Chargez sa magie avec un sourire – Tome 5 – Chapitre 149

Bannière de Chargez sa magie avec un sourire ***

Chapitre 149 : Contradiction

Dans le bureau du Palais, Yuria avait décroché le téléphone.

« Allô. D’accord, d’accord... j’ai bien compris. Attendez les instructions, » déclara-t-elle en acquiesçant tout en prenant des notes. Après avoir raccroché le combiné, elle s’était rendue au tableau noir et avait changé le compteur des produits de première nécessité de Magatan.

Les vêtements et les abris avaient augmenté d’un point chacun.

« Que s’est-il passé ? » demandai-je.

« Il y avait 11 familles avec de nouveaux enfants. Il y a 4 familles qui veulent déménager. Et récemment, il y a eu encore plus de modifications aussi, » répondit Yuria.

« Oh ? Par “encore plus”, veux-tu dire... ? » commençai-je.

Je comptais sur mes doigts. En calculant à l’envers...

« C’est principalement des personnes qui ont emménagé à Magatan après l’arrivée du Maître, » déclara Yuria.

« Je vois. C’est donc une période de croissance rapide puis un baby-boom, non ? » demandai-je.

Bref, c’était une bonne chose.

« Que devrions-nous faire ? » demanda Yuria.

« Je te laisse t’occuper de cette tâche, » répondis-je.

Yuria hocha la tête sans expression et décrocha le téléphone.

« Allô. S’il te plaît, dis à ta mère que quand elle aura fini là-bas, elle devra aller à Magatan, » déclara Yuria.

D’après ce qu’elle disait, il était clair qu’elle parlait à l’une de mes enfants.

Mais si c’était la fille de Yuria, elle ne parlerait pas comme ça, alors cela devrait être l’une des autres.

Je l’avais regardée alors qu’elle donnait des ordres.

Après la création du réseau téléphonique, la création de nouvelles choses avait été encore plus rapide.

Avant ça, elles devaient revenir ici pour faire leur rapport, ce qui prenait une demi-journée, mais maintenant, cela ne prenait qu’un instant, car elles pouvaient avoir leurs ordres à distance.

Il était donc désormais possible de recevoir les demandes instantanément et de signaler les urgences sur place.

« Maître, il y a un grand feu à Bisk, » déclara Yuria.

« Qui est la plus proche ? » lui demandai-je.

« Svetlana et sa fille, » me répondit Yuria.

« Envoie-les tous les deux. Dis-leur de faire tout ce qui doit être fait pour endiguer les flammes, » ordonnai-je.

« Compris, » répondit Yuria avant de décrocher le téléphone.

C’était ainsi que j’avais pu rester à Ribek pour donner des ordres à divers endroits.

Et par la même occasion, je n’avais peut-être même plus besoin d’être là.

☆☆☆

Dans la terre désolée non restaurée, Lilia et Arisa marchaient avec moi.

Nous n’avions pas utilisé les trains qui reliaient les villes, alors nous marchions simplement dans la zone.

« Onii-chan, » déclara Lilia.

« Oui ? » demandai-je.

« Je pense qu’il est temps, desu... mais où allons-nous ? » demanda Lilia.

« Je n’ai pas encore décidé, » répondis-je.

« Vous n’avez pas encore décidé, desu ? » demanda-t-elle.

« Tout à fait. De toute façon, je veux m’éloigner de Ribek... ou de n’importe laquelle de mes villes, » répondis-je.

« Qu’est-ce qu’on va faire quand on sera partis au loin ? » demanda Arisa, la tête penchée.

La particularité de l’Esclave Éternelle était qu’elle n’était pas restée très longtemps un bébé et qu’elle allait rester relativement longtemps une jeune fille.

D’après ce que j’avais entendu, elles resteraient sous cette apparence jeunes pendant une dizaine d’années avant de redevenir soudainement une femme à part entière.

Pendant la période de jeune fille, elles ne grandissaient pas physiquement, mais elles grandissaient mentalement.

La fille de Lilia, Arisa, était jeune en apparence, mais son comportement était devenu très semblable à celui de sa mère.

« Hmm, je pense que je vais faire un château, » déclarai-je.

« Comme le palais, desu ? » demanda Lilia.

« Non, à la place... je voulais faire un château du Roi Démon (maou), » déclarai-je.

« Un Mao-jo (mâchoire diabolique)... quel genre de jo (mâchoire) est-ce ? » demanda Lilia.

La question était assez amusante.

Je n’avais pas pu m’empêcher de rire un peu avant de répondre.

« Un château du Roi Démon est un type de conception. Il s’agit de quelque chose comme un château royal, mais mélangé avec un donjon. C’est juste plus pratique de l’appeler le Château du Roi Démon. Ahh, dans ce monde, je suppose qu’on l’appellerait à la place le Château du Dieu Maléfique, » déclarai-je.

« Pourquoi faire une telle bâtisse, desu ? » demanda Lilia.

« Parce que le fait d’avoir mon château en ville va faire que les personnes de la ville seront dans le pétrin, » j’avais souri amèrement en disant ça.

Jusqu’à présent, la même chose s’était produite plusieurs fois.

Le plus grand ennemi du monde était bien entendu le Dieu Maléfique Seiya.

Il venait m’affronter en personne et quand cela arrivait, les villes étaient prises au piège et il y avait des victimes collatérales à cause de ça.

J’avais réfléchi à comment y remédier quand je m’étais souvenu de Lyra.

Il s’agissait de la reine serpent vivant dans un donjon souterrain.

C’était un donjon que j’avais fait pour bloquer les envahisseurs... alors j’avais pensé que je pourrais utiliser ce genre de choses pour me donner un coup de pouce pour affronter Seiya.

Je voulais donc une bâtisse de type Château du Roi Démon. Un lieu où les « citoyens » ne seraient pas pris dans ces attaques.

Si je devais dire ce qui m’avait fait mettre cela en pratique... c’était les téléphones et les portes magiques.

Même si je construisais mon château au loin, avec les téléphones et les portes magiques, je pourrais faire face à tout ce qui pourrait surgir sans aucun problème.

Il s’agissait de ce qui se trouvait en ce moment dans mes pensées.

J’avais repoussé Seiya à maintes reprises, mais lors de l’affrontement où je n’avais pas eu d’autre choix que de tout détruire, j’avais pensé que je devais vivre plus loin.

« Je vois. Donc maintenant, vous voulez faire un château, desu. Mais le fait de construire un vrai château est vraiment passionnant, desu, » déclara Lilia.

« Arisa est excitée pour faire un Château du Roi des Esclaves, nandano, » déclara Arisa.

« Le Château du Roi des Esclaves ? » demandai-je.

Arisa acquiesça d’un signe de tête énergique.

Je vois... Le Château du Roi des Esclaves ?

Cela avait l’air un peu étrange, mais ce n’était pas mal.

« Le Château du Roi des Esclaves, hein ? OK, c’est comme ça que cela s’appellera à partir de maintenant, » déclarai-je.

« Super ~, nandano ! »

— Magie a été augmentée de 30 000 —

Arisa avait levé les poings en l’air et avait sauté dans tous les sens. C’était vraiment trop mignon et adorable.

« Est-ce bon, Onii-chan ? Vous l’avez décidé si rapidement..., » demanda Lilia.

« Le château du Roi des Esclaves est très bien, car c’est un nom approprié pour mon château. C’est bien pensé, » déclarai-je.

J’avais caressé la tête d’Arisa. Son joli sourire avait augmenté en ampleur.

« Si Onii-chan est d’accord avec ça, alors c’est OK, desu, » déclara Lilia.

« OK, mis à part le nom..., je vais vous demander de m’aider à construire le château, » déclarai-je.

« D’accord, nous travaillerons dur pour le construire ~, » déclara Lilia.

« J’aurai besoin de votre aide pour rendre encore plus dur le bâtiment, » déclarai-je.

« Rendre encore plus dur, desu ? » demanda Lilia.

« C’est vrai. Je veux faire ce château pour moi seul. C’est un château avec un concept qui fera que même moi, je ne peux pas tout franchir pour y entrer, » déclarai-je.

« C’est impossible, desu. C’est impossible de faire un donjon qu’Onii-chan ne puisse traverser. Vous êtes le plus fort du monde, desu, » déclara Lilia.

« C’est bien que papa puisse lui-même le faire, nandano, » déclara Arisa.

« Mais, Onii-chan essayant de le franchir lui-même est aussi bien, desu, » déclara Lilia.

« Oh, c’est vrai, nandano..., » déclara Arisa.

Lilia et Arisa avaient toutes deux penché la tête alors qu’elles réfléchissaient.

Elles semblaient avoir été confuses par l’idée que j’essayais de faire un donjon si dur que même moi, je n’arrivais pas à franchir toutes ses défenses seul.

« C’est une contradiction. »

Et ainsi, j’avais aimé voir à quel point elles étaient mignonnes alors que je continuais à chercher un endroit convenable pour mon château.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. C'est fou, Arisa à appelé Akito Papa ! C'est adorable :3
    Ho... et bien entendu, Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire