Bienvenue dans une guilde de monstres – Tome 1 – Chapitre 5

Bannière de Bienvenue dans une guilde de monstres ***

Chapitre 5 : Les devoirs du matin

« Cocorico ! » le chant d’une cockatrice à l’aube réveilla les autres monstres du ranch.

Certains s’étaient immédiatement levés et avaient commencé leur routine quotidienne tout de suite après ça, tandis que d’autres avaient lentement ouvert les yeux et étaient restés à moitié endormis jusqu’à ce que le soleil les réveille.

Chaque monstre avait ses propres habitudes.

Mais même parmi eux, l’un d’eux était particulièrement matinal.

« Et aujourd’hui aussi, je vais réveiller le Seigneur Raiz ~ ♪, » une harpie de bonne humeur avait déposé ses ailes sur la porte de la chambre de Raiz.

Les harpies étaient des prédatrices ailées qui répandaient la peur auprès des proies rampantes et elles ressemblaient généralement à de jeunes filles.

Puisque la harpie était un oiseau, se lever le matin était une tâche facile pour elle.

Elle était vraiment excitée de réveiller son maître et d’être la première à le saluer, alors elle avait quitté sa propre chambre en toute hâte.

Mais elle n’était pas la seule.

« Arrête-toi là ! C’est à mon tour de réveiller le Seigneur Raiz ! » Des vignes vertes attrapèrent les ailes de Harpie.

« Outch ! » En levant ses sourcils parfaits, elle tourna la tête pour voir qui l’avait attrapée. « Dryade, ça fait mal ! »

En face d’elle se tenait une belle fille portant une jupe qui était rouge comme des roses.

Ou plutôt, plus que « rouge comme des roses », elle était vraiment des roses.

La jeune fille était une dryade, un esprit des plantes, et aussi une autre des subordonnés de Raiz.

« Et alors ? De toute façon, tu l’auras oubliée dès que tu auras fait trois pas, » répliqua Dryade.

« Ce n’est pas vrai, c’est juste une légende ! Tu sais, ce n’est pas comme si tous les monstres de type oiseau avaient des cervelles d’oiseau ! » déclara Harpie.

Les monstres de type oiseau n’étaient pas très intelligents, mais ils n’étaient pas aussi stupides qu’on le croyait généralement, même s’ils n’avaient rien de spécial de ce côté-là.

« Oh vraiment ? » demanda Dryade. « De toute façon, je pense que tu devrais t’éloigner de là. »

« Hein !? » s’exclama Harpie.

Un instant plus tard...

*Blam*

La porte s’était soudainement ouverte et avait frappé la harpie, l’emportant au loin.

« Tu vois ? Je t’avais prévenue, » déclara Dryade.

Pendant qu’elle gardait la harpie occupée, elle avait fait descendre du lierre depuis sa jupe et l’avait fait se déplacer autour de Harpie afin d’atteindre la porte.

« Uhuh, j’ai gagné pour aujourd’hui. Maîtttree ~ reveille-t..., » déclara Dryade.

« Hé, bon matin, » en entendant cette voix, Dryade se figea sur le pas de la porte.

Ce n’était pas parce qu’elle ne pouvait pas elle-même le réveiller...

Mais parce qu’une lamia était allongée à côté de lui dans son lit.

« Oh, franchement. Pourquoi es-tu venue même ici si tu ne peux pas supporter le froid du matin ? »

« C’est parce que je me suis levée tard dans la nuit. J’avais de la paperasse à faire, mais j’ai eu quelques problèmes, alors je n’ai pas pu résister toute la nuit. » Alors qu’elle baillait, elle répondit triomphante sans contrôler son zézaiement.

« Je ne peux pas croire que tu as pu trouver un tel plan ! Tu ne peux pas avoir compris mon point faible ! » s’exclama Dryade.

« Eheh~ » l’habituelle grâce de Lamia était introuvable.

La somnolence pouvait changer les personnes.

« Je jure que ce soir je verrouillerai la porte de l’intérieur avec mon lierre. Tu verras ! » Alors que la dryade pensait à un plan pour gagner sa prochaine bataille, Harpie s’abattit sur elle et attaqua l’esprit avec un puissant coup de pied.

Ses jambes étaient identiques à celles d’un oiseau... griffes incluses.

Le fait d’être frappé comme ça aurait facilement creusé une profonde entaille dans la chair de toute créature commune.

« As-tu perdu la raison !? Si je ne m’en méfiais pas, je serais maintenant défigurée ! Bon Dieu, apprend un peu de la décence de base ! » Dryade crachait sa colère.

C’était en effet pas passé loin.

« As-tu fait de ton mieux là !? » s’exclama Dryade.

« Au moins, je le fais chaque fois ! » répliqua Harpie.

Les deux filles avaient commencé à se quereller.

Eh oui, ces gentils monstres essayaient toujours de voler le tour de l’autre pour réveiller leur patron.

Les hommes ne voulaient pas se mêler de cette guerre.

***

« Alors, aujourd’hui aussi, je compte sur toi. Lamia, tu t’occuperas de transporter les personnes sur les toits. Quant à toi, Licorne, pour l’habituel..., » déclara Raiz.

« Non, je veux guérir les jeunes filles, s’il te plaît ! Cela ne me dérange pas même d’être un baby-sitter ! » s’exclama Licorne.

Tout en ignorant ses plaintes, Raiz avait continué à lire l’horaire quotidien. « Les autres n’ont toujours rien à faire. Eh bien, je ne peux même pas imaginer ce qu’ils pourraient demander à Dragon... Tréant et Dryade, voulez-vous aller aider les agriculteurs avec leurs champs ? »

« Oui. Quand nous sommes allés vérifier les conditions des plantes et des légumes, un fermier nous a demandé de l’aider pour son champ, » répondit Dryade.

« Eh bien, je suppose que c’est une bonne chose, » déclara Raiz. « Mais puisque c’est votre premier boulot, je viendrai avec vous. »

Raiz devait être là quand il faisait interagir de nouveaux monstres avec des humains.

Même si certains d’entre eux pouvaient parler, qui sait ce qui pourrait arriver sans qu’il soit présent ?

« Si vous êtes prêt, allons-y, » déclara Raiz.

« Tréant, le Seigneur Raiz a dit que nous pouvons y aller ! » déclara Dryade en faisant face à la porte. Dehors, un arbre bougeait en bruissant.

« D’accordddddddd ! » déclara l’arbre puis il remonta lentement ses racines et déplaça ses branches comme des bras d’humains.

Oui, ce n’était pas un arbre commun, mais un monstre arboricole. Un tréant.

« Si quelque chose se produit, appelez-moi. Nous serons aux champs, » déclara Raiz.

« Compris, » répondit Lamia.

Après s’être assuré que Lamia connaissait leur position, au cas où des problèmes surgiraient, ils partirent pour leur destination.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. Merci pour les chapitres.
    PS:Un harem de monstres !? Ça me rappelle quelque chose ça...

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour se chapitre

  4. Petite faute a signalé sur la phrase suivante si quelqu'un lit le chapitre depuis un PC :

    Les harpies sont des prédatrices ''ailées''.

Laisser un commentaire