Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 4

Bannière de Chronicle Legion – La Route de la Conquête ***

Chapitre 4 : Les Chevaliers et les Faits d’Armes (2)

Partie 4

« Je n’arrive pas à croire qu’ils ont déployé à ce moment-là deux armées, ces Chevaliers de Sa Majesté. C’est beaucoup trop généreux ! »

Voyant les nouveaux ennemis s’envoler vers le fort tutélaire, Rikka avait lâché une malédiction depuis sa monture de type Loup Mibu.

Les Kamuys étaient encore en train de combattre les Croisés de l’avant-garde sur les terres réclamées de la côte.

Rikka elle-même s’était retirée de la ligne de front. Le Loup Mibu était resté stationnaire pour le moment. Actuellement, elle était de retour dans son rôle de commandant, contrôlant la situation du combat des Kamuys depuis l’arrière.

Tandis que l’ennemi résistait vaillamment, les Kamuys les avaient encerclés. Effectuant une formation ronde avec leurs barrières de protection déployées, les Croisés avaient tiré avec désespoir pour riposter contre l’armée de Rikka.

« Ils sont à la hauteur du nom des Chevaliers de Sa Majesté, comme ils sont résistants, » déclara-t-elle.

Si cette bataille se poursuivait, l’anéantissement des Croisés ne serait pas un problème.

Cependant, les Britanniques avaient envoyé une autre armée, volant dans l’espace aérien de Suruga. L’ennemi visait clairement le fort tutélaire, mais l’armée de Rikka était occupée par la bataille terrestre et ne pouvait rien faire de plus que de les regarder passer.

Si Rikka devait se précipiter maintenant pour intercepter l’autre armée au fort tutélaire, alors l’avant-garde ennemie acculée pourrait reprendre son souffle et rassembler ses forces restantes pour frapper l’armée de Kamuy de Rikka par-derrière. Contrairement aux soldats humains, les Légionnaires étaient capables d’exécuter des ordres de combat extrêmement déraisonnables.

Il était donc impératif de tuer les unités ennemies avant de se précipiter pour aider à la défense du fort tutélaire.

Ayant pris sa décision, Rikka avait réfréné l’anxiété dans son cœur. Chevauchant son Loup Mibu, elle observait la situation de combat les bras croisés devant sa poitrine.

Le génie Sakuya — l’avatar de l’ifrit Seiryuuu — était plus stable qu’hier et avait réussi à activer la barrière noesis par son image principale, complétant ainsi les préparatifs de la bataille défensive. Rikka s’était arrangée pour que plusieurs officiers néoétatiques assistent Sakuya. De plus, il y avait une assurance supplémentaire.

« Sur mon Appellation d’Onikiri Yasutsuna... Rassemblement, mes Légionnaires. »

Rikka avait récité les mots sacrés pour invoquer les Légionnaires.

Cependant, l’endroit représenté dans son esprit était le plateau septentrional à plusieurs kilomètres de distance — en d’autres termes, l’emplacement du fort tutélaire de Suruga. Avec cela, son assurance avait au moins été fournie au fort tutélaire.

« En fait, je voulais les utiliser pour me charger rapidement des forces ennemies ici. »

Cependant, Rikka n’avait pas le choix. La défense du fort exigeait des « tigres de papier » pour intimider l’ennemi.

Elle ne pouvait qu’espérer que cette méthode tiendrait jusqu’à ce qu’elle se précipite à nouveau à la rescousse. Cependant, le problème était que la force d’embuscade de l’ennemi était dirigée par un chevalier de Sa Majesté aguerri au combat.

 

☆☆☆

 

« Masatsugu-sama... Une autre armée de Croisés ! » Shiori avait indiqué une certaine direction dans le ciel alors qu’elle lui disait ça.

L’ifrit Seiryuuu et un cercle magique occupaient le ciel au-dessus du fort tutélaire de Suruga présent sur le plateau. Une formation sphérique de Croisés, forte d’une centaine d’individus, s’approchait.

Masatsugu et la princesse étaient sortis ensemble.

Il y avait une bambouseraie à proximité. Ils se trouvaient dans la cour du Manoir de Ryouzan, une résidence isolée appartenant à la Maison Fujinomiya.

Un peu plus tôt, un renard de liaison revenant du fort tutélaire de Suruga les avait informés des Croisés attaquaient la zone, et il leur avait aussi indiqué la position avantageuse du Chevalier Rikka Akigase.

« Princesse, c’est une excellente occasion, » déclara Masatsugu.

« Euh... ? » Pendant un moment, Shiori ne savait pas comment réagir à la suggestion de Masatsugu.

Elle s’était changé et avait repris sa robe d’une seule pièce, ses jambières noires et ses bottes à hauteur de genou, sauf qu’elle avait omis les lunettes utilisées pour le camouflage.

Comme elle était trop pressée pour sécher ses cheveux à fond, ses cheveux blond-platine avaient encore une couche d’humidité.

« S’il vous plaît, dites-moi immédiatement ce que je dois faire, » demanda Masatsugu.

« Masatsugu-sama ? »

« Votre souhait est que je vous aide à prendre le contrôle de la nation. Dans ce cas, vous devrez me dire quoi faire dans des moments comme ça. Je veux vous entendre le dire personnellement. Bien sûr, vous pouvez vous sentir libre de dire : “Je suis incapable de prendre une décision maintenant”, » déclara Masatsugu.

« Si je devais vraiment dire ça…, » Shiori avait souri malicieusement.

Masatsugu était satisfait de sa réponse. Son esprit et son intelligence avaient répondu à ses attentes. Discernant instantanément l’intention derrière la question de Masatsugu, Shiori avait répondu avec sérieux : « Masatsugu-sama, resteriez-vous sur le côté et me regarderiez-vous mourir ? »

« Comme le clan Tachibana s’est occupé de moi dans le passé, je continuerai à servir de garde du corps pour rembourser cette dette, » répondit-il.

« Alors je passerai sur cette option. Permettez-moi d’abord de réfléchir un instant, » déclara Shiori.

Bien que Shiori ait été appelée princesse impériale, cela ne signifie pas qu’elle était la « fille de l’empereur » dans le Japon moderne.

Une Princesse impériale était un titre faisant référence à toutes les princesses portant la lignée de Seigneur Tenryuu. Dans le palais impérial, il y avait d’autres princesses impériales, toutes avec des rangs plus élevés que celui de Shiori.

« Pour commencer, le gouvernement japonais et l’Impératrice sont sous le contrôle du Seigneur César tandis que les dirigeants régionaux, les Douze Fiefs, ont chacun leurs propres plans. Et maintenant, il y a la déclaration du coup d’État du Fief de Kinai et l’invasion armée de l’Empire Britannique et l’ingérence excessive dans les affaires intérieures. Il n’y a pas de solutions faciles pour sortir du bouleversement actuel, peu importe à quel point j’y pense... » Shiori avait haussé les épaules en parlant sur un ton sardonique. « Sans aucun doute, le Japon actuel est littéralement dans un état de désunion. Bien que je ne sois pas Liu Bei des Trois Royaumes, il est assez facile pour des jeunes sans prétention de se faire un nom pendant les périodes de turbulence. »

Par exemple, de jeunes hommes de la campagne appauvrie rejoignant les armées rebelles, passant du statut de soldat à celui de général puis à celui de chef d’État...

De telles occasions de s’élever au-dessus de la populace étaient impossibles à saisir en temps de paix et de stabilité. Inversement, le niveau de difficulté était instantanément beaucoup plus bas si l’on tenait le pouvoir militaire et les soldats en période de turbulence.

La princesse avait rapidement saisi les points clés de la question.

Masatsugu lui avait dit : « Princesse, votre prochaine décision est de choisir un côté pour vendre vos faveurs. »

« J’ai déjà une idée à ce sujet. Les faveurs ne peuvent être considérées comme des marchandises significatives que lorsqu’elles sont vendues à ceux qui en ont besoin. Il serait inutile de vendre des faveurs à une faction qui possède déjà des généraux forts et de vastes armées, » répondit Shiori.

« En d’autres termes, Princesse ? » demanda Masatsugu.

« Le Fief de Tōkaidō a été contraint de combattre l’Alliance pour la Restauration... Je souhaite profiter de cette occasion pour établir des liens plus étroits avec les hommes d’influence de Tōkaidō. J’utiliserai mon nom et mes faveurs pour en faire mes futurs bailleurs de fonds ou alliés, » déclara Shiori.

Les joues de Masatsugu avaient légèrement frémi. C’était un sourire.

Il savait que son expression avait tendance à être normalement raide. Le fait de sourire n’était pas son fort. Néanmoins, il avait parfois affiché ce type de sourire, sauf que personne autour de lui ne l’avait remarqué.

Cette fois, il avait souri pour célébrer la décision de Shiori de prendre la bonne décision.

En vérité, le choix du camp qu’elle avait choisi d’aider n’avait pas d’importance. Bien sûr, Masatsugu ne voulait pas nuire personnellement aux intérêts de Suruga parce que ses amis et connaissances étaient là, mais il y avait toujours des moyens de contourner cela.

La question était de savoir si elle avait le courage de prendre des mesures lorsqu’elle était confrontée à une excellente occasion juste devant ses yeux.

Toute la connaissance et la stratégie dans le monde n’auraient aucun sens si l’on restait indécis face à l’opportunité.

Quelqu’un qui s’engageait à faire de son mieux à l’avenir tout en ne donnant pas le meilleur de lui-même dans le présent serait digne d’une crédibilité nulle. Heureusement, il n’y avait pas lieu de s’inquiéter de la princesse Shiori de ce côté-là.

« Masatsugu-sama, si je vous demandais de défendre le fort tutélaire de Suruga... Seriez-vous prêt à exaucer mon vœu ? » demanda Shiori.

« Considérez que c’est fait, » répondit Masatsugu.

Près d’une centaine de Croisés avançaient actuellement vers le fort tutélaire sur les hauteurs.

En regardant cette scène de loin, Masatsugu avait légèrement haussé les épaules.

« J’ai l’impression que je ne peux pas perdre contre des ennemis de ce genre. Il ne devrait pas y avoir de problème, » déclara Masatsugu.

« Mais la victoire serait-elle vraiment possible sans un seul soldat sous votre commandement ? » demanda Shiori.

C’était au tour de Shiori de cette fois-ci tester Masatsugu.

« Un stratège a écrit un jour : “contre tout ennemi, il faut se préparer minutieusement pour saisir la victoire avec une certitude absolue, tout ce qui serait inférieur serait imprudent”…, » déclara Shiori.

« Vous devriez brûler les livres de ce type et oublier ce qu’il a écrit, » déclara Masatsugu.

Masatsugu avait déjà entendu ces mots auparavant, mais il avait sommairement rejeté la théorie.

Incroyablement, Masatsugu était capable d’argumenter sur la stratégie militaire extrêmement d’une manière naturelle de la même manière que son corps vaincrait automatiquement ses adversaires dans les rixes.

« Il est certes important de se préparer pour assurer la victoire, mais dans de véritable guerre, l’ennemi fera aussi de son mieux pour calculer et se préparer. Et la guerre est toujours accompagnée de toutes sortes de malchance et de malheur. Il est impossible de toujours se battre dans des conditions de victoire assurée, » déclara Masatsugu.

« Je vois. »

« Je pense que la théorie de cet homme est une pure illusion écrite sur papier, » continua Masatsugu.

« Est-ce votre opinion, Masatsugu-sama ? Je comprends ! » Souriante, Shiori avait hoché la tête. « Cependant, puisque vous êtes un héros qui avez survécu à d’innombrables bains de sang dans le monde antique, je vous croirai pour l’instant. »

« Merci beaucoup, » déclara Masatsugu.

« Je ne m’attendais pas à ce que vous acceptiez ma demande aussi facilement, » l’expression discrète que faisait Shiori la rendait extrêmement belle alors qu’elle disait ça.

Si elle n’était rien de plus qu’une fille rusée, Masatsugu ne se serait probablement pas intéressé à elle.

Cependant, les qualités contradictoires d’une intelligence impitoyable et d’une sincérité rafraîchissante coexistaient en elle. Cela avait été particulièrement intéressant et avait également procuré un sentiment de fiabilité. C’était une fille qui mélangeait non seulement le bien et le mal, mais aussi la pureté et l’obscurité. Et l’application d’une telle dualité était requise dans certaines positions dans le monde, comme les politiciens et les rois.

Peut-être que Shiori Fujinomiya pourrait un jour devenir une grande figure de l’histoire.

Masatsugu avait profité de cette occasion pour changer de sujet. Un sujet qui était aussi très important. « Au fait, Princesse, au sujet de la promesse faite plus tôt, je compte sur votre soutien à l’avenir. Vous avez dit que vous étiez prête à payer n’importe quel prix, y compris votre propre corps en tant que femme, n’est-ce pas ? »

« … !? Comme vous le souhaitez ! » s’écria Shiori.

« Détendez-vous. Je ne suis pas du genre à aimer forcer les filles, » répondit Masatsugu.

Les muscles des joues de Masatsugu s’étaient contractés de nouveau en un sourire face à la princesse agitée.

« Je promets que je ne ferai jamais rien contre votre volonté, Princesse. Tout ce que je vous demande, c’est tout au plus une petite faveur, » déclara Masatsugu.

« D-D’accord, » Shiori accepta ainsi la demande.

« Merci beaucoup. Eh bien, commençons, » annonça Masatsugu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire