Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 6

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 4 : Les Chevaliers et les Faits d’Armes (2)

Partie 6

Le fort tutélaire de Suruga était situé sur un plateau connu sous le nom de Nihondaira.

Masatsugu était finalement arrivé près du plateau. Il y avait soixante Croisés regroupés dans l’air, émettant un Cri de Guerre qui résonnait à travers les cieux. En entendant cette chanson, les rangs des Kamuys s’étaient transformés en un désordre instable et désorganisé. Beaucoup d’entre eux s’étaient déjà écrasés au sol.

L’Ifrit Seiryuu était également au bord de l’effondrement à l’intérieur de la barrière...

C’était un champ de bataille et Masatsugu Tachibana était enfin arrivé.

« Supposons que le génie aille bien... Combiné avec le propre pouvoir de Rikka-sama, il aurait été possible de vaincre les deux Chevaliers de Sa Majesté et de protéger le fort tutélaire. Mais en ce moment —, » arrivée avec lui sur les lieux, Shiori avait parlé avec de la pitié dans sa voix.

Ils s’étaient précipités ici depuis la maison près des dortoirs des étudiants, chevauchant un Loup Mibu, la bête de rétention que Shiori avait invoquée plus tôt. Montés sur le loup argenté géant, les deux individus avaient parcouru les sentiers de montagne en utilisant le chemin le plus direct à une vitesse effrayante, atteignant leur destination en une dizaine de minutes.

Masatsugu était déconcerté par le commentaire de la princesse. Il avait alors demandé. « Je crois que le Chevalier qui défend Suruga est Akigase-dono, n’est-ce pas ? Princesse, vous semblez la tenir en haute estime, mais n’avez-vous pas dit que les Chevaliers japonais ne sont pas fiables ? »

« Rikka-sama est différente. Son expérience est semblable à la mienne, » déclara Shiori.

« Similaire ? » demanda Masatsugu.

« J’avais l’habitude d’étudier dans la capitale de Rome orientale, servant d’otage en tout sauf en nom. Rikka-sama a également été envoyée à l’armée romaine et a passé trois ans à combattre en tant que membre d’un contingent allié, » répondit Shiori.

Un contingent dit allié était une tradition remontant à la Rome antique.

Shiori lui avait expliqué qu’il s’agissait d’une unité de troupes formée en empruntant des soldats aux tribus ou nations alliées et en les envoyant sur les lignes de front.

« Rikka-sama est devenue Chevalier à l’âge de treize ans et elle fut immédiatement envoyée pour combattre au nom de Rome sur différents champs de bataille. C’est une vétérane aguerrie malgré son jeune âge, » continua à expliquer la princesse.

« Je vois, donc elle a ce genre de passé, » répondit-il.

Masatsugu avait compris et avait eu une idée. Puisqu’elle était une générale dont les mérites avaient été reconnus par la princesse, elle coopérerait probablement avec son plan, n’est-ce pas ? Masatsugu avait ressenti ce sentiment d’anticipation.

« Princesse, puis-je vous demander d’envoyer un message à Akigase-dono le plus rapidement possible ? » demanda Masatsugu.

« Ce n’est certainement pas un problème puisque j’ai un renard à portée de main... Que souhaitez-vous que je transmette ? » demanda la princesse.

« Très simple, dites-lui de ne rien faire — ordonnez à ses Légionnaires de cesser toute résistance, » déclara Masatsugu.

« Hein !? » s’exclama Shiori.

« C’est tout ce dont j’ai besoin. Ensuite, j’écraserai les chevaliers de l’Empire Britannique, » déclara Masatsugu.

Une expression d’étonnement était accrochée au visage de Shiori. Elle n’avait pas encore compris les intentions de Masatsugu, peut-être parce que Masatsugu avait omis une explication détaillée en faveur d’un gain de temps.

Sans l’interroger, elle avait simplement dit : « ... Cependant, il est peu probable qu’elle accepte le message tel qu’il est actuellement. Peut-être qu’elle serait prête à le lire si on me l’envoyait en mon nom... »

Shiori avait simplement souligné une question pratique. Elle avait apparemment décidé de placer sa foi en Masatsugu Tachibana.

Cette princesse avait fait preuve d’un courage exceptionnel malgré son éducation. Elle ne s’était pas attardée sur des sujets insignifiants. Un talent rare comme il convient aux dirigeants.

C’était pour cette raison que Masatsugu l’avait trouvée attachante et aimable. Shiori avait réfléchi pendant un instant.

Elle avait ensuite ouvert la paume de sa main droite et son renard de liaison était apparu dessus.

« Livrer un message à Chevalier Akigase en mon nom. Le contenu est tel que l’a dicté Masatsugu-sama tout à l’heure. Signez-le conjointement au nom de Shiori Fujinomiya et Hijikata. »

Le petit animal blanc s’était volatilisé après avoir reçu les ordres de la princesse.

Alors que le renard de liaison était parti relayer le message, Masatsugu avait été perplexe face à ce que Shiori voulait dire par Hijikata.

« Rikka-sama devrait pouvoir le découvrir instantanément dès qu’elle entendra ce nom magique. Un mensonge de convenance pour gérer la crise, mais ça pourrait marcher. Au fait, Masatsugu-sama..., » déclara la princesse.

Ils avaient voyagé ici en chevauchant une bête en argent, le Loup Mibu.

En marchant jusqu’à la tête du loup géant de la taille d’un cheval, Shiori avait récupéré l’épée japonaise gainée qu’il tenait dans sa bouche.

C’était quelque chose que la princesse avait demandé au Loup Mibu de porter quand ils avaient quitté le Manoir de Ryouzan.

Shiori avait présenté l’épée japonaise à Masatsugu. « S’il vous plaît, acceptez ceci. Il s’agit d’un héritage transmis à la famille Fujinomiya — le testament d’un Exploit d’Armes. C’est une relique d’un certain héros... J’ai pris ça dans l’espoir que cela puisse vous aider, Masatsugu-sama. »

« Le testament d’un Exploit d’Armes, en d’autres termes, est-ce une Appellation ? » demanda-t-il.

Shiori avait hoché la tête en signe d’affirmation et Masatsugu l’avait pris dans sa main.

Instantanément, Masatsugu avait senti un courant électrique le traverser comme s’il avait été frappé par la foudre. Tout son corps avait tremblé et cela lui avait donné l’impression que son cœur s’était serré.

Cette épée extraordinairement précieuse testait Masatsugu.

Il s’agissait de questionnement sur le corps et l’âme de Masatsugu, « Êtes-vous digne de ma compagnie à travers la vie et la mort ? »

C’était une méthode de confirmation très brutale. L’impact pourrait très bien briser le cœur d’un guerrier aguerri, et encore plus celle d’une personne ordinaire. Masatsugu avait souri d’un sourire ironique. En secouant légèrement les joues, il avait également secoué la tête. Ce que Masatsugu avait sous-entendu, Qui pensez-vous tester.

Une tentative à ce niveau-là ne peut pas affecter mon corps.

Après cela, les symptômes anormaux avaient disparu du corps de Masatsugu.

L’épée avait accepté Masatsugu. Reconnaissant Masatsugu, elle s’était excusée pour son impolitesse.

« Quelle épée au tempérament féroce ! Je l’aime bien, » déclara Masatsugu.

« C’était l’épée personnelle d’un héros connu sous le nom de “l’impitoyable”. L’avez-vous déjà apprivoisé sans vous souvenir de votre propre nom ? Comme on s’y attendait de l’égal du Seigneur César, » déclara Shiori.

« Ce n’est pas comme si l’absence d’un nom m’empêchait de me battre. Je trouverai toujours une solution, » répondit-il.

Shiori avait elle aussi souri ironiquement. Plus que de le louer, il y avait là des éléments d’exaspération.

Comme d’habitude, Masatsugu avait répondu calmement à sa dame, et il avait levé les yeux vers le ciel.

Les Croisés chantaient encore, leur Cri de Guerre résonnant encore dans le ciel de Suruga. À l’inverse, la vingtaine de Kamuys restants avaient cessé de résister vaillamment.

Les uns après les autres, ils étaient tombés au sol comme des oiseaux sauvages qui avaient été abattus par des fusils de chasse.

Ont-ils été privés de pouvoir, vaincus ? Non, le « mot magique » envoyé par la princesse doit avoir fonctionné.

« Attendez un moment ici pendant que je m’occupe de l’ennemi, » tournant le dos à Shiori, Masatsugu avait marché vers la base.

Il n’avait rien d’autre qu’une épée dans sa main gauche — une épée japonaise dans son fourreau. À part ça, il n’avait pas d’autres armes.

Cependant, c’était suffisant pour faire face à une armée de cette taille. Peut-être parce qu’il était entré sur le champ de bataille de son propre gré, de sa propre initiative, Masatsugu était maintenant pleinement conscient de la façon dont les Chevaliers combattaient.

« Désolé, je n’ai pas de nom pour vous convoquer, mais aidez-moi pour l’instant, » déclara Masatsugu.

Alors qu’il s’avançait seul avec une épée à la main, il avait libéré des noesis vers le champ de bataille.

Noesis — La force des pensées d’un Chevalier était déterminée par toutes sortes de facteurs cruciaux.

Force de la personnalité, force de caractère, force mentale, force physique, compétitivité, sang-froid, colère, haine, amour, amitié, tristesse, illumination, expérience de vie, expérience de combat, charisme, prestance, etc.

Les noesis produites par Masatsugu étaient beaucoup plus fortes que celle de n’importe qui d’autre sur ce champ de bataille.

« Attaquez dès que je donne l’ordre sans le moindre retard, » après avoir donné tranquillement son ordre, Masatsugu avait à nouveau regardé le ciel.

Il y avait soixante-cinq Croisés dans les airs. Après avoir trouvé comment utiliser les noesis, Masatsugu avait été capable de détecter rapidement les noesis des Légionnaires, obtenant instantanément un décompte des soldats ennemis.

Les soixante-cinq Croisés avaient commencé à nouveau à agir.

Toute l’armée volait directement sur la barrière noétique protégeant le fort tutélaire de Suruga.

Cette fois, l’ennemi n’avait pas formé une mêlée de rugby. Manipulant leurs fusils avec des baïonnettes levées, chaque Croisé volait à la vitesse de combat maximale.

C’était comme s’il avait une lance de chevaliers médiévaux à la main.

C’était vraiment comme s’ils étaient montés sur des chevaux de guerre effectuant une charge à pleine vitesse vers l’ennemi tout en tenant une lance de cavalerie barbelée. Même en armure complète, l’ennemi serait transpercé par les lances ou tué par la collision qu’il soit Chevalier et Légionnaire.

Les soixante-cinq Croisés prévoyaient de briser la barrière noétique en utilisant le mouvement meurtrier de la charge de cavalerie.

Masatsugu avait donné un ordre concis, « Commencez. »

Les Légionnaires répondant à cet ordre étaient au sol plutôt que dans les airs.

C’étaient les soixante-quatre Kamuys envoyés par le Chevalier Rikka Akigase et qui s’étaient écrasés au sol à cause du Cri de Guerre, mais ce n’était pas la seule raison pour laquelle ils s’étaient écrasés.

Le Chevalier Akigase avait fait confiance aux instructions envoyées par Masatsugu par l’intermédiaire et au nom de la princesse.

En raison des effets de la perturbation noétique, ce qui les rendait incapables de recevoir les ondes noétiques de leur maître, les soixante-quatre Kamuys avaient fini par s’écraser au sol l’un après l’autre.

En envoyant ses ondes noétiques aux Kamuys qui avaient perdu leur commandant, Masatsugu avait pris le commandement par la force.

Cette méthode était tout aussi coercitive que la façon dont il avait ordonné au Kamuy hier. C’était presque comme s’il arrachait par la force le contrôle.

Les Kamuys qui étaient allongés sur le sol comme des cadavres... Ils s’étaient levés comme des fantômes. Beaucoup des Kamuys écrasés avaient été blessés, mais ce n’était pas assez pour les empêcher de se battre. Les Légionnaires avaient une très haute résistance contre les dommages non mystiques.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire