Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 4

Bannière de Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe ***

Chapitre 2 : Retraite temporaire du donjon antique

Partie 4

La maison des Mille.

D’innombrables héros étaient nés dans cette maison, et elle avait une histoire profonde, pleine de guerres et d’effusions de sang.

Ceux qui n’en avaient pas la capacité étaient jugés indignes de se nommer membres de la famille, et toute personne qui se mariait dans la famille était également censée être capable de se battre. Comme les forts continuaient à transmettre leur sang aux générations suivantes, cela avait apporté un changement.

« Le sang de la famille Mille est vivant. »

Ces rumeurs avaient commencé à circuler parce que certaines techniques n’étaient transmises qu’aux personnes exceptionnellement douées de leur lignée. Mille Éclats, que l’on avait déjà vus dans le donjon, étaient l’une d’entre elles. On croyait que c’était la volonté d’acier du guerrier qui se manifestait.

Cela avait rempli le corps du lanceur d’énergie, et au fur et à mesure qu’il était libéré, le jet de sang allait déchirer tout ce qu’il touchait. Lorsqu’un groupe de soldats sur le champ de bataille avait été retrouvé mort avec des blessures de lame sur tout le corps, on avait dit qu’une personne de la famille de Mille aurait pu y être trouvée.

En me souvenant de ces rumeurs, j’avais entendu un oiseau gazouiller au-dessus de ma tête et j’avais levé les yeux. L’oiseau ressemblait à un poussin au plumage jaune qui n’était pas sans rappeler la couleur du désert, et il se reposait au sommet d’une grosse branche d’arbre. On pouvait voir des maisons devant, et la vue était très différente de ce que j’avais vu à Arilai jusqu’à présent.

« Wôw, je ne m’attendais pas à un endroit comme celui-ci ! Il fait un peu plus frais avec tous ces arbres ici. Est-ce ici que vivent les gens riches ? »

« Il fait nettement plus frais ici. Tu vois ? Il y a des voies d’eau spéciales partout pour aider la chaleur à s’échapper. Mais on ne peut généralement pas y accéder, car l’entrée est interdite. » Un garde armé d’une lance avait jeté un coup d’œil dans notre direction. Comme je l’avais mentionné, ils faisaient le guet pour s’assurer que la population ne puisse pas entrer ici. Mais ayant reçu une invitation de la part d’une maison dont l’histoire était sanglante, mais prestigieuse, nous étions une exception.

La zone haut de gamme était visible au-delà des portes de fer. Les arbustes et la silhouette des manoirs rendaient difficile de croire qu’il s’agissait d’un pays désertique. Marie se tenait à côté de moi, ses mains lui faisant de l’ombre et en me regardant avec curiosité.

« Oh, peut-être qu’elle est là pour nous accueillir. Elle se dirige droit vers nous. » Je m’étais tourné pour regarder et j’avais trouvé une femme qui courait dans notre direction. Les gardes l’avaient laissée passer, et la femme s’était arrêtée juste devant nous. Ses cheveux étaient d’un brun foncé qui lui tombait au niveau des épaules, et elle me rappelait un peu Kaoruko, la bibliothécaire. Ses vêtements semblaient être le style préféré dans cette région. Ses vêtements présentaient une coupe décontractée avec un tissu de couleur vive, décoré de broderies culturelles. Elle souriait doucement, puis inclinait poliment la tête.

« Merci d’avoir attendu. Vous devez être Lord Kazuhiho et Lady Marie. »

« Oui, nous sommes désolés d’avoir tendu la main si soudainement, » déclarai-je.

« Je vous en prie, pas du tout. Lord Zera a été positivement ravi, et nous sommes également heureux de vous accueillir. » Elle avait parlé clairement et vivement, et je l’avais prise pour une femme aussi coincée que Kaoruko. Sa posture était impeccable lorsqu’elle inclinait la tête, et il y avait un air de dignité autour d’elle.

« Par ici, s’il vous plaît. » Suivant ses conseils, nous avions finalement mis les pieds dans le quartier chic.

Le chemin pavé de briques était bordé d’arbres, chacun d’entre eux étant bien entretenu. Le cours d’eau coulait doucement à nos pieds, et non seulement l’atmosphère était différente ici, mais la température était complètement différente de celle des autres régions que nous avions visitées. Marie avait l’air timide dans ses manières et regardait autour d’elle, agitée, comme une fille de la campagne visitant la grande ville pour la première fois.

« Y a-t-il une source d’eau à proximité dans laquelle cette voie d’eau peut être puisée ? » demandai-je.

« Il y a une rivière le long du côté sud, mais nous ne pouvons pas l’utiliser directement en raison de la différence d’altitude. Nous tirons la voie d’eau depuis l’amont. L’eau potable est tirée d’une source souterraine. Ces deux éléments nécessitent l’entretien de nombreuses personnes. »

Je vois. On dirait qu’ils ont beaucoup d’eau sous la main, mais c’est le résultat de beaucoup de travail. Cela m’avait fait prendre conscience que c’était vraiment une région pour les gens riches. J’avais regardé à côté de moi et j’avais trouvé les yeux de la fille elfe qui brillaient de fascination, comme je m’y attendais.

« Cet endroit semble être un endroit agréable à vivre. Je n’avais aucune idée qu’un tel endroit existait dans un pays désertique avec une chaleur aussi intense, » déclara Marie.

« De nombreuses personnes importantes pour ce pays vivent ici, c’est pourquoi la famille royale a préparé des logements adaptés à leur travail. Je suis au service de la famille des Mille, qui a accompli de grandes choses pendant de nombreuses années de guerre. » Elle avait gonflé fièrement sa poitrine en parlant. Il y avait une nuance de rose sur ses joues, peut-être parce qu’elle était heureuse de pouvoir se vanter de son maître.

La servante était un peu plus âgée que nous, et elle avait l’air calme. Elle se tenait le dos droit et donnait l’impression d’être très compétente. En observant ses manières pendant qu’elle parlait à Marie, je m’étais demandé si les serviteurs d’une maison de combattants étaient également compétents au combat.

« Vous devez être très riche. Je suppose que vous ne pouvez pas juger un livre par… Oh, excusez-moi. C’était grossier de ma part, » déclara Marie.

« Oh, pas du tout. Lord Zera est une personne très gentille. Il est très loyal, et il sait comment traiter les femmes avec respect. Bien qu’il puisse sembler assez peu raffiné au premier abord. » Marie avait rapidement fermé sa bouche, et la femme avait gloussé. Ses yeux indigo s’étaient alors tournés vers moi.

« Les mots ne peuvent exprimer à quel point je vous suis reconnaissante d’avoir sauvé Lord Zera. Je suis vraiment heureuse d’avoir pu vous rencontrer, » déclara la servante.

« Nous sommes tombés sur lui par hasard et nous avons eu beaucoup de chance, vraiment, » répondis-je.

« Oui, c’est un heureux hasard, en effet. Ce doit être la bénédiction du Dieu de la Terre. » J’avais fait un signe de la main pour indiquer que ce n’était pas le cas, mais elle semblait déjà convaincue. À ce rythme, j’avais l’impression qu’elle allait prétendre que j’étais un envoyé de Dieu, ce qui me mettait un peu mal à l’aise, en tant que personne née et élevée au Japon. Après tout, j’avais grandi en ne prêtant pas beaucoup attention aux temples, aux sanctuaires ou à Noël.

La femme s’était arrêtée de marcher devant la maison des Mille. La verdure qui poussait derrière les portes de fer me rappelait les pays du Sud, et il y avait même une fontaine placée au centre. Le jardin était bien entretenu, et la maison de deux étages était construite avec des pierres bien alignées. À gauche, on pouvait voir un autre bâtiment séparé.

« Whoa… On ne semble pas vraiment à notre place ici, » déclarai-je.

« Euh, êtes-vous sûr que c’est bien que nous soyons ici dans un tel accoutrement ? » demanda Marie.

La servante avait gloussé et avait dit. « S’il vous plaît, n’y pensez plus, » puis elle nous avait guidés vers l’autre côté du terrain.

Les chemins autour du manoir étaient également bien entretenus. Le jardinier qui gardait ce lieu avait probablement un désir ludique de divertir les visiteurs qui passaient. Nous avions traversé des arbustes qui nous bloquaient la vue et nous nous étions retrouvés ébahis à la vue d’un étang clair qui s’étendait devant nous.

