Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 5

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 4 : Les Chevaliers et les Faits d’Armes (2)

Partie 5

Chaque fort tutélaire du Japon était équipé d’un temple aquatique.

De plus, presque tous les forts tutélaires avaient un Ifrit. La volonté consciente et l’avatar de cette déité gardienne étaient ce qu’on appelait un génie.

Par conséquent, l’avatar de Sakuya causerait également une perte de performance chez Seiryuu.

Sakuya était actuellement au plus haut niveau du donjon protecteur de la nation dans le fort tutélaire de Suruga.

Plus précisément, c’était son image projetée — la ressemblance visuelle d’une jeune fille habillée comme une jeune fille du sanctuaire.

Le donjon protecteur de la nation mesurait quarante mètres de haut. Les tours ordinaires avaient généralement une salle d’observation au sommet, mais les tours du donjon protecteur de la nation allaient à l’encontre de cette norme. La vaste pièce au niveau supérieur était complètement sombre, sans aucune fenêtre sur les murs extérieurs.

La lumière clignotante des bougies dans l’environnement avait servi à éclairer cet espace intérieur.

Un cercle magique avait été tracé sur le sol de pierre, identique en motif avec le cercle magique de soixante-dix mètres sur le dos de l’Ifrit Seiryuu. L’image de Sakuya était assise sur le cercle magique.

« Naumaku sanmandabodananan beishiramandaya, sowaka. Naumakuarratannoutaratayaya, atakyarobotarayachishaya, baishiramandaya, makarajaya, yakyashachibataba, sototasoshitsurabarasowaka - »

Afin d’augmenter son énergie noétique, la jeune fille avait récité un mantra comme si elle chantait une chanson.

Les jambes de Sakuya étaient tendues et sa posture assise n’était pas tout à fait présentable. Cependant, l’énergie noétique accrue de Sakuya avait pris forme dans l’air au-dessus du fort tutélaire comme l’Ifrit Seiryuu et avait même réussi à déployer une barrière de noesis.

L’espace entourant le fort tutélaire de Suruga s’était tordu et avait scintillé comme si on le voyait à travers de l’air chaud fumant.

Une « distorsion » avait formé une barrière physique pour bloquer les attaques et les invasions ennemies, il s’agissait de la « barrière noétique ». En utilisant simplement des vagues de pensée et en les transformant en une puissance physique suffisante pour défendre une forteresse, il s’agissait d’une technique de contrôle noétique du plus haut rang.

De plus, il y avait une dizaine d’officiers noétiques assis en méditation à côté de Sakuya.

Au sein de l’armée provinciale Tōkaidō, seuls les maîtres noétiques portaient des uniformes semblables aux vêtements de travail des moines. Pour aider à contrôler Seiryuu, ils se concentraient sur le chant des mantras tout comme Sakuya.

« Croisés — Une armée s’approche de nous. Il y a quatre-vingt-dix individus..., » Sakuya avait arrêté de réciter le mantra et avait rapporté tranquillement la situation de combat.

Quatre-vingt-dix Légionnaires britanniques volants étaient finalement arrivés devant Seiryuu. Les deux camps étaient séparés par quatre cents mètres. Il s’agissait d’une distance où les combats pouvaient éclater à tout moment.

Les quatre-vingt-dix Croisés de l’ennemi s’arrêtèrent en l’air, maintenant leur formation sphérique.

La moitié avant des Légionnaires avait ouvert le feu.

Naturellement, ils utilisaient un tir continu. Cette vague de lumière clignotante avait impitoyablement frappé la barrière de noesis entourant le fort tutélaire, la secouant violemment par la puissance des attaques et l’impact.

Cependant, la puissance de feu était insuffisante pour percer les barrières du château empli par l’énergie noétique.

L’image principale de Sakuya, Seiryuu, était dans les airs au-dessus du donjon protecteur de la nation. Protégé par la barrière noesis, il n’avait aucun risque de se faire tirer dessus.

« Décret météorologique, activation. »

Sous les ordres de Sakuya, Seiryuu avait rugi au-dessus du donjon protecteur de la nation.

« Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh ! »

Les nuages orageux avaient instantanément rempli le ciel et avaient fait pleuvoir des éclairs pour attaquer la partie supérieure de la formation sphérique de l’ennemi.

Boom ! Boom ! Boom ! Boom ! Boom ! Boom ! Boom ! Boom !

Les défenseurs de Suruga avaient également utilisé un feu continu, attaquant les quatre-vingt-dix Croisés avec une offensive foudroyante et rugissante.

Regroupés dans une formation sphérique, les Croisés étaient protégés par les particules de leur propre barrière protectrice.

Plus une formation était dense, plus le pouvoir défensif des particules était grand. Un décret météorologique n’avait pas la puissance de feu pour briser une formation de quatre-vingt-dix Légionnaires.

« C’est une impasse... Il faut pour l’instant maintenir le statu quo, » Sakuya était restée infaillible et avait continué à attaquer en utilisant le décret météorologique.

La situation actuelle se déroulait selon le plan de bataille du Chevalier Rikka Akigase tel qu’il avait été conçu précédemment.

Avant la sortie de Rikka, les officiers noétiques avaient signalé la présence d’ondes noétique d’un nombre inconnu de Légionnaires dans l’est, probablement en train de rôder dans la mer pour échapper à la reconnaissance noétique.

En réponse, Rikka leur avait ordonné qu’en cas d’embuscade, ils doivent se défendre avec tout ce qu’ils avaient jusqu’à son retour.

Rikka avait donné ces ordres en considération de la condition médiocre de Sakuya. En se basant sur la situation actuelle, Sakuya pensait à l’origine que le plan allait réussir, mais assez rapidement, elle avait soupiré de déception.

« Le tigre de papier a été découvert, » murmura-t-elle.

Les Croisés en vol stationnaire avaient cessé de tirer et ils avaient changé de formation.

Au lieu d’utiliser des formations ordonnées comme des carrés ou des sphères, ils formaient une « mêlée » de rugby. En pliant leurs postures vers le bas, les quatre-vingt-dix Légionnaires s’étaient tenus par les épaules et la taille pour commencer à accélérer vers l’avant !

En effet, l’armée ennemie avait l’intention d’exécuter un tacle de mêlée.

Comme une seule unité, les quatre-vingt-dix soldats géants ailés volaient à grande vitesse vers la barrière noétique.

Accélérer, accélérer, accélérer, accélérer, accélérer, accélérer. Le poids des quatre-vingt-dix Légionnaires avait été multiplié par la vitesse pour un impact sur tout le corps, secouant violemment la barrière noétique.

« ... Kyahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !?? » cria Sakuya.

Les dommages à la barrière noétique avaient été transmis à son créateur, l’Ifrit Seiryuu. Une réplique avait également atteint l’avatar qui était l’âme de Sakuya.

« Prédiction. On ne peut supporter qu’une ou deux autres collisions. La situation actuelle n’est pas viable, » Sakuya avait abaissé tristement les épaules.

Grâce à Rikka qui l’avait consolé ce matin, elle avait finalement réussi à reprendre ses fonctions.

Cependant, son état mental inférieur ne s’était pas vraiment amélioré. Les génies n’étaient pas des êtres simples et ne pouvaient pas récupérer en quelques jours. L’activation des pouvoirs liés aux noesis dans de telles circonstances ne ferait pas du tout ressortir leur vraie puissance.

Le Chevalier de Sa Majesté qui l’avait discerné mérite d’être loué pour sa perspicacité.

D’ailleurs, la tactique apparemment barbare, mais simple de « charger à grande vitesse en utilisant quatre-vingt-dix géants comme une seule unité » avait eu un impact bien plus grand que le tir continu des fusils...

 

☆☆☆

 

« En fait, ça a marché. Dieu merci, » sur sa monture de type wyverne qui volait actuellement proche de ses soldats, Lampard avait forcé un sourire.

Hier, l’Ifrit Seiryuu de Suruga était clairement en mauvais état. Seiryuu s’était actuellement efforcé de déployer une barrière de noesis de force inconnue.

Frappé par l’inspiration, Lampard avait décidé d’essayer quelque chose d’autre. Il avait ordonné à ses quatre-vingt-dix Légionnaires de charger de toutes leurs forces.

Sa manœuvre avait infligé des dégâts importants et inattendus. L’image géante d’un dragon bleu au-dessus du fort tutélaire de Suruga avait rugi de douleur derrière la barrière scintillante. À ce rythme, il semblait qu’il suffisait de quelques charges supplémentaires pour faire tomber simultanément la matérialisation de l’Ifrit et la barrière noétique.

En fin de compte, les Ifrits avaient été catégorisés comme « conglomérats de puissantes noesis. »

Sans corps corporel, ils étaient une sorte d’existence « illusoire ». Puisqu’une barrière de noesis avait été formée en séparant une partie d’eux-mêmes pour se matérialiser, l’effondrement de la barrière était équivalent à leur propre effondrement.

« Encore une fois, mes hommes. Je compte sur vous, » Lampard avait ordonné à ses Croisés après avoir cogné une première fois la barrière noétique.

Après avoir reçu les ordres de Lampard, les quatre-vingt-dix Légionnaires avaient reculé de quelques centaines de mètres tout en maintenant leur formation compactée et avaient formé une autre mêlée. Quatre des Croisés avaient quitté le groupe et étaient venus à côté de leur commandant pour servir de gardes du corps.

« Je ne veux pas me déshonorer avec un grave échec devant le Prince Noir, alors s’il vous plaît, faites que ce soit une victoire facile pour moi, » murmura Lampard à lui-même.

Les quatre-vingt-six Croisés se préparaient à accélérer dans une formation de mêlée quand...

Des douzaines de Légionnaires bleues s’étaient envolés depuis le sol.

Dans la région montagneuse du fort tutélaire de Suruga, il y avait une parcelle de verdure à flanc de colline. Ces Légionnaires s’étaient cachés à divers endroits derrière le terrain en escalier.

« L’ennemi a aussi préparé une embuscade ! » cria Lampard.

Naturellement, cette embuscade consistait en Kamuys du Japon Impérial, au nombre de soixante-quatre.

Les samouraïs bleus avaient rapidement chargé la formation serrée des soixante-quatre Croisés. Au lieu de s’organiser en formation, les Kamuys s’étaient dispersés pour s’envoler dans le ciel comme des oiseaux de proie, avec l’intention d’utiliser leurs baïonnettes en combat rapproché.

« Préparez-vous à vous battre au corps à corps ! » Lampard avait aussi instantanément donné des ordres.

Cependant, les Croisés avaient tous rangé leurs fusils sur le dos pour former une charge composée.

Ils n’avaient ainsi pas pu riposter immédiatement. De plus, le fait de rester dans une formation compacte avait également entravé les chances d’esquives des uns et des autres. Les soixante-quatre Kamuys avaient attaqué impitoyablement l’armée des Croisés immobilisés.

Frappant avec leurs épées, les samouraïs bleus avaient continué à trancher dans les rangs des Légionnaires britanniques.

Les Kamuys n’étaient pas restés autour des Croisés numériquement supérieurs après avoir lancé leur assaut surpris. Après avoir attaqué, ils s’étaient tous dispersés dans toutes les directions pour s’engager dans des tactiques de guérilla.

Cet engagement momentané avait permis d’infliger des blessures mortelles à plusieurs Croisés.

Une vingtaine individus s’étaient écrasés au sol, ayant subi des coups de couteau ou des entailles sur la tête, le cou ou des trous dans l’armure. Les quatre-vingt-six Croisés étaient maintenant descendus à soixante-cinq.

Les Légionnaires britanniques survivants avaient dégainé à la hâte leurs fusils à baïonnette, se préparant à riposter.

Les soixante-quatre Kamuys adverses étaient restés dispersés, volant au loin à basse vitesse pour observer l’armée britannique, attendant leur heure pour une autre chance d’attaquer...

« Devrions-nous les poursuivre ? Ou bien se regrouper pour une attaque frontale —, » Lampard avait rapidement décidé de son prochain coup.

En surveillant cet espace aérien, il n’y avait aucun signe qu’un commandant dirigeait les Kamuys. En supposant que l’ennemi Chevalier était absent de la zone plutôt que de se cacher, alors il devrait choisir une troisième option.

« Mes troupes, rugissez. Le Cri de Guerre ! » ordonna le chevalier britannique.

Les Croisés sous son commandement avaient immédiatement obéi à l’ordre.

Leur hurlement féroce avait résonné dans toute la région de Suruga. De plus, le son hurlant avait explosé et avait résonné comme le tonnerre, persistant à travers le temps.

Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh—

Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh—

Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh—

Ce rugissement des Légionnaires était connu sous le nom de Cri de Guerre.

Les Légionnaires avaient libéré d’énormes quantités de bruit sous les masques sur leurs visages, formant une chanson unique. De plus, le Cri de Guerre avait provoqué une perturbation noétique.

Cette fois, c’étaient les soixante-quatre Kamuys nouvellement arrivés qui avaient été touchés.

Les Légionnaires étaient contrôlés par les vagues noétiques des Chevaliers. En recevant une perturbation noétique, les Légionnaires devenaient incapables de recevoir des ondes noétiques, perdant ainsi le contrôle.

Les Kamuys s’étaient écrasés l’un après l’autre comme des moustiques qui avaient été pulvérisés par des pesticides.

L’intuition de Lampard s’était avérée être la bonne. Après tout, le commandant ennemi était absent. Tout ce qu’un chevalier à proximité avait besoin de faire était d’envoyer des ondes noétiques pour annuler la perturbation noétique. On aurait dit que la victoire était à portée de main, mais pas encore totalement.

« Certains d’entre eux s’accrochent encore. Les troupes japonaises sont vraiment persévérantes, » déclara-t-il.

Trente Kamuys étaient restés en l’air, volant de façon instable au-dessus du fort tutélaire.

Lampard s’était alors rappelé les traits particuliers des Légionnaires japonais. Agile, diligent, courageux et loyal. Même lorsque la réception des ondes noétique avait été affaiblie, ils avaient continué à exécuter loyalement les ordres de leur maître.

« Cependant, leur défaite n’est qu’une question de temps, » déclara le chevalier britannique.

Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh—

Le Cri de Guerre des Croisés s’était poursuivi. À ce rythme, il serait trivial d’abattre les Kamuys restants.

Il ne restait plus qu’à démolir la barrière noétique et à prendre le fort tutélaire...

Lampard était convaincu de sa victoire.

 

☆☆☆

Les deux Chevaliers de Sa Majesté envahissants aujourd’hui avaient une Force de Chevalier d’une centaine d’individus.

En vérité, la Force Chevalier de Rikka Akigase était de 154, plus élevée que l’une ou l’autre. Quand elle avait convoqué quatre-vingt-dix Kamuys pour affronter les Croisés d’avant-garde, elle avait encore quelques douzaines de surplus. Conservant le reste en tant qu’unité de réserve, elle avait initialement gardé un atout caché.

Les Chevaliers expérimentés étaient capables de convoquer les Légionnaires depuis de grandes distances.

Rikka avait envoyé le reste de ses Kamuys au fort tutélaire pour renforcer la défense de Sakuya.

« Le Cri de Guerre, hein ? Vraiment digne du nom de Chevaliers de Sa Majesté. Il a choisi avec une telle précision la tactique la plus défavorable pour moi, » Rikka avait fait cliquer sa langue avec impatience. Elle était encore restée dans la zone de terres récupérées sur la côte de la Baie de Suruga.

Parmi les vaillants résistants de l’avant-garde britannique, il restait seulement vingt Croisés pour affronter Rikka. Il restait cinquante-cinq Kamuys dans l’unité de Rikka. Les deux armées avaient pris des formations carrées et échangeaient des tirs à une faible distance. Dans quelques minutes, ce serait la victoire de Rikka.

Cependant, Rikka pouvait entendre un bruit puissant et inquiétant venant du ciel.

Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh—

Ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh—

Les Kamuys envoyés pour aider à la défense du fort tutélaire de Suruga étaient sous les effets d’une perturbation noétique et incapable de recevoir les ordres de Rikka. Et le pire dans tout ça, c’était que leur cri était encore en cours.

« S’il vous plaît, attendez encore un peu…, » Rikka avait envoyé des ondes noétiques vers ses subordonnés au loin, priant pour qu’ils se battent jusqu’au bout.

Ses ondes noétiques étaient très puissantes et certains des Kamuys pouvaient encore endurer un certain temps, mais on ne pouvait pas espérer un miracle. Si seulement Sakuya était en parfait état, elle n’aurait pas besoin de diviser ses troupes.

Dans quelques minutes, Rikka pourrait se précipiter au fort tutélaire.

Mais le problème, c’était que son équipe pourrait très bien être éliminée pendant ces quelques minutes.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire