricher avec des méthodes telles que la transplantation de cheveux. »

L’officier d’état-major de César avait averti le généralissime qui vérifiait ces rares cheveux avec un miroir à la main.

Ils se trouvaient sur l’île de Lantau à Hong Kong, une partie du territoire de l’Empire romain oriental.

Leur emplacement comprenait le fort tutélaire de l’armée romaine et le Centre de commandement de la région administrative de l’Asie de l’Est.

Tous les deux parlaient dans le bureau du commandant appartenant au généralissime César. Chaque année, il passait un tiers de son temps à Hong Kong, un autre tiers au Japon, le reste étant réparti sur d’autres lieux.

Alexis Yang, un membre de l’état-major militaire, parlait à César.

Le nom chinois de cet homme était Yang Zhongda. Trente-quatre ans. Son apparence mince pouvait être considérée comme belle et gracieuse, mais les poils du visage autour de sa bouche et de son menton avaient contribué à une impression de sauvagerie.

« Mettez ça de côté, écoutez d’abord un rapport sur la rébellion au Japon. »

Yang avait projeté une image. C’était un maître noétique. Une carte du Japon Impérial leur avait été présentée, ainsi qu’un rapport sur l’Alliance pour la Restauration.

« L’Alliance pour la Restauration est formée par des loyalistes autoproclamés qui s’inquiètent pour leur pays... Le fief Kinai n’est rien d’autre qu’une marionnette, tandis que l’Empire Britannique joue un triple rôle de cerveau, de soutien et de fournisseur de troupes de combat, » déclara Yang.

« La cible de la Grande-Bretagne est Seigneur Tenryuu, la Bête Sacrée du Japon, n’est-ce pas ? » demanda César.

« D’après les rumeurs, les Bêtes Sacrées en Angleterre ne vivront plus longtemps. Votre supposition pourrait très bien être correcte, » répondit Yang.

Les ressources naturelles comme le pétrole et les métaux précieux étaient souvent à l’origine de conflits internationaux.

Et les Bêtes Sacrées divines étaient les sources des pouvoirs mystiques. La possession de puissantes puissances mystiques avait permis aux pays d’assurer la richesse, la prospérité et la force militaire. C’était ainsi que le monde moderne fonctionnait.

En adhérant à cette règle d’or, l’Empire romain d’Orient avait réussi. À défaut, l’Amérique était tombée dans le déclin.

La priorité absolue d’un État impérialiste était d’assurer la bénédiction continue des Bêtes Sacrées.

« La proposition de l’Alliance pour la Restauration de “réformer le Japon Impérial en partant de l’ouest et en sauvant l’impératrice” semble susciter des réactions favorables de la part des fiefs occidentaux du Japon. Peut-être souhaitent-ils rejouer la restauration meiji où Satsuma et Chōshū ont repris la cour impériale, » Yang avait étendu son index et avait dessiné un cercle du côté ouest du Japon sur la carte.

Là-bas, il y avait les régions de Kyūshū, Chūgoku et Shikoku. Yang était un expert de l’Extrême-Orient et connaissait bien les affaires et l’histoire du Japon.

« L’Alliance se rassemble derrière un slogan : “L’impératrice doit être débarrassée de l’influence corrompue de César et l’armée romaine de l’Est doit être expulsée des îles du Japon”, » déclara Yang.

« Ça me dit quelque chose, » déclara César.

« Ils lèvent une bannière de grande justice, comme un certain César l’a fait dans le passé, » déclara Yang.

Il y a dix ans, il y avait eu des bases militaires américaines réparties sur les îles du Japon.

Condamnant l’armée américaine pour « ingérence injuste dans les affaires intérieures de l’allié de Rome, le Japon, et portant atteinte aux droits de l’impératrice japonaise », César avait conduit une armée de mille Légionnaires à marcher sur le Japon. Se présentant comme le protecteur du Japon et de l’impératrice, il avait vaincu les forces américaines en garnison au Japon.

En tant que conquérant triomphant, César était devenu le véritable souverain du Japon, à l’exception de son nom.

C’était identique à la façon dont il était devenu l’amant de la reine Cléopâtre et le conquérant de l’Égypte bien avant l’ère actuelle.

« Au fait... » César avait soulevé un point de doute : « Il y a dix ans, j’ai gagné la confiance des conseillers de l’impératrice en place et du Fief de Kantō, qui m’a ensuite invité à diriger une force expéditionnaire au Japon. Aujourd’hui, l’Empire Britannique souhaite utiliser la même méthode... Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi le fief Kinai est prêt à les aider. »

« Si mes impressions sont exactement, » dit l’officier d’état-major yang en accord. « Je ne serais pas surpris si c’était Kyūshū ou Shikoku qui aidait les Britanniques puisque ces fiefs ont gardé leurs distances de Rome et de la famille impériale actuelle. Cependant, le gouverneur général du fief de Kinai... Je me souviens qu’il est censé avoir de l’aversion pour Rome et de la haine pour la Grande-Bretagne. »

« De plus, c’est un type têtu qui n’écoute jamais les conseils. » César avait souri avec amusement. Il avait rencontré les douze gouverneurs généraux qui servaient comme seigneurs régionaux du Japon et connaissaient bien leur personnalité. « S’il était le patron égoïste d’une société à l’ancienne, il aurait une chance de briller dans le monde des affaires. »

« Dans ce cas, pourquoi laisserait-il les Britanniques aux commandes ? » demanda Yang.

« Peut-être que quelqu’un a utilisé une sorte de magie pour faire fondre le cœur têtu du gouverneur général de Kinai, instillant de chaleureux sentiments d’amitié pour la Grande-Bretagne, » déclara César.

« Magie, hein ? Cela semble particulièrement convaincant venant d’un gars qui est mort il y a deux mille ans, » avait répondu l’officier d’état-major yang à la blague de son commandant.

Après tout, dans cette époque moderne où les Légionnaires, les bêtes de rétention, les esprits et d’autres êtres mystérieux jouaient un rôle actif, il était souvent nécessaire de poser « ce genre de possibilité ».

« Le lanceur de sorts n’est pas forcément un maître noétique. Ce n’est pas le genre de miracle qui peut être accompli par des maîtres ordinaires de niveau humain. Il est impossible pour les esprits et les bêtes de rétention, parce que ces choses ne comprennent pas les subtilités du cœur humain. Les compétences de haut niveau de “contrôle de l’esprit” sont au-delà d’eux, » le maître noétique et officier d’état-major de l’armée romaine avait analysé de sa propre initiative.

En passant, il n’était qu’un maître noétique à mi-chemin. Le mieux qu’il pouvait accomplir était « d’utiliser la noèse pour tromper les cibles avec des illusions » comme un ninja japonais.

« Une telle capacité ne serait-elle pas une spécialité des pairs de Votre Excellence, les ressuscités ? » demanda-t-il.

« Bien sûr, nous sommes capables de beaucoup d’exploits surnaturels, mais ce genre de choses nous dépasse aussi, » avait répondu César en haussant les épaules.

« Êtes-vous bien au courant, oui ? Nos Exploits d’Armes... sont purement des capacités à prendre les réalisations illustres de nos vies passées et à les reconstituer dans le présent. Ils sont inutiles en dehors du champ de bataille, » déclara César.

« Alors la magie est hors de question ? » demanda Yang.

« Il serait prématuré de tirer des conclusions hâtives. » Faisant un clin d’œil à l’officier d’état-major yang, César avait dit : « Elles ont toujours été celles qui ont apporté au monde de toutes nouvelles puissances mystiques. Quand ces femmes priaient les Bêtes Sacrées exaltées pour “des armes afin de leur permettre de protéger leurs nations”, les Bêtes Sacrées leur accordaient des Légionnaires. Quand elles avaient prié pour des “héros victorieux”, nous avons été ressuscités. »

L’homme dont le nom était devenu synonyme d’empereur avait souri avec confiance. « Dans ce monde, les Bêtes Sacrées sont prêtes à écouter les demandes égoïstes et personnelles de certaines personnes. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour ce chapitre. Jules César avec une moumoute peut être ? 🙂

Laisser un commentaire