« Wôw, ils ont fait un étang dans un désert ! Regarde, c’est une tonnelle là-bas ? Et ce bâtiment luxueux là-bas ! Ah… Si je vivais dans un endroit comme celui-ci, je pense que je m’habituerais trop au luxe. » La servante avait dû trouver la réaction de Marie amusante, car elle ne pouvait pas retenir son rire. Elle avait alors posé un pied sur une pierre du passage et s’était retournée.

« C’est ici que je prendrai congé. Lord Kazuhiho, Lady Mariabelle, profitez de votre séjour. » Elle l’avait dit si naturellement, mais nous n’avions fait que nous figer en réponse. Cet endroit se trouvait à une certaine distance du manoir, et avait probablement été conçu pour accueillir des visiteurs importants. Ils nous avaient laissé entrer si facilement, et la dame nous avait dit de nous amuser, alors peut-être comprenait-elle ce que nous ressentions.

Mariabelle s’était tournée vers moi, et son visage était plein d’excitation, comme prévu. Ses yeux brillaient comme de gros cristaux d’améthyste.

Et donc, je m’étais retrouvé assis sur un canapé sous un toit.

Nous étions en quelque sorte en train de nous balader dans la zone pendant un certain temps, mais soudain, nous étions arrivés au même moment. Je ne savais pas que les gens s’asseyaient là dans un environnement exceptionnellement agréable. À ce moment-là, Marie s’était levée et avait marché vers le bord de la tonnelle. Il n’y avait nulle part où se tenir au-delà de ce bord. Il n’y avait que de l’eau, où de petits poissons argentés nageaient.

La brise était rafraîchissante, et je ne pouvais pas croire que nous étions dans un environnement aussi dur qu’un désert. Nous pouvions même entendre le chant des oiseaux, et c’était comme si nous avions erré dans une station de luxe.

« C’est incroyable ! Je veux être riche un jour ! » dit Marie en se retournant avec un sourire innocent.

Hmm… Il est difficile de croire qu’un commentaire aussi grossier vienne d’une elfe. Mais en tant qu’humble salarié, je comprenais parfaitement ce qu’elle ressentait.

Cet étang et ses environs avaient été conçus comme un lieu de réception, et le manoir proprement dit se trouvait de l’autre côté. Des fruits étaient disposés sur une table, et le vent portait la faible odeur de l’encens. C’était l’endroit idéal pour accueillir les visiteurs.

 

 

Marie avait saisi l’un des fruits dans sa main et en prit une bouchée, mais son expression joyeuse s’était soudain aigrie, et elle avait pincé ses lèvres avant d’avaler la bouchée.

« … Ce n’est pas bon, je suis trop habituée aux fruits sucrés, comme les pommes japonaises. Non seulement ce n’est pas assez sucré, mais c’est beaucoup trop aigre. C’est impardonnable, » déclara Marie.

« Je me suis dit qu’ils ne pourraient pas battre les fruits du Japon. » Il y avait quelque chose de bizarre dans les fruits japonais, comme s’ils étaient le résultat d’une recherche sur la teneur en sucre et sur la saveur ultime. En fait, on s’attendait à ce qu’ils soient modifiés pour améliorer l’original en les rendant plus sucrés sans être trop lourds en goût.

Il y a un instant, Marie avait l’air de s’évanouir dans une gigue, mais elle s’était assise sur une chaise avec une expression calme.

« Ah, cela vient de me faire penser à quelque chose. Je ne suis pas censée attendre grand-chose de la nourriture dans ce monde. C’est décevant de savoir que peu importe votre richesse, vous ne pouvez même pas avoir de la nourriture délicieuse ici, » déclara Marie.

« Je ne sais pas. Arilai est relativement riche en épices, donc je suis sûr qu’ils auront de la bonne nourriture. Mais à en juger par l’état de Zera, j’ai l’impression qu’il va juste nous offrir de la viande pour se nourrir. » Alors que nous parlions, une ombre planait sur le chat noir qui était recroquevillé sur un coussin. Elle était allongée béatement, de la bave sortant de sa bouche, mais elle avait été soudainement ramassée par le nouveau venu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire