Chargez sa magie avec un sourire – Tome 2 – Chapitre 53

Bannière de Chargez sa magie avec un sourire ***

Chapitre 53 : Cœur Amoureux

Au cours de la nuit dans la Maison du Seigneur.

Elles étaient toutes alignées devant moi.

La Première Génération, Risha.

La Deuxième Génération, Mira.

La Troisième Génération, Yuria.

La Quatrième Génération, Lilia.

Les quatre qui possédaient un collier fusionné à leur cou se tenaient devant moi.

Il était temps que nous commencions à nous occuper de l’évolution de mon arme afin qu’elle devienne la Véritable Épée Esclave Éternelle.

« Ouverture du Menu. » (Akito)

Je cherchais alors dans mon DORECA avant de choisir "Cœur d’Esclave" qui se trouvait dans ma liste d’artisanat. Après ça, je posai quatre de ces cercles magiques juste devant moi.

Il s’agissait bien des mêmes cercles magiques, mais chacun avait des flèches de direction indiquant des matériaux différents, ce qui voulait dire qu’elles pointaient vers une esclave différente à chaque fois.

Elles commencèrent dès lors toutes à briller. Une lumière rouge pour Risha, une lumière bleue pour Mira, une lumière blanche pour Yuria, et pour finir, une lumière noire pour Lilia.

« Un cercle pour chacune d’entre vous... vous toutes en avez un. » (Akito)

« C’est... Maître, que devons-nous placer à l’intérieur ? » Me demanda Risha.

« Probablement... » (Akito)

« Heu... Ceci signifie-t-il que Lilia est censée être le matériel, desu ? » (Lilia)

« C’est bien cela. » (Akito)

« Il y a-t-il un problème ? » Mira demanda cela à Lilia. Risha et Yuria regardaient elles aussi Lilia.

Lilia avait l’air réticente. Mira et Yuria la regardaient tout en étant mécontentes.

« Ce serait un peu troublant, desu. Lilia veut pouvoir travailler en tant qu’esclave d’Onii-chan pour toujours. Alors, si je deviens un matériel et que je disparais, ceci serait donc un problème. » (Lilia)

Voici quel était le raisonnement de Lilia.

« N’est-ce pas quelque chose d’honorable ? Pour ainsi devenir pour toujours quelque chose appartenant au Maître ? » Répondit Risha. C’était simplement comme cela pour elle. C’était raisonnable étant donné qu’elle pensait que le surmenage était un honneur.

« Je voudrais refuser si je le peux, desu. Je voudrais continuer à vivre et à travailler comme l’esclave d’Onii-chan pour toujours, desu. » (Lilia)

« Je peux parfaitement vous comprendre toutes les deux. » (Akito)

« Oui. » (Mira)

Mira et Yuria semblaient aussi d’accord toutes les deux.

À la fin, Risha et Lilia disaient ce qu’elles pensaient et ce qui était le mieux selon elles en tant que "mes esclaves".

« De toute façon, je veux être utile au Maître ! » déclara Risha avant d’entrer dans le cercle magique. Elle venait de dire cela sans la moindre hésitation.

« ... Hein !? » Malgré son enthousiasme, rien ne se produisit.

Tout ce qui s’était alors produit était que Risha était encore plus couverte par la lumière rouge, mais rien d’autre ne se produisit.

« Quoi... Je me demande pourquoi cela ne marche pas ? » (Risha)

« Peut-être que cela ne marche pas tant que vous quatre, vous ne rentrez pas toutes dedans. » Dis-je après y avoir réfléchi un peu.

« C’est peut-être bien le cas. » Déclara Yuria avant d’entrer elle aussi dans le cercle magique.

Tout comme avant avec Risha, la couleur blanche l’enveloppa encore plus. Mais rien d’autre ne se produisit.

« Je vais aussi y aller, et l’on verra bien. » Annonça Mira avant d’entrer dans le cercle. Et tout comme les deux autres, la lumière bleue l’entoura, mais rien de plus ne se produisit.

Risha, Mira, Yuria. Les trois se tournèrent alors vers Lilia depuis leur cercle magique respectif.

« Heuu... qu’est-ce qu’il y a avec ces regards ? Est-ce que vous blâmez Lilia, desu ? » (Lilia)

Les trois ne dirent pas un mot, mais elles continuèrent à la regarder. Leurs yeux indiquant clairement. "C’est votre tour maintenant."

Les trois filles avaient bien mieux compris la situation que Lilia. Et Mira et Yuria "avaient aussi compris"... leurs pensées étant plus proches de celles de Risha. Et c’est pourquoi elles étaient ainsi entrées dans les cercles magiques.

Cependant, même si elles étaient en train d’exhorter Lilia à agir... sa pensée de "vivre et d’être utile" compensait largement cela. Dans tous les cas, elle ne voulait pas entrer dans le cercle par sa propre volonté.

« Lilia » (Akito)

« Qu-Qu’est-ce qu’il y a, Onii-chan... ? » (Lilia)

« S’il vous plaît, veuillez entrer dans le cercle. » Dis-je tout en regardant directement Lilia.

Il ne s’agissait pas d’un ordre direct, mais c’était très proche d’en être un. Je lui avais juste demandé d’y entrer.

« Uuuu... » Lilia se mit alors à gémir.

Comme son Maître le lui avait demandé, elle ne pouvait pas vraiment refuser... c’était ce que son visage indiquait.

« J’ai besoin de faire... non. » (Akito)

J’avais alors changé ce que j’allais dire.

Je pourrais peut-être en avoir besoin, mais encore plus maintenant...

« C’est ce que je désire. » (Akito)

En effet... c’était ce que je voulais. J’avais une certaine prémonition.

Quand l’épée était devenue l’Esclave Éternelle Kai, ceci m’avait permis d’absorber une esclave à l’intérieur de l’épée. Ceci m’avait ainsi relier très fortement avec cette esclave, un sentiment d’intimité extrême.

La suivante était "La Véritable Esclave Éternelle".

Avant cela, c’était "Kai", et maintenant, c’est "Véritable".

Je pensais que cette nouvelle étape nous rapprocherait encore plus étroitement. Je voulais être encore plus connecté à elles, me sentir plus près d’elles.

Je voulais... rendre mes esclaves encore plus heureuses.

Beaucoup, beaucoup plus heureuse.

Je voulais être plus proche de ces choses si adorables et les aimer encore plus.

C’était ainsi ma façon de le faire. Ceci s’accorderait parfaitement avec mon souhait. J’étais confiant en cela.

Et alors, je la regardai. Puis je continuai à la regarder.

« ... J’ai compris, desu. » (Lilia)

Au début, elle gémissait, mais peu à peu le visage de Lilia changea. Elle se calma... il semblerait qu’elle s’était résolue à le faire.

« Si mon Maître va jusqu’à dire cela... alors je ne peux qu’obéir à ça, desu. » (Lilia)

« Merci beaucoup ! » (Akito)

« Onii-chan est tellement formidable, desu. » Déclara Lilia avant d’entrer dans le cercle magique.

Et finalement, la lumière de couleur noire l’enveloppa elle aussi.

Rouge, Bleu, Blanc, et finalement, le Noir.

Les quatre lumières sortirent alors de leur corps et elles commencèrent à se mélanger. Puis mon épée Esclave Éternelle Kai se mit elle aussi à émettre une lumière.

La lumière des esclaves et la lumière de l’épée des esclaves. Les lumières se mirent alors à résonner puis à s’élargirent avant de se mélanger.

Et finalement, tout cela enveloppa tout ce qui était présent dans la pièce.

***

Quand je repris connaissance, je me trouvais dans une place inconnue.

Il s’agit là d’un lieu impossible... un espace empli uniquement de blanc.

Si je devais le comparer à quelque chose, alors cela serait comme l’espace où j’étais arrivé quand la Déesse m’avait amené dans ce monde.

Et en plus, j’étais complètement nue.

... pourquoi ?

« — Maître — »

Alors que je demandais ce qui s’était produit, j’entendis une voix provenant de derrière moi.

Je me tournai et je vis mes esclaves. Risha, Mira, Yuria, et Lilia.

Chacun d’entre nous était aussi nu que le jour où nous étions nés.

Leurs robes vertes avaient totalement disparu et tout ce qu’elles avaient encore sur elles était leurs colliers intégrés à leur cou. Pour résumer, des esclaves nues portant uniquement des colliers.

Quand je les ai ainsi vues, je compris soudainement la situation.

Ahh, c’est donc ce genre d’endroit.

Je m’approchai d’elles, en silence. Puis je tendis ma main et touchai le collier de chacune d’elles.

La gemme rouge de Risha.

La gemme bleue de Mira.

La gemme blanche d’Yuria.

La gemme noire de Lilia.

Je les touchai chacune dans cet ordre.

Puis je me tapotai la tête en me sentant satisfait.

Je caressais chacune d'elle dans cet ordre et une lumière tout comme celle d’avant se mit à déborder et à nous envelopper.

***

Lorsque la lumière se calma enfin, il n’y avait plus personne dans la pièce.

Plus personne n’était présent, mes esclaves n’étaient visibles nulle part. Mais je ne les recherchais même pas. Car je savais déjà où elles étaient. Elles se trouvaient au sein de mon épée.

Mon Épée d’Esclaves. Sur sa garde se trouvaient désormais quatre gemmes, et chacune d’elles émettait des étincelles de lumières. Tous les quatre à la fois.

« Risha. »

( Oui, Maître. )

« Mira. »

( Je suis ici. )

« Yuria. »

( Présente. )

« Lilia. »

( Oui, desu )

J’appelai ainsi chacune d’elles, et elles me répondirent chacune à leur manière.

Elles étaient toutes à l’intérieur de mon épée.

*

*

Il s’agissait là de la Véritable Esclave Éternelle.

Je pris avec moi mon épée avant de quitter le manoir.

Je pensai alors aux flammes et la lame brilla telles des flammes. Je pensai ensuite à la glace et la lame se glaça immédiatement. Je pensai ensuite à la blancheur et je pus désormais comme sentir parfaitement mon environnement. Et finalement, je pensai à l’obscurité et...

« Ha oui, c’est vrai... Quel est donc le pouvoir de Lilia ? » (Akito)

( Lilia ne le sait pas non plus, desu ) (Lilia)

« Je vois. Dans tous les cas, je le trouverais. De toute façon... » (Akito)

Je pensai alors à toutes les quatre en même temps, et c’est alors que...

Les quatre bijoux scintillèrent, prouvant ainsi que je pouvais les utiliser toutes en même temps.

Le test était donc concluant.

La Véritable Épée d’Esclaves pouvait combiner les flammes et le glace tout en me permettant de sentir parfaitement mon environnement. Elle avait évolué vers une épée qui me permettait d’utiliser tous les pouvoirs de mes esclaves en même temps.

« Avec cela... je vais enfin pouvoir m’occuper de Maxim. » J’avais totalement confiance que je pouvais désormais le vaincre.

Je décidais donc de les faire sortir toutes les quatre de l’épée. Les gemmes cessèrent de briller et l’épée redevint comme avant. Les quatre filles retrouvèrent alors leur forme originelle.

« Ha, on est revenue. »

« Je suis contente que nous puissions redevenir ainsi, desu. »

Telles furent les paroles de Mira et de Lilia.

« Je me sens comme étrange. »

« Mais désormais, nous pouvons être encore plus utiles au Maître. »

Et ceci fut les paroles d’Yuria et de Risha qui hochèrent toutes la tête.

J’avais désormais une nouvelle confiance en moi. J’avais ressenti quelque chose d’autre à l’intérieur de mes esclaves alors qu’elles avaient été aspirées dans mon épée. Et ce que j’avais alors ressenti le plus fortement était — .

« Onii-chan, encore une fois, desu ! » (Lilia)

« Encore une fois ? » (Akito)

« Oui, desu ! Laissez-moi retourner une fois de plus dans l’épée, desu ! » (Lilia)

« N’aviez-vous pas détesté cela avant ? » (Akito)

« Non, ce n’est pas le cas, desu. Je veux être avec Onii-chan comme avant. Je veux ressentir ce sentiment d’utilité, desu ! » Déclara Lilia.

Elle sonnait tellement féminine, sa demande était très distinguée.

Les trois autres ne dirent pas un mot, mais elles me regardaient toutes. Il semblerait qu’elles avaient toutes la même opinion.

« OK, dans ce cas... » (Akito)

Je dégainai de nouveau la Véritable Épée d’Esclaves et je touchai les quatre gemmes, l’une après l’autre.

Les quatre esclaves se mirent alors à briller, puis elles furent aspirées dans l’épée. Ceci me donna une fois de plus, un fort sentiment d’être tous réuni.

( Maître... )

( Maître ! )

( Maître )

( Onii-chan ! )

J’entendis alors la voix de mes esclaves.

C’était vraiment comme si j’étais à l’écoute de leurs cœurs et leurs espoirs. Mais en même temps, mon souhait le plus cher pouvait être ressenti. Mon souhait de rendre encore plus heureuses mes esclaves.

« Allons nous coucher un peu, il se fait tard. » (Akito)

(((( OK ! ))))

— Magie a été augmentée de 1’000’000 —

— Magie a été augmentée de 1’000’000 —

— Magie a été augmentée de 1’000’000 —

— Magie a été augmentée de 1’000’000 —

Et si tard dans la nuit, nous avions alors partagé nos cœurs et nos pensées.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Laisser un commentaire