Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 4 – Chapitre 5 – Partie 6

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 5 : Des cendres aux cendres, de la poussière à la poussière

Partie 6

J’avais percé la section centrale des deux ennemis du front, puis j’avais placé une main sur leur blessure pour envoyer une vague d’énergie directe à l’intérieur. L’âme à l’intérieur de l’armure s’était immédiatement échappée, immobilisant le monstre.

« Ah, je vois que tu t’habitues à bannir la conscience des âmes. Tu peux les immobiliser pendant un certain temps en utilisant cette méthode. Maintenant, accélère. » J’avais mémorisé les mouvements efficaces avec Reprise, donc cela devenait de plus en plus optimal avec le temps. Malgré tout, combattre les morts-vivants tout en limitant délibérément les enchantements sacrés était inédit. Je m’étais demandé si elle comprenait vraiment cela…

J’avais commencé à comprendre le flux d’énergie qui circulait dans mon corps et j’avais déclenché l’Accélération pendant un bref instant. Plus précisément, j’avais déjà dépensé tant d’énergie que ces brefs instants étaient tout ce que je pouvais gérer. C’est peut-être ce que Wridra voulait dire lorsqu’elle parlait de l’utiliser au moment exact de mon attaque.

Les attaques qui se dirigeaient vers moi s’arrêtèrent pratiquement sur place, et je me faufilais entre mes adversaires pour enfoncer ma lame dans leurs articulations.

Marie avait applaudi lorsque le temps était revenu à la normale, probablement parce que je les avais frappés en un seul éclair de son point de vue. L’armure avait perdu sa forme humanoïde, et l’âme à l’intérieur avait disparu comme une brume.

« *Souffle rauque*… Mur de pierres, s’il te plaît ! » Marie avait rapidement tapé sur le pavé avec son bâton, et un mur s’était élevé du sol. C’était comme regarder un volet se fermer lentement de bas en haut.

Cela avait scellé le chemin avec un gros bruit sourd, et j’avais finalement poussé un soupir de soulagement.

« Ouf, je suis épuisé… J’aimerais un moment pour reprendre mon souffle, si ça ne vous dérange pas, » déclarai-je.

« C’était impressionnant. Tu en as abattu une trentaine sans même utiliser un élément sacré, » déclara Marie d’un ton impressionné en me tendant une bouteille d’eau. Elle semblait avoir confiance en mes capacités, à en juger par l’absence d’anxiété dans ses yeux. Je m’étais dit qu’elle était assez intelligente pour surveiller mes mouvements et juger que je n’étais pas vraiment en danger.

J’avais pris du thé avec gratitude et je l’avais bu en grandes gorgées. Je n’avais presque pas ressenti de fatigue dans le monde des rêves, mais je pouvais dire que mon corps avait soif. Après avoir étanché ma soif avec le thé tiède, j’avais poussé un profond soupir de soulagement.

« Les illusions ne fonctionnent pas du tout contre les morts-vivants. Ils ne les regardent même pas, » déclarai-je.

« Oui, ils sont pratiquement aveugles. Leurs mouvements sont similaires à ceux des slimes. Maintenant, que penses-tu que tu devrais faire ? » demanda la femme aux cheveux noirs en me regardant qui avais une tête plus courte que moi. Une douce odeur s’échappa de ses cheveux soyeux et raides, rendant difficile de croire que nous étions au milieu d’un champ de bataille. En la voyant de près, je n’avais pas pu m’empêcher de remarquer à quel point elle était belle, mais j’avais essayé de me concentrer sur sa question.

« Donc, tu dis que j’ai des options. Hmm, je ne connais pas grand-chose sur les slimes…, » répondis-je.

« Elle veut peut-être dire qu’ils peuvent paraître erratiques, mais il y a une méthode dans leur mouvement. Tu sais, comme ce qu’on dit dans les journaux télévisés, à savoir qu’ils cherchent le chemin le plus court dans un donjon. » Je me souvenais avoir entendu quelque chose comme ça. Ils ne semblaient pas être intelligents, mais ils se déplaçaient comme s’ils l’étaient.

« J’ai aussi lu dans une bibliothèque qu’ils se rassemblent pour survivre quand ils n’ont pas de nourriture, » poursuit Marie.

« De la nourriture ? Veux-tu dire que les morts-vivants mangent aussi ? » avais-je demandé. Wridra avait hoché la tête.

« On dit que les morts-vivants se régalent principalement des âmes des vivants. Ce donjon a été longtemps isolé. Regarde, les voilà qui reviennent à la recherche d’un repas. » Marie avait regardé où Wridra pointait du doigt et avait poussé un cri. Les âmes avaient abandonné leur armure et se faufilaient lentement à travers les légères ouvertures dans la paroi rocheuse.

« Ils doivent sentir notre présence. Laissez-moi essayer quelque chose. » Une idée m’était venue, alors j’avais demandé aux deux autres de rester en arrière et de regarder. Je m’étais approché d’une âme qui avait finalement réussi à se mettre de notre côté.

Mes illusions n’affectaient que les sens visuels. Elles étaient très convaincantes, même pour moi, et avaient la capacité de tromper des adversaires intelligents. Mais…

« Essayons… Voilà. » J’avais créé une illusion devant mon adversaire, mais j’avais utilisé une méthode différente cette fois. L’âme qui se trouvait à l’intérieur de l’Armure vivante avait alors ouvert la bouche en grand et avait mordu à l’illusion.

« Oh, il a réagi ! Qu’as-tu fait, Kazuhiro ? » s’écria Marie.

« Je savais que Wridra ne me poserait pas de questions inutiles, alors je me suis dit que cela avait quelque chose à voir avec la manipulation de l’énergie que j’ai pratiquée et j’en ai mis une partie dans mon illusion. » J’avais tissé de l’énergie dans une illusion pour la première fois, mais cela semblait être assez efficace. Plus efficace que je ne l’espérais, vraiment. Un adversaire intelligent serait venu me chercher après avoir réalisé qu’il avait attaqué un leurre, mais l’âme avait continué à mordre bêtement dans l’illusion.

Je l’avais approché par-derrière et lui avais donné deux coups d’épée rapides, ce qui l’avait fait se disperser dans le néant. J’avais canalisé l’énergie dans la pointe de mon épée au moment exact du contact, minimisant ainsi ma consommation d’énergie.

« Oh, c’est bien et facile. Je me sens stupide d’avoir gaspillé tous ces efforts tout à l’heure, » déclarai-je.

« Certains d’entre eux seront plus intelligents que celui-ci. Ne sois pas trop confiant. » Il semblerait que mes illusions seraient plus utiles ici qu’elles ne l’avaient été à l’étage précédent. Malgré cela, comme l’avait dit Wridra, il y avait une chance que je m’attire des ennuis si je devenais trop arrogant.

« Oh, nous devons bientôt nous réveiller au Japon. Marie, peux-tu ouvrir le mur pour que je puisse vaincre le reste ? » demandai-je.

Marie fit un signe de tête, puis ordonna à son esprit de pierre de revenir. L’esprit avait répondu, la paroi rocheuse s’enfonçant cette fois lentement dans le sol. Pendant ce temps, j’avais créé une illusion et l’avais remplie avec le reste de mon énergie. Cette technique était assez épuisante, mais je n’étais pas trop inquiet, car nous allions bientôt nous endormir.

Je tenais l’Astroblade au niveau de la hanche pendant qu’elle bourdonnait comme un moteur à réaction alimenté par mon énergie. La lumière traversait la lame comme une étoile filante, indiquant qu’elle était chargée et prête à frapper. En un sens, c’était comme mon ultime mouvement. Même si j’étais un adulte maintenant, des effets cool comme ceux-ci m’avaient rempli d’excitation. Dommage qu’il ait fallu que je perde mon énergie au point de m’évanouir.

Le mur s’était effondré complètement, révélant quatorze monstres comme le capteur de l’Outil magique nous l’avait dit. Je m’étais demandé si leur processus de pensée fonctionnait vraiment de la même manière que celui des slimes. Cela ne semblait guère innocent, et il était effrayant de les voir s’attaquer à mon illusion avec une violence aussi effrénée.

Fwoooooom ! Astroblade s’était mise en fonction lorsque j’avais libéré toute sa puissance en un seul coup.

Je l’avais balancé vers mes adversaires depuis ma hanche en un éclair, laissant une traînée en forme de lame qui avait anéanti les morts-vivants sur son passage comme si une étoile filante les avait traversés. C’était satisfaisant d’anéantir leur groupe en entier d’un seul coup et de voir des morceaux de leur armure voler.

C’est un bon moyen de réduire le stress. Vraiment fatigant, cependant…

« C’était vraiment cool. Comme une scène de film, » avais-je commenté.

« Je sais — et si tu donnais un nom à cette attaque ? Ou tu pourrais crier “Ressentez ma rage” en l’utilisant, » déclara Marie.

« Hahaha ! Oui, c’est un ordre de ton professeur. Dans le cadre de ta formation, tu es désormais tenu de le dire, » déclara Wridra.

Pas question… Tu m’imagines crier ça avec un visage comme ça ?

Je leur avais lancé un regard qui était clairement en désaccord avec leur idée, mais elles avaient ri d’autant plus fort. J’a1 déjà assez de soucis avec les travaux à venir.

+ + + + + + + + + + + + + + +

Comme l’avait dit Wridra, les morts-vivants étaient apparus là où ils pouvaient trouver de la nourriture.

Je m’étais demandé ce qui arrivait à l’équipe centrale qui avait un important groupe de combattants.

Pendant ce temps, l’une des lignes de bataille s’effondrait quelque part en dehors de notre champ de conscience. Le plan était que chaque équipe fasse un effort coordonné pour former un périmètre tout en avançant, mais lorsqu’un des maillons de la chaîne se rompait, les morts-vivants avaient inondé la ligne qu’ils avaient formée, la faisant s’effondrer. Ils étaient lentement dévorés par les côtés.

Zzz, zzzzzz...

Plusieurs paires d’yeux injectés de sang fixaient l’outil magique placé dans le couloir.

Personne n’avait dit un mot. Leur esprit s’engourdissait, et ils pouvaient à peine bouger.

Les cris incessants résonnaient dans leur esprit.

« Non… Nooooooon !! »

« Ils nous flanquent ! Où est notre arrière-garde ? »

« Les hommes, nous devons tout de suite nous lancer ensemble dans un assaut ! »

« Ah ! On se place autour des prêtres ! Protégez-les ! »

Zzz, zzzzzz !

Leurs cris aigus suppliaient le quartier général de leur venir en aide.

Juste un étage plus loin se trouvait un monde de mort. Les hommes assis ici pensaient à la façon dont les monstres allaient inonder la zone et faire également tomber les quartiers généraux. Leur sens de la justice et leur volonté d’aider les mourants semblaient s’estomper au son de ces cris macabres.

Ils avaient avancé avec des forces massives en utilisant leur moral élevé, mais tout ce qu’ils avaient fini par faire, c’était de donner un festin pour les morts-vivants. Alors que les pertes s’accumulaient à une échelle sans précédent, certains tremblaient de peur, tandis que d’autres jetaient un coup d’œil entre l’Outil magique et leur commandant. Mais Hakam et Aja étaient restés assis sur leur chaise sans bouger d’un pouce.

Puis, le vieil homme encapuchonné avait parlé.

« On dirait que nos petits invités ont enfin fait leur entrée. »

« Oui, ils ont fait tomber l’équipe centrale. À en juger par leur position, ce devait être la maison d’Ajaars, de Gledlin ou de Bakk. Je vais voir ce que le roi pense en commençant par obtenir quelques réponses de la maison Gledlin. » Bien qu’il s’agisse de maisons renommées, chacune d’entre elles connaissait des difficultés financières. Hakam semblait plutôt confiant sur le fait que les coupables étaient issus du ménage Gledlin. Le sorcier se contenta de hocher la tête sans aucune objection.

« Quand on pense que la famille royale a fait naître ce cauchemar en raison de sa cupidité. Peut-être sommes-nous aussi de simples marionnettes dans tout cela. Nous jouons juste notre rôle pour éliminer les rebelles…, » avec cela, le vieil homme pressa son bâton contre le plan du donjon flottant dans l’air. Puis, comme de l’encre tombée dans l’eau, la couleur avait coulé de la pointe du bâton sur la carte.

« Il semble qu’ils soient devenus trop confiants maintenant qu’ils ont plus de forces. Hmph, ça ne sert à rien de détruire l’outil magique. J’ai mélangé un peu de mon sang dans l’eau que je leur ai fait boire auparavant. Oho, je peux les voir clairement maintenant. » L’encre s’était répandue lentement, révélant des points rouges sur la carte en trois dimensions. C’était les « rebelles » mentionnés ci-dessus. Parmi ceux qui se battaient désespérément pour leur vie, les groupes marqués agissaient de façon complètement différente des autres.

Il y en avait environ trois équipes. Pour une raison inconnue, les monstres ne les avaient pas poursuivies. C’était difficile à croire, mais ce détail les rendait bien plus redoutables qu’ils ne l’auraient été autrement.

Cependant, les yeux du commandant Hakam brillèrent d’une lumière sauvage alors qu’il riait comme un animal.

« Les monstres. Alors je suppose qu’il est temps de sortir les Pierres magiques. Elles devraient se sentir honorées d’être les premiers sujets de test. » Ils engloutiraient les plans et les désirs des rebelles dans leur ensemble.

Ou peut-être que c’était l’ancien donjon lui-même qui les dévorerait. Les cris incessants résonnèrent alors qu’ils étaient assis au fond de leur chaise.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire