Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 4 – Chapitre 5 – Partie 5

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 5 : Des cendres aux cendres, de la poussière à la poussière

Partie 5

Le pavé de pierre s’était ouvert en glissant, révélant en dessous un objet fabriqué par l’homme.

À première vue, cela ressemblait à un tronc d’arbre, mais il donnait la sensation d’être en pierre. Il y avait un ornement d’aile au sommet, et cela avait grandi sous nos yeux. C’était la compétence primaire que Marie avait récemment obtenue, connue sous le nom de Veuilleur. Cette structure était apparue lors de l’activation, et sa structure particulière en faisait une compétence assez unique. Le fait est que je ne comprenais pas vraiment à quoi elle servait.

« Hm, cela ressemble à une sorte de tour de guet monstrueuse, » commenta Wridra.

« Oh, ça se voit ? La hauteur de la tour affecte la distance où elle peut détecter les monstres. J’ai cherché une compétence similaire dans les écritures, mais c’est la seule que j’ai pu trouver. »

Je n’avais jamais rencontré une telle compétence auparavant, il était donc difficile de juger de ses effets. Une fois qu’elle avait été mise en place, elle avait progressivement grandi, augmentant en même temps effectivement la portée de détection de l’ennemi… mais pour être honnête, notre première impression avait été quelque chose du genre : « C’est quoi ça ? »

« Détecter les monstres est certainement utile, mais cela prend du temps à mettre en place, et nous ne pouvons pas déplacer sa position une fois qu’elle est activée, à moins que nous n’annulions la première tour. Il a beaucoup de limitations, donc je me serais attendu à ce qu’il ait aussi d’autres fonctions, » déclarai-je.

« Après tout, peut-être que ce n’est pas une si bonne compétence. C’était ma deuxième compétence primaire, alors j’en attendais peut-être trop…, » dit Marie avec un soupçon de déception dans la voix.

Elle avait obtenu cette nouvelle compétence après une longue période, et elle avait gagné un tas de niveaux en même temps. L’acquisition de nouvelles compétences primaires dépendait du niveau de l’utilisateur, et était fortement influencée par ses talents et ses capacités. Souvent, la plupart des gens les obtenaient autour du niveau 35.

Dans cette optique, le niveau 42 était vraiment un signe qu’elle était en retard. Cela aurait impliqué qu’il serait puissant, mais toutes les compétences n’étaient pas gagnantes, semblait-il. Malgré cela, Wridra pensait le contraire.

« Hmm, cela semble être utile. Je vois qu’il y a aussi des circuits magiques présents… Il pourrait être possible de le synchroniser avec des appareils extérieurs. » Marie semblait se sentir assez déprimée par le fait que sa compétence primaire tant attendue n’était rien d’autre qu’un détecteur d’ennemi alors elle était restée silencieuse pendant un certain temps. Elle était d’autant plus optimiste quand elle avait entendu le commentaire de Wridra et elle avait relevé la tête, ses yeux violet pâle brillants.

« À ce propos, as-tu dit que tu avais enregistré le contact de Zera, n’est-ce pas ? » demanda Wridra.

« Hein ? Oui, nous l’avons enregistré par le biais de l’outil magique, de sorte que nous pouvons communiquer ou vérifier la position de chacun à tout moment, » avais-je dit en montrant à Wridra mon outil magique, qu’elle avait pris en main. Elle l’avait observé sous différents angles, puis elle avait fait un bruit affirmatif.

« C’est la caractéristique supplémentaire. Il est possible que Marie puisse envoyer des informations sur l’ennemi à son groupe et à tout contact enregistré. Voyons voir… » Elle avait appuyé sur quelques boutons. Marie avait remarqué quelque chose et avaient levé les yeux, puis elle avait tapé sur son Outil Magique avec son bâton.

« C’est quoi... Oh ! » Je m’étais arrêté au milieu de la phrase. Mon bracelet magique s’était activé, affichant des couleurs qui n’étaient pas présentes sur la carte auparavant. Il y avait trois lumières indiquant notre position, ainsi que plusieurs points rouges au loin.

« Oh, là ! Ce sont les Armures vivantes et les Soldats morts-vivants que j’ai détectés, » déclara Marie.

« Je peux aussi les voir maintenant. Hmm, on dirait que c’est affecté par des obstacles sur son chemin. » Marie avait fait un signe de tête face à mon propos. Elle semblerait un peu voir à travers les objets, mais les ennemis de l’autre côté des murs apparaissent un peu effacés sur la carte. Les points étaient à peine visibles lorsqu’ils étaient maqués par des murs. Cela m’avait rappelé les radars qui montraient les positions des ennemis dans les RPG. Cela avait probablement fonctionné de la même manière.

« Tu peux utiliser dans un groupe cette fonction avec le Chat de Lien de l’Esprit, mais cela devrait permettre à d’autres personnes d’utiliser cette fonction en combat. Je pense qu’elle a aussi d’autres secrets, » Marie et moi avions regardé Wridra avec des yeux écarquillés. Elle avait l’air plutôt confiante, et le mot « secret » nous avait fait penser à toutes les possibilités. Wridra n’avait fait que rigoler et m’avait rendu l’outil magique.

« Eh bien, vous deux pouvez vous débrouiller seuls pour le reste. Il ne serait pas intéressant que je vous gâte tout, » déclara Wridra.

« Oh… Mais tu nous as donné beaucoup de choses sur lesquelles travailler. Merci, Wridra. » Bien que Wridra ne nous ait pas donné la réponse, Marie avait souri joyeusement comme si elle avait reçu un cadeau précieux. Si Wridra avait dit qu’il y avait plus que cette compétence, alors cela devait être vrai. J’étais sûr que nous finirions par nous en rendre compte et que nous ferions bon usage de ses effets au combat.

« Tant mieux pour toi, Marie. Nous allons résoudre ce problème ensemble et utiliser au mieux ta compétence primaire. » Marie se tourna vers moi et sourit joyeusement.

Bien que, personnellement, je pensais que cette chose était déjà assez puissante avec son effet radar, le plus dur dans les donjons était de ne jamais savoir où les ennemis se cachaient. Exposer leur emplacement serait un énorme avantage.

Alors que je pensais à tout cela, Wridra m’avait soudain regardé. Ses yeux d’obsidienne me fixaient directement, son doigt pointait vers moi de manière accusatrice.

« Le problème, c’est toi. Ton habileté au sabre s’est améliorée, mais nous ne pouvons pas attendre davantage comme amélioration sur un court terme, » déclara Wridra.

« Mais je ne peux pas être plus fort que mon niveau, donc c’est normal, non ? » Elle m’avait regardé comme si j’étais un cancre.

« Tu dois savoir que tu peux devenir plus fort avec la bonne combinaison de compétences, » déclara Wridra.

« Oui, bien sûr. C’est l’échange de compétences et l’expérimentation de différents types de combinaison qui rendent le combat si amusant. » Les compétences primaires auraient dû être considérées comme des caractéristiques déterminantes, et j’en avais trois en raison de mon niveau élevé.

Reprise, ce pouvoir m’avait permis d’enregistrer et de reproduire parfaitement les modèles d’attaque.

Sur la Route, ce pouvoir me permettait un mouvement instantané.

L’Image Fantôme, qui allait laisser derrière elle une illusion de moi-même.

J’avais pu combattre les ennemis avec facilité grâce à la combinaison de ces trois compétences. Cependant, le fait que j’ai eu l’avantage de ne pas ressentir beaucoup de douleur dans ce monde de rêve m’avait certainement aidé.

« Je suppose que le moyen le plus rapide de devenir plus fort serait de maîtriser ma compétence d’accélération et mon Astroblade, » déclarai-je.

« Oui. Je peux t’apprendre à utiliser l’accélération, mais faire ressortir le potentiel de cette épée par la manipulation de l’énergie n’est pas mon point fort. Après tout, je ne m’intéresse pas à la façon dont le corps humain fonctionne. » Cela signifiait que je devais apprendre cette partie par moi-même. Zera m’avait déjà donné des leçons, mais il aurait été difficile d’aller au fond des choses par moi-même.

« Je n’en ai pas vraiment envie, mais je devrais peut-être demander à Zera de me former un peu plus. » Ses leçons avaient tendance à être un peu trop intenses pour moi. Je ne me sentais pas vraiment prêt pour ça, même dans mes rêves, mais bon… Mais je ne voulais vraiment pas.

« Au fait, as-tu des conseils à donner pour utiliser l’accélération ? » demandai-je.

« Oui. Effort et courage. Je vais mettre ta personnalité paresseuse en forme, » déclara Wridra.

Beurk, Wridra est du genre intense aussi. C’est bizarre, je pensais que la seule chose qui se relâchait était mon visage. En plus, je n’avais pas vraiment sommeil tout le temps, j’avais juste l’air de l’être.

« Il est temps de mettre tes compétences à l’épreuve. Ne restez pas là, Armures vivantes ! Venez ! » La porte s’était ouverte et les monstres qui tremblaient dans le coin de la pièce s’étaient précipités en furie dans le couloir. La musique de la bataille avait commencé à jouer après un délai, mais… c’était assez gênant. Ce n’était pas du tout excitant, et je me sentais en fait désolé pour mes adversaires.

On pouvait voir des entités fantomatiques translucides se tortiller dans les fissures des articulations de l’armure noire abîmée, comme des bernard-l’ermite. Ils préparaient leurs épées et leurs boucliers, et on pouvait voir quatre âmes flotter derrière eux. Leurs dents s’entrechoquaient en nous regardant fixement, comme s’ils lançaient des incantations. C’était la première fois que Marie faisait face à des monstres humanoïdes, ce qui aurait dû être une expérience terrifiante pour elle.

« Comme c’est triste… Ils se faufilent, essayant de se cacher de Wridra…, » déclarai-je.

« Ah… Oui. Mais leurs niveaux sont plus élevés que ceux des Koopahs du dernier étage alors ne baisse pas ta garde. » Leurs niveaux étaient visibles avec le Veuilleur actif, donc j’espérais qu’elle savait qu’il ne fallait pas les prendre à la légère.

« J’ajouterai qu’il t’est interdit d’utiliser les enchantements sacrés. Cela rendrait le combat trop facile. » Qu’est-ce que c’est que cette restriction ?

Les attaques physiques étaient encore quelque peu efficaces contre les ennemis morts-vivants ayant un corps physique, mais les âmes qui existaient depuis les temps anciens pouvaient les annuler complètement. Malgré tout, Wridra pouvait parfois être déraisonnable, mais elle ne s’attendait pas souvent à ce que je fasse des tâches impossibles. J’avais donc décidé d’essayer de déterminer quelles étaient mes options.

Ils avaient commencé à s’approcher de nous, en faisant claquer leurs armures, alors j’avais dégainé l’Astroblade alors que j’étais en train de réfléchir. La lame fredonnait, semblant drainer l’énergie de mon corps.

« Oh, je comprends. Je dois juste faire attention, » déclarai-je.

« Oui, et pour l’instant, tu ne peux activer l’accélération qu’au moment exact de ton attaque —, » la voix de Wridra s’était déformée. J’avais activé l’accélération quand une lame avait été abaissée vers ma tête.

Clang ! J’avais atterri doucement sur le sol, et la tête et le poignet droit d’une Armure vivante pendaient inutilement. Comme mon ennemi était une âme, elle flottait dans l’air et me fixait au lieu de tomber au sol.

« Hmm, j’aimerais qu’ils aient des points faibles à viser — comme les Koopahs… » Il y avait eu une pause dans mon commentaire parce que je m’étais téléporté pour éviter les trois éclairs qui visaient mon abdomen. J’étais réapparu derrière les soldats morts-vivants, mais je ne savais toujours pas comment les abattre efficacement. On m’avait dit d’utiliser mon énergie pour les vaincre, mais cela ne me disait pas vraiment ce que j’étais censé faire. Même à ce moment-là, si mon professeur le souhaitait, je devais donner tout ce que j’avais.

J’avais provisoirement donné à Astroblade une plus grande partie de mon énergie, et l’arme l’avait aspirée avec avidité. J’avais commencé à respirer avec force, mais ni Marie ni Wridra ne semblaient remarquer le changement. Si elles l’avaient fait, elles ne seraient pas restées assises là, l’air si peu préoccupé, à boire du thé en boîte avec une paille, n’est-ce pas ?

Je préférais les combats difficiles, bien sûr, mais en affrontant autant d’adversaires à la fois, je commençais à avoir l’impression que c’était un peu trop.

« Oh là, il y a douze Armures Vivantes qui se rassemblent en formation, » déclara Marie.

« En effet, leur forme est impeccable. Cela me rappelle, Kitase, que tu as mentionné que tu admirais des formations de troupes aussi propres que celle-ci. Tant mieux pour toi, tu dois être assez extatique, » déclara Wridra.

Ai-je dit cela ? Hein, je suppose que oui… Je me souvenais vaguement avoir mentionné que combattre des ennemis armés d’une épée et d’un bouclier était l’essence même des mondes fantastiques.

Oui… Ce serait bien si je pouvais revenir au moment où j’ai fait ce commentaire et donner une bonne gifle à mon visage souriant à cet instant exact.

On pouvait entendre des bruits de pas dans le coin, et il y avait plus de dix ensembles d’armures sur le sol autour de nous. Elles nous avaient fourni avec soin d’autres ennemis à combattre.

Dès que d’autres armures noires étaient apparues, j’avais bondi.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire