Chargez sa magie avec un sourire – Tome 5 – Chapitre 165

Bannière de Chargez sa magie avec un sourire ***

Chapitre 165 : Regret

Le même complexe touristique que j’avais fait avec Risha quand nous voulions prendre des vacances.

Je l’avais d’abord rechargé en utilisant les fonctions de mon DORECA.

En utilisant ma fonction Sauvegarder et Recharger, je l’avais sorti tel qu’elle avait été créée la première fois.

Les choses qui avaient émergé étaient bien sûr toutes dispersées à cause de la topographie, mais j’avais travaillé avec Khorkina pour ajuster tout cela.

« Qu’est-ce qu’un complexe touristique ? » demanda Khorkina.

« Un endroit pour jouer, » répondis-je.

« Jouer, hein ? » dit Khorkina en regardant de loin. « Jouer... Je n’y avais pas pensé... »

« Tu ne l’as jamais fait ? Comme c’est inattendu. En laissant de côté les autres Regrets, je pensais que tu serais différente, » déclarai-je.

« J’étais... malgré ce que je suis maintenant, j’étais vraiment une fille sérieuse, tu sais ? Je veux dire en tant qu’Esclave Éternelle, » déclara Khorkina.

« D’accord, d’accord, » répondis-je.

J’avais rejeté sa petite blague avec légèreté.

Comme Khorkina n’était pas mon esclave, elle ne pouvait pas utiliser toutes les fonctions de DORECA.

C’est pourquoi je ne l’avais qu’un peu aidée en faisant les préparatifs et tout ça.

« Ensuite... combien de Regrets vivent ici ? » demandai-je.

« Je crois qu’il y a une centaine de personnes, » répondit-elle.

« Alors, je vais arrondir tout ça et en faire pour environ 120, » répondis-je.

J’avais sorti mon DORECA et j’avais commencé à faire quelques robes.

Comme je l’avais dit, j’en avais fait plus que nécessaire. Il y avait un total de 120 robes présentes devant moi.

« Des robes ? » demanda-t-elle.

« Qu’elles les portent toutes et qu’elles viennent après ça par ici, » déclarai-je.

« J’ai l’impression que ça va être marrant, » répondit Khorkina.

 

***

 

Khorkina avait après ça fait le tour de la ville.

Comme Khorkina n’avait pas de DORECA ou de Carte d’Esclave, j’avais simplement porté les robes à sa place.

En cours de route, Khorkina avait donné les robes aux Regrets et elle avait imposé le port de la robe à celles qui étaient réticentes.

La plupart d’entre elles avaient accepté les robes puis elles n’avaient rien fait de plus. Khorkina avait donc dû les faire changer de force afin qu’elles soient après ça en robe.

La plupart des Regrets négligeaient leur nutrition, mais la plupart de ces filles possédaient de bonnes silhouettes et ne semblaient pas souffrir de la famine.

Nous leur avions donc demandé de porter les robes et nous les avions amenés jusqu’à la place qui servait d’hôtel.

Une fois qu’elles étaient entrées dans la salle de banquet, nous avions commencé une fête de style buffet.

Risha avait vraiment aimé tout ça.

Ce n’était pas vraiment grand-chose, mais cela pourrait les rendre heureuses.

Je ne sentais aucune énergie ou volonté chez les Regrets.

Alors pour leur redonner de l’énergie, j’avais prévu une fête remplie de nourriture pour elles.

Du moins, c’était censé l’être.

Aucune d’entre elles n’avait agi et elles étaient restées assises sans rien faire dans la salle.

De belles filles bronzées portant des robes magnifiques étaient rassemblées dans une fête... mais toutes étaient assises sur le sol ou appuyées contre le mur.

Elles étaient juste léthargiques et indifférentes.

C’était un spectacle très bizarre.

 

***

 

« Alors vous avez échoué ~, » déclara une voix féminine.

J’étais un peu loin de l’hôtel et je sentais en ce moment le vent souffler sur moi.

La Déesse maléfique était arrivée à côté de moi pendant ce temps, et c’était elle qui m’avait parlé.

Elle affichait un mince sourire alors qu’elle se tenait là.

« Ce n’est pas vrai, » déclarai-je.

« Triste enfant. Est-ce la première fois que vous échouez depuis votre arrivée ici ? Ça doit être frustrant, » déclara la déesse maléfique.

« ... »

Mon premier échec réel ?

Oui, cela pourrait être le cas.

Je pense qu’on pouvait dire que tout s’était bien passé depuis que j’avais été convoqué ici.

J’avais réussi à faire ce que j’avais prévu de faire et j’avais réussi à surmonter les choses avec les sourires de mes esclaves.

J’étais finalement arrivé à cet échec.

Les Regrets n’avaient rien voulu savoir de mes essais.

Je les avais toutes fait venir dans la salle de banquet... mais aucune d’entre elles n’avait même fait un sourire.

Ça ne les rendait pas plus heureuses.

Cela m’avait clairement fait avoir... un petit choc.

« Peut-être que mes méthodes étaient mauvaises, » déclarai-je.

« Tout à fait, » déclara la déesse.

« Qu’est-ce qu’il y a de si mauvais dans ça  ? » demandai-je.

« Enfant désagréable, voulez-vous tellement une réponse ? » demanda la déesse.

« Eh bien, tout à fait, » répondis-je.

« Où est votre volonté de penser par vous-même ? » demanda la déesse.

« Je ne l’ai pas en ce moment, » répliquais-je.

« ... »

La déesse maléfique me regardait de haut.

Elle me regarda d’un regard glacial.

J’aimerais y répondre, mais... Je l’avais laissée faire sans répondre à sa provocation.

« Ces filles étaient des Esclaves Éternelles. Des êtres vivants adorables et amicaux. Les Esclaves Éternelles que je connais qui ont un Maître peuvent montrer beaucoup d’expressions et une grande joie. Les Regrets devraient pouvoir montrer la même chose. Svetlana elle-même sourit et rit. Si je peux les faire ressentir à nouveau des émotions et de la joie... alors ma propre fierté d’avoir trouvé moi-même la solution est vraiment négligeable, » déclarai-je.

« ... Enfant étrange, » déclara la déesse.

L’expression de la déesse maléfique avait changé.

D’un regard glacial, elle passa à la surprise, puis enfin à un sourire doux.

« Très bien, alors je vais vous le dire une fois pour toutes, » déclara la déesse.

« Pas juste cette fois. Dites-moi tout, » déclarai-je.

« Enfant pressé. Tout commence par ça, » déclara la déesse.

« ... Très bien, » déclarai-je.

J’avais hoché la tête et regardé droit vers la déesse maléfique.

« Vous le savez peut-être déjà, mais Regret signifie se repentir ou avoir des désirs restants, » déclara la déesse.

« Repentir... des désirs restants, des regrets..., » déclarai-je.

« Réfléchissez à la signification de ces mots, » déclara la déesse, avant de partir tranquillement.

Des remords, des Regrets... des Esclaves Éternelles, une vie de servitude.

« — ! »

Un éclair d’inspiration m’avait frappé.

Peut-être que je venais de trouver la solution...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire